Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sports a Auschwitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Sports a Auschwitz    Jeu 27 Déc - 14:08


Un etonnant article sur Eurosport.fr

Au camp d'Auschwitz, la boxe fut aussi un moyen pour survivre

Publié le 24/12/2012




Tadeusz Pietrzykowski, boxeur polonais déporté N° 77 du camp d'Auschwitz-Birkenau, y disputait pour une bouchée de pain des combats de boxe inhumains contre les gardiens allemands. Les derniers témoins se souviennent de cet épisode peu connu de l'histoire de ce camp d'extermination érigé par l'Allemagne nazie en Pologne.

"Le premier match de boxe a eu lieu un dimanche de mars 1941 à côté des cuisines entre Tadeusz Pietrzykowski et le kapo allemand (gardien de camp recruté parmi les détenus de droit commun) Walter Dunning", raconte à l'AFP Tadeusz Sobolewicz, un ancien déporté âgé de 89 ans.

Quelqu'un avait fait courir une rumeur que ce dernier, un boxeur professionnel dans la catégorie poids moyen, cherchait un adversaire digne et offrait en retour un pain et un carré de margarine.

Sans hésiter, Tadeusz Pietrzykowski, poids coq au club de Varsovie Legia, a accepté le défi.

"Teddy, comme l'appelaient les médias polonais d'avant-guerre, devait peser à l'époque 45 kilos et Walter en faisait au moins 70", se souvient Sobolewicz, un ami du boxeur. "Déporté au camp en juin 1940 avec le premier convoi de plus de 700 prisonniers politiques polonais, il était déjà très amaigri après huit mois de travail exténuant et de malnutrition".

"Teddy était plus petit mais très agile et rapide. Il avait une frappe extraordinaire, visait droit dans l'estomac et savait esquiver les coups de l'adversaire", se souvient Sobolewicz. "Il a gagné le combat, a eu son pain et la margarine. Il faut dire que les Allemands tenaient leurs promesses".

Ces combats ressemblaient à des luttes de gladiateurs. Pietrzykowski savait qu'il ne risquait rien, il était de toute manière condamné à mourir de faim. Les SS, eux, voulaient se divertir, surtout à partir des défaites subies sur le front de l'Est contre les Russes après Stalingrad, souligne Sobolewicz.

Avides de combats au plus haut niveau, les SS recherchaient des boxeurs professionnels à l'arrivée des trains parmi les nouveaux déportés tout comme ils sélectionnaient d'autres professions qui leur pouvaient être utiles.

Par ses victoires, Teddy redonnait de l'espoir aux prisonniers.

"La joie était immense. On se disait: tant qu'un Polonais tape sur la gueule d'un Allemand, la Pologne n'est pas encore morte", se souvient-il encore aujourd'hui.

Au début, les matchs se disputaient sur la terre battue, les boxeurs n'avaient pas de gants professionnels. Puis, les Allemands avaient fait construire un vrai ring sur des planches, ils ont procuré des gants de boxeur et les combats avaient lieu en présence d'arbitres professionnels, précise Marta Bogacka dans son livre "Le Boxeur d'Auschwitz", paru récemment aux éditions Demart dans la série des "Histoires invraisemblables".

Les SS assistaient à ces matchs et faisaient même des paris. A Auschwitz, Teddy a mené une quarantaine de combats, et une vingtaine d'autres au camp de Neuengamme (nord de l'Allemagne) où il fut transféré en 1943. Ils opposaient aussi bien les prisonniers aux kapos que les prisonniers entre eux.

Teddy a survécu aux horreurs des camps. Il est mort en 1991 à Bielsko-Biala, dans le sud de la Pologne.

Le plus célèbre de ses combats l'opposa à Schally Hottenach, un boxeur allemand pesant 96 kilos. Teddy fut déclaré vainqueur par un knockout à la deuxième reprise. L'épisode a été porté à l'écran en 1962 par le réalisateur slovaque Peter Solan: "Le boxeur et la mort".

Des matchs de football étaient également organisés à Auschwitz, sur la place d'appel, se souvient Kazimierz Albin, 90 ans, ancien déporté qui a réussi à s'évader en février 1943 et à intégrer la Résistance polonaise.

"Les kapos cherchaient à se divertir. Ils jouaient au foot entre eux, mais disputer un match contre des joueurs d'une autre nationalité était plus excitant", explique-t-il.

"Et pour nous, faire partie d'une équipe de football signifiait des rations alimentaires supplémentaires et l'affectation à un travail moins dur, donc une chance de survie", ajoute-t-il.

Certains matchs se tenaient aux portes mêmes de l'enfer de Birkenau, la partie du camp où dans les chambres à gaz avait lieu l'extermination essentiellement des Juifs européens tués directement à la descente des trains, explique Adam Cyra, un historien du musée d'Auschwitz-Birkenau.

Le terrain de football était situé à proximité du crématorium n°3, au bout de la rampe, sur sa droite.

"Pour les gens qui allaient mourir sous peu, la vue de prisonniers jouant au football contre des kapos, devait être rassurante", dit-il.


mc/ea/mrm/gir



Dernière édition par naga le Jeu 27 Déc - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Sports a Auschwitz    Jeu 27 Déc - 14:16



A Auschwitz, la barbarie par le «sport»


Dans le camp de concentration nazi, il y avait un bassin de natation, dont le champion français Alfred Nakache put faire l’expérience comme «bête de foire». Retour historique, en marge d’une exposition à Paris, sur la propagande des SS conçue à partir de l’exercice physique








Ce matin-là à Auschwitz, il fait un temps gris, froid. Un temps cafardeux. Il est à peine 10 heures et déjà, le parking est rempli de voitures et de cars scolaires. Chaque année, ils sont plus d’un million de visiteurs du monde entier à se rendre sur place. Tous traversent le portail d’entrée et sa célèbre inscription, «Arbeit macht frei».

Mais combien savent que dans les 191 hectares de ces camps se cache… une piscine? A en croire le guide qui nous accompagne, quasiment personne: «Il y a même d’anciens déportés qui ne le savent pas», explique Krzysztof Antonczyk. La piscine, elle est là-bas, derrière ce gros bâtiment. Vous la voyez?» L’homme nous fait des gestes de la main, et soudain, nous l’apercevons. Une piscine, avec un plongeoir et une échelle d’accès.

Nous sommes dans Auschwitz I, derrière les Blocks 6 et 7. Le petit groupe de visiteurs est comme abasourdi parce ce qu’il découvre: ce bassin au cœur du plus grand complexe concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale, où plus de 1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants ont été exterminés par les nazis, dont 90% de juifs.

Krzysztof Antonczyk raconte que «ce sont les déportés qui l’ont construite, sous la contrainte des SS. Les travaux ont eu lieu pendant l’été 1944». L’homme montre un plan: «La piscine mesure environ 15 mètres de long, 5 m 30 de large et 2 mètres et demi de profondeur.»

Face aux interrogations des visiteurs, Krzysztof Antonczyk ne tarde pas à mettre les choses au clair sur l’utilité de l’installation sportive: «Elle était uniquement réservée aux gardiens. L’accès était formellement interdit aux prisonniers. Sauf lorsqu’il s’agissait d’organiser une démonstration devant les membres de la Croix-Rouge.»

Par «démonstration», il faut comprendre «propagande». Nous sommes alors au printemps 1944. Les camps d’extermination mis en place par les nazis fonctionnent à plein régime, comme à Auschwitz-Birkenau, où 10 000 déportés, selon le Mémorial de la Shoah, à Paris, sont gazés chaque jour. C’est aussi à cette époque que des associations commencent à s’inquiéter du sort réservé aux juifs. La Croix-Rouge exige d’inspecter les camps. Les nazis finissent par accepter. C’est ainsi qu’en septembre 1944, une délégation d’humanitaires débarque à Auschwitz. Sur place, ils ne verront presque rien.





Patrick Clastres, historien et chercheur rattaché au Centre d’histoire de Sciences Po, à Paris, explique: «Les Allemands avaient intérêt à montrer un visage positif des camps, il leur fallait donc falsifier la réalité. On organise alors des séances d’athlétisme et des matches de football. Tout cela avait un seul but: montrer que tout allait bien dans les camps, que les prisonniers étaient bien traités.»

Déporté à Auschwitz en février 1944, Raphaël Esraïl, aujourd’hui président de l’association regroupant les rescapés du camp (UDA) se souvient bien de cette visite de la Croix-Rouge: «Quelque temps auparavant, à une dizaine de camarades et moi-même, les SS nous ont demandé de plonger dans la piscine pendant qu’un cinéaste nous filmait. Il fallait qu’on nage bien. Mais je ne pouvais pas, la tête me tournait, j’étais trop faible physiquement.»

Mais sur ces images, on voit des hommes en forme, souriants: c’est ce que retiendra la Croix-Rouge des camps… «Ce qu’on appelle une mascarade, poursuit l’historien. Les Allemands ont utilisé le sport comme objet de propagande, ce sont des scènes imposées. Au camp de Westerbork aux Pays-Bas, c’est même un interné juif qui tenait la caméra à la demande du directeur…»

La visite se poursuit. Avec le reste du groupe, nous arrivons à Auschwitz III, appelé aussi Buna-Monowitz: «C’était le camp de travail, ici. Les déportés étaient emmenés de force dans ces gros bâtiments pour travailler.»

Le guide s’arrête un instant pour montrer d’autres documents d’archives: «Pour les déportés, les SS avaient trouvé autre chose. Vous voyez ces citernes d’eau, eh bien elles ne servaient pas uniquement en cas d’incendie. Les Allemands obligeaient certains déportés à y plonger. L’eau était très sale et très froide. C’était clairement pour les humilier.»

On ne sait pas combien de déportés ont subi ces persécutions. On sait en revanche que le célèbre champion français de natation Alfred Nakache a été contraint à plusieurs reprises de mettre les pieds dans ces «pseudo-piscines».



Yvette est la nièce d’Alfred Nakache et «un peu sa mémoire». A 64 ans, elle reste disponible pour raconter, expliquer l’histoire de son oncle, «parce que je ne veux pas qu’on l’oublie». Né en Algérie en 1915, le nageur rejoint Paris à l’adolescence pour passer son bac et pour s’entraîner aussi. «A l’époque, il était déjà un sportif hors pair, il collectionnait les médailles et les records.»

Lorsque la guerre éclate en ­septembre 1940, il subit les premières mesures discriminatoires à l’égard des juifs. C’est à cette époque que la presse antisémite commence à s’en prendre au champion. Comme la revue collaborationniste Le Pays libre, qui se demande «si Nakache est Français, réellement Français». Ou comme l’hebdomadaire Je suis partout, qui «ne comprend pas pourquoi des gens s’évertuent à défendre le juif Nakache».

En 1943, la star de la natation est arrêtée par la Gestapo, transférée à Drancy, puis déportée à ­Auschwitz. Les SS vont en faire une sorte de «bête de foire». Pour tester sa résistance physique, «ils lui demandaient d’aller chercher des cailloux au fond de la citerne d’eau croupie et glacée. Parfois, il fallait qu’il plonge au fond pour chercher un couteau qu’il devait mettre entre ses dents. C’était inhumain.»

De l’enfer des camps d’où il sort vivant en 1945, Alfred Nakache n’a jamais rien raconté à personne. «Je n’ai jamais osé lui poser de questions sur ce qu’il a vécu, continue sa nièce. Il n’en parlait jamais, et je crois que c’était mieux comme ça.» Celui qui portait le matricule 172 763 s’est éteint le 4 août 1983.

Le guide nous raconte aussi que «les SS organisaient aussi parfois des simulacres de compétitions de natation dans ces citernes. Ils promettaient une double portion de nourriture au vainqueur. Les déportés y participaient dans l’unique but d’obtenir ce bout de pain supplémentaire. Sauf que la plupart ne savaient pas nager et sont morts noyés.» Preuve que l’inhumanité des nazis était sans limites.

«Dans le processus de déshumanisation qu’ils ont mis en place, le sens même du mot sport va être dévoyé, analyse Patrick Clastres. Il va être utilisé comme un outil de stigmatisation, de sanction et d’humiliation. Il va être synonyme de supplice.»




Soixante-six ans après la libération des camps, on ne sait pas ce qui arrivait aux déportés qui ne parvenaient pas à «relever les défis» des nazis. En revanche, plusieurs documents donnent des précisions sur le système des punitions mis en place par les Allemands à l’intérieur même des camps.

Dans Anatomie des SS-Staates, l’ouvrage de l’historien allemand Martin Broszat (1968), on apprend par exemple que ce système de punition était enseigné au sein de l’école de formation des SS à Dachau. A la base de cet enseignement, il y a un document très officiel appelé «le règlement de Dachau».

Dans ce texte, rédigé en octobre 1933 par le commandant allemand Theodor Eicke, on peut lire: «Tolérance signifie faiblesse. Par conséquent, le châtiment sera impitoyablement appliqué chaque fois que l’intérêt de la patrie l’exige. […] Qu’il soit dit aux agitateurs politiques et aux meneurs intellectuels subversifs, quelle que soit leur tendance: prenez garde à ne pas vous faire prendre, sinon on vous saisira à la gorge et l’on vous réduira au silence selon vos propres méthodes».

On comprend alors que les humiliations «sportives» subies par Alfred Nakache et les autres faisaient partie d’un programme de sanctions très établi. L’horreur devient insoutenable quand on apprend que cette punition par le «sport» équivalait au tout premier degré de sanction imposée par les nazis. C’est-à-dire le moins dur. Avant les coups de fouet, la pendaison, l’exécution par balle. Et le gazage.



source
LeTemps.ch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Sports a Auschwitz    Jeu 27 Déc - 14:22







Alfred Nakache, né le 18 novembre 1915 à Constantine, en Algérie française et mort le 4 août 1983, fut un nageur et joueur de water-polo français. Surnommé « Artem », il est aussi connu sous le surnom de « nageur d'Auschwitz ». La piscine de Gentilly, à Nancy, porte son nom.

D'abord en vue pendant l'occupation pour ses records où il devint rapidement l'un des nageurs les plus titrés du pays, il fut progressivement dénoncé par la presse collaborationiste par antisémitisme. Il fut finalement interdit de bassin, lors des championnats de France de Toulouse, en 1942, ce qui entraîna un boycott de ses camarades du TOEC.

Arrêté en novembre 1943, il fut déporté à Auschwitz. Séparé physiquement de sa femme Paule et sa fille de deux ans Annie, il ignora leur sort et n'apprit que plus tard leur mort dans les camps. Il fut ensuite tranféré à Buchenwald puis libéré fin 1944 ou début 1945.

Il retrouva le haut niveau (champion de France et prenant part au record du monde 3 × 100 m 3 nages en 1946) et participa aux Jeux olympiques d'été de 1948 à Londres, en nageant l'épreuve de 200 m brasse papillon et comme membre de l’équipe de France de water-polo. Il obtint là une sélection, douze ans après ses premiers Jeux olympiques




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sports a Auschwitz    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sports a Auschwitz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sports d'hiver???
» des Nazis Hongrois à Auschwitz : la bête n'est pas morte
» La réforme des rythmes scolaires et le ministère de la Jeunesse et des Sports
» Psychologue clinicien du 2ème degré Direction de la Jeunesse et des Sports, Alger
» 70 eme Anniversaire de la Libération d'Auschwitz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Débats, discussions-
Sauter vers: