Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Char Hongrois Turan (2012)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Char Hongrois Turan (2012)   Dim 22 Juil - 3:07


Conçut et produit tout d'abord sous le nom de ŠP-II-c en 1938 ,le char moyen de chez Škoda fut mis en compétition face au blindé V-8-H du concurrent CDK .Tout d'abord écarté de la compétition face à son concurrent ,le ŠP-II-c fut tout d'abord délaissé ,jusqu'au bouleversements induits par l'Anschluss ,qui bouleversa du tout au tout l'ordre établit dans le secteur militaro-industriel tchécoslovaque .

C'est dans le contexte d'une occupation allemande et d'une direction de Škoda ouvertement collaboratrice que l'engin sera proposé à une série de nation alliée du Reich .En tout premier lieu ,ce sera à la Roumanie de se voir proposer le char moyen ,avec un succès fort limité d'ailleurs (cf l'article sur le T-21 déjà paru ) .Le char moyen fut ensuite proposé à l'automne de l'année 1939 à la Hongrie de Miklos Horthy ,alliée non négligeable de l'Allemagne .Arrivé au début de l'été de 1940 en territoire magyare ,le blindé tchécoslovaque va y subir une batterie de test d'où certaines de ses caractéristiques impressionnèrent fortement les officiels hongrois ,notamment sur les domaines de la fiabilité ,de la manoeuvrabilité et de la souplesse de conduite (en cela grandement avantagé par la présence d'une boite de vitesse oléo-pneumatique assez unique en son genre ,que l'on pourra retrouver sur quelques rares engins de la même lignée ,notamment le Pz 35 (t) ).

L'état major hongrois ,désormais conquis par l'engin de chez Škoda ,vont faire subir au prototype démonstrateur une série de modifications destinées à en faciliter la production et l'utilisation pour la Honved (l'armée hongroises ). Parmi ces adjonctions et substitutions ,nous pouvons noter l'ajout d'une radio hongroise R-5a ,d'une mitrailleuse de caisse 34/40A M (version fabriqué localement ,sous licence, de la ZB-30 tchécoslovaque ) ,ainsi que le remplacement plutôt désastreux du canon Škoda A-11 de 47mm par un 37M de 40mm .Cette dernière modification (qui se révélera par la suite fort malheureuse ) ,se justifie de par l'utilisation de munitions anti-char similaire entre cette pièce et le canon de DCA 36M de même calibre ,en dotation depuis quelques temps déjà au sein de la Honved .
Moyennant ces modifications ,le gouvernement hongrois signa une licence d'avec Škoda en décembre 1940 ,licence portant initialement sur la production ,en Hongrie ,de 190 exemplaires de ce char moyen.


Turan I 40M





Caractéristiques :

Dimensions :

-Longueur :5,55 m
-Hauteur :2,30m
-Largeur :2,44m
-Largeur des chenilles :4,2m

-Poids :18,2 tonnes
-Pression au sol :0,61 Kg/cm²

Équipage :5 hommes

Motorisation :

-Moteur :Weiss Manfred V-8-H
-Cylindrée :14866 cm3
-Puissance :260 cv
-Rapport poids/puissance :14,3 cv/tonnes

-Capacité du réservoir :265 l

Performances :

-Vitesse maximum : 47 Km/H
-Incidence de montée maximale :45%
-Franchissement en coupure verticale :0,8 m
-Franchissement à gué : 0,9 m
-Franchissement en coupure franche : 1,75 m
-Autonomie sur route : 165 Km


Armement :

-Armement principal :
-Canon 41M de 40mm
-Quantité d'obus stockés :101
-Pointage en élévation :de -10 à +25 °
-Vitesse initiale avec l'obus AP :875 m/s

Performances anti-char du canon de 40mm 41M ,avec l'obus AP assigné ,sur une plaque de blindage homogène ,inclinée à 30° :

-à 100m :de 47 à 55 mm
-à 500m :de 35 à 45 mm
-à 1000m :de 30 à 35 mm
-à 1500m :de 23 à 27 mm
-à 2000m :de 18 à 21 mm

-Armement Secondaire :
2 mitrailleuses 34/40A M (version fabriqué sous licence de la ZB-30 tchécoslovaque) ,alimentés à raison de 3000 coups .


Blindage :
(En acier corroyé intégral ,riveté )

Caisse :
-Frontal : 50 mm
-Latéral et arrière :25 mm
-Toît et plancher :13 mm

Tourelle :
-Frontal : 50 mm
-Latéral :25 mm
-Toît :13 mm


Production :
La commande initiale de 1941 ,portant sur la livraison de 190 blindés, fut rapidement réévaluée et passa désormais à 230 blindés ,produits à partir du mois d'octobre 1941 .Cette production ,conformément à la pratique en vigueur en Hongrie à cette époque ,fut confiée à différentes firmes qui s'en acquittèrent par ailleurs fort bien .
C'est ainsi que sur cette commande initiale ,70 engins seront produits par Weiss Manfred ,50 par Ganz ,70 par MVG et les 40 derniers par MAVAG de Budapest ,portant le total aux 230 engins initialement prévus .Les engins de cette première série seront rapidement livrés aux forces combattantes ,les premiers étant réceptionnés dés le début de l'année 1942 .
La situation sur le front de l'est s'empirant ,le gouvernement hongrois passa dés 1942 ,une nouvelle commande portant sur 70 engins supplémentaires dont la production s'étalera jusqu'en 1944 ,(et qui ne fut jamais pleinement honorée ,bombardements puis opération « Panzerfaust » obligent) .Sur cette deuxième commande 24 engins seront produits par Ganz ,12 par MVG ,et 19 enfin par MAVAG de Budapest .

Combats

La vie opérationnelle du Turán se confond avec celle de la fin de l'arme blindé hongroise sous la régence .Au lieu d'un bref rappel des unités ,j'ai opté pour une présentation plus “contextuelle” de la vie opérationnelle de notre engin .

I-De la reception d'un nouvel engin à son décevant baptème du feu ;

Les nouveaux chars moyens ,qui sont produits tout le long des années 1942 et 1943 prennent tout naturellement la direction des deux divisions de cavaleries hongroises .Celles ci ,qui viennent d'être saignées lors de l'hiver 1942-1943 ,on été reconstituées à la va-vite ,avec notamment une poignée de Somua S-35 d'origine française dans le but de faire de la lutte contre les partisans .Les Turán vont remplacer ces engins dépassés alors que les divisions blindés prennent un repos bien mérités dans la métropole magyare .Au printemps 1944 ,l'entraînement des équipages est à peu près achevé lorsque les russes ,qui ont désormais traversé le Dniepr ,déclenchent une large offensive en direction de la Pologne .Les forces magyares ,qui sont alors tout au plus éloignées de 150 km ,se retrouvent être l'un des ultimes remparts garantissant le flanc du dispositif allemand .Les Hongrois sont alors presque sommés d'intervenir par les Allemands .Rassemblée dans les environs de Stryj ,la 1ere armée hongroise peut compter sur la 2e division de cavalerie ,qui rassemble un total de 120 chars 40M Turan I .Pendant quelques jours de statu quo ,certains équipages de 40M font une inquiétante découverte .S'entraînant au tir sur une épave de T-34/85 ,ils n'arrivent a percer le bas de la caisse qu'à une distance de 20m !
Les Turán voient leurs baptêmes du feux le 17 avril à Nadworna ,et n'y brillent guère .Certes cinq T-34 sont détruits ,certes les objectifs sont à peu près atteints ,mais c'est plus de la moitié des Turán engagés le 17 qui sont hors de combat le 19 .Mise plus ou moins de coté à partir de cette date ,l'unité cuirassée participe cependant a de sporadiques combats au fer et à mesure que la pression soviétique diminue .
Le 29 avril ,c'est au tour de la 1ere division de cavalerie de monter au front .Dotée de 54 Turán I ,la division est alors durement malmenée dans les environs de Timkovicze ,les pertes sont lourdes ,bien trop lourdes au vues des adversaires affrontés .Après ces évènements et le rétablissement du front par les Allemands ,les unités hongroises peuvent retourner en leurs métropole afin de se « refaire une beauté » .Il est alors très clair que l'expérience des 40M Turan I n'est guère concluante .Leur faible blindage et leurs armement fort peu puissant les relègue peu à peu à des taches secondaires ,en témoigne leurs relatif remplacement par des Pz IV au sein des unités cuirassées et la livraison d'une dizaine de 40M à la 7e division d'infanterie .



« Taillé à la serpe » ,telle a du être l'observation faite par les tankistes hongrois lorsqu'ils perçurent leurs nouveaux engins .Non inclinées ,les plaques de blindage se trouvaient également rivetées ,pratique aisée mais très dangereuse en cas d'arrivée d'un obus HE ,qui les transforme en autant de projectiles nocif à la survit dans habitacles de l'engin .





Aprés le Toldi ,le Turán devient le deuxième char intégralement produit par la Hongrie .A l'instar de son voisin ,le Turán se trouve obsolète dés sa mise en service ,d'autant que les T-34/85 commencent a arriver en nombre en ce début d'année 1944 .
Cet engin vient manifestement d'être réceptionné et semble sollicité pour l'entraînement de son équipage .Il est notable que malgré une certaine dégradation en cette fin de guerre ,l'entraînement des troupes hongroises reste bien au dessus des standards des autres belligérants .C'est ainsi qu'un tankiste s'entraîne sur sa machine prés de 4 mois avant d'être engagé ,pendant qu'un pilote de chasse de la MKHL n'est pas « opérationnel » avant une année au moins.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Char Hongrois Turan (2012)   Dim 22 Juil - 3:15


Les Turán I dans la fournaise de Bagration .

Le 22 juin 1944 se déclenche l'offensive estivale soviétique aujourd'hui connue sous le nom de « Bagration » .Cette offensive massive et imprévue va totalement désintégrer l'Heeresgruppe Mitte ,provoquant de ce fait les plus grande perte de l'armée allemande depuis le début du conflit .En quelques semaines ,les soviétiques vont quitter les plaines d'Ukraine pour les citées industrielles des frontières du Reich .En août ,alors qu'elle rencontre quelques résistances en Pologne ,l'armée rouge redirige ses efforts plus à l'est ,vers les Balkans ,en passant bien entendu par la Roumanie .Celle ci plie rapidement ,sa première division blindée étant annihilée le 20 août ,1er jour de l'offensive soviétique .Vacillant ,le régime fasciste tombe le 23 .Un gouvernement de transition ,favorable aux alliés ,arrive au pouvoir et déclare la guerre à l'Allemagne le 25 et à la Hongrie le 1er septembre .Une véritable course se joue alors pour le contrôle de la zone montagneuse de Transylvanie ,région hautement stratégique et par ailleurs largement symbolique pour les Hongrois .Les forces roumano-soviétiques prennent possession de la ville de Torda ,et il devient indispensable de les en déloger .
Les Hongrois vont tout d'abord engager la 2e division de cavalerie ,unité qui avait fortement souffert en Galicie et qui depuis fut marquée par la diminution drastique du nombre de Turán I .Les 40M ne sont effectivement plus que quarante ,soit approximativement autant que les Pz IV d'origines allemande. L'unité va parvenir à reprendre Torda le 6 septembre ,mais échouera dans la poursuite des éléments roumains en pleine débandade .La 2e division blindé tient ensuite la ville de Torda jusqu'au 23 septembre ,seulement soutenue par quelques éléments de la 25e division d'infanterie .Lorsque vient la relève de la 23e Panzerdivision ,elle a perdue 750 hommes tués et ...80% de ses Turán (40 et 41M ) ,soit 52 engins !
La deuxième grande division cuirassée ,la 1ere division de cavalerie ,déploie elle aussi quelques 61 Turán I ,sans que l'on ai d'avantage de détail sur leurs fait d'armes .Nous pouvons cependant mentionner qu'ils sont engagés le 13 septembre ,dans le but de reprendre la ville d'Arad ,lieu de convergence des voies de communication de la région .La 1ere division de cavalerie roumaine est alors écrasée par l'assaut hongrois ,et laisse alors prendre la ville . Le lendemain ,la 1ere division blindée hongroise va tenter de poursuivre son avance vers le sud .Elle sera alors stoppée par le 61e régiment d'artillerie roumaine qui lui détruit une dizaine engins .Bloquée dans Arad ,elle devra faire face à l'arrivée massive des troupes soviétique .Débordé par le nombre d'assaillants ,l'unité cuirassé hongroise doit retraiter à partir du 21 septembre ,abandonnant à son tour la ville d'Arad. Elle se regroupe alors quelques kilomètres plus au nord et tente d'organiser quelques bouchons retardateurs pendant que l'assaut soviétique s'essouffle peu à peu .
Énormément de matériel fut perdu dés les premiers jours de la bataille ,bien souvent par abandon suite à des problèmes techniques ou d'intendances .De fait peu de 40M demeurent alors opérationnel ,probablement moins d'une quarantaine en tout et pour tout .Pourtant ,force est d'observer de nombreuses photographies d'engins sur des terrains enneigés ,prouvant de ce fait leurs engagement au cours des offensives soviétiques hivernales .



Les Turán des deux divisions blindés hongroises sont en relativement bon état lorsque intervint l'offensive d'été soviétique .Avec la guerre qui se déplace sur leurs territoire ,les Hongrois ne pourront jamais plus s'octroyer de « pauses » raparatrices .





Les affrontements ont tout d'abord lieux en Transylvanie ,région magyare annexée par la Roumanie suite au traité de Trianon de 1920 .Les combats seront alors acharnés ,sur une terre que les hongrois estiment la leur .
Le terrain de Transylvanie ,parsemé de cours d'eau ,de foret ,de relief ,ne se prête guère aux grandes opérations blindées .Aussi les compartiments de combats ,très resserrés ,donnent une chance supplémentaire aux blindés hongrois dotés de pièce bien moins puissantes que celles de leurs adversaires .


Les Turan dans un automne tourmenté .

L'on ne dispose que de peu d'organigrammes des unités hongroises de cette période ,l'on ne peut que signaler les différents événements où leurs unités intervinrent .Les soviétiques déclenchent une offensive majeure le 6 octobre ,qui a pour objectif d'arriver à la prise de la très importante ville de Debrecen ,situé sur le territoire de la Hongrie d'avant guerre .La 3e armée hongroise est rapidement mise en déroute ,malgré l'action de la 1ere division blindée ainsi que de plusieurs unités allemandes .La situation devient particulièrement délicate pour les troupe de l'axe lorsque se déclenche une deuxième offensive qui vise les ponts de la Tisza ,ceux là mêmes qui permetraient aux centaines de T-34/85 soviétiques de pénétrer au coeur du territoire hongrois .La 1ere division blindé ,encore elle ,tente alors de contenir les avancées soviétiques .Une importante bataille se déroule en la ville de Szentes ,où les soviétiques ne parviennent à prendre pieds qu'avec le soutien de leurs alliés roumains et après de longues journées de lutte .Peu de rapports détaillés de ces combats ,si ce n'est ceux des Zrinyi et des Sturmgeschutz qui sont élogieux .
Malgré d'indéniables succès défensif de la part de l'axe ,la Tisza se voit pour la première fois franchie par les soviétiques le 10 octobre pendant que de nombreuses unités germano-hongroises demeurent de l'autre coté de la rivière .Le 11 ,c'est au tour de la 2e division blindé hongroise d'être de nouveau engagée .Placée en retrait de Szeged dans l'optique d'être un tant soit peu mise en repos ,elle doit être redéployée afin de prendre d'assaut la tête de pont soviétique qui se forme du coté occidental de la Tisza ,dans le secteur de Mindszent .Cette fois ci ,les forces magyares semblent avoir pleinement réussi leurs mission en rejetant la 243e division d'infanterie soviétique de l'autre coté du fleuve .


L'automne 1944,pluvieux ,ralentit a plusieurs reprises le rythme des opérations ,en témoigne ce cliché d'un Turán I ,traversant un petit cours d'eau du nord de la Transylvanie .De manière générale ,la pression des soviétique ,même si bien réelle ,avait bien perdue de son allant ,notamment en raison des énormes pertes subies les années passées .



C'est aussi à cette période qu'apparurent les Schurzen sur les machines hongroises .D'abord constituées de plaques de quelques millimètres d'épaisseurs ,ces protections supplémentaires se trouvait être légèrement mieux fixées que celles de leurs congénères germaniques ,même si l'une des plaque manque au premier Turán I de cette image.





Les machines hongroises pâtissent du manque d'entretien et de la rigueur du terrain ,en témoigne ce cliché d'un Turán I en pleine ascension .Son relativement faible rapport poids/puissance ,de 14,3 , cv/tonnes ne doit d'ailleurs pas lui faciliter la tâche.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Char Hongrois Turan (2012)   Dim 22 Juil - 3:22

l'ère du protectorat .

Devant la violence renouvelée des attaques soviétiques ,les forces germano magya res effectuent un vaste retrait vers le nord ,afin de diminuer la longueur exagérée du front à tenir .La 1ere division blindée hongroise quitte alors le secteur de Arad pour celui den Keskemet ,éloigné de 100km plus à l'ouest .Ce repli ,parfois désordonné puisque nombres d'unités soviétiques s'insinuent dans le nouveau dispositif défensif ,va alors affoler le gouvernement hongrois .C'est ainsi que le 15 octobre ,le régent Miklos Horthy appelle ses troupes à cesser le combat et a rejoindre les forces soviétiques .Cet appel ,peu suivi en réalité par des troupes hongroises peu enclines a rêver d'un pèlerinage en Sibérie ,déclenchera néanmoins une vive réaction de l'Allemagne ,hantée par le spectre du « tournage de talon » roumain .L'opération « Panzerfaust » se monte alors ,et voit alors la suspension de Miklos Horthy de toute activité politique en Hongrie ,remplacé en cela par le fascisant Szalazy .Peu voir pas d'engagements de la Honved face aux troupes allemandes ,seul un unique 40M Nimrod étant visible sur zone .


Le Turán fut largement témoin des évènements politiques qui marquèrent son pays .Ainsi ,ce cliché nous montre le char hongrois ,avec à l'arrière plan un camion d'origine allemande « Opel Blitz ».Cela sonne comme une sorte de rappel de l'aide substantielle accordée par le Reich à son alliée Hongroise ,engagée dans une guerre sans cesse plus rude .Des tensions vont largement entacher les relations des deux pays en l'année 1943 ,en témoigne le refus par le Reich de livrer aux magyares 3000 camions qu'ils avaient pourtant achetés ,suite à la découverte d'accords secrets avec les pays alliés .

Pas de combats Turán / Panzer en octobre 1944 .Il faut dire qu'un certain esprit de corps s'était désormais forgé entre les soldats des deux nationalités qui combattent ensemble depuis des mois ,ce qu'illustre à la perfection ce cliché ,qui figure un Turán de la 2e division blindé en train de dépasser un Marder III allemand .






De Debrecen à Budapest .

L'avancée des forces soviétiques ne fut pas de tout repos ,loin s'en faut ,ponctuée de déconvenues majeures qui marquèrent de sanglants sillons dans leurs effectifs déjà bien amoindris .C'est ainsi que du 22 au 29 octobre ,deux corps d'armée qui se seront montrés par trop audacieux ( le 23e blindé et le 7e mécanisé ) se retrouvent encerclés et anéantis devant la ville de Debrecen ,à Nyiregyhaza .Ce coup d'éclat ,véritable champ du signe de la 2e Division blindé ,permet aux troupes de l'axe de retraiter complètement du coté occidental de la Tisza .La défense même du fleuve est abandonnée ,étant donné qu'aux même moment les unités soviétiques les plus audacieuses atteignent le Danube ,menaçant de ce fait la capitale hongroise .Le 30 octobre ,un nouvel assaut des soviétiques a lieu ,et vise justement la capitale hongroise .Le général Malinovski désire en effet « déposer la capitale hongroise aux pieds de notre grand Staline » .
Si ses troupes sont désormais fort affaiblies ,notons quand même qu'elles atteignent le périmètre défensif de Budapest en date du 3 novembre .A ce moment ,la 1ere division blindé cherche à prendre place entre le Danube et le lac Balaton pendant que la 2e division s'établit au bord de la Slovaquie ,servant de bras armé à la 1ere armée .
A partir de la fin du mois de novembre une grande partie de la 1ere division blindé se rend dans la capitale hongroise ,afin de la défendre face a un siège des soviétique qui se dessine de plus en plus .Achevé le 23 décembre ,l'encerclement de la ville prend au piège d'importantes forces hongroises et allemandes .L'on retrouve alors de façon certaine des Turán I ,qui sont photographiés à plusieurs reprises .Les chars hongrois comptent alors quelques prédispositions pour le combat urbain, telles que la faible longueur du tube ou un train de roulement particulièrement adapté à un terrain bouleversé .Cependant ,de façon globale ,ils ne sont guère réputé y avoir brillé ,leurs faibles blindages et le manque de puissance de leurs obus explosif ayant sans doute grandement contribué à cela .


Cette photo bien connue nous dévoile un parc à ferraille en plein milieu de la capitale hongroise .Nous pouvons constater qu'un important matériel blindé fut engagé par l'axe .Outre un Turan I ,nous pouvons observer un 41M Turán II au premier plan ,deux 43M Zrinyi II ,un Matilda de prises ,un Flammpanzer II ainsi que deux Grille ausf M de la 13e Pz Div .









L'agonie .

Les opérations visant la ruptures du siège de Budapest vont échouer unes par unes .Des 70 000 hongrois et allemands présents ,prés de 35000 seront tués ,et le restant fait prisonnier .Les forces encerclées comptaient alors un certain nombre d'engins blindés ,qui est également détruit .Si quelques 2000 soldats Hongrois et Allemands réussirent a s'échapper ,ce fut sans leurs matériels lourds .Les soviétiques poursuivent alors leurs avances en poussant vers l'Autriche et la Tchécoslovaquie .Ils n'ont en face d'eux que des reliquats d'unités sans réels commandements .La 1ere Division blindé n'est alors pratiquement plus mentionnée du fait des énormes pertes subies .Des Turan I sont encore néanmoins en service au sein de la 2e division blindée qui se trouve dispersée dans le sud de la Tchécoslovaquie et en Autriche .L'unité combat avec la 23e Panzer Division et se trouve défaite début mai 1945 ,sous la pression conjointe des soviétiques ,des américains ,des français et de la rebellions tchécoslovaque .


La plupart des Schurzen hongroises se voyaient ajourées ,à la manière de certains engins allemands à l'extrême fin de guerre ,qui utilisaient aussi une sorte de grillage dans le même but .Il est évident qu'à ce stade ,le but de la Schurzen n'est que de parer les charges creuses ,toute notion de blindage additionnel devenant fort illusoire .




source
deuxiemeguerremondiale.forumactif.com




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4792
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Char Hongrois Turan (2012)   Dim 22 Juil - 20:15

L'allure de ces engins fait penser davantage aux années 1939/41 qu'aux années 44 /45.
Les gars devaient "en avoir" pour se risquer sur de pareilles reliques.
Reste bien sûr à voir quel emploi ils en faisaient, évidemment pas du combat direct contre les T/34 et JS II ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Char Hongrois Turan (2012)   Mar 24 Juil - 3:02


Il y a eu aussi

40/43M Zrinyi II

En constatant le manque de puissance du char moyen Turan face aux chars russes, les Hongrois décidèrent d'utiliser le châssis de ce char pour développer un canon automoteur capable d'accueillir un armement principal plus puissant, à l'instar de leur Alliés allemands avec le succès des Sturmgeschütz (StuG) et Sturmhaubitze (StuH) sur front est. La société Manfred Weiss développa donc un canon automoteur doté d'une casemate fermée remplaçant la tourelle, sur base du châssis du Turan . Comme pour le Turan le blindage était assemblé par boulonnage.





Deux versions furent envisagées; la 1re était une chasseur de char doté d'un canon de 75 mm, la 2ème était un canon d'assaut doté d'un obusier de 105 mm. Le prototype de la version d'assaut fut testée entre le 12 décembre 1942 et le 20 janvier 1943 et fut accepté pour la production après avoir réussi ces tests à Hajmasker.


Des deux versions seule la deuxième fut mise en production sous le nom de 40/43M Zrinyi II rohamtarack (en l'honneur de Nikolaus Graf Zrinyi, un héros national, mort à la bataille de Szigetvar en 1566 contre les Turcs - rohamtarack = obusier d'assaut), et commande initiale de 40 exemplaires fut effectuée en 1943. Cette commande fut augmentée à 104 exemplaires et des sources font état de 240 exemplaires prévus pour 1944/1945. Mais en réalité, pas plus de 60 exemplaires furent achevés avant l'arrêt de production en juillet 1944 quand un raid allié endommagea sévèrement les infrastructures du constructeur hongrois Manfred. Il est possible que Ganz compléta 6 autres exemplaires (ce qui porterait le total à 66) en août et septembre 1944.



44M Zrinyi I (Tank Destroyer)

La première version, officiellement nommée 44M Zrinyi I ne dépassa jamais le stade du prototype. Ce chasseur de char fut équipé d'un canon de 75 mm 43M qui ne donna pas satisfaction (développé pour le Turan III). Le prototype ne fut finalisé que durant l' hiver 1943-1944. La production devait débuter en juin 1944 dans les installation de Manfred et de Ganz mais ne put jamais être initiée en raisons des bombardements ennemis.






Combats

L'objectif initial était d'équiper chaque division d'infanterie et la division de cavalerie d'un bataillon de Zrinyi II, au total 8 bataillons furent prévus. La 1re unité fut opérationnelle en mars 1944 avec en son sein 34 exemplaires en dotation. Seulement deux bataillons seront constitués; les 1er et 10ème bataillons d'artillerie d'assaut. Le Zrinyi participa aux combats à partir de juillet 1944, au sein du 1er bataillon d'artillerie d'assaut, en Galicie

En septembre 1944 les Zrinyi II du 10ème bataillon d'artillerie d'assaut prirent part à la bataille de Torda sur le frontière sud de la Hongrie. Ensuite on rencontrera ces engins dans de nombreux engagements sur le territoire hongrois. Les six exemplaires construits par Ganz (?), probablement au sein de la 1re division blindée, participèrent à la défense de Budapest.





Si le Zrinyi II ne donna pas vraiment satisfaction dans la lutte anti-char en raison de son canon court. La faible vélocité des projectiles de l'obusier de 105 mm 40/43M (448 m/sec) ne permettait pas en effet de causer de dégâts suffisants au blindage des chars lourds russes une fois dépassée une distance de confrontation de 1 km.
Fort embêtant quand on sait que l'adversaire pouvait lui anéantir le Zrinyi II ou lui causer de sérieux dommages à partir d'une bien plus grande distance. Le chasseur de char, le Zrinyi I aurait été le bienvenu dans ces conditions, et aurait sans doute sérieusement réduit l'écart en faveur des Hongrois, mais il ne fut jamais mis en production. Concédons que de toute façon les faibles capacités industrielles hongroises n'auraient pas permis d'endiguer les flots de monstres blindés que l'Union soviétique déversa sur ce petit satellite de l'Axe.

Le Zrinyi II fut cependant un canon d'assaut et d'appui feu très acceptable. En tout cas il était de loin le meilleure design de blindé proposé par les Hongrois durant la deuxième guerre mondiale. On peut faire ici sans doute le parallèle avec le Semoventi da 105/25 italiens basés sur les chars moyens de la série M13/40. Il partage de plus le même type d'assemblage. Du côté allemand on pourrait le comparer avec les Sturm Haubitze (StuH) bien que n'atteignant pas la qualité d'assemblage (par soudure) et de finition allemande.
Notons qu'un exemplaire du Zrinyi II fut capturé par les troupes roumaines en insurection (contre leurs anciens alliés de l'Axe) en Transylvanie en septembre-octobre 1944. Il fut utilisé durant une très courte période avant d'être confisqué par les nouveaux alliés soviétiques.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Char Hongrois Turan (2012)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Char Hongrois Turan (2012)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recrutement Maîtres Assistants Classe "B" Université de Béchar 21/05/2012
» 30 juin 2012 : venez défiler avec l'APPEL à la Gay Pride de Paris !
» 21 DECEMBRE 2012 - Compte-à-rebours
» CLES 2 et C2I2E - report session 2012
» Foie gras hongrois, entre éthique et gourmandise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Blindés-
Sauter vers: