Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 l'abwehr et la Zbv-800

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeLun 11 Mar - 20:08

Alors comme tu est désinformé de la réalité.
Sais tu, qui était Oskar Reile?
Bien sûr en 1944. Puisque lui après la guerre il est devenu auteur de livre.

Donc pendant l'année 1944. C'était l'oberstleutnant Reile. Chef du Département III du service de renseignement du Front Ouest. Le QG ou Reile se trouvais était à Paris.

Et lui il énumère bien dans son livre "Der deutsche Geheimdienst im II. Weltkrieg" soit traduit (Le service de Renseignement Allemand pendant la IIème Guerre mondiale).

Donc désinformation? non, en raison, que lui-même avait transmis le 5 juin 1944, ses dernière données. Et Hitler lui même était au courant, que la Normandie était le lieu du débarquement.
Lorsque il a été avertit à son réveil, il avait même prononcé quelques mots en Autrichiens.

Et L'Oberts Meier était le chef du renseignement (Ic) de la 15ème Armée, et c'est lui, que l'ont aperçois transmettre un message dans le film "Le jour le plus long", maintenant es ce que le GFM von Rundstedt était au courant?
Et pour quelle raison Hitler, n'a jamais fait bougé les divisions de réserve?
Et il ne faut pas oublier, que depuis Février 1944, Canaris a été arrêté.

Et pour toutes les fonctions de renseignement, que cela soit au niveau Divisionnaire ou comme ici de l'Armée, cela reste identifier en tant que chef Ic.
C'était la dénomination que la Wehrmacht elle a utiliser, pour avoir d'autre renseignement, provenant que d'utiliser les service de l'Abwehr.
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Mar - 1:51

Bien alors voyons un peu, ce que l'Ex Lt.Colonel Reile dit dans son livre.
Citation :
Un espion au bon endroit remplacera vingt mille soldats au front.
Napoléon Ier

De tous les soldats, l'espion me semble le plus significatif; si l'ennemi le déteste dans la plupart des cas, c'est uniquement parce qu'il a peur dans la plupart des cas.
King George V

Les agents doivent être intelligents. au moment crucial, ils ne s'arrêtent devant aucune victime.
Directive du renseignement soviétique n ° 185796

L'espionnage est une leçon pour les hommes.
Colonel Nikolai
.............
Chapitre 6

............
La désinformation de l'ennemi

Avant la guerre et en 1940-1941, il était tout à fait possible que des informations fictives, c'est-à-dire des informations sur des activités militaires qui ne se déroulaient pas dans la réalité, par le biais du contre-espionnage, puissent être transmises aux services de renseignement ennemis afin de les désinformer. Souvent, cet objectif était atteint au moins pendant des semaines ou des mois, dans la mesure où le destinataire prenait généralement le temps de vérifier que les informations étaient fausses. Cette pratique dans les territoires occupés en 1942 était en grande partie terminée.

Pour des raisons évidentes, les résidences de reconnaissance dirigées à Londres par l'adversaire ont été mises au premier plan pour s'assurer que leurs espions enquêtaient en permanence sur les unités allemandes situées en France, en Belgique et aux Pays-Bas, leur lieu d'affectation, leur armement et leurs mouvements. Mais les réseaux d'espionnage de l'ennemi, qui étaient si largement répandus dans ces pays en 1942, ne permettaient pas de prendre secrètement la division allemande, ni d'en introduire une nouvelle.

Le Oberst W. Meyer-Detring, chef du département Ic de l'état major auprès du commandant en chef du groupe d'armées Ouest (O.B. West.), a tiré des conclusions préliminaires. Il a produit de véritables manœuvres de désinformation: des parties entières des divisions ont été équipées et re-déployées. Leurs voitures ont reçu de nouvelles plaques d'immatriculation, aux unité qui était basé en ville eux ont reçus des ordres de marche pour aller s'installer dans des zones plus désertes, où ils ne pouvaient avoir peur d'espionnage. Pendant la durée de ces manœuvres, les unités impliquées ont reçu les nouveaux numéros et désignations sous lesquels elles ont été placées par le quartier-maître qui a été envoyé précédemment. Puis, avec confiance, on pouvait s’attendre à ce que les espions ennemis les fixent, en quelques jours, ces chiffres et symboles exclusivement pour des manœuvres de désinformation et qui eux les transmirent à Londres.

En conséquence, les services de contre-espionnage allemands dans ces affaires n’ont pas eu besoin de faire des efforts pour transférer la désinformation à Londres. Cela a été pris en charge par des agents ennemis égarés.

Le haut commandement du groupe d'armées "Ouest" a souvent eu recours à des manœuvres similaires en 1942-1944. En gros, leur objectif principal est de rendre difficile pour le renseignement ennemi d'identifier les unités allemandes dans l'espace opérationnel occidental et parfois aussi de donner l'impression du déploiement d'un plus grand nombre de divisions qu'il ne l'était réellement. Dans les mois qui ont précédé l'invasion, il semblait particulièrement important de faire tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher l'ennemi de comptabiliser le nombre exact et l'emplacement des unités allemandes se trouvant à l'ouest.

Il est douteux que ces manoeuvres mystifiantes aient toujours atteint l'objectif souhaité. Mais, sur la base des résultats obtenus par le contre-espionnage, il est sûr de dire que le réseau de renseignement ennemi a dans la plupart des cas été transmis à Londres des numéros spécialement sélectionnés des pièces et des véhicules impliqués, puis que les services de renseignement ordonnaient généralement de vérifier les informations. Grâce à ces manœuvres de désinformation, les services de renseignement ennemis ont au moins eu du mal à se faire une idée précise du nombre réel d'unités allemandes se trouvant en Occident.

En coopération avec l'Abwehr, les autorités de commandement ont utilisé d'autres moyens pour désinfecter la reconnaissance terrestre et aérienne de l'ennemi. Le département IIIf a montré quelques astuces et un plan de désinformation qui a été élaboré. Entre autres choses, un certain rôle était assigné aux maquettes d’aéronefs, parfois même de navires de guerre, à la construction de fortifications et à l’installation d’écrans de fumée au sol. Ainsi, en cas de fausse déclaration délibérée, la zone correspondante était fermée et gardée par des sentinelles afin que les espions ennemis ne puissent pas établir ce qui se passait dans la zone protégée. Puis pendant la nuit, des maquettes d’avions ont été fabriquées. Les pilotes ennemis des jours suivants les ont découverts et ont décidé qu'il s'agissait d'un aérodrome de réserve de la Luftwaffe allemande. Le but de cette pratique: le détournement d’avions ennemis vers d’importantes installations militaires.

Pendant la guerre, le quartier général opérationnel allemand se familiarisa avec l'utilisation de moyens de camouflage et de désinformation pour la reconnaissance terrestre et aérienne de l'ennemi. L'une des plus grandes astuces a été une manœuvre menée par les autorités militaires allemandes en vue de la soi-disant offensive de l'hiver en décembre 1944. L'un après l'autre, à l'arrière du front allemand, des trains se dirigeaient du sud vers le nord le long des voies ferrées afin de donner à la reconnaissance aérienne de l'ennemi l'impression que certaines parties de la plus grande offensive étaient concentrées sur le flanc nord du front occidental. En fait, les trains qui se dirigeaient vers le nord ne transportaient presque pas de troupes, ils étaient dans la plupart des cas vides. Plus tard, le coup principal a été livré de la région de l'Eifel.

Les rapports reçus par le IIIème département du renseignement du Front, "Ouest", à la fin du mois de décembre 1944, confirmaient que le commandement de l'ennemi était complètement pris de court.

Méthodes de travail du contre-espionnage en France en 1943 - 1944

Même avant la guerre, diverses contradictions entre la Gestapo et l'Abwehr avaient abouti à des contradictions sur la question de savoir à quel moment il était plus rationnel d'arrêter les agents ennemis identifiés. La Gestapo avait tendance à commencer les arrestations dès l'apparition des soupçons contre une personne donnée, comme si elle était en contact avec les renseignements de l'ennemi. À cette époque, l’arrestation était souvent effectuée avant quelle ne soit établi quelles étaient les tâches des espions, les tâches déjà accomplies, si les détenus avaient des assistants, comment les rapports de traîtres étaient transmis aux services de renseignement de l’ennemi, et bien plus encore.

Dans ce cas, les questions décisives pour évaluer l'affaire et l'ennemi, ainsi que pour prendre les mesures de contre-espionnage appropriées et les mesures de sécurité, restaient largement obscures. Après tout, les espions arrêtés en cas d’arrestation ont été soigneusement instruits et préparés. Dans de nombreux cas, tenant déjà de leurs propres intérêts, ils n'étaient reconnus que dans la preuve irréfutable.

L'Abwehr considérait les arrestations prématurées comme une affaire stupide. Avant de procéder à des arrestations, elle s'efforçait de clarifier le plus complètement possible les suspects, leurs activités perfides et l'étendue de leurs tâches, puis le propriétaire, ainsi que les moyens de communication par courrier. Certes, le contre-espionnage militaire pour un développement aussi détaillé nécessitait généralement beaucoup de temps et de lourdes opérations de contre-espionnage strictement confidentielles. Dans ce cas, il arrivait de temps en temps que des espions probables disparaissent avant qu'une conception satisfaisante ne soit réalisée.

Sur la base de tels cas, de nombreux départements de la Gestapo ont pris pour règle: ne soyez pas en retard avec l'arrestation! Les espions soupçonnés ou déjà installés ne doivent en aucun cas leur échapper. Si le réseau dans lequel l'espion est entré n'a été développé que dans une petite partie de celui-ci, cela n'a pas d'importance, il est préférable d'attraper une personne que personne. Mieux vaut un oiseau dans les mains qu'une grue dans le ciel! Pendant l'interrogatoire des personnes arrêtées, on peut en apprendre davantage et aller de l'avant.

Mais pendant la guerre en France, une situation a été créée quand il était également clair pour le profane que même l’élimination d’un réseau d’espionnage déjà suffisamment développé et des unités du mouvement de la Résistance n’avait aucun sens et n’était pas rentable.

Dans la mesure du possible, la destruction des groupes de sabotage exposés avant qu'ils ne causent des dommages est une habitude. De même, des membres de gangs terroristes ont été arrêtés avant d'attaquer l'armée allemande. La situation était complètement différente avec la suppression de l'espionnage, quand une centaine de réseaux d'espionnage ou plus apparurent en France, quand une horde d'espions ennemis se comptait par milliers.

Donc voici la différence que il existait, entre les arrestations mené par la Gestapo et la Sipo /SD et ceux de l'Abwehr. Et pour la Sipo (Police de la sûreté) /SD. à Paris le responsable c'était le SS. Standartenführer Helmut Knochen. Et pour la Gestapo c'était le SS. Obersturmführer Heinz Röthke. (ce dernier était connu pour ses déportations de Drancy vers Auschwitz 4 trains/semaine).
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Mar - 11:56

la suite
Citation :
Déjà en 1942, il devint clair que l'Abwehr et les forces de sécurité en France ne seraient pas en mesure de neutraliser et de détruire complètement de nombreux groupes d'agents et de réseaux, comme le mouvement de résistance. Bien qu'un millier d'agents ennemis ou plus soient arrêtés à plusieurs reprises tous les mois, les services compétents ont toutefois tenté de détruire les réseaux d'espionnage existants ainsi que les groupes de sabotage et de résistance et d'empêcher l'émergence de nouveaux ennemis souterrains dans les territoires occupés de l'Occident. .

Puis, quand des réseaux des branches d’espions ont commencé à se regrouper par centaines en France, détenant un espion dans chaque ville, chaque village de la région la plus provinciale du pays, qui pouvait compter presque partout sur le soutien de la population, il n’était plus possible de cacher des activités militaires menées par l’ennemi. France publiquement. Tout mouvement de troupes, tout établissement de nouveau département ou construction d'installations militaires, toute arrivée ou départ de troupes et de matériel étaient nécessairement suivis par des agents et les informations parvenaient à Londres. Pour ces raisons, comme cela a déjà été dit, il était nécessaire de ne procéder qu'à un redéploiement désinformationnel, s'il était nécessaire de tromper les services secrets de l'ennemi.

Dans une telle situation, il était plus important que l'un des centaines de réseaux d'espions soit liquidé en France et il devenait impossible de suivre des actions militaires manifestement évidentes; les 99 réseaux restants l'ont exécutée de manière encore plus fiable et minutieuse. En arrêtant les agents de ce réseau unique, du point de vue de l’Abwehr, pratiquement rien n’a été réalisé. Cependant, sur le site du réseau d'agents liquidés, un, deux ou même des réseaux plus récents sont apparus très rapidement. Et il y avait déjà une grande question de savoir si l'Abwehr serait capable de découvrir et de liquider ces groupes d'agents nouvellement apparus.

Le contre-espionnage allemand a tiré ses conclusions de cette situation. Depuis l'hiver 1942/43, le quartier général de l'Abwehr en France n'a tenté d'arrêter les arrestations que dans le cas où des agents ennemis, utilisant des contacts officiels avec le personnel militaire de la Wehrmacht, risquaient de retrouver des documents secrets l'état major et dans les instances de commandement. Autrement, par ordre de contre-espionnage dans l'ensemble de la direction opérationnelle occidentale, les arrestations n'ont pas été transférées , car les arrestations de centaines et de milliers d'espions n'ont engendré que du travail inutile et détourné des forces et des moyens faibles de l'Abwehr de la seule méthode de travail encore efficace, à savoir: le recrutement d'informateurs et des agents qui, non perçus par l'ennemi en tant que tel, ont travaillé dans les réseaux de renseignement ennemis pour rechercher en permanence qui appartenait aux groupes d'agents ennemis appropriés, quelles tâches les autorités londoniennes leur assignent et contre quel installations militaires seront utilisés des espions et des saboteurs.

Certes, de nombreux membres des services de contre-espionnage n’ont pas toujours adhéré à cette ligne de travail. Elle a exigé que les bureaux concernés de l'IHF dans certaines zones fassent preuve d'une patience extrême et du refus de discuter avec un grand nombre de détenus. Mais en général, ces nouvelles méthodes de travail sont toujours mises en œuvre.

Pour le contre-espionnage, il n’était pas trop difficile de trouver des personnes en France, en Belgique et dans d’autres zones occupées, prêtes à rechercher des approches pour lutter contre les groupes d’espions et les groupes de résistance ennemis. Dans la plupart des cas, il s'agissait d'agents, d'aventuriers de tous bords et de toutes nationalités qui volaient de l'argent et tout autre bénéfice. Mais parmi les personnes qui souhaitaient que l’Abwehr s’infiltrent dans le sous-sol de l’ennemi, il y avait aussi des idéalistes, de véritables confidents, déterminés à défendre les intérêts allemands et à soutenir l’Allemagne en toutes circonstances. Certes, le contre-espionnage en France dans son ensemble, seulement quelques dizaines de personnes, a réussi à infiltrer sa population dans des groupes d'espion ennemis et des groupes de résistance et à découvrir ce qui s'y passait.

Le résultat était relativement modeste. Néanmoins, le contre-espionnage allemand a ainsi longtemps recréé une image assez vive de la taille des organisations d'espions de l'ennemi et, surtout, des objectifs et des intentions des dirigeants londoniens. En outre, dans de nombreux cas, des mesures de sécurité préventives ont été prises lorsque notre peuple a déclaré que l'ennemi envoyait des espions ou des saboteurs contre des objectifs militaires spécifiques.

Les administrateurs, qui, sur les instructions de l'Abwehr, ont réussi à pénétrer dans les groupes d'espions, devaient bien entendu devenir des combattants anti-allemands. En même temps, il ne leur suffisait pas de recevoir des tâches d'espionnage préjudiciables aux intérêts allemands, mais aussi de les remplir si bien et de gagner la confiance des dirigeants clandestins. l'Abwehr les aidait souvent pour qu'ils puissent montrer de bons rapports au chef du réseau d'espionnage. Le commandant en chef du Groupe d'armées Ouest a constamment accordé la permission d'utiliser ces bons rapports. En conséquence, il a été possible de faire en sorte qu'au moins plusieurs mandataires puissent infiltrer le front secret de l'ennemi et y occuper des postes importants. Plus le chef du réseau d'espionnage ou le commandant du groupe de résistance leur faisait confiance, plus il apprenait, plus le service de contre-espionnage allemand pénétrait dans des activités secrètes et des installations ciblées non seulement de réseaux d'espionnage individuels et d'unités de la résistance, mais également dans des centres importants à Londres.

Grâce à ces méthodes de travail, le contre-espionnage obtint des résultats qui, en 1944, contribuèrent à l'obtention d'informations très importantes sur la date de l'invasion et les tâches du mouvement de la résistance. Déjà en 1943, cette méthode de travail apportait souvent des informations précieuses à l'Abwehr. Un exemple de cela est une chose qui s’est produite à l’automne 1943, que le service de contre-espionnage a désigné comme l’affaire "Renard".

Un confident adroit a réussi à rejoindre un réseau d'espion dont le centre d'activité était situé dans la région de Caen, dans le nord de la France. Renard travailla si bien que le chef de réseau le nomma messager.

Une fois, il est apparu devant son chef allemand et lui a transmis des photocopies d’une carte avec la désignation exacte des bunkers et des positions de tir de la division stationnée près de Caen. Des photocopies traversaient l'Espagne pour être expédiées à Londres.

L’examen effectué par le détachement Ic du commandant en chef du groupe «Ouest» a montré qu’il s’agissait de documents strictement secrets. Les photocopies étaient des dessins de structures défensives réalisées par l'un des quartiers généraux allemands du secteur de Caen, appartenant au mur de l'Atlantique. Le transfert de ses renseignements aux anglais aurait des conséquences irréparables. L’audit a également révélé que le redéploiement et la restructuration des fortifications correspondantes entraîneraient non seulement des coûts importants, mais seraient également moins rentables d’un point de vue militaire.

Le cas de "Renard" a provoqué un autre événement. Constaté que la carte avec les dessins secrets de la division concernée ont été effectuer par un photographe français. Le soldat qui contrôlait des photocopies, il semblerait que le photographe en ait garder un exemplaire en sa possession. C’était l’occasion pour le commandant en chef du Groupe de d'armée de prendre des mesures préventives pour éviter des excès semblables à l’avenir.

Comme dans le cas de Renard, dans de nombreux autres cas d'espionnage, il était nécessaire d'agir rapidement uniquement lorsqu'il existait un risque que d'importants secrets militaires soient communiqués aux services de renseignements ennemis. Si, dans ce sens, il n'y avait aucun besoin urgent, l'Abwehr, pour les raisons déjà énumérer, évitait les arrestations.

Plus la guerre durait longtemps, plus il importait d'enquêter sur l'activité dans les sous-unités souterraine de l'ennemi , car à l'Ouest, il était nécessaire de compter sérieusement sur une invasion provenant de la Grande-Bretagne. Ensuite, l’Abwehr avait une tâche cruciale pour la planification stratégique du commandement militaire et l’utilisation tactique des troupes, c’est-à-dire où, et quand et avec quelles forces l’invasion aurait-elle lieu? Quelle formation du réseau d’agents et des unités de résistance devrait être affectée dans ce cas?

Une partie importante de la tâche importante du contre-espionnage consistait à définir clairement les instructions que la résistance française et les groupes d'infiltrés en France pourraient recevoir de leurs dirigeants londoniens en liaison avec l'invasion imminente. Ces résultats ne pourraient également être obtenus que par les méthodes de travail décrites ci-dessus, notamment en introduisant des informateurs et des agents de l’Abwehr dans le réseau d’agents et les détachements de la Résistance qui n’avaient pas été dévoilés au moment de l’invasion et au-delà.

Comment tout cela pourrait-il être mis en œuvre si des milliers de membres du réseau de renseignement de l’ennemi et du mouvement de la Résistance étaient immédiatement arrêtés immédiatement après leur révélation ? Le pouvoir des frappes souterraines ennemies va donc à peine s’affaiblir. Mais, en revanche, les agences de contre-espionnage et les services opérationnels allemands ont travaillé trop dur avec les personnes arrêtées et ils n’avaient absolument plus le temps de clarifier les problèmes liés à l’invasion. Les détenus de cette époque en France étaient déjà plus que fournis par la police de la sûreté (SiPo).

Pour la situation d’urgence de l’époque, il était révélateur que la police de la sûreté, environ deux mois et demi après l’invasion, avait décidé de libérer de manière indépendante les agents arrêtés et les membres du Mouvement de la résistance des prisons de France. Leur entretien et leur protection ont causé beaucoup de problèmes et entravé la liberté de manœuvre des services concernés. Les personnes arrêtées se sont transformées en lest inutile.

Après la guerre, les services de contre-espionnage français ont établi que de nombreux membres de la Résistance n'étaient pas en état d'arrestation, bien qu'ils aient été identifiés par le service de contre-espionnage allemand. Certaines autorités françaises n’avaient tout d’abord pas compris que la partie allemande, dans l’intérêt du renseignement militaire, avait souvent délibérément refusé d’arrêter des personnes dont les activités d’espionnage pouvaient être prouvées. Par conséquent, certains membres de la Résistance et le réseau d’agents alors en France après la guerre étaient injustement soupçonnés de collaborer avec les services de renseignement et de contre-espionnage allemands.

Mais en fait, plusieurs mois avant l'invasion, il n'était plus important pour la loi martiale que des milliers d'agents soient arrêtés plus ou moins dans les territoires occupés. Cependant, il était nécessaire de clarifier les questions importantes, quelles routes la Résistance dans les territoires occupés de l'Ouest coupera-t-elle et quels ponts vont-ils faire exploser dès le début de l'invasion et comment les unités de la Résistance coordonneront-elles leurs tâches pendant l'opération d'invasion?

Et maintenant mon cher vania tu vois un peu plus clair?
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7745
Date d'inscription : 30/07/2008

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Mar - 13:09

Alors pourquoi la 15ème armée a t-elle été bloquée si longtemps dans le Pas de Calais, alors que les combats faisaient rage en Normandie ? Parce que les Alliés ont réussi à leur faire croire le plus longtemps possible que le "vrai" débarquement aurait lieu plus haut... la fameuse armée Patton qui n'existait qu'en maquette en carton et caoutchouc, et en transmissions. Wink
Et comment les Soviets ont-ils réussi à fixer l'énorme réserve stratégique de 8 divisions de Panzer (!) à la frontière roumaine en Juin 44, alors que le coup principal allait se faire en Biélorussie ? là aussi, carences du renseignement allemand...
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeSam 16 Mar - 23:02

ainsi soit t'il et atchoum pour moi!
parce que pour toi vania, ce qui est clair, tu n'a jamais encore entendu parler de ce récit, ce qui est normale, puisque tu ne comprend pas la langue de göthe.
Donc tu est entièrement excuser.


publier dans le magazine die Welt a écrit:
"Hitler attendait le débarquement allié"

Alors que le dictateur insistait pour la victoire, le commandant suprême des États-Unis, Eisenhower, s'était déjà excusé pour son échec (lettre que Dwight avait écris au cas d'un échec du débarquement). Entretien avec l'historien militaire Peter Lieb à propos du jour J.

Par Sven Felix Kellerhoff
Rédacteur en chef du service Histoire.

Au début de l'été 1944, il était clair dans toute l'Europe que la bataille décisive était imminente. Hitler et ses généraux savaient que les Alliés avaient rassemblé plusieurs millions d'hommes dans le sud de l'Angleterre. Mais  ils ne savaient tout simplement pas quand et où leur commandant en chef, Dwight D. Eisenhower, frapperait. Le "où", cependant, était connu à Londres et à Washington - en Normandie. Le "quand" cette réponse restait entre les mains des météorologues.

Aucun historien allemand n’a étudié l’invasion de la Normandie de la même manière que Peter Lieb, qui enseigne l’histoire militaire à l’Académie des officiers britanniques à Sandhurst en tant que maître de conférences. Plus récemment, il a fait publier avec C. H. Beck "Opération Overlord".

Interview:

Die Welt: Comment était l'état d'esprit de Hitler avant l'invasion des Alliés - plutôt craintif ou il l'attendais?

Peter Lieb: Hitler voyait formellement ce débarquement. Lorsque il a reçu la nouvelle, il aurait proclamé avec joie "Oganga is!" En dialecte autrichien. (*) Après une défense efficace contre l'invasion, il espérait pouvoir jeter les troupes libres sur le front est. C'était la bataille décisive de la guerre pour Hitler. Dans son monde de pensée militaire, 1944 dominait donc le front occidental et non le front oriental.

Die Welt: Et à quel point les alliés étaient-ils certains que leur débarquement en Normandie réussirait?

Lieb: Même le théoricien militaire prussien Carl von Clausewitz savait que la guerre se caractérisait toujours par des impondérables. Eisenhower avait également un mauvais pressentiment peu de temps avant le jour J en raison des mauvaises conditions météorologiques. En secret, il avait même écrit un communiqué de presse en cas d'échec du débarquement. Rétrospectivement, cependant, la victoire des Alliés était inévitable - leur supériorité en nombre d'homme et de matérielle était trop grande.

Die Welt: Existait t'il des alternatives sérieuses pour les plages Normandes et ont-elles été envisagées?

Lieb: En réalité, il n'y avait que deux options géographiques: le Pas-de-Calais et la Normandie. Bien que le Pas-de-Calais offre la route la plus courte traversant la Manche, et elle constitue un bon tremplin pour une incursion dans la région de la Ruhr ainsi que des plages de débarquement propices. Mais il manquait de plus grands ports pour les fournitures. De plus, les Allemands soupçonnaient exactement que c'était le point de débarquement dans le Pas-de-Calais. L'élément de surprise aurait été perdu. Par conséquent, les Alliés se sont engagés dans leur première planification 1941/42 sur la Normandie.

Die Welt: Dans les livres et les films sur l'invasion, par exemple, "Le jour le plus long" est montré à maintes reprises comment les combattants de la Résistance pendant les premiers jours de juin 1944 ont reçu l'ordre de saboter les messages radio cryptés en provenance de Londres. Est-ce que c'est vraiment arrivé?

Lieb: Oui, ces messages étaient là. Selon les plans des Alliés, la Résistance devait mener à bien quatre missions: la démolition des lignes de chemin de fer, le sabotage des stations de radio et de câbles téléphoniques, la destruction de lignes électriques et des attaques directes contre les forces d'occupation. Cependant, ces actions ont souvent été mal coordonnées, à la fois au sein de la résistance et avec les alliés.

Die Welt: Quel rôle la Résistance a-t-elle joué dans la période qui a précédé l'invasion? Vous avez écrit le travail standard sur la lutte partisane en France 1943/44 ...

Lieb: Avant le 6 juin 1944, la Résistance fournissait aux renseignements alliés de nombreuses informations sur l'ennemi, telles que les mouvements de troupes ou l'emplacement exact des bunkers. Elle a également aidé les pilotes abattus à s'échapper. Sur le plan militaire, cependant, la résistance était plutôt insignifiante. Même les unités allemandes de troisième ordre, elle n'était pas un match. Les Alliés ont fourni des armes mais ont par ailleurs négligé la Résistance. Elle est apparue politiquement et militairement peu fiable.

Die Welt: Le débarquement des Alliés en Normandie, un territoire jusque-là à peine touché par le territoire de guerre, était un champ de bataille. Comment les habitants ont-ils réagi à cela?

Lieb: Aujourd'hui, d'innombrables drapeaux américains, britanniques et canadiens flottent en Normandie. En 1944, l'image était différente. Les bombardements massifs des Alliés sur des centres de trafic dans l'arrière-pays direct ont entraîné des "dommages collatéraux". Environ 18 000 civils français sont morts lors des combats et des milliers de maisons sont tombées en ruines. La relation entre libérateurs et libérés était donc généralement calme et, dans certains cas, la population était même en faveur des troupes allemandes.

Die Welt: La Wehrmacht n'a pas réussi à "repousser les alliés à la mer" le premier jour de l'invasion, comme le souhaitait Erwin Rommel. Et-ce que la défaite de la Wehrmacht était déjà scellée?

Lieb: L’opposant interne de Rommel, était Leo Geyr von Schweppenburg, qui lui souhaitait utiliser des forces de panzer pour mener la bataille à l’intérieur de la France. Mais Rommel savait depuis l'Afrique du Nord que cela ne serait pas possible à cause de la supériorité aérienne des Alliés. Mais même son concept de défense n'aurait eu qu'une petite chance de succès que dans une chaîne de circonstances favorables. Mais avant tout, les Allemands devaient pouvoir prédire exactement quand et où il pouvait débarquer. Et dans les deux cas, ils avaient tort, même Rommel.

Die Welt: Aux États-Unis, les soldats américains qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale sont considérés comme "la plus grande génération" après le titre d'un livre du journaliste de la NBC, Tom Brokaw. Est-ce compréhensible?

Lieb: Sans aucun doute. Les soldats alliés se sont battus pour la justice et la liberté. Ils ont vaincu un régime profondément criminel et un nombre d'entre eux ont donné leur vie pour cela. Cependant, les soldats alliés ont également commis des crimes de guerre. Ils pillèrent et assassinèrent des prisonniers de guerre allemands, en particulier des soldats de la Waffen-SS. Au total, les soldats alliés et les soldats de la Wehrmacht en Normandie différaient moins par la façon dont ils se sont battus que pour leur défense.

Et maintenant pour mon astérix. Alors là, il faut chercher dans les différents dialectes autrichien, et j'ai juste trouver une concordance avec un mot "Ganga" qui veut signifier "aller", donc d'après moi cela aurais un sens avec (Ainsi soit t'il) pour s'exclamer que à présent l'attente elle est terminer. et que le débarquement à eu lieu à un endroit.

Donc pour les codes decrypté telle l'abwehr, elle était bien au courant, que 48 heures après que les résistants d'un groupe entendrons le poème de Verlaine"les longs sanglots des violons de l'automne" le débarquement aura lieu.

Mais il ne pouvait que supposé pour les théories des plages de débarquement.
Donc le pas de calais ou bien la Normandie. Puisque débarquer dans le Sud de la france, par l'afrique du nord, c'était?????

Même le Général Marcks qui lui était un fin limier en jeu d'echec, voyait la normandie en tant que possible alternative.
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 3:34

Bien et comme ont reste bien dans le sujet de l'abwehr, et que l'on ne pense pas, que je vais vous monopolisé le sujet avec l'opération Overlord. Et que bien sûr, Vania tu as raison de te révolté sur la raison que Hitler n'a pas mis en marche la 15ème Armée.
Les raisons, je ne les connais pas, je ne me prénomme pas Adolf.

Ainsi Fortitude contre l'Abwehr.

Voyons un peu, avec quoi je peut commencé?
Simple Juan Pujol Garcia.


Agent Garbo: L'espion brillant et qui commença d'un éleveur de poulet excentrique qui a trompé Hitler et sauvé le jour J a écrit:


Pendant la Seconde Guerre mondiale, Juan Pujol Garcia a joué un rôle important dans la tromperie de l’Allemagne nazie sur les lieux des débarquements. En guise de gratitude, les nazis lui ont décerné une croix de fer de deuxième classe, l'une des récompenses allemandes pour son courage et ses autres contributions militaires.

Pujol était un espagnol qui détestait le communisme, le fascisme de Franco et le nazisme de Hitler. Sa solution était de devenir un espion britannique, mais ils le refusèrent trois fois. C'était difficile de faire autrement. Pujol est né dans une famille éminente qui a connu des moments difficiles pendant la guerre civile espagnole, le forçant à devenir un éleveur de poulet. Mais ça ne va pas très bien non plus.

Sans se décourager, il décida d'espionner les Allemands pour que les Britanniques le prennent au sérieux. Prétendant être un fonctionnaire espagnol soucieux de la cause nazie, il a contacté un agent allemand à Madrid.

Les Britanniques disposaient d'un réseau d'espionnage efficace et étendu sur le continent, mais les services secrets allemands (l'Abwehr) n'en avaient pas en Grande-Bretagne, même s'ils avaient essayé. Ils avaient envoyé des espions en Grande-Bretagne, mais tous avaient été capturés et exécutés ou transformés en agents doubles.

Désespérée de n'avoir plus d'espions sur le sol britannique, l'Abwehr accepta donc Pujol. Ils le formèrent à l'espionnage de base, lui donnèrent un livre de codes, le mirent sur leur liste de paye, le nommèrent Arabel, puis l'envoyèrent en Grande-Bretagne pour recruter plus d'agents.

Au lieu de cela, Pujol s'est rendu à Lisbonne, au Portugal, où il s'est mis au travail. En visitant la bibliothèque de Lisbonne, il a créé de faux rapports basés sur une traduction en espagnol du Frommer's Guide to England (manuel touristique), de magazines, d'ouvrages de référence, d'horaires ferroviaires, de cartes et de films d'actualités.

Il a également inventé un vaste réseau d'espions inexistants. À leur apogée, ils étaient au nombre de 27, dont un banquier suisse résident à Londres, un docker vénitien à Glasgow et un steward de KLM qui assurait la liaison entre la Grande-Bretagne et le Portugal. Ce dernier a expliqué pourquoi les rapports de Pujol provenaient de Lisbonne: c’est le pilote qui les a fait venir de Londres au Portugal, puis les a envoyés d’un bureau de poste local à l’Abwehr.

Bien qu'aucun de ces rapports n'ait été examiné de près, l'Abwehr n'était apparemment pas une organisation efficace et n'a donc jamais été compris. Après la guerre, d'anciens agents de l'Abwehr ont expliqué qu'il valait mieux envoyer de nombreux faux rapports que peu, voire aucun. L'alternative devait être envoyée au front. En plus de cela, n'ayant pas réussi à mettre la Grande-Bretagne à genoux, l'Allemagne était complètement dépendante de toute information fournie par Pujol.

Il a envoyé tellement de rapports que les Britanniques les ont finalement interceptés. Les agents de Bletchley Park (où les Britanniques ont intercepté et décodé les transmissions de l'ennemi) ont finalement entendu parler d'un agent allemand en Grande-Bretagne. Ils ont donc commencé à le chercher, ne réalisant pas que leur homme se trouvait sur le sol portugais.

Les États-Unis étant entrés en guerre en 1942, Pujol les a contactés en février pour offrir ses services. Les Américains ont vu le potentiel de Pujol et l'ont recommandé aux Britanniques, mais ils sont restés sceptiques. Ce n'est que lorsque Pujol a envoyé la marine allemande en chasse à l'oie sauvage à la recherche d'un convoi inexistant que les Britanniques l'ont finalement pris au sérieux.

Pujol a été transféré en Grande-Bretagne le 24 avril sous le nom de code Garbo, même s'il ne parlait toujours pas anglais. Pour résoudre ce problème, Pujol a été affecté à Tomás Harris, un officier des services secrets britannique qui lui le parlait, et qui lui servait d'interprète. Les deux hommes ont continué d'envoyer leurs rapports à une boîte aux lettres à Lisbonne, en produisant tellement de rapports que l'Abwehr a cessé d'essayer de recruter plus d'espions.

Les renseignements qu’ils produisaient étaient en grande partie fictifs, mais contenaient suffisamment de documents authentiques pour convaincre les Allemands de l’efficacité de Pujol. Le 8 novembre 1942, par exemple, les Britanniques et les Américains lancèrent une invasion conjointe de l'Afrique du Nord française, baptisée Opération TORCH.

Pujol a informé l'Abwehr de l'attaque une fois que celle-ci s'est produite, mais les Britanniques avaient envoyé le cachet de la poste avec la lettre afin de donner l'impression qu'il l'avait déjà envoyée. Avant que l'opération TORCH soit lancé, les Allemands ont exigé une forme de communication plus rapide. Pujol a donc «recruté» un mécanicien radio.

Dans les cas où Pujol aurait omis de fournir des informations valables, il aurait prétendu que l'agent responsable était décédé ou avait été attrapé. En 1943, par exemple, une importante flotte britannique partit de la côte nord-ouest de l'Angleterre. Pour expliquer pourquoi il n'a pas été en mesure de signaler cela, Pujol a déclaré que son homme à Liverpool était décédé. Pour soutenir cette histoire, les Britanniques ont créé une nécrologie pour l'espion inexistant qu'ils ont publiée dans le journal local.

Au début de 1944, l'Abwehr déclara à Pujol qu'ils s'attendaient à une invasion à grande échelle de la France. Ils avaient raison, mais il fallait leur faire croire que cela se produirait au Pas de Calais plutôt qu'en Normandie, où ils prévoyaient effectivement de débarquer.

Pujol a fait un si bon travail que lors de l'invasion du 6 juin, Hitler était convaincu qu'il s'agissait d'une diversion. Il retient donc deux divisions blindées et 19 divisions d’infanterie à Calais, croyant toujours que l’attaque principale viendrait de là.

Pour s'assurer qu'aucun renfort allemand ne se rende en Normandie, Pujol envoya un autre rapport le 9 juin présentant des comptes détaillés d'une unité plus importante en Angleterre sur le point d'attaquer Calais. On le croyait encore, alors les divisions allemandes à Calais restèrent en place jusqu'en août.

Mais il y avait un prix. Une semaine après le jour J, les Allemands ont commencé à lancer leurs nouvelles bombes volantes V1 à travers le canal en direction de la Grande-Bretagne. Beaucoup ont contourné les défenses aériennes britanniques, frappant Londres.

Ils ont demandé à Pujol s'ils avaient touché quelque chose et de leur donner des coordonnées afin qu'ils puissent affiner leur objectif. Pour maintenir sa couverture, Pujol devait leur donner de vraies coordonnées afin de pouvoir atteindre leurs objectifs. Bien qu'il y ait eu des victimes et des dégâts, ses informations au moins ont été minimisées.

Diriger où ces bombes sont tombées a été le dernier acte de Pujol. Après la guerre, il est retourné à Madrid où des agents allemands lui ont annoncé qu'il avait reçu la Croix de fer le 29 juillet 1944. Le 25 novembre de la même année, il recevait également le prix Membre de l'Ordre de l'Empire britannique du roi George VI.

Pujol est donc le seul à avoir reçu des récompenses des deux côtés pour ses services au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Donc moi je déteste les versions courte, puisque ils survolent l'histoire principale.
Mais au moins là, vous savez, au moins le minimum, le temps que je commence la version longue, que bien sûr, j'ai trouvé les chapitres sur l'abwehr qui en parle, et même sur "Overlord" et sur les autres agents de l'Abwehr..
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 3:44

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Untitl10
Donc, ici encore, les agents fictifs que "Garbo" avaient créer, et que l'Abwehr elle a payé.
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 4:26

Bien alors approfondissons l'histoire sur "Overlord et l'abwehr"

L.Farago_Le jeu des renards. Opérations secrètes de l'Abwehr aux États-Unis et au Royaume-Uni a écrit:


Le Jeu de renards septième partie
Chapitre 49. L'enigme Overlord

Tôt dans la matinée du 15 janvier 1944, le major Herman sandel (Maître Espion) reçu un télégramme non signé de dix mots à la station de radio de l'Abwehr sur Sophienterrasse à Hambourg: (dernière Adresse de l'Abwehr).

«Hörte, dass Eisenhower am 16. Januar in England eintreffen wird».

(J'ai entendu que Eisenhower arrive le 16 Janvier en Angleterre).

Bien que ce fût la cinquième année de la guerre, le télégramme venait directement du Royaume-Uni. Son expéditeur était un jeune dessinateur danois, Hans Hansen, le meilleur agent de Sandel A-3725, envoyé en Angleterre pour une intégration à long terme. Ce rapport d'un jeune Danois a été classé 935ème de suite depuis ce jour d'été de 1940, lorsqu'il a atterri pour la première fois avec un parachute autour de la ville de Salsbury.

Un soleil d'hiver timide s'est lentement levé au cours d'une journée triste, une brise légère de la mer du Nord a rafraîchi l'air, saturée de poussière de construction, rappelant Operation Gomorrha (celà pourrait être l'opération Gomorrhe), le plus grand raid aérien allié de la guerre. La principale ville de la Ligue hanséatique (hambourg)a surtout souffert en juillet 1943: environ 6889 tonnes de bombes incendiaires ont été larguées sur elle pendant cinq jours et nuits, transformant en ruines la ville et 80 installations militaires qui s'y trouvaient. Malgré le fait que le bâtiment de l'Abwehr à Sophienterrasse ait également été lourdement endommagé, les travaux se sont poursuivis à cet endroit.

Le major Sandel, était arrivé de la réserve vers l'Abwehr, il avait bien quarante ans. Le dernier rapport a plongé le meilleur expert du renseignement militaire dans la politique anglo-saxonne, qui vivait en Amérique depuis plusieurs années, dans un état de pensée sombre. Familier au travail avec tous les secrets que le Dr. Goebbels a tenté de cacher au peuple allemand, le major pouvait évaluer objectivement le cours de la guerre.

Un jour plus tôt, l'offensive de janvier de l'armée rouge à grande échelle avait été lancée contre le Groupe d'armées Nord, sous le commandement du maréchal Georg von Kühler sur le front de Léningrad à Novgorod.

Le télégramme d'Angleterre a aggravé ses sombres pressentiments. Ce n’était un secret pour personne que les alliés occidentaux avaient fait des préparatifs sans précédent en vue d’un assaut historique dans l’Europe occupée, en concentrant d’énormes ressources humaines et matérielles sur les îles Britanniques. Le court télégramme de l'A-3725 a confirmé que ces vastes préparatifs étaient entrés dans la phase finale.

D'un point de vue professionnel, le rapport était un modèle de débrouillardise. La nomination de Ike au poste de commandant en chef a été annoncée pendant les vacances de Noël. Le 31 décembre, il a littéralement disparu d'Afrique du Nord et s'est rendu aux États-Unis pour une série de réunions avec le général George Marshall, ainsi que pour une réunion avec sa famille. Les mouvements du général étaient gardés dans le plus strict secret: il a retirer même ses étoiles et ses insignes sur sa casquette et il a recouvert les épaulettes par le col de son manteau. Eisenhower quitta Washington le 13 janvier pour arriver à Londres le 14 janvier à 23 heures. Ainsi, le commandant se trouvait sur place. Il a été décidé de ne pas signaler son arrivée avant l'après-midi du 16 janvier.

Es ce que vous arrivé à suivre jusqu'à présent?
Je pense que oui, mais je l'ai tout de même posé au cas où!
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 5:00

Citation :
Hansen a informé de cet événement au matin du 14 . À cette époque, Ike traversait un épais brouillard anglais de Prestwick à Londres dans sa voiture privée. L’agent a annoncé la nouvelle sept heures avant l’arrivée du général au nouveau poste de commandement et quarante-huit heures avant l’annonce officielle.

Le major Sandel a estimé que le nouveau rapport méritait une attention particulière et qu'il était assez important pour être transféré dans le groupe I de l'unité secrète de l'Abwehr Belinda, stationnée à proximité de Berlin. Il y a été transféré à travers un télétype codé en G-Schreiber. Après cela, Sandel a envoyé un message à l'agent:

"Merci pour les informations reçues dans le rapport numéro 935. Continuez à nous informer de tous les mouvements d'Eisenhower liés à la préparation de l'invasion."

Le télégramme a été envoyé à 20 h 30, conformément au programme de trafic radio régulier entre Hambourg et Hansen.

Le 21 octobre 1940, Winston Churchill, s'adressant à la population française sous le joug nazi, se moquant d'Hitler pour le report de l'opération Sea Lion, un  grand plan mais suivit d'une invasion irréaliste  de la Grande-Bretagne après la défaite de la France, a déclaré: si longtemps promis.

Et les poissons attendent aussi. Maintenant, les poissons attendaient une invasion de l'autre côté.

Plus tard, Churchill décrivit les énormes problèmes liés au choix de la voie la plus sûre et la plus directe pour effectuer un lancer à travers la Manche en direction de la France occupée par les troupes allemandes. "Je savais qu'une telle opération serait très difficile et risquée."

Dans le même temps, Adolf Hitler n'a pas rencontré de tels problèmes. En 1941, démontrant son incroyable intuition, le Führer avait prévu le moment et le lieu d'une éventuelle invasion. Une semaine seulement après l'attaque de Pearl Harbor, il a publié sa célèbre directive intitulée "Construire des défenses côtières". Anticipant sur ce qu'il appellerait plus tard Crosslandung der Alliierten (le débarquement décisif des Alliés), il s'attendait à ce que les Alliés lancent des frappes sur les corniches des territoires de Normandie et de Bretagne, dont les beaux ports pourraient servir de têtes de pont côtier.

Le Führer a proposé un vaste programme visant à "contrer toute tentative de débarquement". En mars 1942, il demanda même la démission du vieux Gerd von Rundstedt, le maréchal le plus fiable et le plus froid de la Wehrmacht, le nommant commandant en chef de l’Ouest et lui confiant la défense de la France, de la Belgique et de la Hollande.

Cela ressemblait beaucoup à vivre dans une maison hantée, où le moindre bruit est considéré comme le mouvement d'un fantôme insaisissable. Jusqu'en 1942, des informations sur tous les événements de la Manche, même les plus aléatoires, amenèrent Hitler dans un état de dépression nerveuse. Par exemple, il considérait le raid commando de Saint-Nazaire comme un "Test de l'invasion" et l'assaut malheureux de la ville de Dieppe était considéré comme "des signes évidents d'une invasion". Hitler a obstinément insisté sur le fait que "ces Britanniques étaient déterminés à s'implanter dans le territoire capturé" malgré le fait que l'état-major disposait d'un plan d'opération capturé dans lequel les soldats canadiens avaient reçu l'ordre de retourner directement sur le territoire de la Grande-Bretagne.

La construction du mur de l'Atlantique battait son plein. Il s’agissait des canons navals de batterie de 16 cm, démantelés des navires de guerre. Les meilleures unités et formations de la Wehrmacht étaient constamment situées dans cette région d'importance stratégique. Au cours d'une des attaques de panique qui couvraient périodiquement Hitler en 1942, il ordonna rapidement de transférer deux divisions motorisées "Adolf Hitler" et "Grande Allemagne" de la Russie aux côtes de l'Atlantique. À ce moment-là, on avait cruellement besoin de ces troupes sur le front oriental, mais leur présence à l'ouest n'était pas encore nécessaire.

Deux ans ont passé et les Alliés n'ont rien fait. Leur passivité a fait de «l'invasion» le mystère le plus douloureux de la guerre. Les coûts fantastiques des ressources humaines, de l’argent, de l’acier et du béton ont été réduits à néant. Il convient de noter, et l'ignorance frappante des troupes allemandes dans cette période. L’histoire ne connaît pas d’autres exemples de cas où le haut commandement allemand aurait complètement ignoré l’ennemi et ses plans à un stade aussi important du conflit armé. Preuve de ces documents de l'époque.

Le 19 novembre 1943, le maréchal von Rundstedt écrivait dans sa directive «Préparer le combat»:

«L'ennemi est en train de préparer une offensive contre le secteur occidental. Nous ne savons pas où il va attaquer. Nous ne savons pas quand il lancera une attaque. "

Le 23 décembre, une réunion a eu lieu au GQG de Hitler, ce qui n’a fait qu’aggraver la confusion générale. Le général Alfred Jodl, chef de l'état-major personnel de Hitler, a reçu une directive indiquant six lieux géographiques différents comme lieux possibles d'invasion. Deux d'entre eux étaient situés sur la côte ouest, deux autres en Italie et enfin deux autres en Méditerranée orientale. À l’initiative de Jodl, les codes correspondants ont été attribués à ces points: Fleur I et II, Martre I et II, ainsi que Truite I et II.

Une telle révélation dans les échelons supérieurs moins de six mois avant le début du jour J était incroyable. Il remettait en question les idées de l'amiral Canaris et l'efficacité de l'Abwehr qu'il dirigeait, qui aurait dû savoir tout ce qui se passait à l'intérieur du camp des Alliés.

Après la guerre, cherchant à expliquer les raisons de leur défaite, les cercles réactionnaires allemands insistent sur le fait que l’Abwehr a non seulement échoué dans sa tâche de fournir au Haut Commandement les informations essentielles nécessaires, mais aussi l’a délibérément induit en erreur en rapportant des informations fausses. L'amiral Canaris semble être un scélérat complet qui a effectivement travaillé pour les Alliés. Le fait que l'officier supérieur des services de renseignement allemands ait été l'une des personnes clés de la tentative d'assassinat contre Hitler le 20 juillet 1944 est fortement souligné.

L’organisation de Canaris n’était pas aussi efficace que certains l’essayent maintenant de l’imaginer. Mais elle n'était pas si terrible. Dans des conditions extrêmement défavorables, elle a été capable de fournir une observation efficace d'objets aux États-Unis et dans les îles Britanniques. Ses employés ont obtenu des informations fiables qui ont permis au haut commandement allemand de prendre conscience de l’évolution de la stratégie d’invasion anglo-américaine, allant de l’élaboration de son plan au début de 1942 au débarquement des Alliés en Normandie en 1944.

Cette observation a commencé en décembre 1941, immédiatement après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor. Le colonel Hans Pickenbrock a immédiatement dirigé l'ensemble de l'appareil Abwehr vers ce travail. La possibilité de traverser la Manche et l’apparition sur le continent de la formidable force des alliés anglo-américains constituaient l’un des principaux problèmes que les officiers de l’Abwehr étaient censés suivre.

Les intentions de l'ennemi, les plans développés à ses plus hauts échelons dans le contexte du plus strict secret, sont les tâches les plus difficiles pour la reconnaissance. Néanmoins, dès le début, l’Abwehr a réussi à établir avec précision le but principal des Alliés - la base sur laquelle toute leur stratégie a été construite.

À peine deux semaines après l'attaque de Pearl Harbor à Washington, le président Roosevelt a rencontré le premier ministre Churchill, cette rencontre a eu lieu à Arcadia. Le but de la réunion était de déterminer la stratégie des alliés de l’Atlantique et du Pacifique. Vingt-trois jours de négociations à huis clos ont abouti à des décisions importantes. Le major Lionel Frederick Ellis, auteur de l'histoire britannique officielle de la guerre en Occident, a plus tard souligné que ces décisions étaient la pierre angulaire de la stratégie alliée dans la guerre. On supposait que tout cela resterait dans le secret le plus absolut.

Cependant, quelques semaines seulement après la fin de la conférence, l'amiral Canaris a mis sur la table des informations exhaustives sur les résultats du Fuhrer. Le rapport de 20 pages, qui révélait les décisions politiques prises lors de la réunion à Arcadia, ainsi que les «mesures à prendre pour les mettre en œuvre», provenait d'une source définie comme «une personne connue et fiable parmi nos amis». Ce visage était le colonel José Carlos García, attaché militaire espagnol, qui était en fait le plus haut responsable de l’Abwehr dans la capitale des États-Unis.

Le document a été secrètement transmis par courrier diplomatique de l'ambassade d'Espagne. Adressé au chef des services de renseignement de Franco, le général Campos Martinez, le 1er février 1942, il arriva à Madrid. Le général le remit au chef du bureau de l'Abwehr à Madrid, le capitaine de vaisseau Wilhelm Leissner, agissant sous le pseudonyme de Gustav Lenz. Ensuite, par courrier spécial de l'Abwehr aérien avec le document arrivant à Berlin et allant directement à l'amiral Canaris.

Parallèlement, l’Abwehr à travers d’autres sources ont obtenu des informations indirectes qui appuyait le même sujet. Les services secrets italiens ont transmis à Canaris une interception téléphonique décodée envoyée à Ankara par l’ambassadeur de Turquie à Londres, qui reproduisait la longue conversation de l’ambassadeur avec le colonel Robert Liz, attaché militaire américain, au sujet de la participation de la Turquie à la mise en œuvre des décisions de la conférence d’Arcadia. Le service Forschungsamt a pu déchiffrer plusieurs rapports de l'ambassadeur du Portugal à Londres, exceptionnellement bien informé, qui a été informé de certains détails de la conférence après le retour du Premier ministre Churchill à Downing Street. Un autre agent, décrit comme «notre représentant autorisé à l'état-major suisse», a remis au responsable du bureau de l'Abwehr à Berne une copie d'un rapport analytique sur la conférence à Arcadia, préparé et envoyé à Washington par l'attaché militaire suisse.

Donc pas tellement si inapte le service de l'Abwehr, mais pour l'Angleterre, ça c'est autre chose.....
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 7:45

Citation :
Enfin, les rapports de renseignement stratégique les plus détaillés ont été reçus par l'agent A-2248 à la succursale de l'Abwehr de Brême. Cet agent était le banquier de Cologne, le baron Waldemar von Openheim, qui disposait de nombreuses sources d'information de haut niveau dans les milieux financiers influents de New York et de Washington. Dans ses trois rapports (numéros 4097/41 / IH, 308/42 / IH et en particulier 573/42 / IH), Baron (pseudonyme de l'agent) pouvait envoyer à l'Abwehr des informations irréfutables qui, selon les décisions de la conférence à Arcadia " l'entrée de guerre du Japon "Atlantique et Europe" ont été définis comme le "théâtre décisif", et l'Allemagne comme "l'ennemi principal" et sa défaite comme la "clé de la victoire".

Présenté par Canaris à Hitler, le dossier de la conférence à Arcadia ne laissait aucune place à l'imagination.

Les services secrets allemands ont révélé (par étapes, par ordre chronologique) toutes les opérations que les Alliés envisageaient de mener jusqu'en 1943, commençant par "l'opération terrestre limitée" en 1942 et se terminant par "la maîtrise complète de toute la côte de l'Afrique du Nord". En 1943, il était censé prendre une décision actualisée sur la méthode "pour envahir le continent soit par la mer Méditerranée du territoire de la Turquie aux Balkans, soit par un débarquement en Europe occidentale".

Même pendant la conférence à Arcadia, le quartier général alliée avait reçu l'ordre de "prendre des mesures urgentes pour concentrer les forces alliées sur le territoire britannique" et de commencer à élaborer des plans pour "une offensive alliée à grande échelle avec un débarquement en France". Les objectifs militaires alliés étaient sans équivoque. le plan d'opérations était clairement formulé en détail; toutes les dates ont été préparés et clairement détaillés.

La mise en œuvre cohérente de cette grande stratégie était sous le contrôle des services de renseignements allemands. En mai 1943, l’Abwehr a reçu des informations stratégiques supplémentaires de l’attaché militaire espagnol à Washington. Il incluait à présent la transcription du compte rendu de la réunion du Trident entre Roosevelt et Churchill, qui fut le premier à traiter des détails de l'invasion des forces alliées sur le continent. Des informations détaillées ont été fournies par des agents des services de renseignement allemands aux niveaux opérationnel et tactique chargés de déchiffrer les codes des systèmes de communication sans fil alliés, d’étudier les documents saisis et d’interroger des prisonniers de guerre capturés en Afrique du Nord, en Italie, à Saint-Nazaire et à Dieppe. En outre, ces données ont été fournies par un réseau d’agents spécialement créé, «spécialisé» sur les informations relatives à l’invasion imminente.

Cependant, une grande partie de ces informations cruciales, obtenues avec une telle difficulté, n’atteignaient pas du tout les échelons supérieurs du haut commandement de la Wehrmacht ou ne leur donnaient souvent pas l’impression appropriée. La situation était semblable en janvier 1944, lorsque le rapport de l'agent A-3725 entamait un long chemin le long des couloirs bureaucratiques vers Zossen, dans les bunkers en béton dans lesquels l'état-major des forces terrestres s'était déplacé.

Malgré la marque SSD, qui signifiait «très urgent», le rapport a passé en revue tous les cas avant de tomber entre les mains de celui à qui il était destiné, à savoir le colonel Alexis von Röhne, chef de la division de Fremde Heere West, l'équivalent allemand du département G-2 de l'état major du QG américain .

Le lendemain, l'agence Reuters (Röhne la considérait comme l'une des sources d'informations militaires les plus importantes) a publié un communiqué officiel dans lequel ils tentaient de dissimuler la raison du voyage de Ike aux États-Unis. L'agence a écrit:

«Vous pouvez maintenant annoncer la nouvelle nomination du général Eisenhower au Royaume-Uni, qu'il a reçue sur ordre du chef d'état-major. Au cours de son voyage de la Méditerranée au Royaume-Uni, le général a rencontré le président et le Premier ministre. "

Dans le même temps, l'agent A-3725 a reçu de nouvelles informations concernant le sujet de l'invasion. Le 16, dans le radiogramme numéro 937, il a rapporté:

«Actuellement, plus de 7 000 soldats et officiers américains sont en permanence à Londres, en plus l’arriver ici des vacanciers. La plupart d'entre eux travaillent dans divers quartiers généraux engagés dans la préparation de l'invasion. L'un de ces état major est situé Berkley Square à Mayfair. »

Il convient à noter que, malgré l’absence de données particulièrement importantes dans le rapport, le colonel von Röhne, qui avait vraiment faim d’informations brûlantes de Londres, s’est servi de ces données pour rédiger son rapport du 17 janvier.

«L’arrivée d’Eisenhower en Angleterre, évoquée par diverses sources de presse et de radio, a-t-il souligné, est un trait caractéristique. Dans le même temps, d’autres sources de renseignement ont été informées que le centre de commandement nouvellement créé à Gibraltar, après la préparation de l’invasion, était en second. Il est destiné à diriger des opérations en Méditerranée, en particulier dans le sud de la France. "

"Un autre rapport", a-t-il poursuivi, "annonçant l'arrivée en Angleterre du supléant d'Eisenhower, le maréchal chef de l'armée de l'air britannique Tedders- témoigne des progrès rapides réalisés dans la création de l'appareil de contrôle des incursions. La même chose est indiquée par la nomination du général Bradley en tant que commandant de l’armée terrestre des États-Unis (le premier groupe d’armées américaines), soumis au général Eisenhower. Il est à noter que Bradley était auparavant commandant de la 82ème division aéroportée américaine (le transfert partiel d'Italie en Angleterre est confirmé par des sources fiables), puis qu'il a commandé la 28ème division d'infanterie, dont l'arrivée dans le sud de l'Angleterre est confirmée par un autre agent »

Le rapport susmentionné sur la situation au Royaume-Uni ne fait pas partie des meilleurs documents d'information préparés par Röhn. À ce moment-là, il y avait trop peu de sources vraiment précieuses d'informations de renseignement à la disposition du Röhne.

S'il avait fallu identifier le personnage clé de l'ennemi lors de ce grand évènement précédant l'invasion du drame, un tel personnage aurait certainement été Alexis von Röhne. Sa tâche consistait à fournir au haut commandement les informations de renseignement finalisées et vérifiées sur la base desquelles les décisions étaient prises. Tous les services de renseignement, de chiffrement et de renseignement analytique travaillaient pour cette personne. Tous les jeux de reconnaissance et les intrigues se terminaient à son bureau.

Seul colonel parmi les maréchaux et les généraux supérieurs représentant le cadre radieux du Führer, Röhne dirigeait un département relativement petit de l'état-major. Même ses propres ennemis (dont il y avait suffisamment dans son entourage, car il avait la fierté, le courage, l'intégrité et la présence de ses propres convictions) le reconnaissaient comme un interprète idéal pour un travail aussi important. Le colonel Röhne était un employé érudit, entreprenant et réfléchi, un excellent administrateur. En 1940, au rang de capitaine, il est reconnu universellement comme il le mérite pour son excellente collecte de données sur l’armée française, illustrant sa faiblesse fatale. Et ceci à un moment où les autres experts ont été unanimes à dire qu’elle était une force militaire importante. La contribution de Röhne à la bataille de France a été évaluée par le général Franz Halder, futur chef de l'état-major allemand, comme un facteur décisif dans la victoire écrasante des armes allemandes.

En 1942, après la démission du chef du bureau du renseignement, le colonel von Röhne devint son successeur naturel. En moins de trois ans, il fut promu trois fois. Il releva non seulement le plus grand défi de toute sa carrière, mais aussi la possibilité d'améliorer son exploit phénoménal de 1940, laissant tomber le voile du secret avec les alliés planifiant le débarquant sur le continent. Cependant, il s'est avéré que même sa capacité à le faire n'était pas suffisante.

Le professeur Percy Ernst Schramm, auteur des journaux militaires de l'OKW, a écrit: «Jusqu'en 1942, le haut commandement allemand pouvait concentrer ses efforts (à l'ouest) sur la protection et le contrôle des territoires occupés, ainsi que sur la construction d'un système de défense côtière. Cependant, après les événements de l'été et de l'automne de cette année (Dieppe, El Alamein, le débarquement allié sur les côtes de l'Afrique du Nord française), il devint évident que les Anglo-Américains décidèrent d'ouvrir un deuxième front sur les côtes européennes contrôlées par l'Allemagne ... concentrant leurs efforts principaux sur le coup décisif porté à plus "forteresse européenne".

Selon l'analyse effectuée par Schramm, la situation à cette époque était caractérisée par le fait qu'il n'existait aucune donnée sur l'emplacement exact du second front du débarquement des Alliés prétendument constitué par Röhne Feindbild (plans de l'ennemi). De plus, à l'hiver 1943-1944, la situation était devenue encore plus floue. Dans un document d'information préparé pour Hitler lui-même, le major général de l'équipe de planification dirigée par Jodl a déclaré: «Nous occupons la ligne interne du système de défense stratégique Festung Europa, sans pouvoir profiter de cet emplacement. La raison en est que les nombreuses forces ennemies libres en Méditerranée, au Moyen-Orient, en Afrique, en Amérique, en Angleterre et en Islande, dont la participation au débarquement en Europe peut être attendue à tout moment, lient une grande partie de nos réserves. "

Une telle situation était inacceptable et personne ne le comprenait mieux que le colonel von Röhne, affuté dans le bunker en béton de Zossen, comme dans une tour d'ivoire.

Tout au long de 1943, il se consacra à la recherche dans le domaine de ce problème majeur. Tandis que les forces alliées avançaient obstinément de l'autre côté de la Méditerranée pour atteindre leur tête de pont dans le sud de l'Italie, Röhne tenta de prédire un objectif stratégique découlant d'une chaîne de décisions tactiques. Il était conscient que, tôt ou tard, les opérations en Afrique du Nord, en Sicile et en Italie devraient mener à une invasion à grande échelle. Cependant, il manquait de signes irréfutables de préparation à une telle invasion.

«Notre ignorance des objectifs des Alliés», écrit le professeur Schramm dans son journal militaire, «était aggravée par le fait qu'ils étaient capables de manipuler les médias avec compétence. À partir de l'été 1942, la presse publiait périodiquement un battage publicitaire pour nous convaincre de préparer l'invasion. ”

Et bien que les objectifs de telles campagnes, comme le pense Schramm, soient extrêmement clairs, ils ont néanmoins rendu la situation encore moins claire.

À plusieurs reprises, le colonel von Röhne se rappelait avec irritation quel commandement l'attendait. Hitler attendait de la part de Jodl le développement de mesures pour contrer les alliés et, à son tour, était sous la pression du manque constant d'informations de renseignement stratégique. L'élaboration de plans d'action pour que les troupes repoussent une attaque surprise était inhibée. Comment de tels plans pourraient-ils être développés en l'absence de données sur la direction et le moment de l'invasion?
 
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 8:06

Donc l'analyse des documents sur le sommet d'Arcadia, devait être la clée de voute, donc Hitler était déjà au courant pour les opérations de 1942 et 1943.
Mais là aussi un grand nombre d'auteurs, en ont décrit, que pour Hitler c'était la stupéfaction n'es ce pas.
Tandis que ici il fallait plutôt comprendre, sur les raisons, que Hitler a laisser Rommel à sa défaite.
C'est incompréhensible, d'un côté Hitler souhaita faire la jonction entre le Caucase et le moyen orient.
Et d'un autre, comment s'il est au courant du sommet Arcadia, il laisse arrivé la défaite cuisante de l'Africa korps.
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 14:05

Citation :
Le 3 janvier, le général Jodl a envoyé des instructions à tous les services de renseignement avec une liste de questions auxquelles il souhaitait avoir des réponses sans équivoque. Le 6, il convoque l'amiral Canaris et le colonel Röhne et lui a transmis un flot d'informations qu'ils connaissaient bien. En outre, il a démontré à quel point ses évaluations étaient loin de l’état actuel des choses.

«Je demande, a déclaré Jodl, d’accorder une attention particulière à la région méditerranéenne, comme jamais auparavant. Ce qui s'y passe non seulement indique les intentions des alliés de débarquer dans cette région, mais reflète également toutes les intentions stratégiques des anglo-américains.

A propos, ajouta-t-il, ces derniers jours, j'ai plusieurs fois discuté de ce problème avec le Führer. Il s'intéresse vivement au sérieux des alliées. Le Fuhrer suppose qu'avant de prendre le risque d'une invasion à grande échelle, les Anglo-Américains vont entreprendre une série d'opérations locales de type sabotage. Tout d'abord, le Führer prévoit qu'un débarquement auras lieu sur la côte portugaise ou espagnole ou au nord de la Gironde en France. ”

Dans quelle mesure ces hypothèses partaient-elles de la conjecture du Führer de 1941 à 1942, lorsqu'il définit la Normandie - Bretagne comme une région où les Alliées étaient susceptibles de débarquer. Maintenant, en 1944, se trompant d'entretenir l'illusion d'une victoire possible pour l'Allemagne, il s'imprima tellement sur l'inaccessibilité des fortifications construites sur la côte qu'il ne pouvait même pas imaginer la possibilité que un débarquement des troupes alliées s'effectuera.

Röhne a laissé Jodl dans la confusion. Il ne doutait plus que les Alliées se préparent à quelque chose de grave et ne gaspillent pas leurs forces lors de raids ou dans un débarquement dans des pays comme le Portugal ou l'Espagne. Les deux succès majeurs de ses agents ont aidé le colonel à voir quelque chose à travers un écran de fumée placé par les alliés.

Le 16 décembre 1943, il reçut une lettre interceptée dans laquelle un colonel américain, identifié comme un "officier influent du quartier général d'Eisenhower", parlait franchement de la prochaine opération Overlord. À en juger par une variété de signes, il était question de la décision des Alliées de porter le coup principal à travers la Manche. En effet, presque simultanément, Röhne a reçu des informations plus fiables confirmant que le nom de code "Overlord" désignait l'offensive générale des forces alliées. Il a rassemblé ces informations auprès d'une source très autorisée - des documents très secrets émanant des plus hautes autorités des alliés.

Depuis le 26 octobre 1943, la résidence du S.D. à Ankara a été informée directement à travers le coffre fort de l'ambassadeur britannique en Turquie. Par l'intermédiaire d'un agent nommé Cicero(*), qui travaillait comme employée à l'ambassade et qui avait fait un duplicata de la clé du coffre-fort qui se trouvait dans la chambre à couché de son Excellence.

Le responsable de la station S.D. à Ankara, Ludwig Moyzisch, a estimé qu'il avait entre les mains des papiers dont tout officier du service de renseignement ne pouvait rêver. À son avis, les services fournis par Cicero au Troisième Reich sont inestimables. Dans le même temps, la direction du S.D. à Berlin était enclin à croire que l'opération "Cicero" était l'une des astuces du contre-espionnage britannique. Au lieu d'agir sur la base des informations reçues de Cicero, d'innombrables autorités se demandaient sans cesse si on pouvait faire confiance à elle et les documents ont perdu leur pertinence entre-temps.

rapidement pour mon asterix: Ludwig Moyzisch et von Papen réellement non pas connu le nom réel de "Cicero" d'après ce qu'il énumère dans son livre d'auteur "Operation Cicero". Qui entre temps a été identifier à Elyesa Bazna qui elle était donc l'agent "Cicero", elle travaillait certainement en tant que femme de chambre à l'ambassade Britannique.

Et oui, malgré le fait que Ludwig Moyzisch disposait d'un héritage de sang Israelite, il a été accepté pour entré dans le sacre saint Sicherheit Dienst de Heydrich. Sûrement à travers ses liens étroits avec von Papen et d'autre haut rang du parti nazie. Ben Canaris lui même il n'a jamais touché a ses vaillants agents émanent de la communauté israélite. Et il en avait, et même il en as envoyé certains d'en d'autre pays, juste pour les protégé des poursuites, lorsque il reçu vent, que un de ses agents était sous un contrôle imminent de la Gestapo.

Donc revenons à nos mehhhhhhhh (moutons.)


Citation :
Pendant les discussions, du 14 décembre 1943, Cicero remit à Moyzisch ce qui s’avérait être le plus précieux des documents volés. Celles-ci étaient des copies du compte rendu de la Conférence de Téhéran tenue en novembre de la même année, au cours duquel Roosevelt, Churchill et Staline ont conclu un accord sur l'orientation future des efforts militaires alliés et sur des mesures permettant d'accélérer la victoire. Dans les conversations des trois dirigeants, ont discuté sur l’opération "Overlord" et le nom de code a également été fréquemment évoquée, le même nom de code que Röhne a découvert dans un message aussi imprudent d’un colonel américain.

Maintenant, que ont connaissait ce qui était caché sous le nom de code "Overlord" et, par conséquent, les plans des Alliés cessèrent d'être un secret pour lui, Röhne soupira plus librement. Maintenant, en utilisant tous les moyens disponibles, il était seulement nécessaire de recueillir les détails.

Röhne a rencontré quotidiennement l'amiral Canaris et ses adjoints, ainsi que le général Fellgiebel, responsable du service de communication de la Wehrmacht, à la tête du service d'interprétation. Röhne a insisté sur le le fait d'un contrôle plus attentif de l'échange radio alliée, espérant obtenir des informations qui ne pourraient pas être obtenues même par les meilleurs agents allemands. Le colonel s'est rendu en reconnaissance sur les points les plus vulnérables de la côte française et a rencontré les officiers de renseignement des armées de campagne qui s'y trouvaient.

Enfin, en réponse à ses demandes insistantes, les agents de l’Abwehr ont commencé à recevoir des informations sur la concentration des forces alliées. Il a donc pris connaissance du déploiement de la 1re Armée américaine dans le sud de l'Angleterre, ainsi que des trois divisions aéroportées britanniques: l'une d'entre elles était stationnée dans la région de Salsbury-Yeovil-Taunton; le second était situé entre Aldershot et Guilford. La troisième division a été formée près de Kingston upon Hull. L'un des rapports indiquait que le quartier général du 7ème corps était basé à Reading. Dans une autre - la 49e division d’infanterie britannique a été repérée au cours de la marche d’Ecosse au sud, en direction de Harwich et de Lowstoft. Le troisième agent a informé de l'activation importante de l'ennemi autour de Poole et de Bournemouth. Dans les rapports, les noms géographiques ont clignoté les uns après les autres. La concentration d'unités militaires en provenance de différentes régions de la Grande-Bretagne, de l'Islande et du bassin méditerranéen a été notée. QG déployé et postes de commandement. Les plus souvent mentionnés sont Eastbourne, Brighton, Worthing, White et Weymouth. À en juger par les informations des services secrets, l’essentiel des forces alliées s’est concentré dans le sud de l’Angleterre, au-dessous de Pas de Calais. De toute évidence, c’est à partir de là que les Alliés allaient porter le coup principal.

Pourtant, Röhne ne pouvait toujours pas répondre à deux questions fondamentales: où exactement les Alliés ont-ils l'intention de débarquer sur les côtes françaises?

Et aussi: quelle est la date exacte du début de l'offensive?

Le 19 janvier, faisant une prévision des événements présumés, Röhne nota:

"Il faut supposer qu'une offensive dans l'Ouest peut commencer à tout moment à partir de la mi-février, dès que le temps est propice aux opérations de débarquement."

Donc au mois de Janvier 1944, ils ont commencé à prédire des suppositions.
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 16:35

et slurpp slurpp, je continue.
Citation :
Le temps a passé où vous pourriez vous tromper ou faire des erreurs. Après la réunion de novembre au GQG du Führer, lorsque Jodl a formulé toute une série d'hypothèses non spécifiques, Röhne a constamment gardé sur son bureau une carte de l'Europe à l'échelle 1/6 000 000. Il la parcourait de temps à autre et parcourait le littoral du nord de la Norvège jusqu'au Dardanelles. Il as essayé d'imaginer les plans des alliés.

À la fin du mois de janvier, Röhne a finalement conclu que les Alliés pourraient commencer à atterrir dans environ deux semaines. Dans Maybach II(*), il sortit la carte pliée et commença à l'examiner plus attentivement comme il ne l'avait fait jusqu'ici. Il disposa un certain nombre de crayons de couleur et, prenant soudainement sa décision, commença à schématisé son plan sur la carte.

En vert, il a identifié l'une des frappes possibles allant des Dardanelles jusqu'à Odessa, de l'autre côté de la mer Noire. Dessinant par la suite une ligne en pointillée bleue avec un point d'interrogation a traversé la mer Adriatique, pour se rendre en Croatie, et il s'est arrêtée dans la région de Budapest. puis dessinant Deux flèches en pointillés jaunes qui visaient le secteur situé entre Marseille et la Riviera italienne. Puis Une flèche noire plus épaisse a été envoyée d'une tête de pont en Italie jusqu'à Milan. La flèche rouge, qui marqua la direction de l'attaque principale, d’une épaisseur de presque un pouce, a conduit de l’Angleterre aux côtes françaises. Sa base était située dans la région de Manchester, puis traversait le territoire anglais le long de la ligne Douvres-Folkestone et, traversant la Manche au point le plus étroit, reposait contre le Pas-de-Calais dans le nord de la France.

C’était une conclusion étrange: après tout, aucune des sources de renseignements n’a non seulement souligné la concentration d’un grand nombre de soldats et de matériel dans la région, mais n’a même pas remarqué d’activité ennemie près de Douvres. Cependant, s’adressant à son adjoint et au chef du département britannique, le major Zoltmann, Röhne a déclaré: «Quel est l’intérêt des alliés de faire un long et risqué voyage, par exemple depuis Portsmouth, s’ils peuvent effectuer une traversé vers le Pas de Calais depuis la région de Douvres, où la largeur est seulement de 20 miles? "
Et oupps mon asterix, avant que je l'oublie.
Donc Maybach II, était le nom de code pour un des complexe souterrains ou l'état major de l'OKW se trouvait. près de Zossen très précisément à Wünsdorf.
Tandis que Maybach I était réservée à l'OKH.

Et Zeppelin était le centrale pour la communication.

En clair c'était le centrale de planification des opérations de campagne.

et reprenons.

 
Citation :
Bien sûr, le Pas de Calais! Cette campagne vallonnée des provinces d'Artois et de la Picardie, reposant sur le détroit éponyme, a longtemps été le théâtre d'affrontements militaires. Il furent combattu par les comtes de Flandre, les ducs de Bourgogne, les rois de la dynastie des Bourbons, les Français, les Espagnols, les Autrichiens. Enfin, il y eut l'une des principales batailles de la Première Guerre mondiale.

Il en résultat! Röhne a demandé à Canaris une brève réunion au cours de laquelle il avait l’intention de discuter des questions relatives aux actions de l’Abwehr visant à assurer l’organisation de la riposte contre les alliés. L'image qui s'était formée dans sa tête n'était pas encore complète. Il avait toujours besoin de milliers de détails que les agents de renseignements tactiques pourraient fournir. Il ne connaissait pas la construction exacte des formations de combat, il n’y avait aucune information sur l’équipement de l’ennemi, la tactique de conduite des opérations de combat, autant de faits nombreux, sachant que le colonel pourrait enfin inventer la version finale de son Feindbield.

Ils se sont rencontrés le 2 février au bunker de l'état-major à Zeppelin. L'enregistrement de leur conversation capturé plus tard par les alliés a été sauvegardé. En tant qu’officier de l’état-major, Röhne partageait le mépris de Canaris pour le régime nazi. Cependant, il n'était pas de grande opinion sur l'organisation dirigée par l'amiral. Le colonel a compris que dans les circonstances, il aurait été extrêmement difficile de disposer d’un réseau d’espionnage efficace sur les îles britanniques. En même temps, à son avis, l’Abwehr pourrait mieux surveiller la situation qu’elle ne l’a réellement fait.

Quelle a été son étonnement lorsque Canaris a laissé entendre l'existence d'un réseau d'agents fonctionnant toujours au Royaume-Uni, dont les employés pourraient fournir à Röhne les informations qui lui manquaient. «Le simple fait, dit l'amiral, que plusieurs de nos ressortissants britanniques travaillent depuis trois ou quatre ans au Royaume-Uni constitue certainement l'une des pages les plus brillantes de l'histoire de l'espionnage. Après des discussions longues et inutiles sur l'efficacité et la rigidité du travail des services de renseignement britanniques, Canaris s'est finalement mis au travail. Il a dessiné une carte à Röhne du réseau de l'Abwehr, couvrant des zones allant de Bristol au sud vers Glasgow et Aberdeen au nord de la Grande-Bretagne. «Nous réussissons si bien à assurer le travail de notre peuple que même maintenant, nous avons la possibilité… de recevoir directement de l'Angleterre 30 à 40 rapports journalier. Dans le même temps, de nombreux agents transmettent des informations en utilisant leurs propres émetteurs radio, travaillant dans des conditions de contre-mesures électroniques actives et efficaces de l'ennemi. ”

Canaris sans exagération avait toutes les raisons d'être fier des réalisations de l'Abwehr au Royaume-Uni. Au début des hostilités, l’Abwehr n’y avait qu’un seul agent (A-3504). En 1944, plusieurs groupes travaillaient déjà en Angleterre, ainsi que des agents individuels qui travaillaient de manière indépendante, à savoir environ 130 agents de renseignement. Chacune des succursales Abwehr à Hambourg, Brême, Wiesbaden, Paris et Bruxelles possédait son propre réseau d’agents en Grande-Bretagne, y compris le célèbre agent A-3725 (Hansen) en contact avec le bureau de Hambourg et l’agent mystérieux sous le pseudonyme de Tramp (Rogue). ). Il ne faut pas le confondre avec un autre agent ayant travaillé sous le même nom de code et exposé par les Britanniques. New Tramp faisait des voyages réguliers entre Londres et Bristol. "Elle nous fournit les informations les plus importantes de nature militaire", a déclaré Canaris, ajoutant avec regret: "Bien que ce ne soit qu'une femme".

De plus, les grandes branches de l'Abwehr à Madrid, Lisbonne et Berne avaient leurs propres agents; Cependant, certains agents occupaient des postes clés au sein du gouvernement. Ainsi, à Madrid, a travaillé tout un réseau appelé "Arabel". Il comprenait 7 employés des industries extractives qui travaillaient de manière indépendante et qui étaient également dirigés par un groupe d’agents S-319 ayant accès au courrier diplomatique espagnol. La branche de Lisbonne était représentée par une autre femme, nommée Ivey, qui a également fourni à Abwehr des informations militaires précieuses. En outre, le réseau «Ostro» opérait sous la direction d'un homme d'affaires portugais, qui avait obtenu les informations qui intéressaient Abwehr par l'intermédiaire de succursales de sa société en Angleterre et aux États-Unis.

Des informations importantes sont venues de Stockholm par l’intermédiaire du groupe Joséphine, qui les a reçues de la mission diplomatique suédoise à Londres. Un employé du ministère des Affaires étrangères suisse, qui est également l'agent de Banta, a eu accès aux rapports de l'attaché militaire suisse à Berne, porteur d'informations précieuses.

Les fils de la toile tissée de Canaris sont entrés dans les plus hautes sphères. L’amiral a assuré à Röhne qu’un des secrétaires personnels de Churchill dans Downing Street 10 serait sur le point de travailler pour l’Abwehr. Le charmant effronté A-3725 (Hansen) a récemment réussi à "séduire" une employée du QG d'Eisenhower, qui a reçu le pseudonyme de Mary. L'officier de l'état-major polonais détaché auprès du quartier général du groupe de l'armée américaine, le général Bradley, détenait en fait un agent double de l'Abwehr.

Pendant les années de guerre, avec toute sa minutie, le vaste réseau a continué à fonctionner. Tous ses employés pourraient être réorientés d’urgence pour obtenir des informations sur l’invasion imminente. En outre, Canaris a assuré à Röhne que des forces de reconnaissance supplémentaires seraient déployées du territoire de l'Espagne et du Portugal vers l'Angleterre. Ces personnes ont déjà été formées, instruites, munies de documents et attendaient l'ordre approprié.

Si, dans ces circonstances, les agents de l’Abwehr sont arrivés à une heure de gloire, c’est également un test sérieux pour Canaris lui-même et pour le service qu’il dirigeait. Pour la première fois en un quart de siècle, l’Abwehr n’a pas apporté de solution à un petit problème tactique, mais un objectif stratégique véritablement complexe. Sa place dans l'histoire, son importance parmi les autres principaux services de renseignement du monde auraient dû être déterminées par la capacité de l'Abwehr à atteindre cet objectif. La préparation du Troisième Reich de Hitler, qui était dans une position désespérée pour faire face à de nouveaux défis, dépendait de l'Abwehr. Il n’est pas exagéré de prétendre que la victoire ou la défaite dépendait de la capacité de l’Abwehr à percer le voile des secrets des alliés.

En même temps, ce moment de vérité cachait en lui-même le risque que Canaris, dans son cœur, imaginait très bien. En Angleterre, il a été confronté à un adversaire qui, selon les termes d'un jeu de cartes, avait trop d'atouts dans ses mains.

Donc ceci était le chapitre sur le comment ils furent informé de la future opération "Overlord".
Revenir en haut Aller en bas
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 731
Age : 55
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Mar - 22:34

Et voici à présent, que arrive le chapitre dont toi Vania, tu devra en raffolé, puisque nous allons ici à présent être au courant, jusqu'où "Fortitude" as t'il réussis à berner l'Abwehr.
Mais ici, il faut aussi comprendre, que même si la réponse sera du style, que ils étaient au courant, que le débarquement aura lieu en Normandie, ici lorsque certains autres énumèrent que ils n'était pas au courant, celà peut aussi provenir, que leurs propres sources, avaient leurs propres vision, que le débarquement devaient être le lieu du pas de calais. Donc trop borné, pour admettre leurs mauvais jugement en matière tactique militaire, ou provenant de la vielle école.


Citation :
Chapitre 50
Le Pion de l'opération "Fortitude"

Le grave dilemme auquel l’amiral Canaris était confronté a été résolu par la suite des événements, qui en ont fait un personnage consommable à une époque où les services de l’Abwehr étaient si nécessaires. Peu de temps après sa rencontre avec Röhne le 19 février 1944, Canaris quitta son département. Ils ont essayé d'adoucir la pilule en lui offrant un autre poste à l'OKW. L'amiral devint le chef du département des contre-mesures économiques et s'installa avec son quartier général dans l'une des nombreuses installations militaires situées à proximité de Potsdam.

La façon dont Hitler s’est débarrassé de lui indique que le Führer a conservé les restes de son attachement antérieur à cet homme impénétrable de petite taille. Cependant, l’Abwehr elle-même avait de graves problèmes. Un petit groupe de dirigeants, clairement opposés à Hitler, comprenant le général Oster et l'avocat Donani, ont été compromis par la Gestapo. Le vieux renard lui-même a poursuivi son équilibre risqué, flirtant avec l’opposition, qui considérait la guerre comme perdue, tout en continuant de travailler pour le régime nazi.

La schizophrénie politique de Canaris, ses préjugés opposés et son épuisement général après une longue guerre témoignaient de l'efficacité de l'Abwehr. Le flot de plaintes concernant cet appareil autrefois puissant a continué de croître: les informations sur l'ennemi agissaient de manière instable, souvent contradictoires et momentanées. Les opposants du département à l'appareil du parti nazi et aux forces armées ont également manifesté un mécontentement croissant. Toujours prêt à frapper à l'arrière, le jeune responsable d'un service similaire du SD, Walter Schellenberg, a littéralement «fait exploser la bombe», laissant filtrer à l'Abwehr et à Canaris lui-même le matériel qu'il avait pu collecter. Le moment pour porter un coup mortel au département, pour avoir le contrôle sur lequel il cherchait depuis si longtemps, avait été choisi très précisément.

Cependant, les intrigues incessantes de Schellenberg ont été les premières impulsions d’un puissant tremblement de terre sur le point de se produire. Il a temporairement reculé, donnant l'occasion de casser le bureau détesté à un autre rival de longue date de l'Abwehr - le ministère des Affaires étrangères.

La rivalité entre Joachim von Ribbentrop et l’amiral Canaris était particulièrement vive dans les deux pays hispanophones, où l’influence de l’Allemagne était plus forte que partout ailleurs dans le monde. En Argentine, seul pays d'Amérique du Sud à adhérer aux principes d'une politique de neutralité amicale à l'égard des pays de l'Axe, l'Abwehr possédait un super-espion capable de renverser les gouvernements d'un seul geste. Ce succès pendant les années de guerre, le service de renseignement allemand ne pourrait être répété nulle part ailleurs. De manière caractéristique, l'agent Hans Rudolf Leo Harnish, un chef respectable de «Böker and Co. », l'une des plus grandes entreprises argentines d'importation et d'exportation, était un amateur d'affaire d'espionnage difficile.

Recruté par l'Abwehr à l'été 1941 dans sa ville natale de Hambourg, où il passa ses vacances, Harnish (sous le pseudonyme d'Erich Fierek) fut chargé de collecter des informations économiques sur les États-Unis. Animé par un sentiment d'excitation et de nouvelles opportunités, le recruteur nouvellement en reconnaissance, cette personne «prudente, raisonnable, retenue et de sang-froid», avec une habileté et un plaisir inattendus, a rejoint le jeu, dans lequel il est allé au-delà de tous les cadres qui lui étaient destinés. Harnish a eu raison de renverser en juin 1943 l'adhésion aux principes de la neutralité du régime de Castillo par une junte militaire dirigée par le général Pedro Ramirez à l'esprit pro-fasciste. Puis il réussit si bien à corrompre le gouvernement de Ramirez que l’Argentine devint en réalité un allié de l’Allemagne.

Le deuxième État était l’Espagne, où l’influence de l’Abwehr reposait presque entièrement sur les liens de Canaris à Madrid et sur sa prétendue amitié avec le général Francisco Franco, qui, selon Hitler, pourrait être le dernier argument en faveur du maintien de ce pays dans le camp des alliés de l’Allemagne.

Les deux bastions de l'Abwehr ont été détruits presque simultanément, au moment le plus défavorable pour l'amiral Canaris. Les efforts conjoints des services de renseignement britanniques et américains du 27 janvier 1944 ont mis au jour les activités de Harnish. L'Argentine a été contrainte de rompre ses relations diplomatiques avec l'Allemagne, à la suite de quoi cette dernière a perdu son unique avant-poste dans l'hémisphère occidental. L'échec soudain et accablant a provoqué une telle explosion de rage chez Hitler qu'il a fallu d'urgence trouver un bouc émissaire. Le ministère des Affaires étrangères a réussi à rejeter la responsabilité sur l'Abwehr. Après tout, le discrédit de Harnish a conduit au fait que la colère des Alliés s’est abattue sur le général Ramirez, qui, lui-même conspirateur, essayait maintenant de tout mettre en oeuvre pour sauver sa peau.

Presque au même moment, il fut révélé à Hitler que l'influence de Canaris en Espagne était un bluff complet. En novembre 1943, l'ambassadeur Eberhard von Schtorer, qui entretenait des relations amicales avec Canaris, fut remplacé par Hans Heinrich Dickhoff, sans emploi après son retour des États-Unis en 1938.

Lorsque Dickhoff a remis ses lettres de créance au général Franco, il a été surpris par les mots de salutation avec lesquels le caudillo l'avait rencontré: "Je suis heureux de pouvoir maintenant traiter avec un représentant du Troisième Reich, et non avec ce parvenu de Canaris." Ces mots, Dickhoff, ont volontairement transmis von Ribbentrop. Après la première volée de l’ambassadeur sur les positions de l’Abwehr en Espagne, une série d’attaques brutales a suivi. Dans une dépêche après l'autre, il attaqua l'Abwehr comme le bureau de la domination de l'incompétence, dont le travail maladroit et peu professionnel conduit l'Espagne au camp des alliés. L'ambassadeur a vaguement laissé entendre que Canaris jouait un double jeu, assurant à Hitler qu'il faisait tout pour garder Franco parmi les alliés de l'Allemagne. En même temps, Franco lui-même dit que les Allemands sont en train de perdre la guerre, incitant ainsi le Generalissimo à quitter le navire en perdition à temps. Au début de 1944, la crise provoquée par Dickhoff exigea que Canaris intervienne personnellement en Espagne. L'amiral a tenté en vain de dénoncer l'intrigue de la campagne menée par l'ambassadeur. Dickhoff a appris que Canaris avait l'intention de faire un voyage secret dans ce pays afin de gagner le soutien de ses amis, dont le chef de l'état-major, le général Vigo, et le chef du renseignement, le général Campos Martinez. À une époque où l’invasion des Alliés était le principal problème de l’Abwehr et où Canaris lui-même faisait face aux plus grandes épreuves de sa carrière, Dickhoff décida de mener sa campagne à son terme.

Le 5 février 1944, il rapporte à Berlin:

«Je viens de recevoir des informations confidentielles selon lesquelles l'amiral Canaris prévoit de se rendre en Espagne la semaine prochaine. Tout en se félicitant de l'occasion qui lui est offerte de procéder à un audit de l'appareil local de l'Abwehr, j'estime qu'il est nécessaire de se prononcer de manière catégorique contre l'arrivée actuelle de l'amiral Canaris. Une telle visite, qu'il sera impossible de garder secrète, donnera non seulement aux Britanniques et aux Américains une occasion d'accroître la pression sur les autorités locales, mais mettra également nos amis espagnols dans une position délicate. "

Les recommandations de Dickhoff ont été prises en compte et il a été interdit à Canaris d'aller en Espagne. Cependant, il a été autorisé à rencontrer Dickhoff en France, près de la frontière espagnole, afin de résoudre les contradictions entre eux. Le luxueux complexe hôtelier Biarritz, situé sur la côte du golfe de Gascogne, a été sélectionné pour la réunion. Lorsque Canaris, accompagné des chefs des services de son pays à Madrid et à Lisbonne, arriva dans cette ville magnifique, il y avait déjà un jeune représentant du SD qui travaillait sous couverture diplomatique, nommé Herbert von Bieber, qui remit à l'amiral une note de Dickhoff.

«Je vous remercie de l’importance, qui est liée à ma participation à la réunion de Biarritz, at-il déclaré. Malheureusement, mes fonctions ne me permettent pas de quitter Madrid maintenant. C’est pourquoi j’ai demandé à M. von Bieber de me représenter à la réunion avec le plein droit de prendre la parole en mon nom. ”

Toute la situation a déjà témoigné de la perte imminente de Canaris. Le général Campos Martinez a refusé de le rencontrer en France.

La crise en Espagne a été précédée par des événements similaires au Maroc espagnol. Là, le général Orgas, sous la pression des alliés, dont les troupes se trouvaient à la frontière orientale, a exigé que toutes les unités de l’Abwehr soient retirées du pays. Dans le même temps, la résidence a non seulement été détruite, mais le réseau spécial anti-Atlas de l’Abwehr a également été supprimé.

Dans la situation critique actuelle, Canaris a subitement perdu son défenseur le plus puissant du camp nazi. Heinrich Himmler s'est prononcé contre lui, mais pas pour soumettre l'Abwehr, comme le souhaitait son subordonné Schellenberg, mais pour écarter la menace qui pèsait sur ses propres services de renseignement, qui, avec un développement aussi défavorable de la situation, aurait des conséquences plus graves que les précédentes. juste un scandale diplomatique.

La fuite du coup de souffrance de Hitler a commencé bien avant qu’il commence à couler. Même les plus jeunes des services de renseignement étaient mieux informés sur le cours des événements et sur la situation extrêmement grave dans laquelle se trouvait l'Allemagne.

Les agents Abwehr ont été les premiers rats à profiter de la confusion et de la tourmente. La désertion se préparait en Suisse et au Portugal, mais le premier cas s'est produit en Turquie, où trois officiers de la branche d'Istanbul se sont rendus aux Britanniques. Un échec beaucoup plus grave s'est produit presque simultanément dans la division de Ludwig Moysisch, le représentant du SD, qui a supervisé l'opération "Cicero". La secrétaire personnelle de Moysisch, une jeune femme nommée Nellie Kapp, a couru vers les Américains et a trahi Cicero.

Le service SD était sérieusement compromis. Afin d'étouffer le scandale dans son propre département, Himmler a commencé à gonfler le cas des cas de trahison à l'Abwehr, plaçant sa responsabilité personnelle sur Canaris. Soudain, l'amiral a découvert qu'il était sous le feu croisé de nombreux opposants. Afin de résister à cela, il devait mobiliser toute sa ruse et sa capacité à tisser des intrigues, rendre compte de l'incident au Führer, exposer les événements sous un jour favorable pour lui-même et sauver ainsi la situation. L'avant-poste en Espagne aurait pu être sauvé et le coup fatal porté à l'Abwehr fut empêché par la moindre volonté de combattre de Canaris. Mais il était presque complètement brisé. Ses plus proches collaborateurs - Pickenbrok, Lahousen et Bentivény - ont été envoyés sur le front est et ont été mal à l'aise avec les nouveaux remplaçants. La réunion du 10 février à Biarritz s'est terminée par la reddition complète et inconditionnelle de l'amiral. Il n'était plus intéressé par ce qui se passerait avec l'Abwehr à l'avenir, ni avec lui.

Décrivant la réunion, l’Ambassadeur Dickhoff, sur un ton exultant sans vergogne, écrivait dans son rapport à Berlin:

"L'amiral Canaris a accepté de procéder à une réforme conformément à mes souhaits et recommandations de la part de M. le ministre des Affaires étrangères, de la branche Abwehr en Espagne."

Oui, il est prêt à réduire le personnel au strict minimum! Oui, il est prêt à faire sortir son peuple du territoire de l'ambassade! Oui, il est prêt à transférer le centre radio et les unités d'interception radio à la subordination du ministère des Affaires étrangères!

Au cours de la réunion, le vieux Canaris est apparu momentanément quand il a déclaré, avec colère, à Bieber: «Bien entendu, il sera de mon devoir d'informer le commandement de l'armée, de la marine et de la Luftwaffe que, compte tenu de l'évolution de la situation à l'avenir, il sera impossible que l'Abwehr puisse remplir les missions de renseignement. " Cependant, c'était une menace vide.

Biarritz est devenu le Waterloo pour Canaris. Malgré le fait qu’il se rendait à la réunion avec l’intention d’accepter uniquement une petite réorganisation de la branche espagnole, il dut céder tant de postes que si ses partisans, dirigés par le colonel Georg Hansen, parvenaient à sauver très peu de choses des ruines. Une semaine après son retour de France, Canaris a quitté son poste. Trois mois plus tard, sur instructions spéciales de Hitler, les jolis débris de ce qui était autrefois l’Abwehr ont été transférés sous le contrôle total de la machine nazie. Le service de renseignement centralisé nouvellement créé, dirigé par Schellenberg, ce qui restait de l'Abwehr, portait le nom de Militaerisches Amt (Bureau militaire).

Le départ de Canaris signifiait plus qu'un changement de leadership. l'Abwehr était son idée, et il était lui-même chair et sang de l'Abwehr. Sans Canaris, l'Abwehr pourrait être comparé à un navire effectuant une dérive sans but et dangereux sans barreur. La destruction de l’Abwehr à cette heure critique pour l’Allemagne a été l’une des manifestations de la psychose suicidaire, qui pesait de plus en plus sur Hitler à l’approche de la fin logique du grand drame. Dès que les forces alliées étaient prêtes à porter le coup décisif, la collecte d'informations de renseignement devint une question de vie ou de mort pour l'Allemagne et l'Abwehr devint la première ligne de défense du pays. Sans lui, Hitler était aveugle, à l'instar du légendaire Samson à Gaza. La solution à la tâche décourageante d’identifier les intentions et les projets des Alliés est tombée sur d’autres épaules. Cependant, il n'a pas été attribué à Schellenberg, qui ne s'est toujours pas senti comme le maître complet de l'agence de renseignement renouvelée. Ce travail est devenu un lourd fardeau pour la personne à qui Canaris a promis de fournir des informations complètes et complètes concernant la préparation de l’invasion. Le Colonel de l'état major von Röhne devait maintenant résoudre lui-même le cycle complet du traitement des données: de l'accumulation d'informations brutes à la construction des prévisions finales.

Le colonel était convaincu qu'il était venu indépendamment à l'idée que le coup principal des Alliés serait livré dans le Pas-de-Calais. Cependant, ce n'est pas tout à fait vrai. On peut dire que l'idée lui a été implantée de l'extérieur. Une telle suggestion a été rendue possible grâce à la désinformation préparée à l’avance, et les travaux sur le plan de couverture ont été effectués avec autant de soin et de rigueur que la préparation du plan d’invasion principal.

Churchill a écrit plus tard:

«La principale chose dans laquelle nous avons réussi à tromper l'ennemi était la suggestion que nous allions attaquer par le Pas-de-Calais. Même maintenant [écrit en 1955], il serait faux de décrire toutes les méthodes utilisées pour tromper l'ennemi, mais de telles techniques classiques ont été utilisées: fausse concentration de troupes dans le Kent et le Sussex, utilisation de maquettes de navires, conduite d'exercices de troupes sur la côte voisine, augmentation importante du trafic radio en zones ennemies. Le résultat final a dépassé toutes les attentes. ”

Pour la traversé du canal l'opération a reçu le nom de code "Neptune". L'Opération Overlord est plus juste d'appeler les actions des forces alliées, en commençant par le débarquement sur les côtes de la France et en se terminant par la maîtrise complète de deux têtes de pont: Omaha et Utah. Le plan de couverture intelligent a également été divisé en deux opérations distinctes. Le premier s'appelait "Bodyguard", le second - "Fortitude".

L’opération Bodyguard avait pour but d’induire en erreur le haut commandement allemand quant à la stratégie des alliés en Europe, le forçant ainsi à détourner ses forces et ses moyens. Selon le plan de couverture de "Fortitude", il était censé convaincre l'ennemi de l'attrait pour les alliés de l'option de livrer l'attaque principale à travers le Pas-de-Calais avec un débarquement sur la côte proche de la France.

La campagne de désinformation a été préparée avec soin et professionnalisme, au prix d’efforts considérables. Le leadership centralisé a été exercé par le cabinet situé au 10 Downing Street par John Bevin (Johnny), qui relevait directement du chef d'état-major de la Grande-Bretagne, le General Hastings Lionel Ismay (Pug). Le centre a généré un large flux d'informations qui auraient dû induire en erreur l'ennemi. Toutes les organisations impliquées dans les opérations de Bodyguard et de Fortitude étaient responsables devant le centre de commandement de Bivens. C’était tout un monde fictif: ici, comme par magie, se produisaient des événements qui ne se produisaient jamais, des personnes qui n’existaient pas dans la réalité, des situations modelées qui ne se formaient jamais, à l’exception de l’imagination de l’ennemi.

Selon un plan fictif, l'invasion devait commencer par une frappe auxiliaire écossaise sur le sud de la Norvège. Le coup principal aurait été livré dans le Pas-de-Calais (comme l'avait suggéré Rhöne).La Normandie, où le coup de force des Alliés a en réalité été porté, a été présentée comme une zone de diversion. Le jour J était prévu pour la troisième semaine de juillet, soit environ quarante-cinq jours plus tard que prévu.

Pour lancer une frappe auxiliaire dans le sud de la Norvège, la «quatrième armée» aurait été déployée en Écosse. En réalité, il s’agissait de trois quartiers généraux fantôme, littéralement bourrés d’équipements radio, inondant l’air d’un «échange radio» entre corps inexistants. Dans le même temps, une autre «armée» forte de 12 divisions s'est «concentrée» pour mener l'attaque principale dans le Pas-de-Calais. Cette force mythique semblait néanmoins assez impressionnante, car elle communiquait activement par radio avec des troupes, n'existant également que dans l'imagination.

L’aviation a été largement utilisée pour mettre en œuvre le plan de couverture. Il a attaqué des aérodromes, des installations de radar, des batteries de défense aérienne, des jonctions de chemin de fer, des ponts et d'autres installations militaires ennemis situés dans toute l'Europe occidentale. Dans le même temps, tout ce qui aurait pu suggérer la préparation d’un débarquement sur la côte normande est resté intact. Si l'une des cibles était supprimée dans la zone de l'attaque principale, deux raids aériens étaient en même temps effectués dans un lieu complètement différent.
Donc à présent ont y est complètement dans l'opération "Fortitude" et "Bodyguard", ainsi la question qu'il faut détourner, ce n'est pas pour connaitre les raisons de Hitler, pour n'avoir pas fait bouger la 15ème Armée, mais plutôt.
Et si à présent, Canaris et Piekenbrock et les autres, aurait été encore à leurs place respective. Es ce que l'opération Fortitude aurais aussi bien fonctionné? ou aurait t'elle eut un échec?

Parce que à présent, ont connait la fameuse raison, pour que l'Abwehr était devenu tellement molle en terme d'affaire d'espionnage.
Il suffisait juste que les Allemands réorganise complètement ce que Canaris à créer en plusieurs Années, pour que tout devient un château de carte, et qui lui s'écroule avec la moindre rumeur.
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7745
Date d'inscription : 30/07/2008

l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Mar - 10:53

Passionnant tout ça.
Les gars devaient passer des nuits blanches, les uns en pensant aux moyens de découvrir les intentions alliées, les autres sur la façon de les garder secrètes, et dans l'angoisse qu'elles ne soient découvertes... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: l'abwehr et la Zbv-800   l'abwehr et la Zbv-800 - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
l'abwehr et la Zbv-800
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Forces de l'Axe-
Sauter vers: