Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bataille de Corregidor 1942

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 11:57

Le lieu : Bataan - Corregidor







MacArthur connaissait à la perfection le difficile terrain de Bataan, quoiqu’il ne se fût pas préoccupé de mettre à profit cette connaissance jusqu’au moment où il lui fallut répondre à l’infamant refus du Général Jones d’exécuter ses ordres d’attaque, ce qui l’obligea à se rendre de Corregidor sur la Péninsule. MacArthur ne fut pas réveillé en sursaut par la souffrance de ses hommes ou par l’échec de ses plans, mais par un affront personnel. Cet affront le conduisit à d’incroyables extrémités de rage, mais aussi de génie, et fit ainsi beaucoup pour préserver l’armée de la défaite durant deux longs mois.

La péninsule de Bataan est large de 24 km et longue de 48. Allongée du nord au sud, elle ferme à l’ouest la Baie de Manille. Elle est presque complètement occupée par les restes de deux grands volcans éteints, l’un au nord (le Mont Natib), l’autre au sud (le Mont Samat). Entre les deux se trouve une jungle extrêmement dense. La péninsule n’était parcourue que par deux routes. Une route asphaltée, suivant la côte est plate et marécageuse, contournant la pointe de la péninsule, au sud, puis se prolongeant sur les deux tiers de la côte ouest. Et une route pavée, traversant la péninsule entre les deux volcans.

Les fortifications du port étaient une toute autre affaire. Espacées à la perfection d’est en ouest en travers de l’entrée de la Baie de Manille, les quatre îles fortifiées, presque inaccessibles, étaient un rêve de défenseur.



Sur Carabao, l’île la plus orientale, à quelques centaines de mètres du rivage de la péninsule de Cavite, se trouvait Fort Frank, avec six batteries : deux 14-pouces/45 sur affût escamotable, huit mortiers de 12 pouces, quatre obusiers de 6.1 pouces et neuf 3-pouces pour la DCA et la défense de la plage. Il n’y avait en effet qu’une seule plage, face à Cavite, où un débarquement fût possible ; le reste des côtes était escarpé.

Sur El Fraile se trouvait le fameux Cuirassé de Béton, Fort Drum, qui tint plus longtemps que Corregidor même. L’île n’avait pas de plage : ses côtes avaient été taillées jusqu’à la mer et entièrement recouvertes par une fortification d’un béton si épais qu’il pouvait résister aux obus de n’importe quel canon, sauf peut-être à ceux des plus gros canons de siège européens. Ses propres canons comprenaient quatre 14-pouces/45 dans de lourdes tourelles du type de celles des cuirassés, quatre 6-pouces en casemate et trois 3-pouces de DCA et défense rapprochée. Les Japonais n’essayèrent même pas de lui donner l’assaut ; Fort Drum se rendit simplement quand ses provisions de nourriture furent épuisées.

Sur Caballo – un bloc de rocher brut émergeant de l’océan aux approches est de Corregidor – se trouvait Fort Hughes, avec ses huit batteries : deux 14-pouces/45 sur affût escamotable, deux canons navals de 6 pouces, quatre mortiers de 12 pouces, trois obusiers de 6,1 pouces et six 3-pouces pour la DCA et la défense de la plage.

Corregidor, enfin, était une île accidentée en forme de têtard, d’environ 5 km de long et 2,5 km de large au maximum, avec une extrémité est allongée, étroite et très montagneuse, plongeant dans la baie. C’était la plus lourdement armée, avec un vaste réseau de tunnels et une artillerie impressionnante répartie en nombreuses batteries : huit canons navals de 12 pouces, deux canons navals de 10 pouces, deux canons de 8 pouces montés sur rails (qui n’étaient cependant pas encore opérationnels au début de 1942), douze mortiers de 12 pouces, cinq canons navals de 6 pouces, 27 obusiers de 6,1 pouces, 59 canons de 3 pouces pour la DCA et la défense des plages et un assortiment d’une quarantaine de canons de 37 mm, dont beaucoup de vieux modèles.

Sur Corregidor se trouvait aussi un petit aérodrome, mais au début de la bataille, il ne possédait plus que quatre P-40 opérationnels. L’île était aussi dotée de quatre batteries de DCA mobiles totalisant 48 mitrailleuses de 0,50, qui s’ajoutaient aux mitrailleuses de 0,30 de la garnison.

Cette garnison comptait 4 000 combattants, mais aussi 6 000 non-combattants de toutes sortes. Ce nombre important de non-combattants interdisait apparemment de résister au delà du 1er juillet, mais il restait possible de consommer jusque là des demi-rations au lieu des quarts de ration de famine imposés sur Bataan. Néanmoins, MacArthur décida rapidement de réduire l’alimentation à trois huitièmes de ration par jour, ce qui, combiné à l’arrivée de quelques sous-marins apportant un peu de nourriture, permit à la forteresse de Corregidor de tenir aussi longtemps qu’elle le fit.








Les autres îles-forteresses étaient toutes un peu mieux loties de ce point de vue, car elles n’étaient pas encombrées de réfugiés. Elles étaient défendues en principe par un total de 4 250 hommes, mais un certain nombre de ces soldats, venus de Fort Wint, avaient finalement été combattre sur Bataan.

Les principaux points faibles des îles étaient qu’aucune n’avait assez de nourriture pour tenir au delà de début août, et ce, d’après les comptes les plus optimistes. De plus, l’eau potable était rare.

Le point positif était les réserves de munitions. Ainsi, bien que près d’un tiers des munitions pour armes légères fussent inutilisables, car elles avaient été stockées dans des tunnels humides, Corregidor avait bien assez des deux tiers restants. Au 7 avril, les défenseurs disposaient encore de plus de cinq millions de cartouches de calibre 0,30 (5 200 000, semble-t-il), et de 1 650 000 cartouches de 0,50, et ce après en avoir tiré énormément contre les bombardiers japonais. Il était inutile de les économiser. Si les Japonais venaient, ils feraient face à une grêle de balles, aussi nombreuses que les défenseurs pourraient en tirer. Enfin, proportionnellement au nombre de canons, les réserves de munitions d’artillerie étaient encore plus grandes.




Dernière édition par naga le Lun 18 Fév - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 12:24

Janvier-février – Du Mont Natib au Mont Samat

Au début de la bataille, le 9 janvier 1942, 80 000 combattants défendaient la Péninsule de Bataan. Quinze mille étaient Américains et 65 000 Philippins, dont 10 000 soldats de métier et un conglomérat de 55 000 conscrits mal équipés et mal entraînés. Il y avait de quoi nourrir cent mille hommes… mais pendant un mois seulement. Ces troupes étaient supposées tenir six mois avant l’arrivée des secours. Le Général MacArthur y réussit presque – mais, de toute façon, les secours ne vinrent pas.

La première ligne de défense, la plus au nord, à quinze km de l’entrée de la péninsule, coupait celle-ci au niveau du Mont Natib. A l’est, entre la mer et le volcan, se trouvaient des étangs de pisciculture et des rizières sur trois km, puis des champs de cannes et des bambouseraies. Le Mont Natib était considéré comme infranchissable, ce que les Japonais n’allaient pas tarder à contredire. Dès la mi-janvier, la ligne du Mont Natib était forcée, et les Américano-Philippins en pleine retraite.

Fin janvier, une nouvelle ligne, baptisée ligne Bagac-Orion, fut organisée le long de la route pavée, au milieu de la péninsule, et ancrée aux pentes du Mont Samat. De sauvages combats se déroulèrent bientôt dans cette zone. Les Japonais tentant de s’y infiltrer furent coupés et massacrés par milliers, lors des “batailles des Pointes et des Poches”. La ligne ne fut cependant pas stabilisée avant le 8 février. C’était une grande victoire de Wainwright (MacArthur n’avait pratiquement pas pris part à la bataille). A ce moment, les Japonais avaient perdu 7 000 hommes en combat et 10 000 autres souffraient de paludisme, de béribéri ou de dysenterie. Le commandant japonais, le Général Homma, dut demander des renforts à trois reprises, jusqu’à faire une dépression nerveuse sous le poids de la honte, avant que ces renforts lui parviennent enfin.

Pendant ce temps, du côté allié, les recrues philippines qui avaient survécu avaient été endurcies par l’expérience. En revanche, la moitié des soldats alliés étaient atteints de paludisme ou de dysenterie (le paludisme pouvait coucher cinq cents hommes en une seule semaine) et leurs effectifs diminuaient rapidement. Les chevaux et les mules furent abattus pour les manger, mais la moitié seulement des soldats étaient en état de combattre, et leur nombre continuait de diminuer. Américains et Philippins s’efforçaient d’améliorer leur alimentation en chassant tout ce qui bougeait sur la péninsule ou en mangeant tout ce qui semblait comestible, mais qui les rendait le plus souvent malades.



11 mars 1942 – MacArthur quitte l ile

Que fallait-il faire aux Philippines ? Devant la résistance obstinée de la Malaisie et de Singapour, soutenue par les déclarations de Lord Gort affirmant qu’il ne se rendrait jamais, beaucoup d’hommes politiques américains, dans les couloirs de la Maison Blanche et du Capitole, affirmèrent que Bataan et Corregidor devaient tenir à tout prix, le plus longtemps possible. Au départ, la principale motivation de ce discours était le désir de défendre le prestige national. Par la suite, cependant, il apparut que plus longtemps d’importantes forces japonaises seraient retenues autour de Bataan, plus l’avance ennemie dans l’ensemble du théâtre Pacifique serait ralentie. Mais fallait-il laisser MacArthur aux commandes ?

Le destin du Général MacArthur fut au centre d’un débat passionné à Washington. Certains pensaient qu’il fallait le laisser à son poste. D’autres préféraient l’évacuer, en raison de sa popularité. D’autres enfin grondaient qu’il était d’une incompétence scandaleuse et qu’il fallait le limoger – mais, si on l’évacuait ou si on le limogeait, qui nommer à sa place ?

Depuis 1942, bien des théories ont été imaginées pour expliquer la décision finale. Douglas MacArthur n’était guère apprécié par l’administration Roosevelt. Sa répression de la “Marche du Bonus” et ses liens avec des politiciens d’extrême-droite lui avaient coûté la confiance de nombreux collaborateurs du Président. Chacun savait qu’il avait des ambitions politiques. Selon certains amateurs de théories du complot, la véritable raison pour laquelle il ne lui fut pas ordonné de quitter Corregidor fut la volonté de supprimer le danger politique qu’il faisait peser sur une future réélection de Franklin D. Roosevelt. Lorsque l’on rassembla quelques vedettes rapides pour évacuer une partie du personnel de l’état-major américain, aucun ordre explicite ne fut donné à MacArthur : certains prétendirent que l’on avait ainsi voulu piéger MacArthur, en faisant retomber sur lui seul son éventuelle fuite des Philippines.

Mais il est facile d’écarter ces spéculations.

Ainsi, le 11 mars 1942, quand les quatre vedettes rapides du Lieutenant Bulkeley conduisirent la femme et le fils de MacArthur, une grande partie de son état-major (dont le Général Wainwright et l’Amiral Rockwell) et un groupe d’infirmières tirées au sort jusqu’à la côte nord de Mindanao, le Général Douglas MacArthur quitta l ile lui aussi.








Après un voyage des plus pénibles, mais sans incident grave, les quatre vedettes transportant MacArthur et son état-major arrivèrent sans encombres à Mindanao, où une petite piste d’atterrissage était encore contrôlée par les Américains.Puis MacArthur et sa famille prirent un B17 en direction de l Australie sur ordre du President Roosevelt .




Dernière édition par naga le Lun 18 Fév - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 12:39


Jusqu'à la fin avril, les défenseurs philippins et américains de l'île résistèrent aux attaques de l'aviation japonaise, qui leur infligea 614 bombardements, pour un total de 365 tonnes d'explosifs.


Tunnel Malinta Hill






À partir du 28 avril, les bombardements redoublèrent d'intensité. À partir du 1er mai, l'artillerie japonaise commença également ses tirs depuis Bataan.

Dans la nuit du 5 mai au 6 mai, les bataillons du 61ème régiment d'infanterie japonais débarquèrent au nord-est de l'île, sur les plages de Corregidor, précédés d'une nouvelle campagne de bombardements. La résistance féroce des soldats philippins et américains fut bientôt submergée par le nombre des troupes ennemies, qui bénéficiaient de renforts continuels.

A 9h30 du matin, trois tanks japonais furent débarqués sur la plage et prirent part à la bataille; les défenseurs durent se retirer vers Malinta Hill et trouver abri dans le tunnel, où se trouvaient déjà 1000 soldats blessés.

Souhaitant éviter l'invasion du tunnel qui n'aurait pu que se conclure par un massacre, le général Wainwright annonça son intention de se rendre par un message radiophonique au président Franklin D. Roosevelt. A 13h30, deux officiers munis d'un drapeau blanc furent envoyés annoncer la reddition aux Japonais









Le 8, Wainwright fit transmettre aux forces de Mindanao l'ordre de se rendre.

La prise de Corregidor marqua la victoire finale des Japonais aux Philippines, mais contribua, comme la bataille de Bataan, à leur faire perdre un temps précieux, handicapant leur stratégie dans la région de l'Océan Pacifique.

4 000 des 11 000 prisonniers philippins et américains furent ensuite exhibés par les Japonais lors d'une parade dans les rues de Manille. Plusieurs milliers furent envoyés dans des camps de travail. Le général Wainwright fut emprisonné en Mandchourie.

Un certain nombre de soldats philippins et américains, ayant échappé à la capture et rejoints par des rescapés de la bataille de Bataan, entrèrent en résistance et entamèrent des actions de guérilla anti-japonaise sur le sol philippin.

Corregidor fut reprise en 1945 dans une nouvelle bataille, lors de la libération des Philippines.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 12:51


L ile de Corregidor aujourd hui: l impressionnante artillerie
















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 12:53














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4788
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Lun 18 Fév - 16:24

Ces fortifications et cet armement impressionnant furent installés dès le départ pour faire face aux japonais, ou simplement pour couvrir la baie contre toute forme d'intrusion? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5169
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Mar 19 Fév - 1:51



Ce sont les espagnols qui ont commence a fortifier l ile en 1885 par le General Cerero.

En 1898,les americains ont attaque les espagnols pour prendre Manille.1899,debut de la colonisation des Philippines et commencement des travaux de fortification pour proteger Manille des intrusions espagnols et plus tard de la menace japonaise dans le pacifique.


http://blog.yahoo.com/_DXSJN35EL5AXJXCPJWS26B5QAI/articles/940244
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4788
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   Mar 19 Fév - 10:49

Merci pour ces précisions camarade ... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bataille de Corregidor 1942   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataille de Corregidor 1942
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (1942) Army: 25 février ovni La bataille de Los Angeles
» (1942) Les photos de la "bataille" de Los Angeles
» Bataille de Los-Angeles : 24 Février 1942
» (1942) la vidéo de l'ovni de la "bataille" de Los Angeles
» (1942) Ovni-ufo: la "bataille" de Los Angeles (Californie usa)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Pacifique-
Sauter vers: