Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 CUIRASSES CLASSE YAMATO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 12:52



Dès que l'homme à commencé à se battre sur les océans, il à toujours cherché à se dôter de navires plus puissants, plus armés et plus rapides que son adversaire. Du temps de la marine à voile, les navires étaient toujours plus gros, multipliant le nombre de mats ou le nombre de rameurs avant de ne cesser d'augmenter les pièces d'artillerie jusqu'à dépasser les limites du raisonable (voir le chavirage du Vasa peu après son lancement le 10 août 1628).

Avec l'apparition de la vapeur, les navires connurent la même inflation : toujours plus gros, toujours plus rapides, toujours plus blindés et toujours mieux armés. Si on s'intéresse plus particulièrement aux cuirassés, les navires étaient à l'origine lents, bien protégés et bien armés et devinrent à la fin de leur existance à la fois très bien armés, rapide et bien protégés, réalisant une synthèse intéressante.


Les cuirassés japonais

Avec l'entrée du Japon dans l'ère moderne (1868), le Japon pour éviter le sort de la Chine choisit de se moderniser tout en conservant une culture particulière et différente de l'Occident. Son caractère insulaire lui impose une puissante marine et donc une force de cuirassés respectable, le premier d'entre-eux étant le Fuji mis en service en 1896.

Ce dévellopement fût accéléré par une influence étrangère qu'il s'agisse de la France en la personne d'Emile Bertin et surtout de l'Angleterre avec laquelle le Japon était lié par un traité d'alliance en 1902. Cette alliance fût symbolisée par la commande à la Grande Bretagne d'un croiseur de bataille, le Kongo mis en service en 1913 suivi par trois sister-ship construits construits au Japon (Hiei, Haruna et Kirishima) mis en service en 1914/15. Rapidement la Grande Bretagne n'est plus le concurrent principal du Japon, Londres n'à plus les moyens de maintenir sa supériorité navale. Non le nouveau concurrent du Japon ce sont les Etats Unis qui déjà présents dans le Pacifique ne voudrait pas d'un concurrent gênant et industrieux.

Le déclencheur date de 1916 avec le programme américain qui prévoit 10 cuirassés et 6 croiseurs de bataille. Les japonais en prennent connaissance au début de 1917 et adoptent le 14 juillet 1917, un programme dit «8-4» prévoyant 8 cuirassés et 4 croiseurs de bataille pour 1924 mais ce programme est abandonné au profit du programme «8-8» prévoyant comme son nom l'indique 8 cuirassés et 8 croiseurs de bataille qui doivent être achevés le 1er avril 1928.

Chaque mise sur cale répond à une autre, au grand dam des britanniques qui peinent à suivre la cadence effrenée suivi par leur allié et par leur cousin d'outre-atlantique. Le 14 avril 1917, les américains mettent sur cale le Maryland, les japonais riposent par la mise sur cale su Nagato le 28 août suivi le 1er juin 1918 par celle de son sister-ship, le Mutsu alors que les américains sont arrêtés par leur entrée en guerre.

Cette compétition reprend en 1919 : les américains mettent sur cale le Colorado et le Washington (classe Maryland) suivi en 1920 du quatrième classe Maryland, le West Virginia suivi de quatre des cinq South Dakota (South Dakota, Indiana, Montana, North Carolina, Iowa et Massachussett) et des deux premiers croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington, Constellation, Saratoga, Ranger, Constitution et United States).

Les japonais eux ne mettent sur cale que deux cuirassés de 39900 tonnes (Kaga et Tosa) et deux croiseurs de bataille de 41127 tonnes (Amagi et Akagi). En 1921, la course se poursuit avec la mise sur cale du dernier South Dakota et des deux derniers Lexington tandis que les japonais mettent sur cale les croiseurs de bataille Atago et Takao du type Amagi. Le traité de Washington signé en 1922 à l'instigation des britanniques (qui faute de moyen avaient renoncé aux cuirassés type N3 et aux croiseurs de bataille G3) met un terme à cette course qui empêche le japon de mettre sur cale quatre cuirassés de type Kii (42600 tonnes) et quatre croiseurs de bataille type n°13 (47500 tonnes).



Genèse des Yamato






Le traité de Washington arrête donc le réarmement naval entamé le Japon. Moins industrialisé que les Etats Unis, on peut se demander si le projet japonais aurait pu être mené à bien même sans les traités.

Les études se poursuivirent durant toutes les années vingt avec un leitmotiv : le qualitatif plutôt que le quantitatif. Au delà des considérations nationalistes et des discours cocardiers, les japonais étaient parfaitement conscients de la supériorité industrielle des Etats Unis. Ne pouvant se dôter d'autant de navires que la marine américaine, le Japon décida de se dôter de navires plus gros, plus rapides et mieux armés.

La première trace du projet Yamato date d'octobre 1934 quand le chef d'état major demande au bureau de construction navale un projet de cuirassé pour contrer les derniers cuirassés américains armés de canons de 406mm et filant à 24-25 noeuds (classe Colorado) ce qui aboutit à une première esquisse prévoyant un navire filant à 30 noeuds et armés de canons de 460mm.

Le premier projet finalisé est présenté le 10 mars 1935. Baptisé A-140, il prévoit un navire de 294m (263m pour le Yamato) 42m de large (39m pour le Yamato) et un déplacement standard de 69500 tonnes (65000 tonnes pour le Yamato). Ce projet dépassait les capacités industielles et techniques du Japon et les capacités du projet furent grandement réduite comme la vitesse qui passe de 30 à 27 noeuds ce qui était un sacrifice douloureux pour les stratèges japonais.

Il faut rappeler qu'à l'époque la stratégie navale japonaise réposait sur une conception extrêmement agressive du combat, basé sur la vitesse et un usage immodéré de la torpille (les fameuses «Long Lance).


Les projets se multiplièrent, pas moins de 23 projets furent ainsi dessinés de mars 1935 à mars 1937. Des innovations intéressantes furent ainsi imaginées comme un système propulsif mixte combinant moteurs diesels et turbines à engrenages. Ce système peut être jugé trop compliqué fût abandonné, l'autre ecueil étant l'absence de moteur suffisament puissant.

Je ne vais pas ici résumer tous les projets ayant donné naissance au Yamato mais on peut simplifier en donnant les limites entre basse et grandes eaux. Le plus petit projet est le projet K du 1er août 1935 avec un navire de 50059 tonnes, 235m de long 37m de large et 10.3m de tirant d'eau, une propulsion mixte avec des turbines à vapeur (puissance totale 50000ch) et des moteurs diesel (45000ch) pour une vitesse 26 noeuds, une distance franchissable de 6600 miles nautiques à 16 noeuds, 8 canons de 460mm en 4 tourelles doubles, 12 canons de 155mm en 4 tourelles triples, 12 canons de 127mm en 6 tourelles doubles et 24 canons de 25mm en 12 affûts doubles.

Le projet le plus imposant étant le projet A-140 déjà cité et datant du 10 mars 1935 avec une propulsion par turbines à engrenages dévellopant 200000ch pour une vitesse de 31 noeuds, une distance franchissable de 8000 miles nautiques à 18 noeuds pour un armement de 9 canons de 460mm en trois tourelles triples, 12 canons de 155mm en quatre tourelles triples, 12 canons de 127mm en six tourelles doubles et 24 canons de 25mm en douze affûts doubles.

Le projet final fût finalement approuvé en mars 1937 avec un déplacement aux essais de 68200 tonnes, une longueur de 256m à la flottaison (263m hors tout) une largeur de 38.9m et un tirant d'eau de 10.4m, une propulsion assurée par des turbines à engrenages dévellopant de 150000ch, permettant une vitesse de 27 noeuds, une distance franchissable de 7200 miles nautiques à 16 noeuds. L'armement se compose de 9 canons de 460mm en trois tourelles triples, 12 canons de 155mm en quatre tourelles triples, 12 canons de 127mm en six tourelles doubles,24 canons de 25mm en douze affûts doubles et 8 mitrailleuses en 4 affûts doubles.


Tourelle de 460mm du Yamato




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 13:01



Historique du Yamato







Le Yamato est mis sur cale au Kure Kaïgun Kosho (Arsenal de Kure) le 4 novembre 1937 et lancé le 8 août 1940. Les moteurs ont été installés entre septembre et novembre 1939 et les chaudières entre mai et octobre 1939. L'artillerie principale est mise en place entre mai et juillet 1941. Son admission au service actif est prononcée le 16 décembre 1941, retrouvant la First Battleship's Division composée des Nagato et des Mutsu.

La construction s'est déroulée dans le plus grand secret. La cale à été entourée d'une imposante pallisade. Le secret était tel que les premiers marins embarqués sur le Yamato pensaient que le navire était armé de canons de 406mm. Des informations réussirent cependant à transpirer et avant même le début de la guerre, les américains connaissaient les grandes lignes des Yamato.

Le 12 février 1942, le Yamato devint le navire amiral de la Flotte Combinée quand l'amiral Isoroku Yamamoto y hissa sa marque. Après des essais et des exercices, le Yamato fût considéré comme véritablement opérationne le 27 mai 1942, participant de loin à la bataille de Midway. Après la destruction des porte-avions de Nagumo (Akagi, Kaga, Soryu et Hiryu), Yamamoto décida d'abandonner la bataille et de rentrer au Japon. Peut-être devait-il se rappeler la sombre prophétie qu'il avait fait à l'empereur peu après le raid sur Pearl Harbor en décembre 1941 «Je vous apporte six mois de victoire». Décembre 1941-juin 1942......... .

Le 17 août 1942, le Yamato appareille de Kure pour Truk. Onze jours plus tard, le sous marin Flying Fish de classe Gato tira quatre torpilles alors que le navire était escorté par deux destroyers. Deux explosions furent entendues au sonar mais les explosions, sans doute prématurés suite à un défaut du percuteur n'endommagèrent pas le Yamato qui entra intact à Truck quelques heures plus tard. Le navire ne fût pas utilisé durant la bataille de Guadalcanal en raison d'une très importante consommation de carburant.








Le 11 février 1943, le Musashi remplaça le Yamato comme navire navire de la Flotte Combinée. Le Yamato ironiquement baptisé «Hotel Yamato» par les équipages des croiseurs et des destroyers resta à l'ancre jusqu'en mai 1943 quand il quitta le Pacifique pour Yokosuka puis Kure.


Pendant neuf jours, le Yamato fût mis au bassin pour une inspection complète et des réparations générales. Il passa à nouveau au bassin en juillet où son armement antiaérien fût amélioré tout comme le blindage des tourelles de 155mm et l'installation d'une début d'électronique.










Au mois d'août, le Yamato retourna à Truk pour retrouver une Task Force destiné à contrer les raids américains sur Tarawa et Makin. En novembre 1943, le Yamato retrouva une nouvelle force de combat composé de six cuirassés, de trois porte-avions et de onze croiseurs en réponse aux raids aériens sur Wake mais la force ne trouva pas les américains.
En novembre 1943, les japonais décidèrent de transformer les Yamato et Musashi en navire de transport. Le 23 décembre, le Yamato transporta ainsi des équipements aux îles de l'Amirauté (Papouasie-Nouvelle Guinée) quand sa task force fût intercepté par le sous marin USS Skate qui tira quatre torpilles. Deux d'entre-elles touchèrent le navire à babord au niveau de la tourelle n°3. Une importante voie d'eau noya la soute à munitions supérieure de la tourelle obligeant le Yamato à rentrer à Truk pour des réparations d'urgence.

Il appareilla ensuite pour le Japon pour une une remise en état complète. Arrivé à Kure le 16 janvier 1944, il resta au bassin jusqu'au 3 février 1944. Le 25 février 1944, le Yamato et le Musashi furent réaffectés à la First Battleship Division de la 2ème flotte.

Le Yamato fût à nouveau mis au bassin pour une modernisation de son radar et de sa DCA qui compte ainsi 136 canons de 25mm et 24 mitrailleuses de 13mm. Son système radar comptait maintenant un système infrarouge, un radar de veille aérienne et un radar de conduite de tir.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 13:16



LE SYSTEME D'ARMES

De mai à juillet 1941 l'artillerie principale est mise en place.Ses monstrueuses tourelles triples de 460 mm de 45 Cal, avaient un poids de 2 774 tonnes chacune, chaque canon pouvait tirer un obus de l 460 Kg à 42.026 mètres et était approvisionné à 100 coups.

Les tourelles ont été dessinées par l'ingénieur C.Hada.La cadence de tir est de 1,5 à 2 coups par minute, l’espérance de vie d'un tube est de 200 à 250 coups à charge de combat. Chaque tourelle est équipée d'un télémètre de 15 m de base. Un autre projectile, dénommé " San Shiki " a aussi été
mis au point, destiné au tir de barrage anti-aérien. Il pèse 1360 Kg, et est rempli de 1500 tubes incendiaires, qui explosent à l'altitude désirée.

Une flamme de 5 mètres de long s'en dégage et la température dépasse alors les 3000°C pendant 5 secondes.Le blindage des tourelles fait 650 mm de face, 270 mm pour le toit et entre 250 à 330 mm pour les côtés.Les barbettes ont quant à elles, entre 380 à. 560 mm d’épaisseur.









L'armement secondaire consiste, à l'origine, en quatre tourelles triples de 155mm de 60 cal (Nendo Shiki) dessinées, elles aussi, par l'ingénieur C.Hada.Celles-ci équiperont un autre type de navire : les croiseurs de la classe "Mogami".

Ces canons peuvent tirer un obus de 55.87 Kg à 27.400 mètres approvisionné à 150 coups par tube, pour une cadence de tir de 5 à 7 coups par minute. L'espérance de vie d'un tube varie entre 250 à 300 coups.Ces tourelles sont équipées d’un Télémètre de 8 m de base et blindées à 50 mm.








L'armement anti-aérien se compose, pour le calibre le plus important de 12 canons de 127 mm de 40 cals montées en tourelles doubles, type 89 ha, modèle A-1-3. Les affûts sont montés sous calottes blindées, pour les protéger du souffle des tourelles de 460 mm.

Entre janvier et avril 1944, en lieu et place des tourelles latérales de 155 mm, le Yamato recevra. 12 canons supplémentaires de 127mm, mais ceux-ci seront montés sans leur protection. Cet armement de 127 mm peut tirer un obus de 23.05 Kg, pour une cadence de tir de 14 coups par minute et possède une portée de 14.800 métrés, la munition est opérationnelle jusqu'à 9.400 mètres d'altitude. Chaque
Tube est approvisionné à 300 coups.









Quand le cuirassé entra en service, l'armement léger anti-aérien se composait de 8 petites tourelles triples de 25 mm, type 96 de 60 cal dénommées " Shiki ", avec une cadence de tir de 220 coups par minute, le poids du projectile est de 0,21 Kg, la portée est de 6.800 mètres, pour une altitude de 5.000 mètres.L'approvisionnement est de 2000 coups par canon.

Le nombre des canons de 25 mm ne cessera de croître au cours de la carrière du Yamato, passant respectivement a 36 canons, en septembre 1943. 98 seront installés pendant la refonte de janvier à avril 1944. En juillet 1944, il y en aura 113, pour finir au nombre impressionnant de 152 en avril 1945.











Deux affûts doubles de 13 mm complètent l'armement anti-aérien. Ceux-ci sont placés dans la tour passerelle, la cadence de tir est de 450 coups par minute, la portée est de 6.000 mètres, pour une altitude de 4.500 métrés.L'approvisionnement est de 2.500.coups par canon. Aucun tube lance- torpilles n'a été prévu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 13:21



L'EQUIPEMENT DU BORD

Le blockhaus est blindé à 500 mm pour les différentes faces et le toit. Le local barre est lui aussi fortement protégé :
200 mm pour le toit, entre 350 mm et 300 mm pour les côtés.
Le Yamato embarque 7 hydravions de deux types :
1 F1M2 " Pete " et le E13A1 Jake ". Ils sont lancés par deux catapultes de 19,5 mètres de long situées à l'arrière du navire. Leur manutention est assurée par une grue de 6 tonnes.

Les hydravions sont stockés dans un hangar qui se trouve à l'arrière, sous le pont principal.
Les communications internes sont assurées par 461 tubes vocaux, 491 téléphones et 14 systèmes pneumatiques.

Les projecteurs de 150 cm sont au nombre de 8, ce nombre sera réduit à 6 en 1944 et à 4 en 1945,
plus 4 projecteurs de signalisation de 60 cm. et 2 de 40 cm.
Les deux ancres à poste à l'étrave, du type stockless pèsent 15 tonnes. Les deux ancres qui sont en place à la poupe sont de moindre dimension. Elles sont fixées à la coque au niveau des catapultes et sont mises en œuvre grâce à la grue arrière.

Le Drôme d'embarcation se compose comme suit :
2 vedettes de 17 mètres équipées d'un moteur de 150 CV,
Une de 15 mètres avec !a même motorisation, une vedette de 11 métrés avec un 60cv, quatre embarcations de 12 mètres avec un 30 CV, quatre cutters de 9 mètres et un dinghy de 6 métrés.
Ces canots sont stockés pour certains d'entre eux dans deux hangars situés de part et d'autre de celui des hydravions. Les autres sont entre poses dans un local à bâbord et tribord arrière du cuirassé, sous le pont principal.

Une porte blindée s'ouvre vers l'extérieur et les embarcations sont directement mises à l'eau suspendues à un rail. Tous les bateaux, de servitude sont ainsi à l'abri des intempéries et des divers éclats qui pourraient les endommager.


Les installations télémétriques sont les suivantes :

4 télémètres de 15 mètres de base sont en place, 3 dans les tourelles de 460 mm et un au sommet de la tour passerelle,Un télémètre de 10 mètres est installé sur le château arrière.
Les tourelles de 155mm sont équipées avec des télémètres de 8 mètres, de base, les canons de 127 mm et de 25 mm ont des systèmes de contrôle de tir " Kosha Sochi ", type 94 de 4,5 mètres, ils sont au nombre de quatre.







Vient s'ajouter à cet équipement plusieurs télémètres de navigation de 1,5 métrés de base type " Shiki "14.Plusieurs types de radars sont installés, le premier en septembre 1943, il s'agit d'un" Go Dentan Kai 3 " type 21 air-surface, le type 22 " Go Dentan Kai 4 ", sera mis en place durant la refonte de janvier-avril 1944, ainsi qu'un type 13 "Go Dentan".
L'équipage du Yamato se compose, en 1941, de 150 officiers et 2 150 sous-officiers et matelots. Le 7 avril 1945, il y aura 2 767 hommes à bord.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 13:33



Après une mission de transport dans le Pacifique-Sud au mois d'avril 1944, le Yamato appareilla pour Lingga au sein de la Flotte Mobile de l'amiral Ozawa. Début juin 1944, le Yamato et le Musashi servit de transport pour renforcer la garnison de l'île de Biak dans les Mariannes mais quand on annonça un raid de porte-avions américain, la mission fût annulée

Du 19 au 23 juin 1944, le Yamato escorta la Flotte Mobile de l'amiral Ozawa durant la bataille de la mer des Phillipines, marquée par le «tir aux dindons des Mariannes», le chant du cygne de l'aéronavale japonaise avec 400 avions abattus et 3 porte-avions coulés par les sous marins et l'aviation. Le seul engagement du Yamato fût l'oeuvre de sa DCA qui ouvrit le feu sur un........avion japonais qui retournait vers son porte-avions. A la suite de cette défaite, le Yamato et la Flotte mobile se replia sur Brunei pour se ravitailler se réarmer.

Du 22 au 25 octobre 1944, le Yamato retrouva la Force Centrale de l'amiral Kurita dans le cadre de la bataille du Golfe de Leyte, la plus grande bataille navale de l'histoire. Durant le transit, la force fût attaquée dans le détroit de Palawan par les sous marins Darter et Dace qui coulèrent les croiseurs lourds Maya et Atago (le navire amiral de Kurita) et endommageant le Takao. Kurita fût donc obligé de transférer son pavillon sur le Yamato.

Durant la bataille de la mer de Sibuyan, le Yamato fût touché par trois bombes perforantes lancées par les avions de l'USS Essex. Son sister-ship le Musashi fût lui coulé après avoir encaissé 17 torpilles et 19 bombes (24 octobre 1944). Le soir du 24 octobre, la Force Centrale de Kurita navigua dans le détroit de San Bernadino, attaquant les navires couvrant les débarquement à savoir les porte-avions d'escorte et les destroyers dans la baie de Samar. Ce fût le premier et le seul engagement de surface du Yamato qui détruisint le porte-avions d'escorte Gambier Bay et endommagea un destroyer et un destroyer d'escorte. Le cuirassé Yamato dut cependant rompre l'engagement quand des torpilles furent signalées.



Le Yamato attaqué en mer de Sibuyan par l'aviation embarquée américaine : une bombe vient de toucher la plage avant





Après l'engagement de Samar, le Yamato et le reste de la Force A retourna à Brunei. Le 15 novembre 1944, la First Battleship Division fût dissoute et le Yamato devint le navire amiral de 2ème flotte. Le 21 novembre, alors qu'il se rendait à Kure, le Yamato et son groupe de combat furent attaqués par le sous marin Sealion qui torpilla et coula le cuirassé Kongo ainsi que le destroyer Urakaze à 60 miles an nord ouest de Formose.
A son retour à Kure, le Yamato fût mis au bassin pour réparations et une augmentation de son armement antiaérien, il s'agissait généralement de remplacer les vieux canons par des modèles plus performants.

Le 1er janvier 1945, le Yamato, le Haruna et le Nagato furent transferés à une nouvelle First Battleship Division, le Yamato quittant le bassin deux jours plus tard. Cette nouvelle première division eut une existance éphémère puisqu'elle fût dissoute le 10 février, le Yamato fût réaffecté à la First Carrier Division (première division de porte-avions).

Le 19 mars 1945, le Yamato fût attaqué par les avions des porte-avions Enterprise, Yorktown et Intrepid mais les dommages se révélèrent légers en raison d'une importante défense aérienne menée par Minoru Genda qui s'était rendu célèbre en menant l'attaque sur Pearl Harbor et équipée de Kawanishi N1K Shiden aux performances égales ou supérieures aux Grumman F6F Hellcat. A cela s'ajoutait une importance DCA et la protection épaisse du cuirassé.

La fin de la guerre approchant, les japonais décidèrent de risquer le tout pour le tout : c'est l'opération Ten-Go. C'est une véritable opétation suicide car le navire n'avait pas assez de carburant pour revenir au Japon, le navire devant s'échouer à Okinawa pour servir de super-blockaus.










Le 6 avril 1945, après avoir fait les derniers appoints en mazout et en munitions, le Yamato et son escorte quittent à 15h00 la baie de Tokuyama, et s'engagent dans le détroit de Bungo à 20 nœuds.

Le 7 au petit matin, les navires se trouvent dans Les parages de l’Archipel Osumi et font route au sud. A 10h00 les radars détectent des avions, il s'agit de B-29, le branle-bas de combat est sonné.
Après cinq minutes le Yamato est prêt au combat et monte sa vitesse à 24 nœuds. Un peu plus tard, un sous-marin croise la route de l'Amiral Ito et le signale à l'Amiral Mitscher qui se trouve à 250 milles de là avec sa Task Force 58.

A midi, deux groupes d'avions américains, (des Hellcats et Avengers), partis des porte-avions USS Cabot (CVL.28 ) et USS Hornet (CVL.12 ), se dessinent à l'horizon. A 12h20, c'est le début de la première attaque, la force II se trouve alors à peu près à 130 milles nautiques dans 0.S.0. de Kagoshima. C'est à ce moment que tous les canons du bord ouvrent un feu nourri, même les canons de 460mm crachent leurs énormes obus « san shiki ».









Une première torpille touche le Yamato à la hauteur du grand mât,une deuxième suit rapidement au niveau de la tour, une troisième à l’arrière. Toutes les trois ont fait but à bâbord, quatre bombes ont
aussi atteint leur but dont une sur la tourelle arrière de 460 mm qui occasionne peu de dommages. Une autre a mis hors de combat
Plusieurs batteries anti-aériennes au centre du navire. Les deux dernières ont détruit la tourelle arrière de 155 mm ne laissant qu’un seul survivant. Le télémètre destiné à cet armement est lui aussi complètement anéanti, le feu qui se déclare dans cette zone ne sera jamais éteint, le cuirassé a 6° de gîte sur bâbord réduite à 1° après compensation des ballasts.

Après ce premier assaut, le destroyer Hamakaze est en train de couler et le croiseur Yahagi est stoppé, apparemment un coup direct l'a touché au niveau de la salle des machines et une epaisse fumée se dégage du centre du navire. Ce dernier coulera à 14h 06 entraînant dans la mort 446 membres de son équipage.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 13:40


La fin du Geant


Le deuxième raid US qui a décollé des porte-avions Bunker Hill (CV 17) et intrepid (CV. 11), commence vers 13h00. Le Yamato est atteint par trois nouvelles torpilles du côté bâbord, au centre du cuirassé, et deux du côté tribord. Les coups au but à bâbord ont mis hors service les chaudières 8 et 12 et la salle des machines hydrauliques. La vitesse est réduite à 18 nœuds, une bande de 15°-16° est enregistrée, diminuée à 5° après ballastage. Les bombes qui ont fait mouche n'ont fait que des dégâts négligeables, tout en tuant un bon nombre d'hommes qui armaient les canons anti-aériens.

Le troisième raid, celui qui va donner le coup de grâce, commence à 13h45. Ce sont des appareils du Yorktown (CV 10).Trois torpilles font de nouvelles avaries à bâbord et une à tribord,la bande à bâbord devient alarmante et il faut à tout prix redresser le bâtiment. Pour se faire, il n'y a qu'une seule solution : noyer les chaudières 3 et 11, où s'activent encore plusieurs centaines d'hommes. Ils doivent être sacrifiés pour tenter de sauver le navire.

Pour couronner le tout, l'électricité est coupée dans une bonne partie du cuirassé et les hommes se retrouvent pour quelques instants dans le noir, le temps que l'éclairage de secours se mette en marche, les tourelles principales ne peuvent plus tirer et deviennent complètement inutiles. Le poste central est gravement endommagé ; les équipes de sécurité sont décimées, la vitesse est maintenant de 10 nœuds et la gîte de 23°.

Après 14h00, le Yamato est en pleine giration quand une avarie de barre se produit, il restera à tourner en rond jusqu'à la fin. D'ailleurs la puissance des machines a tellement diminué qu'il se traîne maintenant à 7 nœuds. Il est clair que le navire est perdu.

Durant cette journée, il aura été attaque par 386 avions torpilleurs et bombardiers. A 14hl5, l'inclinaison est de 40° sur bâbord. L'ordre est donné d'abandonner le navire. L'Amiral Ito fait ses adieux à son Etat Major ainsi qu'à ses officiers. Puis il se retire dans ses appartements, plusieurs hommes dans le blockhaus refuseront de quitter leur poste, ainsi que les centaines d'anonymes qui scelleront leur destin volontairement à celui de leur cuirassé.









Le géant est maintenant couché à 90°, c'est le "sauve qui peut". La cheminée est dans l'eau, des hommes escaladent la quille de roulis, quand tout à coup, alors que le Yamato a 120° degrés de gîte, une explosion gigantesque secoue tout le navire. Les munitions de tous calibres, jusqu'à présent correctement rangées dans leurs racks, viennent de glisser. Les soutes à munitions explosent, cassant le
bateau en deux, il est 14h23. Une immense fumée se dégage de l'épave et monte à plus de 6.000 mètres. Celle-ci sera vue jusqu'à Kagoshima situé à l10 milles de distance. Un énorme tourbillon se crée emportant tout sur son passage, ne laissant à la surface que 269 rescapés dont le Commandant en second, le Capitaine de vaisseau Jiro Nomura, qui fera plus tard un récit détaillé sur les derniers instants du navire. Tous ces malheureux seront recueillis par le Yukikaze et le Fuyutsuki, les deux seuls survivants de la force II. Les six destroyers coulés totaliseront 721 victimes.

Durant l'opération "Ten-Ichigo" le Yamato a été touché par plus de 10 torpilles et par un nombre estimé à 8 bombes de gros calibre.Les Américains ont perdu 10 appareils, et 12 hommes de l'Aéronaval US sont morts.

Il est à noter que, si l'attaque aérienne n'avait pas abouti, six cuirassés américains se préparaient à intercepter le groupe de l'Amiral Ito dans les parages d'Okinawa.

Le Yamato n'est plus. Avec lui disparaît la splendeur et la puissance de la flotte japonaise, dont ce fut une des dernières sorties. C'est aussi la fin de l'ère du cuirassé couronnée par ces incroyables mastodontes que furent le Yamato et le Musashi.











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Mer 27 Fév - 16:42

Ce qui me fait rire c'est le calibre des canons lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 3:18

L'EPAVE DU YAMATO


Le Yamato a coulé le 7 avril 1945 à 14h23 par à peu près 30°43'10"N et 128°04'00" E, ce qui correspond à des fonds qui varient entre 340 à 360 mètres.

Le 1er août 1985, une expédition privée japonaise retrouve le cuirassé, et l'explore avec attention. Elle découvre un navire ravagé par les explosions : cassée en deux, la partie arrière est complètement retournée, une des hélices manque, les gouvernails sont en place et un peu plus au sud de la poupe, gît une tourelle de 460 mm complètement retournée.







A l'avant de la section arrière se trouve un immense chaos de tôles tordues et de ferrailles entremêlées dans tous les sens.Il ne reste rien de la cheminée, et la superbe tour qui supportait le blockhaus, passerelles et télémètres ne sont plus qu'un amas informe où il est difficile de reconnaître quoi que
ce soit. A côté de ces multiples épaves, repose la tourelle arrière de 155 mm, elle aussi retournée et présentant tous ses organes mécaniques. Après l'exploration très confuse de la partie centrale, on découvre la tourelle avant de 155 mm encore en place sur sa barbette. La proue du Yamato est beaucoup mieux conservée que le reste du navire, celle-ci repose sur son côté tribord, et exhibe la magnifique tourelle B de 460 mm, orientée sur tribord, les canons s’enfonçant dans la vase. La coque à bâbord est déchirée jusqu'à la hauteur de la tourelle A de 460 mm qui a disparu de sa barbette. Ce n'est pas un ou des impacts qui ont mis la coque dans cet état,mais bien une explosion interne.









En continuant vers l'avant on trouve le pont en bois apparemment bien conservé. Les brise-lames et les ventilateurs, les deux cabestans conservent encore leurs chaînes d'ancré, celles-ci sont d'ailleurs bien en place dans leurs écubiers. L’épave qui repose dans une configuration faisant penser à un arc de cercle, mesure à peu près 170 mètres de long, l'arrière orienté à l'Est et l'avant au Nord-Ouest. Beaucoup d'autres débris entourent cette partie principale, et l'ensemble du site mesure 340 mètres de long sur 240 mètres de large.

Apparemment il reste beaucoup de choses à découvrir sur l'épave du Yamato, notamment, la troisième tourelle de 460 mm qui n'a pas été retrouvée. Peut être gît-elle sous la partie arrière et dans ce cas-là, on ne la reverra jamais. En 1999 une nouvelle expédition a exploré avec précision le cuirassé.

On sait maintenant qu'un éventuel renflouage est totalement impossible. Espérons que dorénavant, les chasseurs d'épaves laisseront reposer en paix les 2498 âmes qui dorment à tout jamais dans leur cercueil d'acier.


Memorial du Yamato









Dernière édition par naga le Jeu 28 Fév - 4:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 3:31


Le Musashi

Le Musashi est mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Nagasaki le 29 mars 1938 lancé le 1er novembre 1940 et admis au service actif le 5 août 1942. Il est affecté à la First Battleship Division en compagnie de son sister-ship Yamato, du Nagato et du Mutsu. Il n'était cependant pas encore opérationnel puisqu'il reçut encore 12 canons de 127mm, 36 canons de 25mm et 4 mitrailleuses de 13.2mm sans oublier un équipement radar supplémentaire.

En octobre et en novembre, le Musashi sortit en mer à de nombreuses reprises pour des essais à la mer et l'entrainement de son équipage en particulier de ses artilleurs. Il termina l'année par un entrainement avec le porte-avions Zuikaku avant que le porte-avions ne soit déclaré opérationnel.









Le 18 septembre 1943, le Musashi appareilla de Truck avec trois autres cuirassés en réponse aux raids américains sur Eniwetok et Brown mais sept jours plus tard, la flotte retourna à Truk sans avoir eu de contact avec les forces américaines. Au mois d'octobre, craignant un raid japonais sur Wake, le Musashi appareilla en compagnie de trois porte-avions, de six cuirassés et onze croiseurs pour intercepter les forces américaines. Comme la dernière fois, ce fût une sortie pour rien et la force rentra à Truk le 26 octobre 1943. Ce fût la dernière sortie de l'année.

La première sortie eut lieu le 10 février 1944 quand il retourna à Yokosuka en compagnie de trois autres navires. Il y embarqua deux bataillons de l'armée pour Palau mais au cours du transit un typhon endommagea gravement son pont. Arrivé à Palau le 29 février 1944, il resta un mois à l'ancre pour réparer.

Il appareille la 29 mars 1944 pour anticiper des raids américains sur la base mais en sortant en mer, le sous marin américain Tunny lança six torpilles sur le cuirassé. L'escorte repéra les sillages permettant au cuirassé d'éviter les cinq torpilles mais la sixième explosa à proximité noya le compartiment aux hydrophones provoquant 18 blessés.

Arrivé à Kure le 3 avril, le Musashi fût immobilisé du 10 au 22 avril 1944 recevant de nouveaux radars, des grenadeurs ASM et une DCA accrue : le nombre de canons de 155mm fût réduit à 6 canons de 155mm pour permettre d'augmenter les canons de 25mm qui passèrent à 130 (35 affûts triples et 25 affûts simples), le supercuirassé continuant d'emporter ses 12 canons de 127mm et ses quatre mitrailleuses de 13mm.











En mai 1944, le Musashi quitta Kure pour Okinawa. Le 10 juin 1944, il appareilla poue Biak dans le but d'empêcher l'invasion américaine de Biak mais deux jours plus tard, à l'annonce de l'attaque américaine sur Saïpan, la Deuxième Flotte fût envoyé dans les Mariannes. Durant la bataille de la mer des Philippines, le Musashi escorta les porte-avions rapides sans éviter la fin de l'aéronavale japonaise comme entité constituée (deux porte-avions coulés et 450 avions abattus). Le 10 juillet 1944, le Yamato et le Musashi quittèrent Okinawa pour Singapour.

Le 18 octobre 1944, le Musashi retrouva la flotte japonaise à Brunei en vu de l'opération Sho-1, la contre-attaque planifiée contre le débarquement américain dans le Golfe de Leyte. Le plan était une fois n'est pas coutume pour les japonais d'une simplicité biblique : les porte-avions de l'amiral Ozawa (sans avions à bord !) devaient attirer les porte-avions américains au nord de Leyte pour permettre à la Force Centrale de l'amiral Kurita d'entrer dans le golfe de Leyte et de détruire les navires américains couvrant le débarquement, il disposait pour cela de cinq cuirassés (Nagato, Kongo, Haruna, Yamato et Musashi)de 7 croiseurs lourd, de 2 croiseurs légers et 15 destroyers. La flotte japonaise appareilla ainsi de Brunei le 20 octobre.

Pourtant peu après son appareillage, la flotte japonaise fût repérée par deux sous marins américains qui torpillèrent deux croiseurs lourds dont le navire-amiral de Kurita, l'Atago. Kurita fût repêché par le Yamato mais en perdant du temps et des documents. Le 24 octobre 1944, la Force Centrale entra dans la mer de Sibuyan mais fût attaquée par cinq vagues d'appareils américains.


Dernière édition par naga le Jeu 28 Fév - 3:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 3:39





Bataille de la mer de Sibuyan :

08h10: un avion de reconnaissance de l’ USS INTREPID (CV-11) est aperçu.
10h18: 30 avions ennemies sont repérés.
10h25: Le MUSASHI ouvre le feu.
10h27: Le MUSASHI, filant 24 noeuds, est attaqué par 8 Curtiss SB2C "Helldivers" de l’ INTREPID. 4 bombes explosent près de l’avant et provoquent des fuites à l’étrave. Une bombe de 250kg touche le toit de la tourelle 1 sans provoquer de dégâts.
10h29: Le MUSASHI est attaqué par 3 Grumman TBF "Avengers"de l’INTREPID. Une torpille le touche à tribord a hauteur de la passerelle. 3000 tonnes d’eau pénètrent les cales. Le navire prend 5.5° de gîte sur tribord. Après contre remplissage, la gîte est réduite à 1°. Le blast de la torpille endommage le poste de contrôle de tir de l’artillerie principale. Cette perte affecte le Contre-amiral Inoguchi car il contrarie la précision et l’efficacité des obus AA "sanshikidans" des cannons de 457mm. Durant cette attaque, le MUSASHI a tire 48 obus de 155mm et 160 obus de 127mm.

11h54: Le radar type 13 du MUSASHI signale des avions en approchent à 81km.
11h57: Un autre contact signale un autre groupe d’avions à 80km.
12h03: Nouvelles attaques effectuées par 8 "Helldivers" de l’INTREPID. Une bombe traverse le pont et ressort près de la ligne de flottaison. Une seconde pénètre une tourelle de 127mm tribord et explose 2 ponts plus bas. Des fragments de la bombe cause des fuites de vapeur dans les chaufferies 2 et 10. Les chaufferies sont arrêtées et l’arbre d’hélice bâbord est stoppé. La vitesse tombe à 22 nœuds. 2 "Helldivers" sont abbatus.
12h06: 9 TBM "Avengers" lancent une autre attaque à la torpille. 3 torpilles touchent le navire à bâbord au centre. La première à hauteur de la tourelle 1. La seconde noie le compartiment hydraulique n°2 et la troisième inonde la chaufferie n° 4. Le système hydraulique secondaire permet de faire fonctionner les tourelles de 457. Après contre remplissage, la gîte est ramenée à 1° sur bâbord. Le MUSASHI s’est enfoncé de 1.80m sur l’avant. Les 3 lignes d’arbres à leurs rotations maximales permettent de maintenir la vitesse à 22 nœuds et de rester dans l’escadre. Un fragment de bombe a pénétré la bouche du canon central de la tourelle 1 et a fait exploser l’obus qui s’y trouvait. L’explosion a endommagé le mécanisme d’élévation des canons. La tourelle 1 est hors service.
Durant cette attaque, le MUSASHI a tiré 54 obus "sanshikidans", 70 de 155mmet plus de 200 de 25mm. Le poste de control de tir secondaire dirige les tourelles 2 & 3.











13h12: l’Amiral Kurita ordonne de réduire la vitesse de l’escadre à 22 noeuds pour permettre au MUSASHI de suivre.

13h31: Le MUSASHI est attaqué pour la troisième fois par 29 avions de l’USS ESSEX (CV-9) et du USS LEXINGTON (CV-16). Il est mitraillé par les F6F "Hellcats". 4 SB2C "Helldivers" mettent 2 coups au but.Un au milieu babord, le second près de la tourelle 3. Ces 2 bombes causent beaucoup de perte parmi les servants de la DCA.
6 TBM "Avengers" mettent 4 torpilles au but.
La première touche à tribord, à hauteur de la tourelle 1. Le blast éventre des réservoirs à carburant. Les émanations de monoxyde de carbone causent beaucoup de mort dans l’hôpital de l’avant.
La seconde explose à tribord, près de la proue.
La troisième explose à bâbord au niveau de la tourelle 1
La quatrième touche au centre à bâbord également.
3 attaques coordonnées de "Helldivers" mettent 4 bombes au but près de la tourelle 1.
13h50: La troisième attaque est terminée. Le contre ballastage réduit la gîte importante à tribord à 1°. Les ballasts sont presque tous remplis. Le MUSASHI s’est enfoncé de 4 m sur l’avant. Sa vitesse est tombée à 20 nœuds. Il est maintenant distancé par l’escadre.
Durant cette attaque, il a tiré 35 obus de 457, 70 de 155 et 500 de 25mm

14h12: La quatrième attaque effectuée par 8 "Hellcats" et 12 "Helldivers" de l’ ESSEX est dirigée contre le YAMATO et le NAGATO. Le MUSASHI est à la traîne de sa section. Le Contre-amiral Inoguchi transmit à l’Amiral Kurita que malgré ses dommages, il peut maintenir une vitesse de 20 noeuds.
14h45 : Le Capitaine Mayuzumi Haruo, commandant du croiseur TONE suggère à l’Amiral Kurita que le second groupe défende le Musashi contre les attaques à la torpilles.

14h55: 69 avions de l’ USS ENTERPRISE (CV-6) et de l’ USS FRANKLIN (CV-13) commencent la cinquième attaque.
15h15: 9 “Helldivers” de l’ ENTERPRISE mettent 4 bombes de 1000lb sur le MUSASHI. 3 tombent sur la plage avant, et explosent dans les ponts inférieurs. La maitrise des dégats de l’avant n’est plus sous contrôle. La quatrième bombe touche la tour.
8"Avengers" placent 3 torpilles. 2 sur l’avant, de part et d’autre de la proue. La troisième explose à tribord à hauteur de la cheminée. Le compartiment hydraulique et le système de refroidissement n°3 sont noyés. Les pilotes de l’ENTERPRISE rapportent que le MUSASHI en feu est bas sur l'eau, qu'il perd du mazout et file 10 noeuds à l’arrière de la flotte japonaise.

A la fin de l’attaque, le MUSASHI, enfoncé par l’avant, file encore 16 nœuds avec trois hélices. Après contre ballastage, la gîte est réduite à 1-2° mais sa vitesse a chuté à 13 nœuds.

75 avions de l’ INTREPID (34), FRANKLIN (30) & du CABOT (11) font la sixième attaque du jour. 37 avions s’acharnent sur le géant blessé.
15h25: 3 des Helldivers du FRANKLIN revendiquent 2 impacts de bombes de 500lb.
15h30: 9 Helldivers dont, 2 sont abbatus, de l’ INTREPID attaquent suivies par des Avengers. Une bombe de 500lb explose dans le poste de controle AA tribord de la tour.
70 membres d’équipage sont mis hors de combat dont 52 morts, l’Amiral Inoguchi est blessé. Un violent incendie se déclare. Le commandement du navire se fait désormais sur la passerelle inférieure.
3 bombes explosent sur l’avant de la tour, près de la tourelle 2. Des armements de 25mm sont détruits, les postes de communications sont endommagés. Le blast endommage également les chaufferies 4 & 8.
2 autres bombes explosent à tribord de la tour et détruisent des pièces AA de 25mm.
Une septième bombe explose sur un armement central de 25mm AA et cause d’importants dégâts autour.
Une huitième bombe explose dans le poste d’équipage n°5 et détruit l’hôpital qui s’y trouvait.
Une neuvième bombe touche le canon droit de la tourelle 1.
Finalement, une dixième bombe explose dans un carré d’officier.
Trois torpilles explosent à bâbord et 2 à tribord
La première torpille explose a hauteur du cannon de la tourelle 1. La soute à poudre inférieure est inondée. La deuxième torpille inonde la chaufferie n°8. L’eau envahie lentement la chaufferie n°12.
Les quatre torpilles suivantes frappent à bâbord, et inondent davantage la chaufferie No. 8 et le magazine des 25 millimètres. Trois de ces quatre torpilles frappent à bâbord au milieu du navire. La chaufferie n°4 est inondée. Une section de 12 mètres de long du navire sur le côté est creusée. Les inondations consécutives des chambres de machines bâbord font que le MUSASHI perd son deuxième arbre bâbord. Sa vitesse tombe à 6 nœuds.
Finalement, Les 2 dernières torpilles explosent à bâbord arrière et inondent le magasin de 127mm n°6. Le tunnel de l’arbre extérieur bâbord est inondé. La machinerie du gouvernail, endommagée, est réparée.
Le MUSASHI gîte de 10° sur bâbord. Le contre balastage permet de réduire la gite à 6°
1 "Avenger" est abattu et 3 autres endommagés. 3"Helldivers"sont également endommagés.











Au total, la Force A a été attaqué par 259 avions. Le MUSASHI à encaissé 19 torpilles (10 à bâbord et 9 à tribord), 17 bombes et 18 l’on manqué de peu.

16h21: la flotte de l’Amiral Kurita approche le MUSASHI. Celui-ci fait route au nord, à 6 nœuds avec une gîte de 10° sur bâbord. Il est très bas sur l’eau. Sa proue s’est enfoncée de 8m et son pont avant est inondé. L’Amiral détache le croiseur TONE et les destroyers SHIMAKAZE et KIYOSHIMO pour l’escorter.
Tout les marins et ce qui peut-être déplacer sur tribord est déplacé pour réduire la gîte. L’ancre bâbord est jetée à la mer. La chaufferie n°3 de tribord est inondée également. De fait, le MUSASHI perd une autre ligne d’arbre. Avec une seule hélice, Le Contre-Amiral Inoguchi décide d’échouer le MUSASHI. Cependant, peu de temps après, les chaudières restantes, endommagées par les blast des explosions s’arrêtent définitivement.


Dernière édition par naga le Jeu 28 Fév - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 3:49

Le Géant immobile agonise.

19h15: Lorsque la gîte atteint 12°, Le Contre-Amiral Inoguchi ordonne d’abandonner le navire. Son Commandant, le Capitaine Kato Kenkichi rassemble les hommes sur la plage arrière. Le pavillon de la Marine Impérial est ammené puis, il ordonne de récupérer le portrait de l’Empereur. L’équipage est ensuite évacué alors que le navire s’incline de plus en plus. Le Contre-Amiral Inoguchi se retire dans sa cabine.
19h30: Après que la gîte atteint 30°, le MUSASHI commence à chavirer.
19h36 : Le Navire chavire sur bâbord et coule par l’avant par 1300m de fond dans la Mer de Visayan par 13°07 nord, 122°32 est. 2 explosions sont entendues.
Les destroyers KIYOSHIMO & HAMAKAZE ont récupés 1376 rescapés, y compris le Capitaine Kato Kenkichi. 1023 des 2399 membres d’équipage ont été perdus dans la journée et le nauffrage, y conpris le Contre-Amiral Inoguchi.
Le SHIMAKAZE récupère 635 des 769 marins du croiseur MAYA que le Musashi a récupéré la veille.








Les Américains ont perdu 18 avions.Au total, la Force A a été attaqué par 259 avions.

Selon les source Américaines, Le MUSASHI à encaissé 19 torpilles (10 à bâbord et 9 à tribord), 17 bombes et 18 l’on manquées de peu.
Selon les sources Japonaise, le MUSASHI a encaissé 11 torpilles et 10 bombes et 6 l’on manquées de peu.


Sources

-Janusz Skulski The Battleship Yamato.
-Simon Liot de Nortbécourt La Flotte Combinée japonaise De Pearl Harbor à Hiroshima
-Jean Moulin US Navy T1 1898-1945 du Maine au Missouri
-Guy Le Moing Et l'océan fût leur tombe Naufrages et catastrophes maritimes du Xxème siècle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 14:01

Le Shinano


Le Shinano, troisième cuirassé de la classe Yamato est mis sur cale à l'arsenal de Yokosuka le 4 mai 1940 mais sa construction est suspendue après le début de la guerre. Après la bataille de Midway, devant les pertes subies par l'aéronavale japonaise (4 porte-avions d'escadre avec pilotes et rampants coulés) il est décidé de le convertir en porte-avions qui fût le plus gros du monde jusqu'à l'apparition des Forrestal.















L'opération de transformation s'acheva en novembre 1944. Dans l'esprit des amiraux nippons, il ne devait servir que de porte-avions de soutien, n'embarquant que 50 appareils pour son autodéfense, la moitié restant devant recompléter le groupe aérien du ou des porte-avions soutenus. Sa DCA était formée de 145 pièces de 25 mm et de 336 roquettes.
Le navire doté de radars type 13 et 22 put commencer ses essais

Lancé le 8 octobre 1944, il fût admis au service actif en toute hâte le 19 novembre après des essais concluants menés le 11 (c'est ce jour là qu'à été prise la seule photo connue du navire).
Repéré par un B29 de reconnaissance photo le 1er novembre, il fût déplacé à Kure, le navire appareillant le 28 novembre en début d'après midi, embarquant des bombes volantes pilotées «Okha».


Attaque sur le Shinano

Le 29 novembre 1944,le Shinano,juste dix jours apres son lancement,a eu rendez vous avec son destin.Le plus grand porte-avions du monde zigzagant pour eviter une attaque sous-marine possible,alors qu un sous-marin americain a ete decouvert derriere le navire.
A la nuit tombee,le destroyer d escorte japonais a attaque rapidement le sous-marin americain,mais le commandant du Shinano,le Capitaine Toshio Abe,a ordonne au destroyer d arreter le combat.
Il a craint que le sous-marin,que l'on avait vu en surface,soit une ruse pour eloigner un de ses quatre navires d escortes,laissant le Shinano seul non protege et a la merci de sa meute de loups sous-marine
americaine imaginee.



En fait,il n'y avait aucune meute de loups sous-marine americaine en place.Le seul sous-marin qui avait une chance d'intercepter le Shinano etait celui qui avait ete decouvert - et il n'avait pas ete place la pour intercepter le convoi japonais,mais plutot pour surveiller la cote pour recuperer les B-29 abattus et sauver les equipages qui pourraient avoir saute en parachute au sud du Japon.
C etait l USS Archerfish (SS-311),un sous-marin de classe Balao sous le Commandement de Joseph F. Enright,USN.









Le Shinano etait en effet beaucoup trop rapide pour l USS Archerfish,qui profitait de la nuit pour faire surface et aller a toute vitesse dans le sillage eloigne du porte-avion et de ses navires d escortes.
Par hasard,le sous-marin avait fait une premiere interception,mais maintenant,il etait loin derriere les navires japonais. Dans un espoir mince d'attraper le Shinano,Le Cmdr. Enright a commande a son equipage de continuer la poursuite pendant la nuit.

Incroyablement,le Capitaine Toshio Abe a ordonne a la passerelle de commencer des zig-zag pour rejeter des attaques sous-marines possibles. La malchance avait mis deux de six chaudieres du navire en mode autonome.Avec ses problemes,le porte-avion fonctionnait sur juste deux helices et a vitesse reduite.Si le Shinano s etait dirige tout droit vers la cite vers Kure, l USS Archerfish ne l'aurait jamais rattrape,cependant,a chaque large zigzag,le Shinano a permis au sous-marin de reduire la distance.
Apres six heures de poursuite,le Shinano a execute un autre virage serre l USS archerfish etait pret a intercepter le porte-avion.
La nuit n etait pas sombre,il y avait le clair de lune,le commandant du sous-marin a ordonne a son equipage de descendre a la profondeur periscopique.

Le Cmdr. Enright a observe par son periscope et a vu arriver un destroyer japonais allant directement vers l USS Archerfish.Craignant d etre decouvert,il a ordonne une plongee immediate profonde.
Pourtant c'etait trop tard - le sous-marin etait a peine au-dessous de la quille du destroyer japonais qui est passe directement au-dessus.A bord de l Archerfish,les hommes ont attendu les bruits des grenades
sous-marines explosant dans l'eau au dessus.
Incroyablement,aucune n'a touche le sous-marin.Maintenant,le destroyer etant passe au-dessus,l Archerfish etait a l'interieur de la zone de protection de l'escorte et filant vers le Shinano,qui etait directement a travers de son chemin.




Dernière édition par naga le Jeu 28 Fév - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Jeu 28 Fév - 14:09



Comme le Shinano apparu indistinctement dans la gamme de tir,l equipage du sous-marin calcula les angles de tirs et prepare les torpilles pour un lancement peu profond.
En connaissant la lourde armure du Shinano,il a espere percer le porte-avion vers la ligne de flottaison,pour que,si par chance,ca pousserait le porte-avion a pencher sur le cote.La solution de tir
supplementaire pourrait alors etre calculee contre le navire frappe et ralenti -il pouvait seulement esperer aboutir a un renversement.
Il etait 3h15 quand Le Cmdr. Enright a ordonne un tir rapide de six torpilles - le Shinano etait juste a 1,400 yards,une distance incroyablement courte pour une attaque a la torpille.
Le sillage des six torpilles allait tout droit contre le cote du porte-avions enorme.








La Fin du Shinano

Les six torpilles ont frappe le Shinano directement et perce la coque en succession rapide.Quand les explosions ont balance le porte-avions,le Capitaine Toshio Abe a hausse les epaules,ayant confiance dans l'armure du grand bateau.Il a accelere a toute vitesse.
C'etait une erreur epouvantable - au-dessous des ponts,le Shinano a ete non seulement perce,mais,avec la vitesse du navire,maintenant a 18 kts,des millions de metres cube d'eau de mer rentraient dans la coque.
L'equipage a commence a fermer les portes etanches,ils ont ete choques de voir les rivets eclater.Beaucoup de portes sont restees ouvertes.
Dans d'autres zones du bateau,l'inondation etait si rapide que l'equipage ne pouvait pas esperer arreter l ecoulement d eau. Des centaines d'hommes etaient pris au piege sur les ponts inferieurs.


Dans les minutes qui suivirent,le porte-avion Shinano inscrivait deja 10 degres a tribord.Le Capitaine Abe a ordonne l'inondation des ballast afin de reduire le gite.Ceci a marche seulement en partie.
Apres quatre heures,l'inondation continue et a surmonte ceux des petites artillerie defensives.Le Shinano est arrive au niveau des vagues, son gite a augmente a 30 degres.Avec le chateau de pilotage touchant maintenant l'eau,il etait clair que la fin s'approchait.
A 10h18,le capitaine Abe a commande a l'equipage d'abandonner le bateau. Les hommes ont couru vers le haut niveau et ont saute dans l'eau.Terriblement,le trou beant de l'ascenseur du pont principal du bateau a commence a prendre l'eau,des centaines d'hommes ont ete emporte par une vague enorme.

A 10h57,le Shinano s est renverse et a coule.
1,435 hommes et officiers,dont le capitaine Abe,ont disparus dans les profondeurs de la mer.Le porte avion a coule a juste 120 miles au large de la cote du Japon.
1,080 autres hommes ont survecu et ont ete recupere par les destroyers japonais. l USS Archerfish s'est eloigne de la zone indemne.
Sans doute,cette attaque avait ete un coup de chance,mais c etait aussi le resultat d'un effort commun du Departement de la Guerre,des decodeurs de l'USAAF et de la Marine americaine.
Cependant,l exploit est du au sous-marin USS Archerfish et son Officier de marine singulierement brillant,le Cmdr. Joseph F. Enright et son glorieux equipage.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Ven 1 Mar - 3:06



Projet A-150 "Super Yamato"

Un quatrième Yamato était prévu dans les plans japonais. Connu sous le numéro A-150 mais jamais baptisé, il fût mis sur cale à l'Arsenal de Kure le 7 novembre 1940 mais sa construction fût suspendue en décembre 1941 tout comme celle du Shinano et sa construction définitivement abandonnée en 1942 avant un démantelement en 1943.

Folie et démesure tel peut être le sous-titre de cette partie consacrée à ce projet japonais. La marine japonaise avait déjà planifié la construction de 4 Yamato. Deux seulement furent achevés en cuirassés (Yamato et Musashi) un troisième en porte-avions (Shinano) tandis qu'un quatrième mis sur cale à l'Arsenal de Kure le 7 novembre 1940 mais suspendue dès le mois de décembre 1941. Lors de son abandon en 1942, il était achevé à 30%.

Lors du déclenchement de la guerre en Europe, en septembre 1939, le Japon avait lancé son plan naval n°4 avec les troisième et quatrième Yamato, le porte-avions Taiho, six porte-avions d'escorte, six croiseurs, 22 destroyers et 25 sous marins.









Le plan suivant, le plan naval n°5 prévoit trois cuirassés, trois porte-avions, deux super-croiseurs, 32 destroyers et 45 sous marins mais il est révisé après la connaissance du Tow Ocean Navy Bill le 19 juillet 1940.

C'est ainsi que les plans numéros 5 et 6 prévoient sept super-cuirassés armés de canons de 50cm en plus des quatre Yamato, le plan numéro 6 n'à pas le temps de dépasser le stade des études.
En 1942, les japonais décident de construire deux cuirassés répondant au projet A-150. A l'origine, ils pensaient construirent un navire de 90000 tonnes armés de huit ou neuf canons de 510mm en tourelles doubles ou triples.

Revenant à une vision plus réaliste, ils décident de partir de la coque des Yamato qu'ils élargissent pour leur permettre de recevoir 6 canons de 510mm en trois tourelles triples.

Deux ou trois canons furent construits par l'Arsenal de Kure mais apparement tout dévellopement furent stoppés peu après le début de la guerre du Pacifique.

Après la défaite de Midway, les japonais comprirent que la guerre serait longue et les priorités changent. Les cuirassés sont délaissés au profit des destroyers, des escorteurs et des porte-avions.











Peu d'informations circulent sur ces navires qui auraient du déplacer 70000 tonnes standard et 82650 tonnes à pleine charge, filer à 30 noeuds et un armement composé de 6 canons de 510mm en trois tourelles triples et des canons de 100mm de 65 calibres.

Le canon de 510mm modèle 1938 (type 98) de 45 calibres tire des obus de 1858kg (explosif) ou 2000kg (perforant) à raison de 1 à 1.5 coup par minute. La distance est inconnue.

Le canon de 100mm modèle 1938 (type 98) de 65 calibre tire des obus de 28kg à une distance maximale de 19500m en tir surface (élévation = +45°) et de 13000 en tir antiaérien (élévation = +90°) à raison de 15 à 21 coups par minute. L'affût double Model A d'un poids total de 34500kg peut pointer en site de -10° à +90° (à raison de 16° par seconde) et en azimut sur 70 ou 150° en fonction des navires installés à raison de 11 à 16° par seconde. Chaque tourelle reçoit 200 ou 400 coups.













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4798
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Ven 1 Mar - 10:54

Un film japonais est sorti il y a quelques années sur la fin du Yamato.
J'ai retrouvé les liens, mais les séquences ne sont plus visibles, cause droits d'auteur.
Peu importe d'ailleurs, car les japonais ont une façon très perso de traiter la 2ème G.M., en se plaçant toujours en victimes.
Il en est de même pour ce film.
Tous les figurants ont des têtes de premier de la classe, en uniformes impeccables, ils descendent des paquets d'avions U.S. avant de succomber dans les bras de leurs gentils camarades ... enfin bref. Rolling Eyes
Sinon les effets rendent pas mal ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Ven 1 Mar - 11:12

Je l ai vu aussi en video.
Les effets et le rendu sont pas mal car ils ont fait comme David Cameron pour Titanic.
Il a ete construit a l Arsenal de Kure une replique d une partie du Yamato pour rendre les sequences plus realistes.j ai deja mis des photos dans le post de l armement du Yamato.
Ca a ete visitable en 2005/2006 mais aujourd hui je ne pense pas que ca soit encore sur place.






















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Ven 1 Mar - 11:22


La ville de Kure a aussi son impressionnant musee sur le Yamato.

Une replique au 1/10eme trone au milieu du Hall












http://www.yamato-museum.com/en/



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Dim 3 Mar - 4:14


Interessante video sur la plongee sur le Yamato

http://www.youtube.com/watch?v=po0mht6LcwA




















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Dim 3 Mar - 4:18


Details d une tourelle principale qui pesait 3000t






Les batteries AA autour du "chateau"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4798
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Dim 3 Mar - 12:42

Impressionnant tout ça.
Le navire était-il "pointu" technologiquement, c'est à dire au niveau de la coordination des tirs, de la visée, de la propulsion etc ... ?
On voit par exemple qu'il avait une D.C.A. nombreuse, mais il semble pas qu'elle ait été très efficace.
Pareil pour les performance balistiques de ses pièces, valaient-elle celles du Bismarck, qui lui était très en pointe pour l'époque ?
En tout cas, il apparait un différentiel entre la marine / aviation et l'armée de terre qui, malgré ses effectifs nombreux, semble avoir été le "parent pauvre" de l'effort de guerre japonais.
Le fusil du fantassin de base datait de 1898, les F.M. était de qualité médiocre, de même que l'artillerie, quant aux chars et antichars ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck7002
Obersleutnant
Obersleutnant


Nombre de messages : 236
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Dim 3 Mar - 13:34

le Yamato est relativement évolué lorsqu'il entre en service avec un navrire techniquement au niveau de ce qui se fait ailleurs à la fin des années 30 et 2 points forts :
- son gigantisme a permis de mettre en place un blindage et une artillerie plus puissants ( mais pas plus évoluée qu'ailleurs ) que sur l'ensemble des autres navires entrés en service
- il dispose de systémes optiques ultra-modernes pour évaluer les distances

Par contre il sera toujours mal équipé en radar ce qui est gênant pour le combat de nuit et le combat à longue distance ( entre 20 et 30km ) pour lequel il est conçu

La DCA sera peu efficace mail il semble que l'entrainement de l'équipage en soit la cause

Par ailleurs on peut noter que les cloisons anti-toriplles se montreront inférieures à ce qui était prévu.

A noter que la disposition des blindages est très classique et diffère ainsi des concepts "novateurs" ou "originaux" des classes Bismarck, Vittorio Veneto, South Dakota ou Iowa

Enfin le navire est un peu trop lent pour appuyer pleinement les portes avions japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Lun 4 Mar - 1:26

Le Yamato etait deja condanne en 1945.Les grands cuirasses etaient deja depasses,il servaient la plupart du temps au tir de bombardement sur les cotes avant un debarquement.
Les porte-avions etaient devenus indispensables sur les mers.

La tactiques de l US navy sur l attaque des grands cuirasses etaient alors bien rodes.
La premiere attaque sur le Yamato a conpte pas moins de 280 avions((132 avions de chasse, 50 bombardiers,98 avions lance-torpilles) de la Task Group 58 venant des porte-avions:

USS HORNET (CV-12),
HANCOCK (CV-19),
BENNINGTON (CV-20),
BELLEAU WOOD (CVL-24)
SAN JACINTO (CVL-30)
USS ESSEX (CV-9),
BUNKER HILL (CV-17),
BATAAN (CVL-24)
CABOT (CVL-28).


La deuxieme attaque,110 avions venant des porte-avions:

YORKTOWN (CV-10),
INTREPID (CV-11),
LANGLEY (CVL-27)


Chez les japonais,en plus du Yamato,les navires d escorte ont ete egalement coules:

Les destroyers ASASHIMO,ISOKAZE,HAMAKAZE et KASUMI
Les croiseurs legers YAHAGI








Lors de l attaque,la visibilite etait mauvaise et le plafond bas(200m)
Apres la premiere attaque,la DCA du Yamato a ete grandement pertube par la fumee du aux bombes tombees sur le pont du navire notament entre la tourelle No3 et le "chateau".
A partir de la 2eme vague,La DCA agissait de facon independante sans coordination.


Vu la longueur et la largeur du Yamato,les pilotes de bombardiers n ont pas eu de mal a bien ajuster la cible.Cependant,c est bien un deferlement de feu qu on du affronter les pilotes pendant les attaques surtout pour les avions lance-torpilles qui craignaient les coups des canons de 460mm pendant leur alignement sur le navire.





Dernière édition par naga le Lun 4 Mar - 2:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Lun 4 Mar - 2:04



Le blindage du Yamato

Le blindage des parois était incliné de 20° vers l'intérieur et devenait interne dans sa partie inférieure où il se raccordait à la contre-carène. La ceinture était constituée de plaques de 410 mm d'épaisseur dans la partie haute, se réduisant néanmoins à 200 mm plus bas et enfin à 80 mm au niveau des tôles du fond. Dans la section des soutes à munitions, le blindage atteignait 250 mm pour la partie basse et au lieu de descendre vers le fond, se recourbait horizontalement en protégeant ainsi également le bas des soutes, avec 76 mm dans la partie centrale et 51 mm pour les bords de raccordement. Quant au pont il avait, hors réduit, des plaques de 35 à 50 mm. Dans le réduit, le pont de protection atteignait au centre 200 mm et 230 mm dans les deux parties latérales inclinées.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4798
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Lun 4 Mar - 12:11

Citation :
Le Yamato etait deja condanne en 1945.Les grands cuirasses etaient deja depasses,il servaient la plupart du temps au tir de bombardement sur les cotes avant un debarquement.
Les cuirassés américains (et anglais d'ailleurs) étaient encore utiles, voire indispensables, lors des débarquements, que ce soit en Europe ou dans le Pacifique, dès lors que la couverture aérienne est assurée.
Sinon, un cuirassé n'est plus qu'une cible offerte à l'aviation, embarquée ou non (Bismarck, Tirpitz, etc ...).
Citation :
partir de la 2eme vague,La DCA agissait de facon independante sans coordination.
Ceci explique cela, car sur les photos que Naga a posté, on voit que le nombre de pièces de D.C.A. est impressionnant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5189
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    Ven 15 Mar - 11:02



Photos colorisees
















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CUIRASSES CLASSE YAMATO    

Revenir en haut Aller en bas
 
CUIRASSES CLASSE YAMATO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Comment se procurer livres classe et prof PAS CHER?
» Qu'avez-vous fait pour votre classe aujourd'hui?
» Inscription pour les classe de Première S
» Classe européenne ? Carte scolaire ? Est-ce difficile ?
» Niveaux de classe et périodes historiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Pacifique-
Sauter vers: