Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les soldats s’attachent aux robots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5381
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Les soldats s’attachent aux robots   Ven 26 Fév - 4:14

Une étude conduite par une universitaire américaine explique que les soldats qui conduisent des robots militaires risquent de prendre de mauvaises décisions.

Tout le monde aime les robots. Même les soldats. Une thèse de la docteur en psychologie de l’éducation Julie Carpenter de l’Université de Washington tend à le prouver. Mais ce qu’elle met surtout en évidence, c’est qu’un soldat qui s’attache à son robot militaire peut prendre de mauvaises décisions tactiques à cause des sentiments qui le lient à sa machine.

La question de base de son travail est la suivante : y’a-t-il un attachement émotionnel entre un soldat américain et son Explosive Ordinance Disposal (EOD) ? Un EOD, un type de robot piloté à distance, est destiné à la recherche de mines antipersonnel. Si une relation s’opère entre le soldat et la machine, elle est de nature à influencer les décisions faites par le pilote.





Comme un animal de compagnie

23 soldats interrogés répondent clairement à Julie Carpenter : non, l’attachement qu’ils possèdent pour leurs robots n’influence pas leur performance. Pourtant, dans leurs réponses, ils reconnaissent implicitement qu’ils ressentent de la colère, de la frustration voire de la tristesse lorsque leur machine en vient à tomber au front. Une piste pour l’universitaire : ces sentiments, n’entacheraient-ils pas les performances des soldats ?

[Les soldats répondent que] le robot est un outil. Mais dans le même temps, leurs réponses indiquaient parfois qu’ils interagissent avec les robots de la même manière similaire qu’avec un être humain ou un animal de compagnie.
À l’issue de sa thèse, Julie Carpenter en arrive à la logique conclusion que les soldats semblent bien émus par la peur de perdre leur robot au combat. Selon elle, cette crainte pourrait être atténuée si les robots avaient moins de personnalité et s’ils étaient considérés uniquement comme des outils. La docteur en psychologie de l’éducation de conclure :

Vous ne voulez pas que quelqu’un hésite en utilisant l’un de ces robots militaires parce qu’il a de l’empathie à l’encontre de celui-ci qui va plus loin que lors de l’usage d’un outil. Si vous vous sentez attaché émotionnellement à quelque chose, cela affectera sans doute vos décisions.

source
konbini.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5381
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les soldats s’attachent aux robots   Ven 26 Fév - 4:20

Des funérailles pour une machine

Un papier paru sur le site du mensuel américain, The Atlantic. Il s’ouvre sur une scène de funérailles. Elle se déroule à Taji, en Irak où des soldats américains enterrent un frère d’armes, Boomer. Un discours célèbre son héroïsme et rappelle les nombreuses vies qu’il a sauvées sur le champ de bataille. 21 coups de feu sont tirés.

Une scène traditionnelle, à une exception près : Boomer est une machine. Boomer est un robot dont la fonction est de désarmer les explosifs, un robot qui opère dans les espaces les plus dangereux, sans aucune considération pour lui-même. Et c’est cela qui provoque l’admiration de ses camarades humains, au point donc de lui organiser des funérailles.




Est-ce là une histoire de fous ?

Le papier de The Atlantic nous apprend qu’une chercheuse de l’université de Washington, Julie Carpenter, a mené une étude sur les relations hommes-machines, au sein de cette population précise des démineurs. Et ses travaux montrent que les soldats confèrent très vite à leurs robots des attributs humains ou animaux, y compris de genre. Qu’ils font montre à l’égard de leur machine d’une grande empathie, au point de ressentir toute une gamme de sentiments – allant de la colère à la tristesse – quand le robot est détruit. Une unité a même emmené son robot à la pêche, il a tenu la canne...

Même si les soldats savent parfaitement qu’ils ont affaire à des machines, il leur arrive d’interagir avec elles comme ils le feraient avec des êtres humains ou des animaux domestiques. Ce qui, pour la chercheuse, est logique, tant, en bien des circonstances, la vie des soldats dépend du robot. On peut trouver cette explication convaincante et même y voir les prémisses d’une relation intéressante avec ces nouveaux êtres que sont les robots. Néanmoins, cela entraîne une autre question.

Comment se fait-il que dans ce contexte guerrier, où des êtres humains meurent, sont blessés, on accorde tant d’importance et de sentiment à ce qui n’est malgré tout qu’un outil ? Ces soldats n’ont-ils pas autre chose à pleurer que leur robot ? Dans la Route des Flandres, le grand Claude Simon raconte, dans une des strates de son récit, la débâcle de 1940 : ce ne sont que corps de cavaliers français déchirés, disloqués, tombant sous le feu des Panzers dans la boue des Ardennes. Mais une scène m’a toujours frappé par sa force émotive : l’agonie d’un cheval. C’est autour d’un cheval agonisant que se réunissent ces soldats perdus, blessés et destinés à mourir. Ils veillent le cheval mourant. Comme si la guerre avait le pouvoir d’inverser les hiérarchies ou nécessitait même de perturber les hiérarchies. Le robot donc, comme cheval des guerres passées.

Néanmoins, on peut continuer à trouver ça bizarre. Mais sommes-nous nous-mêmes, dans notre relation plus quotidienne aux machines, et à nos outils numériques, exempts de tout comportement bizarre et irrationnel ? Pour ma part, je ne leur parle pas, ne les assigne à aucun genre, me soucie assez peu de leur état et ne leur demande que de fonctionner. Bref, ils sont parfaitement réifiés, réduits à l’état de choses. Sauf en une circonstance. Quand je ne les utilise plus et que j’en change. Comme beaucoup de gens, je ne jette pas mes ordinateurs et autres téléphones. Je ne les jette pas parce que je les investis d’une mémoire : non seulement ils sont des souvenirs – comme n’importe quel objet -, mais ils portent en eux des souvenirs (des textes, des photos…) que je ne peux pas jeter quand bien même l’état de la machine ne me permet plus d’y accéder. Ainsi ma maison se transforme-t-elle petit à petit en un cimetière, où gisent des êtres technologiques, chacun plein de sa mémoire perdue. Est-ce vraiment plus rationnel que d’enterrer un robot ?

Xavier de la Porte

source
internetactu.blog.lemonde.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les soldats s’attachent aux robots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande d'aide pour la confection de soldats de plomb
» PETITS SOLDATS DE STRASBOURG BLOG
» Mise à jour du site IMAGES DE SOLDATS
» Soldats de Napoléon ....
» Vient de paraître : Revue Soldats Napoléoniens n°18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Espace membres-
Sauter vers: