Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Iles Anglo Normandes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Iles Anglo Normandes   Ven 9 Nov - 19:39

L'occupation des îles Anglo-Normandes renvoie à la période de l'histoire où les îles Anglo-Normandes furent militairement occupées par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui fit d'elles les seuls territoires des Îles Britanniques à avoir été envahis par la Wehrmacht. Cette occupation couvre la période allant du 30 juin 1940 à la libération, le 9 mai 1945. Ne faisant pas partie du Royaume-Uni, ces îles recouvrent les dépendances de la Couronne des bailliages de Jersey (îles de Jersey, des Écréhou et des Minquiers) et de Guernesey (îles de Guernesey, Herm et Sercq) et de l'île d'Aurigny.

Démilitarisation

Le 15 juin 1940, le gouvernement britannique décida que les îles Anglo-Normandes n'avaient pas d'importance stratégique et ne seraient pas défendues. Londres avait pensé que la défense des îles mobiliserait plusieurs dizaines de milliers de soldats anglais qui, obligés d'y stationner, ne seraient pas sur d'autres fronts plus stratégiques. Ainsi, et en dépit de la réticence du Premier ministre Winston Churchill, le gouvernement britannique abandonna la plus ancienne Dépendance de la Couronne « sans avoir tiré le moindre coup de feu1 ». L'occupation des îles Anglo-Normandes n'avait aucun autre but pour les Allemands que de celui d'une propagande de prestige concernant l'occupation d'un territoire britannique. Les « îles Anglo-Normandes ont donc été démilitarisées et déclarées… ville ouverte ».

Évacuation

Le gouvernement britannique consulta les autorités des îles, dans le but d'instaurer une politique d'évacuation des citoyens. La division des opinions ne permit pas de mener une politique commune et cohérente, ce qui entraîna des prises de position divergentes entre les différentes îles. Le gouvernement britannique décida alors que la meilleure politique était de mettre autant de navires que possible à la disposition des habitants qui auraient ainsi la possibilité de partir s'ils le désiraient. Les autorités d'Aurigny recommandèrent à tous ses habitants d'évacuer, et presque tous le firent. À l'opposé, la Dame de Sercq, Sybil Mary Collings Beaumont, encouragea les Sercquiais à rester. À Guernesey, les autorités décidèrent l'évacuation des enfants d'âge scolaire, si les parents le souhaitaient. Ils avaient alors la possibilité de partir avec eux. La majorité des Jersiais décidèrent de rester.

Invasion

La Wehrmacht, ignorant que les îles avaient été démilitarisées, eut une approche très précautionneuse dans son invasion. Le 28 juin 1940, les Allemands envoyèrent un escadron de bombardiers en mission au-dessus des îles et bombardèrent les ports de Jersey et de Guernesey. À Saint-Pierre-Port, la mission de reconnaissance allemande crut voir des véhicules militaires de transport de troupes mais il s'agissait en fait de convois chargés de tomates pour les personnes évacuées. Quarante-quatre insulaires furent tués au cours de ces raids aériens.

Alors que l'armée allemande se préparait à une opération d'invasion avec deux bataillons, le pilote d'un avion de reconnaissance qui s'était posé sur Guernesey reçut la reddition officielle de l'île, le 30 juin 1940. Jersey se rendit le 1er juillet. Aurigny, où il ne restait presque plus personne, fut occupée le lendemain et un petit détachement allemand alla de Guernesey à Sercq qui se rendit officiellement le 4 juillet.

Occupation

Les forces allemandes consolidèrent rapidement leurs positions. L'infanterie s'y installa, des réseaux de communication furent créés, ainsi qu'une défense anti-aérienne. Un service aérien fut créé entre les îles et la France occupée.


Camps de concentration d'Aurigny

Les Allemands construisirent, sur l'île d'Aurigny, quatre camps de concentration qui dépendaient du camp principal de Neuengamme, en Allemagne. Les quatre camps reçurent le nom d'une des Îles de la Frise : le camp Norderney situé à Saye, le camp Borkum à Platte Saline, le camp Sylt situé près de l'ancienne tour télégraphique à La Foulère et le camp Heligoland dans l'extrémité nord-ouest d'Aurigny. L'Organisation Todt opéra dans chaque camp et utilisa le travail forcé pour construire des bunkers, des abris anti-aériens et diverses fortifications.

Les camps Borkum et Helgoland étaient des camps de travail pour « volontaires » (Hilfswillige)Note 2 et les travailleurs de ces camps étaient traités durement mais bien mieux que ceux des deux autres camps. Le camp Borkum accueillait des travailleurs d'Allemagne et d'autres pays européens et le camp Heligoland accueillait des travailleurs de Russie recrutés par l'Organisation Todt3. Le camp Norderney reçut des prisonniers européens (principalement de l'Europe de l'Est et de Russie mais aussi d'Espagne). Le camp Sylt reçut des prisonniers juifs. En 1943, les camps Norderney et Sylt, regroupant les prisonniers européens et juifs, furent placés sous l'autorité du Hauptsturmführer SS Max List. Plus de 700 prisonniers moururent et les survivants furent transférés dans d'autres camps en Allemagne en 1944.

Résistance et collaboration

Résistance et collaboration[modifier]

Il n'y a pas eu de mouvement de résistance dans les îles à un niveau comparable à celui de la France occupée. Ceci est dû à un faisceau de facteurs, comprenant l'éloignement géographique des îles, la densité des troupes allemandes (presque un soldat allemand pour deux insulaires), la petite taille des îles (ce qui amène de fait peu de possibilités de caches ou de dépôts) mais aussi l'absence de la Gestapo dans ces territoires. De plus, une grande partie de la population en âge de combattre (et donc la plus à même de mener des mouvements de résistance) avait quitté les îles pour intégrer l'armée britannique.

Des actes de résistance passive eurent toutefois lieu, incluant des actes mineurs de sabotage, des aides pour cacher des prisonniers et les aider à s'évader (comme pour le Juste parmi les nations Albert Bedane) et la publication de journaux clandestins reprenant les informations de la BBC. Les habitants des îles ont aussi rejoint la campagne de Winston Churchill du signe V en recouvrant les symboles nazis (sur les affiches, …) par cette lettre V (pour Victoire). Un autre acte de résistance passive fut d'écouter de manière privée les émissions de radio de la BBC, ce qui était interdit lors des premières semaines d'occupation, et (de manière surprenante vu la politique appliquée ailleurs en Europe occupée) toléré par la suite avant d'être de nouveau prohibé. Plus tard, cette politique fut même portée à un degré supérieur, avec l'interdiction d'écouter quelque programme radio que ce soit (y compris les radios allemandes et le programme anglophone nazi du propagandiste William Joyce) et la confiscation de tout poste radio sans fil. Néanmoins, beaucoup d'habitants réussirent à cacher leurs postes aux autorités allemandes, ou à bricoler des récepteurs à cristal et purent donc continuer à écouter la BBC malgré le risque que cela représentait. Il faut noter aussi que, l'information circulant entre voisins, il suffisait qu'un petit nombre seulement de personnes écoutât ces programmes pour permettre à une grande majorité de la population de se tenir au courant4,5.

Plusieurs habitants des îles réussirent à s'en enfuir (comme le futur Bailli de Jersey, Peter Crill), et ceci augmentant encore une fois le Jour J passé, alors que les conditions de vie dans les îles étaient devenues plus difficiles à cause du ravitaillement depuis le continent qui ne se faisait plus et que la volonté de participer à la libération de l'Europe occupée grandissait parmi les habitants.

La politique générale des dirigeants des îles, telle qu'elle avait été définie par le gouvernement britannique, était une politique de coopération passive, malgré les critiques qui ont pu être formulées (notamment par rapport à la question du traitement des Juifs dans les îles). Les quelques Juifs résidents des îles (pour la plupart des membres de l'Église d'Angleterre qui avaient un ou deux grands-parents juifs et qui étaient donc considérés comme des Juifs par les Allemands) furent frappés par neuf mesures contre les Juifs (Orders Pertaining to Measures Against the Jews), qui comprenaient : fermeture des commerces ou des entreprises tenus par des juifs (ou placement de ces commerces sous administration aryenne), confiscation de tous les postes radio sans fil, résidence forcée à domicile mis à part une autorisation de sortie d'une heure par jour…

Quelques femmes des îles eurent des relations avec des soldats allemands, bien que cela fut décrié par la majorité des habitants. Ces femmes reçurent le sobriquet péjoratif de Jerry-bag.

Le manque de monnaie à Jersey amena les Allemands à demander à l'artiste jersiais Edmond Blampied de dessiner de nouvelles pièces pour des valeurs de 6 pence, 1 shilling, 2 shillings, 10 shillings et 1 pound, qui sortirent en 1942. Un an après, il lui fut demandé de dessiner de nouveaux timbres pour le service postal des îles. À cette occasion, Edmond Blampied accomplit un acte de résistance, en incluant de manière cachée, les initiales GR sur le timbre de 3 pence, comme signe de sa loyauté au roi George VI6.

La réaction du gouvernement britannique

La réaction du gouvernement britannique à l'invasion allemande des îles a consisté tout d'abord dans la tenue d'une information à la presse par le ministre de l'Information quelque temps après l'arrivée des Allemands.

Le 6 juin 1940, le 2nd lieutenant Hubert Nicolle, un Guernesiais servant dans l'Armée britannique, a été envoyé sur Guernesey pour une mission de collecte d'informations. Déposé au sud de la côte de Guernesey par un sous-marin, il a gagné le rivage avec un canot, sous le couvert de la nuit. Cela a été la première des deux visites que Nicolle a effectuées dans les îles. Après la seconde visite, il n'a pas réussi à atteindre son point de rendez-vous pour le récupérer et le ramener en Angleterre. Il se cacha alors sur l'île, mais après un mois et demi de cache, il se livra lui-même aux autorités allemandes et fut envoyé dans un camp allemand de prisonniers de guerre.

Durant la nuit du 14 juillet 1940, l'opération Ambassador a été lancée sur l'île de Guernesey. Mais celle-ci fut un échec car les troupes allemandes étaient introuvables sur l'île et les Britanniques durent rembarquer sans avoir réussi à engager le combat ni à détruire d'infrastructures militaires allemandes7.

Durant la nuit du 3 au 4 octobre 1942, un commando britannique mena une opération sur l'île de Sercq, l'opération Basalt.

En 1943, le vice-amiral Louis Mountbatten proposa un plan pour reprendre les îles, l'opération Constellation, qui ne fut finalement pas montée.

Fortification

La plupart de la main-d'œuvre consista en soldats allemands, mais certains prisonniers de guerre russes furent aussi mis à contribution de manière forcée. Le camp de concentration Sylt, sur Sercq, envoya de nombreux prisonniers à cette fin.

Les îles furent considérablement fortifiées, devenant de véritables places fortes, notamment l'île de Sercq, la plus proche des côtes françaises. Hitler décréta que 10 % de l'acier et du béton dédié à la constitution du Mur de l'Atlantique serait affecté à la fortification des îles, notamment dans la volonté de garder, pour la propagande, des territoires britanniques sous domination allemande. Un grand nombre de bunkers et d'installation allemandes peuvent encore de nos jours être vus sur les îles, certains ont été restaurés et ouverts au public.

Déportation

En 1942, les autorités allemandes décrétèrent que tous les habitants des îles qui n'étaient pas nés dans les îles, ainsi que tous les hommes ayant servi comme officiers durant la Première Guerre mondiale, seraient déportés. La majorité d'entre eux fut envoyée dans deux camps d'internement dans le sud de l'Allemagne : Ilag V-B à Biberach an der Riß en Bade-Wurtemberg et Ilag VII à Laufen en Bavière. Cela correspond à un ordre direct d'Hitler, en représailles à la déportation et l'internement par les Britanniques de civils allemands en Iran, et cela pour un ratio de vingt habitants des îles internés pour un Allemand à l'avoir été.

Représentation à Londres

En tant que dépendance de la Couronne autogérée, les îles n'avaient pas de représentants au Parlement du Royaume-Uni. Dans le but d'assurer aux insulaires qu'ils n'étaient pas oubliés, cette représentation fut assurée par des personnes évacuées des îles ou vivant déjà au Royaume-Uni avant l'occupation. Une association, la Jersey Society in London, créée dans les années 1920, fut le point de ralliement de la plupart des exilés insulaires. En 1943, plusieurs exilés de Guernesey firent de même pour leur île en créant la Guernsey Society, faisant ainsi bénéficier d'un point de chute et d'un réseau aux personnes originaires de Guernesey. Ces groupes ont aussi servi à lancer une réflexion sur la reconstruction économique et sur les réformes politiques à mener une fois l'occupation terminée et les îles revenues sous giron britannique. Le pamphlet Nos Îles (titre original), publié à Londres en 1944 par un groupe de Jersiais et de Guernesiais, a été très influent, notamment lors de la réforme de la constitution des bailliages.

Bertram Falle, un Jersiais, a été élu député de Portsmouth en 1910. Huit fois élu à la Chambre des communes, il a été membre de la Chambre des Lords en 1934 avec le titre de Lord Portsea. Durant l'occupation, il a représenté les intérêts des insulaires et a pressé le gouvernement britannique de les aider au maximum dans leur situation critique, notamment après le Jour J alors que les îles, pas encore libérées, étaient donc coupées à la fois des zones encore occupées par les Allemands et des zones déjà libérées par les Alliés.

Des comités d'insulaires se sont montés aussi un peu partout dans l'Empire britannique, pas uniquement en Grande-Bretagne. Un exemple fut la fondation par le journaliste et écrivain Philip William Luce de la Vancouver Channel Islands Society en 1940, dont le but était de récolter de l'argent en faveur des évacués.

Occupation pendant la reconquête alliée de l'Europe

En juin 1944, les forces alliées lancèrent l'opération Neptune et la bataille de Normandie. Elles décidèrent de contourner les îles Anglo-Normandes à cause des lourdes fortifications construites par les Allemands. Néanmoins, une des conséquences du débarquement allié fut que les lignes de ravitaillement allemandes depuis la France se trouvèrent coupées. Les vivres disponibles pour les insulaires, qui avaient déjà diminué, se raréfièrent encore, ce qui amena les habitants des îles mais aussi les forces allemandes présentes dans un état proche de la famine.

La réaction de Churchill face à la situation de la garnison allemande stationnée sur l'île fut de les « laisser pourrir »8, même si cela impliquait que les habitants allaient devoir subir le même sort. Il fallut des mois de négociations sans cesse prolongées pour que le bateau de la Croix-Rouge Internationale, le SS Vega, fût autorisé à soulager les habitants affamés, en décembre 1944, en débarquant sur les îles des rations alimentaires, du sel, du savon mais aussi du matériel médical et chirurgical. Le SS Vega effectua encore cinq autres livraisons jusqu'à la libération des îles en mai 1945.

En 1944, la populaire actrice allemande Lil Dagover, avec une petite troupe théâtrale, vint sur les îles pour distraire les forces d'occupation allemandes à Jersey et Guernesey et leur remonter le moral9.

Le raid de Granville, qui se déroula dans la nuit du 8 au 9 mars 1945, vit un commando allemand partir des îles pour débarquer dans la ville normande de Granville, y trouver du ravitaillement et le ramener sur les îles10.

Libération

Bien que des plans de libération des îles avaient été prévus et proposés par Lord Mountbatten, en 1943, dans le cadre de l'opération Constellation, qui prévoyait une reconquête militaire des îles, celle-ci n'eut pas lieu. Les îles n'ont été libérées qu'après la capitulation allemande.

Le 8 mai 1945 à 10 h 00 du matin, les insulaires ont été informés par les autorités allemandes que la guerre était terminée. Winston Churchill a fait une déclaration radio-diffusée à 15 h 00 dans laquelle il annonçait :

« Les hostilités s'arrêteront officiellement une minute après minuit ce soir, mais dans l'intérêt de sauver des vies, le "cessez-le-feu" a commencé à être annoncé depuis hier sur tous les fronts, et nos chères îles Anglo-Normandes sont aussi sur le point d'être libérées.11 »

Le matin suivant, le 9 mai 1945, le HMS Bulldog arriva à Saint-Pierre-Port, Guernesey. Les forces allemandes capitulèrent sans condition à son bord, à l'aube. Les forces britanniques débarquèrent à Saint-Pierre-Port juste après, accueillies par des foules joyeuses mais souffrant de malnutrition.

Le HMS Beagle, parti de Plymouth, joua le même rôle pour Jersey. Sur cette île, les forces britanniques eurent la bonne surprise de voir que le bureau de poste central avait déjà été libéré. M. Warder, un employé des postes, n'avait pas attendu la capitulation officielle et l'arrivée des forces britanniques pour se rendre au bureau de poste et informer l'officier allemand qui en avait la charge qu'il en reprenait possession au nom des postes britanniques12.


http://www.google.be/imgres?q=invasion+ile+anglo+normande&um=1&hl=fr&sa=N&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=xgIqK7UmMHpodM:&imgrefurl=http://images-de-guerreww1-ww2.skyrock.com/&docid=bUdjxi5gxBbl9M&imgurl=http://63.img.v4.skyrock.net/5107/78155107/pics/2996891355_1_3_ldycqEBj.jpg&w=400&h=265&ei=JDCdULu2E8e20QXXt4DwCA&zoom=1&iact=hc&vpx=1075&vpy=626&dur=2420&hovh=183&hovw=276&tx=203&ty=104&sig=114631267931205412831&page=1&tbnh=183&tbnw=276&start=0&ndsp=24&ved=1t:429,r:16,s:0,i:116

http://images-de-guerreww1-ww2.skyrock.com/photo.html?id_article=2996894821&id_article_media=10317273

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=1tIH0ZYFIYZngM:&imgrefurl=http://fr.wikipedia.org/wiki/Occupation_des_%25C3%25AEles_Anglo-Normandes&docid=1HwkvQKcSPW7qM&imgurl=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0d/Bunker_in_Alderney.JPG/300px-Bunker_in_Alderney.JPG&w=300&h=224&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=831&vpy=192&dur=256&hovh=179&hovw=240&tx=115&ty=79&sig=114631267931205412831&page=1&tbnh=179&tbnw=240&start=0&ndsp=22&ved=1t:429,r:2,s:0,i:71

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=JTLp4tSQs0iqCM:&imgrefurl=http://fr.wikipedia.org/wiki/Occupation_des_%25C3%25AEles_Anglo-Normandes&docid=1HwkvQKcSPW7qM&imgurl=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e6/Bundesarchiv_Bild_101I-228-0326-34A,_Guernsey_-_Jersey,_Deutsche_Soldaten.jpg/220px-Bundesarchiv_Bild_101I-228-0326-34A,_Guernsey_-_Jersey,_Deutsche_Soldaten.jpg&w=220&h=341&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=929&vpy=441&dur=316&hovh=272&hovw=176&tx=157&ty=173&sig=114631267931205412831&page=1&tbnh=219&tbnw=136&start=0&ndsp=22&ved=1t:429,r:13,s:0,i:104

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=JWlkMg6epFzqmM:&imgrefurl=http://bunkers.voila.net/postesdirect.htm&docid=N1Ng06fY6YwY1M&imgurl=http://bunkers.voila.net/jersey_1.jpg&w=236&h=355&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=1189&vpy=379&dur=2858&hovh=275&hovw=183&tx=131&ty=113&sig=114631267931205412831&page=1&tbnh=194&tbnw=120&start=0&ndsp=22&ved=1t:429,r:0,s:20,i:128

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=AJK4HeBiWA0B4M:&imgrefurl=http://atlantikwall.superforum.fr/t2342-tobrouk-anglo-normand-jagerstand&docid=c2kYOInqWgq5sM&imgurl=http://i27.servimg.com/u/f27/11/20/46/30/j_ger_10.jpg&w=640&h=480&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=195&vpy=536&dur=2042&hovh=194&hovw=259&tx=174&ty=37&sig=114631267931205412831&page=2&tbnh=183&tbnw=213&start=22&ndsp=30&ved=1t:429,r:2,s:20,i:134

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=0jh5PPrslLnEUM:&imgrefurl=http://users.skynet.be/bs903065/mur_diparait.htm&docid=2VeMAmvP-kbF3M&imgurl=http://users.skynet.be/bs903065/bleriot_plage_1.jpg&w=354&h=268&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=479&vpy=619&dur=380&hovh=195&hovw=258&tx=234&ty=161&sig=114631267931205412831&page=2&tbnh=190&tbnw=241&start=22&ndsp=30&ved=1t:429,r:15,s:20,i:173

http://www.google.be/imgres?q=ile+anglo+normande+bunker&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=YtJLKnR37A6wgM:&imgrefurl=http://atlantikwall.superforum.fr/t311-15-cm-sk-c-28&docid=l-Rw62vuETuc2M&imgurl=http://img370.imageshack.us/img370/7328/battrannesak2.jpg&w=420&h=294&ei=rzCdUMLRIuqZ0QWfwYCYDA&zoom=1&iact=hc&vpx=1369&vpy=627&dur=1911&hovh=188&hovw=268&tx=178&ty=118&sig=114631267931205412831&page=3&tbnh=188&tbnw=268&start=52&ndsp=28&ved=1t:429,r:36,s:20,i:236

http://www.google.be/imgres?q=batterie+annes&um=1&hl=fr&biw=1680&bih=928&tbm=isch&tbnid=iZdsM_MmTRdalM:&imgrefurl=http://www.rafmuseumphotos.com/low.php%3Fxp%3Dmedia%26xm%3D1043216&docid=Gf4ixDxE9PvyhM&itg=1&imgurl=http://www.rafmuseumphotos.com/image/batterie_annes_alderney_1043216.jpg&w=450&h=310&ei=vzGdUNymKYW-0QXxhICABw&zoom=1&iact=hc&vpx=208&vpy=181&dur=2612&hovh=186&hovw=271&tx=170&ty=130&sig=114631267931205412831&page=1&tbnh=186&tbnw=250&start=0&ndsp=24&ved=1t:429,r:0,s:0,i:65
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Iles Anglo Normandes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Royaume-Uni-Iles-Anglo-Normandes
» conseils et idées pour week-end dans les îles anglo-normandes
» masacre des dauphins sur les iles Féroé
» Géologie des Iles britanniques
» Vague d'ovnis des Iles canaries 74/79

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: