Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bataille de Budapest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Bataille de Budapest   Mer 28 Fév - 1:48


Voici l'une des dernières grandes batailles de ce front, la Bataille pour la Capitale de la Hongrie.
16 octobre 1944, le Régent Horty est chassé du pouvoir en Hongrie par les "Croix fléchées", le parti nazi Hongrois. Cet évènement conduira à la sanglante bataille de Budapest durant l’hiver 1944-45.
En effet, le Régent, comprenant tardivement que son pays ne pouvait plus faire la guerre au coté de l’Allemagne et voulant sauvegarder son intégrité, ainsi que son pouvoir personnel, débuta des négoçiations secrètes avec les soviétiques pour désengager la Hongrie de la guerre avant que le front ne penètre trop dans le pays.
Cependant, avant qu’il n’y parvienne, Hitler ordonna sa "destitution" et permit l’arrivée au pouvoir des "Croix fléchées". Dans les quelques jours qui suivirent, l’armée allemande se déploya massivement en Hongrie et le nouveau régime était bien décidé à stopper, ou retarder, l’avancée soviétique par tous les moyens. Pour chaque camp, Budapest, la perle de l’Europe Centrale, l’une des plus belle ville d’Europe, avait un intérêt stratégique majeur. Ainsi, pour Hitler, Budapest était vitale : capitale de son dernier allié en Europe et porte de l’Autriche et de la Bavière... De plus, la dernière raffinerie de pétrole intacte de l’axe se trouvait dans le sud-ouest de la Hongrie...
Pour Staline, la capitale hongroise était une prise politique de choix. Le sommet de Yalta approchant, la prise rapide de Budapest puis de Vienne lui permettrait de se présenter façe aux Occidentaux en position de force. Il ordonna en conséquence au Maréchal Rodion Malinovsky, commandant en chef du Second Front Ukrainien, de s’emparer de Budapest "le plus vite possible, en quelques jours si possible"
Le 7 novembre 1944, des forces blindées arrivent dans la banlieue Est de la ville, à une vingtaine de kilomètres du Palais Royal, le centre géographique de Budapest. Cette soudaine arrivée de blindés soviétiques provoque la panique dans la ville.

Cependant, les troupes soviétiques manquent alors de ravitaillement, notamment à cause de l’empressement de Staline... La ligne de défense établit par les Hongrois et renforcée par les Allemands tient bon, même si des Soviétiques atteignent le Danube au nord et au sud de la ville. Le réseau de Tramway est alors massivement utilisé pour transporter des soldats vers l’est.
Etrangement très peu des 900 000 habitants, ne partiront avant que les Soviétiques ne l’encerclent... En effet, la croyance populaire voulait que la Hongrie et Budapest seraient vite capturées et qu’il était plus sur de rester dans les grandes villes, où l’occupant serait moins "despotique" que dans les campagnes. La vie dans la capitale se poursuit comme de normale. Un journaliste allemand déclarera ceci :
Sur les ponts connectant Buda et Pest, de chaque coté du Danube, on rencontre un garde allemand tout les vingt mètres. Il porte son arme prête, au poing et non sur son épaule. Le long des quais du Danube, où l’on se baladait avec plaisir sous les lampadaires dans les pâles nuits d’été devant certains des hôtels les plus fameux au monde — les Ritz, Bristol, Hungaria et Carlton — des détachements se préparent à la guerre. Les habitués des cafés se rencontrent comme d’habitude à cinq heure au Negresco et tapent les tenants des nappes d’ennui, puis vont au Dubarry ou au Hungarica vers sept heure pour prendre un cocktail maison ou un bon Tocay alors que les bombardiers soviétiques lâchent des bombes indistinctement. Pour le dîner, l’artillerie soviétique envoie des obus lourds sur la cité. Les serveurs travaillent comme si de rien n’était. Chaque jour, il y a au moins quatre ou cinq alertes aériennes.
Le 19 décembre, après un bref repos et aidée par une excellente opération d’intoxication, l’armée soviétique, forte de 1 075 000 hommes, lance une offensive majeure dans toute la Hongrie. 625 000 hommes attaquent depuis l’est, 450 000 depuis le sud. Cet assaut force le front de l’Axe et dès le 21 les troupes soviétiques au sud ont progressé de manière significative.
Quelques jours plus tard, l’autoroute Vienne-Budapest est coupée, et le 26 décembre à midi, des éléments blindés avancés achèvent l’encerclement de la capitale hongroise en rejoignant des troupes descendant du nord, de la vieille ville de Esztergom sur le Danube. Le jour de Noël, au petit matin, des véhicules de reconnaissance pénètrent dans les collines de Buda (à l’ouest) jusque sur la Colline du Chateau, quartier central de la ville. Les autorités militaires de l’Axe réagissent alors et les premières escarmouches éclatent. Des forces de la SS sont rapidement redéployées vers l’ouest. Bien que les Soviétiques ne soient pas assez nombreux alors pour profiter pleinement de ces avancées, ils prennent le contrôle de certains points stratégiques comme l’Hôpital Janos Korhaz à deux kilomètres du Palais Royal. Dans le même temps, les forces germano-hongroises les empêchent de s’emparer des hauteurs de Buda.
Il y a alors près de 70 000 Hongrois et Allemands pour défendre la ville. Certaines unités sont d’excellente qualité comme la division Feldherrnhalle Panzergrenadier, alors que certaines ne sont guère plus que des milices. Cependant, ces forces sont peu adaptées au combat dans une si grande ville et ne partagent pas de système commun de radio-transmission si bien que les lignes de téléphones publics de la ville devront être utilisés et que ce seront parfois des Soviétiques qui décrocheront... La première semaine du siège se caractérise par une série d’assauts soviétiques violents mais désordonnés pour tenter de prendre les points stratégiques de Buda et ceux les plus éloignés du centre de Pest. Les forces hongroises et allemandes transformèrent bien vite tous ces points en véritables forteresses urbaines... Les positions des défenseurs restent cependant stables à ce moment là. Le 29 décembre, pressé de continuer vers Vienne, le Maréchal Malinovsky envoie deux émissaires pour proposer la capitulation de la ville. Ils sont renvoyés par les Allemands. Par un facheux concours de circonstances, les deux émissaires seront tués sur le chemin du retour sans que cela ne soit intentionel de la part des Allemands ou des Hongrois. La machine de propagande soviétique reprendra cependant l’incident à son compte, ajoutant à la sauvagerie des combats.
Dans Pest, les Soviétiques tentèrent alors d’avancer. Plusieurs avenues servirent d’axes d’entrée vers le coeur de la ville. Les défenseurs ne souhaitant pas de battre si loin du centre-ville et ayant perdu leur points forts les plus externes, se replièrent lentement, causant suffisament de pertes aux Soviétiques pour que leur avance se fasse à une allure d’escargot. Le 1er janvier 1945, la Wehrmacht déclenche l’opération Konrad qui vise à désenclaver Budapest par le nord, en attaquant à travers un terrain valonné et forestier. Cette approche plus directe fut préférée à un mouvement plus long mais plus facile sur des plaines cultivées par le sud. Parallèlement, des divisions mécanisées SS se livrent à une série de manoeuvres offensives à l’ouest de Budapest, représentant l’une des dernières victoires tactiques des Allemands sur les Soviétiques.
Le 3 janvier, le Haut-Commandement soviétique reconnait la menace que représente cette contre-offensive et dépèche quatre divisions supplémentaires. Cette réorganisation des forces à l’ouest permettra aux Soviétiques de stopper l’avancée allemande à seulement une vingtaine de Km de Budapest.
Etrangement, les Soviétiques déclenchent une puissante offensive blindée sur la rive nord du Danube et atteignent la frontière autrichienne le 8 janvier. Les Soviétiques avançent au nord vers l’ouest autant que les Allemands avançent au sud vers l’est...
Le 12 janvier au matin, des élements avancés du régiment SS Westland, présents dans les Monts Pilis, dont les collines de Buda sont une extension, aperçoivent au loin la ville et ses clochers. Cependant, dans une situation difficile et très fatigués de la dangereuse traversée des Monts Pilis, ils devront se replier peu de temps après. Les forces engagées dans l’opération Konrad n’iront pas plus loin.
Pendant ce temps, les combats gagnent de plus en plus la ville. Un million de civils se terrent dans les caves, les tunnels de défenses et les grottes naturelles sous la colline du Chateau. Partout les SS, les parachutistes hongrois, les soldats de toutes armes, affrontent les troupes de chocs soviétiques qui déferlent en nombre dans les rues, soutenues par une puissance de feu considérable.

La question du ravitaillement est critique pour les défenseurs de la ville. La perte de l’aéroport Ferihegy, au sud-est de Pest, le 27 décembre 1944, porte un coup sévère au ravitaillement. Les Allemands utiliseront jusqu’au 9 janvier une longue et large avenue avant de se servir d’un parc de Buda au pied de la colline du Château. Cette zone d’atterissage et si fine et courte que seul des planneurs pilotés par des membres des Jeunesses Hitleriennes osaient encore s’y poser sous le feu constant des Soviétiques. Le Danube coulant du nord vers le sud, les Allemands parviendront à faire passer, sous couvert du brouillard et avant que le fleuve ne géle, des milliers de tonnes de ravitaillement sur des barges.
Ce sont les civils qui souffrent en premier de la faim et de la soif. Il est dangereux de s’aventurer dans les rues, même pour prendre un peu d’eau dans le Danube et beaucoup y laisseront la vie. La priorité est pour les combattants qui vont jusqu’à sacrifier les chevaux des divisions de cavalerie SS... Les unités hongroises sont un peu mieux loties car la population les aides plus que les unités allemandes ! La bataille devient alors le plus violent et sanglant combat urbain majeur depuis Stalingrad. La guerre psychologique s’installe. Des tracts lachés par les avions soviétiques disent : Die Schwarzen Raben fliegen aus Stalingrad (les corbeaux noirs arrivent de Stalingrad). Le froid inhabituel et les snipers (sibériens) mènent la vie dure aux soldats de l’Axe. Si les unités allemandes, habituées à ce genre de situation, ne bronchent pas, ce n’est pas le cas des unités hongroises récemment recrutées et où la désertion devient monnaie courante. La guerre se propagent dans les égouts que les deux camps utilisent pour infiltrer les lignes adverses et amasser des renseignements. Six fusillers-marins soviétiques parviendront ainsi à gagner la colline du Château, y rester plusieurs heures avant de capturer un officier allemand et de le trainer vers leurs lignes toujours en sous-sol. Les Hongrois utilisent des travailleurs municipaux pour les guider dans les égouts et contrer au mieux ce genre d’opérations éclair...
Mais Staline, toujours pressé, s’impatiente... Le 11 Janvier, il ordonna que la ville soit prise par la force la plus brutale qu’il soit possible d’employer. Une unité spéciale équipée de lances-flammes, de sapeurs et d’armes lourdes fut formée alors que les unités régulières lançaient un assaut général vers le centre-ville.

Les Soviétiques chassèrent les Allemands de l’Ile Csepel, le coeur industriel de la ville, après d’apres combats mètres par mètres dans les usines et les manufactures. Jusqu’au dernier moment les usines du grant magnat industriel juif hongrois Manfred Weiss, le "Krupp hongrois" produiront des obus, des munitions et des Panzerfausts pour la garnison.
A Pest l’avance rouge se poursuit. Le 12 janvier, la Place des Héros et le Bois de Ville sont pris et les Soviétiques déferlent sur l’Avenue Andrassy, les Champs Elysées de Budapest. A partir de ce point, l’avancée soviétique s’accélère. Au niveau de la Gare de l’Est (Keleti Palyaudvar), à partir du 14, les Hongrois se défendent avec archanement et sauvagerie face à leurs ennemis héréditaires, les Roumains du Général Nicholae Sova. Jusque là ils n’avaient combattu qu’à contre-coeur... Le 16 les défenseurs hongrois épuisés défendent encore chaque quai de la gare mais sont finalement vaincu par un ennemi supérieur en nombre.
La Gare de l’Ouest, à Pest, (Nyugati Palyaudvar) est aussi un point de sérieuse résistance de la part des Hongrois. Cependant ils en sont également chassés le 16, ce qui met les Soviétiques à quelques centaines de mètres du Danube. La garnison de Pest risque alors de se trouver coupé en deux par son centre ! Le 17, Hitler consent à laisser l’ensemble de la garnison se replier sur Buda. Un terrible bouchon encombre alors les deux principaux ponts sur le Danube, le Pont des Chaines, centenaire, et le pont Erzsebet. Voici la description qu’en fit un reporter :
Les ponts étaient constament sous le plus lourd des feu, et malgré ceci, tout ce qui pouvait courir, rouler ou ramper traversait de Pest vers Buda. Les véhicules de toutes sortes, civils comme militaires, chargés comme pas possible, transportaient des mères en haillons, des épouses et des enfants en pleurs et beaucoup, beaucoup de soldats blessés. Quand les obus de mortiers tombaient dans cette masse mouvante d’humanité, hommes et matériels étaient éjectés de chaque coté des ponts dans le fleuve.
Malgré les protestations du Général Ivan Hindy, commandant en chef hongrois, les Allemands firent sauter les magnifiques ponts le 18, peu avant l’aube.

A l’extérieur de la poche, les SS déployés au nord-ouest furent secrètement redéployés au sud si bien que le 20, les Allemands purent lancer le dernier grand raid blindé de la guerre. Ce raid ouvrit un trou large de 18 Km dans les lignes soviétiques et finit par atteindre le Danube au sud de Budapest où les chars allemands ouvrirent le feu sur l’activité fluviale soviétique. Le 23 janvier, la ville de Székesfehérvár, au sud-ouest de Budapest, était reprise par les SS mettant ainsi en danger l’ensemble du dispositif soviétique.
Les officiers soviétiques hésiteront quelques temps, demandant même l’autorisation à Staline de se replier. Mais finalement ce dernier leur ordonne de tenir la position coûte que coûte... Deux corps d’infanterie qui se préparaient à l’anéantissement final de la poche de Budapest sont redéployés vers le sud en catastrophe. Le Cinquième corps de Cavalerie de la Garde parcourera près de 100 Km en une journée, arrivant avec les autres unités redeployées pour repousser les Allemands, grandement affaiblis par leur avance.
Le 24 janvier, les Allemands mènent une dernière attaque qui les amènent à 20 Km au sud de la ville. Un certain nombre de messages sont echangés par radio avec la garnison, notamment celui-ci :
Souhaitons avec ardeur votre succès et notre libération, dix milles des notres, bléssés, vous attendent.

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mer 28 Fév - 1:49

Une fois encore Hitler refuse que la garnison tente une sortie, ce qui force les troupes participant à la contre-offensive à se replier. En effet la situatin devenait trop risquée pour elle, avec des lignes de ravitaillement trop étirées et des positions fragiles.
Le 28 janvier, alors que les troupes de l’Axe se réplient vers l’ouest, le sort de Budapest est définitivement scellé... Alors que le moral des défenseurs décline, les troupes soviétiques exercent toujours plus de pression sur eux. Deux corps d’infanterie attaquent sans relâche le sud de la ville et la ligne de défense établie sur les crètes et les vallées de la face ouest de la ville. Assauts après assauts le Kampfgruppe Portugall parvient à tenir la colline des aigles, surplombant l’ensemble du dispositif défensif. Plus bas, au cimetière Farkasreti les combattants se livrent à une macabre bataille entre les tombes...
Plus en centre ville, de étudiants hongrois défendent avec vigueur la colline aux roses, et mènent même une contre-offensive soutenue par plusieurs canons automoteurs Hummel de 150 mm. Au cours de cet intense tir de barrage, le Général Afonyin, Chef de groupe soviétique, est sérieusement blessé. L’ile Margit est défendue par une garnison mixte germano-hongroise et est toujours relié à Buda par une moitée intact du pont Margit. Le site était très important pour la garnison car ses vastes étendues de gazons servaient aux parachutages et l’île couvrait aussi l’approche des aérodromes de fortune du centre ville.

Début février la situation logistique est catastrophique pour la garnison. La ration journalière est réduite à 150 grammes de pain, de la viande de cheval et de la neige fondue. La majorité des combattants souffrent de diarrhées et on craint une épidémie de typhus.
Les Soviétiques lancent de violentes attaques sur le cimetière Farkasreti, et forcent finalement les défenseurs à se replier après plusieurs jours de combats. Les unités de l’Axe se repositionnent dans le vieux quartiers de Taban, entre les collines du Château et Gellert.
Le 6 février, une attaque venant de trois directions permet enfin d’emporter la colline des Aigles après pas moins de six semaines de combats incessants. La défense de toute la ville est compromise alors que l’artillerie soviétique s’installe sur le sommet. Elle commence alors à déverser ses obus, avec précision, sur les positions de l’Axe en contre-bas. Les pistes d’atterissages improvisées deviennent inutilisables et tout ce qui reste de la garnison est pressée contre le Danube dans un rectangle de deux Km sur 600 m, à court de munitions et presque incapable de répondre à toute nouvelle offensive...
Cependant, la garnison refuse d’abandoner, notamment les Croix Fléchées qui organisent plusieurs tentatives de contre-attaques sur la colline du Château. Au sud de l’Hotel Gellert, les défenseurs épuisés combattent avec détermination l’infanterie et les tanks soviétiques. Pendant deux jours, la Gare du Sud (Deli Palyaudvar) est le siège d’âpres combats, les Soviétiques tentant de prendre le dernier bâtiment majeur encore debout au plus près du Château. Lorsqu’elle tombera les Soviétiques en profiteront pour avancer autour de la colline du Château... Le 10 février, des troupes de marines soviétiques lancent un violent assaut sur les hauteurs, prenant pied sur la colline du Chateau. Parallèlement, les Soviétiques avancent maison par maison dans le quartier de Taban, parvenant presque à couper en deux la poche tenue par la garnison ! Alors que tout espoir d’être un jour secouru a disparu, que les stocks de munitons et de vivres sont épuisés et que les premiers Soviétiques sont à dix minutes de son quartier général, le Général Pfeffer-Wildenbruch ordonne, contre la volonté d’Hitler, une sortie.
Les troupes germano-hongroises s’organisent en trois vagues et profitent d’un épais brouillard pour avancer. Les Soviétiques sont initialement surpris alors que la garnison infiltre des soldats russophones dans ses positions à la Place Széna. La première vague avance alors dans les rues vers le nord-ouest au travers de la Place Széna, sous le feu soviétique. Beaucoup seront abattus quand les soldats soviétiques parviendront à apercevoir leurs silouhètes dans le brouillard. Les rares véhicules qui accompagnent la retraite sont rapidement détruits par des canons antichars soviétiques.
Certains groupes de soldats avancent en faisant usage de tactiques d’assauts coordonés mais la première vague doit son passage à son seul nombre et la brutalité de milliers de soldats désespérés qui tentent de s’en sortir par tout les moyens...
Les seconde et troisième vagues ont moins de chance car l’artillerie les prend à parti alors qu’elles sont encore engagées dans différents combats de rue... Malgré des pertes terribles et l’épuisement total des munitons, la garnison finit par gagner la relative sécurité des bois sur les collines au nord-ouest de la ville.
Plus de 10 000 soldats, allemands comme hongrois, parviendront à quitter la ville, laissant derrière eux un macabre sillage de milliers de morts et de soldats trop épuisés pour fuir qui seront finalement pris par les Soviétiques. La ville de Budapest est un vaste champs de ruine. Des millers de bâtiments sont détruits ou endommagés. Le Parlement et le Palais Royal sont aussi en ruine et les cinq ponts, tous des pièces uniques d’architecture, reposent au fond du Danube. Près de 40 000 civils hongrois, dont une moitié de Juifs, trouveront la mort dans la bataille.
On n’a jamais pu obtenir le coût exact de la conquête de Budapest pour les Soviétiques, mais on l’estime entre 100 et 160 000 morts. Des statistiques soviétiques d’après guerre estime que 180 000 combattants hongrois et allemands étaient piegés dans la ville et que 110 000 ont été capturés. Juste après la fin du siège des milliers de civils sont ajoutés au compte de prisonniers de guerre afin que la "réalité" colle avec leurs prévisions... @+
Otto
Forces en présence:
Coté allemand:
180 000 (90 000 pour la défense de la ville)
Coté Soviétique:
500 000 (170 000 pour l'assaut de la ville)


_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
florian
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 438
Age : 54
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mar 2 Oct - 18:05

D'après l'ouvrage de Charles Trang consacré à la Florian Geyer seuls 785 soldats allemands ont réussi à s'échapper de Budapest encerclée. Ce chiffre étant en totale contadiction avec les 10.000 rescapés évoqués ici, je m'interroge Question Qu'en est il réellement ?
Trang parle bien de soldats "allemands" (toutes unités confondues), aurait il pu confondre avec les seuls rescapés de la Florian Geyer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
werner41
Stabsfeldwebel
Stabsfeldwebel
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 80
Localisation : Granville
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re   Mar 2 Oct - 18:38

Magnifique sujet ! Ah!! , "les ordres du führer" et leurs imbécillités .Et ces jeunes qui obéissent au doigt et à l'oeil ...
Beau travail
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florian
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 438
Age : 54
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Ven 5 Oct - 17:37

Encore une précision , je retrouve ce chiffre de 785 survivants dans l'ouvrage d'Hubert Meyer sur le Hitlerjugned engagée dans le secteur dés le 17 février (nettoyage de la poche du Gran).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zek
Obergefreiter
Obergefreiter


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Dim 4 Nov - 22:16

florian a écrit:
D'après l'ouvrage de Charles Trang consacré à la Florian Geyer seuls 785 soldats allemands ont réussi à s'échapper de Budapest encerclée. Ce chiffre étant en totale contadiction avec les 10.000 rescapés évoqués ici, je m'interroge Question Qu'en est il réellement ?
Trang parle bien de soldats "allemands" (toutes unités confondues), aurait il pu confondre avec les seuls rescapés de la Florian Geyer ?

Peut-être que les autres appartenaient à la Honved ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Generaloberst Halder
Generalleutnant
Generalleutnant
avatar

Nombre de messages : 374
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Lun 5 Nov - 18:56

Merci pour ce sujet complet kamarad. :pouce:

Juste une question, quelle(s) unité(s) était présentes à Budapest?
Je crois qu'il y avait la division de cavalerie maria-théréra et la florian geyer mais je ne sais pas s'il y en avait d'autre. Si l'un d'entre pouravit m'éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Lun 5 Nov - 22:36

Il y avait aussi la 3.SS-Panzer Division "Totenkopf", la 9.SS-Panzer Division "Hohenstaufen", la 12.SS-Panzer Division "Hitlerjugend" la 23. et 24.Panzer Division (sous le commandement de la 3e armée hongroise) pour ne citer que celles-ci @+
Otto

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
Generaloberst Halder
Generalleutnant
Generalleutnant
avatar

Nombre de messages : 374
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Lun 5 Nov - 22:40

Merci kamarade Carius de tes lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Lun 5 Nov - 22:40

De rien mein General :yessir: Wink @+
Otto

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
Zek
Obergefreiter
Obergefreiter


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mar 6 Nov - 22:20

Carius a écrit:
Il y avait aussi la 3.SS-Panzer Division "Totenkopf", la 9.SS-Panzer Division "Hohenstaufen", la 12.SS-Panzer Division "Hitlerjugend" la 23. et 24.Panzer Division (sous le commandement de la 3e armée hongroise) pour ne citer que celles-ci @+
Otto

Oui mais ces divisions n'étaient pas à Budapest mais non loin du lac Balaton avec la 6. SS Panzerarmee de Dietrich pour la dernière offensive allemande à l'Est visant justement à délivrer Budapest. Devant l'échec de l'entreprise, Hitler ordonna à ses divisions d'élite de retirer leurs bandes de bras distinctives, ordre qui ne sera pas exécuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Generaloberst Halder
Generalleutnant
Generalleutnant
avatar

Nombre de messages : 374
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mar 6 Nov - 22:29

Je pensais que l'épisode des bandes de bras ne concernait que la LSSAH?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mer 7 Nov - 15:47

Merci de préciser Zek mais j'ai donné des unités présentes pour la bataille de Budapest, certaines hors de la ville comme les divisions SS du VI.SS Panzer Armée (l'opération Frühlingserwachen autour du lac balaton fait partie de la bataille de Budapest) mais j'ai donné aussi des unités présentent dans la ville et ses environs comme la la 23. et 24.Panzer Division j'aurais du préciser :Con: @+
Otto

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
goliath
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 554
Age : 24
Localisation : Finlande-Ermont 95
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mer 21 Nov - 18:46

très beau post !! Very Happy
je ne connaissais que peu cette bataille. Beaucoup de tes phtos carius représent des tigres II, en effet je crois que budapest sera un peu leur banc d'essai massif à l'est comme la bataille des ardennes à l'ouest.
merci beaucoup !

goliath 🇲🇬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexderome
Oberst
Oberst
avatar

Nombre de messages : 255
Age : 52
Localisation : Pontaut Combault
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Ven 8 Avr - 0:25

Je connais bien cette bataille, j'ai même visité les lieux où se sont déroulés les derniers combats lors de la tentative de percée.
Aparté, l'épisode des bandes de bras retirées sur ordre d'Hitler concerne l'échec de Frùhlingserwacheren mars 45, après la réduction de la tête de pont du Gran (Sùdwind).
Il n'y eut que 700 réchappés, principalement allemands. Beaùcoùp de SS se sùicidèrent dont les kommandeùrs de la Florian Geyer (Rùhmor) et Zehender (Maria Theresa).
C'est ici, long, çà m'a pris du temps (cartes, photos) http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/t37-le-siege-de-budapest#72
L'épisode de l'évasion de Pfeffer-Wildenbrùch dans le fossé dù Diable est pathétique.



Dans le fossé du diable

Pendant ce temps, l'état-major du IX SS Gebirgs Korps entreprend de s'échapper au travers d'un canal souterrain traversant Buda appelé Ördög-Arok : le fossé du diable. Le général Hindy, commandant les forces hongroises rassemble ses officiers supérieurs et propose le plan d'évasion. Le nouveau promu général Billnitzer, chef des canons d'assaut, refuse tout net de les accompagner, préférant rester au milieu de ses hommes.
A 23hOO, un kampfgruppe de 500 SS commandé par le SS Oberfuhrer Dörner ouvre la marche, pénètre dans le canal souterrain situé en face du tunnel du Château. Des fuyards rejoignent le groupe et bientôt le niveau de l'eau monte. L'armement encombrant est abandonné, ainsi que les bagages, obstruant la marche des suivants.

Certains décident de quitter ce "couloir du diable" comme l'aide de camp de Pfeffer-Wildenbruch,Usdau Lindenau qui aussitôt à l'air libre est capturé.
Pfeffer-Wildenbruch quitte également le tunnel, les Russes à l'extrémité attendent les échappés avec des lance-flammes, se cache dans une villa et est fait prisonnier. Dörner disparait à tout jamais. Tous ceux qui tentèrent l'échappée par le fossé du diable ne purent retrouver les lignes allemandes. Le général Ivan Hindy, accompagné de sa femme est capturé avec son état-major.

Ordög Arok : le fossé du diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
Alexderome
Oberst
Oberst
avatar

Nombre de messages : 255
Age : 52
Localisation : Pontaut Combault
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Ven 8 Avr - 0:29

Karl Pfeffer-Wildenbruch SS-Obergruppenführer und General der SS und Polizei
Ancien commandant de la 4 SS Polizei-Pz.G Division. Plus un bureaucrate qu'un chef de guerre.Spécialiste du maintien de l'ordre. Il sera un des derniers prisonniers de guerre à revenir en Allemegne en 1955 et décèdera dans un accident de voiture en 1971
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
Alexderome
Oberst
Oberst
avatar

Nombre de messages : 255
Age : 52
Localisation : Pontaut Combault
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Ven 8 Avr - 0:38

Il est difficile d'établir le chiffre exact de la garnison gemano-hongroise mais il est fixé à 70000 hommes : 37000 hongrois, 33000 allemands.
Il ne faut pas oublier la présence de troupes roumaines : le 7 Corps du général Sova. Les troupes hongroises les moins combatives devenaient belliqueuses lorsqu’elles avaient affaire aux Roumains, ennemis héréditaires. Le souvenir de l’occupation de la capitale, suivi du pillage par l'armée roumaine en 1919 était encore vivace.

Le lieux où atterrissaient les planeurs pilotés par les jeunes de la HJ s'appelle Vermezö, c'est à dire Champs du Sang où furent exécutés en 1795 des Jacobins hongrois par les Autrichiens.

Alex
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5060
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   Mar 12 Avr - 11:37

Merci pour ces infos supplémentaires ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bataille de Budapest   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataille de Budapest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny
» Sondage bataille d’Eylau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Batailles-
Sauter vers: