Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Poche de Demjansk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Von Manstein
Oberleutnant
Oberleutnant
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 20
Localisation : Centre de la France
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Poche de Demjansk   Sam 15 Jan - 16:21

Bonjour à tous, voilà je voudrai avoir des infos sur la poche de Demjansk.

Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Laurent
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 432
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Dim 16 Jan - 6:05

Bonjour,
Didier Lodieu en parle dans son livre La Division Meindel, disponible ici :
http://didierlodieu.voila.net/

Je ne te ferais pas l'affront de te donner les liens Wikipedia
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoquiz-contemporain.com/accueil.htm
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Dim 16 Jan - 12:22

La ligne de front étant restée fixe dans ce secteur durant plusieurs mois, c'est une région de prédilection pour tous les "chercheurs de souvenirs", violeurs de sépultures et autres...
Des historiens accompagnés d'élèves de classes d'Histoire, seuls autorisés à faire des fouilles légalement, tentent de limiter les dégâts en répertoriant les fosses communes et donnant une sépulture officielle à tous les morts qui, là et ailleurs, sont retrouvés sur les champs de bataille ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grosnain
Oberleutnant
Oberleutnant
avatar

Nombre de messages : 149
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Ven 21 Jan - 22:29

La poche de Demjansk est restée celebre parce que fut un succes lors de l'hiver 41-42 et qu'elle fut utilisé comme propagande. Il y avait aussi la Totenkopf.
Le plus important viens lors du siege de Stalingrad et du pont aerien : Demjansk fut utilisé comme reference sur la possibilité de ravitaller par air. Mais c'étais du bluff et de l'arrogance de la part de Goering, ou un faux prétexte pour ce rassurer : la taille de la poche n'est pas comparable et les unités (une armée et demi contre un corp à demjansk). Et la distance à parcourir à partir des terrains disponibles et moins nombreux en ukraine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 542
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Mer 23 Mar - 20:35

Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit plus haut, voyons ce que l'on trouve sur le net au sujet de ces combats qui, après l'échec devant Moscou, donneront aux Allemands, un vrai avant-goût de la puissance de l'armée rouge.

Il y a tout de même plus de choses à dire concernant la bataille de la poche de Demiansk...D'ailleurs, lorsque l'on parle de cet épisode de la seconde guerre mondiale, on peut y joindre les combats pour la poche de Kholm.

En résumé, dans les deux cas, plusieurs unités de la Heer ou de la Wechmacht, avec même à Demiansk, la 3ème Panzerdivision SS "Totenkopf",  se sont trouvées encerclée par les forces de l'armée rouge.
Pour situer géographiquement ces villages, il y a environ 125 km entre Demiansk et kholm par la route actuelle la plus directe (Google map). Les deux villages se trouvent dans "l'oblast" de Novgorod, au sud du lac Ilmen (un oblast est une région administrative).
La ville de Novgorod, quant à elle, se situe tout à fait au nord du lac , à l'embouchure de la rivière Volkhov ce qui la situe à 491 km au nord ouest de Moscou et 167 km au sud de St Petersbourg ou plutôt, à cette époque : Leningrad.

C'est donc le GA nord (en allemand Heeresgruppe Nord) qui se trouvait cette région au début de l'année 1942...Une carte que je trouve très claire nous montre les positions et les mouvements des troupes en présence lors de cette confrontation.




On y voit parfaitement les lignes de fronts et les unités engagées...Tout en haut, la rive sud du lac Ilmen...

Voilà, le décor est planté, voyons maintenant ce qui s'est passé...

Alors que l'offensive allemande a été arrêtée, les renseignements allemands estiment que les forces soviétiques n'ont plus de réserves et qu'elles sont incapables de lancer une contre-attaque. Cette information se révèle fausse. Fin septembre 1941, l'espion Richard Sorge, établi à Tokyo, indique que le Japon n'attaquera pas l'Union soviétique. Ceci permet à l'Armée rouge de ramener des divisions sibériennes qui jusque-là garnissaient la frontière face à l'armée du Guandong.

L'Armée rouge a pu redéployer une trentaine de divisions lorsque l'offensive proposée par Joukov et Vassilievski fut approuvée par Staline. Ces renforts ne font que mettre l'Armée rouge à égalité numérique avec la Wehrmacht. Cependant ces troupes sont parfaitement adaptées à l'hiver et, à certains endroits, elles vont livrer bataille à deux contre un.

Le 5 décembre 1941, par des températures de −20 °C, les divisions sibériennes menées par le général Joukov contre-attaquent au nord et au sud de Moscou. Les armées soviétiques reprennent Krasnaïa Poliana et délivrent la proche banlieue de Moscou. Les lignes allemandes, déjà bloquées depuis quelques semaines, sont enfoncées. Elles manquent d'équipement d'hiver. Les moteurs, les chars, les avions gèlent et les hommes aussi. Pour les Allemands, le spectre du général Hiver devient obsédant.

Le commandement allemand est complètement démuni de réserves, ce sont les troupes en retraite qui devront rétablir la ligne de front. Beaucoup de généraux considèrent que cela est impossible à moins de se replier sur 500 km jusqu'au Dniepr et la Daugava.

Le 16 décembre, Hitler signe la directive 39, ordonnant à la Wehrmacht de réaliser une défense statique sur l'ensemble du front, en d'autres termes plus un seul mouvement de retraite n'est autorisé. Cependant, il est impossible de creuser le sol gelé pour établir une ligne de défense même rudimentaire. Guderian écrivit que des discussions eurent lieu avec Wolfram von Richthofen et Hans Schmidt, aucun ne pensait pouvoir maintenir une ligne de défense. Le 14 décembre, Franz Halder et Hans Günther von Kluge autorisent un repli limité à l'est de la rivière Oka sans l'autorisation d'Hitler. Le 20 décembre, lors d'une réunion avec son état-major, Hitler annule le repli et ordonne à ses soldats de tenir leurs positions « en utilisant des obus pour creuser des tranchées si nécessaire. » Guderian proteste, montre que les pertes dues au froid sont plus élevées que celles dues aux combats et que les vêtements d'hiver n'arrivent pas jusqu'au front. Guderian est limogé de même que Hoepner et Adolf Strauß. Fedor von Bock l'est également, officiellement pour « raisons médicales ». Walther von Brauchitsch, alors commandant en chef, a été remercié le 19 décembre.

Les Soviétiques continuent leur attaque sous des températures oscillant de −20 à −50 °C, libérant définitivement le secteur de Moscou et décimant les divisions allemandes qui parviennent néanmoins à stabiliser le front en évitant de grands encerclements. Au nord, Kline et Kalinine sont libérées les 15 et 16 décembre. Le général Koniev poursuit l'offensive et menace d'encercler le tiers des forces allemandes en Russie autour de Rjev en avançant vers Vitebsk au nord et vers Roslavl au sud. Hitler voulait abattre l'Armée rouge en une brève campagne d'été, Staline tente à son tour d'anéantir la Wehrmacht en une courte campagne d'hiver. Cependant celui-ci commet la même erreur qu'Hitler, il croit l'armée allemande anéantie et disperse ses efforts en lançant des offensives en Crimée et vers Léningrad. L'offensive soviétique ralentit vers le 25 janvier. Ce répit est en partie dû au brillant succès remporté par Model à l'ouest de Rjev qui parvint à encercler et détruire sept divisions soviétiques au prix de pertes inouïes. L'effectif de certains régiments baisse jusqu'à atteindre 35 soldats. Le front se stabilise et le saillant de Rjev ne sera repris qu'en 1943.

Plus au nord, les Soviétiques parviennent à encercler la ville de Demiansk qui aura une grande influence dans la suite de la guerre. Au nord-est de Novgorod, la 2e Armée de Choc soviétique tente le 22 janvier une percée pour encercler les assaillants de Léningrad, mais les Allemands réussissent à refermer le mince cordon. Pour sauver son armée d'élite, Staline envoie un général aux brillants états de service, Andreï Vlassov… Finalement le retour de la raspoutitsa permet une stabilisation du front.

Le 8 janvier 1942, les Soviétiques partent à l’attaque des 2e et 10e corps d'armées de la 16e Armée allemande. À la jonction du Heeres Gruppe Nord et du Heeres Gruppe Mitte, le général Andrei Eremenko lance sa 1re Armée de choc et ouvre une profonde brèche en crevant le front allemand. La 3e Armée de choc, sous le commandement du Général-lieutenant M.A. Purkaïev, entre dans la bataille, pénétrant profondément dans le dispositif de défense allemand, et marche directement sur la petite ville de Kholm...Elle contourne aussi Demiansk et rejoint des effectifs de la première armée de choc vers Zaluchye, bouclant ainsi l'encerclement de Demiansk et réussissant à isoler Kholm.
Le 23 janvier 1942, les chars de la 3e Armée de choc encerclent Kholm, défendue par le général Theodor Scherer à la tête d’un Kampfgruppe qui portera son nom et qui se compose d’éléments disparates.
Afin de freiner l’avance des troupes soviétiques, le commandement allemand décide de renforcer la garnison. À cet effet, un terrain d’aviation est construit. Le "Kampfgruppe Sherer" se compose de 5000 hommes sous le commandement du Generalmajor Theodor Sherer. Ils tiendront pendant 105 jours totalement encerclés et soumis à des attaques soviétiques répétées, surtout en janvier-février et en mai.
Les 5 000 défenseurs étaient encerclés par la 33e Division d’infanterie et trois brigades d’infanterie indépendantes soviétiques.
Ce sont les Sturmgeschütz du StuG Abteilung 184 qui ont obtenu le 5 mai 1942 les premiers contacts avec le Kampfgruppe Scherer dans les ruines de la ville, mettant fin au siège. La défense de Kholm a coûté la vie à 1 550 soldats allemands. ( je n'ai pas trouvé le nombre de perte côté soviétique).

Du côté de Demiansk, la boucle est bouclée, la poche ainsi constituée mesure 3 000 km2, ce qui représente un diamètre de 60 km contenant 96 000 combattants allemands, environ 10 000 paramilitaires et 20 000 chevaux. Les villes de Kalitkina, Fedorovka, Vatolino et Demiansk font partie de la poche. La profondeur moyenne varie de 50 à 70 km. Le territoire de cette poche est tenu par six divisions sous le commandement du général-comte Walter von Brockdorff-Ahlefeldt. Il est certain qu'il sera délivré au printemps et il a su s'établir sur les positions dominantes de la région. Les troupes soviétiques sont en contrebas, dans des zones marécageuses et gelées. Elles sont très difficiles à ravitailler, car les routes principales et la voie ferrée passent par Demiansk, tenue par les Allemands. Pour tenir, les troupes allemandes ont besoin de ravitaillement, sous peine d'anéantissement. Un pont aérien est alors mis en place par la Luftwaffe afin de ravitailler les 96 000 soldats de la poche, qui comprend deux aérodromes utilisables à Demiansk et à Peski. C'est le premier pont aérien de l'histoire à une telle échelle. La Luftwaffe emploie les grands moyens en utilisant des Junkers Ju 52, JU 90, JU 86 et des Heinkel He-111. Les quinze groupes de transport et de bombardement qui participent au pont aérien effectuent 33 086 sorties, apportant 65 000 tonnes de ravitaillement (les besoins en ravitaillement étaient de 270 tonnes par jour, ce qui représentait un mouvement aller-retour de 10 à 15 avions par jour ). Le roulement était efficace puisque 35 400 blessés purent être évacués et 31 000 soldats amenés.
En mars 1942, la bataille fait rage dans la poche avec une rare intensité, car les Soviétiques sont intervenus avec 6 000 parachutistes du 1er corps parachutiste. Certains ont sauté au cœur même de la poche de Demiansk vers Lytschkovo, tandis que d'autres s'infiltraient dans les lignes allemandes vers Vereteïka, sur le marais de Niévy gelé et entre Poustynia et Nory. Le 21 mars, le 54e bataillon de skieurs attaque Dobrossli et les 1e et 204e brigades de parachutistes l'aérodrome et les alentours de Demiansk. Ils ne seront définitivement éliminés que le 7 avril.

Le 20 mars 1942, le groupe Seydlitz lance une reconnaissance au sud de Staraïa Roussa.
Le 21, la 5e Leichte Division (division légère), en provenance de France, remporte un très beau succès dès son entrée en action, mais les unités voisines ne suivent pas ou mal. En effet, les Russes ont organisé leur défense sur 5 positions échelonnées en profondeur. Un Kampfgruppe du SS Regiment 5, encerclé depuis 8 semaines au milieu des lignes russes, est quand même délivré. Mais le mauvais temps, et surtout la résistance acharnée des Russes, bloquent l’opération allemande, qui s’enlise pendant près de 2 semaines.
Le 5 avril 1942, l’opération est renouvelée et doit coïncider avec la sortie des troupes encerclées, qui débute le 14 avril.
Les jours suivants, la division SS Totenkopf parvient à se frayer un passage jusqu’à la rivière Lovat, qui est en crue à cause de la fonte des neiges.
Le 19 avril, les Waffen SS aperçoivent des troupes allemandes de l’autre côté de la rivière. Ce sont les hommes du Kampfgruppe Seydlitz qui arrivent de l’ouest. Grâce aux troupes du génie, un contact est établi avec la 5e Leichte Division.
La poche de Demiansk est ouverte le 1er mai 1942 et ne sera reprise que le 1er mars 1943 par les troupes soviétiques...

Source : Wikipédia et par, google..

Voilà, je pense qu'il fallait que ces combats soient relatés au sein de ce forum, si quelqu'un dispose de source complémentaire ou de quelques détails de plus, anecdotes ou autres témoignages... Merci d'avance

Avec mes amitiés


Dernière édition par Gus Kruk le Jeu 24 Mar - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Jeu 24 Mar - 10:44

Excellentes suite et précisions sur ces combats.
Ca manquait effectivement ... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 542
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Jeu 24 Mar - 13:22

Merci Vania pour ces encouragements...Je suis ravi d'avoir fait ce travail parce qu'il m'a aidé à situer géographiquement cette zone ou Hitler voulait stopper la retraite après la défaite aux portes de Moscou et  tenter de stabiliser le front.
lorsque l'on regarde sur google map ou sont situées les deux bourgades et qu'on met l'image photographique de la région, on se rend compte que le terrain est d'une part gigantesque, en plus d'être vide d'habitations et quand on apprend que ces terrains étaient marécageux et gelés, on commence à réaliser la difficulté pour les troupes soviétiques, si la première attaque de choc par surprise était repoussée, à maintenir la pression.

Göring du haut de sa prétention et de son arrogance et s'appuyant sur ce succès, assurera Hitler qu'il pourra ravitailler la sixième armée de Paulus, mais les lignes de communications sont plus longues et ce pont aérien se soldera par un cuisant échec... Il aurait fallut le double de ravitaillement, par rapport à la poche ce Demiansk ( ou il était amené 270 tonnes / jour),il aurait donc fallut 500 tonnes par jours et il ne sera possible d'y amener que 50 tonnes par jour, ce qui sera largement insuffisant. affraid


Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Ven 25 Mar - 11:38

De même, la poche de Demiansk a vampirisé moult personnels et appareils (on allait même chercher des instructeurs et élèves dans les centres d'apprentissage de la Lufwaffe) qui, difficilement remplaçables, manqueront cruellement lors des efforts pour ravitailler Stalingrad par les airs...
Les conditions climatiques et le terrain dans ces régions sont absolument épouvantables.
L'été n'est pas forcément mieux, humidité et moustiques par myriades ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 542
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   Ven 24 Fév - 14:53


Pour les collectionneurs

Voilà la décoration reçue par ceux ayant combattu dans la poche de Demiansk


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poche de Demjansk   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poche de Demjansk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» geriadur / focloir b i / g b dico de poche bret irl / irl bret
» Un jardin de poche
» Calculatrice "de poche"
» Recherche Fiche pédagogique "Jane Eyre" Le livre de Poche Jeunessse
» Problème de poche au dessus de l'anneau !!!! HELP !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Batailles-
Sauter vers: