Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La bombe Fx 1400 Fritz X (2012)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5116
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: La bombe Fx 1400 Fritz X (2012)   Jeu 21 Juin - 11:42


Le Fx 1400 Fritz X est une bombe planante guidée par radio destiné à la lutte antinavire.

Le missile complet se compose de trois sections distinctes, l'ogive antiblindage de 320 kg d'amatol, le boîtier de commande, et l'empennage. Il y a quatre ailettes en alliage d'aluminium fixées à l'engin à hauteur du centre de gravité. Le but de ces ailettes est de donner à la bombe une portance suffisante pour que les surfaces de contrôle dans l'unité de queue puissent exercer une influence suffisante.

L'entreprise Ruhrstahl fabriqua ces bombes planantes à environ 1 400 exemplaires.

Il s'agit du second engin guidé antinavire mis en service par l'Allemagne nazie après le Henschel Hs 293 A. Sa portée était d'environ 5 km.







Les études sur ce système d'arme ont débuté en 1938 lorsque les forces allemandes se rendirent compte de la difficulté de toucher un navire en mouvement avec des bombes classiques lors de la guerre d'Espagne.

Le directeur du programme fut le docteur Max Kramer du Deutsche Versuchsansalt fuer Luftfahrt qui testait des méthodes de correction des trajectoires lors des lâchers de bombes, en utilisant des spoilers radio-pilotés situés dans la queue de bombes de 250 kg. En 1940, le RLM adopté le système de contrôle Kramer pour bombe anti-blindage SD 1400X. La bombe allemande de 100 kg a toujours été connue comme «Fritz» de sorte que son nom de code est devenu "Fritz X" et la désignation du code, "FX" ou "FX 1400."
La société Ruhrstahl poursuivit la fabrication de ces armes avec la désignation "X-1" qui a conduit aux variantes X, X-1 à X-7. Le «X» a été une classification utilisée par Ruhrstahl pour désigner tous ses missiles avec des queues en croix. Le missile opérationnel a été plus tard appelé "Körper" par un personnel soucieux de la sécurité.

La seule unité de la Luftwaffe à déployer le Fritz-X a été le Gruppe III du Kampfgeschwader 100, désigné III./KG 100. Cette unité a utilisé des bombardiers moyens Dornier Do 217K-2 pendant presque l'ensemble de ses missions d'attaque, bien que dans quelques cas, vers la fin de son histoire, les variantes Do 217 K-3 et Do 217 M-11 ont également été utilisées.


Montage de la bombe sur un Do 217




Le Fritz-X avait été initialement testé avec un Heinkel He 111, mais il n'a jamais été utilisé en combat par cet appareil. Quelques variantes spéciales du bombardier stratégique Heinkel He 177 ont été équipées pour le transport de la Fritz-X, mais il semble que cette combinaison n'a jamais vu de combat. Le bombardier stratégique Heinkel He 277 devait pouvoir en embarquer 2 mais il n'a jamais fait de missions opérationnelles.

Les premières utilisations au combat ont eu lieu le 21 février 1943 lors d'un bombardement sur le port de Augusta en Sicile, d'autres raids eurent ensuite lieu à Messine et autour de cette île mais aucun coup au but ne semble avoir été enregistré et les Alliés ignorèrent que les bombes utilisées étaient une nouvelle arme.

Le 8 septembre 1943, le Royaume d'Italie signa un armistice avec les Alliés et le gouvernement de Badoglio ordonna à la Marine italienne de rejoindre Malte. Le Roma appareilla de La Spezia avec à son bord l'amiral Carlo Bergamini, commandant en chef de la flotte italienne qui comprenait alors également les cuirassés Vittorio Veneto et Italia, trois croiseurs et huit contre-torpilleurs.

Le 9 septembre, la flotte fût interceptée au nord de la Sardaigne par 6 ou 12 bombardiers Dornier Do 217K2 du Kampfgeschwader 100 de la Luftwaffe basé à base aérienne d'Istres transportant chacun une bombe radioguidée FX1400 Fritz X.

Les bombardiers allemands lancèrent leurs armes hors de portée de la DCA embarquée. Un premier projectile toucha l'Italia à l'avant, l'encombrant de 900 tonnes d'eau ce qui ne l'empêcha pas de poursuivre sa route sans réduire sa vitesse.



La fin du Roma




C’est ensuite au tour du Roma, un premier coup au but le frappe sans effet dévastateur apparent, car l’explosion se produit en profondeur de la coque et il n’y a pas moyen, en étant à couvert, de comprendre se qui se passe. Le second coup frappe la proue, les conséquences donne à divergences. Ils existent d’autres témoignages directs dont celui de l’officier survivant le plus élevé en grade, outre l’enfer qui en dérive, font la mise au point que la poudre des dépôts du Roma déflagra, mais n’explosa pas comme sur les navires britanniques. Cette maniaquerie technique, qui serait un compliment de la qualité de la poudre italienne, sera aussi techniquement vraie mais elle ne réussira pas au destin du navire et d’une grande partie de l’équipage : la tour numéro 2 sauta en l’air pour retomber à la mer de toute sa masse de 1500 tonnes. La coque se brisa après quelques minutes. La tour cuirassée de commandement fut saisie par les flammes, elle s’en retrouva déformée et pliée par la chaleur, l’ammiral Bergamini et son état-major sont tués sur le coup. Le nuage de flamme monta jusqu’à 400 m en hauteur, formant le champignon classique des grandes explosions. Si on peut disserter sur la poudre qui aurait déflagré ou explosé, il est indubitable que le navire explosa ou plus communément sauté en l’air. Il est certain qu’il résista mieux que le HMS Hood avant de sombrer, mais le Roma avait une cuirasse plus moderne et plus robuste.









En quelques minutes, le navire se brisa en deux troncs, alors que sur le pont les marins s’inquiétaient, nombreux gravement blessés et brûlés. Alors, le navire s’enfonçait dans les eaux, après que la coque se soit brisée en deux, ceux qui se trouvaient à bord et spécialement ceux qui étaient en poupe se voyaient condamnés. Ceux qui pouvaient encore, réussirent à s’éloigner et furent sauvés par les torpilleurs d’escorte. Le naufrage du navire le plus moderne et le plus puissant de la flotte, au nom de la cité symbole de l’imaginaire fasciste, fut l’extraordinaire et goguenard épilogue de l’événement historique de l’Italie fasciste, avant l’occupation allemande et la guerre civile qui dureront 19 mois.

Le plus prestigieux des navires de guerre de la Regia Marina, extrema ratio des ressources que l’Italie attendait à engager même quand la Sicile fut envahie, fut coulé dans un climat irréel par ceux qui 48 heures auparavant étaient des alliés (d’où la fameuse phrase de Sordi dans tutti a casa « les Allemands se sont alliés avec les Américains »), et en même temps, pour la première fois, l’inutilité des cuirassés même les plus moderne est démontré, face aux armes de nouvelle génération.



Dans les jours suivants, plusieurs coups au but seront enregistrés contre la flotte alliée, Le USS Savannah (CL-42) participant à l'opération Avalanche fut atteint par une bombe Fritz X largué à 5 700 mètres d'altitude le 11 septembre 1943, 197 marins périrent, une cinquantaine d'autres gravement blessés et le navire ne fut totalement réparé que le 4 septembre 1944.

USS Savannah touche






Le croiseur léger HMS Uganda a été frappé par un Fritz-X près de Salerne le 13 septembre. Le X Fritz a percé sept ponts et a explosé sous sa quille. Tous les feux de la chaudière ont été éteints, seize hommes ont été tués, et l'Uganda a pris 1 300 tonnes d'eau. L'Uganda a été remorqué à Malte pour réparations.

Le 16 septembre, ce fut le cuirassé britannique HMS Warspite (03) qui reçut 3 de ces bombes, ses réparations durèrent jusqu'en mars 1944.

La destruction du croiseur léger HMS Spartan (95) de la Royal Navy le 29 janvier 1944 causant 46 tués est souvent attribuée à cette arme mais le projectile était en fait un Hs 293[5].

Par la suite, les alliés contre carreront cette menace en accroissant la portée de leurs escortes de chasseurs et en mettant au point un système de brouillage radio.



Présentation FX 1400 Fritz X

Fonction Bombe antinavire
Constructeur Ruhrstahl
Déploiement février 1942 - 1944


Caractéristiques
Masse au lancement 1 362 kg
Longueur 3,26 m
Diamètre 0,85 m
Envergure 1,35 m
Vitesse 343 m/s (1,235 km/h)
Portée 5 km

Charge Charge antiblindage de 320 kg d'amatol
Guidage Radioguidage Kehl-Straßburg FuG 203/230
Détonation Fusée AZ 38B réglé à l'impact après un court délai
Plateforme de lancement Avion

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La bombe Fx 1400 Fritz X (2012)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alerte à la bombe à Lourdes ce 15 août
» CLES 2 et C2I2E - report session 2012
» Apocalypse pour 2012????
» Bombe volcanique
» nouvelle venue...pour le CRPE 2011-2012...enfin j'espère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Autres-
Sauter vers: