Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Véhicules d'appui - 1/2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erich Marcks
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 68
Localisation : Belgique/5560 Houyet
Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Les Véhicules d'appui - 1/2014   Mer 22 Jan - 12:35

Les Véhicules d'appui

Durant la Seconde Guerre mondiale, de manière à renforcer la puissance de feu de ses fantassins, la Wehrmacht cherche à déployer des véhicules d'appui susceptibles d'effectuer des tirs directs ou du moins semi-directs du fait d'un blindage limité. Des semi-chenillés Sd.Kfz.251 sont alors modifiés pour recevoir des armes lourdes ; toutefois, le faible nombre de châssis disponibles impose le recours à des engins « bricolés » faisant appel, dans la majorité des cas, à l'obusier lourd de 15cm schwere infanteriegeschütz.

Le 15cm SIG33



Au sein de l'Armée allemande le 15cm sIG33 est considéré comme un obusier lourd susceptible d'effectuer des missions d'appui feu, mesurant 11,4 calibres de longueur, cette arme est capable d'expédier un projectile de 38kg à 4700 mètres. Pour ce faire, le tireur dispose d'optiques de visée Selbsfahrlafetten-Zielfernrohr 1a autorisant des tirs directs ou courbes. Grâce à cette dernière possibilité, les cibles situées derrière un obstacle, à l'instar d'habitations ou de collines, peuvent être prises à partie. En vue de réduire au silence les nids de résistance ennemis, les servants comptent sur le projectile explosif brisant de 38kg contenant 8,29kg de TNT ou d'amatol. Avec une vitesse initiale de 240 m/s, cette Infanteriegranate 33 produit un effet de souffle susceptible d'ébranler les fondations les

plus solides. Une maison est ainsi pulvérisée en deux ou trois coups. Seuls, les immeubles bétonnés construits à la mode soviétique peuvent espérer encaisser une telle déflagration. L'obusier est d'un emploi versatile grâce à ses munitions fumigènes ou à charge creuse. En perçant 160mm d'acier à toutes distances, avec une vitesse initiale de 280 m/s, ces derniers donnent en principe un qualité antichar à l'automoteur, mais, leur trajectoire courbe diminue leur efficacité contre des objectifs mobiles, sans compter l'imprécision naturelle d'un obusier à tube court. De ce fait, il est le plus souvent employé contre des objectifs fixes.


A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich Marcks
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 68
Localisation : Belgique/5560 Houyet
Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Re: Les Véhicules d'appui - 1/2014   Jeu 23 Jan - 12:45

La leçon de la campagne de Pologne



Une fois la campagne de Pologne terminée, en octobre 1939, l'Armée allemande tire les leçons des engagements et comprend que, aussi efficace soit le binôme Stuka/Panzer, le temps de réponse de l'aviation est incompatible avec les besoins immédiats des troupes au sol, bloquées par un point fortifié trop coriace. Afin que la troupe puisse bénéficier d'un appui rapide, la décision est prise de convertir quelques panzer I Ausf B, obsolètes en Sturmpanzer. Pour ce faire, le char léger est détourellé, une casemate est montée sur la caisse. Ouverte sur le dessus et à l'arrière, elle abrite un 15cm Schwere Infanteriegeschütz 33. Le Sturmpanzer I Bison remplit efficacement son rôle, mais il est techniquement parlant, loin d'être une réussite, car l'obusier est très lourd et déséquilibrant par la même le châssis. Par ailleurs, seulement trois coups sont stockés à bord. Ceci étant dit, le concept est bon , et les 38 conversions effectuées combattent jusqu'en 1943. Devant les résultats obtenus, de nouveaux modèles sont étudiés sur des châssis de prise, car les plates-formes allemandes sont déjà largement utilisées.


L'Afrika-Korps, le parent pauvre



Les soldats de Rommel reçoivent eux aussi un véhicule d'appui feu armé de l'obusier de 15cm : Le Sturmpanzer II Bison, recyclant une plate-forme rallongée de Panzer II. Lorsque les équipages réceptionnent les 12 exemplaires fabriqués en 1942, ils ne tardent pas à s'apercevoir que l'engin est complètement raté : le moteur est trop sollicité par le poids en hausse, le train de roulement manque de fiabilité..si bien que le taux de disponibilité est ridiculement bas. Pour autant, la raison d'être du Bison est toujours d'actualité, au point que le 15cm et la superstructure du Sturmpanzer II sont installés sur la plate-forme du Panzer III Ausf.H directement dans les ateliers de l'Afrika-Korps.




Le principe des Sturmpanzer ayant démontré toute son efficacité, des conversions à plus grande échelle sont opérées. Cette fois, les véhicules sont mieux pensés. Par manque de vastes châssis de Panzer III ou IV en quantité suffisante, le choix est porté sur le Panzer 38(t), plus précisément sur un de ses innombrables dérivés, le Marder II Ausf.H. Armé du désormais classique obusier de 15cm fixé dans une casemate légèrement blindée, surnommé Grille, est suivi par le 15cm sur Panzer 38(t). Ce dernier voit la culasse de l'obusier rejetée sur l'arrière afin de mieux équilibrer l'ensemble.



Au sein de l'Armée allemande, les semi-chenillés sont régulièrement mis à contribution, à l'image de la famille des Sd.Kfz.251 pour être convertis en véhicules d'appui feu direct. Ainsi, courant 1941 , certains sont modifiés de façon à accepter à l'intérieur de leur compartiment de combat, un mortier léger
5cm Ie.GrW36 ou un modèle plus lourd 8cm s.GrW34. Cette version se révèle si efficace qu'elle restera en production jusqu'à la fin de la guerre. Le mortier est loin d'être l'arme la plus spectaculaire du conflit, pourtant, il demeure la plus meurtrière pour l'infanterie, puisque sa trajectoire courbe permet d'engager des objectifs retranchés ou dissimulés derrière des obstacles. Pour rendre mobile le plus grand nombre de ces mortiers, des engins de prise sont modifiés (8cm sur Renault ZT AMR  702(f). Dans la même optique naît le Sd.Kfz.251/1 mit Wurfrahmen, plus connu sous le sobriquet de Stuka zu Fuss (Stuka à pied) ou Heulende kuh (Vache hurlante), ce véhicule assure un appui feu puissant, dont les effets destructeurs sont considérables, notamment dans le cadre de combats urbain. Afin de motoriser les lance-roquettes les ateliers allemands vont convertir des engins capturés ( Renault UE(f) ou 39H(f).

Mortier 5cm sur Sd.Kfz.251



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les Véhicules d'appui - 1/2014   Lun 3 Fév - 11:06

On voit que cet obusier de 150 mm était en fait très polyvalent.
Monté sur un châssis de PZ I, on se dit qu'au bout de quelques tirs, l'ensemble devait partir en morceaux ...  Rolling Eyes 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Véhicules d'appui - 1/2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Véhicules d'appui - 1/2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les véhicules allemands en 2014
» Effets physiques des OVNI sur des véhicules automobiles
» Les effets des ovnis sur les Véhicules
» Rôle de l'équipe d'appui
» Bible à l'appui que les TJ ne sont pas le peuple de Dieu...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Armes-
Sauter vers: