Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5156
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mar 7 Oct - 5:13

Les allies bombardent ou et quoi en fait ????
On dirait qu ils veulent que Bagdad tombe aux mains des djiadistes!

Après une semaine d’offensive dans l’Ouest de l’Irak, les militants de l’État islamique ont pris le contrôle des villes clefs de la province d’Anbar et ont entamé le siège d’une des plus grande base militaire du pays, plaçant Bagdad à portée de leurs canons.

les insurgés islamistes seraient présents en force à Abu Ghraib, la dernière ville de l’Anbar située dans les faubourgs de la capitale.
« Daesh opère ouvertement dans Abu Grahib » raconte un soldat irakien qui utilise le terme arabe commun pour désigner l’Etat islamique. « J’étais sur la base de la 10ème division il y a 2 jours, et les soldats ne pouvaient pas la quitter ou même patrouiller» dit-il, demandant à n’être identifié que comme « Hossam » en raison de l’interdiction faite aux soldats irakiens de parler avec les journalistes étrangers.

Hossam, que le correspondant spécial de Mc Clatchy a interviewé à Bagdad, a affirmé qu’il ne lui avait pas été facile de quitter Abu Grahib pour Bagdad afin de profiter du samedi férié pour la fête de l’Aïd El-Adha. Il a du utiliser une fausse carte d’identité le désignant comme sunnite, dit -il, reflétant l’inquiétude des soldats irakiens chiites à propos de leur exécution s’ils sont capturés par l’État islamique.

« Daesh contrôle toute la zone à l’exception de la base militaire et de la prison. Ils ne sont qu’à quelques kilomètres de Bagdad”.





Son récit est confirmé par Hamad Hussein, un habitant du quartier de Saadan à Abu Grahib, qui affirme que l’État islamique a pris le contrôle de presque tous les quartiers sud de la zone, y compris les villages de Saadan, al Nuaymiya et Kan Tari.

Un diplomate d’Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan déclare que la présence de l’État islamique à Abu Grahib pourrait placer l’aéroport international de Bagdad à portée de tir de son artillerie.

« Nous savons qu’ils ont capturé un nombre important d’obusiers de 155 »

affirme le diplomate dont le pays participe à la coalition américaine contre l’État islamique. N’ayant pas l’autorisation de parler aux médias d’informations, il le fait de manière anonyme.

« Ces derniers ont une portée d’environ 30 kilomètres et s’ils sont capables de tenir leur position d’Abu Grahib, alors la crainte qu’ils puissent bombarder et finalement fermer l’aéroport international de Bagdad devient une préoccupation majeure.

L’aéroport constitue le lien vital essentiel des ambassades occidentales et accueil un centre de commandement des opérations dirigé par les conseillés militaires américains.

Anbar est une province essentiellement sunnite qui demeure profondément méfiante à l’égard du gouvernement de Bagdad dominé par les chiites, et l’État islamique y a étendu son contrôle depuis son offensive initiale l’hiver dernier. La semaine passée, les militants ont remporté une série de victoires dans la province.

Selon des médias irakiens, les partisans de l’État islamique ont pris jeudi le contrôle de la plus grande partie de Hit, une ville stratégique (pipeline) au nord de Ramadi, capitale de la province et ont également attaqué cette dernière. Jeudi dernier, des informations des médias étatiques rapportaient que 74 soldats avaient été tués et des dizaines portés disparus après la prise de Hit par les islamistes.







Ils ont ajouté que les partisans de l’État islamique avaient aussi capturé un régiment de chars au complet, sans qu’il soit possible de savoir combien de véhicules cela représente. Dans une unité occidentale, les régiments comprennent généralement 55 chars, mais les régiments irakiens sont depuis longtemps sous-équipés en raison de la corruption et des problèmes de maintenance.

L’avancée vers Hit pourrait constituer les prémices d’un assaut contre la proche base aérienne d’Asad, la plus importante installation militaire d’Irak et la principale base occupée par les troupes de la coalition américaine stationnées dans l’Anbar. Des rapports font état que la base serait d’ores et déjà harcelée.

Les combattants islamistes ont également assiégé à Albu Aytha, au nord de Ramadi, une base militaire qui appartient à la 30ème brigade mécanisée. Le résultat de la bataille était incertain, certains rapports affirmant que 300 à 600 soldats y étaient piégés, tandis que les médias gouvernementaux déclaraient que la base avait résisté à une attaque importante.

Deux avant-postes plus petits ont été pris de la même manière durant les deux dernières semaines, et les habitants de Fallujah, qui est tombé aux mains de l’État islamique l’hiver dernier, ont rapporté avoir vu les militants faire défiler des centaines de soldats capturés dans les rues de la ville le week-end dernier.

Bien que le sort de ces soldats demeure inconnu, l’État islamique procède traditionnellement à des exécutions de masse de militaires irakiens prisonniers, particulièrement si les hommes capturés sont des chiites, qu’ils considèrent comme des apostats. Le groupe a régulièrement réalisé des vidéos de ces exécutions quelques jours ou quelques semaines après de tels événements.

L’information selon laquelle l’État islamique manœuvrerait librement à Abu Grahib qui contrôle l’accès ouest de Bagdad depuis l’Anbar, la Jordanie et la Syrie constitue la plus grande préoccupation des conseillers militaires occidentaux. Sa perte pourrait sévèrement limiter la capacité du gouvernement irakien à envoyer des renforts aux quelques bases de l’Anbar qu’il contrôle encore, y compris à Ramadi et Haditha en plus de la base aérienne d’Asad situé au nord de Ramadi.

Déjà, l’influence des forces de l’État islamique s’étant de Fallujah à Yusufiya, le faubourg le plus à l’Ouest de Bagdad, en passant par Abu Grahib.

Jusqu’à présent, l’autoroute qui relie ces lieux reste aux mains du gouvernement, tout comme la tristement célèbre prison d’Abu Grahib où des soldats américains maltraitaient des prisonniers irakiens durant les premières années de la guerre d’Irak. Mais alors que le gouvernement a déployé plus de soldats pour renforcer ses positions sur l’autoroute, l’État islamique contrôle les zones environnantes, faisant apparaitre ce dispositif bien fragile .

« Si les irakiens ne sont pas en capacité de reprendre le contrôle de ce secteur, c’est le prélude à un désastre »
affirme un diplomate de la coalition basé à Erbil.


sources
mcclatchydc.com
iswiraq.blogspot.co.uk
dailymail.co.uk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4777
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mar 7 Oct - 10:07

Citation :
mais les régiments irakiens sont depuis longtemps sous-équipés en raison de la corruption et des problèmes de maintenance.
Un des problèmes est bien là.
Que faire quand on a ça au sol, intervenir encore une fois ?
" Les amerloques interviennent depuis 15 ans avec la finesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine ..." (Poutine)
Il ne se passe pas une année sans qu'ils n'aillent bombarder un autre pays, mais on dit que c'est la Russie qui est la cause de l'instabilité en Europe.
Les U.S.A. sont cause d'instabilité dans le monde entier ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mar 7 Oct - 18:50

Premièrement,  la coalition ne dépasse pas les 100 appareils actifs pour le bombardement. Ce n'est pas en deux jours que led irakiens vont reprendre du terrain, de plus ceux xi sont sous équipés comme tu l'as dis. Alors, intervenir au sol ou non, c'est un débat compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4777
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mer 8 Oct - 10:25

Ouais, encore un truc auquel les "Faucons va en guerre" du Pentagone n'ont pas du penser ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5156
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mer 8 Oct - 13:44

Les Turcs jouent a quoi?

Apres avoir achete du petrole bon marche au Djiadistes en echange d armements dont 8 chars de combat ol y a quelques mois,les Turcs ne font rien pour que la ville de Kobane tombe aux mains de l Etat islamiste.




Kobane, ville syrienne frontalière avec la Turquie, est le théâtre de violents affrontements depuis deux semaines. Elle fait face à une offensive déterminée des jihadistes de l'organisation de l'Etat islamique à laquelle résistent les combattants kurdes.


Entretien avec le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire auprès des Nations unies.

RFI : Combien de temps les Kurdes peuvent-ils encore tenir ? On a bien l’impression que ce n’est plus qu’une question de temps aujourd’hui ?

Général Dominique Trinquand : Oui, nous sommes rentrés dans des combats de rue, dans un combat en zone urbaine où les peshmergas qui sont dans la ville de Kobane connaissent bien, mais où ils font face à des jihadistes très déterminés disposant de la supériorité matérielle, en particulier avec des chars qui leur permettent d’avancer protégés. Combien de temps cela va-t-il durer  ? Cela dépend de la détermination des peshmergas, mais il faut mesurer leur détermination et à la fois leur désespoir par les gestes faits par une jeune peshmerga qui s’est fait sauter hier avec ses explosifs pour arrêter les jihadistes.



Les peshmergas préfèrent donc se suicider plutôt que de tomber aux mains des jihadistes ?

Ils ont fait une déclaration dans ce sens en disant ‘il faudra passer sur nos corps pour conquérir la ville’. Donc ils sont absolument très déterminés. Ce combat est très symbolique et en même temps, stratégique. Stratégique parce que c’est la frontière avec la Turquie. La Turquie pendant longtemps a soutenu les mouvements jihadistes contre le président Bachar al-Assad. Et en même temps symbolique parce qu’il s’agit d’une grande ville kurde. Or les Kurdes qui sont alliés au PKK - les Kurdes en Turquie -, s’étaient opposés au gouvernement central d'Ankara. Donc c’est un moment important qui se passe sous les yeux de l’armée turque qui, bien qu’ayant rejoint la coalition il y a quelques jours, ne bouge pas le petit doigt.



La Turquie n’aurait-elle pas intérêt à véritablement intervenir ?

Sur le long terme, elle a intérêt à intervenir. Mais nous sommes un peu coupés du passé qui existe entre le PKK et la Turquie, une lutte de longue haleine, de plusieurs années. Pour la Turquie, c'est quelque chose de très difficile de revenir en arrière, mais sur le long terme elle aurait intérêt bien sûr à détruire ces jihadistes, et à donc faire le renversement d’alliance que tout le monde attend. J’ajoute un point particulier qui peut paraître symbolique, mais à 30 kilomètres de Kobane, au sud-ouest, il y a le mausolée de Suleiman Chah. C’est un territoire turc en territoire syrien et qui est gardé par quatre soldats turcs qui de facto se retrouvent un peu otages.



Est-ce que, si la Turquie n’intervient pas, la coalition internationale ne pourrait pas passer la vitesse supérieure ? Il y a beaucoup de raids aériens, mais visiblement ça ne suffit pas.

Je suis d’accord avec vous. Le premier point, c’est qu’en dehors des raids aériens, l’aide fournie par la coalition était de l’équipement. Mais cet équipement est allé en Irak, aux peshmergas irakiens, et pas encore en Syrie. Le deuxième point, passer à la vitesse supérieure : je peux simplement m’avancer en disant que ça me paraît un peu tard à partir du moment où les jihadistes sont rentrés dans la ville de Kobane parce que les frappes aériennes, à moins de raser les bâtiments et de créer des dégâts collatéraux assez importants, je vois difficilement comment un unique appui aérien pourrait aider les peshmergas à l’intérieur de la ville. Et l’implication de forces au sol dans une ville inconnue des combattants, à part des peshmergas, me paraît quelque chose de difficile. Donc le spectacle que nous voyons depuis une semaine, l’intervention massive, c’était il y a une semaine qu’il fallait la faire.



Certains parlent d’une tactique : on laisse entrer les jihadistes en ville pour mieux les encercler. Est-ce que cela vous paraît crédible ?

Ça peut marcher si tous les jihadistes rentrent à l’intérieur, ils peuvent se retrouver un peu pris au piège. Oui, c’est une façon de voir les choses. Maintenant que symboliquement, la ville de Kobane est tombée, la coalition a montré sa faille. C’est l’alliance turque qui ne fonctionne pas dans ce cas-là parce que les intérêts directs turcs sont opposés à ce que veut la coalition en soutien aux peshmergas. Deuxième point, un grand nombre de combattants peshmergas vont être tués et il faut garder à l’esprit que ces combattants qui luttent aussi bien et qui sont tués, c’est une perte irréparable.



On comprend bien que les combattants kurdes ont encore l’énergie du désespoir, mais qu’ils sont sous-équipés. Est-ce que la coalition internationale n’a pas intérêt à augmenter la distribution d’équipements militaires ? Et pourquoi ne l’a-t-elle pas déjà fait ?

Vous avez parfaitement raison. Mais là, on voit bien que Daesh (acronyme arabe de l’organisation de l’Etat islamique) possède la liberté d’action. Elle est intervenue en Irak. Nous nous sommes opposés à elle en Irak. Du coup, elle intervient en Syrie, et là on est en retard d’une manœuvre. Il faut impérativement passer à l’offensive et que ce soit la coalition qui soit l’offensive et non pas Daesh. Il faut donc attaquer Daesh partout et renforcer tous les fronts. Il est certain que les combattants kurdes en Syrie, il eut fallu les renforcer il y a une semaine ou quinze jours parce que donner du nouvel armement aux peshmergas nécessite de les former et de les entraîner. Et ça, ça ne se fait pas au milieu du combat dans une zone urbaine au moment où les combattants qui combattent depuis une semaine sont probablement épuisés et submergés. Il faut donc que la coalition comprenne qu’elle est engagée dans une guerre à mort contre Daesh, qu’il faut qu’elle y mette tous les moyens et très rapidement et partout où les fronts se présentent.


source
http://www.rfi.fr/moyen-orient
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mer 8 Oct - 15:39

Les combats de Kobane me font penser à la bataille de Breslau ! Supériorité numérique,  détermination de ne pas tomber aux mains de l'ennemi,  encerclé,  aucune armée vient la sauver. Ne perdons pas espoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4777
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Jeu 9 Oct - 9:38

Le drame des dizaines de milliers de civils en moins, même si la population locale n'est sûrement pas à la fête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5156
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mer 15 Oct - 14:22

Les Turcs font une autre guerre,ils sont plutot avec l Etat islamique cette fois-ci!

http://www.opex360.com/2014/10/14/les-forces-turques-ont-bombarde-des-rebelles-kurdes-du-pkk/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v2
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1178
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Mer 15 Oct - 15:27

Ils sont contrent les kurdes alors ils ne vont pas les aider ! Quand les kurdes seront tous massacrés alors les turcs ENVISAGERONT d'attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5156
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   Jeu 16 Oct - 1:42


Les turcs veulent faire tomber Assad mais indirectement avec les autres pays de l OTAN.
Les djiadistes ne sont pas une menace pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bombardements sur l etat islamique,on se fout de nous!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Propagande - De l'Etat islamique à la lessive Dash
» Guide de survie de la femme dans l'Etat Islamique
» Russie : L'Etat islamique prépare un attentat contre le pape
» La charia dans l'Etat Islamique
» [Le Monde] Qu’apprend-on aux enfants à l’école de l’Etat islamique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Espace membres-
Sauter vers: