Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mar 24 Juil - 14:06



J'aimerais ici connaitre votre avis sur cette triste page de l'histoire et surtout sur le fait que les soviétiques aient stoppés leurs offensives devant Varsovie en plein soulèvemment. Pourquoi n'ont ils pas continué leur offensives pour aider les polonais. Il y a plusieurs explication données, les sovietiques pensaient que les polonais réussiraient leur soulèvemment, ils ont stoppés pour permettre aux divisions de se ravitailler et de se réorganiser, ils n'étaient pas au courant que les allemands allaient mettre tout en oeuvre pour écraser ce soulèvement, ou encore les soviétiques ont laisser faire les allemands car cela leur permettaient de supprimer de futurs résistances à leur domination sur la Pologne. Plusieurs théories sont donc plausible mais laquelle selon vous est la plus véridique. @+
Otto

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
stan_hudson
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 41
Localisation : MER (Loir & Cher)
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mer 25 Juil - 0:17

Ma version est que les soviets ont laissé volontairement les Résistants Polonais se faire massacrés.
Ces derniers n'étant pas communistes.
Un exemple pour appuyer ma pensée :

Citation :
L'Armée rouge arriva à la rive est de Varsovie le 10 septembre. Au début, cette situation inquiète les nazis, mais très rapidement ils comprennent que les Soviétiques leur laissent les mains libres pour achever la résistance polonaise dans la ville.

Au sein des armées soviétiques qui arrivent ce jour-là au bord de la Vistule, il y a la première Armée polonaise (de l'Armée populaire formée par les Soviétiques). Sur ordre du général Zygmunt Berling, certaines unités traversèrent le fleuve et entrèrent en contact avec l'AK. Mais ces unités laissées sans appui d'artillerie ou d'aviation vont être liquidées par les Allemands ou forcées à la retraite vers l'est. Suite à cette opération, le général Zygmunt Berling fut relevé du commandement de la 1re Armée.

Le soulèvement a reçu un support limité des Alliés occidentaux sous la forme de parachutages d'armes et d'autre matériel (la RAF et l'aviation polonaise ont effectué 223 missions et ont perdu 34 avions), mais l'effet de ces vols a été plus psychologique que militaire. Les avions devaient effectuer des rotations depuis des bases situés en Italie, les Soviétiques n'ayant pas autorisé les appareils dévolus à ces missions de soutien à utiliser les pistes qu'ils contrôlaient en Pologne – ils ont même tiré sur et abattu certains avions des Alliés. Les Américains, devant la réserve de Staline par rapport au soulèvement de Varsovie, n'ont presque pas fourni d'aide.

À partir du moment où l'hostilité des armées soviétiques apparut clairement aux combattants polonais, l'insurrection fut considérée comme un échec. La capitulation des insurgés fut signée le 2 octobre par le général Tadeusz Bór-Komorowski.

Solitude des insurgés [modifier]

BarricadeLes Varsoviens sont abandonnés par les Soviétiques qui stoppent leur avancée vers ouest, mais un vrai effort militaire comme une pression politique des Alliés occidentaux sur Staline font aussi cruellement défaut.

En effet, l'attitude des Américains et des Britannique vis-à-vis du Gouvernement polonais en exil à Londres (composé des représentants des partis politiques parlementaires d'avant la guerre) - le "Premier allié" - est de plus en plus dépendante des relations avec le nouveau puissant allié soviétique.

Le sentiment d'abandon voire de trahison de la part des leurs alliés a été bien dépeint dans l'ordre du 1er septembre 1944 du Chef Suprême des Armées polonaises (le général Kazimierz Sosnkowski) à l'occasion du cinquième anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale (ordre n°19): Cinq ans sont passés depuis le jour où la Pologne, avec l'encouragement et les garanties du gouvernement britannique, se lança dans le combat contre la puissance allemande (…) Aujourd'hui, depuis un mois les combattants de l'Armia Krajowa ensemble avec le peuple de Varsovie, saignent en solitaire sur les barricades dans la lutte inégale avec un adversaire surpuissant. (…) Le peuple de Varsovie, a été laissé à lui-même sur le front de la guerre commune contre les Allemands – voici la tragique et monstrueuse énigme, laquelle nous Polonais, n'arrivons pas à déchiffrer[1] dans le contexte de la supériorité technique des Alliés cette cinquième année de la guerre. (…) Les experts nous expliquent que l'aide à Varsovie est techniquement difficile, on nous fait la leçon d'optimisation des coûts et des profits. Si compter il faut alors souvenons nous que les pilots de chasse polonais durant la Bataille d'Angleterre ont perdu plus de 40% d'hommes - 15% des avions ont été perdus durant les essais de porter aide à Varsovie. (…) Si les habitants de la capitale polonaise devaient périr sous les ruines, si la passivité, l'indifférence ou le calcul froid les aient laissés se faire massacrer – alors sur la conscience du monde pèserait un poids de souffrance horrible inédit dans l'histoire.


Pertes [modifier]

Monument dédié à l'insurrection de VarsovieLes combattants polonais résistèrent jusqu'au 2 octobre soit 63 jours au total. Les pertes s'élevèrent à 18 000 soldats tués, 25 000 blessés et entre 120 000 et 150 000 civils tués. Du côté allemand 17 000 soldats furent tués et 9 000 blessés. Le soulèvement échoua, car les insurgés comptaient sur la progression des armées soviétiques massées en face de Varsovie, sur l'autre côté de la Vistule.

Les Soviétiques n'intervinrent qu'après l'éradication complète des insurgés, en janvier 1945. Cela s'explique par la préparation de l'après-guerre en Pologne. Les Soviétiques savaient que les combattants polonais n'étaient pas très bien disposés vis-à-vis d'une "nouvelle occupation" par les communistes - surtout après l'invasion de la Pologne le 17 septembre 1939 par l'Armée rouge, en coordination avec les forces allemandes. En conséquence, les polonais sont devenus un obstacle aux plans de Staline visant à dominer la région. C'est pourquoi les "libérateurs" préférèrent observer le massacre, prenant soin de bloquer l'accès aux munitions aux unités polonaises de l'Armée populaire (LWP - alliées de Soviétiques) pour qu'elles n'agissent pas de leur propre initiative face à la tragédie vécue par leurs compatriotes, se déroulant devant leurs yeux sur l'autre rive de la Vistule.

Durant les combats env. 25% de la ville ont été complètement détruits et après la fin des hostilités, sur ordre personnel de Hitler, 35% supplémentaires ont été systématiquement anéantis. Pendant le siège de la ville en septembre 1939, env. 10% des bâtiments furent détruits et encore 15% en 1943 suite au soulèvement du Ghetto de Varsovie. Au total, à la fin de la guerre la ville était rasée à hauteur d'environ 85%

SOURCE : http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_de_Varsovie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg ace
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 536
Age : 45
Localisation : CALAIS
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Jeu 26 Juil - 17:47

Même opinion que Stan, Staline a laissé les allemands éliminés la résistance non communiste de l'intérieure.
GREG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Req2
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Jeu 26 Juil - 22:26

Et après on nous vend que finalement le communisme Stalinien valait mieu que le nazisme Mad
Et on se retrouve avec des avenues de l'URSS à Toulouse par exemple affraid et pourquoi pas d'avenues de l'Allemagne Nazies par soucie d'égalité?
Tsss c'est honteux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rougeau
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 590
Age : 57
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Ven 27 Juil - 11:51

tout ça s'appel de la politique ! le partage du monde était fait par les alliés et la pologne était dans la sphére d'influence soviétique,donc il était hors de question qu'un mouvement de résistance affilié a un gouvernement de libération non pro-soviétique remporte une victoire sinificative a Varsovie. Il faut aussi noté que les quelques opposants au régime soviétique rescapé de cette action ont rapidement disparue aprés guerre. Ce petit jeux d'influence a eu d'autres conscéquences en dehors de la Pologne. Par exemple les Américains ce sont retiré d'une partie de la Tchéquoslovaquie, les Alliés Anglo-Américains ont cessés leurs soutient aux groupes non communiste en Yougoslavie, en contre partie les Soviétiques ont laissé tomber les Grecs pro-communiste,etc....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CM
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Lun 10 Sep - 11:53

Ben désolé les gars, mais là encore je risque d'avoir une opinion divergente légèrement...

L'analyse des mouvements et des opérations soviétiques après Bagration montrerait un net ralentissement, et lorsque l'Armée Rouge s'arrête à proximité de Varsovie, c'est avant tout parce que leur chaîne logistique est à bout...

Les unités doivent être recomplétées, les ponts et routes reconstruits, les matériels réparés, révisés, remplacés...

Il faut ajouter à cela l'intervention et les manoeuvres de Model, qui a su brillamment redresser un front.

Croyez bien que si les soviétiques avaient pu pousser au-delà, ils ne se seraient pas gênés (insurrection ou pas). Malheureusement, on ne peut pas faire Smolensk - Berlin d'une traite, avec une armée de millions de soldat à ravitailler, et des pauses sont nécessaires...

Analysons maintenant les explications de cette "légende urbaine" d'un prétendu ordre de Staline de s'arrêter le temps de laisser l'insurrection nationaliste polonaise se faire écraser :
- les allemands la conçoivent très tôt, d'une part pour légitimer leur résistance (n'oublions pas qu'à cette date les camps de concentration sont en corus de "déméganement"), et faire plaisir aux occidentaux (on est en pleine guerre froide) ;
- les soviétiques confirment cela, car c'est toujours mieux de dire que l'on s'est arrêté volontairement, plutôt que de reconnaître que les allemands ont réussi à redresser le front quasi-miraculeusement, et que la logistique de toutes les façons ne suit plus...

Voilà, maintenant chacun est libre de croire ce qu'il veut (de toutes les façons, je n'y étais pas... Very Happy ).

CM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan_hudson
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 41
Localisation : MER (Loir & Cher)
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Lun 10 Sep - 22:13

CM a écrit:
les soviétiques confirment cela, car c'est toujours mieux de dire que l'on s'est arrêté volontairement, plutôt que de reconnaître que les allemands ont réussi à redresser le front quasi-miraculeusement, et que la logistique de toutes les façons ne suit plus...

Pourtant sur le front Ouest ils ont aussi connu un problème de ravitaillements et n'ont pas eu honte de le reconnaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
panzer-danny
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 277
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mar 11 Sep - 17:18

CM a écrit:
Ben désolé les gars, mais là encore je risque d'avoir une opinion divergente légèrement...

L'analyse des mouvements et des opérations soviétiques après Bagration montrerait un net ralentissement, et lorsque l'Armée Rouge s'arrête à proximité de Varsovie, c'est avant tout parce que leur chaîne logistique est à bout...

Les unités doivent être recomplétées, les ponts et routes reconstruits, les matériels réparés, révisés, remplacés...

Il faut ajouter à cela l'intervention et les manoeuvres de Model, qui a su brillamment redresser un front.

Croyez bien que si les soviétiques avaient pu pousser au-delà, ils ne se seraient pas gênés (insurrection ou pas). Malheureusement, on ne peut pas faire Smolensk - Berlin d'une traite, avec une armée de millions de soldat à ravitailler, et des pauses sont nécessaires...

Analysons maintenant les explications de cette "légende urbaine" d'un prétendu ordre de Staline de s'arrêter le temps de laisser l'insurrection nationaliste polonaise se faire écraser :
- les allemands la conçoivent très tôt, d'une part pour légitimer leur résistance (n'oublions pas qu'à cette date les camps de concentration sont en corus de "déméganement"), et faire plaisir aux occidentaux (on est en pleine guerre froide) ;
- les soviétiques confirment cela, car c'est toujours mieux de dire que l'on s'est arrêté volontairement, plutôt que de reconnaître que les allemands ont réussi à redresser le front quasi-miraculeusement, et que la logistique de toutes les façons ne suit plus...

Voilà, maintenant chacun est libre de croire ce qu'il veut (de toutes les façons, je n'y étais pas... Very Happy ).

CM


c'est bizarre cette façon de s'arreter parce que le ravitaillement ne suis pas comme par hasard devant varsovie. Par contre apres les offensives jusqu'a berlin en plein hiver pas de souci .C vrai chacun est libre te croire ce qu'il veut mais moi j'y crois a cette version de la propagande russe et peu l'ont cru!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CM
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mar 11 Sep - 22:31

Bon, je vais reprendre mes notes, mais deux remarques :

- c'est une erreur de comparer les propagandes des pays de l'Ouest avec la propagande soviétique (la Maskirovka) ; un exemple : alors que les propagandes occidentales ont tendance à minimiser les pertes "amies" et augmenter les pertes ennemies, les soviétiques eux n'hésitent pas à aggraver leurs propres pertes.... C'est un calcul compliqué à replacer dans la guerre froide... (il s'agit de faire peur en montrant une capacité à "encaisser" des pertes faramineuses).

- l'avance sur Berlin, Budapest ou Vienne ne s'est pas faite sans pause, ni problèmes de ravitaillement... En revanche, si vous reprenez les distances parcourues par les unités qui sont stoppées devant Varsovie, avoir des pbs de ravitaillement n'a rien d'exceptionnel. Et il convient d'ajouter les manoeuvres du prodigieux Model qui parvient avec rien à reconstituer un front et à stopper l'avance.

Désolé de vous apporter les dernières conclusions des historiens spécialistes du front de l'Est, si vous préférez croire dans la propagande des années 50.... lol!

CM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
panzer-danny
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 277
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mer 12 Sep - 0:27

la fin de l'insurrection de varsovie se termine le 2 octobre 1944 avec une perte de 16000 tués pour la résistance polonaise et plus de 100000 civils tués .
La grande offensive russe aux abords de varsovie se declenche le 18 aout vers radzymin, varsovie n'est pas un objectif prioritaire, les russes préfèrent que les allemands s'usent a combattre l'insurrection et que la résistance polonaise hostile a staline se fasse exterminer.
L'offensive russe reprend le 10 octobre quand la résistance polonaise est terminé et perce les défenses allemandes.


Citation :
CM a écrit:Désolé de vous apporter les dernières conclusions des historiens spécialistes du front de l'Est, si vous préférez croire dans la propagande des années 50.... No

Dans la division TOTENKOPF des éditions heimdal livre publié en 2007,spécialiste du front de l'est analyse récente, l'auteur dit à la page 423:"LE SEUL BENEFICIAIRE DE CETTE BATAILLE DRAMATIQUE EST FINALEMENT MOSCOU QUI S EST CONTENTE D OBSERVER LES ALLEMANDS S EPUISER A COMBATTRE LA RESISTANCE POLONAISE FIDELE AU GOUVERNEMENT EN EXIL A LONDRES ET QUI PEUT SE REJOUIR HYPOCRITEMENT DE VOIR CELLE CI MILITAIREMENT ANEANTIE ET POLITIQUEMENT AFFAIBLIE" Basketball


[quote][quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan_hudson
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 41
Localisation : MER (Loir & Cher)
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mer 12 Sep - 1:48

CM a écrit:
les soviétiques eux n'hésitent pas à aggraver leurs propres pertes.... C'est un calcul compliqué à replacer dans la guerre froide... (il s'agit de faire peur en montrant une capacité à "encaisser" des pertes faramineuses).

Pourtant lorsque je lis les témoignages de soldats français ayant combattu contre les communistes en Corée et en Indochine je remarque que les communistes n'ont pas peur de subir des pertes elevées.
A chaque fois, c'est une masse enorme de soldats qui foncent vers les positions françaises...
Et là ce n'est pas la propagande communiste qui raconte ces histoires. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CM
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mer 12 Sep - 14:21

Pour soutenir mon idée, trois remarques préalables très importantes :

1) Varsovie n'est pas un des objectifs de l'opération "Bagration" et rien n'a été préparé coté soviétique pour exploiter ou prendre une ville d'une telle taille au bout de leur progression (les plans montrent plutôt une volonté d'encerclement). Au passage on relèvera que c'est un réflexe classique : Eisenhower n'avait pas prévu de s'engager dans la libération de Paris. Comme les américains, la Stavka préfère des objectifs militaires aux cibles politiques (même si à un échelon inférieur les Maréchaux feront une "course aux villes" parfois au mépris de l'intérêt militaire).

2) l'Armée secrète polonaise (l'AK) a mis en place avec le gouvernement en éxil à Londres un plan secret (le plan "Burza") qui prévoyait des soulèvements après le départ des allemands afin de restaurer la souveraineté polonaise AVANT l'arrivée de l'Armée Rouge. ce plan a été étendu en juillet 44 à Varsovie alors qu'au départ il n'en était pas question. ce plan secret a été caché aux Alliés et aux russes. Il n'y avait donc aucune coordination avec l'Armée Rouge et l'AK, bien au contraire. Le soulèvement de Varsovie a été décidé à la dernière minute sans préparation et alors que toutes les armes n'ont pas été reçues (les polonais n'eurent que 12h de mobilisation), et il y eut de nombreux problèmes de ravitaillement des armes. Sur un plan tactique cette action menée en dépit du bon sens (les vétérans polonais parlent d'action "suicide" avec un fusil pour 3 hommes et des munitions pour 1 fusil sur deux seulement... faite le calcul affraid ), mais c'est avant tout un acte politique.

3) Staline a tiré profit de l'écrasement du soulèvement de Varsovie pour asseoir l'autorité du comité polonais communiste et à terme exclure le gouverment exilé à Londres, qui a perdu la plupart de ses cadres sur place lors du carnage qui a suivi l'écrasement de Varsovie, c'est évident. Mais cela ne veut pas dire qu'il y a eut un ordre d'arrêt (dont on n'a aucune trace). L'analyse a postériori des conséquences ne prouvent rien quant aux intentions des acteurs de l'époque. La citation de HEIMDAL ne dit pas autre chose : les russes en ont tiré un bénéfice politique (c'est évident et incontestable), mais ils ne sont pas responsables du désastre de l'écrasement de l'insurrection.

Maintenant reprenons le fil des opérations militaires :

Juillet 44, "Bagration" est en pleine phase d'exploitation, même si l'avance se déroule à des vitesses différentes selon les endroits.
Model vient d’être désigné pour reprendre en main les troupes allemandes en pleine débâcle le long de la Vistule qui est rapidement franchie. Dans la région de L’vov, les allemands contre-attaquent pour réduire les têtes de pont soviétique à l’ouest de la Vistule, mais malgré de très durs combats (notamment du 24 Panzerkorps), c’est un échec.
Alors que Minsk tombe, l’attaque soviétique qui a marqué une pause reprend le long de l’axe de L’vov, mais aussi par une poussée sur l’axe Kovel-Lublin. Ces attaques sont immédiatement des succès, car l’attention des allemands a été attirée par des feintes (les 9-10 juillet) sur d’autres points et surtout parce que plus au sud l’offensive générale de Konev est en plein succès.
Le 18 juillet 1944, la 47ème armée (général Gusev) et la 8ème armée de la Garde (général Chuikov) percent les défenses allemandes et atteignent le Bug dès le 21 juillet. Le lendemain, la 2ème armée blindée (général Bogdanov) commence à exploiter vers la Vistule et Lublin, tandis que les 11ème corps blindé et 2ème corps de cavalerie de la Garde obliquent vers le nord-ouest sur Siedlce pour couper la retraite des unités de la Heeregruppe Centre qui défendent encore la zone autour de Brest-Litovsk et Bialystok.
Durant les combats, Bogdanov est blessé et remplacé par Radzievsky. Mais l’avance continue sur un rythme rapide et la Vistule est atteinte le 25 juillet (soit moins de 8 jours après le début de l’offensive Shocked ). A cette date, la 2ème armée blindée engerbe 3 corps blindés (les 3ème et 16ème corps blindés et le 8ème corps blindé de la Garde), avec un total de 377 tanks et canons autopropulsés (SU). Elle est suivie par la 8ème armée de la Garde. Des têtes de pont sont immédiatement conquises sur la Vistule (Magnuszew et Mulawy), mais c’est alors que la Stavka décide de faire obliquer vers le nord-ouest la 2ème armée blindée, en direction de Varsovie, afin de couper la retraite des unités allemandes plus à l'Est.

C’est donc à partir du 25 juillet que les tanks soviétiques engagent les unités en couverture de Varsovie, à savoir la 73 Infanterie-division (general FRONEK), et la Panzer-division Hermann Goering, qui tiennent une ligne à 40 km au sud-est de la capitale polonaise. C’est une véritable course contre la montre, Radziesky cherchant à prendre les routes passant par Varsovie avant que les unités allemandes n’aient pu retraiter.

La 2ème armée blindée est alors seule en pointe, les unités de soutien étant 50 km plus à l’est (47ème armée, 11ème armée blindée et 2ème corps de cavalerie de la Garde), bloquées par les bouchons allemands au débouché de Siedlce.

Le 29 juillet, Radziesky détache deux corps (les 8ème de la Garde et le 3ème corps blindé) vers le nord-est de Varsovie, pour tourner le flanc des défenses de la ville tandis que le 16ème corps blindé continue à s’approcher au sud-est de la ville.

C’est à partir du 30 juillet que les allemands lancent une série de contre-attaques, avec la Panzer-division HG et la 19. Panzer-division, contre le 3ème corps blindé, isolé et épuisé, au nord de Wolomin (à 15 km au nord-est de Varsovie). Malgré les pertes, les soviétiques tiendront durant 3 jours contre tous les assauts concentriques, et les 2 et 3 août, les allemands lancent dans la bataille les 4. Panzer-division et la Panzer-division SS Wiking, qui attaquent durement le pauvre 3ème corps blindé (qui est tout bonnement « étrillé » dans l’affaire), ainsi que le 8ème corps blindé de la Garde du général Popov, qui est parvenu dans l’intervalle jusqu’à 20 km à l’est de Varsovie.

Ce n’est que le 5 août que les unités de la 47ème armée arrivent, et relèvent la 2ème armée blindée qui se retire immédiatement. Mais la 47ème armée, composée de 3 corps d’infanterie doit tenir un front de plus de 80 km à l’est de Varsovie, et ne peut poursuivre l’avance vers la capitale et la rivière Narew.

L’opération soviétique a échoué, et les unités allemandes plus à l’Est conservent une liaison avec leurs arrières. Dans l'intervalle "Bagration" a permis de faire un bond de plus de 300 km, de détruire plus de 30 divisions allemandes, la Heeregruppe Centre étant anéanti, la Wehrmacht a subi sa plus grave défaite, avec plus de 455.000 hommes tués ou capturés.

C’est dans l’intervalle, le 1er août que l’insurrection est lancée.

A cette date, les soviétique n’ont pas les moyens d’avancer sur Varsovie, et ne pourront envisager de reprendre l’avance que débuy septembre, avec l’arrivée sur le front de la 1ère armée polonaise du général Berling (arrivée le 20 août). La rivière Bug ne sera franchie que le 3 septembre, mais la Narew, atteinte dès le lendemain, ne sera franchie que le 6 septembre. Ce n’est que le 13 septembre que les éléments de tête de la 47ème armée atteindront la banlieue est de Varsovie dévastée (rasée à plus de 75 % sur ordre d’Hitler), quartier appelé « Praga », sans pouvoir progresser plus avant.

A noter que les polonais lanceront une offensive le 16 septembre vers Varsovie, à travers la Narew, mais malgré leur motivation à libérer leur capitale, ce sera un échec et le 23 septembre, ils seront retirés derrière la Vistule. L’insurrection capitule le 2 octobre, et il faudra 3 mois pour que les stocks accumulés soient suffisants pour la reprise de l’offensive à travers la Vistule.

En conclusion, une attaque début août vers Varsovie aurait supposé une réorientation complète de l’effort général soviétique vers le Nord (à cette date les armées Koniev s’enfonce vers l'Europe centrale et les Balkans).

Les alliés ont souhaité pouvoir envoyer du soutien et du matériel aux insurgés assiégés dans Varsovie, mais Staline a d’abord refusé de leur donner accès aux aérodromes en territoire occupé par ses forces. Ce serait la seule preuve réelle d’une volonté de laisser l’insurrection se faire écraser, mais il faut replacer cette décision dans son contexte : les Alliés viennent de refuser l’accès aux aérodromes d’Italie aux avions russes voulant parachuter du matériel aux maquis de Tito.

En outre, ce refus sera levé par la suite, et les Alliés parachuteront du matériel, dont les ¾ tomberont directement aux mains des allemands, fournissant aux troupes faisant face aux soviétiques un appoint logistique qui sera immédiatement réutilisé. Les soviétiques observent ainsi le 18 septembre un largage à 4.500 mètre d'une centaine de B-17 de 230 containers qui vont se disperser jusqu’à 40 km autour de Varsovie (rapport du chef du 1er front Biélorusse, Rokossovski du 21 septembre au Chef Suprême Semenov – surnom de Staline Laughing )

Enfin, l’aviation soviétique soutiendra elle aussi les insurgés en leur envoyant du matériel à partir de la mi-septembre, mais pour être sûr de ne pas voir les allemands le récupérer, ils procèderont par lâcher de palettes en vol rasant à faible vitesse (système plus dangereux, et permettant moins de quantité, mais très précis).

Il existe de nombreux rapports de cette période, des officiers en charge des unités le long de la Vistule, sur la situation à Varsovie, et à aucun moment, il n’est question d’un ordre de la Stavka leur enjoignant de s’arrêter.

Enfin, les pertes de la 2ème armée blindée entre le 20 juillet et le 8 août sont les suivantes :
155 T-34, 48 M4A2, 4 IS-2, 3 Mk-9 Valentine, 18 SU-85, 15 Su-76

dont 101 tanks et 13 canons automoteurs entre le 1er et le 10 août.

Cela fait plus de 64 % de pertes, dont 30 % lors des combats défensifs face aux contre-attaques de 4 Panzer-divisionen (1-10 août). Au moment où l'insurrection se déclenche, les soviétiques ne sont donc pas "à la fête" et n'ont pas les moyens d'avancer (ils tiennent déjà leurs positions difficilement).

Voici les éléments qui me permettent de penser que l’assertion selon laquelle les forces soviétiques se sont arrêtées et sont restées « l’arme au pied » à 20 km de Varsovie le temps que les allemands « finissent » le travail, n’est pas correcte historiquement.

Au risque de me répéter, les opérations militaires sont une chose sérieuses où rien ne se décide à la légère. Où est l'ordre de la Stavka d'arrêter les unités devant Varsovie ? quand a-t-il été donné ? à qui ?

Aujourd'hui les archives de l'Armée Rouge sont ouvertes, et les chercheurs n'ont rien trouvé, bien au contraire...

Cordialement,

CM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benoit-Douville
Oberleutnant
Oberleutnant


Nombre de messages : 127
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Sam 2 Fév - 21:37

CM,

Sans reproche mais j'ai comme parfois l'impression que tu aimes argumenter juste pour argumenter.

Même si les archives de l'Armée Rouge sont ouvertes, la majorité des historiens sont d'accord pour dire que Staline à laissé volontairement les Polonais se faire massacrer par les Allemands, ca faisait bien son affaire. En janvier 1945, quand l’Armée Rouge repris son offensive, les Allemands avaient déjà démoli 70% de la ville...

Salutations


Dernière édition par le Mer 13 Fév - 3:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CM
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Lun 4 Fév - 11:04

Non, là il s'agissait d'un débat "réel"... Laughing

Pour revenir à ton propos, je ne pense pas qu'il y ait eu un ordre d'arrêt pour laisser les polonais se faire massacrer.

Maintenant que Staline n'ait pas relancé la machine aussi vite que possible pour sauver ce qui pouvait encore l'être, c'est une autre histoire (à l'exception d'une attaque mal montée et pas soutenue de polonais qui vont se faire étrillés dans l'affaire).

Il en a profité c'est indubitable. Mais tirer de cela la conséquence qu'il l'a "ordonné", c'est une autre histoire à mon humble avis.

CM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eagle Order
Hauptmann
Hauptmann
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 40
Localisation : Le long du mur de l'Atlantique
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Lun 4 Fév - 22:50

Pour moi, les russes ont volontairement stoppés leur avance, laissant aux allemands écraser la révolte des résistants non communistes. Ainsi ils ont les mains propres d'une certaine façon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.azimutproductions.com
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Dim 15 Fév - 14:13

Justement, face à cette façon trop simple de voir les évènements, il y a dans le N° 24 de "2ème guerre mondiale" axe vs alliés, plusieurs articles traitant de l'insurrection de Varsovie.
On y explique entre autre les raisons militaires de la non-intervention des armées soviétiques, lesquelles en bout de course, n'étaient pas prêtes pour livrer de difficiles combats urbains n'ayant pas d'intérêt stratégique immédiat, et contre une Wehrmacht regroupée et plus proche de ses arrières...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Panzer IV
Obersleutnant
Obersleutnant
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 27
Localisation : Sains Lez Marquion France
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   Mar 17 Fév - 12:13

bon, daccord pour les raisons militaires mais,
il faut également notter que staline avait donner l'ordre au division polonaise communiste regrouper dans l'armée rouge de liberer la pologne, donnant une légitimiter au mouvement communiste ( de la politique ), mais ces même uniter ce trouver au sud, dans les régions d'ukraine, ce qui n'a pas permit un mouvement des divisions suffisament rapide ( en tout cas cela peut expliquer le fait que ces divisions face à varsovie ont stopper Question )
prener cependant ceci comme un complément à critiquer et non comme une vériter unique : je veut avec vous une bonne entente lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les soviétiques face à l'insurrection de Varsovie de 1944
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'évolution de la division d'infanterie soviétique
» Quel est votre matériel
» Cinéma : "Le voyage cosmique" (URSS 1935)
» la classification 1964 russe Kardachev
» A propos de Bourane...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Débats, discussions-
Sauter vers: