Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les fantômes de la guerre à l'Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5194
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Les fantômes de la guerre à l'Est   Lun 14 Déc - 4:40

La "sortie de grange" est le rêve du collectionneur de motos dans tous les pays, depuis la "barn find" des anglos-saxons jusqu'à la "salida de granero" (?) espagnole, les méthodes de recherches sont identiques : bouche à oreille, indiscrétions d'un voisin, discussions d'après boire, "bruit qui court" à vérifier.

Le Russe seul se distingue car s'il poursuit le même but, il fait appel à un matériel très sophistiqué : une pelle, une pioche et un détecteur de métaux, le grand modèle dit "poêle à frire". Ainsi équipé, il s'en va arpenter les plaines et forêts où se livrèrent les plus sanglants  combats terrestres de la 2ème Guerre, autour de Leningrad, Stalingrad et autres lieux historiques. Le siège de cette dernière ville coûta 380 000 tués, blessés et prisonniers à la Wehrmacht. Un bilan encore plus énorme côté Soviétique : 487 000 tués et 629 000 blessés durant les 6 mois qu'a duré la bataille.

Les pertes matérielles n'étaient pas moindres car chars, canons, véhicules divers se comptent par milliers, abandonnés sur le territoire et dont beaucoup ont été engloutis par un sol meuble ou marécageux. Les rivières et fleuves aussi recèlent des vestiges guerriers, parfois des plus surprenants. Ainsi de ce char T34, orgueil des Soviets en guerre (on le disait supérieur au Tigre nazi) qui va entrer au musée de la Bataille de Stalingrad. Depuis 68 ans il gisait au fond de la Dobraïa après avoir été mis hors de combat en 1942.
A priori, ce n'est pas ce genre de trophées que recherche l'homme russe à la "poêle à frire", mais plutôt les objets du "militaria" tels que les insignes, casques, décorations, armes de poing ou non de tout provenance, allemande ou russe. La trouvaille est parfois de taille comme celle des restes d'un char Tigre portant le numéro de série "001" qui en ferait le premier d'une série de quatre envoyés au front en août 1942 à Leningrad.





Draguer une rivière, un étang, un lac apporte aussi son lot de "trésors" peut-être plus intéressants. Quoique faisant abandonner tout espoir de restauration, sauf à engager de gros frais... Même si ceux comprenant peinture et chromes sont presque négligeables dans le cas de cette R75 germanique.





Le "trou d'homme" est l'ABC de la protection du militaire au combat mais le "trou de moto" est une variante peu courante. Il semblerait plutôt que la machine était couchée sur le flanc si l'on en juge par la "découpe" de la fosse autour d'elle. Non identifiable, cette moto a une fourche télescopique comme celle des 250 BMW, (R20 ou R23) seule marque allemande à présenter alors cette singularité.





Dans la pratique russe, collectionneur est un métier physique ! Il peut demander l'ouverture d'un véritable chantier dans lequel la pelle et la pioche remplacent les engins mécaniques. Ceux-ci seraient bien trop grossiers pour exhumer de petites pièces qui se trouvent souvent mêlées aux restes de leurs défunts propriétaires ! 

Cet article doit énormément à "The Ghosts of the Eastern Front ", un "site internet éducatif" aux nombreuses contributions. Au vu de l'origine, ça aurait pu être en russe, mais heureusement c'est en anglais, ce qui permet de s'y retrouver plus ou moins. Néanmoins, "âmes sensibles s'abstenir"... comme on dit dans le poste.


source
zhumoristenouveau.eklablog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4798
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les fantômes de la guerre à l'Est   Lun 14 Déc - 11:21

La plupart des gens qui font ces recherches le font pour la tune, récupérer et revendre des reliques et autres trophées.
Normalement c'est interdit, ou alors avec autorisation spéciale, car souvent avec les restes de militaria il y a des restes humains qui n'ont pas reçu de sépulture officielle, détails dont ne s'embarrassent pas les "chasseurs de trésors".
Seules les fouilles officielles sont admises, pour étudiants en histoire et avec la présence de militaires pour les engins potentiellement encore dangereux.
Mais on est en Russie et tout surveiller sur les innombrables lieux de combats est impossible ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sollon
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 28/10/2015

MessageSujet: Re: Les fantômes de la guerre à l'Est   Lun 14 Déc - 21:31

La Russie est tellement vaste et la guerre l'a tellement ravagée que ce genre de découvertes sont monnaie courante. Ca doit être impressionnant de pêcher dans un lac russe et d'y distinguer au fond de l'eau la carcasse d'un blindé qu'on a jeté là soixante ans auparavant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5194
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les fantômes de la guerre à l'Est   Mar 15 Déc - 1:26

Ca depend de la nationalite des "chercheurs de tresors",je pense que la decouverte d ossements de soldats sovietiques quand on est russe en 2015 fait que l on a du respect pour ceux qui ont donnes leur vie pour defendre la patrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4798
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les fantômes de la guerre à l'Est   Mar 15 Déc - 11:26

Le respect certes, jusqu'à un certain point.
Quand les trouvailles peuvent valoir plusieurs mois de salaire (350 euros /mois dans certaines régions), la tentation est forte de laisser de côté l'aspect patriotique et de céder au mercantilisme.
De plus, beaucoup de russes ont été victimes de l'Armée Rouge ou plus exactement du N.K.V.D.
Ca aussi c'est dans les mémoires et peut aider, quand il s'agit de leurs descendants, à laisser les scrupules à d'autres...

Anecdote:
Dans l'école de ma fille, village à la frontière ukrainienne où tout lemonde se connait, il y avait un petit musée généraliste, mais où se trouvaient aussi des casques allemands, italiens, roumains, en parfait état, une bonne douzaine si mes souvenirs sont bons, retrouvés peu après la guerre et ensuite exposés là.
0r, des travaux ont eu lieu dans l'école il y a une dizaine d'années, la porte d'entrée devant rester ouverte quelques jours (et nuits) pour laisser sécher des enduits ou de la peinture.
Une nuit, tout a disparu, certainement revendu à un collectionneur privé.
J'en ai fait grand reproche au directeur, mais le pauvre était consterné car le coupable fut sans doute un parent d'élève, la pièce du musée étant visitée uniquement par les élèves et leurs familles ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les fantômes de la guerre à l'Est   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fantômes de la guerre à l'Est
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les fantômes des soldats de GETTYSBURG
» Les Avions fantômes
» La guerre des mondes: Les martiens d'Orson Welles le 30 octobre 1938
» La première guerre totale ...
» Les chariots de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Autres-
Sauter vers: