Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Artillerie cotiere lourde allemande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Sam 3 Jan - 1:08

Canon 24,0 cm C/02-06
Batterie Gironde “Mushel”

En 1944, la Kriegsmarine commença la construction d’une batterie côtière sur la rive nord de l’estuaire de la Gironde,
dans le golfe de Gascogne.
La zone de l’estuaire était considérée comme tellement stratégique par les Allemands que la défense fût étendue à deux forteresses :
une rive nord, et une autre rive sud.
Le terme ‘Festung » (forteresses) était utilisé lorsque une place était si puissante qu’elle était considérée comme imprenable.
La batterie côtière fut  équipée avec quatre pièces de 240 mm qui avaient une portée de 26 km.
Les Allemands avaient récupéré ces canons à bord du vieux cuirassé français Condorcet, sabordé à Toulon le 27 novembre 1942.






Les Allemands commencèrent la construction des bunkers (Regelbau S542) pour les 4 canons, mais, après le débarquement
en Normandie et l’avance alliée qui suivi, les travaux furent arrêtés et seulement deux pièces furent livrées pour être installées
dans la Forteresse Gironde Nord.
La forteresse Sud était tellement puissamment défendue que les alliés en firent le siège plutôt que de l’attaquer de front.
En France, il subsista plusieurs de ces poches, et ce ne fut qu’en avril 1945 que les troupes alliées lancèrent une attaque.
La totalité de la zone, y compris la batterie incomplète furent soumis à de sévères bombardements aériens et navals.

La batterie aujourd hui





MKB RATONNEAU. iles du Frioul

Les canons du cuirasse Condorcet :

Canon de cuirassé de la classe Danton de 240 mm modèle 1902/1906 (armement 6 tourelles de 2 pièces de 240 mm).
Désignation allemande : 24 cm KM02/06 (f)
Calibre : 240 mm
Poids du tube : 29 400 kg
Vitesse initiale de l'obus : 800 m/s
Cadence de tir : 1 coup à la minute
Portée maximale : 26 000 m
Poids de l'obus : 162,2 kg et 157 kg
Firme de construction : Ruelle



2 canons sont prévus pour armer une batterie de côte importante devant Marseille, sur les iles du Frioul
la batterie MKB RATONNEAU.
Construite sur le fort Ratonneau, la batterie ne sera jamais terminée faute de temps, ni opérationnelle avant le débarquement : seul un canon de 240 sera installé sur un ouvrage S 542 non terminé (cuve avec abri-soute, dimensions : 20 mètres sur 6).





Le canon est placé sur un pivot et est protégé par une cuirasse blindée formant une tourelle de conception
purement allemande (Panzertürme) :
l'ensemble de la tourelle est composée de plusieurs plaques d'acier boulonnées (plaque de toit d'une épaisseur de 20 cm,
celle de face fait 15 cm et celles de côté font 6 cm).
L'affut du canon est aussi une réalisation allemande.
C'est le 9./M.A.A. 611 qui est chargé d'armer la batterie codé Stp 192.


Le site aujourd hui





Canon 24,0 cm sur rail - Pointe St Gildas estuaire de la Loire

Dès 1940, les troupes allemandes, pour mener à bien la guerre sous-marine, décident d'implanter une base sous-marine
importante à Saint-Nazaire en même temps que les défenses destinées à assurer sa protection.
Cette défense était confiée au 280e M.A.A. (Marine Artillerie Abteilung), chargé d'interdire l'approche de Saint-Nazaire
et l'embouchure de la Loire.

Le 280e M.A.A. disposait de 5 batteries dont l'une, la cinquième, sur la pointe Saint-Gildas.
Cette batterie avait deux implantations, une sur la pointe Saint-Gildas armée de 4 canons de 75 mm et une batterie lourde
armée de 2 canons de 240 mm situés sur le chemin de la Raize sur le côté du l'actuel camping « Eléovic ».






Ces deux canons étaient d'anciennes pièces d'artillerie sur voie ferrée utilisés au cours de la Première Guerre mondiale.
L'implantation fut faite à poste fixe avec un canon en haut du chemin de la Raize et un autre à mi-chemin en descendant
vers la mer.
C'est à la hauteur de ce deuxième canon que se trouvait l'entrée des abris connus sous l'appellation « d'hôpital souterrain ».
Ces abris constituaient en fait un réseau de blockhaus souterrains, comprenant une infirmerie, un PC radio, et un PC logistique.

Ces abris sont actuellement situés sous le camping Eléovic dans la partie réservée aux mobil homes.
Le reste des baraquements, ainsi que le logement du commandant, se trouvaient à l'emplacement du camping.





sources
http://www.battlefieldsww2.com
http://sudwall.superforum.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Dim 4 Jan - 1:54

Rade de Brest

L'importance de la base navale de Brest est visible par l'importance des fortifications construites au cours des siecles.
Cependant faute d'entretien regulier et surtout d'un changement de priorite, tout est a revoir.
C'est ainsi que d'importants travaux ont lieu entre 1940 et 1946,l'un des plus grands chantiers de genie civil de l'epoque.






La priorite c'est la defense du goulet, l'acces a la rade de Brest.
Pour se faire, un nouveau fort est construit a la pointe du Portzic et a la pointe des Espagnols.
Le fort du Portzic est ainsi equipe d'une tourelle de 305mm issu des cuirasses de classe Courbet,installe sur des supports en beton
avec poste de commandement,stocks de munitions et zone vie.

Cette tourelle est accompagnee par 4 blockaus equipes chacun d'un canon de 155mm associe a deux mitrailleuses de 13.2mm,
ces canons assurent la protection rapprochee de la tourelle de 305mm et defendent l'acces au goulet contre une tentative
de forcement.

Ce fort dispose egalement de 4 tourelles doubles de 47mm essentiellement pour la defense terrestre et une DCA consequente
avec 8 canons de 37mm en deux affuts quadruples et 12 canons de 25mm en six affuts doubles.



Portzic en 1945





Defense de l entree a la rade de Brest

Batterie des Rospects ; Marine Küsten Batterie "Holtzendorf"





L´organisation Todt est mise en place à Brest dès août 1941.
Avec un effectif de quelques 12 000 travailleurs dont 4 000 étrangers retenus dans les forts détachés de Brest
(Montbarey, Keranroux, Portzic...) et dans des camps (Keroual, Sainte-Anne-du-Portzic et Saint-Pierre-Quilbignon),
les travaux de la Festung Brest et notamment de la base de sous-marins avancent vite.
L´ancienne batterie française des Rospects - comme beaucoup d´autres batteries de la rade de Brest, est réutilisée par les allemands
dès 1940 et modernisée en 1942-1943. Elle devient le Stp. Re n° 305 (Stützpunkt / point d´appui lourd).

Une batterie lourde composée de 4 canons de 280 mm Krupp modèle 1906 est mise en place en août 1940 à moins d´un kilomètre
en arrière de la batterie des Rospects.
Cette batterie (Stp. Re n° 303) dite « batterie de Keringar » – la seule de ce calibre dans tout le département du Finistère,
est codée « Graf Spee » par les allemands.
Un gigantesque poste de direction de tir (Stp. Re n° 302) modèle S 414 Sonderkonstruction (SK) - surnommé par les habitants :
« le tumulus », est construit à égale distance entre les batteries de Keringar et des Rospects.

Ces deux batteries subissent de très nombreux bombardements aériens en 1943 –1944 qui obligent les habitants de Lochrist
à se réfugier pendant les alertes dans des grottes marines.


Le seul bunker de protection d une piece 280mm








La batterie de Keringar (inachevée – une seule casemate ayant été construite) subit un bombardement naval le 25 août 1944
par le cuirassé « HMS Warspite » auquel elle répond grâce à ces 3 canons en encuvement qui peuvent toujours tirer à 360°.…
La batterie des Rospects, elle aussi visée par le cuirassé (tout comme les forts de Keranroux et Montbarey près de Brest),
est touchée à plusieurs reprises mais sans faire de dégât.
La batterie « Graf Spee » sera finalement prise à revers par la terre.
Ce n´est qu´au prix d´une bataille sanglante que la ville de Brest est libérée par les américains le 18 septembre 1944.


Un 280 mm sans protection en 1944





La vieille ville n´est plus qu´un champ de ruines (90 % des immeubles sont détruits).
A 20 kilomètres de là vers l´Ouest, le site de la pointe Saint-Mathieu est quasi lunaire.
Le déminage des terres meurtries par les combats ne sera achevé qu´en 1947. Il faut pourtant reboucher au plus vite les cratères
et tranchées en dépit des risques afin de reprendre une activité normale.
Les paysans sont obligés de remettre rapidement les terres en culture pour vivre…et nourrir la population brestoise dont une partie s´apprête à vivre pour longtemps en « baraque ».


La batterie de 280mm aujourd hui





sources
http://patrimoine.region-bretagne.fr
http://www.dday-overlord.com

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Lun 5 Jan - 2:58

Knokke Casino Kursaal 1943 a zeebrugge Belgique

Les allemands avaient montes un faux canon en bois style 21.0cm sortant du devant du Casino pour faire croire aux allies
une position d une batterie cotiere.









Le casino aujourd hui





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Mar 6 Jan - 8:14

Face à face artillerie navale allies ,batteries côtières allemandes

25 JUIN 1944. CHERBOURG

La nécessité de réduire les batteries allemandes de la côte nord du Cotentin est  un impératif majeur pour la prise du port de Cherbourg en ce mois de juin 1944. Côté terre les alliés progressent rapidement vers le nord, butant sur les défenses extérieures de la forteresse, à savoir le point fort des Chèvres, le long de l'axe Cherbourg-Paris. Côté mer, l'amiral Bryant dispose d'une importante force navale pour tenter d'anéantir les canons qui garnissent le littoral. Cette escadre anglo-américaine est forte de 3 cuirassés, 4 croiseurs, 11 torpilleurs, des destroyers et un grand nombre de dragueurs de mines.

Les cuirassés Nevada et Texas





Le 25 juin, avec l'appui de 800 appareils, l'escadre partagée en deux groupes, se présente au large de la côte. Le groupe ouest du contre-amiral Deyo avec le cuirassé Névada, 10 pièces de 356 mm, les croiseurs lourds Tuscaloosa 9 canons de 200 mm, et Quincy 9 pièces de 203 mm, des croiseurs  britanniques Glasgow et Enterprise, ainsi que 6 destroyers. Le groupe est est sous les ordres du contre-amiral Barbey avec les cuirassés Texas et Arkansas, ainsi que 5 destroyers.
Face à cette puissante force navale, les Allemands ont l'avantage du camouflage, mais les positions d'artillerie ont depuis longtemps fait l'objet de repérages intensifs et les alliés connaissent le moindre emplacement de canon et la position exacte des batteries côtières. Les pièces allemandes sont néanmoins sous le couvert d'une épaisse couche de béton qui les protège efficacement contre les bombardements aussi bien navals qu'aériens. Le littoral nord Cotentin est d'ailleurs en état d'alerte permanent, et les pièces d'artillerie sont bien pourvues en munitions.

Le cuirassé Arkansas





A 30 km du continent ce 25 juin, les marins alliés aperçoivent la fumée des incendies qui ravagent Cherbourg. Du pont des navires on entend le canon gronder. Les alliés décident d'intervenir au plus vite et engagent le combat contre le plus puissant ouvrage de la face nord du Cotentin, la batterie Hamburg à Amfreville dans l'est de Cherbourg, équipée de quatre pièces de 240 mm  SKL/40 d'une portée de 26000 mètres, anciennes pièces de Marine  installés en cuves. Ces cuves doivent recevoir une carapace de béton, mais les casemates ne sont pas achevées. Les travaux d'édification des couvertures bétonnées limitent considérablement le champ de battage des canons. Considérant la situation de la batterie Hamburg, l'amiral américain Barbey fait pénétrer dans la zone de tir allemande les cuirassés Texas et Arkansas avec leur escorte de destroyers, C'était sans compter avec les batteries moyennes,  notamment celle implantée en arrière du Béquet à l'entrée est de Tourlaville, l'ouvrage des Caplains (batterie Brommy), équipée de quatre pièces de 150 mm sous casemates pouvant tirer jusqu'à une distance de 22000 mètres. Elle ouvrira le feu pendant deux heures, entre 10h00 et 12h00.


L'une des pièces de 240 mm de la batterie Hamburg à Amfréville




Batterie Hamburg après la chute de Cherbourg. On voit nettement que la casemate n'est pas achevée, absence de dalle de couverture




Peu après 10h00 du matin, la première salve de la batterie Hamburg tombe au milieu des dragueurs. La seconde touche le destroyer Barton dans le compartiment diesel. A 19000 mètres le Texas arrose le périmètre de la batterie et reçoit en retour un projectile de 240 qui atteint le bloc passerelle, y causant des avaries importantes. A 12h53, le torpilleur O'Brien est touché dans ses oeuvres mortes et 13 marins sont tués sur le coup.
Pendant cette escarmouche ou presque tous les bâtiments américains furent touchés, il ne semble pas que la batterie des Caplains ait réussie à mettre un coup au but, Cependant il est certain que son tir a contribué pour une part au déroutement des forces navales, qui furent contraintes d'effectuer des manoeuvres fréquentes pour éviter les coups directs.


L'ouvrage des Caplains, batterie Brommy, dans l'est de Cherbourg





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Mar 6 Jan - 8:31

le 2eme groupe a engagé pendant ce temps le secteur ouest de Cherbourg. Sur les hauteurs de Querqueville, les artilleurs de la batterie York s'affairent aux 4 pièces de 170 mm SKL/40 sous casemates M272 portant à 27200 m, encadrant dès la première salve les croiseurs alliés. A 13h42, deux projectiles de 170 touchent le Glasgow dans le hangar aviation. L'incendie résultant des impacts oblige le commandant du croiseur à quitter la formation. Les canons de la York sont cependant muselés temporairement par un tir de 320 coups de 152 mm. De son côté, le Névada attaque au 356 un point situé à environ 4000 m dans le sud-ouest de Querqueville. Dans cette zone il n'y a pourtant aucun ouvrage important, mis à part des sites de lancement de V1, et une batterie secondaire de 105 mm axée vers Gréville et le cap de la Hague. N'ayant pas de vues directes sur le large, la batterie d'Ozouville n'est équipée que de deux casemates.

Batterie York sur les hauteurs de Querqueville





Le canon de 20.3cm sur rail Eisenbahnbatterie E685 - Auderville Laye au cap de la Hague





Le tir de la flotte reprend. 1000 obus de 127 et 110 de 203 mm sont ainsi tirés par le Quincy. Malgré ses blessures, le Glasgow pilonne à nouveau l'ouvrage du Castel-Vendon, 4 pièces de 150 mm SKC/28 sous casemates M272, position occidentale du camp retranché. Près de la côte les destroyers attaquent les redoutes de la grande digue protégeant Cherbourg, et plus particulièrement le fort Central armé de 4 pièces de 94 mm Vickers. La mission de réduire au silence cette position est dévolue au destroyer Emmons qui arrose l'ouvrage de 60 projectiles de 127 mm.
Dans le cap de la Hague, les gros canons sur voie ferrée de la batterie d'Auderville Laye, 2x203 mm portant à 38000 mètres, interviennent en plaçant plusieurs coups au but sur des croiseurs. A Cherbourg, la batterie souterraine de la montagne du Roule, 4x105 mm, tire sans interruption sur les navires qui se rapprochent trop près de la côte.
Vers 13h16, le cuirassé Texas est pris sous le feu allemand et encaisse plusieurs impacts, 1 marin est tué et 10 sont blessés. Les dégâts matériels sont  quant à eux légers. Le Texas parvient à mettre hors d'usage une pièce de 240 mm de la batterie Hamburg. Les trois pièces restantes prennent pour cible l'Arkansas et placent des coups sur les croiseurs. A 14h47 un obus frappe le Texas sans exploser. Les alliés quittent la zone sous un rideau de fumée vers 15h00.
Les dégâts causés aux batteries côtières ne furent pas à la hauteur des unités engagées. Environ 3000 coups furent tirés par les alliés, dont 175 de calibre 305. A Cherbourg la jetée des Flamands est détruite. La riposte allemande fut très efficace et obligea l'ennemi à quitter la zone.


La chute de la batterie Eisenbahnbatterie E685 -Auderville Laye





source
http://lemurdelatlantique.lebonforum.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5063
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Mar 6 Jan - 14:00

Récit captivant d'une bataille méconnue.
L'allure des cuirassés Texas et Nevada ... Shocked
Etonnant le canon factice devant le casino de Zebrugge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5516
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Jeu 8 Jan - 2:26

L ile Heligoland et ses batteries de defense




Compose de deux iles,Heligoland et Dune.





Ces iles ont appartenu successivement au Danemark puis au Royaume-Uni qui le cede e l'Allemagne en 1890
en vertu du traite Heligoland-Zanzibar.
Selon les termes du traite Heligoland-Zanzibar,le Royaume-Uni echangea Heligoland avec l'Empire allemand
contre certaines possessions allemandes en Afrique de l'Est et la promesse de l'Empire allemand
de ne pas interferer dans la politique britannique concernant le sultanat de Zanzibar.
Heligoland,vitale pour le controle allemand du golfe forme par la cote ouest allemande avec la peninsule du Jutland,
controle necessaire a la fois aux plans de l’empereur Guillaume II visant a l’etablissement
d’une marine imperiale allemande et pour la construction du canal de Kiel.


Les allemands ont alors converti l'île en forteresse des 1911.
Surnomme la "Gibraltar allemande" protegeant le delta de 4 fleuves dont l Elbe et le Weser.




Sous l'Empire allemand,les iles sont devenues une base navale majeure notament pour les sous-marin U-boot
et les vedettes lance-torpilles.
Pendant la Premiere guerre mondiale la population civile a ete evacuee vers le continent.

La premiere batterie etait composee de huit canons de 305mm venant d un cuirasse demantele en 1902.
Ces canons etaient montes sur des chassis support a des emplacements ouverts.


Les canons decoupes en 1920(Traite de Versailles)




Des bunkers profondement enterres etaient lies par un reseau de chemin de fer leger avec des zones de stockage
de milliers de munitions ont ete aussi construits.
Les reservoirs d'approvisionnement en eau garantissaient deux annee d'utilisation normale d eau par la garnison.
L'eau de pluie etait recoltee,mais la livraison d'eau du continent par navire citerne etait souvent essentiel.

Ces defenses ont ete aussi fortifiees contre des debarquements enemis;
les bunkers avaient des projecteurs,des canons,des mitrailleuses lourdes
Hotchkiss et Elswick .
Un regiment complet de troupes de marines etaient aussi pret a intervenir.


Les batteries cotieres de 2 Tourelles avec des canons de 305mm SK L50 pendant
la premiere guerre mondiale.





Le premier engagement naval de la Premiere Guerre Mondiale a eu lieu en 1914 dans la Baie Heligoland.
Les insulaires sont retournes sur leurs iles en 1918.




En 1920,on a commence a desarmer l ile d Heligoland suite au traite de Versailles.
Au debut les annees 30,la base navale a ete reactivee par l arrivee des Nazis au pouvoir.

Pendant la Seconde guerre mondiale les insulaires sont restes dans l'ile principale,l ile a encore ete
armee en ajoutant des canons anti-aeriens Flak en nombre et aussi des canons cotiers supplementaires
de calibre moyen.Un base sous-marine sous abri en beton arme a ete construite.






L ile dans les annees 40





Le 18 avril 1945,969 bombardiers allies ont attaques les iles massivement.








La population civile etait protegee dans des abris souterrains,
la plupart de 128 personnes tuees etant des equipages de canons antiaeriens.
Les iles ont ete evacuees la nuit suivante.

Le 18 avril 1947,en detruisant les installations militaires ex-nazi, la Marine Royale Britannique
a fait exploser 6800 tonnes d'explosifs dans une tentative concertee de detruire les defenses betonnees
de l'ile principale Heligoland .

http://www.youtube.com/watch?v=Z6hKwjoKa-c







En 1952,les iles ont ete retablies aux autorites allemandes, qui ont du reparer les degats
des destructions britanniques sur le paysage de l ile d Heligoland et reconstruire les maisons
avant qu'elle puisse etre rehabitees.




Sources
http://forum.axishistory.com/viewtopic.php?f=70&t=176871&start=15
http://atomictoasters.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kerfleu
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel


Nombre de messages : 69
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    Dim 30 Oct - 12:27

Bonjour à tous,

Beau travail de compilation. Pour préciser à propos de la batterie de Batz-sur-mer, le seul ouvrage construit n'est pas pour autant achevé comme il est dit dans le message. La partie arrière de l'encuvement, stockage des munitions, locaux du personnel, groupe électrogène, ect... est bien terminée mais il manque le pivot de la future tourelle.
Cordialement

Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Artillerie cotiere lourde allemande    

Revenir en haut Aller en bas
 
Artillerie cotiere lourde allemande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Artillerie Russe Zvezda
» Identification uniforme second empire artillerie?
» artillerie
» HAZEMANN Charles Théodore - Brigadier au Train d’Artillerie
» FOIN (Joseph) - Caporal - 7e Régiment d'Artillerie à pied -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: