Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Omaha Beach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4708
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Omaha Beach   Mer 17 Avr - 21:59



Article de V2
La plage de la mort.... Omaha Beach !

Longue de huit kilomètres, la zone de débarquement s'étendait sur la côte occidentale du Calvados, depuis Sainte-Honorine-des-Pertes à l'est jusqu'à Vierville-sur-Mer à l'ouest, sur la rive droite de l'estuaire de la Douve. L'objectif à Omaha était de s'emparer et, ensuite, de tenir une tête de pont de huit kilomètres de profondeur entre Port-en-Bessin et la Vire et, dès que possible, de faire la jonction à l'est avec les Britanniques et à l'ouest avec le VII Corps américain débarqué à Utah Beach afin d'établir une tête de pont continue sur la côte normande

La prise d'Omaha était de la responsabilité du commandement américain,placée sous les ordres du général Omar Bradley, et du Major Général Huebner pour la partie opérationnelle ; avec des troupes de l'US Army et des transports maritimes fournis par l'US Navy et des éléments de la Royal Navy.

La section du mur de l’Atlantique face aux assaillants était défendue par environ 2 000 hommes provenant de deux divisions d'infanterie allemande : la 716e et la 352e. De multiples obstacles avaient été installés sur la plage pour interdire tout débarquement. Ces obstacles étaient sous le feu de positions fortifiées construites sur le talus et la crête et équipées de mitrailleuses ainsi que de canons. On y trouvait aussi des observateurs d’artillerie chargés d’ajuster les tirs de batteries déployées plus dans la profondeur.

Tourelle de char sur un tobrouk.



Plan des obstacles.


Plan de répartitions des équipes d'assauts américaines.



Batterie dans les terres.



Le 6 juin à l’aube, après un bombardement aérien et naval ( complètement à coté, contrairement aux autres plages.) des Alliés sur les positions allemandes, la 1re division américaine (« la Big Red One », une unité expérimentée) renforcée par un régiment de la 29e division (qui lui n'avait encore jamais combattu) débarqua sur cette plage. Le débarquement de la première vague eut lieu trois heures avant la marée haute. Ceci était indispensable pour ne pas jeter les barges de débarquement sur les obstacles situés en haut de l’estran et donner le temps aux équipes combinées du génie, de la marine et de l'infanterie spécialement constituées et arrivées avec les premières troupes débarqués, de les détruire et de dégager des chenaux pour permettre l’approche des forces suivantes et de barges plus grandes.

Chaque régiment était renforcé d’un bataillon de chars. Des chars, dont certains amphibies, devaient arriver avec l’infanterie et le génie lors de la première vague d'assaut.

Sherman DD avec jupe abaissée.



Conjointement à ce débarquement, un assaut fut mené, quelques kilomètres plus à l'ouest, par des rangers américains pour s’emparer de la pointe du Hoc, une petite avancée de la côte normande dans la Manche avec une falaise de vingt-cinq à trente mètres de haut pour neutraliser de puissants canons allemands supposés y être installés dans des blockhaus et menaçant les plages d’Utah et d’Omaha. Si l’escalade réussissait, un signal devait être transmis et des renforts envoyés. Sinon ces renforts (huit compagnies de rangers) seraient détournés sur les plages d'Omaha.

Plan de la pointe du hoc.



La première vague. A l'assaut !

Le plan de débarquement ne se déroula pas comme prévu et dès le début, la situation prit une tournure catastrophique pour les Alliés. Le bombardement aérien et naval avait manqué ses cibles et n’avait pas neutralisé les défenses ennemies. Les troupes américaines allaient se heurter à des positions allemandes quasi-intactes. La mer était agitée et le vent fort. La quasi-totalité des chars amphibies coula et seuls quelques-uns atteignirent la plage. Des difficultés de navigation entraînèrent la plupart des barges, déportés par le courant, à débarquer hors des endroits prévus. Les Allemands ne dévoilèrent pas leurs positions et ils attendirent que les premiers soldats américains sortent des barges pour ouvrir le feu.

Dès 6 h 25, la première vague atteint la plage. Ce sont des équipes du génie qui arrivent en premier, suivies immédiatement puis dépassées par les huit compagnies d'infanterie. Les chars amenés par LCT arrivent quelques minutes plus tard. Les 2 Sherman DD rescapés sont aussi sur la plage. L'ensemble compte 1 450 hommes, une soixantaine de chars et divers engins du génie. La plupart des unités arrivent toutefois plus à l'est que prévu (parfois plus d'un km) ; le courant marin a fait dériver les barges. Suite aux tirs de l'artillerie allemande, plusieurs barges sont coulées et près de 150 hommes parviennent à gagner la plage à la nage.

Conformément aux ordres, les Allemands ne dévoilent pas leurs positions restées intactes. Ils attendent que les troupes débarquent pour ouvrir le feu. Les huit premières compagnies américaines du 116e RCT (E, F, G, A) et du 16e RCT (L, I, E, F) sont décimées. Les fantassins s'abritent, comme ils peuvent, derrière les obstacles des plages ou la levée de galet. Comme le fait remarquer un officier américain, il n'y a même pas un trou d'obus pour se mettre à couvert. Les hommes du génie, qui doivent ouvrir des brèches à travers les obstacles avant que la marée ne monte, subissent également des pertes importantes.

Le photographe de guerre Robert Capa, qui a débarqué avec la compagnie E du 116e RCT à Easy Red, prend les premières photos du débarquement. La situation est catastrophique. Le seul point positif se situe à l'extrême ouest de la plage où la compagnie C du 2e bataillon de rangers a réussi à atteindre le pied de la falaise. Au même moment, à 5 km de là, trois autres compagnies de ce bataillon doivent s'emparer de la pointe du Hoc. La compagnie C est chargée de débarquer à Omaha pour réaliser la jonction avec eux. Elle parviendra à passer juste à l'ouest du WN 73 pour l'attaquer à revers. D'autres rangers, toujours en mer, attendent de la pointe du Hoc le signal de rejoindre, sinon ils débarqueront aussi à Omaha.









Reconstitution.


2 eme vague.

Le vent fort fit monter la marée plus rapidement que prévu, poussant de nombreuses barges sur les obstacles allemands. La première vague américaine fut clouée sur place, ne progressant pas et subissant de très lourdes pertes. Les troupes suivantes ne progressèrent pas non plus. Les équipes du génie, du fait de la désorganisation de l'ordre du débarquement, arrivèrent avant l'infanterie. Sous le feu ennemi et avec peu de matériel, elles ne dégageaient qu'avec grande difficulté, quelques chenaux pour les barges suivantes, subissant elles aussi de lourdes pertes. Dans l'incapacité de dégager suffisamment les obstacles, les Alliés ne pouvaient débarquer correctement troupes et matériels et ils n'arrivaient pas à dégager les sorties de plage, fortement défendues. Cela provoqua rapidement encombrement et désordre sur la plage et des retards pour les débarquements suivants. Les communications radio avec le commandement étaient difficiles, 80 % du matériel radio de la première vague furent perdue. La panique participa un peu plus à la désorganisation générale.

À partir de 7 h, arrivent les barges qui amènent la deuxième vague. De nouvelles compagnies d'infanterie et les rangers débarquent. Le brigadier général Cota, adjoint au commandant de la 29e division arrive à Dog White. Il stimule les hommes. Le 5e bataillon de rangers, avec quelques compagnies d'infanterie, parvient à atteindre le plateau entre les WN 70 et 68.

Vers 8 h 15, les rangers aidés des fantassins réussissent une première percée en direction de Vierville. À l'est, le colonel Taylor, commandant du 16 RCT, parvient à faire passer un groupe d'hommes entre les WN 64 et 62.On retiendra d'ailleurs une maxime lancée par Taylor sur la plage : "Il n'y a plus que deux genres de soldats sur cette plage; ceux qui sont morts et ceux qui vont mourir ! Alors bougeons-nous de là !"

À 9 h, à l'extrême est de la plage, le WN 60 se rend après avoir été débordé.

À 10 h, trois percées ont réussi mais la situation reste désespérée. Deux destroyers s'approchent jusqu'à 1 km de la côte et effectuent un tir de précision sur les défenses. La voie d'accès du Ruquet peut être ouverte.

Après.

À 10 h 30, la marée est haute. Les 18 et 115 RCT commencent à débarquer. Avec l'aide de l'artillerie navale, les WN tombent les uns après les autres sauf les WN 66 et 68 qui tiendront jusqu'au soir. Entre-temps, les Allemands contre-attaquent mais sont repoussés. L'artillerie allemande commence à faiblir, elle commence à manquer de munitions. Chez les Américains, l'appui naval se fait plus efficace et réduit certains WN. Les LCI peuvent aborder devant le Ruquet (E1). Les hommes du génie aménagent un accès menant à Saint-Laurent afin de permettre l'acheminement des véhicules et du matériel. En début d'après-midi, les GIs occupent le haut de Vierville. Le soir, la pénétration n'est pourtant que de 2 à 3 km. Il y a toujours à Colleville des Allemands qui tentent de s'exfiltrer ; la plupart seront capturés.

Anecdote.

Le commandement allié envisagea un temps l'abandon d'Omaha. Mais outre la perte des 15 000 hommes déjà débarqués, cela présentait le grand risque d'affaiblir la position alliée avec une tête de pont américaine d'Utah à l'ouest qui aurait été séparée de 60 km de la tête de pont anglo-canadienne à l'est. Le général Bradley, qui supervisait l'opération au large à bord depuis l'USS Augusta, malgré le manque d'informations, décida de poursuivre le débarquement et continua d'envoyer des troupes sur Omaha. Finalement quelques pénétrations de la ligne de défense réussirent. Le bataillon de rangers qui devait être envoyé en renfort à la pointe du Hoc n'ayant pas reçu le signal, fut détourné sur Omaha Beach.


Bilan.

Les objectifs prévus à la fin de la Jour J pour la zone d'Omaha ne sont pas atteints. Ils prévoyaient une tête de pont allant de l'embouchure de la Vire à l'ouest à la jonction avec la tête de pont anglo-canadienne à l'est sur une profondeur de 8 km à l'intérieur des terres, grossièrement sur une ligne du nord d'Isigny à Bayeux, suivant, sur sa partie est, la rivière Aure5. La jonction avec la pointe du Hoc n'est même pas réalisée. Seule une petite tête de pont jusqu'au village de Vierville et un peu au-delà des villages de Saint-Laurent et Colleville est tenue, de deux kilomètres de la côte dans sa plus grande profondeur (et la côte entre Vierville et Saint-Laurent n'est pas encore sécurisée5). Mais le périmètre dégagé est suffisant pour pouvoir alimenter la tête de pont.

34 000 hommes et 2 800 véhicules ont débarqué mais seulement 100 t de fret au lieu des 2 400 prévues. Les pertes en matériel sont importantes. Les pertes humaines sont de presque 1 000 tués et 2 000 blessés et disparus (quinze fois plus qu'à Utah Beach). On estime qu'un quart des pertes sont dues à des noyades.

Chronologie.

5h20 Les premières barges quittent leur navire d'attache

5h35 Premières mises à l'eau des chars DD amphibies

5h50 Début du bombardement3

6h27 Fin du bombardement

6h35 Débarquement de la première vague d'assaut américaine

6h36 Débarquement de la seconde vague d'assaut

8h30 Arrêt provisoire du débarquement, pas assez de place sur la plage et pas assez de chenaux dégagés

9h10 Débarquement des Rangers

9h20 Nouvel appui feu des navires alliés

9h30 Chaos sur la plage et au large

10h Le premier point fortifié allemand, WN 64, est mis hors service.

11h27 Des éléments américains tiennent les hauteurs de la plage de Saint-Laurent-sur-Mer

12h30 Les Américains ont débarqué près de 19 000 hommes à Omaha

13h00 Une compagnie du 16e régiment d'infanterie et des hommes du 116e régiment attaquent le village de Colleville.

15h26 Échec de la contre-offensive menée par le 916e régiment de grenadiers allemands

15h30 Abandon par le soldat allemand Heinrich Severloh du dernier point fortifié, le WN 62.

17h20 Appel du colonel Talley à l'USS Ancon: La « circulation des véhicules à roues et à chenilles sur l'essentiel de zone sous la ligne des hautes eaux est ouverte »

Aujourd'hui.





Comemoration




Jolie photo.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Omaha Beach   Jeu 18 Avr - 16:25

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Laurent
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 432
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Omaha Beach   Ven 19 Avr - 8:04

Bonjour,
J'ai ca en stock :

Pertes des Forces Alliées le 6 juin 1944
Par Richard Anderson, chercheur au Dupuy Institute, USA
Traduction de Daniel Laurent

Forces Britanniques :
JUNO :
Seules les pertes canadiennes du jour J sont bien définies, mais aident à établir une limite inférieure pour les pertes encourues sur JUNO.
Les pertes des 3 Divisions Canadiennes et des unités rattachées sont de 275 morts, 65 morts de blessures, 539 blessés, 35 malades et 47 prisonniers, soit un total de 961. De ces pertes, 39 morts, 1 mort de blessure, 49 blessés et 4 malades ont été perdus par des unités rattachées aux 3 Divisions Canadiennes, alors que le 1er bataillon parachutiste Canadien de la 6ème Airborne Division britannique encourait 19 morts additionnels, 6 blessés, 4 malades et 84 prisonniers de guerre soit un total de 113.
Ces totaux d'après-guerre sont 17 pour cent plus de haut que ceux rapportés juste après les événements (voir ci-dessous), bien qu'il soit probable que les premiers chiffres ont pu avoir exclu les 26 blessés morts entre le 7 et 28 juin et les malades. Si c'est exact, alors les pertes données dans le deuxième cas sont de 900, qui est 9.6 pour cent plus haut que les chiffres de septembre 1944. Le livre «The Victory Campaign » (Annexe C, pertes approximatives des armées alliées par Secteurs, Normandie, 6 juin 1944, pages 651-652) met en référence également le rapport No.261 de l'AORG (N.D.T. : Army Operational Research Group, Groupe de recherche opérationnelle militaire), qui donne 805 pertes totales "sur les plages" pour les 3 Divisions Canadiennes. L’ouvrage fait également référence un autre rapport de l'AORG qui donne les pertes du 48eme Royal Marine Commando sur JUNO a 243. Cependant, il semble plus probable que ces derniers aient été réellement les pertes pour la 1ère Special Service Brigade dans sa totalité (voir ci-dessous). De façon générale, il s'avère que toute les pertes sur JUNO pour le jour entier ne s’élèvent pas a plus 1.143 (900 Canadiens et 243 Royal Marines).

GOLD :
«The Victory Campaign » indique que "Le seul chiffre trouvé pour cette division (50th Infantry) est une compilation dans un rapport de l'AORG Britannique (Probablement le rapport No.261), qui conclut sur la base de l'examen des journaux intimes de guerre qu'il y a eu 413 pertes sur les plages." En outre, le commando Royal Marines 47 a souffert une perte totale de 43 hommes dans une tentative non réussie sur Port-en-Bessin (Qui n’est tombé que le 8 juin après que les Royal Marines aient souffert d'encore 100 pertes). Selon le capitaine John Forfar - l'officier médical – en date de 9 juin, le 47 RM Commando a «sauvé » 276 hommes sur un effectif total de 420. Des 144 pertes, 46 étaient morts ou noyés, 65 étaient blesses et 6 ont été fait prisonnier. Des 28 disparus, la plupart étaient sur des LCA (N.D.T : Barges de débarquement) qui avaient été coulées et qui ont été récupérés par des barges rentrants des plages et rapatries en Angleterre. Ils ont rejoint le 47 RM Cdo un mois plus tard. Enfin le 6eme Assault Regiment RE a souffert 25 pertes en soutenant la cinquantième Division sur GOLD. Ainsi les pertes dans le secteur GOLD "sur les plages" sont d’environ 481.

SWORD :
«The Victory Campaign » déclare que les seuls chiffres trouvés pour la 3ème Division d'infanterie britannique étaient ceux du rapport No. 261 de l'AORG, qui donne un total de 630. Les rapports des bataillons indiquent que le East Yorks a perdu 5 officiers et 60 hommes morts et 4 officiers et 137 hommes blessés. Le South Lancs a perdu 5 officiers et 13 hommes morts, 6 officiers et 83 hommes blessés, et 19 autres rangent disparus. Le 1er Suffolks a perdu 2 officiers et 5 autres rangent morts et 25 autres rangent blesses. Le 2ème KSLI a souffert 107 pertes totales. Le 2ème Lincolnshires a souffert 13 pertes. Le 2ème Warwicks royal a perdu 3 tués et 35 blessés. Enfin, les rapports pour le 1èr Norfolk semble être incomplets, mais ils ont souffert 20 morts et au moins 44 blesses. Ces chiffres totalisent 586 pertes pour sept des neuf bataillons d'infanterie de la division, indiquant que 630 est probablement un nombre assez précis.

Pertes Totales sur les plages :
Les pertes pour les trois plages comme dérivées de ce qui précède donnent un total de 2254. En outre les hommes du 5eme Assault Regiment Royal Engineers ont souffert 117 pertes et les 22èmes dragons 47 pertes le jour J en soutenant la 3ème Division sur SWORD et la 3ème Division canadienne sur JUNO, alors que les Westminster Dragoons enregistraient 7 pertes sur JUNO et GOLD. Repartis équitablement, ces derniers chiffres ajouteraient encore 85 ou 86 pertes à JUNO, 82 ou 83 à SWORD, et 3 ou 4 à GOLD. Le total des sommes indiquerait qu'il y a eu environ 2.425 pertes pour les Forces du Commonwealth "sur les plages" le jour J. Ceci peut être confirmé par WO 205/405 "Les pertes britanniques pendant le premier mois de l’opération Overlord," qui donne "'des pertes de jour" de 'D comme :
Britanniques : 420 morts, 869 blesses et 405 disparus, total 1.694
Canadiens : 222 morts, 490 blesses et 109 disparus, total 821
Total Commonwealth : 642 morts, 1.359 blesses et 514 disparus, total 2.515
Cependant, le rapport note soigneusement que "Les troupes aéroportées et les personnels des RM (Royal Marines) sont exclus de ces totaux (...) afin de donner une base juste de comparaison avec les pertes estimées [Avant l’invasion ] qui n'ont pas inclus ces unités." Ces prévisions étaient de 7.750, incluant 1.500 noyés - un chiffre qui était 3.1 fois plus haut que le chiffre réellement comptabilise. Le rapport remarque également que "il est frappant et peut-être coïncidental que la prévision des USA était approximativement 3.1 fois leur chiffre réellement comptabilise..."
Une deuxième source pour des pertes de jour J sont les rapports rassemblés du SITREP "A" trouvés dans les dossiers du 21eme groupe d'armée. Cependant, le premier rapport concernant n'importe laquelle des unités engagées le jour J concerne les "24 heures finissant à 0600 heures le 8 juin." Ces pertes enregistrées étaient :
3 DI Canadiennes (A 0600 le 8 juin) - 89 morts, 256 blesses, 297 disparus(Notons qu’un nombre excessif de blesses a été pris en compte le 10 juin, il s’agit peut être d’une "régularisation" de blesses du jour J)
3 DI Britanniques : (A 0600 le 8 juin) - 124 morts, 635 blesses, 237 disparus
6 AbnD Britanniques (A 0600 le 7 juin) - 61 morts, 349 blesses, 612 disparus (Apparemment 259 soient revenus durant le 7 juin)
50 (N) ID (A 0600 le 8 juin) – 123 morts, 557 blesses, 315 disparus
1 Special Services Brigade (A 0600 le 7 juin) – 13 morts, 189 blesses, 87 disparus
4 Special Services Brigade (A 0600 le 8 juin) – 34 morts, 126 blesses, 219 disparus
1 Corps (A 0600 le 7 juin) – 14 morts, 56 blesses, 106 disparus
30 Corps (A 0600 le 8 juin) – 13 morts, 33 blesses, 2 disparus
Il apparaît d'une manière concluante qu’en terme de pertes, JUNO était le secteur le plus intense. Au minimum 805 pertes "sur les plages", et le total du jour dans le secteur était au moins de 1143. SWORD est apparemment en seconde place, avec au moins 630 pertes "sur les plages." En conclusion, GOLD, avec au moins 456 pertes "sur les plages" était troisième.
Les pertes globales des forces du Commonwealth, à l'exclusion de la 6eme Division aéroportée, se situent entre 2.515 et 3.380.

Forces Américaines :
OMAHA :
La 1ère Division a enregistré 1190 pertes dans l'Histoire du corps V. Cependant, la 1ère Division G-1 a enregistré des pertes pour le jour J et J+1 de 1036 le 8 juin, mais l'AAR pour juin a enregistré 186 morts, 620 blesses et 358 disparus. Dans le même rapport, le nombre de disparus retrouves en juin était 70. L'évidence interne indique que le nombre "réel" disparus le 6 juin était environ 312. Toutes les pertes probables pour la 1ère Division le 6 juin sont de 1118. (Les comptes d'après-guerre enregistrent seulement 60 hommes réellement capturés entre le 6 juin et le 24 juillet.) Total de 2.302.
Cependant, les 441 pertes rapportées par le V Corps concernent seulement les unités assignées aux Corps et ainsi n'incluent pas toutes les pertes additionnelles sur OMAHA. Il s'avère que la plupart de celles qui ont été éprouvées par les 741st et 743rd bataillons de chars, qui ont rapporté des pertes cumulatives en date du 15 juin de 14 morts, 20 blesses et 154 disparus, le reste encouru la plupart du temps par les deux bataillons d'ingénieur attachés aux 1ères et 29èmes Divisions. Mais les pertes de la brigade spéciale du 5ème et 6ème Génie (ESB) et des 2èmes et 5èmes bataillons de Rangers ne semblent pas avoir été incluses (Techniquement elles ont été seulement attachées aux corps V). Mais leurs pertes étaient substantielles. En date de 15 juin le 5ème ESB a rapporté des pertes de 13 morts, 106 blesses et 59 disparus, celles du 6ème ESB se montent à 23 morts, 70 blesses et 111 disparus. Le rapport inachevé des 2èmes Rangers a donné 255 pertes totales, alors que le 5ème Ranger rapportaient 30 morts, 70 blesses et 18 disparus. La comptabilité «finale » des pertes dans les deux bataillons Rangers faite en juillet 1944 donne 98 morts, 211 blesses et 39 disparus, bien qu'il soit impossible de dire aujourd’hui combien ont été perdus le 6 juin et combien quelques jours. Malheureusement seules les pertes du détachement de QG, de D, de E, et de F des 2èmes Rangers, avec les détachements joints du 293eme Joint Assault Signal Company (JASCO) et de la 165eme Signal Photo Company (La force de la Pointe du Hoc) semblent être fermement établies. Elles ont souffert 42 morts (Y compris un blesse mort le 14 juin), 43 blesses (Incluant le Lieutenant Colonel Rudder et le Lieutenant Colonel Trevor du commando britannique rattaché à la force de Rangers), 22 disparus (Dont 19 ont survécus), et 1 capturé. De façon générale, il s'avère que 550 pertes additionnelles ont pu avoir été encourus par les Engineer Special Brigades et les Rangers le jour J, pour un total de plus de 2800.

UTAH :
La 4ème Division a rapporté 12 morts, 125 blesses, 60 disparus, total 197, toutefois ceci semble avoir été une sous-estimation considérable. Les différentes unités ont rapporté un total de 311 pertes, y compris 81 morts, de 166 blesses, de 4 disparus (la plupart de ces disparus ont été apparemment noyés) et environ de 60 indéfinis.
La brigade spéciale du 1er Génie a perdu 21 morts, 96 blesses, total 117.
Le VIIeme Corps compte 38 morts, 111 blesses et environ 10 indéfinis, total 159
Le 4ème groupe de cavalerie (Ile Saint Marcouf) a perdu 2 morts et 17 blesses, total 19
Le total est d'environ 606 comprenant 142 morts, 390 blesses, 4 disparus et 70 indéfinis.

Débarquements de troupes aéroportées :
La quatre-vingt-deuxième Division a enregistré 229 morts, 824 blesses, 2.307 disparus en a 2400 heures le 9 juin. Le 13 août un calcul révisé a eu comme conséquence un rapport de 156 morts, 347 blesses, 756 disparus pour le jour J lui-même.
La 101st Division a enregistré 182 morts, 557 blesses, 501 disparus le jour J après la révision des comptes effectuée accomplie 13 août 1944.
Total de 2.499 pertes dans les débarquements de troupes aéroportées. Donc un total proche de 6000 pertes pour les forces Américaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoquiz-contemporain.com/accueil.htm
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4708
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Omaha Beach   Ven 19 Avr - 8:49

Clair et précis ... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Omaha Beach   Ven 19 Avr - 15:21

Merci Daniel Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Laurent
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 432
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Omaha Beach   Ven 19 Avr - 15:27

v2 a écrit:
Merci Daniel Very Happy
Mais pas de merci, j'avais ça en stock !

Par contre, je vous balance demain un Hors-série du magazine DGM qui, lui, va mériter quelques mercis.
Je ne vous en dit pas plus .
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoquiz-contemporain.com/accueil.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Omaha Beach   

Revenir en haut Aller en bas
 
Omaha Beach
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OMAHA BEACH 6 JUIN 2012 6H30.
» OMAHA BEACH
» 2011: le 08/08 à 22h18mn48s - Un engin de grande taille - plage d'Omaha beach près de Ste Honorine des pertes - Calvados (dép.14)
» L'opération "Jubilee" le 19 août 1942.
» Atlantikwall Omaha Beach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: