Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Massacre de Gardelegen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4764
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Massacre de Gardelegen   Mar 12 Jan - 12:47

Le massacre de GARDELEGEN

Le mercredi 10 avril 1945 , un convoi de détenus, venant de Niedersachswerfen par Ellrich et faisant route vers BERGEN BLESEN est stoppé, à hauteur de la bourgade de Gardelegen située à 60 km de Magdebourg, par une attaque de l’aviation alliée. Un second convoi se trouve bloqué à son tour.
Le 12 avril , le SS Gerhard THIELE décide de faire disparaître le millier de détenus des deux convois avant l'arrivée de l’armée américaine.

Une châtelaine du pays, Mme Bloch von Blochwitz, âgée 80 ans, met à la disposition des assassins une de ses granges. Le 13 avril , les déportés sont rassemblés puis enfermés dans la grange remplie de paille imbibée d'essence à laquelle trois SS mettent le feu. Les prisonniers qui cherchent à sortir sont abattus...








Le 15 avril la 102è division d'infanterie de l'armée américaine découvre l'horreur du massacre. Le major KEATING envisage de faire bombarder la ville à titre de représailles. Les autorités religieuses protestantes par l’entremise des pasteurs Franz et Hedewald et du doyen Wendt, parviennent à l'en dissuader... Notons que ces hommes n’étaient pas intervenus auprès du SS THIELE.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4764
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Massacre de Gardelegen   Mar 12 Jan - 12:52

La population de Gardelegen doit défiler devant les cadavres, fournir les linceuls et assister à l'inhumation où les honneurs militaires sont rendus aux victimes. Les tombes seront creusées par la jeunesse hitlérienne locale. Le mercredi 25 avril, 1016 habitants portant chacun une croix, font, en procession, le chemin de la ville à la grange d'Isenschnible.

Keating fait apposer sur la porte du cimetière, cette inscription Cimetière de Gardelegen
« Ici reposent 1016 prisonniers de guerre alliés qui ont été tués par leurs gardiens. Ils ont été enterrés par les habitants de Gardelegen, qui ont la responsabilité des tombes afin qu'elles restent toujours aussi vertes que le souvenir de ces malheureux restera dans le cœur des hommes épris de liberté partout dans le monde... »


Gerhard Thiele




Quant au chef des assassins Thiele, il avait disparu vers 15 h, le 14 avril 1945, peu avant l'arrivée des Américains et son épouse prétendait ne pas savoir ce qu’il était devenu. En fait, après la chute du mur de Berlin, la trace du SS Thiele a été retrouvée. Utilisé par les services de la STASI (1), il revoyait sa femme et subvenait à ses besoins par l'intermédiaire d'une « messagère » jusqu'à sa mort, survenue le 30 juin 1994.

( 1) La Stasi créée le 8 février 1950, était le service de police politique, de renseignements, d’espionnage et de contre-espionnage dans le Ministère de la Sécurité d’Etat de la République Démocratique Allemande.



Voici le témoignage d’un des huit survivants dont trois français qui se sont protégés sous les cadavres de fuyards abattus à l'entrée de la grange et que le feu a épargnés, témoignage de Georges Crétin - Matricule 51937, publié par l’ Association Française “Buchenwald, Dora et Kommandos” ?

“Après un long et pénible transport depuis Ellrich, le train ayant été mitraillé par l'aviation alliée, la locomotive rendue inutilisable, nous quittons la station de Mietze et devons continuer à pied. Tout le long de la route gisent des cadavres, qui ont subi les méfaits d'une colonne nous ayant devancés. Nous marchons toute la nuit, traversant plusieurs villages, et nous arrivons au petit matin à la ville de Gardelegen. Nous sommes rassemblés dans une école de cavalerie, dont le manège nous sert de cantonnement, et nous permet de nous étendre et nous reposer toute la journée et la nuit. Entre-temps, nous avons eu une distribution de soupe.

Le lendemain, vendredi 13 avril, les S.S. sont intervenus, faisant sortir des détenus allemands, et les équipent de tenues militaires allemandes. Le temps passe. Un appel nous astreint à un rassemblement, et nous apprenons que nous devons changer de bloc. Un premier commando est formé, à destination inconnue ! Où ? Quelques instants après, ce sera notre tour. Encadrés par les S.S. et leurs nouvelles recrues, nous nous acheminons par un petit chemin hors de la ville. Devant un canon en batterie, un chef, jumelles en mains, surveille les abords d'une route située en dessus de la ville ; au loin, une grange en plein champ. Mon camarade Jean Paris, à mes côtés, me fait remarquer une sentinelle qu'il reconnaît pour être un des anciens détenus d'Ellrich (un écusson vert).

Quand nous arrivons devant une des portes de la grange, un avion de chasse allemand passe au- dessus de nous, faisant du rase mottes. Derrière nous, une sentinelle tire un coup de feu pour nous obliger à rentrer plus rapidement. À l'intérieur, se trouve une couche de paille assez épaisse. Chacun cherche un coin pour se reposer de son mieux. C'est à ce moment que le feu apparaît sous la porte fermée. C'est ainsi que nous nous retrouvons bloqués à l'intérieur. Immédiatement, chacun essaie d'éteindre le feu en tapant dessus, avec sa propre couverture. Quelques minutes après, un chef S.S. apparaît : il porte une torche enflammée dans une main et un revolver dans l'autre. Nous réalisons de suite les risques courus.
Un camarade, couteau à la main, se jette sur le S.S. Celui-ci, méfiant, se retourne et, froidement, l'abat d'une balle. Un tas de paille plus important prend feu à son tour.

Pour nous défendre, nous faisons l'impossible pour refouler la paille plus au centre. Le toit, assez élevé, n'est pas touché. Certains arrivent à ouvrir les portes pour essayer de sortir. Mais, à ce moment, les sentinelles n'hésitent pas à tirer sur tous ceux qui sortent, avec des mitraillettes. C'est un véritable massacre. La plupart succombent. Les victimes tombent sur la paille qui s'est embrasée.





Me trouvant, miraculeusement, derrière une pile de morts tombés vers une porte, je suis, de ce fait, protégé du feu et des balles. Un jeune réussit à sortir et, bras en croix, il implore la pitié, mais il est abattu aussitôt. Mon camarade Jean DESVIGNES est abattu alors qu'il criait : « Vive la France ». Quelques minutes après, c'est le tour de mon ami Jean PARIS, abattu par une rafale. Je ressens une violente douleur à la cuisse gauche. Plus tard, j'ai su que c'était une décharge, provenant d'un fusil de chasse. À mes côtés, un camarade de camp est touché à la tête, d'autres s'abattent en tous sens et me recouvrent en tombant.

Un moment, je sens mes pieds qui commencent à avoir chaud, le feu se rapproche. J'essaie de me dégager, avec bien des difficultés. Face à moi, à une dizaine de mètres, une sentinelle me prend pour cible. Les balles sifflent à mes oreilles. Enfin, je réussis à m'accroupir, derrière les morts ; une balle m'érafle le dos. Dehors, la nuit tombe. Me déplaçant vers le centre de la grange, je m'étends entre deux cadavres ; à cet endroit, la paille se trouve en partie dégagée. La fusillade a ralenti, cependant que de violentes explosions de grenades sèment la mort un peu partout. Epuisé, je finis par m'endormir.

De bonne heure, le matin, un bruit de pelles et de pioches me réveille. Dehors, on creuse une fosse pour ensevelir les cadavres. Ceux-ci sont tirés, au dehors, à l'aide de crochets ; c'est vraiment macabre ! Des coups de feu crépitent encore de temps à autre, achevant les blessés. J'arrive péniblement à me traîner jusqu'à l'autre côté de la grange.

J'aperçois un camarade qui se lève, sort par une des portes non surveillées. Les sentinelles nous croient tous morts. Suivant des yeux mon camarade, je voudrais pouvoir le suivre, mais je suis dans l'impossibilité de marcher, et je ne bouge plus. Bientôt, ce camarade revient sur ses pas, une sentinelle l'a interpellé, et un coup de feu me fait comprendre que tout est fini pour lui. La fumée est toujours dans la grange.

Dehors, il fait beau. Les fossoyeurs font toujours leur triste besogne. Des civils, avec pelles et pioches, s'en vont, alors que l'on entend quelques coups de canon, assez lointains.

Pour la deuxième fois, la nuit tombe, me laissant au milieu de nombreux cadavres. S.S. et fossoyeurs sont partis. Au matin, la fumée a disparu. Bien des morts (environ 300) ont été ensevelis. Pas très loin de moi, cela remue fébrilement. Quelqu'un rentre dans la grange et ressort aussitôt, et rentre à nouveau. On parle, je ne comprends pas. Dans un coin, un déporté pleure, se lève. Je réalise ce que le visiteur a voulu dire : « Les Américains sont arrivés la veille ». Je comprends la fuite de nos sentinelles.

L'homme s'approchant, je me lève à mon tour ; il en est tout surpris. Il m'aide à sortir, et me fait coucher sur une couverture. Un autre survivant sort à son tour. Il vient vers moi... Il parle français :
j'apprends qu'il est Guy CHAMAILLARD. Il n'est pas blessé, mais il a les yeux fatigués par la fumée.

Plus tard, un chariot traîné par des hommes emmène les blessés, accompagnés par les quelques survivants qui peuvent marcher. Nous sommes dirigés vers un poste américain où, après discussion, on fait venir une ambulance. Celle-ci nous conduit dans une infirmerie où docteurs et infirmières sont allemands. On me soigne pour mes blessures et une pneumonie.





Quelques jours plus tard, un Français vient à l'infirmerie, cherchant Chamaillard. Je lui dis qu'il a été évacué, il en est surpris ; il m'annonce que je ne resterai pas ici. En effet, une heure après, un docteur américain, accompagné d'infirmiers, après m'avoir examiné, me déclare transportable. Cette fois-ci, je suis dirigé vers l'hôpital de Gardelegen, sous contrôle américain. Au bout d'un mois et demi, après récupération de mon poids, je suis rapatrié par la Belgique, pour arriver chez moi, le 14 juin 1945. “

Cimetiere en mai 2002




source
scrapbookpages.com
lesamisdelaresistance56.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
General der infanterie
General der infanterie
avatar

Nombre de messages : 497
Age : 52
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Massacre de Gardelegen   Jeu 14 Jan - 2:44


Je le ne le trouve pas assez vert à mon goût, ce cimetière, selon les ordres de Keating, je cite :

« Ici reposent 1016 prisonniers de guerre alliés qui ont été tués par leurs gardiens. Ils ont été enterrés par les habitants de Gardelegen, qui ont la responsabilité des tombes afin qu'elles restent toujours aussi vertes que le souvenir de ces malheureux restera dans le cœur des hommes épris de liberté partout dans le monde... »

La Photo de 2002 ne montre pas le respect auquel ces morts ont droit et je trouve qu'une petite lettre de rappel à ce village ne serait pas de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Massacre de Gardelegen   Ven 15 Jan - 13:10

Un évident laisser-aller.
Les commémorations des 60ème et 70ème anniversaires ont peut-être été l'occase d'y faire des travaux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Massacre de Gardelegen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Massacre de Gardelegen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halte au massacre des pigeons au Havre
» Vidéo sur massacre de dauphin
» Massacre de chiens par l'armée Boliviene.
» Massacre d'oiseaux
» Protection des animaux: Massacre au Danemark contre les Calderons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Massacres et Prisonniers-
Sauter vers: