Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 T-34/85modèle 1943/44(Russ.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erich Marcks
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 68
Localisation : Belgique/5560 Houyet
Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: T-34/85modèle 1943/44(Russ.)   Dim 31 Mai - 13:28

T-34/85modèle 1943/44(Russ.)


L'enthousiasme règne à l'apparition du T-34/85 Obr.1944 sur le front. Les premiers exemplaires sont livrés au compte-gouttes au printemps 1944 et sont réservés aux chefs de peloton ou aux équipages expérimentés. Le nouveau modèle arrive à point nommé pour combler une lacune en char moyen. Outre le T-34/76, ce sont les Valentine qui sont décriés pour leur blindage et les Matilda pour leurs optiques « préhistoriques », deux modèles britanniques. Même les premiers M4A2 américains livrés sont écartés du front en raison de problèmes dans la qualité des blindages qui les rendent vulnérables en frontal aux pièces de 45mm Obr.1937 en dessous de 400m. Les livraisons ne reprennent pas avant novembre 1943, mais il faut attendre l'arrivée du M4A2(76)W, muni d'un canon long de 76mm, pour enfin que les équipages considèrent le matériel allié comme comparable à celui des soviétiques. En dépit de ses qualités, le T-34/85 doit faire l'objet d'une campagne continue de valorisation afin d'en corriger les défauts de jeunesse ou rationaliser la production. La tourelle est principalement concernée, et dès la fin du printemps, les anneaux de hissage sont remplacés par de simples crochets. Quelques semaines plus tard se pose la question, plus vitale du remplacement de la trappe du tourelleau. Deux volets mobiles de taille égale sont jusque-là installés, qui doivent être ouverts ensemble pour permettre l'accès. Leur masse exige l'usage des deux bras, ce qui n'est pas toujours possible en cas de blessure. En outre, l'épiscope d'acquisition MK-4 du chef de char est installé sur l'un des ventaux et ne peut être utilisé que lorsque les deux sont fermés. Cela n'arrive que rarement en combat soutenu, lorsque le trop-plein de fumées oblige à ouvrir tout ce qui peut l'être. L'usine n°112 rectifie le défaut en installant une seule trappe, plus grande mais suffisamment légère pour être actionnée rapidement. Ses charnières sont fixées à une surface non rabattable sur laquelle est placé l'épiscope. L'ensemble pivote sur 360°, ce qui permet au chef de char d'ouvrir le battant en direction du danger afin de s'en faire un bouclier. Ce nouveau modèle d'écoutille entre en production à la fin de l'année. L'usine 112 continue toutefois à s'intéresser à l'amélioration des tourelleaux et remplace le modèle d'origine par celui du nouveau char lourd T-44, ce qui permet de faire passer la protection de 52 à 75mm de blindage. L'installation sur les exemplaires de série commence à partir de septembre 1944 à l'usine n°112, et à l'automne pour les deux autres. Moderniser le T-34 pour autoriser le combat avec trappes ouvertes, faute de ventilation, reste un pis-aller. Le problème reste que, même avec deux ventilateurs, il est impossible de tenir toutes les trappes fermées après 4-5 tirs. En novembre 1944, un début de solution est trouvé avec l'injection d'air comprimé dans le tube pour chasser les gaz de combustion avant l'ouverture de la culasse. Ce procédé ne règle que partiellement le problème, puisque les nuisances sont aussi provoquées par les douilles tirées qui s'amoncellent sur le plancher. Les usines n°174 et n°183 choisissent initialement d'installer de nouveaux moteurs électriques pour accélérer le brassage du ventilateur, mais l'effet est inverse puisque ces composants – livrés en quantité insuffisante, tombent fréquemment en panne. Début 1945, l'usine n°112 trouve enfin une solution convaincante. Les ventilateurs sont jusque-là installés à l'arrière de la tourelle, au dessus des casiers à munitions, soit loin de l'équipage. Sur la nouvelle configuration, un de ces appareils est déplacé devant les deux écoutilles juste au-dessus du canon. La nouvelle tourelle entre immédiatement en production et gagne les faveurs des équipages, qui peuvent enfin enchaîner 15 tirs d'affilée. L'armement demeure inchangé tout au long de la production, mais il est progressivement possible d'utiliser de nouveaux projectiles, comme l'obus perforant UBR-365K raccourci et, surtout l'UBR-365P sous calibré. Ce dernier est indiqué pour les combats à courte distance toujours plus fréquents à mesure que les combats se déplacent vers les villes allemandes, avec une capacité de percer 100mm de blindage à 500m pour une inclinaison de 60°. Réalisée en titane, cette munition est toutefois coûteuse, et l'approvisionnement standard se limite à 4 exemplaires par char. En parallèle, les optiques se renouvellent aussi. La protection connaît enfin quelques variations. Au début de la production de T-34/85 Obr.1944, les fourneaux de l'usine N°183 fournissent un acier insatisfaisant, que les impuretés rendent cassant. Seuls 20% des tourelles livrées possèdent alors l'élasticité réglementaire, et l'urgence oblige à accepter pour le  services des exemplaires avec des criques montant à 6mm de large. Suite aux plaintes, le bureau NII-48 fait diminuer au maximum la quantité de silicium et de carbone, augmente à l'inverse celle du manganèse et de chrome. A la fin de l'année 1944, 90 à 95% sont désormais jugés conformes aux exigences. En dépit de leurs défauts, les aciers employés sur le T-34/85 font leur preuve, et le ricochets commencent à devenir nombreux, d'autant plus que la qualité des obus perforants ennemis diminue.
En revanche, les équipages sont confrontés à une menace nouvelle, celle des armes portatives antichars « Panzerschreck » puis « Panzerfaust », pourvues de charges creuses théoriquement capables de perforer la protection du char sous tous les angles. Les conditions pour un tir réussi sont toutefois contraignantes, et seuls 7,8% des pertes – 137 blindés – du 1er front biélorusse peuvent leur être attribués. Une série de mesures sont prises sur le terrain, comme dans la 2e Armée blindée, dont les T-34/85 sont recouverts de grilles, espacées de 250 à 650mm du blindage principal. D'autres unités réagissent par l'ajout de jupes en plaques d'acier, plus couvrantes mais aussi plus lourdes. L'usine n°112 propose même ce dernier kit de protection en kit, mais la fin de la guerre conjuguée à la faiblesse de la menace réelle, empêche toute commande.


Protection : 90-75-45mm
Vitesse : Route : 54 km/4 – Tout-terrain : 40 km/h
Autonomie : 290-175 km
Armement : 1 Canon de 85mm ZIS-S-53 – 56 coups + 2 mitrailleuse DT de 7,62mm
Motorisation : 12 cylindres en V diesel V-2-34 – 500 cv à 1800 tr/min
Production : 16411 jusqu'en 1945


Sources : TNT HS n°18 + Wikipédia.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4780
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: T-34/85modèle 1943/44(Russ.)   Dim 31 Mai - 18:08

Très intéressant article pour ce char mythique.
D'abord l'histoire de la tourelle, dont on ne peut ouvrir les trappes qu'avec 2 bras.
Dans ce cas, et comme précisé, mieux vaut être en pleine possession de ses moyens.
Ensuite tourelle 2ème mouture, avec une trappe d'accès tourelle qui s'oriente dans le sens qu'on veut.
Ensuite les faiblesse de l'acier, dont certaines soudures ou moulages laissent apparaitre des crevasses peu rassurantes.
On en voit un de ce type au musée de Munster, en Allemagne.
Tourelle de 76,2, mais avec une grosse erreur de décoffrage qui lui donne un apect bizarre.
Bref, cet excellent engin a eu, comme tous les autres à des degrés divers, des problèmes de jeunesse ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
T-34/85modèle 1943/44(Russ.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La stigmatisée Teresa Musco (1943-1976) et les signes de sa mission.
» 1943, l'affaire du Docteur Petiot
» Russ Meyer. Vixen and co !
» DE STAOUELI à MONT-LOUIS 1943-2013....
» Unité allemande : 26. Panzer-Division 1943-1944

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Blindés-
Sauter vers: