Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Agenda 21

Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeVen 17 Oct - 2:46


Ann Bressington expose brillamment les plans génocidaires orchestrés par l'élite mondialiste dans son agenda 21, un plan qui a pour ambition le contrôle total de chaque ressource de cette planète le tout dans un contexte de gouvernance mondiale: il s'agit ni plus ni moins des plans du Nouvel Ordre Mondial.

L'utilisation du mouvement écologiste partout dans le monde comme faire valoir pour promouvoir à la fois un contrôle très poussé des ressources et la mise en place d'un gouvernement mondiale pour y parvenir. Les différentes déclarations cités par Bressington sont à la fois très explicites et choquantes. Cela lèvera peut être les doutes des derniers sceptiques.

"Ann Bressington est une femme politique australienne. Elle a d'abord entendu parler de l'Agenda 21 en 2008 et, comme la plupart des gens a pensé à une «théorie du complot». Toutefois, elle a remarqué une tendance législative émergente et a remarqué que les lois qui ont été créés sont compatibles avec l'Agenda 21 et reconnus comme étant une limitation de nos libertés individuelles

D'après elle, l'Agenda 21 n'était pas censé être dévoilé. Cependant, comme vous le verrez dans le résumé de son discours, il y a beaucoup de choses à en dire.

Le Club de Rome:
- Les origines du mouvement écologiste ont commencé en 1968, lorsque le Club de Rome a été formé.
- Le Club de Rome a été décrit comme un "think tank" spécialisé dans la création de crise.
- Son but est de créer des crises qui uniront le monde et conditionner les gens afin qu'ils acceptent des solutions globales à des problèmes locaux.
- "The First Global Revolution", rédigé par Alexander King et Bertrand Schnider - Pages 104-105 ont décrit comment ils allaient utiliser la menace du réchauffement climatique, la pollution et la pénurie d'eau pour unir le monde.

Déclaration de Lima:
-1975: L'Australie décide de faire appel à un nouvel ordre économique en signant la Déclaration de Lima.
- Cette déclaration défini le redéploiement de l'outil, de l'emploi et de la fabrication pour les pays en développement.
- La Déclaration de Lima et de nombreux autres accords similaires ont été signés avec l'appui de tous les acteurs politiques; Witlam, Fraser, Hawk, Keating, Houson, Howard, Rudd, les démocrates, les Verts et national.
- Ces traités sont une base pour le lancement de l'Agenda 21 des Nations Unies.


L'Agenda 21:
-1992: George Bush Sr. déclare: «La réalisation effective de l'agenda 21 nécessitera une réorientation profonde de la société humaine, contraire à tout ce que le monde a jamais connu. Un changement majeur dans les priorités à la fois des gouvernements et des individus et un redéploiement sans précédent des ressources humaines et financières. Ce changement exigera qu'une préoccupation pour les conséquences environnementales de toute action humaine sera intégrée dans la prise de décision à tous les niveaux individuels et collectifs.

-1992: Maurice Strong (membre du Club de Rome et milliardaire canadien) a dit: «Il est clair que les modes de vie actuels et les habitudes de consommation de la classe moyenne aisée impliquant une consommation élevée de viande, une grande quantité d'aliments surgelés, l'utilisation de combustibles fossiles, la propriété de véhicules motorisés, les petits appareils électroménagers, la climatisation dans les maisons et au travail ne sont pas durables ".

-Bressington: Par déduction, il est évident que l'Agenda 21 concerne le contrôle de chaque aspect de nos vies.

-Dixie Ray (ancien gouverneur de l'Etat de Washington) "L'Agenda 21 vise à établir un mécanisme de transfert des richesses des citoyens vers le tiers monde. La peur de la crise environnementale sera utilisée pour créer un gouvernement mondial sous la tutelle de l'ONU".

-1976 Habitat 1 Conférence des Nations Unies: "La Terre ne peut pas être traitée comme un actif ordinaire. Le contrôle par des individus soumis à des pressions et inefficiences du marché. La propriété foncière privée est aussi un instrument principal de l'accumulation et la concentration de la richesse. Par conséquent, elle contribue à l'injustice sociale".

-Rapport du "President's Council on Sustainable Development": "Nous avons besoin d'un nouveau processus qui mène à de meilleures décisions, un changement plus rapide et une utilisation plus judicieuse des ressources humaines, naturelles et financières dans l'atteinte de nos objectifs de prise de décision collaborative".

-Harvey Ruben, vice-président du "Wild Lands Project" dit: «Les droits individuels devront passer après les droits de la collectivité».

-J. Gary Lawrence, conseiller du président Clinton au sein du "Council on Sustainable Development": "La participation à un processus de planification préconisé par l'ONU ferait très probablement ressortir bon nombre de groupes et d'individus dans notre société obsédés par les complots. Ce segment de notre société qui craint un gouvernement mondial et l'invasion de l'ONU à travers lequel nos libertés individuelles seront éliminés travaillerait activement pour vaincre n'importe quel élu qui a rejoint le complot en procédant à l'Agenda 21 de sorte que nous appellerons notre processus d'une autre manière. Nous appellerons cela une planification globale ou gestion de la croissance ou une croissance intelligente. Nous nous sommes mis d'accord sur le terme "développement durable".

Bressington: "Nous voyons de grandes dépenses sur des projets et en même temps, le gouvernement affirme qu'il faut augmenter les prélèvements et les taxes, tandis que nous, le peuple devons nous serrer la ceinture. Les ressources financières sont redirigés du peuple vers le gouvernement par des amendes, impôts et taxes, tandis que les propriétaires de terrains sont assaillis par plusieurs lois qui restreignent la façon dont ils peuvent utiliser leurs terres. Les ingérences dans la propriété des propriétaires fonciers se déplacent des campagnes vers les banlieues et villes parce que le gouvernement a le "pouvoir" de le faire. Le gouvernement prend nos droits en vertu de la common law. La common law est ce qui nous donne la possibilité de corriger les injustices. Bressington est en train de dire au Parlement que le gouvernement déclare la guerre à ses propres citoyens. Les gens peuvent devenir apathique en raison du système à deux partis toutefois, il existe un conseil législatif de freins et de contrepoids. Le conseil n'est pas trop influencée par les parties. La législation peut être bloqué. Il est important pour les gens de s'impliquer dans le processus législatif. Discutez de l'Agenda 21 avec vos représentants élus et éduquez les."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeVen 17 Oct - 2:49

Le Contrôle de la population et le Nouvel Ordre Mondial:
-1973: New York Times, citation de Ted Turner (Club de Rome), "L'expérience sociale en Chine sous la direction du Président Mao est l'une des plus importante réussite dans l'histoire humaine».
(Notez que sous Mao, 60-80 millions de Chinois ont été tués).

-1987: Gorbatchev (Club de Rome), "nous nous dirigeons vers un nouvel ordre mondial, le monde du communisme, et jamais nous ne devons nous détourner de cette route."

-1996: Gorbatchev, "La crise environnementale sera la catastrophe internationale qui ouvrira le nouvel ordre mondial, un gouvernement mondial".

-1992: Charte de la Terre, Sommet de la Terre, co-écrit par Maurice Strong et Mikhail Gorbatchev "On espérait que ce document soit adopté comme les nouveaux "10 commandements de l'environnementalisme", comme la nouvelle religion mondiale. Hors de ce sommet est venu l'Agenda 21."

-1996: Ted Turner, "La population totale de 250 à 300 millions de personnes est idéal. Cela signifie qu'une réduction de 95% par rapport aux niveaux actuels serait encore plus idéal. Toute personne qui abhorre la politique de l'enfant en Chine est tout simplement une bête stupide."

-1998: Le "Baltimore Sun" a rapporté que la plupart des premiers dons de Ted Turner à l'ONU, pour un montant de 22 millions de dollars sont allés à des programmes qui visaient à la réduction de la population.

-Un autre objectif du processus de dépeuplement sera pour la prochaine génération de se soumettre à une stérilisation pour sauver la Terre-Mère.

Pour plus d'informations sur l'Agenda 21, lire le livre de Rosa Koiré "BEHIND THE GREEN MASK: U.N. Agenda 21".


Video
https://www.youtube.com/watch?v=sES6_OXPwOU


Source:
Defeating NWO

Traduction:
Fawkes News
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMar 2 Juil - 3:01

Que cache l’Agenda 21 des Nations-Unies?

« L’Agenda 21- Développement durable de l’O.N.U. c’est le projet d’actions implémenté dans le monde entier pour répertorier et contrôler toutes les terres,
toutes les mers, tous les minéraux, toutes les plantes, tous les animaux, toutes les constructions, tous les moyens de production, toute l’énergie, toute l’instruction,
toutes les informations et tous les êtres humains dans le monde.

C’est un inventaire des stocks ainsi que leur contrôle. » Rosa Koire

L'argument majeur de l'agenda 21 des Rockefeller:
"Pourvoir aux besoins du présent sans compromettre les besoins des générations futures."


Rosa Koire, retraitée, a dirigé les expertises des domaines immobiliers commerciaux pour les transports de l’état californien pendant 28 ans.
Témoin privilégiée des diverses utilisations des terrains individuels ou publics, elle expose ouvertement les impacts du développement durable sur les droits des propriétaires
et sur les libertés individuelles.
C’est au cours de disputes légales à n’en plus finir qu’elle découvre la source du chaos créé par des suites de plans de restructuration des terres dans les communes de sa région
et partout ailleurs dans le monde : U.N. Agenda 21. Une sorte de nouvel ordre mondial pour le 21ème siècle.
Son livre « Behind The Green Mask : U.N. Agenda 21 » (Derrière le Masque de l’Écologie : L’Agenda 21 de l’ONU) est discuté sur de nombreuses tribunes, il n’est pas encore traduit.

Elle écrit sur son site :
« On pourrait croire à de la S.F ou à une théorie conspirationniste mais ça n’est pas le cas.

Je me souviens qu’au début de la crise des subprimes, j’avais entendu David Icke dire qu’ils ne voulaient pas les maisons mais les terrains …
Nulle part nous n’entendrons ou ne verrons l’appellation « Agenda 21 » c’est le terme qui réveille la vigilance pour le citoyen curieux, alors que « développement durable »,
c’est rassurant pour tous…*

Établi lors de la Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement en 1992 à Rio De Janeiro au Brésil (Sommet de la Terre), l'Agenda 21 est un guide
de mise en œuvre du développement durable pour le 21ème siècle. Les nations qui se sont engagées pour sa mise en place doivent l'appliquer aux niveaux national,
régional et local. L'Agenda 21 est structuré en 4 sections et 40 chapitres.
Rosa Koire est interviewée pour le show Veritas, Je trouve son discours très éclairant sur ce qui se passe pour nous aujourd’hui, sa vue d’ensemble lève le voile
sur plein de domaines et on comprend beaucoup mieux que tout se tient, tout d’un coup tout ce qui cloche est logique et "normal" pour les décideurs de ce plan.

Extraits

« Les textes de L’agenda 21 sont présents dans tous les projets généraux des villes et des régions.
Nous sommes nombreux à appuyer l’ONU dans ses efforts de paix et nous sommes peu à savoir que les Nations-Unies ont des règlementations très spécifiques
pour l’utilisation des terres, règlementations suivies dans chaque ville, chaque région et chaque état dans le monde.
Ce projet s’appelle Agenda 21-développement durable et il est basé sur le communautarisme. Nous entendons parler du développement durable mais rarement de l’Agenda 21.
Nous devons comprendre ce qu’est la mondialisation…c’est la standardisation de tous les systèmes (transports, distribution des ressources, l’éducation etc.
donc l’harmonisation est nécessaire entre tous ceux-ci afin de mondialiser le tout.

Tous les accords de libre échange (NAFTA, TTIP, TISA,) font partie du noyau de l’agenda 21.
En 1955 ou 56 c’est l’Union Européenne qui a commencé avec l’accord sur l’acier et le charbon, aujourd’hui 28 pays ont donné leur souveraineté à la Commission Européenne.
Le TTP (Trans Pacific Partnership) est au départ un projet secret mis en route il y a une dizaine d’années entre les US et 11 pays du Pacifique,
l’équivalent pour l’Europe étant le pacte transatlantique
Ces projets sont fondamentalement toujours les mêmes, le dessein est de transcender les lois nationales avec les accords internationaux afin d’harmoniser toutes les lois.
Les projets ou directives existent dans le monde entier et leur but est de mondialiser.

En 1995 le conseiller à la présidence Agnew Brezinski déclara :
Vous ne pouvez pas avoir une mondialisation globale en une seule étape, vous devez régionaliser.. et les accords sont là pour ça :
établir des régions dont les frontières extérieures s’accorderont avec les frontières nationales qui elles-mêmes s’accorderont avec les directives internationales.
Le plan est une approche globale mise en œuvre localement c’est pourquoi vous n’entendez pas parler de l’Agenda 21, cependant vos infos quotidiennes locales en sont truffées
et les gens dans le monde entier en sont affectés. C’est une combinaison de la Chine communiste, de l’ancienne URSS et de l’Allemagne nazie, une sorte de communautarisme.
On peut toujours penser que j’ai un discours conspirationniste mais après Snowden on ne peut plus penser ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMar 2 Juil - 3:09

Un autre but du plan est de regrouper les populations dans des méga cités où ils peuvent être contrôlés.
Les lois et les règlements des grandes villes sont faits internationalement pour faciliter la création des mégapoles (toutes les mêmes) dans le monde entier.
Afin de vous inciter à quitter les zones rurales de nouveaux projets y sont implantés ce qui rend les développements individuels prévus difficiles ou impossibles à réaliser.
Ça peut être l’arrêt des bus scolaires, la fermeture d’écoles ou d’hôpitaux etc.

Tiens donc!
400 Ecoles Rurales fermees en France...

https://www.msn.com/fr-fr/news/france/rentr-c3-a9e-2019-400-c3-a9coles-ferm-c3-a9es-en-france/ar-AADHFh7


Cela est en cours partout dans le pays mais comme ça se passe de commune en commune les citoyens ne réalisent pas que c’est un plan mondial, c’est le même partout.
Les gens qui l’implémentent en installant les projets sont vos voisins. Les projets sont présentés de façon à ce que vous trouviez tout cela très bien et
l’idée principale est de faire que les gens pensent que ce sont leurs idées. Les changements apparaissent prometteurs au départ, comme de nouveaux trottoirs
ou lampadaires etc. puis vous verrez que les lampes sont souvent hors d’usage, que les arbres peu entretenus de vos parcs meurent,
que les routes défoncées ne sont plus remises en état…parce qu’il n’y a pas d’argent.
Ces plans furent conçus pour bousiller l’économie des villes et créer des mégapoles à la place. Les écoles locales fermeront peu à peu ainsi que les petites entreprises de quartier.
La chute de l’économie est faite pour détruire la stabilité financière de la classe moyenne.

Le mantra « développement durable » ne cesse de nous dire que nous usons la nature, nous devons nous limiter pour les ressources, nous devons prendre les transports
en commun et toutes ces restrictions sont faisables dans les villes.
Ce plan est satisfaisant pour ceux qui se sentent concernés par l’écologie et qui ne veulent pas polluer.
C’est très bien mais vivre en grande banlieue ou en rural sera limité, vous aurez à payer des taxes supplémentaires pour pouvoir conduire votre voiture,
les écoles seront loin, etc. l’idée principale est d’avoir les populations dans les méga-régions.

Les multinationales, les vraiment gros comme Exxon ou Monsanto, Kraft, veulent le moins d’obstacles possibles pour le transport de leurs marchandises sur les 5 continents
et ces lois leur sont favorables. Ces entreprises mastodontes veulent aussi que les 7 milliards d’êtres humains puissent acheter leurs produits, pas seulement les pays riches
et elles ne veulent pas payer des salaires élevés. Elles veulent aussi mettre fin à la compétition et posséder les innovations, c’est pourquoi elles donnent beaucoup d’argent
aux universités, les jeunes cerveaux traitent leurs problèmes et elles se garantissent la possession des innovations.
Ces grandes multinationales veulent aussi ouvrir de nouveaux marchés. En étant nivelés par le bas les pays les plus développés consommeront moins mais
les pays en développement seront tirés vers le haut pour les nouveaux marchés (Inde, Brésil, Russie, Chine).
Les économies de ces pays seront développées et les nôtres continueront de s’abaisser. Souvenons-nous que c’est un plan mondial et que tout cela (l’essor des pays pauvres)
est un bonus majeur pour les multinationales.

Des entreprises mondiales comme par exemple Monsanto sont plus puissantes que les régions, communes et gouvernements, elles peuvent diriger les évènements
dans le monde entier. Ce que fait Monsanto (qui est membre du Conseil pour le développement durable) en interdisant la récupération naturelle des semences
est un exemple de l’implémentation mondiale du plan.
Ce plan sera totalement implémenté, c’est un projet totalitaire extrêmement restreint. Ces changements sont mis en œuvre pour contrôler tous les aspects de nos vies
et pour nous désorienter. L’éducation actuelle est programmée en tant que système de livraison de pensée unique pour le plan.

Le projet s’effectue comme il a été prévu. Ce n’est pas une théorie conspirationniste, c’est un fait conspirationniste signé par votre gouvernement, implémenté avec les finances
de votre région et de votre commune, avec la participation financière du ministère des transports, avec les fonds alloués au développement durable.
Toutes ces organisations y participent ainsi qu’une bonne partie de nos impôts
Un projet de développement qui pourvoie aux besoins du présent sans compromettre les besoins des générations futures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMar 2 Juil - 15:46

Détruire la classe moyenne pour accélérer la relocalisation vers les "smart cities"

Pour atteindre la durabilité telle que décrite par l’ONU, les pays les plus riches doivent être nivelés par le bas en faveur des pays les moins aisés donc les lois doivent
s’harmoniser, les frontières doivent laisser circuler les produits et les personnes, les gens le font déjà, s’ils travaillent pour une grosse boite et que celle-ci déménage,
ils déménagent aussi. Le changement d’école n’est plus un problème puisque les programmes s’harmonisent également. " [ndt :dixit Brezinsky..tout à la fois]
Le but de tout cela est à terme de vider les campagnes et de relocaliser le maximum de personnes dans de gigantesques centres urbains écologiques appelés "smart cities"
ou villes intelligentes reliées à la "smart grid", le réseau intelligent des compagnies énergétiques (ERDF, Lyonnaise des eaux, etc.), truffés d'antennes et d'appareils
émettant des ondes électromagnétiques cancérigènes (voir documentaire France 3 "Mauvaises ondes").

Une des stratégies utilisée pour vider les campagnes est d'augmenter progressivement les taxes foncières des zones rurales, et d'appauvrir les agriculteurs,
les éleveurs et tous les petits producteurs fermiers en employant la "stratégie de l'édredon", c'est à dire en supprimant leur aides, en les accablant de contraintes
et en dévalorisant leurs produits pour ainsi les mettre à genoux et les forcer à vendre leur propriétés et terres pour une bouchée de pain...

Tout cela pour permettre au final à des multinationales comme Monsanto, spécialisées dans les OGM, de s'approprier les terres rurales afin de prendre
en charge toute l'agriculture française.

Portail principal de l'agenda 21 en France : http://www.agenda21france.org/


source
alterinfo.net


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMar 2 Juil - 15:47

Les caractéristiques d’une ville intelligente

Les changements organisationnels, technologiques et sociétaux des villes actuelles sont induits par leur volonté d’être une partie de la réponse au changement climatique.
La ville intelligente cherche, ainsi, à concilier les piliers sociaux, culturels et environnementaux à travers une approche systémique qui allie gouvernance participative
et gestion éclairée des ressources naturelles afin de faire face aux besoins des institutions, des entreprises et des citoyens.
Les termes pour désigner la ville intelligente sont nombreux : smart city, ville numérique, green city, connected city, éco-cité, ville durable.
Comment s’y retrouver ? Quelles sont les caractéristiques d’une ville intelligente ?

Agenda 21 Zz101

Source : tecdev cité par ERDF



Selon Rudolf Giffinger, expert en recherche analytique sur le développement urbain et régional à l’université technologique de Vienne, les villes intelligentes peuvent être classées d’après six critères principaux, liés aux théories régionales et néoclassiques de la croissance et du développement urbain et respectivement fondés sur les théories
de la compétitivité régionale, l’économie des transports et des technologies de l’information et de la communication, les ressources naturelles,
les capitaux humains et sociaux, la qualité de vie et la participation des citoyens à la vie démocratique de la ville.


Une économie intelligente.
Une mobilité intelligente.
Un environnement intelligent.
Des habitants intelligents.
Un mode de vie intelligent.
Une administration intelligente.


Développer dans les villes de nouveaux services performants

Pour devenir intelligentes, les villes actuelles devront développer de nouveaux services performants dans tous les domaines :
transport et mobilité intelligente : l’un des défis consiste à intégrer différents modes de transport – rail, automobile, cycle et marche à pied – en un seul système
qui est à la fois efficace, facilement accessible, abordable, sûr et écologique.
Cette intégration permet une empreinte environnementale réduite, optimise l’utilisation de l’espace urbain et offre aux citadins une gamme variée de solutions de mobilité
répondant à l’ensemble de leurs besoins. Par ailleurs, la ville de demain devra mettre en place les dernières technologies de transport en commun et de mobilité électrique ;
environnement durable :
les villes devront agir dans deux domaines principaux : les déchets et l’énergie. Concernant les déchets, les villes auront pour mission de réduire, voire d’éviter,
leur production de déchets et de mettre en place des systèmes efficaces de récupération et de valorisation des déchets (procédé par lequel on transforme un déchet matériel
ou un produit inutile en un nouveau matériau ou produit de qualité ou d’utilité supérieure).
Dans le domaine de l’énergie, les villes devront renforcer leur action en matière d’efficacité énergétique (développement de l’éclairage public à faible consommation)
et devront mettre en place des systèmes de production locale d’énergie (panneaux solaires sur les toits des édifices, production d’électricité à partir des déchets, etc.) ;
urbanisation responsable et habitat intelligent : la valeur élevée de l’immobilier dans les centres villes combinée à la disponibilité limitée des terres rendent l’urbanisation actuelle complexe. En effet, le modèle de l’étalement urbain – coûteux en espace, en équipements publics, en énergie – qui primait jusqu’ici n’est plus possible.
Il faut réinventer des formes urbaines qui, à la fois, respectent une intimité indispensable, assurent un ensoleillement suffisant, permettent des évolutions
et favorisent le « vivre-ensemble ». Les bâtiments devront, également, être plus intelligents afin de faciliter et d’améliorer la gestion de l’énergie, voire de réduire les consommations.


Les technologies de l’information et de la communication : la solution pour prendre des décisions efficacies

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC – domotique, capteurs et compteurs intelligents, supports numériques, dispositifs d’information, etc.)
seront au cœur de la ville intelligente de demain. Le développement des NTIC permettra une meilleure gestion urbaine grâce à l’obtention et à l’analyse d’informations clés (fonctionnement des installations de production d’électricité renouvelable, état en temps réel des réseaux de distribution public, surveillance du trafic routier,
mesure des niveaux de pollution, etc.) au travers d’un système d’exploitation urbain et d’une nouvelle infrastructure de gestion des connaissances.

En effet, en assurant une bonne gestion de la multiplicité d’informations, ces systèmes facilitent la prise de décision aux administrateurs des territoires et permettent ainsi,
d’une part, d’améliorer les services existants et, d’autre part, de rendre de nouveaux services à la collectivité (insertion des EnR, gestion de bornes de recharge
de véhicules électriques, éclairage public intelligent, vidéosurveillance, gestion des péages urbains, stationnement intelligent, alertes civiles, gestion intelligente des déchets, etc.)
et à ses habitants (réduction des consommations d’énergie et d’eau, traitement des déchets, facilitation des déplacements urbains, sécurité, etc.).


La gouvernance, pilier fondamental de la ville durable

La ville intelligente est d’abord une ville mieux gérée grâce aux NTIC. Cependant, l’utilisation des TIC ne crée pas en soi une ville intelligente.
Ces technologies doivent être déployées en complément d’une stratégie plus globale pour la ville consistant à bâtir une cité répondant aux besoins des citoyens sur le long terme.
Il s’agit d’une véritable mission de planification, à la fois pour les architectes et urbanistes, mais aussi et surtout pour les collectivités territoriales :
les technologies devront être associées à des choix judicieux en matière de gouvernance.
Cette gouvernance reposera sur une utilisation juste des informations recueillies. À ce titre, certaines questions se posent. Jusqu’à quel niveau d’information aller ?
À quel coût ? Qui sera en charge de la collecte et de l’analyse de toutes ces informations ?
C’est la raison pour laquelle cette gouvernance renouvelée appelle une plus grande transparence et une plus grande ouverture envers les citoyens-acteurs
qui participent pleinement au développement urbain. Il s’agit de mettre le citoyen au cœur du processus de planification et, donc, de créer d’autres liens démocratiques
entre les gouvernants et les citoyens.


Le citoyen, acteur central de la ville intelligente

Ainsi, la ville doit être construite en fonction des préoccupations des habitants dans tous les domaines (forte demande sociale pour une meilleure santé, des modes de déplacement doux, plus de nature en ville, des circuits courts pour l’alimentation, une plus grande proximité entre les lieux de travail, de loisirs et d’habitation,
une moindre vulnérabilité aux crises économiques mondiales et la création d’emplois locaux et durables).
La ville intelligente est alors celle qui se reconstruit autour des besoins de ses habitants qui ne sont plus considérés comme des consommateurs des services
mais comme des partenaires et des parties prenantes de son développement.
Cette place nouvelle leur est accordée grâce à la démocratisation des moyens d’information permettant plus de participation.
La ville intelligente se définit, donc, comme celle qui lie le développement urbain au développement humain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMer 3 Juil - 1:38

Masdar, un exemple concret de ville intelligente

Masdar (en arabe « la source ») est un projet de démonstration initié par la famille régnante d’Abu Dhabi (le Sultan Ahmed Al Jaber).
C’est la première fois qu’un pays exportateur de pétrole envoie un signal fort concernant la construction de systèmes énergétiques du futur moins intenses en carbone.
Le projet Masdar se veut une réalisation concrète avec l’ambition de devenir une sorte de « Silicon valley » de l’énergie, lieu de recherche,
d’essais et d’expérimentation des technologies et des systèmes énergétiques du futur.
Le projet se décline en cinq entités séparées : Masdar City, Masdar Power, Masdar Carbon, Masdar Capital et Masdar Institute.
Ces cinq entités sont actives, mais leur rythme de développement a été quelque peu ralenti par la crise économique et financière qui touche l’économie mondiale.


Agenda 21 Z201


Masdar City

La construction de la ville de Masdar a commencé par l’édification des six premiers bâtiments du Masdar Institute de façon à enclencher rapidement des activités
d’enseignement et de recherche. Ces bâtiments sont destinés à l’enseignement (salles de classe et de travaux pratiques), la recherche (laboratoires, bibliothèque)
et la vie étudiante (logements, restaurants, magasins). Le quartier général de Siemens pour le Moyen-Orient devrait être achevé fin 2012.
Le projet urbain est de construire une ville qui se rapproche le plus près possible d’un modèle zéro émission, zéro déchet.
La ville, de 7 km carrés, devrait être en mesure de loger 50 000 résidents et d’accueillir en plus 40 000 travailleurs non-résidents.
L’objectif de réalisation avait été initialement fixé à 2025.

Masdar City représente un type particulier de ville intelligente. Les acteurs de la ville s’engagent dans une politique massive de réaménagement urbain :
des îlots et des quartiers à haute performance énergétique et environnementale, jusqu’à une ville nouvelle à énergie positive sont construits ex nihilo.
La ville est conçue dans une stratégie d’optimisation énergétique locale, mais pour des raisons de sécurité d’approvisionnement, elle est aussi connectée
à un réseau central de distribution d’énergie.
Les espaces construits fonctionnent selon les principes de l’économie circulaire, qui cherche à rapprocher le fonctionnement des écosystèmes industriels de celui,
quasi cyclique, des écosystèmes naturels, en optimisant les flux d’énergie et de matière.

Agenda 21 Z1100


Masdar Power

Masdar Power est une entreprise de construction et d’exploitation d’installations de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables :
panneaux photovoltaïques, solaire par concentration thermique, éolien terrestre et marine.
Son objectif est d’investir dans la région du Golfe mais aussi au niveau international. Masdar Power est, par exemple, présent en Grande-Bretagne, dans l’estuaire de la Tamise,
aux côtés des sociétés Dong et E.On pour la construction d’une ferme éolienne qui serait l’une des plus grandes du monde.
L’entreprise cherche, également, à prendre des participations dans des fabricants d’équipements pour les installations de production d’énergies renouvelables :
solaire par concentration (Espagne), panneaux solaires en films minces (Allemagne).


Masdar Carbon

Masdar Carbon est une entité qui développe des projets de réduction des émissions de CO2 par une amélioration de l’efficacité énergétique et par des procédés de capture
et de séquestration du carbone (CCS). Masdar Carbon est impliqué, par ailleurs, dans la mise en œuvre des Mécanismes de Développement Propre
(Clean Development Mechanisms) au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie : identification des projets, montage technologique et financier, enregistrement des projets
auprès des organismes onusiens. Ces actions couvrent la réduction des torchages de gaz (gas flaring), la réduction des pertes et fuites, ainsi que les installations de cogénération.
A Abu Dhabi, Masdar Carbon est engagé dans un vaste programme de capture des émissions de carbone industrielles, de transport du carbone à travers un réseau d’oléoducs
et réinjection du carbone dans les puits, permettant d’augmenter la productivité des gisements de pétrole brut (enhanced recovery).
Un pilote a été installé en partenariat avec la compagnie Abu Dhabi Company for Onshore Oil Operation (ADCO).



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMer 3 Juil - 1:41

Agenda 21 Zz712


Masdar Capital

Masdar Capital a pour vocation de rassembler des participations focalisées sur les technologies énergétiques propres les plus prometteuses pour l’avenir.
Les domaines privilégiés sont : les énergies renouvelables, le transport et le stockage de l’énergie, la gestion de l’eau et des déchets, la recherche de matériaux et d’équipements avancés (Smart grids), les services énergétiques et environnementaux.
Les interventions de Masdar Capital sont organisées à travers deux fonds distincts. L’un des deux fonds est ouvert à des partenaires internationaux parmi lesquels :
Deutche Bank, Crédit Suisse, Japan Bank for International Cooperation, Japan Oil Development Co, Siemens and GE.


Masdar Institute

Le campus du Masdar Institute a été construit en appliquant les principes d’urbanisme et de construction de la ville de Masdar.
Il comprend des salles de classe, des laboratoires, une bibliothèque, des bureaux et des logements pour étudiants et professeurs.
Le programme de recherche a été établi en étroite coopération avec le Massachussetts Institute of Technology (MIT). L’institut serait destiné à accueillir 600 à 800 étudiants
au niveau Master et Doctorat (PhD) et 200 enseignants. Des domaines stratégiques de recherche ont été identifiés.
Ils sont indiqués ci-dessous. L’orientation est clairement celle de l’ingénierie et de la gestion des systèmes complexes.


Agenda 21 Z717

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMer 3 Juil - 1:49

Interview de Patrick Jeantet (Keolis) :

En tant qu’entreprise de transport urbain, comment envisagez-vous la mobilité dans la ville de demain ?

Les transports de personnes sont dominés depuis la seconde Guerre mondiale par la voiture individuelle.
La popularisation de la voiture a permis l'émergence d'une industrie automobile puissante, a eu un fort impact sur le paysage urbain et a monopolisé les voiries au détriment
des piétons et des transports publics (disparition des tramways dans la plupart des centres urbains d'Europe occidentale).
Dans les villes françaises, la voiture représente environ 55 % à 65 % des déplacements, la marche entre 25 % et 30 % alors que les transports collectifs représentent
un peu moins de 10 %.

En ce début de XXIe siècle, un certain nombre de facteurs sont en train de faire évoluer ce modèle :
apparition de mégalopoles et accroissement significatif de la taille des villes ;
augmentation de la congestion urbaine due à l'afflux de véhicules et problématique du parking en zone urbaine ;
amélioration de l’efficacité énergétique des systèmes de transports, réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et problématique de santé publique ;
accidentologie très élevée des voitures.


Un nouveau modèle va émerger de cette situation.

Dans les grands centres urbains de demain, les déplacements en voiture individuelle diminueront substantiellement et seront remplacés par un système de transport collectif
où tous les modes (trains, métros, trams, bus, voitures en libre-service ou auto-partage) seront utilisés suivant leur efficacité.
L'offre de transport public sera beaucoup plus dense, plus fréquente et avec de plus grandes amplitudes horaires.

Dans les zones périurbaines et le monde rural, la voiture individuelle gardera toute sa pertinence et sera complétée par un système de transports publics par trains régionaux
et cars sur les axes principaux. Une offre de transport à la demande permettra de rabattre les passagers sans voiture des zones rurales vers ces axes structurants.
L'articulation entre périurbain et urbain, entre voiture individuelle et transports publics se fera par la mise en place de parcs relais automatisés et performants.
Le covoiturage prendra une place grandissante dans les déplacements domicile / travail, domicile / campus universitaire.

Le bilan en GES et en émissions polluantes va connaître une amélioration considérable

en Europe, l’évolution des normes des moteurs diesels (Euro I à Euro VI) a permis une diminution de plus de 90 % des rejets polluants (- 97 % pour les particules,
- 95 % pour les NOx) au cours de ces 20 dernières années,
émergence de carburants « verts » dans les flottes de bus et cars : biodiesel, éthanol, biogaz, bus hybrides.

L'efficacité et l'attractivité d'un tel système dépendra de la capacité du secteur des transports et des pouvoirs publics à résoudre quatre problèmes.
La fluidité des correspondances : à l'inverse du déplacement en voiture individuelle, la grande majorité des déplacements en transports collectifs se font
en utilisant plusieurs lignes / services, le maillon faible de la chaîne de déplacement étant bien souvent la correspondance qu'il s'agit de fluidifier.
Une information complète, compréhensible et immédiate : un frein important à l'utilisation des transports publics est la difficulté de compréhension des informations nécessaires
à la réalisation du déplacement. L'émergence des Smartphones est un formidable atout pour résoudre ce problème.
Un système de tarification et de billettique intégré permettant sur un même support (cartes NFC, téléphone portable) de charger des titres de transport différents
mais aussi multiplication de titres multimodaux (ex : abonnement valable sur le TER et les transports urbains)


Quelles sont les expérimentations auxquelles vous participez en France et dans le monde ? Comment analysez-vous les différents retours d’expérience ?
Quels enseignements peut-on tirer pour la France des avancées internationales ?

Keolis se positionne sur l’ensemble de la chaîne de la mobilité : un opérateur unique qui assure l’ensemble du service de déplacements de nos concitoyens.
Keoscopie/Iquad/Poca = nous avons mis en place des méthodes et outils pour connaître les besoins de nos concitoyens en matière de déplacement.
Une connaissance fine des besoins en déplacement par segment de population, par quartier, par générateur de trafic permet le design d’une offre optimale.

Tramway = Keolis est le premier opérateur mondial de tramways (Melbourne, Bergen, Nottingham, Lyon, Bordeaux, Lille, Caen, Angers, Le Mans, Orléans)
et en 2012 inauguration des tramways de Brest, de Dijon et de la 2ème ligne du tram d’Orléans.
Le renouveau du tramway dans les villes moyennes ou en complément de lignes de métros dans les plus grandes agglomérations accroit substantiellement l’attractivité du réseau
de transport public, redynamise certains quartiers et élargit la clientèle.
Dans un pays comme la France ou l’énergie électrique est très largement d’origine nucléaire, le tramway améliore considérablement le bilan carbone.

Autopartage = nous participons à de nombreuses opérations d’autopartage dont la plus significative est celle de Lille.
A ce jour, l’autopartage reste au stade de l’expérimentation même si celle-ci se multiplie. La taille critique n’a pas été atteinte et le modèle économique n’est pas stabilisé.
Ce service est néanmoins une voie d’avenir très complémentaire des transports publics classiques.

Billettique : nous sommes soit assistance à la maîtrise d’ouvrage des autorités organisatrices, soit maîtrise d’œuvre dans la mise en place de systèmes billettiques
sans contact, d’achats de titre de transport par Internet et de système de recharge des cartes de transport sur distributeurs automatiques de billets (DAB) bancaires.
Nous mettons en œuvre ces systèmes dans de nombreuses agglomérations françaises.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7295
Date d'inscription : 30/07/2008

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMer 3 Juil - 9:18

Intéressant, futuriste, mais "Masdar", pas envie d'y habiter, ni même d'y aller ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 8589
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitimeMer 3 Juil - 13:19

Ville intelligente : "Le risque est que les données se retournent contre les personnes"
ENTRETIEN. Préserver l'anonymat et protéger les libertés dans la smart city est une lutte de longue haleine. Et la Cnil veille au grain... Par Laurence Neuer

« L'air de la ville rend libre », disait Hegel. Cette formule doit-elle désormais s'énoncer au passé ?
Du géographe Rob Kitchin et ses prédictions de « surveillance panoptique » à la Cnil qui, dans sa dernière étude La Plateforme d'une ville, pointe les risques de la « datafication »
de la ville sur la protection des libertés, il est plutôt question d'asphyxie et de captivité.
Les libertés d'aller et venir, la liberté sexuelle, la vie privée, sont-elles solubles dans le numérique ? Les multiples garde-fous juridiques font-ils le poids face à l'invasion
des capteurs, compteurs, caméras, qui collectent des données de manière continue et invisible ?


Entretien avec Régis Chatellier, chargé d'études prospectives au Laboratoire d'innovation numérique de la Cnil (Linc), qui a publié La Plateforme d'une ville.

Le Point :
«  Une ville ne saurait devenir pleinement intelligente sans plonger ses capteurs et ses réseaux jusqu'à l'intérieur de nos logements.
Si l'optimisation des flux de mobilité pose la question de la liberté d'aller et venir anonymement, la smart city pose la question de notre capacité à préserver notre domicile
du regard inquisiteur du reste de la société », souligne l'étude de la Cnil. Comment s'expriment ces menaces ?

Régis Chatellier :
Aujourd'hui, on veut que l'espace urbain soit le plus fluide possible. Et l'on s'oriente vers une ville « sans couture », dont, pour reprendre une image utilisée
pour les réseaux de communication, le dernier mètre de la smart city serait le bâtiment, ou le logement.
Autrement dit, cette gestion des flux ignore, si on ne la régule pas, la frontière de l'intime. Un exemple ? Celui des capteurs du Crous de Rennes.
Cet organisme qui gère la résidence étudiante avait en septembre dernier décidé d'expérimenter des capteurs sur les lits escamotables pour pouvoir en anticiper la maintenance.
Il s'agissait d'un capteur de poids qui permettait de connaître la charge supportée par le lit, mais aussi potentiellement de savoir combien de personnes étaient sur ce lit,
et de déduire tout ce qui se passait dans l'intimité de la chambre.
La Cnil a été alertée, mais, devant le tollé médiatique qu'il a suscité, le système n'a pas été expérimenté.
Au-delà du foyer, ces questions se posent dans l'espace urbain. C'est l'exemple, entre autres, du wifi tracking.
La Cnil s'était opposée à ce que la société JCDecaux comptabilise les flux de piétons en collectant les identifiants des appareils mobiles de tous ceux qui passaient à proximité
de ses panneaux publicitaires implantés à La Défense. L'affaire est allée jusqu'au Conseil d'État qui a, en février 2017, confirmé cette position pour deux raisons :
la demande de JCDecaux ne prévoyait pas de recueillir le consentement des personnes concernées, et la technique d'anonymisation des données ne présentait pas
de garantie suffisante et permettait toujours de re-identifier les individus.


Que pensez-vous de Linky, cette nouvelle génération de compteurs communicants qui renseignent sur nos consommations d'électricité en temps réel  ?

La Cnil a travaillé avec tous les acteurs du secteur des compteurs communicants pour élaborer dès 2014 un pack de conformité, un guide, et des recommandations
pour qu'ils puissent déployer leurs services conformément à la loi.
Par exemple, dans le cas de Linky, ce compteur de la société Enedis (ex-ERDF), la Cnil a été consultée en amont sur la conformité du système aux règles de protection
des données, et plus particulièrement sur la courbe de charge qui permet de savoir en temps réel quelle est consommation d'électricité dans le foyer.
Celle-ci pourrait en effet permettre de déduire des informations sur la vie privée, notamment le nombre de personnes présentes dans le logement et leurs activités.
La Cnil a demandé que cette courbe ne soit remontée à Enedis que par tranche d'une heure, après consentement explicite de l'abonné qui peut à tout moment s'opposer
au stockage de ses données dans son compteur ou chez Enedis.



Ce qui caractérise ces nouvelles formes de surveillance et de contrôle de la population, c'est leur côté indolore et sournois.
Qu'il s'agisse de capteurs ou de caméras, tout est miniaturisé, les objets connectés sont partout, avec nous…
Ce paysage urbain « idéal » nous conduit-il à une société totalitaire où toute forme d'anonymat serait bannie ?

Le risque, c'est en effet l'interconnexion totale de toutes les données sans que les personnes aient la capacité de faire valoir leurs droits.
La ville est une société où cohabitent la vidéosurveillance, les réseaux sociaux, les aspirateurs intelligents, les compteurs connectés, etc.
Autant de collecteurs de données qui tissent la smart city. Le plus grand risque serait que les données se retournent contre les personnes qui les mettent à disposition
pour des services, privés et publics. D'où l'importance, pour un régulateur comme la Cnil, de faire en sorte que chacun de ces acteurs pris individuellement respecte le cadre légal. L'idée d'une « tour de contrôle numérique » qui gérerait l'ensemble des activités de la ville symbolise ce risque, un système qui potentiellement mettrait fin
à toute idée d'anonymat dont la ville était jusque-là le rempart.
Comment s'en prémunir ? En faisant respecter le cadre applicable à la protection des données par chacun des acteurs, notamment en garantissant que la collecte des données
est compatible avec les finalités de leur traitement ; et en certifiant les techniques d'anonymisation, notamment pour les données ouvertes en open data
(par exemple les données de transport). Il faut aussi encourager le développement des technologies protectrices de la vie privée.
Il n'y a pas une solution unique, mais un faisceau de réponses.


Comment concilier la nécessaire protection des individus telle qu'elle ressort du Règlement européen sur la protection des données et les promesses d'une meilleure qualité
de vie dans la ville de demain ?

Au niveau de la collectivité, l'obligation à partir du mois de mai 2018 d'avoir un DPO (délégué à la protection des données) qui est chargé de mettre en œuvre
la conformité des traitements au RGDP (Règlement général de la protection des données) est une garantie importante.
Cette personne sera notre interlocuteur privilégié. Par ailleurs, pour des services qui sont proposés par des acteurs non européens, le nouveau règlement
pose un principe de « territorialité de la personne ». Dès lors qu'un service s'adresse à des Européens, les autorités européennes de protection se considéreront
comme légitimes à répondre à une plainte. Si, par exemple, une personne se plaint d'une violation de sa vie privée par un réseau social situé hors UE
(qui s'oppose, par exemple, à l'effacement de ses données…), la réponse sera européenne.
Jusqu'à présent, il était difficile de toucher ces acteurs. Désormais, le « bloc » européen de protection des données s'impose sur le plan tant juridique que politique,
car c'est tout un marché qui est concerné et son poids économique ne manquera pas de peser sur le respect du droit par les acteurs concernés.



source
lepoint.fr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Agenda 21 Empty
MessageSujet: Re: Agenda 21   Agenda 21 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Agenda 21
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exercices ATP : Comment remplir correctement son agenda ?
» L'agenda européen oublie toutes les fêtes chrétiennes
» cahier de texte ou agenda pour les CP ?
» Agenda de Natagora
» agenda moleskine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Espace membres-
Sauter vers: