Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le croiseur lourd Blücher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4930
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Le croiseur lourd Blücher   Dim 14 Déc - 1:45

Le Blucher etait un croiseur lourd de la classe Admiral Hipper.
Celui-ci fut construit sur le chantier naval de Kiel (Allemagne) avant la Deuxieme Guerre mondiale.
Il porte le nom du Marechal de camp prussien Gebhard Leberecht von Blucher (1742-1819).





Le Blucher commence sa carriere comme navire-ecole dans la mer Baltique.Sa premiere et derniere mission de combat,
fut lors de l'invasion de la Norvege le 9 avril 1940 pendant l'operation Weserubung qui se termine par sa perte.





Operation Weserubung

Le 5 avril 1940,Le contre amiral Oskar Kummetz est venu a bord du croiseur lourd Blucher tandis qu'il etait en Swinemunde.
Un detachement de 800 hommes de troupe des forces terrestres de la 163eme Division d'Infanterie est aussi monte a bord.
Trois jours plus tard,le 8 avril,le croiseur Blucher quitta le port et se dirigea vers la Norvege;le bateau etait le vaisseau amiral
pour la force allemande qui devait saisir Oslo,la capitale.
Organise comme le Groupe 5 de la force d'invasion,le croiseur lourd Lutzow,le croiseur leger Emden et plusieurs escortes
plus petites ont avance a cote du Blucher.
Le sous-marin britannique HMS Triton a decouvert le convoi et a tire plusieurs torpilles.Les allemands ont,avec succes,
evite les torpilles,et ont continue la mission.

Le croiseur leger Emden




La nuit etait tombee au moment ou la flottille allemande a atteint les approches de l'Oslofjord.
Peu de temps apres 23h00,la flottille a ete decouverte par le patrouilleur norvegien Pol III.
Le torpilleur allemand Albatros a alors attaque Pol III et l a incendie, le patrouilleur norvegien a pu donne,quand meme,l'alerte
par radio au forts de protection du fjord.
A 23h30,la batterie du sud de RauoY a decouvert la flottille dans ses projecteurs et a tire deux slaves d'avertissement.
Cinq minutes plus tard,les canons de la batterie ont tire quatre obus sur les allemands,mais en raison de la faible visibilite,
aucun tir n a touche les navires allemands.
Les canons de Bolaerne ont tire seulement une slave d'avertissement a 23h32.
Auparavant,le croiseur Blucher a ete vise de nouveau,il etait hors du secteur de tir et etait non visible de RauoY
ou de Bolaerne apres 23h35.
A minuit,les projecteurs norvegiens des batteries d'artillerie cotieres dans les iles de Bolaerne et RauoY ont illumine les bateaux.


Le Fjord d Oslo




La flottille allemande avancait a une vitesse de 12 noeuds.
Peu de temps apres minuit,un ordre de l'Amiral pour eteindre tous les phares et les feux de navigation a ete emis sur NRK.
On avait ordonne aux bateaux allemands de tirer seulement en cas de riposte.
Entre 00h30 et 02h00,la flottille s'est arretee et 150 fantassins des forces allemandes ont ete transferes aux escortes R17 et R21 de l'Emden et R18 etR19 du Blucher.

On a ordonne aux bateaux escortes R d'engager RauoY,Bolaerne et le port naval de Horten.Malgre le manque de surprise,
le Blucher a continue plus loin dans le fjord comme c etait prevu pour atteindre Oslo a
l'aube.
A 04h40,des projecteurs norvegiens ont de nouveau illumine le bateau.
Quarante-et-une minutes plus tard,les canons de 28 cm cotiers situes a la Forteresse Oscarsborg ont ouvert le feu sur le Blucher,commencant la Bataille de Drobakson.
Les obus ont ete tires sur son cote babord une distance tres proche.
Le premier obus a explose au-dessus du pont,frappant la station de tir de batterie antiaeriennes,tuant le Kapitunleutnant
Hans-Erich Pochhammer.

La forterresse d Oscarborg




Le commandant dans la tourelle D,Oberstuckmeister Waldeck a declare que les premiers coups de 28 cm n'avaient
aucune influence sur la capacite de riposte des tourelles de 20.3 cm.
Le Blucher a immediatement rendu le feu,chaque batterie tirant sur leur propre cible.

Le deuxieme coup de 28 cm a cause des degats serieux :il a frappe pres du hangar avions et a commence un feu majeur.
Comme le feu s'etendait,il y a eu explosion des explosifs portes par l'infanterie,genant plus loin des efforts de lutte anti-incendie.
L'explosion a mit le feu aux deux hydravions Arado :un sur la catapulte et l autre dans un des hangars.
L'explosion aussi a probablement fait un trou dans le pont blinde sur la chambre de turbine No 1.
La turbine No 1 et la chambre No 3 du generateur se sont arrete en raison du manque de vapeur et seulement les puits exterieurs
de turbine 2/3 etaient operationnels.

Le commandant de la Forteresse Birger Eriksen




Les allemands etaient incapable de localiser la source du tir.
Le Blucher a accrue sa vitesse a 32 noeuds dans une tentative de se deplacer rapidement devant les canons norvegiens.
Les canons de 15 cm sur Drobak ont aussi tire a environ 370 m sur le cote tribord du Blucher.
A une distance de 500 metres,le Blucher est passe entre la batterie Kopas et la batterie principale Hovedbatteriet a Kaholmen.
La batterie Kopas a cesse de tirer sur le Blucher et a engage la cible suivante,le Lutzow,touchant celui-ci plusieurs fois.

Le premier ingenieur Leitende Fregattenkapitan. Ing. Karl Thannemann a ecrit dans son rapport que les coups
venant de Drobak avaient frappe dans une longueur de 75 metres au milieu du navire,entre la tourelle B et la tourelle C.
Cependant,les degats etaient plus importants sur le cote babord.

Apres la premiere salve des batteries de 15 cm de DroBak,la direction du pont a ete mise hors de service.
Le Blucher venait de passer le fort de DroBakgrunnen et etait en train de virer de babord.
Le navire a perdu de la vitesse.
Normalement le gouvernail est controle electriquement du pont aux moteurs sous le pont blinde,en avant du gouvernail.
En cas d'urgence,il peut etre commute en quelques secondes pour remettre la direction en manuelle,
mais les commandes de direction du pont au gouvernail peuvent etre retardes.



A suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4627
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Dim 14 Déc - 13:12

Si je ne me trompe pas, et en espérant ne pas sans anticiper sur les prochains massages de Naga, il y a un gros souci avec le Blucher.
En effet, il est toujours dans le fjord où il a coulé, et ses réservoir de combustibles contiennent encore assez de carburant pour polluer gravement tout le secteur, ses réservoirs étant petit à petit bouffés par la corrosion et risquant de lâcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4930
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Lun 15 Déc - 1:01

Vania,je vais en parler a la fin.


Suite


L action




A 05h30,les batteries de torpille terrestres norvegiennes sont entres en action.Deux torpilles sont parties vers le bateau.
Le dispositif de visee de la batterie de torpille etait tres primitif.La vitesse de la torpille etait connue et reglee,mais la
vitesse de la cible devait etre devinee.

Selon le rapport de l'Amiral Kummetz,la premiere torpille a frappe la chaudiere No 2,juste sous la cheminee et
la seconde a frappe la Turbine 2/3.La chaudiere No 1 avait deja ete detruite par un tir.
Seulement une chaudiere etait reste intacte,mais toutes les conduites de vapeur ont ete endommagees et
la turbine No 1 a perdu sa puissance.
A 05h34,le bateau etait severement endommage,mais avait,avec succes,passe la zone dangereuse;
les canons norvegiens ne pouvaient plus recevoir d informations pour engager le bateau.
Les canons de 15 cm de la batterie de KopaS etaient prets a faire feu de nouveau car elles avaient un large secteur de tir.
La batterie a demande des ordres,mais Eriksen a conclu:
La forteresse a fait son devoir.

Avec tous les moteurs arrete,environ 60 % de l'energie electrique est partie,le croiseur Blucher a rapidement
perdu sa vitesse et a 04h50,il s est arrete a Asklhomen.
Le gouvernail du bateau etait bloque a babord.






Apres le passage des batteries,l'equipage du Blucher,y compris le  personnel des canons du navire,etait charge
d eteindre les incendies.
A ce moment-la,le croiseur avait un gite de 18 degres,quoique ceci  ne soit pas initialement problematique.
Le feu a ete finalement eteint  dans une des soutes de munitions de 10.5 cm,entre la chambre de turbine No 1
et la chambre de turbine 2/3,ou il y avait eu l explosion qui a rompu plusieurs cloisons dans les salles des machines et
a enflamme les depots de carburant du bateau.
Le bateau a lentement commence a chavier et on a donne l'ordre d'abandonner le navire.





Le Blucher s'est retourne et a coule a 07h30,avec des pertes humaines significatives.




L'historien Naval Erich GruNer declare que le nombre de pertes humaines est inconnu, mais Henrik Lunde donne
un chiffre s'etendant de 600 a 1,000 soldats et marins morts.
Jurgen Rohwer declare que 125 marins et 195 soldats sont morts dans le naufrage.

La perte du croiseur Blucher et les degats faits au Lutzow ont fait que la flottille allemande s'est retiree pendant un moment du combat.
Les forces terrestres allemandes ont ete debarquees sur le cote oriental du fjord;elles sont passees vers l interieur et
ont capturees la Forteresse Oscarborg a 09h00 le 10 avril.
Elles ont alors avance pour attaquer la capitale.
Des troupes aeroportees ont capture l'aeroport Fornebu et ont acheve l'encerclement de la ville d Oslo et a 14h00,l
a ville etait dans les mains allemandes.
Le retard cause par le retrait provisoire de la flotille Blucher,a permis a la famille royale norvegienne et au gouvernement de
s'echapper de la ville.


source
www.admiral-hipper-class.dk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4930
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Lun 15 Déc - 1:06


Le croiseur Blucher repose au fond pres des cotes de DroBak,a une profondeur de 64 metres et renferme
encore les corps de nombreux marins.

Maquette representant l epave du Blucher




Les helices du bateau ont ete enlevees en 1953 et il y a eu plusieurs propositions pour renflouer l'epave depuis 1963,
mais aucun n'a ete effectuee.Quand le Blucher a quitte l'Allemagne,il avait environ 2,670 metres cubes de petrole a bord.
Il a depense un peu de carburant en route vers la Norvege et certains ont ete perdus pendant le naufrage,
il y fuit toujours constamment du petrole.
En 1991,le taux de fuite a augmente a 50 litres par jour,menacant l'environnement.Le gouvernement norvegien a donc
decide d'enlever autant de petrole que possible de l'epave.
En octobre 1994,l'entreprise Rockwater AS a perce des trous dans 133 reservoirs a carburant et a enleve 1,000 tonnes
de petrole;47 soutes etaient inaccessibles et peuvent toujours en contenir.
L'operation d'extraction a fourni une occasion de recuperer un des deux hydravion Arado 196 du croiseur et deux ancres.

L'hydravion a ete sorti le 9 novembre 1994 et est actuellement au Musee Flyhistorisk,Sola pres de Stavanger.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4627
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Lun 15 Déc - 11:33

Citation :
il y a eu plusieurs propositions pour renflouer l'epave depuis 1963, mais aucun n'a ete effectuee.
Difficultés techniques, financement ... sait-on pourquoi ?
En tout cas bon plan d'avoir récupéré les hydravions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4930
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Mar 16 Déc - 0:47

La forteresse d Oscarborg: Protection du Fjord d Oslo






Batterie principale:
3 x 28 cm canons cotiers
4 x mitrailleuses AA

Batterie Kopas:
3 x 15 cm canons cotiers

Batterie Husvik:
2 x canons 57 mm

Batterie de Torpilles:
3 x batterie support double torpilles 45 cm
3 x batterie support simple torpille 45 cm

Batterie Seiersten:
2 x canons Bofors 40 mm L/60 AA

3 x Colt M/29 7,92 mm AA

Batterie Haoya:
4 x Colt M/29 7,92 mm AA

Batterie Nesset:
4 x canons de 57 mm Cockerill L/60

Support d Infantrie:
Une companie de la Garde Royale Norvegienne

Total equipage:
45 officiers et 293 hommes pour les batteries,
69 officiers et hommes de la Garde Royale Norvegienne.


Les canons de 28.0cm








La batterie de Torpilles

Construit entre 1898-1901,elle a ete en service le 15 juillet 1901,l'installation de torpilles souterraine est restee
une des rares installations de defense norvegiennes inconnues des services secrets militaires allemands
jusqu au 9 avril 1940.
La batterie etait une de deux installe en Norvege et etait differente de l'autre batterie de torpille,du Fort Kvarven,
dans lequel elle a ete concu pour lancer ses torpilles en dessous du niveau d'eau,au lieu de par le tube en tombant
comme c etait le cas avec la batterie de Kvarven a l'exterieur de Bergen.



Batterie vue du Fjord




A Oscarsborg,la batterie de torpille est une construction en beton armee situee a l'interieur d'une caverne
dans la roche au Nord de l'ile Kaholmen.
Deux torpilles peuvent etre chargees cote a cote,dans un cadre ouvert d'acier.Puis les cadres sont baisses
comme un ascenseur dans l'eau vers les tunnels en dessous.
Quand celles-ci sont envoyees,le propre moteur d'air comprime de la torpille demarre et la torpille est propulse en autonome.
La batterie a trois tunnels de torpille qui pouvaient tirer six torpilles sans recharger et un total de neuf torpilles
a ete stocke et etaient prete a l'emploi.
Chaque arme portait une ogive de TNT de 100 kg et les cibles etaient vues a partir d un bunker d'observation
juste au-dessus de la batterie.





Les torpilles ont ete livrees en 1900 par l'usine Whitehead torpedo a Fiume,en Autriche-Hongrie.
Un deuxieme bunker d observation est place juste a l'exterieur de l'entree de la batterie.



source
www.admiral-hipper-class.dk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4627
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Mar 16 Déc - 11:28

Citation :
une des rares installations de defense norvegiennes inconnues des services secrets militaires allemands
Excellent comme système.
Discrétion et efficacité ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Jeu 8 Déc - 17:33

Bien le bonjours à tous et à toutes, en raison, que je suppose bien, que il y'a aussi des femmes qui sont intéressé par l'histoire de la seconde guerre mondiale, et dans la résistance et même dans l'armée elles ont aussi jouer des rôles, et même j'ai entendu parler pendant ma jeunesse, que de mon village ou j'ai grandit, il y'en avait qui ont servit dans la Kriegsmarine.

Bien, alors si des personnes, un peut désemparé en raison que certaines sources énumère des pertes de allant jusqu'à 2000 hommes, et d'autre uniquement 830.

Alors éclaircissons ce premier point.
Dans notre historique que Naga a trouvé, est énumérer le "Groupe 5". Et là si ont se rapporte à la totalité des hommes sur tous les navires contenant le groupe 5, ont arrive approximativement aux 2000 hommes.
D'autre source énumère même 2300 hommes.

Sur le croiseur lourd Blücher, il comportait les hommes de la 163ème Division d'infanterie 600 hommes + les hommes restant des 230 qui eux appartenait aux différents état majors destiné pour les opération au Sud de la Norvège.
du General Major Engelbrecht (163 I.Div.) et Süssman (Chef d'état major du General Kitzinger (Luftwaffe, commandant pour Aérien pour la Norvège)). et si ont rajoute le nombre de Marin ayant servit sur le Blücher ont arrive a une totalité de 1000 hommes perdu.

Alors partons un peut en arrière pour mieux connaître l'histoire de ce navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Ven 9 Déc - 15:51

Citation :
Les croiseurs lourds de la Kriegsmarine, étaient le résultat du traîté signé en 1921, "flotte Washington", dénommé les Croiseurs "Washington". Leur tonnage de déplacements était de ne pas dépasser les 10.000 tonnes et le calibre de leurs artilleries principales a été limité à des canons de 8" (20,3 cm), mais en réalité ils dépassaient de 60% du calibre autorisé par le traité.

Entre 1935 et 1937, sur les quilles de cinq de ces navires ont été prévues, qui appartenait à deux classes de navires légèrement différentes: L'Amiral Hipper et son sister-Ship Blücher , et la classe améliorer appartenant au second lot  qui eux était composé par le Prinz Eugen , Seydlitz et Lützow . Les deux derniers ont été prévus à l'origine pour devenir de gros croiseurs avec un armement de douze canons de 15 cm, mais en raison de l'absence de canons et des tourelles, et de la menace d'une nouvelle classe de croiseur Soviétique, les navires ont été construits en suivant la conception du  navire Prinz Eugen. Ces navires ont été conçus avec l'idée de l'esprit faire de la guerre contre le commerce, ils avaient la mission d'attaqué la marine marchande des alliés et s'évader des navires de guerre des alliés, mais il est rapidement devenu évident, qu'ils n'étaient pas idéal pour cette tâche. Avec leur moteurs à haute pression à vapeur, leur consommation de carburant était trop élevé et leur rayon d'action  n'était pas assez grand pour être utilisé dans l'Atlantique Nord. En outre, la complexité de la construction de moteurs sons souvent tombé en panne. Sur les cinq navires, seulement trois d'entre eux ont été entièrement terminer.
Bien alors cela provient d'une première source. Et comme ont peut le voir, c'est cours mais contient de bonne information, qui non pas toujours été dévoilé, dans les autres sources.
Donc poursuivons donc de suite avec une seconde source:

Citation :
L'HISTOIRE DE LA CRÉATION

Le 6 juillet 1935, dans le chantier naval Blohm und Voss" à Hambourg a officiellement commencé la construction de "l'Amiral Hipper" et un mois plus tard, la firme Deutsche Werke" débuta la construction du "Blücher". En avril de l'année suivante sur le chantier Krupp "Germaniawerf" a Kiel a eu lieu la mise sur quille du Prince Eugène. Deux autres projet de navire modifié, commandé à la firme "DeSchiMAG " à Brême, où ont été portées respectivement sur quille en décembre 1936 et en août 1937. Les croiseur de la nouvelle classe, et qui ont reçu principalement des noms de "marin". Mais uniquement le premier a été dénommé en l'honneur du commandant Allemand des croiseurs lors de la bataille de la Dogger Bank et Juttland et du dernier commandant de la Flotte de haute mer de l'amiral von Hipper. Tandis que les quatre autres ont eu le nom d'un général de l'armée de Terre, bien que les noms de toute l'Europe chrétienne, Seydlitz et Lützow ont été utilisés traditionnellement dans la flotte germanique. La "génération"  précédente a appartenu au nombre de plus de combat allemands de bateaux: croiseurs cuirassés Le Blücher a été couler au combat lors de la Dogger Bank,  et le Lützow lui a coulé dans la bataille de Jutland, dans laquelle a peine n'a pas été coulé le "Seydlitz", qui lui avait encore réussis a rentrer en étant sérieusement endommagé. le nom du troisième navire de la série, se démarque. Le prince Eugène nous est connu en tant que le général et Chevalier autrichien Eugène de Savoie. Nom donné à des considérations politiques: ainsi, il a été souligné que l'Autriche a été rattachée au Troisième Reich est qui est un membre à part entière de "l'empire allemands", o\u pendant la période de l'empilement de la construction du navire de la série "l'Amiral Hipper" en un an et demi il a été construit; tandis que pour les autres unités, eux ils en avaient besoin d'environ deux ans de temps.

Historique de la Mise en SERVICE et de sa MORT

La deuxième série de croiseur a officiellement été mis en service le 20 Septembre 1939, après de nombreux retards lors de la construction causés par des modifications dans la conception. Cependant, après la réception de la mise en service, le "Blücher" n'était pas encore devenu une unité de combat: toutes sortes de travaux de finition et de correction ont continué pendant un mois et demi. Seulement à la mi-Novembre, le commandant, 47 ans le Kapitän zur Zee Heinrich Woldag était en mesure de commencer les essais préliminaires du navire, et il se trouva toujours à la jetée. Ils ont identifié un problème avec les machines, et a dû passer encore un mois entier à Kiel, en arrivant "a mettre" le croiseur en mer. Enfin, à la date du 27 Novembre, le "Blücher" a quitté le chantier pour rejoindre la zone de Gotenhafen, afin de procédé aux essais final de l'installation mécanique. En raison des de la guerre tout les tests officiels n'ont pas été effectué.
À la fin de la campagne des tests le  croiseur est retourné à Kiel, où sur lui a été poursuivi le travail. Seulement à la date du 7 Janvier 1940 le "Blücher" a finalement été en mesure de quitter le chantier naval. Mais il ne pouvait certainement pas être considéré comme navire prêt au combat, parce que même pas un essai mené à travers son artillerie et les tirs de torpille ont été effectué, sans parler de l'exercice. L'unique endroit sécurisé était la mer Baltique orientale, où et est allé le "Blücher". L'hiver rigoureux de l'année 1939-1940, l'avait complètement ruiné, déjà qu'il était peu rébarbatifs à cette période de l'année dans la mer Baltique. La neige et le brouillard, ont rendu impossible d'effectuer les tests de tir, et la glace pouvait uniquement être brisé a travers les brise-glaces, mais qui eux les uniques brises glaces disponible, ont été affecté à d'autres besoins. Le navire a effectué la ligne de retour pour Kiel, où le croiseur est arrivé le 17 Janvier. Dans les 10 jours de malchance du navire, il resta ancrer dans la baie de Kiel, entouré rapidement par de la glace. Et il ne pouvait pas trouver de meilleure solution, uniquement de le faire remorquer vers le quai de l'usine. Profitant d'une bonne occasion, les ingénieurs et les travailleurs ont utilisé se temps pour terminer de nombreux travaux de finition, et ce qui a prolongées jusqu'à la fin de Mars. En conséquence, le navire est officiellement entrer en service pendant près de six mois après, quittant les murs du chantier seulement pendant 19 jours, et ne pouvait pas être considéré comme une unité de combat à part entière.

Cependant, l'état-major maritime avait des vues très précises à ce sujet. La nécessité aiguë pour récolter des navires pour l'opération "Wesserübung", ou il se révéla être impliqué dans l'ensemble de la flotte, la direction de l'OKM  à inclus le "Blücher" dans la liste des participants à l'invasion de la Norvège. Cependant leurs décisions, ils ont fait remarquer que le croiseur sera approprié à des "tâches simples", mais ils non pas précisé par ce qu'ils sous entendait par là. Il n'a jamais tirrer un seul tir a partir des canons principal; Il n'a non plus été testé pour les exercices d'intervention globale pour lutter contre les dommages et pour limiter les dégâts.

Euh, alors là plein de chose qu'il est intéressant de connaitre sur l'histoire de ce navire.
Et celà explique aussi les raisons primaires, pour que le navire a été touché et a coulé aussi vite.

Et aussi ici, ont sait, que dans la nomination des navires de la classe des croiseurs, ils avaient utiliser uniquement un nom d'un ancien Marin, ayant combattu lors de la 1ère guerre mondiale. (L'amiral von Hipper)
Tandis que pour les autres..
Blücher = ancien maréchal prussien. puis porta le nom de la première génération des croiseurs et combattu ou il coula.
le prinz eugen = Chevalier aristocrate, donc, oui bien sûr, Hitler et Himmler ont tous les deux été reconnu, d'adorer l'ancienne ère des Chevaliers...
Lützow = ancien Général.
et Seydlitz aussi un Général.

Donc le nom de Blücher, apparemment est un nom qui détient des destins tragique.
et ont a bien ici, pu le remarquer, que pendant sa construction, il ne saissait de vouloir dire quelque chose, comme un pré-sentiment de son futur destin.


Dernière édition par leclerc1944 le Jeu 15 Déc - 15:13, édité 2 fois (Raison : Rectification du nom Capitaine de frégatte Foldag en Woldag)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Sam 10 Déc - 0:12

Bien voilà la suite du récits…
Citation :
Dans de telles conditions à bord du navire ont été installé l'état major du commandant navale du groupe pour l'attaque de la capital de la Norvège le contre- amiral Kummetz et le 5 Avril, le "Blücher" est sorti de Swinemünde - le point de départ de l'opération. Lors de l'embarquement sur le croiseur. Il y avait près de 830 les soldats d'armée, dont seulement 600 était des troupes de combats assigné à la 163ème  division d'infanterie. Le reste appartenait au quartier général de cette division et de l'ensemble du groupe des forces destinées à capturer le Sud de la Norvège, sous la direction du major général Engelbrecht et Süssman, ainsi que de nombreux autres services, y compris le personnel de  l'entretien, y compris le personnel de la future station de radio communication d'Oslo. À bord du navire ont été chargé en plus  une quantité assez substantielle de munitions, en plus des munitions qui était destiné pour le navire en lui même, mais il n'y avait plus de temps pour son déchargement, il était nécessaire d'installer dans des tous les dépôts réguliers des projectiles, et des cartouches de combat de la division. Les emplacements sous le pont blindé, était déjà occupé, et à cet emplacement n'ont pas été placé les charges militaire hautement explosives ou il était nécessaire de les placer dans le magasin des torpilles qui se trouvait sur le pont supérieur, derrière l'avant  du tribord. Une partie de la cargaison a été chargé dans le hangar, ou furent stockés déjà 200 kg de bombes et ainsi que l'avion de réserve ( non chargé en carburant). Le troisième "Arado" il était nécessaire de partir sur le rivage - pour lui simplement il n'y avait aucun endroit. En conséquence même sans cela « Blucher » pas complètement que combattre-efficace s'est avéré dangereux encombré dans des charges de sens du feu et a potentiellement déjà perdu la partie substantielle de sa stabilité
Une partie de la cargaison était dans le hangar, qui contenait 200 kg de bombes et des avions de réserve (mais pas alimentée). Le troisième "Arado" a dû être entreposé sur le pont – il n'y avait  simplement pas de place pour lui. Par conséquent, le Blücher n'était déjà pas entièrement digne de livrer une bataille, puisque le risque d'incendie a été multiplié et avec la cargaison supplémentaire à bord il avait déjà perdu une partie importante de la stabilité de combat. Tout cela l'affectera très bientôt.

Tôt dans la matinée du 7 Avril, le "Blücher" et "Emden", accompagné des destroyers "Möve" et "Albatross" ils ont appareillé de Swinemunde et ont été bientôt rejoint dans la région de Kiel avec le reste du groupe Sud de l'invasion. A la tête du convoi, le "Blücher" suivit du Deutschland  et du croiseur léger Emdem et de 3 destroyers, Le Emden a composé le noyau principal du groupe de combat "Oslo", dans la composition ont été intégré la 1ère flotille des chalutiers (8 dragueur de mine) et de 2 Baleiniers. Ils ont dû transporter près de 2000 hommes pour débarquer la première vague d'assaut. La force était resté inaperçu jusqu'à ce qu'ils ont atteint Skagerrak, quand dans la soirée à 19 heures, ils ont été repérer  et ont été attaqué par le sous marin anglais "triton", a son tour il a été remarqué  par "l'albatros", lorsque le "Triton" lança ses torpilles d'une position incommode. Le "Blücher" a d'une manière satisfaisante dévié des torpilles tirés. Est plus tard un autre Sous marins anglais, le "Sunfish",a aussi pu apercevoir le groupe allemand, mais il n'était pas en mesure de pouvoir attaquer, bien qu'il n'a pas pu attaquer  - il a rapportée au commandement. Cependant, D'ailleurs, la destination du détachement Allemand restait d'une manière ou d'une autre dans le secret pour les Anglais, et pour l'objet de l'attaque – de la Norvège. Dans la tombé de la nuit  la colonne est entrée dans le fiord d'Oslo, où était allumé tous les feux de navigation. Lorsque soudainement le torpilleur de tête "l'Albatros" s'est trouvé dans le rayon du projecteur. Un petit navire norvégien de patrouille, "Pol-Ill", qui était qu'un baleinier armé de canon léger, a ouvert le feu préventif. Immédiatement du "Blücher" a retenti l'ordre :" capturer l'adversaire! " Qui a été exécuté par le torpilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4627
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Sam 10 Déc - 8:27

En anticipant un peu sur la fin la fin de ton exposé, il me semble que le Blucher pose problème, ses cuves de mazout ont rouillé avec le temps, et le carburant fuit aujourd'hui, polluant les eaux du fjord dans lequel il a coulé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Sam 10 Déc - 19:10

Bien continuons avec le Blücher
la_suite a écrit:
Maintenant pour le "Blücher" et pour les autres navires de la force allemande il était dans la perspective pour remonter dans le fjord environ 100 kilomètres et pour passer deux zone fortifier. Dans la composition de chacune de ses fortifications, furent équipé de batterie d'artillerie lourde (280-305- millimètres) et de plusieurs batteries de côtière d'un calibre plus petit. Au début aux Allemands il était nécessaire de passer entre les îles Bolerne et Rana, celle-ci ont gardé l'entrée dans le fjord et les approches de la base navale principale Norvégienne de Horten. Les Norvégiens n'ont pas dormi : dès que le croiseur lourd est venu pour passer entre les îles, les projecteurs installé des deux côtés des îles l'on illuminé. Après un premier coup de semonce, qui était court. Et par la suite, le commandants de la batterie a hésité de prendre la décision la plus importante – celle pour ouvrir le feu. De maintenir une vitesse haute pour passer le parcours ouvert (près de 15 noeuds), la force était entrain d'attaqué la batterie principale, au lieu de disperser le groupe. Quand le commandant de la batterie a réalisée, que le groupe de combat "Oslo" venait déjà d'arrivé dans un emplacement dangereux. 7 projectiles sont tombés 100-300 m derrière la colonne. Et à la batterie Norvégienne, elle lui était uniquement possible pour diriger ses tirs - sur le parcours ouvert vers la mer.

Pour le premier succès, les Allemands ont été obligés, sans compter de la paralysie de l'ennemi, et suivant les ordres précis que l'amiral Kummetz a transmis, d'uniquement ouvrir le feu après que le navire Leader a envoyer son signal, d'ignorer les tir de semonce et de ne pas prêter attention aux projecteurs qui éblouisse, sur lesquels il ne devait pas tiré, mais les opérateurs ont été eux même aveuglé par les projecteurs.

A une heure moins le quart le 8 avril le "Blücher" a transmis le signal pour stopper les machines et commencer le débarquement dans la région de la base navale de Horten. Pour cette partie l'Emdem et lui ont transbordé les troupes sur 6 vedettes du type "R" (Raumboote), qui eux furent escorter "de l'albatros" et du "condor" pour rejoindre la côte. La force principale était une nouvelle fois entrée dans un chemin, bien que Kummetz a été forcé de donner l'ordre de réduire la vitesse à 7 nœuds – naviguer dans de telle condition en l'absence de lumières de navigation est devenue dangereux. Devant les Allemands se tenait le deuxième secteur fortifié, situé dans le secteur étroit de drobak. A cet endroit le fjord d'Oslo devient étroit approximativement à 500 m de largeur, s'étendant entre les deux îles de kaholmen (Nord et Sud) et du rivage droit disposant de rocher.

Sur les îles été situé 6 batteries d'artillerie (3 canons de 280 - millimètre et 9 de 57 - millimètres), et a Drobake - 3 batteries (3 canon de 150 - millimètre, 2 de 57 - millimètre et 2 de 40 - millimètres).
Il n'était non plus nécessaire de pensé à l'éventualité de l'effet de surprise : Depuis le moment ou ils ont été découvert, les Norvégiens il leurs était possible de mettre la défense côtière en alerte, mais il est aussi vraie, que c'était complètement relatif. Les batteries ne contenaient pas assez d'officiers et de servants des canons (En se reportant aux sources, les batteries de 280mm - était uniquement un effectif de chacune de 7 hommes). Cependant, la chose primordiale, était que aux défenseurs à présent, ils ne leurs était plus nécessaire de deviner, si oui ou non, il fallait ouvrir le feu. Les installations désuètes ont permis pour tirer leurs feu dans les secteurs très étroits, et aussi qu'ils ne leurs serait plus nécessaire de tirer auparavant des tirs de semonces, ou les servants ils leurs étaient possibles de recharger les canons plus rapidement.
Nominalement le corps principal était la batterie composé de trois-canons de l'oskarborg. Situé sur l'île de Kaholmen. Les canons de 280- millimètre model du canon Krupp de 1891. Qui pouvait tirer des obus de 240 - kg, et qui pourraient s'avérer devenir mortelles pour n'importe quel navire, qui appartenait au groupe allemand. Dans la brume avant l'aube au "Blücher" il lui était possible de passer l'angle de tir d'un des canons, dénommé par les Norvégiens par des noms bibliques. Mais deux autres, "Aaron" et "Moïse", ont eu le temps pour faire un pointage direct et pour tirer leurs projectiles. Qui ont atterrie (entre 500 à 1500 m- selon des données différentes). Et sur une si petit distance il ne pouvait pas manquée leurs coups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Jeu 15 Déc - 12:37

la_suite a écrit:
À 5 heures le premier obus a frappé la partie du pont supérieure du côté du poste de direction du tir de l'artillerie antiaérienne. Le poste lui-même n'a pas souffert, mais les éclats ont porté les pertes sévères parmi le personnel, y compris le second officier d'artillerie, le lieutenant de vaisseau Pohammer. Le deuxième obus de 280-mm a frappé dans le hangar du bâbord. L'explosion a détruit les deux avions et l'installation accouplée au canon de 105mm anti aérien. Immédiatement ici l'incendie a éclaté, le feu s'était "nourrit" avec les barils d'essences et les caisses de munitions dédié au débarquement. Mais aucun d'entre eux, ne représentait un danger essentiel pour le croiseur. Pendant un moment, il semblait qu'il était en mesure de résoudre son problème - des salves stoppé de Oskarborg, ont permit au "Blücher" de sortir du secteur de tir.

Et c'est a ce moment là, qu'est entrée en action la batterie de 150-mm de Drobak. Probablement, sur cette Batterie il se trouva assez de personnel pour desservir trois canons et pendant les 5-7 minutes suivantes, les Norvégiens ont réussit à réduire la distance de tir près d'un demi-kilomètre en tirant 25 obus, ou près de deux dizaines d'entre eux ont touché le but. Ils ont aggravé les dommages au croiseur, faites des anciens tirs au but de gros calibre. Un des obus a mis hors service sur l'arrière du KDP (*) des canons anti-aériens et en détruisant a tribord une installation moyenne de 105-mm. Avec ce coup au but supplémentaire, ou le projectile a frapper le hangar contenant de 280 mm par l'obus a transformé le milieu du navire en tas de débris brûlant. Un des premiers coups de feu a mis hors service le dispositif du gouvernail et le lien avec la machinerie. Le gouvernail  a été resté coincé dans la position "bâbord toute", et le croiseur à pointé son nez vers le bord. Woldag transmis l'ordre de stopper les machines en avant toute et de faire une marche en arrière "totale " sur les hélices gauche pour le plus vite possible passer devant l'île Nord de Kaholmen.

Euhhhhhhhhhh KDP:
Alors ou comme notre collaborateur lui avait utiliser KPD.
En fait moi je vais juste vous donné ma dénomination de cette abréviations.
comme ma version elle est Russe. Ainsi j'ai rechercher et j'ai trouver Komandno-dal'nomernyj post
soit le Poste de commandement pour la portée de tir.
Le bunker de Longue sur mer et aussi un poste de commandement de portée de tir.
Puisque sans ce poste, pour connaître la distance de tir, l'artillerie tirerait en aveugle.


Dernière édition par leclerc1944 le Jeu 15 Déc - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Jeu 15 Déc - 14:36

Citation :
Tout de suite après la première atteinte de Woldag a ordonné à l'officier principal d'artillerie au korvetten-capitaine Engelman d'ouvrir le feu. Mais un principal poste d'artillerie sur le pont supérieur s'est rempli immédiatement de la fumée épaisse provenant de la première explosion, et il fallut transmettre la direction du tir au troisième officier d'artillerie se trouvant au KDP du nez. Cependant le point faible, était que dans la brume du matin il était impossible de détecter aucune cible distinctement visible. Néanmoins, les canons de 105-mm et l'artillerie antiaérienne légère a ouvert le tir sur la plage, mais ne portant pas de dommage aux défenseurs.

L'équipage réussit vite à établir une connexion temporaire avec les machines dans le poste central et pour mettre en place un commandement des avaries. Dès le moment que le premier coup de tir d'Oskarborg a passé sous les 8 minutes. Le croiseur naviguait toujours a la vitesse cruciale de 15 nœuds, pour sortir vite des secteurs de tir de la batterie de Drobake et des deux batteries de 57-mm des deux plages. Mais à 05h52 a suivi une nouvelle explosion. Le corps du croiseur était ébranlé par deux coups sous-marins. Il semblait à l'officier principal que le navire a heurté une mine ; tandis que le navigateur croyait que le croiseur venait de heurté contre le rocher sous-marin. Cependant les unités d'avarie ont immédiatement énumérer qu'une torpille venait de frapper le bâbord.

Selon les renseignements Allemands, dans le secteur étroit de Drobak il y avait un champ de mines, cependant les Norvégiens démentissent cette supposition. En effet, les Allemands après avoir capturer la fortification, ils ont découvert quelques dizaines de mines prêtes à l'emploi, mais le témoignage de leurs installations ne suffit pas. Et pour mettre en place une organisation préalable d'un barrage  de champs de mine sur le chenal profond et étroit, limiterait fortement la navigation à la capitale du pays, et avoir aussi le temps pour établir les mines entre 4-5 heures en pleine nuit, les Norvégiens non simplement pas pu le faire. Mais il est plus probable que le "Blücher" a été atteints par la batterie littorale au Nord de l'île de Kaholmen de deux torpilles.

Cette batterie se trouvait dans un abri de rocher, capable de supporter des bombes lourdes et les obus, et il existait trois canaux avec les voies ferrées pour la livraison des torpilles. Déjà après la capitulation de la garnison. Les Allemands ont trouvé 6 "torpilles" entièrement préparés au tir sur les chariots spéciaux, avec lesquelles en 5 minutes on pouvait les transborder aux canaux. Il est évident qu'un tel système ne détient aucun pointage il était impossible de réaliser un quelconque pointage vers la cible, et la distance de tir entre 200-300 м de cela et il ne fallait non plus. Bien que et on n'a pas réussit pas à identifier "les torpilleurs" de la salve qui ont réussie a touché le "Blücher" (ce qui n'est pas étonnant dans les conditions d'une occupation supérieur à 5 ans du pays), on peut donc considérer que la version des torpilles est la plus probable.

Les batteries norvégiennes tiraient pendant 2- 3 minutes après les explosions sous-marines. Le croiseur endommagé gardait encore son cap et avait une inclination de près de 10 degrés sur le bâbord. Le commandant a donné l'ordre de cesser le tir, dans le fiord d'Oslo est arrivé le silence. Mais pour "Blücher" dans ce silence sont arrivés les minutes critiques. Le navire passait enfin la dernière barrière de défense, mais sa position a chaque minute de plus en plus devenait plus menaçante.
Le milieu du corps s'est transformé en un foyer d'incendie total, ou les obus et les cartouches du débarquement sans cesses n'on pas cessé d'exploser. L'incendie a complètement interrompu la communication entre l'extrémité avant et arrière, ayant limité l'action des unités d'avarie sur le pont supérieur. Les détonations des munitions placées dans la chambre à torpille, tout le bâbord en dessous de l'installation du 105-mm frontal et du pont en lui-même se sont trouvées ouvertes. Puis sont apparu de la fumée épaisse et les flammes. En règle générale, les obus et les cartouches, l'emplacement comme l'armée avait entreposé, à l'escale de débarquement à la hâte sur les ponts supérieur selon les différentes places et les stockages disponibles, du navire (destiné à l'ouverture d'urgence en cas de feu et qui devait être maintenu libre), sont devenus le facteur clef empêchant les opérations de sauvetage. Leurs éclats ont brisé touts les tuyaux à incendie et menaçaient constamment l'équipage. Ils ont réussis à jeter une partie des munitions par-dessus bord ou pour les transférer dans les locaux inférieurs, mais les explosions des grenades à main chauffées par l'incendie, ont obligé les services d'avarie de cesser à tout moment leurs opérations. En plus a partir du pont supérieur de la superstructure surélever, les  survivants on réussit à passer en bas seulement à l'aide de cordes des lits et les câbles, puisque les passerelles se sont trouvées entièrement détruites. Le chaos était augmenté par le mélange de fumée, les explosions des balles traceuses allemandes et les obus ont dégagé de la fumée épaisse tout à fait opaque. La menace de l'explosion de leurs propres torpilles, le personnelles a été obligé de jeté des appareils par le tribord, cependant l'inclination n'a pas permis d'effectuer la même opération sur le bord opposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Jeu 15 Déc - 16:47

ici quelques photos... datant de la période de la construction.
Et comme j'avais rectifier mon erreur sur le nom du Capitaine, d'ailleur le voilà!



Le kapitän zur Zee Heinrich Woldag.















Et ici sur cette dernière ont aperçois clairement que les tourelles ont été construire.







cette photo, d'après moi, c'est l'arrivé du Capitaine de vaisseau H. Woldag
puisque la suivante, montre l'équipage au carré.




Et si ont regarde attentivement la photo de Woldag, ont aperçois clairement en arrière plan, que l'équipage  se tient au carré!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Ven 16 Déc - 11:33


On a quand même de la chance que les Allemands aient voulu garder des traces de leur grandeur avec des milliers de photos... Dommage que tous les belligérants n'en aient pas fait autant.

Mais il faut tout de même avouer que l'on dispose d'une montagne incroyable de témoignages photographiques de cette période terrible de l'humanité
Par chance, la mentalité germanique ordonnée a fait que tout les écrits sont archivés et classés avec logique et ordre...
Merci encore à toi Leclerc1944 d'avoir choisi ce forum pour nous en faire profiter...Ce forum qui du coup devient une référence voir une véritable banque de données pour tous ceux qui veulent faire des recherches concernant la période de toute la seconde guerre mondiale....

Si par hasard, tu avais besoin d'aide pour quoi que ce soit, n'hésite pas me contacter, je serais très fier de pouvoir me rendre utile...( Je suis Suisse, donc j'ai quelques notions d'Allemands écrit et parlé de par mes langues nationales. Et en plus, je dispose de temps)

Je pourrais (par exemple), corriger certaines fautes de syntaxes que je relève de-ci de-là dans tes traductions, et qui peuvent par moments nuire à la bonne compréhension du texte en question....Rassure-toi, elles sont rares.

Ton travail n'en demeure pas moins de premier ordre et, à mon avis, d'utilité publique, à mon sens, il est indispensable de continuer cette traduction parce qu'elle nous aide à comprendre le pourquoi de certaines décisions du haut commandement allemand.

Avec mes amitiés les plus chaleureuses et sincères.

PS . Je ne m'offusquerai évidemment pas si tu n'as pas besoin de mon aide, je n'ai pas la prétention de me sentir indispensable...Encore une fois, respectueusement.

Pierre Nippel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Major
Major


Nombre de messages : 193
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   Sam 17 Déc - 13:23

Salut pierre! je te répond de suite par message privée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le croiseur lourd Blücher   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le croiseur lourd Blücher
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croiseur lourd Hood
» KMS Prinz Eugen ( 1938 )
» Comment se procurer livres classe et prof PAS CHER?
» Comment lâcher prise
» Exercices à pratiquer pour lâcher prise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: