Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La marine finlandaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexderome
Oberst
Oberst
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 52
Localisation : Pontaut Combault
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: La marine finlandaise   Mer 19 Fév - 2:23

Tiré d'un Histomag spécial Finlande :



La jeune république finlandaise à peine libérée du joug tsariste est menacée par l'ogre soviétique. Après la guerre d'indépendance, la Finlande hérite de quelques canonnières abandonnées qui n'ont pu rejoindre à temps la base de Kronstadt : la Hämeenma (ex-Pinguin), la Uusimaa (ex-Golub), la Turunmaa (ex-Orlan), seule la Karjala est de conception locale.
Le traité de Tartu, signé le 14 octobre 1920 entre la Finlande et l'URSS impose une limitation du tonnage de la marine notamment sur la lac Ladoga dont les eaux sont partagées entre les deux pays.
Dès les années 30, des crédits sont votés pour se doter d'une marine moderne et ainsi le pays possède deux navires garde-côtes modernes: le  Väinaïmöinen et son sister-ship le Ilmarinen (classe Väinaïmöinen) sortis des chantiers navals Crichton-Vulcan de Turku.

Pour défendre ses côtes et se protéger le plus efficacement possible de la flotte de la Baltique basée à Kronstadt, un effort particulier est porté sur le largage de barrières de mines afin de fermer le golfe de Finlande ou le golfe de Bothnie.
Des vedettes lance-torpilles de la classe Sisu, Syöski et Isku complètent la flottille finlandaise qui pourra compter sur ses navires brise-glace. Une commande de vedettes italiennes issues des chantiers  Baglietto (qui fabrique aussi les MAS) viendra renforcer la force navale et mises en service sous la dénomination classe Hurja (H 1 à H 4).
Une vingtaine de patrouilleurs de la classe VMV (Vartiomoottorivene)  sont construits  pour la plupart par la société Turun Veneveistämö au milieu des années 30.
La Finlande se dote aussi de sous-marins construits par les chantiers locaux Crichton-Vulcan sous licence néerlandaise : NV Ingenieurskantoor voor Scheepsbow qui n'est qu'une société-écran de la Kriegsmarine, contournant ainsi les restrictions du traité de Versailles. Il s'agit des submersibles de la classe Vetehinen :  Vetehinen, Vesihiisi, Vesikko et Iku-Turso ainsi que du Saukko.


LA GUERRE D'HIVER (TALVISOTA)

La mer Baltique étant gelée durant la période de la Guerre d'Hiver, l'activité navale est considérablement réduite et nécessite l'utilisation de navires brise-glaces. La flotte de la Baltique peut mouiller en-dehors son traditionnel port d'attache Krontstadt, dans les ports des républiques baltes (Talinn ou Liepaja) annexées comme prévu dans les accords Ribentropp-Molotov . Les deux garde-côtes  Ilmarinen et Väinaïmöinen sont envoyés aux îles Aland au début du conflit puis se bornent a assurer la défense anti-aérienne du port de Turku où ils y resteront jusqu'à la fin de la guerre. L'Ilmarinen sera légèrement endommagé lors d'un raid aérien le 25 décembre 1939. Les canonnières ainsi que le mouilleur de mines Louhi procèdent à des opérations de pose de barrages de mines, d'escorte ou de surveillance sous-marine. Quant aux submersibles, ils  manquent de peu d'intercepter le croiseur russe Kirov et son escorte.

LA GUERRE DE CONTINUATION.

Conformément à ce que stipule le traité de paix signé à Moscou, le port de Hanko est cédé à bail à l'URSS ainsi que les îles environnantes. A la déclaration de guerre, Hanko, «épine calcanéenne » plantée sur le rivage finlandais, est l'objet d'un siège qui va s'éterniser sur six mois. Afin d'éviter que la garnison russe (25000 hommes) ne soit ravitaillée par la flotte de la mer Baltique, des champs de mines flottant sont posés par les Finlandais, causant la destruction de plusieurs navires russes. L' Ilmarinen et le Väinaïmöinen assurent le blocus du port, le premier sera endommagé lors d'une attaque aérienne le 25 juillet 1941. Malgré tout, les Russes parviennent à briser le blocus, le cargo Iosef Stalin  échappe au sous-marin Vesihiisi dont les torpilles ne fonctionnent pas à l'impact.
Hanko ainsi que l'îlot de Someri (Sommers en russe), de Suursaari (Gogland) et Suur-Tytärsaari  (Bolshoy Tyuters) seront finalement évacués début décembre 1941 perdant au passage le cargo Iosef Stalin victime d'une mine.
Le Vesikko accroche à son tableau de chasse le navire marchand Vyborg le 3 juillet 1941, mais comme l'ensemble de la flottille de submersibles, il sera cantonné à des tâches de poses de filets de mines ou de surveillance. L'Iku-Turso, après avoir procédé au renouvellement des torpilles, réussira à envoyer par le fond un sous-marin russe de la classe Shsch le 27 octobre 1942.
L'année 1941 se termine mal pour la marine finlandaise, elle perd un de ses garde-côtes: le Ilmaren
lors de l'opération Nordwind, le 13 septembre 1941: il heurte une mine provoquant une brèche. Il sombre en quelques instants avec 271 membres d'équipage (sur 400).
L'îlot de  Suursaari (Gogland) est situé à un endroit stratégique dans le golfe de Finlande, il permet le contrôle de l'accès à la base navale de Kronstadt et les Soviétiques s'empressent de le reconquérir le 2 janvier 1942. Mais les Finlandais, conscients de son rôle vital, entreprennent sa reconquête.  La prise de Suurasaali s'effectuera ...à pied, le 27 mars 1942, mais à la différence de Moïse, c'est sur  une mer glacée que trois bataillons finlandais entreprendront la traversée à ski.  Les Russes abandonnent l'îlot au bout de deux jours de combats.
Le 8 juillet 1942, l'îlot de Someri dans le golf de Finlande fait l'objet d'une attaque amphibie des Soviétiques qui l'avaient évacué l'année précédente en même temps que Hanko. La garnison finlandaise (une centaine d'homme) peut compter outre l'appui de ses batteries côtières, sur le feu des canonnières Turunmaa, Hämeenen et Ussimaa ainsi que sur les vedettes lance-torpilles et les patrouilleurs de la classe VMV. Malgré une couverture aérienne et l'arrivée de renforts navals, le forces débarquées sont repoussées sur le rivage et obligées de rembarquer et de prendre la fuite, protégées par un écran de fumée.
Jusqu'au début de l'offensive soviétique dans l'isthme de Carélie, le 9 juin 1944 et la fin du siège de Leningrad, les activités navales finlandaises sont réduites au minage du golfe de Finlande et à la surveillance des côtes. Malgré la victoire de Tali-Ihantala, les Finlandais songent à se retirer du conflit après la perte de Viipuri  (Vyborg) le 20 juin 1944.
Le général Korovnikov, commandant la 59e Armée entreprend la conquête de l'archipel Koivisto dans la baie de Vyborg le 30 juin afin de prendre pied sur la rive nord. Les îlots sont occupés malgré une défense acharnée des batteries côtières finlandaises et les troupes évacuées par les canonnières et les vedettes lance-torpilles.  Celles-ci appuient la contre-offensive de la 122. Inf-Div. pour éliminer la tête de pont soviétique. Finalement la tentative de débarquement est annulée et Korovnikov reçoit l'ordre de rembarquer ses troupes le 10 juillet 1944.
Malgré cette victoire tactique, le président Ryti négocie un accord pour cesser les hostilités et donne sa démission le 31 juillet. La maréchal Mannerheim est nommé chef de l'état et ainsi peut dénoncer les accords Ryti-Ribbentrop. L'armistice est signé le 4 septembre. Comme prévu dans le traité de Moscou, la Finlande doit livrer tous ses sous-marins qui seront ensuite dépecés en Belgique en 1953. Seul le Vesikko demeure la propriété de la marine finlandaise jusqu'en 1959 date à laquelle il est donné au Musée Militaire où il peut être visité de nos jours.
Le garde-côte Väinämöinen est livré à l'URSS au titre des dommages de guerre.
Durant la guerre de Laponie (voir article à ce sujet), les vedettes lance-torpilles participeront à la défense de l'îlot de Suursaari (opération Tanne Ost) et les canonnières Uusimaa et Hämeenmaa couvriront le débarquement de troupes finlandaise à Tornio le 1er octobre 1944.

Opérations sur le lac Ladoga.
Gelé durant la Guerre d'Hiver, il est d'une importance vitale pour approvisionner la ville de Leningrad.  Atteint par les Finlandais très rapidement lors de Barbarossa, une base lacustre à Ladenpohja rassemble une flottille hétéroclite dont la seule unité véritablement valable est la vedette lance-torpilles Sisu. Le colonel Järvinnen, commandant la base, demande aux Allemands et aux Italiens une assistance technique : quatre KM (Künstenminenboot) et quatre MAS constituent le Détachement Naval K (Laivasto-osasto K).  Les MAS (526 à 529) proviennent de la XIIa squadrilla MAS (Histomag 82) et parviennent non sans mal de la Spezia (quitté le 26 mai 1942) au bord du lac Ladoga après  avoir franchi les Alpes à bords de camions puis embarqués à Stettin pour Helsinki et acheminés par train à Ladenpohja après un périple de 3000 km et 26 jours.
A ces vedettes, se joignent le Einsatzstab Fähre Ost ,armada de vingt-trois Siebel-ferries (du nom de son inventeur, le colonel de la Luftwaffe Fritz Siebel). Ces pontons armés de quatre canons de 88 mm ou de pièces anti-aériennes dépendent de la Luftwaffe en sont regroupés en deux Luftwaffen-Färhenflotillen II et III. Le 22 octobre 1942,  débute l'opération Brazil dont l'objectif est la conquête de l'îlot de Suho (20 mille au nord de Nova Ladoga)et la destruction de son phare et de la station-radio. Si ces deux derniers sont bien détruits, le débarquement est un échec et le retour catastrophique.
http://ostfront.forumpro.fr/t2544-operation-brazil-l-attaque-de-l-ilot-de-suho
Le détachement K est finalement dissout en 1943 et les MAS vendues à la Finlande, rebaptisées en classe Jymy (J1 à J4).

Opérations sur le lac Onega.
Les Finlandais vont utiliser les navires abandonnés par les Russes lors de leur retraite en 1941.
Quelques canonnières avec le «navire-amiral» VTV-1  capturé également, forment la flottille du lac Onega.  Hormis quelques escarmouches, les embarcations serviront à patrouiller le lac et à protéger le transport d'hommes et de matériel.
Le lac sera évacué en juin 1944 lors de l'offensive en Carélie.


Dernière édition par Alexderome le Mer 19 Fév - 2:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
Alexderome
Oberst
Oberst
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 52
Localisation : Pontaut Combault
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: La marine finlandaise   Mer 19 Fév - 2:39

Le navire garde-côte Väinämöinen (classe Ilmarinen)
2 tourelles de 2x254 mm Bofors
4 tourelles de 2x105 mm Bofors
4x40 mm Vickers
équipage 410 hommes
vitesse : 14,5 nœuds

Le garde-côte Ilmarinen


4 tourelles de 2x254 mm Bofors
8 tourelles de 2x105 mm Bofors
4x40 mm Vickers
équipage 413 hommes
vitesse : 14,5 nœuds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La marine finlandaise   Mer 19 Fév - 13:26

Citation :
La jeune république finlandaise à peine libérée du joug tsariste est menacée par l'ogre soviétique.
Cette même U.R.S.S. voyant d'un mauvais oeil ses frontières trop proches de l'Allemagne, et ensuite du Reich.
D'où en partie les vues soviétiques sur certaines régions frontalières de la Finlande ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La marine finlandaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
La marine finlandaise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A// LA MARINE SOUS LA RESTAURATION
» ////LA MARINE DU SECOND EMPIRE
» MARRIER (Charles) Commissaire marine Fontainebleau (S-et-M)
» La Marine Française du Premier Empire
» Aigue-marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Autres-
Sauter vers: