Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L impitoyable desert lybien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 2:18


Fin 1956, des prospecteurs pétroliers, en transit dans le Sud-Est du territoire, découvrirent par hasard l'épave d'un bombardier américain.






L'appareil, un Liberator B24 baptisé "Lady be good", n'avait pas trop souffert de son atterrissage forcé. Un seul des quatre moteurs avait été arraché, la queue était brisée, mais l'essentiel de la cellule et l'habitacle en particulier étaient intacts.





Les bouteilles d'oxygène, placées dans leur support, étaient pleines aux deux tiers. Les réservoirs d'eau n'avaient pas été vidés et les prospecteurs purent même consommer du café trouvé tout préparé dans des récipients étanches. Si la cabine de pilotage recelait les restes de quelques oiseaux migrateurs venus mourir dans cet abri de fortune, on ne relevait nulle part de présence humaine.





L'absence de parachutes et de gilets de sauvetage Mae West laissait supposer que l'équipage avait sauté alors qu'il pensait se trouver au-dessus de la Méditerranée, distante pourtant de six cents kilomètres. Les prospecteurs signalèrent leur trouvaille à Wheelus, base américaine proche de Tripoli, et une rapide enquête permit d'établir que le bombardier avait été porté disparu en mer, entre Naples et Benghazi, dans la nuit du 4 avril 1943. Une mission fut aussitôt dépêchée sur les lieux pour tenter d'expliquer cette étrange découverte mais après quelques jours d'exploration autour de l'épave elle rentra sur Wheelus sans avoir pu retrouver trace de l'équipage. Elle avait pu constater cependant que, depuis 1943, personne n'avait approché le B24.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 2:21


Le Calenscio, où reposait le "Lady be good", est la partie la plus inhumaine du désert de Libye. Grand comme une dizaine de départements français, il est essentiellement constitué de dunes de fech-fech (sable inconsistant dans lequel on s'enfonce) que coupent des plaines caillouteuses.





Une température de 54°C y est courante et aucune vie animale ou végétale ne peut s'y épanouir Les nomades ne hantent jamais cette sollitude frappée par la malédiction d'Allah, ce qui explique qu'après seize ans d'abandon les bandes de cartouches étaient encore engagées dans les mitrailleuses de l'appareil. Les spécialistes de la médecine saharienne étaient formels: en pareil milieu, les aviateurs n'avaient pu parcourir plus de trente à quarante kilomètres à pied et leur survie n'avait pas excédé quarante-huit heures. Sans doute, leurs restes avaient-ils été recouverts par les sables. Le mystère retomba sur le Lady be good puis en février 1960, à plus de cent dix kilomètres du point de chute, d'autres prospecteurs découvrirent les cadavres momifiés de cinq des neuf membres de l'équipage. Aussitôt reprises, les recherches officielles permirent la découverte de deux nouveaux corps, encore un peu plus loin vers le nord et, grâce au carnet de bord trouvé sur le copilote, le sous-lieutenant Robert Taner, il fut possible de reconstituer les phases du drame.


Les corps retrouves



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 2:31

Le B-24D-25  "Lady be good" No 41-24301 du 9e USSAF  376th BG, 514th BS base a l aerodrome de Soluch en Lybie.






L equipage est nouveau,fraichement arrive en lybie mi-mars:



1st Lt. William J. Hatton, pilote — Whitestone, New York
2nd Lt. Robert F. Toner, co-pilote — North Attleborough, Massachusetts
2d Lt. D.P. Hays, navigateur — Lee's Summit, Missouri
2d Lt. John S. Woravka, bombardier — Cleveland, Ohio
T/Sgt. Harold J. Ripslinger,mecanicien navigant — Saginaw, Michigan
T/Sgt. Robert E. LaMotte,operateur radio — Lake Linden, Michigan
S/Sgt. Guy E. Shelley, mitrailleur — New Cumberland, Pennsylvania
S/Sgt. Vernon L. Moore, mitrailleur — New Boston, Ohio
S/Sgt. Samuel E. Adams,mitrailleur  — Eureka, Illinois


Le 4 avril 1943, en compagnie de vingt-quatre autres B24 du 376è Bomb Group, le Lady s'était envolé de Soluch, terrain de fortune de la région de Benghazi, pour effectuer un bombardement de nuit à haute altitude sur le port de Naples. C'était sa première mission et ce fut la seule. Au moment du décollage, les moteurs de l'escadrille avaient aspiré une forte quantité de sable si bien que onze seulement des appareils purent larguer leurs bombes sur l'objectif. Les autres, leur mécanique perturbée, firent demi-tour et regagnèrent péniblement leur base.









Trente minutes avant Naples, le Lady fut contraint lui aussi de revenir en arrière et, conformément aux instructions, il n'envoya aucun message radio pour ne pas alerter l'ennemi. Ce n'est qu'après l'heure prévue pour la fin de la mission qu'il pria la tour de contrôle de Benina - grande base aérienne proche de Benghazi - de lui indiquer sa position : il signalait du même coup qu'il se trouvait encore au-dessus de la mer. On lui signifia : 330° nord-nord-ouest, direction convenable pour atteindre sa base. En fait, après avoir dépassé Soluch caché dans la brume, le Lady s'enfonçait déjà dans la nuit du désert, en position inverse de 150° sud-sud-est. Lorsque leur appareil eut épuisé son carburant, les membres de l'équipage, sanglés dans leurs gilets de sauvetage , sautèrent en parachute. En signalant qu'ils étaient sur la mer, ils avaient faussé de 180° les indications fournies par la tour de contrôle. Ils redoutaient un bain forcé; ce fut le sable du Calenscio qui les accueillit. L'un d'eux, son parachute en torche, fut tué sur le coup. Les huit autres s'attaquèrent alors a l'impossible marcher vers le nord pour trouver du secours et, peut-être, rejoindre la côte. Espéraient-ils y parvenir ?
Le carnet de bord du sous-lieutenant Taner ne le dit pas, mais les extraits que l'office d'information de Wheelus m'a confiés sont un émouvant témoignage de leur héroïque acharnement à survivre.








« Dimanche 4 avril Sommes perdus. A court d'essence. Sautons et touchons le désert à 2 heures du matin. Personne n'est blessé. Ne pouvons retrouver John. Tous les autres sont présents. (John est le sous-lieutenant tué dans la chute et dont le corps sera retrouvé le dernier.)

Lundi 5 avril. Nous mettons en marche nord-ouest. Toujours pas de John. Quelques rations, un demi-bidon d'eau, une tasse par jour. Soleil plutôt chaud, bonne brise du nord-ouest. Nuit très froide. Pas de sommeil. Nous reposons et marchons.

Mardi 6 avril. Repos à 11h30. Soleil très chaud, pas de vent. Passons un après-midi infernal. Pas d'avions. Repos jusqu'à 17 heures. Marche et repos toute la nuit. 15 minutes de sommeil, 5 de veille.

Mercredi 7 avril. Même routine. Tout le monde s'affaiblit, ne pouvons aller très loin. Prières tout le temps. De nouveau, après-midi très chaud, infernal. Ne pouvons dormir et souffrons de courbatures.

Jeudi 8 avril. Rencontrons des dunes de sable. Sommes très misérables. Bon vent, mais rafales continuelles. Tous maintenant très faibles. Les yeux de La Motte sont perdus et ceux de tous les autres en mauvais état .
Continuons vers le nord-ouest.

Vendredi 9 avril Shelley, Rip, Moore se séparent de nous et essaient d'aller chercher de l'aide. Les autres sont très faibles. Les yeux vont mal, n'avançons pas, encore très peu d'eau. Environ 3° la nuit. Bon vent du nord, aucun abri, reste un seul parachute.

Samedi 10 avril. Encore des prières pour implorer le secours. Aucun signe. Un couple d'oiseaux. Bon vent du nord. Vraiment faibles maintenant. Ne pouvons plus marcher, souffrons de partout, nuit très froide, pas de sommeil.

Lundi 12 avril. Encore aucun secours. Nuit très froide."

Lorsque, après ce dernier message, le sous-lieutenant Taner s'allongea pour mourir, lui et ses compagnons s'étaient battus pendant huit jours et avaient parcouru plus de cent dix kilomètres. Deux des trois hommes qui avaient quitté le groupe le 9 avril arrachèrent trente kilomètres de plus au désert, mais on ne saura jamais de combien de jours supplémentaires ils trompèrent la mort. Le corps du dernier, le sergent Moore, n'a jamais été retrouvé. L'aspect le plus navrant de ce drame est que, s'ils avaient cherché à rejoindre l'épave de leur avion distante d'une douzaine de kilomètres, huit de ces neuf malheureux jeunes hommes auraient été sauvés.
Lorsqu'ils sautèrent en parachute, l'appareil, de son côté, se posa sur le ventre avec un minimum de casse. Le "Lady be good" ("Madame, soyez bonne") pouvait encore répondre à la prière exprimée dans son nom.
Ses flancs contenaient des vivres, de l'eau, et surtout un équipement radio en état de fonctionnement.




Apres le passage des membres de l USSAF en 1960 pour recuperer les armements et d autres pieces comme les instruments du cockpit .



Récit tiré du livre "La Libye" de Freddy Tondeur collection ANAKO

voir aussi
www.ladybegood.com


Dernière édition par naga le Mer 3 Déc - 3:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 2:47

L'épave du "Lady be good" a été ramenée a Tobrouk par les Libyens en 1994 mais le B24 a plus souffert de son voyage à travers six cents kilomètres de désert que de son atterrissage forcé.


Photos de 2009









Dernière édition par naga le Mer 3 Déc - 3:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 2:57


Les photos d un guide lybien en juillet 2014 montre l etat de delabrement avance de l appareil.
Depuis 2011,Lybie est en guerre perpetuelle.











source
http://ww2today.com

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5063
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   Mer 3 Déc - 11:07

Citation :
Les photos d un guide lybien en juillet 2014 montre l etat de delabrement avance de l appareil.
Depuis 2011,Lybie est en guerre perpetuelle.
Bien dommage car cet appareil a une histoire pas banale.
Et dans quel état doivent être les anciens champs de bataille de Tobrouk, Bir Hakeim ... sachant qu'ils étaient assez bien préservés et qu'il y avait même un ou plusieurs musées pour la mémoire ? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L impitoyable desert lybien   

Revenir en haut Aller en bas
 
L impitoyable desert lybien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un cri dans le desert
» forum les seigneurs du desert
» Du desert aux Alpes
» desert du nevada bizarre
» Pierre Hillard le cri de la vérité dans le desert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Afrique du Nord-
Sauter vers: