Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'officier politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: L'officier politique   Mer 27 Fév - 0:32


L'officier Politique (politruk)

Il porte la tenue des officiers de l'Armée Rouge.
Pour devenir officier politique, il est nécessaire d'être diplômé d'une des écoles de politique en Union soviétique, mais aucune notion militaire n'est requise.

Le rôle de l'officier politique :

Il se charge de l'éducation politique des soldats et de l'encadrement des Komsomol (jeunesses communistes) et des membres du partis présent dans l'Armée Rouge.
Il est chargé d'organiser diverses activités, ludiques ou éducatives :
> cours de lecture, beaucoup de soldats étant illettrés,
> lecture des ordres du jour et des discours de Staline à la troupe,
> organisation de projection de films populaires (acceptés par la censure) ou de propagande,
> c'est lui qui recommande un soldat méritant pour une éventuelle adhésion au Parti.

C'est cette proximité avec la troupe qui lui vaut son succès auprès des hommes du rang, car contrairement à de nombreux officiers, il est "sur le terrain" avec eux et n'a pas la "distance" que peuvent avoir les officiers diplômés des académies et très respectueux du protocole (protocole que l'officier politique ne connait pour ainsi dire pas, commander n'est pas son métier principal)

la création de l'officier politique :

"En 1918, Léon Trotski a créé cette fonction dans l'Armée rouge, afin de s'assurer le contrôle des officiers et soldats issus de l'armée tsariste. Les commissaires politiques étaient nommés par le Conseil des commissaires du peuple.
Chaque unité militaire d'une taille supérieure à celle de la compagnie avait un officier politique qui ne relevait pas de l'autorité militaire, mais répondait à une chaîne de commandement indépendante contrôlée par le pouvoir politique.
Cet officier remplissait typiquement trois types de fonctions :
le contrôle des décisions militaires, notamment leur conformité aux instructions des instances politiques. Il s'agissait de maintenir la hiérarchie militaire sous le contrôle étroit et permanent de l'instance politique afin notamment de prévenir les risques de coup d'État. Ainsi pour être applicables, les ordres de la hiérarchie militaire devaient être contresignés par le commissaire politique ;
la propagande directe auprès de l'unité ;
une fonction disciplinaire étendue qui lui permettait de révoquer tout militaire de tout grade, de constituer et présider des cours martiales ad-hoc (les fameuses "Troïka", rassemblant 3 officiers politiques ou officiers du NKVD), de prononcer des sentences exécutables immédiatement, et de nommer un remplaçant ou de se substituer au militaire révoqué.

Staline s'est servi (entre autres) des commissaires politiques pour « purger » l'Armée rouge de ses cadres jugés politiquement douteux en 1936-1938, ce qui élimina un grand nombre d'officiers compétents et contribua à ouvrir aux nazis, en 1941, la route de Léningrad, de Moscou et de Stalingrad. En 1942, quelques-uns de ces officiers furent ramenés du Goulag au front afin de rétablir la situation.
D'octobre 1942 jusqu'à la fin de la guerre, les prérogatives des commissaires politiques sont réduites et la hiérarchie militaire reprend la conduite des opérations.
Travaillant en coordination avec le NKVD, les commissaires politiques étaient généralement attachés au niveau du bataillon4. En 1937, des officiers politiques subalternes dénommés politrouk (политру́к, qui est une abréviation de « directeur politique ») pouvaient être affectés à des unités de moindre importance. En 1942 tous les commissaires politiques prennent le titre de politrouk.


l'uniforme :
Les officiers politiques portent l'uniforme et les attributs des officiers supérieurs de l'armée, aux couleurs de leur arme.
Seuls changent leurs insignes de grades (différents de ceux de l'armée et non équivalents).
Deux étoiles sont cousues sur les manches, mais celles ci se font rares à partir de Aout 1941 quand ordre est donné de les retirer (suite à l'ordre de hitler d'exécuter tout officier politique capturé)... dans les faits, elles restent très courantes jusqu'en 1943.

les grades :

Leurs grades sont :

Du plus haut gradé au moins gradé

- Armeiskij komissar I-go ranga (mis sur le même rang que le commandant d'armée de 1er rang)
attributs:
> étoile jaune, 4 lozanges émaillés sur les pattes de col
> étoile jaune sur les manches

- Armeiskij komissar II-go ranga (mis sur le même rang que le commandant d'armée de 2e rang)
attributs :
> 4 losanges émaillés sur les pattes de col + étoiles de manches

- Korpusnyj komissar (mis sur le même rang que le commandant de corp d'armée)
attributs :
> 3 losanges émaillés sur les pattes de col + étoiles de manches

- Divizionnyj komissar (mis sur le même rang que le commandant de division)
attributs :
> 2 losanges émaillés sur les pattes de col + étoiles de manches

- Brigadnyj komissar (mis sur le même rang que le commandant de brigade)
attributs :
> 1 losange émaillé sur les pattes de col + étoiles de manches

- Polkovoj komissar (mis sur le même rang que le colonel)
attributs :
> 3 rectangles sur les pattes de col + étoiles de manches

- Bataljonnyj komissar (mis sur le même rang que le lieutenant colonel)
attributs :
> 2 rectangles sur les pattes de col + étoiles de manches

- Starshyj politruk (mis sur le même rang que le capitaine)
attributs :
> 1 rectangle sur les pattes de col + étoiles de manches

- Politruk (mis sur le même rang que le major)
attributs :
> 3 carrés sur les pattes de col + étoiles de manches

- Mladsjij politruk (mis sur le même rang que le premier lieutenant)
attributs :
> 2 carrés sur les pattes de col + étoiles de manches

- Zamestitelj politruka (mis sur le même rang que le second lieutenant)
attributs :
> 4 triangles sur les pattes de col + étoiles de manches

En fonction des règlements régimentaires, l'officier politique ajoute ou non l'insigne d'arme à ses pattes de col
à noter que cet insigne, dans l'infanterie, est non obligatoire (l'infanterie étant "la reine des batailles", ce n'est pas à ce corps d'armée de se différencier des autres)









Les commissaires politiques portaient des uniformes proches de ceux des officiers des unités dans lesquelles ils opéraient. La principale différence étant un insigne de manche en forme d'étoile avec une faucille et un marteau, au lieu de chevrons et un liseré bleu pour les insignes de col".


Source
tsaritsa-poley.forumactif.com



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 48
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: L'officier politique   Dim 16 Juin - 20:34

Jusqu'en 1942, il y a des officiers politiques jusqu'au niveau compagnie et même parfois section, ce sont eux les fameux "politruk" dont parle Naga. A partir de la fin 1942, leur rôle est considérablement diminué et il ne sont plus présents qu'à partir du niveau bataillon. Il perdent à ce moment leurs grades spécifiques et prennent des grades "normaux" d'officiers. C'est pour cette raison que tous les "membres du conseil militaire" - le nouveau nom des commissaires politiques au sein des Armées et Fronts deviennent Général Major ou Général Lieutenant, Khrouschev ou Brezhnev entre autres.
Pour ce qui est des officiers politiques en dessous du bataillon, comme il prennent des grades militaires et selon les "bonnes" lois du matérialisme, il passent tous par des écoles d'officiers et au bout de 3 mois sont rebalancés dans la fournaise mais cette fois comme commandants de section ou de compagnie pour les plus chanceux. Cela permit à l'Armée Rouge de récupérer plus de 100 000 officiers subalternes au début de 1943.

Cordialement
Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5063
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: L'officier politique   Lun 17 Juin - 7:23

Citation :
 il y a des officiers politiques jusqu'au niveau compagnie et même parfois section, ce sont eux les fameux "politruk" dont parle Naga.

Le célèbre politruk Sintsov, cher à Constantin Simonov dans "On ne nait pas soldat" ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
matasso
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 48
Localisation : Haute Marne
Date d'inscription : 09/08/2011

MessageSujet: Re: L'officier politique   Lun 17 Juin - 19:03

Malgré sa conotation politique, la Trilogie de Simonov "Les vivants et les morts" reste l'un des meilleurs récits de soldats du côté soviétique pendant las Guerre. Du premier volet en 1941 à l'été 1944, c'est vraiment la guerre vue du côté des frontovik qui lon vue et vécue.

Oui, c'est un récit très "bien pensant" bien propagandistique par endroits, bien comme le régime communiste les aimait mais reste une fabuleuse description du jour le jour des soldats rouges. Absolument à lire, avec son premier tome, moins connu - "La Russie en Guerre" - qui se passe à Khalkin Gol en 1939. Dommage que ça n'ai jamais été reédité... 

Cordialement

Mathias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'officier politique   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'officier politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Initiation à la vie politique Française Option B
» LA POLITIQUE ET DIEU
» Voltaire et le système politique anglais
» Cours de Vie Politique
» La montagne comme construction politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Armée Rouge-
Sauter vers: