Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 12.SS-Panzer-Division « Hitler Jugend » - 5/2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erich Marcks
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 68
Localisation : Belgique/5560 Houyet
Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: 12.SS-Panzer-Division « Hitler Jugend » - 5/2014   Mar 13 Mai - 12:05

12.SS-Panzer-Division « Hitler Jugend »



Appellations :

SS-Panzer-Grenadier-Division « Hitler Jugend » (6/43-10/43)
(12.) SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » (21-22/10/43)
12.SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » (10/43-5/45)

Effectifs :

12472 hommes le 1 octobre 1943
19821 hommes le 1 janvier 1944
20540 hommes le 1 juin 1944
17858 hommes le 30 juin 1944
7731 hommes le 13 avril 1945

Commandeurs :

SS-Brigadef. Fritz Witt (7/43-6/44)
SS-Oberf. Kurt Meyer (6/44-9/44)
SS-Obersturmbanf. Hubert Meyer (9/44-11/44) intérim
SS-Brigadef. Hugo Kraas (11/44-5/45)

Au début de l'année 1943, le Reichsjugendführer Arthur Axmann (chef des jeunesses hitlériennes) propose la création d'une division SS formée avec des membres des jeunesses hitlériennes engagées  un an avant leur date d'incorporation. Axmann rencontre le responsable du SS FHA le 16 février. Le lendemain, Himmler très favorable à ce projet, donne son accord. Gottlob Berger, chef du SS-HA demande au Reichsführer de pouvoir conduire cette nouvelle division au feu ce qui lui est refusé. Himmler le jugeant plus utile dans ses fonctions administratives. Le seul à s'opposer à ce projet est Goebbels qui pense que lever une division avec des recrues de cet âge risque de donner aux adversaires de l'Allemagne une preuve supplémentaire de l'épuisement du Reich.

Le recrutement de la division commence au printemps 1943 avec un certain nombre de difficultés. Selon Kurt Meyer, futur commandeur de la division, la constitution de cette nouvelle unité ne souleva gu-re l'enthousiasme des jeunes de la H.J. Et une bonne partie fut plus ou moins obligée de s'engager. Les « volontaires » sont rassemblés au camp d'entraînement de Beverlo en Belgique à une vingtaine de kilomètres de la frontière hollandaise. La division est officiellement créée le 23 juin 1943 et reçoit l'appellation  SS-Pz.Gren.Division « Hitlerjugend ». Elle est confiée au commandement d'un officier d'élite issu de la LSSAH, le Standartenf. Fritz Witt, nommé Oberf. Pour la circonstance, il est âgé de 35 ans. Il sera promu Standartenf. und Generalmajor der Waffen SS le 1 juillet 1943, devenant ainsi l'un des plus jeunes généraux de l'armée allemande.

Au milieu de l'été, 10000 recrues sont arrivées au camp de Beverloo et commencent leur entraînement sous la direction du Kommandeur et d'un groupe de jeunes officiers issus de la LSSAH dont Kurt Meyer (33 ans) et Max Wünsche (29 ans). Les officiers et les spécialistes (régiment de char, unité de réparation, unité médicale, police militaire etc....) sont prélevées sur les effectifs de la LSSAH malgré les pertes subies par cette unité l'hiver précédent. Le 20 juillet, l'EM de la division est mis sur pied ainsi que les certains éléments régimentaires et unités de soutien.
L'unité de reconnaissance de la division est constituée entre le 4 septembre et le 1 décembre 1943. Le SS-Art.Rgt., du 5 septembre au 13 novembre, le Pz.Rgt. Le 3 novembre. Cette dernière unité est entraînée à Mailly-le-Camp. Mais le commandement éprouve certaines difficultés pour équiper la division qui recevra des véhicules de prise français et italiens. A partir d'août 1943, la division fait partie du GA »D » au sein duquel elle restera jusqu'en avril 1944. Le 22 octobre, elle se voit attribuer le numéro 12. Selon le plan initial, la division devait être organisée comme Pz.Gren.Div., elle reçoit cependant le statut de Panzer-Division le 30 octobre 1943 à la suite de la décision de Hitler du 21 octobre de former les I., et II.SS-Pz.K., avec chacun deux Pz.Div. (LSSAH et HJ pour le Ier et Das Reich et Totenkopf pour le Iie). L'entraînement de la division s'achève en décembre, mais la division reste en Belgique jusqu'en mars 1944. Au début du mois suivant, elle est transférée dans le secteur de Dreux-Bernay-Vimoutier à l'ouest de Paris. En mai, elle est enr réserve spéciale de l'OKW, toujours cantonnée dans l'Eure, elle est inspectée par l'inspecteur des troupes blindées, le général-obesrt Guderian. Peu de temps après elle est dans la région de Trun-Chambois à une dizaine de kilomètres d'Argentan, là même où elle sera anéantie quelques semaines plus tard.
Elle est placée en Einzatz-Reserve dans le I.SS-Pz.K. et attend l'arrivée des alliés. Peu de temps avant le débarquement, Rommel propose au haut-commandement de transférer la division dans la région de Saint-Lö-Carentan afin qu'elle puisse intervenir immédiatement en cas de débarquement dans ce secteur. Mais le chef du GA »B » n'a pas le temps de convaincre le Führer, le débarquement ayant débuté le 6 juin, date à laquelle il devait rencontrer Hitler.
Le 6 juin, la division est placée sous le commandement du LXXXIV.A.K., et reçoit l'ordre de se porter vers les côtes pour écraser les forces alliées. Dans les premières heures du 7 juin, elle arrive aux abords ouest de Caen avec en tête un Kampfgruppe commandé par Kurt Meyer chef du Pz.Gren.Rgt 25 et de 9 Pz.IV, et de trois bataillons d'infanterie. Cette force est engagée aux côtés de la 21.Pz.Div., et fait face au 27e régiment blindé canadien. La contre-attaque allemande est tout d'abord un succès mais Meyer est menacé sur ses flancs par les assauts des unités blindées ennemies. Il parvient à stopper l'avance des Canadiens dans le secteur de l'aérodrome de Carpiquet et à les empêcher d'y installer une base aérienne, retardant ainsi la prise de Caen de plusieurs semaines. Le 8 juin, il lance une nouvelle attaque contre les alliés entre Tilly et Bayeux. C'est au cours de cette journée que ses hommes, dans le feu de l'action exécutent 45 prisonniers canadiens à Authie. Ce crime de guerre fera l'objet d'un jugement après la guerre et Meyer sera condamné à la détention perpétuelle avant d'être libéré en 1954. D'autres exécution de prisonniers auront lieu au cours de cette période. Le 12 juin, un Kampfgruppe de la division est engagé contre la 2e armée britannique sur l'Odon dans le secteur de Villers Bocage et contribue à stopper la 50e division d'infanterie. Le reste de la division qui stationne dans le secteur de Putot-Brouay, est violemment attaqué par la 49e division d'infanterie. Le 16 juin, le PC subit un intense bombardement de l'artillerie navale britannique au cours duquel Fritz Witt est tué. Il est remplacé par Kurt Meyer. La HJ combat ensuite contre les Canadiens dans le secteur de Tilly-sur-Seules. Le 26 juin, elle contribue à arrêter une offensive organisée par les VIIe et XXXe corps de la 2e armée britannique sur l'Odon. Mais les alliés parviennent finalement à percer le 27 juin après des combats d'une très grande intensité. Les jours suivants, la division tente différentes contre-attaques sans succès et subit de grosses pertes. Le 4 juillet, elle combat contre les Canadiens dans le secteur de Carpiquet mais ne peut s'opposer à la chute de Caen le 9 juillet. A cette époque, la division a perdu 20% de ses hommes tués au combat, 40% de blessés ou disparus ainsi que la moitié de ses chars et transports blindés. Le 11 juillet, elle est retirée du front et envoyée dans le secteur de Potigny pour reconstitution. Elle remonte en ligne le 17 juillet lors de l'opération « Goodwood » et combat dans le secteur de Maltot-Vendes. Elle est ensuite engagée lors de l'opération « Cobra ». Le 1 août, elle s'oppose à la 1ere armée canadienne au sud de Caen dans la direction de Falaise, subissant encore de lourdes pertes. Le 14 août, la HJ ne compte plus que 500 fantassins. Elle combat dans le secteur de la cote 159 au nord-est de Falaise puis sur l'Ante. A partir du 19 août, la division où ce qu'il en reste est chargée de couvrir le repli des unités allemandes en Normandie. Elle est ensuite regroupée dans le secteur de Beauvais. A la fin du mois d'août, le Kampfgruppe Mohnke rejoint le gros de la division qui est transférée à Kaiserslautern où stationne son bataillon de remplacement et d'entraînement. A cette époque, elle ne comprend que 600 hommes et plus un seul char. Après quelques jours de reconstitution, elle est de nouveau envoyée sur le front. Le 3 septembre, elle traverse Philippeville puis la Meuse. Le 6 septembre, Kurt Meyer est capturé dans le secteur d'Amiens. La division s'oppose aux américains dans la région de Durbuy. A la mi-septembre, la HJ est mentionnée comme Kampfgruppe puis transférée au nord-est de Cologne puis dans l'Eifel. En novembre elle rejoint son bataillon de remplacement à Heinburg sur la Weser à 60km de Brême.
En décembre 1944, la HJ est rattachée à la 6.Pz.Armee de Dietrich afin de participer à la contre-offensive des Ardennes dans le secteur de Malmédy-Spa-Verviers. Elle attaque les positions américaines dans le secteur de Bütgenbach à 12 km à l'est de Malmédy mais se heurte à une forte résistance. Le 17 décembre, elle est contre-attaquée par la 1ere division US. Le 31 décembre, elle est placée à la disposition de la 6.Pz.Armee. Elle est dans le secteur de Bastogne lorsque l'offensive est suspendue le 18 janvier.

Le 20 janvier, la 6.Pz.Armee est retirée du front et rassemblée dans la région de Cologne. A cette époque la HJ est transférée en Hongrie sous le nom de camouflage de « Ersatz Staffel Wiking ». Début février, elle est en action avec la 6.Pz.Armee contre la tête de pont soviétique sur le Gran. Puis le 6 mars, elle participe à l'attaque sur Budapest. Elle combat dans le secteur du lac Balaton jusqu'au 13 mars 1945. Après l'échec de cette offensive, elle se replie tout en combattant  dans l'ouest de la Hongrie. Le 12 mars 1945, les restes de la HJ et de la LSSAH augmentés du Kampfgruppe « Keitel » et des reste de la 356.I.D., sont regroupés dans le I.SS-Pz.K., elle retraite vers Vienne puis vers Linz. Le 7 mais elle présente sa capitulation aux Américains à Steyr puis franchit la ligne de démarcation soviéto-américaine le 8 mai. A cette époque, la division compte encore 9870 hommes, 15 chars (9 Panther et 6 Pz.IV) et un canon automoteur Wespe.

La division à fournit 14 chevaliers de la Croix de fer.

Sources : Heimdal, le dictionnaire + internet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4720
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: 12.SS-Panzer-Division « Hitler Jugend » - 5/2014   Lun 19 Mai - 14:01

Citation :
A la fin du mois d'août, le Kampfgruppe Mohnke rejoint le gros de la division qui est transférée à Kaiserslautern où stationne son bataillon de remplacement et d'entraînement. A cette époque, elle ne comprend que 600 hommes et plus un seul char.
Pour ce qui est des effectifs combattant, car les unités de service alignaient encore quelques milliers d'hommes.

La "Crack babies division" comme l'appelaient les canadiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
12.SS-Panzer-Division « Hitler Jugend » - 5/2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.SS Panzer-Division Leibstandarte Adolf Hitler
» Unité allemande : 26. Panzer-Division 1943-1944
» Historique de la 1.Panzer-Division
» Unité allemande : 9. Panzer-Division août 1944
» Unité allemande : 21. Panzer-Division juin 1944

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Forces de l'Axe-
Sauter vers: