Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Question de base, tactique militaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Question de base, tactique militaire    Ven 21 Sep - 6:49

Salut,

Alors voilà, j'ai vraiment du mal à me représenter la disposition des troupes sur une ligne de front.
Exemple, le front de l'est qui est resté relativement stable pendant des mois...

Comment les troupes sont elles dispersés ?

Exemple : En 1944 la Wehrmacht pouvait poster seulement 1 division tout les 15,20 km alors que le minimum raisonnable etait de 1 division tout les 10km en moyenne.




Front est en Avril 1944 (période d'accalmie).


_____________________________________________________________________________________________________________________________________________



Qu'est ce qui se passe lors d'une offensive comme Barbarossa à ce niveau la ?

Exemple carte :




Front au 25 Août 1941.



L'armée allemande est divisée en 3 groupes d'armées, mais que se passe t'il lorsqu'une armée avance plus vite que les autres?
(Je parle toujours de la répartition des troupes)

Comment la ligne de front (qui alors évolue de jour en jour) peut elle rester stable et imperméable alors que l'écart entre les différents groupes d'armées
s'étire?


Que se passe t'il au niveau du saillant énorme (en Galicie, sur la carte) laissé lors d'une offensive comme celle là .


Dernière édition par MetastazKamikaz le Ven 21 Sep - 7:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Ven 21 Sep - 7:11

Etonnament, j'ai beaucoup moins de difficulté à imaginer comment les troupes étaient dispersés à la même époque (Avril 44) sur la ligne Gustave.

Mais sur un front de 3.000 km, j'imagine que tenir un front aussi grand devait être quasi impossible.

Tout les jours, des percées et des combats avaient surement lieu ?


Dernière édition par MetastazKamikaz le Ven 21 Sep - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Ven 21 Sep - 7:17

Et dernières questions :

Qu'est ce que ça signifiait lorsque Hitler disait :

"Nous avons réussis à rétablir le front par miracle" ou " évités un éffondrement du front" ?
Exemple : lors de la contre offensive de Manstein à Kharkov en mars 43 ou plus tard sur l'ensemble du front est ?

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________



Je ne saisis pas trop ce que pouvait entraîner une percer massive à se niveau là ?


_____________________________________________________________________________________________________________________________________________



Pareil, lors d'un encerclement comme celui de 1940 en France (voir carte), je ne vois pas en quoi c'est si imparable ?


Bataille de France (Mai - Juin 1940).



Mis à part le risque dans le plan Manstein de ne pas voir les troupes Françaises et Britanniques se diriger vers le nord de la Belgique (c'est autre chose),
j'ai du mal à comprendre en quoi cette encerclement est décisif.

Explication :

Les troupes françaises encerclées sont en masse et peuvent tout à fait briser la ceinture d'encerclement allemande, qui s'étire et qui est donc fragile, non ?

De plus comment les forces allemandes peuvent elles rassember suffisement d'hommes pour empêcher un contre encerclement en peu de temps ?


Dernière édition par MetastazKamikaz le Ven 21 Sep - 11:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Ven 21 Sep - 7:45

Et dernière question qui me perturbe également :

Cette fameuse loi des (20% / 80%) me perturbe.

Certes, les soviets ont réussis à la déjouer mais en général elle fonctionne, exemple: en France lorsque les allemands ont occupés le Nord et la Picardie (et ça ne faisait même pas 20% en plus).


Quel sont les facteurs pris en compte ?

Confiance amoindri du haut commandement et des dirigeants ainsi que la perte de nombreux térritoires,
Perte d'une partie des troupes (pourtant genéralement pas plus de 10%),
Temps trop long pour rassembler les troupes restantes afin de se ressaisir donc désorganisation de l'armée,
Pénétration en profondeur de l'ennemi,
Risque d'éffondrement politique ou guerre civile,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg ace
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 536
Age : 45
Localisation : CALAIS
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Ven 21 Sep - 11:24

MetastazKamikaz a écrit:
Et dernière question qui me perturbe également :

Cette fameuse loi des (20% / 80%) me perturbe.

Certes, les soviets ont réussis à la déjouer mais en général elle fonctionne, exemple: en France lorsque les allemands ont occupés le Nord et la Picardie (et ça ne faisait même pas 20% en plus).


Quel sont les facteurs pris en compte ?

Confiance amoindri du haut commandement et des dirigeants ainsi que la perte de nombreux térritoires,
Perte d'une partie des troupes (pourtant genéralement pas plus de 10%),
Temps trop long pour rassembler les troupes restantes afin de se ressaisir donc désorganisation de l'armée,
Pénétration en profondeur de l'ennemi,
Risque d'éffondrement politique ou guerre civile,


En économie c'est la loi de Pareto

greg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Ven 21 Sep - 19:26

Alors personne, c'est peut etre mal expliqué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 48
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Ven 21 Sep - 20:33

Un début de réponse, seulement en début car tu parles de tactique, stratégie et opérations en même temps. Déjà, de base tu dois comprendre qu'un front n'est pas une entité immobile qui ne bouge qu'en cas d'offensive. Sur le front de l'Est, des portions du front sont restées stables pendant longtemps, c'est le cas de la Carélie et même du front de Leningrad pendant 2 ans. Sur ces fronts stables ou "rien ne se passe" les unités des 2 côtés vivent un espèce de Guerre des tranchées, avec des effectifs réduits et dans des espaces fortement fortifiés. Il faut dire que c'est une guerre très coutêuse en hommes car tu vis entre les patrouilles, les coups de main et les bombardements. C'est les 80 de l'equation 20/80. Et puis tu as les 20, ce sont les grandes batailles connues de tous, ou toi ou ton ennemi concentrez la grande majorité de vos moyens offensifs pour percer les lignes ennemies et autant que possible pour encercler l'ennemi et l'obliger à se rendre, c'est la bataille d'anéantissement chère à Napoléon et depuis révée par tous les chefs militaires de ce monde.

En général pour tenir un front, selon les règles tactiques, tu places tes forces en version 2 tiers, 1 tiers, c'est à dire 2 tiers en ligne, 1 tiers en résèrve, donc 1 section par compagnie, 1 compagnie par bataillon et 1 bataillon par régiment. La pénurie en hommes fait que les allemands n'avaient plus que 6 bataillons par division en 1944/45, donc étaient incapables de concentrer leur tiers de résèrve qui de fait tenait aussi une partie de la ligne de défense. Conséquence, sans résèrves toute percée ennemie est en général fatale, c'est le cas de Bagration ou de Iasi-Kishinev en 1944 ou de Stalingrad en 1942.

Pour Barbarossa, la bataille de France enb 1940 ou les percées soviétiques de 1944/45, le problème est qu'une fois ta ligne de défense percée et les avant gardes de l'ennemi lancées en profondeur tu es toujours en retard dans le placement de tes résèrves et ces forces ne servent qu'à colmater une brèche, elles sont donc usées dans un rôle qui n'est pas le leur et sont inutiles dans le rôle qui devrait être le leur, la contre attaque groupée.

Ceci est juste un début

Cordialement
Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 48
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Ven 21 Sep - 23:24

Pour ce qui est de la tactique on doit donc commencer par la base. Après 1918, la section est organisée selon ce que les Français laissent en héritage, c'est à dire, la section à 3 groupes avec 1 commandement. Chaque groupe comporte 1 fusil mitrailleur qui est la base de sa puissance de feu et dont tous les hommes du groupe servent à alimenter en munitions. En 1939/45 ce groupe grâce à cette arme collective dispose d'une puissance de feu jamais égalée dans l'histoire. Il y a pourtant 1 hic, ce groupe est généralement divisé en équipe de feu (celle qui sert ce fusil mitrailleur) et équipe de voltigeurs (celle qui attaque), or si l'équipe de feu appuie la progression des voltigeurs, ceux-ci en revanche n'ont pas la puissance de feu pour protéger la progression de l'équipe FM. Cette dychotomie ne sera jamais résolue chez les occidentaux (encore aujourd'hui on en discute) et les allemands et soviétiques la "résoudront" chacun à leur manière. Les allemands intègrent 1 2e FM à leurs groupes (les Pzgrenadier) ou alors intègrent 1 4e FM au groupe de commandement de la section en armant ainsi 4 groupes en effectif réduit. Comme ils sont souvent sur la défensive à partir de 1943 et qu'en plus ils disposent d'une arme très moderne (la MG 34 ou 42) cette organisation leur permet de pouvoir bien tenir le terrain de façon large. L'Armée rouge essaye de résoudre ce problème en ne dissociant pas ses groupes et en manouevrant directement au niveau section, cela implique plus de facilité de commandement et plus de puissance de choc car plus d'hommes, mais en même temps implique beaucoup moins de capacité d'initiative et de réaction de la part des sous-officiers commandant les groupes, donc moins de fléxibilité - pas trop grave en défensive mais plus compliqué à gérer en attaque, ce qui fait que la section soviétique reçoit souvent des objectifs que les occidentaux donneraient à 1 groupe et la compagnie reçoit des objectifs de type section.

Voilà pour la base.

Cordialement
Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Sam 22 Sep - 4:39

Merci pour les précisions Mattasso.
Si d'autres peuvent m'aider à répondre à mes différentes intérrogations ?

PS/ Je tiens à préciser que pour la loi des 20/80, je pensais plus qu'elle était utilisée en tant que portion du térritoire adverse devant être conquis pour permettre à l'attaquant de remporter une victoire totale (éclaire) et espérer un écroulement quasi certain du pays adverse.

Rxemple le plan jaune de Manstein en 1940, ou à peine 10% du térritoire Français fut conquis.

Cette règle s'applique t-elles dans différents cas comme celui cité par Matthias.


Dernière édition par MetastazKamikaz le Sam 22 Sep - 5:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Sam 22 Sep - 4:59

Donc en faite Mattasso, tu m'expliques que en général les troupes sont disposées de façon à garder toujours un tiers de réserves à l'arrière.

Ses réserves servent à faire tourner les effectifs j'imagine.
Lors d'une offensive elle sont utilisée à l'arrière pour avancer simultanément afin de colmater les brèches potentiels.

Et en cas d'offensive adverse comment sont elles utilisées ?



Peut etre qu'une partie des troupes peuvent etre evoyées en renfort en première ligne pour éviter une percée adverse ?

Ou est-ce qu'elles sont utilisées comme dernier rempart une fois que les premières lignes sont enfoncées et les troupes adverses amoindris,
afin de repousser l'ennemi à l'endroit exact ou le front est enfoncé (en étant déplacées aux endroits les plus chauds de la portion du front qu'ils sont censés défendre) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck7002
Obersleutnant
Obersleutnant


Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Sam 22 Sep - 10:54

Les réserves servent surtout à mener des contre-attaques ou à créer des lignes plus en arrière si les premières lignes ont craqué

Leur emploi varie aussi en fonction de la doctrine en vigueur dans chaque armée

Mais il faudrait que tu précises de quelle échelle tu parles :
- tactique ( compagnie / bataillon / régiment / division corps d'armée , c'est déjà large ) ?
- opérationnelle ( armée, groupe d'armée, thêatre d'opération ) ?
- stratégique ( thêatre d'opération ) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck7002
Obersleutnant
Obersleutnant


Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Sam 22 Sep - 11:00

MetastazKamikaz a écrit:
Merci pour les précisions Mattasso.
Si d'autres peuvent m'aider à répondre à mes différentes intérrogations ?

PS/ Je tiens à préciser que pour la loi des 20/80, je pensais plus qu'elle était utilisée en tant que portion du térritoire adverse devant être conquis pour permettre à l'attaquant de remporter une victoire totale (éclaire) et espérer un écroulement quasi certain du pays adverse.

Rxemple le plan jaune de Manstein en 1940, ou à peine 10% du térritoire Français fut conquis.

Cette règle s'applique t-elles dans différents cas comme celui cité par Matthias.

Cette notion n'a pas vraiment de sens en soit : conquérir 20 ou même 50% de la partie inutile d'un état ne sert à rien

Ce qui compte, c'est de viser et capturer/détruire les points essentiels de l'adversaire ce qui implique une vision opérative/stratégique de la guerre.

Celà peut être les centres politiques ennemis ( c'est assez souvent le cas dans les conflits coloniaux où l'armée assaillante vise la capitale ennemie ), ses centres économiques, logistiques ou les forces armées ennemies

En 1940, ça n'est pas la capture de la Belgique et du nord de la France qui entraine la défaite de la France mai la destruction d'un groupe d'armée entier et de l'armée belge ce qui entraine ensuite une poursuite de la guerre en trop faible infériorité numérique et la défaite/destruction des autres groupes d'armées


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Sam 22 Sep - 16:19

Je me rèfère généralement à une divison (10.000 à 15.000 hommes en moyenne).

Après il y a aussi des divisions de réserve c'est clair, mais ses divisions ont en général un role dans le maintient de l'ordre dans le secteur ou elles sont postés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck7002
Obersleutnant
Obersleutnant


Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Sam 22 Sep - 18:50

MetastazKamikaz a écrit:

Je me rèfère généralement à une divison (10.000 à 15.000 hommes en moyenne).

Là le rôle est purement tactique

En général, une partie de la division occupe des positions avancées en sécurité de la LPR ( ligne principale de résistance ), le gros de la division occupe la LPR et une partie de la division sert de réserve tactique servant à reprendre une position perdue ou si c'est impossible à "boucher" un trou dans la LPR

Génaralement une partie de la division ( au moins un régiment par corps d'armée ) sert de réserve tactique pour le commandant d'un corps d'armée


MetastazKamikaz a écrit:

Après il y a aussi des divisions de réserve c'est clair, mais ses divisions ont en général un role dans le maintient de l'ordre dans le secteur ou elles sont postés.

Non le rôle des divisions ( voire des corps d'armées ) placés en réserves est de former les réserves opératives d'une armée ou d'un groupe d'armée : sans ces unités, le commandement à ces échelons ne peut pas intervenir sur le déroulement de la bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Dim 23 Sep - 3:40

Donc tu m'explique que :

Un corp d'armée (3 divisions en moyenne) = 37.500 hommes environ (12.500 hommes par division en moyenne)


Sur 37.500 hommes, le général de corp d'armée dispose de 3.500 hommes (1 régiment en moyenne) au minimum.
Ca fait donc 9% d'hommes placés en réserve, c'est loin des 1/3 de Mattasso ?
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bref en haut c'était la répartition des forces engagées sur un front, comme en Russie...

Au niveau des ressources totales de l'armée allemande pendant cette guerre, comment étaient répartis les forces ?

En 1941 à l'aube de Barbarossa, car après j'imagine que les réserves seront engagées de plus en plus pour pallier le manque d'hommes, face aux ressources inépuisables des soviets.



Personnellement j'imagine la répartition de la façon suivante :
(De la Finlande à la mer Noire au 21 juin 1941)


L’Allemagne engage 159 divisions sur les 220 dont elle dispose alors (73 % de ses effectifs totaux).
Total : 3.000.000 d'hommes (à noter que 3 divisions et un régiment SS prennent part à l'offensive).

Plus de 3.500 chars d'assaut (85 % des disponibilités en blindés du Reich).
Plus de 2500 avions.
Ce sont pour la plupart des troupes aguerries par les campagnes précédentes, bien équipées et bien motorisées (600 000 véhicules).


(Le Reich peut également compter sur 500.000 soldats hongrois, finlandais et roumains).






Plan Barberousse (1940)
(L'armée d'invasion compte seulement 800 chars et 30 divisions de plus qu'au déclenchement du Fall Weiss de 1940.
Les divisions allemandes sont néanmoins mieux équipées et mieux motorisées, grâce aux prises de guerre de la bataille de France.)


Donc voilà :


61 divisions allemandes sont en réserve (27 % des éffectifs de la Wehrmacht), mais ses divisions ont un rôle prépondérant à l'arrière.
De plus, elles sont moins bien équipées étant donné que 15 % seulement des disponibilités en blindés du Reich ne sont pas engagées.

Calcul :
73 % d'hommes pour 85 % des chars disponibles pour le front.
27 % d'hommes pour 15 % des chars disponibles pour l'arrière.

Ca fait donc deux fois moins de chars pour les divisions de réserve environ.

Conclusion :
Les forces à l'arrière comptes deux fois moins de divisions blindés en proportion que les forces au front.


Je note également que 90 % des éffectifs de la Waffen SS sont au front (95 % des régiments de panzer).



Question : Comment et combien de divisions seront prélevées pour la guerre avec les partizans ?


Car déja que les réserves allemandes étaient maigres (on est bien loin des 1/3 de Mattasso), je me demande comment est-ce qu'ils ont fait pour combattre les partizans
et gérer les téritoires conquis dans les semaines qui ont succédés à Barbarossa.

Elles étaient déja prévu parmis les 159 divisions du 22 juin 41 ?
Des troupes ont elles été prélevés en deuxième ligne pour ça ?

Ou est-ce que des troupes parmis les 61 divisions non engagées ont été mobilisées ?


Ce devait être un véritable casse tête cette guerre à l'est pour Hitler, lol.
Ah oui mais j'oublié, c'était un génie.
En tout cas je comprend pourquoi il était bourré d'pillules du matin au soir.


Dernière édition par MetastazKamikaz le Lun 24 Sep - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Dim 23 Sep - 5:54

franck7002 a écrit:
sans ces unités, le commandement à ces échelons ne peut pas intervenir sur le déroulement de la bataille

J'ai pas compris Franck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Dim 23 Sep - 6:06

matasso a écrit:
Pour Barbarossa, la bataille de France enb 1940 ou les percées soviétiques de 1944/45, le problème est qu'une fois ta ligne de défense percée et les avant gardes de l'ennemi lancées en profondeur tu es toujours en retard dans le placement de tes résèrves et ces forces ne servent qu'à colmater une brèche, elles sont donc usées dans un rôle qui n'est pas le leur et sont inutiles dans le rôle qui devrait être le leur, la contre attaque groupée.


Tu veux dire qu'en faite, les réserves n'ont pas le temps de se placer en opposition et du fait de leur retard ne peuvent que limiter la casse et seulement éviter que
l'ennemi ne réduise la poche d'encerclement qui se forme inexorablement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 48
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Dim 23 Sep - 18:51

Pour ce qui est du Corps d'Armée, Metestaz, tu ne peux pas compter comme tu le fais. Oui, tu peux compter 12 500 hommes par division, mais tu oublies les unités sous commandement direct de Corps, environ 5 000 hommes ce qui augmente ton effectif à 42 500 hommes en moyenne. Le problème c'est que dans ce décompte tu mélanges unités de 1re ligne, unités de soutien (environ 1 tiers de ton effectif - logistique, transport, réparation, sanitaire, transmissions) et unités d'appui - 1 autre tiers (artillerie, génie, reconnaissance) - Il te reste donc en moyenne 13 a 14 000 hommes qui défendent la ligne de résistance proprement dite.

D'autre part, quand je parle de tiers, dans mon post antèrieur, tu dois comprendre que la structure des armées de la section au Corps est ternaire, c'est à dire sur une base de 3 dont, effectivement 1/3 est sensée représenter une résèrve. Ce n'est souvent pas le cas.

Si tu veux 1 exemple concret, quand le 19 Novembre 1942, les soviétiques lancent la grande offensive d'encerclement de la 6e Armée à Stalingrad, les forces roumaines d'en face ne disposent en moyenne que du bataillon et du bataillon de reconnaissance comme résèrves de Corps d'Armée et tous les bataillons d'infanterie sont en 1re ligne sans résèrve, ce qui fait qu'au soir du 19 quand les brèches dans la défense roumaine sont consolidées par les soviétiques il ne reste rien pour colmater et encore moins pour contrattaquer ce qui fait que la rupture du front est consomée, quelle que soit la resistance des troupes en ligne. C'est simple! Comme tu dis, l'encerclement et la création de poches est inéxorable. Le même scénario est valable en 1941. Les avant gardes allemandes forcent la ligne de défense soviétique qui, du fait de l'urgence, de l'improvisation, de la pagaille et du faible état des troupes, n'a aucune résèrve. A partir de là la course se fait entre des unités en pleine cohésion qui avancent et d'autres en pleine décompsition qui reculent en espérant tomber sur des résèrves qui n'éxistent pas ce qui fait qu'au final ces troupes sont une masse iforme incapables de se battre de façon logique et qui tombent dans une nasse sans espoir d'en réchapper. Ceux qui s'en sortent de ses encerclements ont de la chance ou alors sont commandés par des officiers qui ne perdent pas leur sang froid et sont capables d'exercer leur commandement dans n'importe quelles conditions.

Cordialament
Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Lun 24 Sep - 1:46

Oui en réalité ses réserves (par régiment, brigade ...) servent de "sapeurs pompiers" en cas de pénétrations dans les lignes de l'adversaire.
Mais est ce que c'est la meilleur solution ?
Certe avoir des hommes en réserve c'est tjrs mieux pour faire à la rigeure tourner les effectifs etc etc et avoir un petit "matelas".

Mais est ce qu'il n'est pas plus malin de tout miser sur un engagementdes forces en première ligne pour éviter toute percer plûtot que d'en garder sous le bras pour ensuite courrir après l'adversaire ?


Peut être aussi que les réserves servent à avoir une partie des éffectifs à l'abris en cas de pillonage de l'artierie, de l'aviation, d'attaque de gaz, ou d'offensive surprise.
Car si toutes les forces sont détruites sur le coup il n'y a plus rien ensuite pour ralentir l'avancée adversaire qui aurait quartier libre ensuite pour s'enfoncer et prendre à revers les autres unités "voisines" non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck7002
Obersleutnant
Obersleutnant


Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Lun 24 Sep - 11:39

Si on parle de réserves tactiques ( c'est à dire à l'intérieur d'une division ou d'un corps d'armée ), leur rôle est justement de prévenir une percée au cas où la LPR soit percée

Planifier une défense pour empêcher que la LPR soit percée est une chose mais si ça arrive, il faut que le commandement local ait un moyen de répondre que ce soit en établissant une ligne de recueil ou en contre-attaquant en attendant que l'échelon supérieur ( armée ou groupe d'armée ) engage ou non ses propres réserves ( là il s'agira plutôt d'une division entière voir d'un corps d'armée )

Engager tous ses éléments en "première ligne", c'est ne pas pouvoir réagir.

Pour la vulnérabilité à l'artillerie, c'est plutôt via une défense élastique ou en profondeur que l'on s'en protége ( et celà depuis 1917/1918 ) sauf quand le commandant en chef s'appelle Hitler qui en est resté aux concepts de 1914 en terme de doctrine défensive ( d'où le danger d'avoir un débile profonds en tant que chef des armées )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kund79
Shutze
Shutze


Nombre de messages : 4
Age : 38
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 15/11/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Jeu 15 Nov - 14:12

Pour la loi 20/80, c'est assez simple à comprendre. C'est un ration qui détermine l'importance, la valeur de quelque chose en fonction de la quantité.
Exemple : la Rhénanie représente 20% du territoire Allemand (en surface) représente 80% de la valeur industrielle.

Pour le plan Schlieffen modifié (bataille de France 1940), la ruée des panzer-divisions vers le Nord a été capitale.
En effet, ils ont réussit à encercler la plus grande partie des unités allié.
Ta question est intéressante : pourquoi les alliés n'ont pas tenté de percé alors qu'ils pouvaient être en supériorité numérique en concentrant leurs forces.
Et bien, la réponse est assez courte : défaut de ravitaillement.
Le problème de l'encerclement c'est que l'approvisionnement ne se fait plus par voie terrestre. Il reste la voie aérienne et maritime mais la supériorité aérienne des allemands dans ce domaine empêchait ces alternatives.
Il faut savoir que les divisions alliés étaient plus motorisé que les divisions allemande, donc plus dépendante du pétrole.
A partir du moment ou l'encerclement a été achevé, il n'était plus possible pour les alliés de déplacer leurs troupes en un point précis pour briser cet encerclement : manque de pétrole donc mobilité réduite, manque de munitions donc défensive uniquement.
Et puis, le Stuka ont fait des milliers de sorties détruisant les moindres convois en formation (tout comme les alliés à partir de 1944 en France).

Voila une partie de l'explication, j'espère que cela te serviras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5058
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Jeu 15 Nov - 15:40

Bonjour Kund 79
Pourrais-tu passer par la rubrique "recrutement" pour les présentations d'usage ?
Par avance merci ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MetastazKamikaz
Generalmajor
Generalmajor


Nombre de messages : 311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: re   Ven 16 Nov - 5:38

Oui tout à fait je te remercie mais j'ai une autre question à poser alors.
Une corde d'encerclement est de combien de km d'épaisseur et lorsqu'il sagis d'un encerclement à grande echelle comme Kiev 1941 je comprend qu'il y ai un manque d'éssence.
Mais la poche d'encerclement est grande de 50km de rayon, il n'y a pas possiblitée en réagissant vite de percer pour au moins gagner la ligne de front comme la Whermacht à pu le faire à Korsun ou encore à Kamnets Podolsky en 1944.
Le seul problème c'est que les allemands ont réussis à sauver des milliers d'hommes dans ses opérations de sauvetage mais les 15 divisions de panzer présentent en Bucovine sont tombés entre les mains des russes.
Le materiel est tjrs perdu ou à 90 pour 100 dans ses cas là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kund79
Shutze
Shutze


Nombre de messages : 4
Age : 38
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 15/11/2012

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Ven 16 Nov - 18:24

L'épaisseur est assez variable. Dans la plus part du temps, il est assez fin (quelques dizaines de mètres à quelques centaines).
Par contre, les unités composant l'encerclement étant très mobile, au moindre contacte un peu dur avec l'ennemi, les troupes autour du contacte fonce pour donner un coup de main.
Et puis, il y a aussi les réserves mobiles qui peuvent représenter 20% à 30% des effectifs combattants qui peuvent intervenir en cas de rupture ou quasi rupture de l'encerclement pour combler la brèche.
Et enfin, l'appui aérien et artillerie joue un rôle important, ralentissant ou stoppant toutes tentative de regroupement ennemi.

Les alliés avaient un problème de taille à régler : la communication.
En effet, au sein des états majors respectifs des pays alliés, la communication inter-arme était balbutiante.
De plus, il y avait la barrière de la langue : les anglais parlant mal français et réciproquement; donc, les attaques conjointes étaient lentes et difficilement réalisables.

Un encerclement nécessite d'avoir au moins les trois éléments suivants :
- des troupes terrestres très mobiles
- une supériorité aérienne
- une logistique très performante.

J'espère que cela répond à ta question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    Sam 17 Nov - 20:31

kund79 a écrit:
L'épaisseur est assez variable. Dans la plus part du temps, il est assez fin (quelques dizaines de mètres à quelques centaines).
Par contre, les unités composant l'encerclement étant très mobile, au moindre contacte un peu dur avec l'ennemi, les troupes autour du contacte fonce pour donner un coup de main.
Et puis, il y a aussi les réserves mobiles qui peuvent représenter 20% à 30% des effectifs combattants qui peuvent intervenir en cas de rupture ou quasi rupture de l'encerclement pour combler la brèche.
Et enfin, l'appui aérien et artillerie joue un rôle important, ralentissant ou stoppant toutes tentative de regroupement ennemi.

Les alliés avaient un problème de taille à régler : la communication.
En effet, au sein des états majors respectifs des pays alliés, la communication inter-arme était balbutiante.
De plus, il y avait la barrière de la langue : les anglais parlant mal français et réciproquement; donc, les attaques conjointes étaient lentes et difficilement réalisables.

Un encerclement nécessite d'avoir au moins les trois éléments suivants :
- des troupes terrestres très mobiles
- une supériorité aérienne
- une logistique très performante.

J'espère que cela répond à ta question

Dans tes éléments , tu as oublié , du RAVITAILLEMENT ! Ces se qui a fait perdre à de nombreux conquérants ou Général .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question de base, tactique militaire    

Revenir en haut Aller en bas
 
Question de base, tactique militaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tactique et stratégie napoléonienne enseignées à West Point
» Ovni militaire, base, secret défense, sécurité nationale
» Un ovni filmé au dessus d'une base militaire américaine (Utah)
» Une base militaire nazie en Antartique
» Mon blog sur waterloo et Tactique, wargame avec figurines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Stratégie et ordre de bataille-
Sauter vers: