Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le dernier combat d artillerie navale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Le dernier combat d artillerie navale   Mar 17 Mai - 2:41

Plan général de la bataille de Leyte

La bataille du Golfe de Leyte, qui s’est déroulée du 23 au 26 Octobre 1944, est considérée comme l’une des plus grandes batailles navales de l’histoire. Elle a opposé l’ensemble de la flotte japonaises aux forces américaines chargées de couvrir le débarquement des troupes du général Mc Arthur dans les philippines. La force d’attaque japonaise était divisée en 4 flottes : celles des amiraux Kurita et Ozawa venant par le Nord tandis que les amiraux Nishimura et Shima attaquaient par le Sud. L’assaut de ces deux dernières flottes mènera à la dernière bataille de cuirassés de l’histoire.

La flotte japonaise:

Escadre de Nishimura :
- 2 cuirassés : Fuso, Yamashiro
- 1 croiseur lourd : Mogami
- 4 destroyers

Escadre de Shima :
- 2 croiseurs lourds : Nachi, Ashigara
- 1 croiseur léger : Abukuma
- 7 destroyers


La flotte américaine:

Groupe central du contre-amiral Weyler :
- 6 cuirassés : Mississipi, California, Tennessee, Pennsylvania, Maryland, West Virginia (les 5 derniers étant des vétérans de Pearl Harbor)
- 6 destroyers

Aile gauche sous les ordres d’Oldendorff :
- 3 croiseurs lourds : Louisville, Portland, Minneapolis
- 2 croiseurs légers : Denver, Columbia
- 9 destroyers

Aile droite du contre-amiral Berkey :
- 1 croiseur lourd : Shropshire (australien)
- 2 croiseurs légers : Phoenix, Boise
- 9 destroyers

Formant la pince Sud de la tenaille niponne, Nishimura, suivi à une quarantaine de kilomètres par Shima, fonce vers le détroit de Surigao et au-delà vers l'île de Samar pour une attaque concertée avec l’escadre de Kurita. Malgré une attaque aérienne américaine, sa flotte est pratiquement intacte. Mais le silence radio imposé par l’état-major japonais l’empeche de coordoner son attaque avec Kurita, et c’est donc seul qu’il s’engage dans le détroit de Surigao le 25 octobre à 2h00.

Shoji Nishimura




En face de lui se trouve la 7eme flotte américaine d’Oldendorf. Son rôle est de couvrir les forces de débarquement du général Mc Arthur, et de couvrir le flanc Sud des américains. Informé de l’avance des escadres japonaises, il dispose trente-neuf vedettes lance-torpilles, puis ses destroyers pour attaquer sur les deux flancs de la colonne japonaise. Enfin, le détroit est verrouillé par deux lignes de bataille, la première formée des croiseurs et la seconde avec ses cuirassés. Même si ceux-ci principalement dotés d’obus explosifs, prévus pour l’appui des troupes au sol, leur conduite de tir radar est de loin bien plus performante que celle des japonais.



Mais en face de lui, le contre-amiral Jesse Oldendorf a disposé trente-neuf vedettes lance-torpilles et vingt-six destroyers pour attaquer sur les deux flancs de la colonne japonaise et il ferme le débouché du détroit avec deux lignes de file, une avec huit grands croiseurs et l'autre avec six cuirassés anciens, dont cinq sont rescapés de Pearl Harbor. Même si ceux-ci n'avaient principalement que des obus explosifs, car ils étaient déployés pour le bombardement de soutien aux troupes au sol, ils vont bombarder l'escadre japonaise d'un feu d'autant plus intense que leur conduite de tir radar est performante.

Le Yamashiro et le Fuso




L'attaque des vedettes rapides retarde la progression japonaise, permettant aux destroyers de se préparer. Très rapidement, à 3h00, l'attaque des destroyers parvient à placer six torpilles, sur quarante sept lancées, sur le Fusō et les destroyers japonais Asagumo, Yamagumo et Mishishio. Seul le Fusō ne coule pas, mais il est coupé en deux. À 3h51, l'artillerie des croiseurs entre en jeu, puis deux minutes plus tard celle des cuirassés : grâce aux radars la bataille est unilatérale et les Japonais sont dans l'incapacité de répondre dans l'obscurité. Le Yamashiro et le Mogami sont criblés d'obus de 406 et de 356 mm, le Shigure, ingouvernable, stoppe net après son demi-tour, le Yamashiro sombre à 4h19.

Le Mogami (en haut) et le Fuso



À 4h25, Shima s'engage lui aussi dans le détroit, mais apercevant bientôt les épaves de la flotte de Nishimura, en particulier les deux parties du Fusō, et averti par le Shigure, il comprend le danger et ordonne le repli. Seulement, lors du demi-tour, le Nachi heurte le Mogami, provoquant une voie d'eau qui inonde sa salle des gouvernails, ce qui le condamne ; il sera achevé par un avion le lendemain. L'avant du Fusō sera fini par le croiseur Louisville et l'arrière coulera du côté de l’île Kanihaan. Des sept navires de Nishimura, seul le Shigure survivra. Le Yamashiro est devenu ainsi le dernier cuirassé coulé par un de ses congénères.

BILAN :

JAPON:
- 2 cuirassés : Fuso, Yamashiro coulés
- 1 croiseur lourd : Mogami coulé ; 1 endommagé : Nachi
- 1 croiseur léger endommagé : Abukuma
- 3 destroyers coulés ; 1 destroyer endommagé

ETATS-UNIS :
- 1 destroyer endommagé

Ce fut la dernière bataille navale où l'une des forces en présence (ici les Américains) fut capable de « barrer le T » de l'autre belligérant, permettant aux navires américains de porter toute leur puissance de feu sur les navires japonais.


source
strategietotale.com


Dernière édition par naga le Mar 17 Mai - 3:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le dernier combat d artillerie navale   Mar 17 Mai - 3:14

Les cuirasses de la Classe Fusō

La classe Fusō fut la première classe de cuirassés de type Dreadnought de la Marine impériale japonaise.
Ces deux cuirassés de 1re classe,le Fuso et le Yamashiro ont été les premiers dreadnoughts de plus de 29 000 tonnes de déplacement à être construits au Japon.
Lors de leurs lancements ils surclassèrent tous les navires de guerre de la Royal Navy et de l'US Navy en termes de vitesse et de puissance de feu.

Après l'une des premières étapes de la mise en œuvre de la Flotte huit-huit (Hachihachi Kantai), stratégie militaire de Satô Tatsutarô contre les menaces potentielles de la Chine, de la Russie et des États-Unis, une seconde étape fut entreprise, après le sortie du HMS Dreadnought britannique en 1906, nécessitant la construction de navires de plus fort déplacement avec un armement principal en canons de plus de 12 pouces (300 mm).

Arsenal de Kure 1917




La conception s'est largement inspirée de l'architecte naval britannique George Thurston comme sur les croiseurs de bataille de la classe Kongō. Dans un effort pour surpasser les modèles étrangers les concepteurs japonais décidèrent de doter l'artillerie principal de canons de 14 pouces (356 mm) avec une implantation de six tourelles doubles (deux à l'avant, deux à l'arrière et deux au centre) au lieu des quatre tourelles triples.

Fuso en 1915




Avec une vitesse de pointe de 23 nœuds cette nouvelle conception japonaise était supérieure aux conceptions étrangères et compensait l'infériorité numérique par une qualité de la puissance de feu. La classe Fusō fut considérée, lors de son lancement, comme les premiers cuirassés modernes, surclassant la classe New York américaine par sa puissance de feu et sa vitesse.

A la construction, le blindage entrait pour 8588 t, soit approximativement 29% du déplacement total. Le blindage de ceinture était épais de 305 à 229 millimètres (12 à 9 pouces); sa partie basse faisait 102 mm (4 in) d'épaisseur.
Le pont de protection atteignait 51 mm (2 pouces) et 32 mm (1,3 pouces) sur les parties inclinées sur les bords.
Les tourelles étaient protégées avec un blindage de 279.4 mm (11.0 pouces) sur la face avant, 228.6 mm (9.0 pouces) sur les cotés, et 114.5 mm (4.51 pouces) pour le toit. Les barbettes des tourelles avaient 305 mm d'épaisseur, tandis que les casemates des pièces secondaires de 152 mm étaient protégées par des plaques de 152 mm.
Les cotés de la tour de commandement avaient eux 351 millimètres (13.8 pouces) d'épaisseur.

La protection sous-marine était constituée de 3 cloisons longitudinales sur les deux cotés, dont la plus à l'intérieur faisait 37 mm d'épaisseur.

En complément, le navire contenait 737 compartiments étanches (574 sous le pont blindé, 163 au-dessus) pour préserver la flottabilité en cas de dommages au combat.





L'artillerie principale était constituée de douze canons de 356 mm (14 pouces), en six tourelles doubles. Celles-ci étaient positionnées de manière symétrique avec deux tourelles superposées sur l'avant et l'arrière, et les deux dernières de chaque coté de la cheminée.
L'artillerie secondaire était constituée de seize canons de 152 mm (6 pouces), en casemate, huit sur chaque coté du navire. Ces pièces furent maintenues au cours des refontes.
En plus des canons cités précédemment, on trouvait à la construction 4 affuts simple de canons de 76 mm, mais aussi 6 tubes lance-torpilles sous-marins de 533 mm positionnées dans la coque, trois sur chaque bord.


Dernière édition par naga le Mar 17 Mai - 4:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le dernier combat d artillerie navale   Mar 17 Mai - 3:34

Le Fuso en 1928



Durant l'entre-deux-guerre, l'impossibilité pour les japonais de construire de nouveaux cuirassés obligea la marine impériale à moderniser les cuirassés existant.

Le Fuso n'échappa à la règle avec une première modernisation à la fin des années vingt suivit d'une autre entre 1930 et 1935 à l'Arsenal de Kure avec notament un allongement de 7.62m, la fusion des deux cheminées en une seule, de nouvelles turbines,les 24 chaudières d'origine pouvant fonctionner au charbon et au mazout furent remplacés par six nouvelles chaudières au mazout tandis que les superstructures avant furent totalement reconstruits avec la fameuse tour pagode caracteristique des cuirassés japonais.

Le blindage fût accru en quantité et amélioré en qualité surtout au niveau des machines et sous la ligne de flottaison, prennant en compte les leçons de la bataille du Jutland. En dépit du poids supplémentaire, les navires étaient plus rapides après la refonte qu'avant (25.4 contre 22 noeuds).

Au niveau de l'armement, les tubes lance-torpilles furent débarqués et en échange reçut 8 canons de 127mm et 16 mitrailleuses de 13.2mm. Une catapulte à poudre fût installée sur la tourelle n°3 (déplacée à la poupe au début de la seconde guerre mondiale). En 1937, deux canons de 152mm furent débarqués.

Kure modernisation 1933




La Pagode culmine a 40 metres au dessus de l eau




En dépit de ces améliorations, la marine impériale japonaise considérait les Fuso comme insuffisament blindés et trop lents pour suivre les porte-avions d'escadre. Ils restaient ainsi en réserve au Japon pour protéger la métropole mais aussi dans l'attente de la «bataille décisive», bataille qui comme chacun le sait n'eut jamais lieu.





Le Fuso participa pourtant à quelques opérations. Le 18 avril 1942, les B25 du colonel James Doolitle bombardèrent Tokyo, Yokosuka, Yokohama, Kobe et Nagoya et le Fuso appareilla pour tenter de rattraper les porte-avions japonais mais sans succès.

Quelques semaines plus tard, le Fuso participe aux débarquements dans les Aléoutiennes, la diversion de l'opération MI se déroulant à plusieurs milliers de kilomètres au sud à Midway. Le 8 juin 1943 alors qu'il était ancré à Hashirajima, le Mutsu cuirassé de classe Nagato explosa et le Fuso sauva des eaux 353 survivants.

Une fois Guadalcanal en leur possession en février 1943, les américains engagèrent la contre-offensive, contre-offensive qui commença par la conquête de la Nouvelle Guinée ce qui obligea les japonais à y envoyer des renforts. Le Fuso participa ainsi à l'escorte des convois renforçant les défenses de Truk et de Biak respectivement en août 1943 et juin 1944. A noter que les japonais envisagèrent la transformation des Fuso en cuirassés porte-avions comme les deux Ise mais y renoncèrent devant l'ampleur des travaux et la faiblesse désormais patente de l'aéronavale japonaise.

Comme on l a vu precedement,la bataille du detroit de Surigao a mene a la fin de ce grand cuirasse.
Le Fuso a ete rayé des registres le 31 août 1945.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le dernier combat d artillerie navale   Mar 17 Mai - 3:54

Le Yamashiro

Les japonais ne pouvant construire de cuirassés neufs avant 1937, ils durent moderniser profondément leurs cuirassés en service pour leur permettre de faire bonne figure dans une guerre moderne. Après une première modernisation en 1927/28, le sister-ship du Fuso fût profondément refondu entre décembre 1930 et mars 1935.

Les 24 chaudières à charbon et mazout Miyabara furent remplacés par 6 chaudières à mazout Kampon qui produisait une puissance presque deux fois supérieure (75000 contre 40000ch), les deux cheminées furent fusionnées en une, des bulges anti-torpilles furent installés ce qui élargissait le navire d'un mètre, la coque fût allongée de sept mètres pour compenser le poids supplémentaire, les blindages de pont furent accrus, l'élévation de l'armement principal passa de 30 à 43°,

8 canons de 127mm furent installés tout comme 8 mitrailleuses de 13.2mm et 2 canons de 40mm alors que les tubes lance-torpilles étaient débarqués, les superstructures avant reconstruites sous la forme d'une tour pagode et une catapulte installée sur la tourelle centrale arrière qui à la différence du Fuso étaient orientées dans le même sens que la tourelle centrale avant (elle fût ensuite installée à la poupe pour réduire le poids dans les hauts). En 1937, deux canons de 152mm furent débarqués.


Chantier de modernisation sur le Yamashiro





C'est ainsi que les Fuso passèrent une grande partie de leur carrière en réserve au Japon, ne quittant que parcimonieusement les eaux territoriales : du 8 au 13 décembre 1941, ils furent présents aux îles Bonins et le 18 avril 1942 poursuivirent sans succès les porte-avions Hornet et Enterprise qui venaient de bombarder plusieurs villes japonaises (Le Hornet portait les bombardiers B25 de Doolitle alors que l'Enterprise était chargé de sa protection). Ils participèrent enfin au volet Aléoutiennes de l'opération MI contre Midway.





Après un carénage du 18 au 22 juillet 1943, les deux Fuso participèrent au renforcement de Truk, le Fuso y arrivant le 23 août avec des troupes et du matériel divers, bientôt rejoint (20 octobre) par le Yamashiro. Le 5 décembre 1943 alors qu'il effectuait le trajet retour entre Truk et le Japon, il est touché par une torpille tout comme le Junyo mais les torpilles n'explosent pas, laissant le cuirassé indemne.



Coule comme son sister ship au detroit de Surigao.


L origine des noms des cuirasses:

Le FUSO tire son nom de la très ancienne province homonyme, disparue depuis fort longtemps mais qui passe pour le berceau traditionnel de l'ancienne structure clanique japonaise. FUSO signifie « Divin pays des muriers ».

L’ancienne province de YAMASHIRO (dont le nom signifie « forteresse dans la montagne ») est aussi un des berceaux du Japon : s’étendant sur l’actuelle plaine du Kansai qui va de Ōsaka à Kyōto, elle compte les villes de Heian, Nagaoka et Otsu qui furent tour à tour capitales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5519
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Le dernier combat d artillerie navale   Mar 17 Mai - 4:11

Les cuirasses Yamashiro,le Fuso et l haruna au mouillage




L impressionnante Pagode du Yamashiro







source
wikipedia.com
forummarine.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dernier combat d artillerie navale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dernier combat d artillerie navale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DYRHAM / DEORHAM, le dernier combat des Britto-romains
» Marie-Antoinette, Malesherbes le dernier combat
» la mort du roi Tsongor, quelles LA ?
» LE SECOND COMBAT ESCHATOLOGIQUE ET LE JUGEMENT DERNIER
» Identification uniforme second empire artillerie?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Pacifique-
Sauter vers: