Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Commandants Armee de Char de Gardes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5116
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Commandants Armee de Char de Gardes   Lun 10 Sep - 2:59






Katoukov dirige la 1ère armée blindée. C'est l'un des planificateurs les plus méticuleux, dans sa catégorie, des opérations menées par son unité.





Les bolcheviks récupèrent en effet les blindés mis en oeuvre par le régime tsariste, avant de développer cette branche de l'armée pendant la guerre civile. Une fois la victoire assurée, l'URSS s'intéresse de près à la motorisation et à la mécanisation de ses forces militaires. Les penseurs soviétiques, comme Triandafillov et Isserson, puis Toukhatchevski, formulent alors le concept d'opérations en profondeur utilisant les avions, les parachutistes et les forces mécanisées pour frapper dans la profondeur du dispositif adverse. Ces réflexions dépassent alors les moyens des Soviétiques, et sont annihilées par les purges de Staline dans les années 30 et les mauvaises leçons tirées de la guerre d'Espagne, d'où les conseillers militaires soviétiques reviennent avec l'idée que le char doit être employé comme soutien de l'infanterie. Une impression confirmée par la performance désastreuse des unités blindées engagées en Pologne en septembre 1939, puis dans la guerre contre la Finlande. Pourtant, la victoire de Joukov contre les Japonais à Khalkin-Gol et celle des Panzern contre la France en mai 1940 amènent les militaires soviétiques à revoir leur position. En décembre 1940, Staline décide de reformer les corps mécanisés qui avaient été supprimés après les purges : ces corps, en pleine formation, sont ceux qui vont affronter Barbarossa. Les officiers continuent cependant de recevoir un excellent entraînement à l'académie Frunze ou à celle des troupes blindées. Au 22 juin 1941, les corps mécanisés sont incomplets et l'industrie soviétique a été incapable de fournir suffisamment de nouveaux modèles, T-34 et chars KV. Résultat : les chars en ligne sont encore des chars légers.









Bogdanov, le chef de la 2ème armée blindée, est un fonceur qui échappe au moins une fois à la mort de peu en menant la bataille à la point de son unité.






5 des 6 commandants d'armées blindés étudiés par Armstrong dirigent des unités de chars pendant Barbarossa et vivent les premiers combats du front de l'est. Ils y gagnent une expérience certaine. Fin 1941, en raison des pertes et des premières leçons tirées du combat contre les Allemands, les Soviétiques forment des brigades ou des bataillons indépendants de chars pour appuyer l'infanterie, les corps mécanisés sont débandés. Le T-34, qui va devenir un des meilleurs chars de la guerre, n'a pas pu donner la mesure de son efficacité car il n'a pas été employé en masse, et plutôt en soutien de l'infanterie, et les équipages sont relativement inexpérimentés. Devant Moscou, 3 des 6 commandants d'armées blindées sont à la tête de brigades équipées du T-34. Lors de la contre-attaque soviétique, la formation de groupes mobiles ad hoc avec des unités de cavalerie confirment les théories d'avant-guerre sur les opérations en profondeur, mais les moyens manquent pour concrétiser au niveau opératif les succès initiaux. Avec la réinstallation et la remise en route des usines déplacées en 1941, les Soviétiques vont enfin avoir les moyens de recréer des corps blindés et mécanisés, respectivement au printemps et à l'automne 1942.




Dernière édition par naga le Lun 10 Sep - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5116
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Commandants Armee de Char de Gardes   Lun 10 Sep - 3:06








Rybalko, le chef de la 3ème armée blindée, est lui aussi un commandant particulièrement agressif. Il engage souvent son unité pour percer la première ligne de défense ennemi, ce qui lui occasionne davantage de pertes que les autres armées blindées.




4 des 6 commandants d'armées blindées sont à la tête de ces corps blindés, encore insuffisamment autonomes, et qui montrent leurs limites dans la contre-offensive de Kharkov en mai 1942. Les corps blindés sont donc renforcés et au moment de la création des corps mécanisés, l'Armée Rouge publie l'ordre 325 le 16 octobre 1942 qui précise la doctrine d'emploi de ces nouvelles forces. Les corps blindés et mécanisés doivent être utilisés comme force d'exploitation dans une brèche créée par les armées de fusiliers, brèche qui doit idéalement avoir inclus l'élimination de l'artillerie ennemie. Les corps reçoivent pour mission non pas de détruire les chars ennemis, mais bien l'infanterie. Ils sont utilisés avec succès dans la contre-offensive autour de Stalingrad. Quant aux armées blindées, créées en mai-juin 1942, elles sont dirigées par certains des officiers évoqués par Armstrong, comme Rybalko et Rotmistrov. Les premières expériences de combat, malheureuses là aussi, permettent de tirer un certain nombre de leçons. Le 28 janvier 1943, le Comité d'Etat à la Defénse adopte le décret 2791 qui donne aux armées blindées une composition homogène : les Soviétiques ont compris que l'ancien modèle, où l'armée blindée comprenait encore des fantassins et de l'artillerie, trop proche d'une armée de fusiliers, devait être revu pour créer de véritables armées mobiles destinées à l'exploitation en profondeur.









Lelyoushenko, qui commande la 4ème armée blindée, est l'un des chefs d'armées blindées les plus complets, qui a connu la plupart des engagements de l'Armée Rouge avant l'invasion allemande.




Les 5 premières armées blindées "nouveau modèle" sont donc créées ou reformées dans les premiers mois de 1943. Paradoxalement, elles sont d'abord engagées dans une opération défensive, côté soviétique, la bataille de Koursk. Mais ce sont elles qui donnent l'impulsion aux contre-attaques prévues par l'Armée Rouge après l'essoufflement de l'offensive allemande, Koutouzov et Roumantsiev. A ce moment-là, sur le plan tactique, le T-34 rencontre ses limites avec l'arrivée du Tigre et d'autres matériels allemands qui lui sont supérieurs. En janvier 1944, la 6ème armée blindée, la dernière, est créée à son tour. Fin 1943 et en 1944, les armées blindées sont encore employées à percer la zone tactique de défense ennemie en raison du manque de chars en soutien de l'infanterie. A partir de l'été 1944, les armées blindées vont intégrer un troisième corps blindé ou mécanisé pour avoir plus de punch, de l'infanterie supplémentaire, des brigades blindées indépendantes, et elles mettent en place des détachements avancés. Il arrive encore malgré tout que l'armée blindée soit employée pour percer la première ligne de défense ennemie quand elle n'est pas bien préparée ou installée en profondeur : c'est le cas de celle de Kravchenko. Jusqu'en 1945, la dotation organique des armées blindées ne cesse de se renforcer, mais des lacunes subsistent : unités du génie, unités de récupération des chars détruits ou endommagés restent encore notoirement insuffisantes... mobiles, puissantes, les armées blindés sont encore plus efficientes quand elles sont employées en tandem. Leur efficacité est reconnue par l'attribution progressive à toutes ces formations du statut de "Garde".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5116
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Commandants Armee de Char de Gardes   Lun 10 Sep - 3:21








Rotmistrov (à gauche), qui dirige la 5ème armée blindée, est l'un des grands théoriciens de l'emploi des unités de chars pendant le conflit, côté soviétique, même si l'on retient surtout son nom en raison de Prokhorovka. C'est néanmoins l'un des commandants les plus originaux dans les tactiques employées.



Le parcours de ces 6 généraux dirigeant les armées blindées offre un bel exemple des qualités manifestées par les Soviétiques dans la conduite de la guerre à l'est. 5 des 6 généraux ont été deux fois Héros de l'Union Soviétique. Ils ont dû manipuler des formations, les armées blindées, de plus en plus puissantes mais aussi complexes, travaillant à l'échelle du front : l'ampleur de la pénétration de la défense ennemie ne cesse de s'agrandir -les armées blindées exploitent les percées sur plus de 500 km en 1945 (opération Vistule-Oder). Par ailleurs, chaque général a un style particulier. Mais tous traversent les mêmes périodes de mise en oeuvre de leurs talents. Au moment de Barbarossa, il faut restaurer l'efficacité du personnel et de l'équipement et assurer l'entraînement : Rybalko conduit les nouveaux blindés pour se faire une idée de leurs capacités ; Katoukov, Rotmistrov et Kravchenko insistent sur l'entraînement des conducteurs de chars. Il faut ensuite préparer la mission donnée, ce qui repose sur un travail d'état-major. Katoukov privilégie la décision collective ; Bogdanov se repose sur son chef d'état-major ; Rotmistrov et Rybalko recueillent l'avis de leurs subordonnés ; Lelyoushenko, Rybalko et Kravchenko décident souvent de manière indépendante, laissant l'exécution à leur état-major. La relation entre le commandant d'armée blindée et son état-major est cruciale. Bogdanov remplace son premier chef d'état-major avec lequel il ne s'entendait pas bien. Rybalko limoge le sien pendant l'opération de Lvov à l'été 1944 parce qu'il n'a pas su gérer le trafic de l'armée blindée. Les relations des chefs d'armées blindées avec leurs hommes façonnent aussi leur style : Katoukov, Rybalko et Lelyoushenko sont des meneurs. Katoukov et Rotmistrov favorisent la décision collective, tandis que Bogdanov, Rybalko et Kravchenko décident souvent seuls. Dans l'organisation concrète des opérations, chaque commandant a également sa touche particulière. Rotmistrov visite soigneusement le terrain ; Katoukov et Lelyoushenko planifient soigneusement les routes d'approche ; Rybalko répète le schéma d'attaque sur des cartes ou dans des bacs à sable.











Kravchenko commande la 6ème et dernière armée blindée déployée par les Soviétiques. C'est notamment lui qui intervient dans l'offensive contre les Japonais en Mandchourie, en août 1945, considéré comme un modèle du genre opératif.






Vient enfin le contrôle de l'opération elle-même. Rotmistrov, un des architectes majeurs de la structure de l'arme blindée, plaide de bonne heure pour une force indépendante pourvue de tout ce qui est nécessaire pour la rendre autonome. Rybalko, au contraire, voudrait ne conserver que les tankistes pour gagner en rapidité et en légèreté. Katoukov souhaite disposer de médecins spécialisés dans les blessures infligées par les impacts sur les chars. Durant la guerre, les pertes subies par les armées blindées diminuent au fur et à mesure que les chefs gagnent en expérience, tout comme leurs état-majors et leur subordonnés. Les pertes les plus lourdes sont subies en 1943, lors des premières opérations des armées blindées "nouveau modèle". Rybalko, qui introduit souvent son armée pour percer le dispositif ennemi au départ, n'est pas économe du sang des hommes, tout comme Kravchenko qui lui est souvent placé en première ligne sans l'avoir demandé. Katoukov, au contraire, nettoie souvent l'avant de sa progression en utilisant les détachements avancés ou en menant des raids. Bogdanov demande à son chef d'état-major de planifier les feux de l'artillerie et de l'aviation pour protéger son armée blindée. Sur 42 opérations majeures des armées blindées, 25 durent 20 jours, et 10 plus de 30 jours ! Les armées blindées peuvent perdre jusqu'à 90% de leurs effectifs en blindés, dont 30% irrécupérables.

Rybalko dispose du groupe de commandement le plus étoffé, centralisant le commandement des opérations à partir d'un poste d'observation. Lelyoushenko fait l'inverse, ce qui entraîne parfois des difficultés pour le localiser. Ce dernier, et Bogdanov, sont souvent au plus près de l'action, tandis que Katoukov, par exemple, reçoit les rapports radio dans son principal poste de commandement. Rotmistrov et Rybalko accomplissent souvent des visites auprès de leurs subordonnés pour suivre le cours des opérations. Chaque commandant a également sa manière de tirer les enseignements des opérations passées pour les appliquer à celles présentes. Rybalko, Lelyoushenko et Kravchenko ont un sens du coup d'oeil très poussé. Katoukov pratique le "wargame" avec son état-major pour déterminer les bonnes solutions. Rotmistrov est celui qui met en oeuvre les tactiques les plus originales. Deux des 6 généraux, Bodganov et Rybalko, font preuve d'un style particulièrement impulsif, n'hésitant pas à s'exposer au feu : ce sont les "Patton" de l'Armée Rouge. Katoukov, Lelyoushenko et Kravchenko sont plutôt des planificateurs. Quant à Rotmistrov, c'est un pur théoricien de l'armée blindée qui ne perd d'ailleurs pas de vue sa carrière dans l'état-major des forces blindées, dans lequel il atterrit à la fin de la guerre.


Ainsi, contrairement à l'idée commune, le marxisme-léninisme a réussi à produire, dans le domaine militaire, non pas des automates sans nom, mais des chefs brillants. Les commandants d'armées blindées ont dû faire face à une variété de situations et de défis auxquels ils ont répondu jusqu'à la fin de la guerre. Paradoxe suprême que ce commandement hyper centralisé de l'URSS qui donne une des flexibilités les plus importantes au niveau opératif. Les armées blindées ont joué un rôle considérable dans l'issue de la guerre à l'est et donc, de la Seconde Guerre mondiale : elles achèvent leur route à Berlin, au coeur d'une Allemagne nazie qui jugeait pourtant l'Armée Rouge comme un "colosse sans tête".


Par Stephane Mantoux
Historicoblog




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 47
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: Commandants Armee de Char de Gardes   Mar 11 Sep - 0:46

Rotmistrov est l'un des grands théoréticiens de l'emploii des chars soviétiques. C'est lui qui va à Moscou en Mars 1943 pour expliquer les leçons de la campagne de Stalingrad et proposer la création des Corps Mécanisés qui seront la grande unité la plus aboutie de l'Art Opérationnel soviétique de la Guerre.

Par contre, Staline est sans pitié et en Aout 1944, Rotmistrov est limogé pour sa conduite de la 5e Armée de Chars de la Garde qui aura des pertes trop importantes selon la Stavka pendant l'Opération Bagration. Il sera remplacé par le Général Solomatin, puis surtout par Volsky d'abord et Sinenko ensuite. Il n'aura plus aucun commandement opérationnel jusqu'à la fin de la Guerre.

Cordialement
Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Commandants Armee de Char de Gardes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Commandants Armee de Char de Gardes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Face cachee de l'armee de Marie
» Char M24 Chaffee
» les cent-gardes
» Les gardes d'honneur de 1808 par E. Fort
» Les Services Publics. Les gardes-pompiers.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Blindés-
Sauter vers: