Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bombardements massifs des allies sur la France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5512
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Bombardements massifs des allies sur la France   Mer 9 Déc - 4:02

Jour J

L’opération a été accompagnée d’intenses bombardements qu’on ne saurait comparer à ceux réalisés par les Allemands lors de la Blitzkrieg de mai-juin 1940. Cette fois, il ne s’agissait plus d’attaques chirurgicales visant les seuls objectifs purement militaires (même si,comme toujours,des erreurs peuvent être commises et des civils touchés), mais de tapis de bombes déversés un peu partout afin de paralyser la vie de la région et, ainsi, de gêner l’ennemi.

La moindre gare, la moindre garnison,la moindre présence de véhicules allemands valait à l’agglomération d’être écrasée par une vague de bombardiers. Le cas de Coutances,dans la Manche, est typique,l a ville n’offrant aucun intérêt stratégique, l’immense majorité des habitants y était restée. Mal lui en prit. Les stratèges alliés ayant cru y déceler un objectif militaire,les forteresses volantes y semèrent la mort et la désolation.(bombes incendiaires)





Le drame le plus poignant fut celui de cette jeune fille dégagée trois jours plus tard d’une cave par des Allemands revenus déblayer. Son père,sa mère,ses frères et ses sœurs étaient morts dans ce sous-sol dont l’entrée avait été obstruée par les bombes, la dernière communication avec l’extérieur étant un soupirail. Seul survivante, elle avait dû appeler à l’aide mais dans le sauve-qui-peut général, personne ne l’avait entendue.

Pendant trois jours et trois nuits,ainsi,elle était restée prise dans ce piège avec les cadavres de ses proches. Quand elle fut extraite de là, elle était devenue folle et mourut quelques mois plus tard (Alexandre Caillet, Le massacre de Coutances, auto-édité).

À Caen, les sauveteurs retrouvèrent une famille entière,parents et enfants, morte dans une cave dont tous les accès avaient été obstrués. Cette fois, il n’y avait aucun survivant.Mais le père avait décrit sur un feuillet l’agonie des siens, la lente asphyxie de son épouse et de ses enfants dans ce sous-sol saturé de monoxyde de carbone. Dans ses dernières phrases, il se plaignait d’un mal de tête de plus en plus insupportable, annonciateur d’une fin proche. Il avait achevé son récit en demandant à celui qui le trouverait d’acquitter une dette d’argent qu’il avait envers un proche.





J’ai glané cette information dans les souvenirs d’un jeune homme, Rémy Streiff, qui avait fait partie des équipes de secours. J’ai tenté de le retrouver, lui ou sa famille, afin de savoir où consulter ce feuillet. J’ai mené des recherches dans les archives départementales. Je me suis renseigné au Mémorial de Caen.En vain.Ce document exceptionnel n’intéresse personne.

Ah ! s’il s’était agi d’une famille juive victime de la « barbarie nazie », s’il s’était agi d’une Anne Franck, ce petit feuillet serait pieusement exposé dans un musée et des copies reproduites un peu partout. Mais les morts étaient des Normands victimes des « libéra-tueurs », alors ce feuillet est tombé dans les oubliettes de la Mémoire.

Aujourd’hui, ceux qui pénètrent dans le Monoprix du centre de Caen ignorent qu’en juin 1944, un jeune scout d’une quinzaine d’années,  membre des équipes de secours, y fut mortellement blessé par une verrière qui, soudainement,se brisa. Un énorme bout de verre lui transperça l’estomac. Il mourut quelques jours plus tard, heureux d’avoir accompli son devoir et édifiant tout le monde par sa patience. Mais à la différence des FFI tombés ici ou là, aucune plaque ne vient rappeler la mémoire de ce jeune héros. Aux oubliettes lui aussi.

J’ai longtemps arpenté Caen à la recherche de plaques ou de monuments qui rappelleraient des drames précis, causés par ces bombardements aveugles. Je me suis rendu dans différents lieux, théâtres d’événements tragiques. Je n’ai trouvé aucun signe commémoratif, non plus qu’à la clinique de la Miséricorde. Dans cet établissement avaient été amenés de nombreux blessés d’un premier raid allié.


Dernière édition par naga le Mer 9 Déc - 4:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5512
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Mer 9 Déc - 4:22

Lorsque les forteresses volantes revinrent semer la mort, la clinique fut gravement touchée. Ce bâtiment moderne s’effondra et de nombreux occupants se retrouvèrent coincés entre les dalles de béton. Comble de malheur, un incendie éclata, qui se généralisa. Dans cet atmosphère d’apocalypse, au milieu des cris et des plaintes, secouristes et membres du personnel soignant qui avaient pu en réchapper se démenèrent pour tenter d’arracher les malheureux aux flammes.R.Streiff était là. Il raconte les efforts inouïs déployés pour tenter de déplacer les gravats voire de percer les dalles de béton avec des outils de fortune afin de ménager les sorties. En vain la plupart du temps.





Parmi les drames, celui de cette femme dont les jambes étaient coincées sous des gravats, deux religieuses infirmières la tiraient désespérément par les bras car les flammes approchaient. A un moment, la chaleur étant trop intense, elles durent se reculer et ne purent qu’assister, terrifiées, à la mort de cette femme qui brûla vive.

Pénétrez aujourd’hui dans cette clinique, vous n’y trouverez nulle mention de cette nuit tragique. Seul le cimetière voisin (le cimetière des Quatre-Nations) a longtemps gardé le souvenir. En 1994, encore, à l’entrée, deux ou trois rangées de tombes portaient la date du 6 juin 1944,avec les noms de familles entières.
J’y suis retourné il y a peu et j’ai constaté que ces tombes étaient très dégradées. Le souvenir s’estompe…

Cette gêne face aux victimes est très révélatrice. En effet, quand on évoque ces bombardements, la réponse des bien-pensants est toujours la même : « Que voulez-vous, on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs. »
Cependant, si cet argument justifiait réellement la stratégie des Alliés, alors il n’y aurait pas à avoir honte de ces civils français morts sous les bombes anglo-américaines. Il faudrait au contraire les honorer comme des martyrs inévitables de la « Libération ». Des bâtiments détruits auraient dû être transformés en monuments du souvenir, leur histoire aurait dû être écrite depuis bien longtemps et les photos de corps publiés afin que les jeunes générations puissent bien mesurer l’ampleur du sacrifice.

Or,c’est tout le contraire: alors qu’à Oradour-sur-Glane, le « village martyr » a été conservé, la reconstruction en Normandie n’a quasiment rien laissé subsister. Dans son ouvrage,déjà cité sur le « massacre de Coutances », A.Caillet l’a regretté. Et quand,en 1994, j’ai commencé une enquête sur la question, j’ai pu constater le vide documentaire qui règnait. A l’époque,aucune recherche d’ensemble n’avait été entreprise, y compris pour dénombrer le nombre de victimes, seuls des récits et des statistiques fragmentaires étaient disponibles, la plupart publiés dans l’immédiat après-guerre.

Par la suite, le sujet avait été totalement délaissé. Fait révélateur : aucun film n’a jamais été consacré à la question, où l’on verrait ces bombardements et l’action des équipes de secours. Pourtant, le matériel existe, qui permettrait des reconstitutions historiques assez fidèles.On pourrait ainsi raconter l’agonie de ces centaines de personnes qui, au Havre, s’étaient réfugiées dans un immense tunnel dont l’unique sortie fut obstruée par une bombe de très gros calibre. Il n’y eût que quelques rescapés. Mais personne ne semble intéressé. Dans cette dictature du « politiquement correct », la déportation et la Shoah sont des sujets bien plus recommandables.


Le Havre 1944-bombardement RAF bombes incendiaires-une vue aerienne digne d Hiroshima-








Cette volonté d’évacuer le souvenir des victimes françaises des bombardements alliés démontre que ceux-ci étaient injustifiables, stratégiquement et, surtout, moralement. Je rappelle d’ailleurs que peu avant la guerre, ceux qui allaient devenir les Alliés avaient fermement condamné les bombardements de « villes ouvertes » par les Japonais en Chine ou par l’aviation allemande en Espagne. Or, à l’époque, il s’agissait de simples raids locaux, réalisés sans plan préconçu et dont les bilans humains restaient relativement minces (même si la mort est toujours un drame à éviter). Quelques années plus tard, les « bons » avaient mis au point les bombardements de terreur perpétrés par des avions spécialement conçus et larguant des tapis de bombes incendiaires destinées à détruire des quartiers entiers. Ne parlons même pas d’Hiroshima et de Nagasaki.

Tout cela violait de la façon la plus manifeste les conventions de Genève. On ne fait pas la guerre en adoptant des stratégies qui, pour gêner l’ennemi, vont entraîner la mort de très nombreux non-combattants. Les vainqueurs le savaient parfaitement, voilà pourquoi depuis près de 70 ans, le souvenir des victimes françaises des bombardements de l’été 1944 est délaissé.


Extrait de du blog ordo-ab-chao.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5058
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Mer 9 Déc - 11:18

Ben oui, fallait et faut toujours pas (ça bouge un peu aujourd'hui, la preuve) parler en mal de nos libérateurs américains.
Passer également les viols sous silence ...
Ils n'ont de toute façon jamais fait dans la dentelle.
Exemple: une poignée de territoriaux allemands s'accrochent à un bled, le temps d'évacuer quelques unités logistiques.
Les G.I., s frustrés, écrasent alors le bled sous les tirs d'artillerie, et tant pis s'il y reste des civils.
Scénario qui se répètera moult fois ...

Impressionnantes photos ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 549
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Mer 9 Déc - 18:13


Ce texte est magnifique, plein de pudeur et de sensibilité, merci Naga de mettre par écrit les histoires de ces anonymes qui sont les martyrs oubliés d'une guerre aveugle et meurtrière.

Un jour peut être, ces bombardements systématiques et destructeurs seront ils qualifiés comme il se doit, de crimes contre l'humanité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sollon
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 28/10/2015

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Ven 18 Déc - 16:44

Ce sujet me fait (encore) penser à un passage du livre le Grand Cirque, ou l'auteur et pilote Pierre Clostermann relate une anecdote bien triste, page 263:

"Le lendemain nous sommes encore de corvée d'escorte, mais de B-17. C'est une corvée parce qu'il faut voler lentement pour tenir notre position pour protéger le flanc de la formation de bombardiers [...] L'objectif des américains est une gare de triage à Rouen. La flak n'est pas plus virulente que d'habitude, mais il semble que le bombardier leader perde les pédales, et à son commandement toute la formation de 130 Forteresses largue ses bombes déroulant un tapis mortel d'explosions et de feu, qui commence loin avant la rive gauche de la Seine qu'il traverse loin au sud de la gare de triage, objectif indemne du raid. Par contre, des centaines de maisons écrasées brûlent jusuqau pied de la cathdérale. Grâce au ciel, sa fine flèche semble intacte. Combien de compatriotes civils meurent ou vont mourir pour rien sous nos yeux? Une rage meurtriére me prend à la gorge. Je crie dans la radio afin que tout le monde m'entende, que les américains sont des sons of a bitches, bâtards sans pitié ni morale!
Max me rappelle à l'ordre et m'ordonne de me taire, de conserver ma place dans la formation ou alors de rentrer à la base. Max a compris qu'il s'en est fallu de peu pour que je fonce et tire sur les B-17. Je bat des plans, et je rentre seul à Detling, étouffant de colère. Avec des alliés comme ça, pas besoin d'ennemis! Le carpet bombing est criminel. [...] Quelques jours plus tard, André Philip, que nous rencontrons dînant à Londres au Coq d'Or, nous invite Aubertin et moi à sa table. Je lui raconte l'affaire de Rouen. André Philip me répond que ce n'est pas seulement De Gaulle que Roosevelt, qu'il a rencontré, méprise, ce sont les Français. Ce n'est quand même pas une raison pour massacrer nos civils et nos villes comme même les Allemands n'ont pas osé le faire. C'est je dois dire une opinion scandalisée que partagent mes camarades de la RAF, témoins de ce dernier bombardement. Heureusement, Ajoute André Philip, De Gaulle a les affaires bien en mains à Alger, et la Résistance est derrière lui, mais cela fait une belle jambe aux pauvres habitants de Rouen!"

S'ensuit tout un paragraphe abordant le sujet des pertes civiles dûes aux bombardements alliés. Je ne vais pas le recopier en intégralité, mais on y apprend entre autres, que:

- Un paragraphe  de la directive RE 8 d'Einsenhower, au chapitre "Transportation Plan"; détaille la nécessité de bombarder quarante villes françaises abritant des objectifs stratégiques. En bas de page, une lignes prévoit la mort inéluctable de 160 000 civils et d'un nombre incalculable de blessé, sans parler des destructions matérielles.

- Quand Churchill a pris connaissance du plan, il aurait été scandalisé et aurait exigé une révision, admettant quelques milliers de morts civils au maximum, et adressa une lettre à De Gaulle, résidant alors à Alger, et qui se terminait par cette phrase: "Vous Francais, avez été des amis loyaux de la Royal Air Force, et cela avec beaucoup de courage. Nos équipages ont toujours eu pour ordre formel de prendre tous les risques pour éviter les civils français qui ont toujours aidé les équipages abattus, y compris ceux des américains!". La réponse de De Gaulle n'est pas connue, hormis qu'il l'a remercié.

- Le commandant américain du Bomber Command, le maréchal Harris, a répondu à Churchill qui l'avait interrogé qu'il n'avait pas de point de vue, se contentant de recevoir des ordres et de les appliquer.

- Churchill a écrit à Roosevelt le 14 avril 1944: "Les résultats ne justifient ni le massacre de civils français, ni l'immense faute politique. Je vous prie de faire instamment pression sur Le May, Eaker et Spatz dans ce sens". N'ayant jamais eu de réponse, il récidiva le 29 du même mois: "Nous ne pouvons tolérer des pertes dépassant 100 à 150 civils français que si la cible le justifie pleinement. Le général Eisenhower doit comprendre que 27 des cibles proposées, à dense population, dont il réclame la destruction, ne doivent pas être attaquées. Il est contraire à la morale de terroriser volontairement les civils qui risquent leurs vies pour sauver vos équipages abattus". Roosevelt aurait, là encore, conservé le silence, suite à quoi Churchill lui aurait adressé une troisième lettre le 7 mai, dont le texte est inconnu mais qui serait "à la limite de la civilité".
Réponse de Roosevelt le 15 mai: "Ce qui est nécessaire à la sauvegarde de nos soldats est à la discrétion de Ike" (Eisenhower).

- A la fin du mois, et malgré les protestations des anglais, Amiens, Angers, Avignon, Chambéry, Chartres, Grenoble, Nîmes, Saint-Etienne, Rouen, Cherbourg, Paris, Trappes et tant d'autres ont donc été bombardées en grand style en trois jours. Coût de ces raids: 8200 morts, 12 000 blessés, 120 000 sinistrés, 11 hôpitaux, 35 lycées, etc, rasés complètement inutilement dans 80% des cas.




Pour finir, je peux moi-même confirmer ces faits dans un cadre local, vivant à Tours: la gare de Saint-Pierre-des-Corps, dans la banlieue de la ville, était pendant la guerre un très important noeud ferroviaire, et donc une cible d'importance pour les alliés. Elle a été évidement bombardée, mais les américains ont complètement raté leur cible, envoyant toutes leurs bombes à quatre kilomètres de là, c'est-a-dire en plein milieu du centre-ville, des quais de la Loire jusqu'à l'hôtel de ville, causant des incendies catastrophiques et la destruction totale d'une grosse partie de la vieille ville. Le bilan humain s'élève à des centaines de morts (de mémoire, mais il me faudrait faire des recherches aux archives municipales pour confirmer ça). J'ai déjà vu des photos aérienne d'après-guerre du centre-ville de Tours, où il ne reste rien après l'évacuation des gravats, sur une grande surface. C'est pour cela que dans mon quartier, on voit une très nette différence entre certaines rues aux immeubles modernes des années 50-60, qui tranchent avec les vieilles maisons médiévales à colombages qui sont quelques rues plus loin (c'est-à-dire celles qui furent épargnées par miracle par les bombes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5512
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Sam 19 Déc - 2:18

Les americains n ont jamais subit de bombardement de leurs villes,les britanniques,oui.Ca pourrait expliquer la differences de comportement entre les generaux et des hommes politiques allies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5058
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   Dim 20 Déc - 12:10

Près de chez moi, ils ont écrasé les villes d'Etampes, le 12 Juin 44, qui était occupée par 10000 personnels, hôpitaux et Lufwaffe, pas d'éléments combattants si ce n'est quelques aviateurs à la base de Chaloux Moulineux.
Je n'ai plus les chiffres des victimes, mais il a du être important quand on voit les photos de l'époque.
Idem pour Juvisy sur Orge, mais qui là était une gare de triage importante.
Rasée, en avril ou mai 44, le centre ville entièrement refait.
Les amerloques bombardaient de haut pour éviter la FLAK, mais forcément avec une moindre précision, quand ça n'était pas par erreur comme mentionné au dessus.
Pour être juste, si Roosevelt n'avait que peu d'estime pour la France et de Gaulle, il avait une haine féroce de l'Allemagne.
Pas sûr qu'il aurait cautionné un plan Marshall aussi "généreux" à l'encontre du défunt Reich s'il avait été encore vivant à la fin de la guerre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bombardements massifs des allies sur la France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bombardements massifs des allies sur la France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Créer des massifs de fleurs
» Les alliés de Napoléon
» StopBanque c'est l'appel au retrait massif d'argent en banque et a la fermeture des comptes...
» Livre loufoque et sectaire: "Les alliés de l'humanité"
» La Paix à Kibého...et un appel de la Vierge au monde entier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Débats, discussions-
Sauter vers: