Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cuirasses japonais hybride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5186
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Cuirasses japonais hybride   Mar 12 Juil - 0:56

La Classe Ise fut la seconde classe de cuirassés de 1e classe de type Dreadnought de la Marine impériale japonaise. La première étant la classe Fusō.

Initialement conçu comme une classe jumelle de la classe Fusō, les deux cuirassés furent suffisamment différents pour justifier d'une classification distincte.
Le gaillard d'avant était plus court et la disposition de l'artillerie principale, au calibre de 356 mm, différait en ce que les deux tourelles centrales étaient groupées, superposées, en arrière de second cheminée, alors qu'elles étaient installées de part et d'autre de la seconde cheminée, pour la classe Fuso.




Cette classe bénéficia, comme tous les grands bâtiments cuirassés japonais, d'une modernisation, en 1934-1936, pour le Hyuga et en 1935-1937, pour l'Ise. L'artillerie secondaire perdit les deux casemates avant, qui étaient peu utilisables par gros temps, et reçut huit pièces de 127 mm Type 891, à double usage et 20 canons antiaériens de 25 mm Type 96. Une nouvelle motorisation porta la puissance installée de 45 000 chevaux à 80 000 chevaux et la vitesse passa à 25 nœuds.

Cuirasse Ise en 1921




Conversion en porte-hydravions

Après la bataille de Midway, comme ils étaient un peu plus rapides que les cuirassés de la classe Fuso, ils furent choisis pour être transformés en bâtiments hybrides, cuirassés-porte-avions. Les deux tourelles arrières furent remplacées par un hangar surmonté d'un pont d'envol et doté d'un ascenseur. Une deuxième catapulte fut ajoutée. Placées sur chaque bord et accessibles depuis le toit du hangar, ces catapultes étaient prévues à l'usage des hydravions dont ils devaient être dotés.
Les canons en casemate furent débarqués et 8 canons antiaériens de 127 mm en affut double furent ajoutés, pour un total de 16. Le nombre de canons antiaériens de 25 mm Type 96 fut lui aussi augmenté.
Ils pouvaient embarquer 22 avions : 14 bombardiers en piqué Yokosuka D4Y Suisei et 8 hydravions biplace Aichi E16A Zuiun.




source
wikipedia.fr


Dernière édition par naga le Mar 12 Juil - 1:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5186
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Cuirasses japonais hybride   Mar 12 Juil - 1:04

Cuirasse Ise

L'Ise est mis sur cale aux chantiers navals du groupe Kawasaki Heavy Industries installés à Kobe le 5 mai 1915 lancé le 12 novembre 1916 et admis au service actif le 15 décembre 1917, rattaché au district naval de Kure.



Admis au service actif à une époque où aucune menace ne justifiait un déploiement de cuirassés, le Ise ne participa à sa première opération qu''au début des années vingt quand le Japon intervint en Sibérie pour soutenir les armées blanches contre les bolchéviques (août 1918-octobre 1922).

Le 12 avril 1922 alors qu'il était ancré à Yokohama, le prince de Galle, Edouard (futur Edouard VIII) et son cousin, le futur Lord Mounbatten of Burma visitèrent le navire. L'Ise passa le plus clair de son temps à patrouiller au large des côtes chinoises, un pays en pleine instabilité sur lequel lorgnait Tokyo.

Une succession de refonte

Le traité de Washington interdisant toute construction de cuirassés jusqu'au 31 décembre 1936, les différentes marines n'avaient d'autre choix que de moderniser leurs vieux cuirassés pour maintenir leur puissance navale à un niveau descent.

Une première refonte eut lieu en 1928-1929 à l'Arsenal de Kure avec le remplacement des superstructures avant par la tour-pagode, marque distinctive des cuirassés japonais, un échappement incurvé équipa la cheminée avant, une plate-forme aviation installée sur la tourelle double n°5 ainsi qu'une grue.

Une refonte plus complète eut lieu du 20 novembre 1931 au 10 février 1932 toujours à l'Arsenal de Kure. Les travaux consistèrent en un raccoursissement du mat principal, le remplacement des canons de 76mm antiaériens par huit canons de 127mm type 89, l'installation de deux affûts doubles de 40mm, le débarquement des canons de 140mm sous bouclier tandis que la plate-forme aviation était remplacée par une catapulte qui fût suivit d'une deuxième le 14 mai 1933 avec trois hydravions.





Une véritable reconstruction immobilisa l'Ise du 1er août 1935 au 27 mars 1937 toujours à l'Arsenal de Kure. L'appareil propulsif est entièrement remplacé par de nouvelles turbines et les 24 chaudières mixtes charbon/mazout remplacées par 8 chaudières à mazout.

La cheminée arrière fût ainsi débarquées et la coque allongée de 7.62m, des bulges anti-torpilles sont installés et les tubes lance-torpilles sous marins sont débarqués.

Au niveau de l'artillerie principale, l'élevation maximale passe pour toutes les tourelles (sauf la n°6) à 43° et l'élévation de l'artillerie secondaire passe de 20 à 30° augmentant la portée maximale de 15800 à 19100m. Les quatre canons de 40mm Vickers sont remplacés par dix affûts doubles de 25mm type 96. Les catapultes installées en 1931 et 1933 sont remplacés par une catapulte plus moderne.


Une carrière sans gloire........

En dépit de cette modernisation, les Ise (comme d'ailleurs les Fuso) étaient considérés comme trop vieux pour être engagés au combat. Leur vitesse de 25 noeuds les empêchaient de pouvoir accompagner les porte-avions et à part une sortie aux îles Bonin du 8 au 11 décembre 1941 et une infructueuse poursuite des porte-avions Hornet et Enterprise engagés de le raid Doolitle le 18 avril 1942, ils ne quittèrent pas le Japon.

En mai, l'Ise eut un accident : une voie d'eau innonda la salle des machines n°2 et durant les réparations au bassin, il fût l'un des premiers navires japonais à recevoir le radar type 21.


A la bataille de Midway, la marine japonaise perdit quatre porte-avions avec leurs groupes aériens les plus entrainés. Pour compenser cette perte, la marine japonaise décida de transformer les Ise en porte-avions pour pouvoir embarquer 54 avions.

Devant le manque de temps et de ressources, la marine japonaise décida de se limiter à la transformation des Ise en hybrides de cuirassés et de porte-avions.

A l'origine, il était prévu de débarquer les tourelles n°3 à 6 et de les remplacer par un hangar et un pont d'envol de 110m mais pour ne pas perdre trop de puissance offensive, on ne débarqua que les tourelles n°5 et 6 qui furent remplacées par un hangar et un pont d'envol de 70m, suffisant pour lancer des appareils terrestres mais insuffisant pour l'appontage des 22 appareils embarqués. Deux catapultes model 11 de 25m furent installés à l'avant du pont d'envol pour l'envoi d'hydravions.
La DCA fût renforcée : les 8 canons de 127mm d'origine furent remplacés par 16 canons de 127mm en affûts doubles, le nombre de canons de 25mm fût porté de 20 à 57 en 19 affûts triples. L'Ise fût également équipé d'un radar type 21 de veille aérienne et deux radars type 22 de veille surface.

L'Ise devenu hybride




Deux types d'appareils furent embarqués sur ces drôles de navires : 11 bombardiers en piqué Yokosuka D4Y2 Suisei («Judy») et 11 hydravions Aichi E16A Zuiun («Paul»), les premiers devant une fois la mission accomplie se poser sur un porte-avions classique tandis que les seconds étaient récupérés par la grue du bord. Au final, les Ise embarquèrent 14 Zuiun et 8 Judy.

La reconstruction commença officiellement le 23 février 1943 et s'acheva le 8 octobre 1943. Les tests et l'entrainement durèrent jusqu'à l'automne 1944, entrainement inutile car l'Ise ne participa à aucune opération dans sa configuration prouvant l'inanité du concept. Les avions prévus pour les hybrides furent utilisés depuis la terre et les Ise utilisés comme cuirassés classiques.

L'Ise effectua notament une sortie en direction de Truk en octobre 1943 pour couvrir un convoi transportant un détachement de la 52ème division d'infanterie et des fournitures.

Ise en 1944



En refonte à Kure en mai 1944, l'Ise reçut 47 canons de 25mm supplémentaires répartis en 12 affûts triples et 11 affûts simples portant le total à 104 canons. Deux IFF type 2, deux radars de veille air type 13 et un détecteur de radar E27 furent installés. A la fin du mois de septembre 1944, six lance-roquettes à 30 tubes de 127mm furent installés pour renforcer la DCA mais on peut se douter de l'efficacité de cet armement pour la DCA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5186
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Cuirasses japonais hybride   Mar 12 Juil - 1:18

Fin de carrière

L'Ise participa au sein de la 4ème division de porte-avions (Junyo, Ise et Hyuga) à la bataille du Cap Engano le 25 octobre 1944 dans le cadre de la bataille de Leyte :

Après l'envoi de reconnaissances, une première vague est lancée par la TF38 un peu avant 6h du matin. Elle attaque à 8h40, détruisant 15 Zero et coule le porte-avions Chitose tandis que le croiseur léger Tama torpillé doit se replier sur Okinawa. La seconde attaque à 10h10 avarie les trois porte-avions restants. Vers 11h comprenant qu'il était tombé dans un piège, Halsey renvoie vers Samar le TG 38.2 (Intrepid, Independence Cabot) et la TF34 (six cuirassés sept croiseurs et des destroyers)
Cela n'empêche pas la TF38 de lancer trois autres raids contre l'amiral Ozawa. La troisième vague comprend 200 avions décollant du Lexington, de l'Essex, du Langley et du Franklin qui attaquent à 13h10 visant notament le cuirassé Hyuga, le croiseur léger Tama et un destroyer ainsi que les porte-avions Zuikaku (qui incendié finira par couler) et le Zuiho qui bien que touché ne ralentit.




Une quatrième vague est lancée à 13h15 et l'attaque à lieu une heure et demi plus tard à 14h45 alors que le Zuikaku à coulé depuis une demi-heure (il était le dernier des six porte-avions à avoir attaqué Pearl Harbor). Le Zuiho est coulé à 15h26 mais l'Ise frôlé par quatre bombes est indemne.

La cinquième vague décolle à 16h10. Composée d'appareils de l'Essex, de l'Enterprise, du Lexington, du Franklin et du Langley, elle attaque peu après 17h mais sans résultat, l'Ise et le Hyuga bien manoeuvrés et disposant d'une DCA agressive ajouté une dose de chance et la fatigue des pilotes américains parvenant à rentrer au Japon.

Le Chiyoda dernier porte-avions encore à flot est achevé par les croiseurs etl es destroyers du contre-amiral DuBose. Le sacrifice du destroyer Hatsuzuki permet aux destroyers Wakatsuki et Kuwa de s'échapper. La force américaine se replie cependant car Ozawa avec l'Ise, le Hyuga, le croiseur léger Oyodo et le destroyer Shimotsuki se rapprochait pour porter assistance aux trois destroyers.

L'Ise à relativement souffert de cette bataille, étant attaqué par 85 bombardiers qui ne portèrent aucun coup au but mais les 34 coups à toucher firent leur oeuvre : les plaques de blindage rompirent et la salle des chaudières babord fût endommagé et la catapulte babord était également endommagé. Les pertes humaines étaient heureusement plus faibles : 5 tués et 71 blessés.

De retour au Japon le 27 octobre 1944, les catapultes furent débarqués pour augmenter le champ de tir des tourelles n°3 et n°4. Déployé à Lingga et Singapour au début de 1945 pour l'opération Kita, une opération de transport de matière stratrégique mais le 6 février 1945, il fût légèrement endommagé par une mine.

De retour au Japon le 19 février 1945, l'Ise ne quitta plus Kure du 25 février 1945 à la capitulation japonaise. Le 19 mars 1945, pas moins de 245 avions de la TF58 attaquèrent Kure et l'Ise fût touché par deux bombes.

Placé en réserve le 20 avril 1945, l'Ise fût remorqué à Ondo Seto entre Kure et Kurahashijima pour servir de batterie flottante antiaérienne. Attaqué de nouveau le 24 juillet par 60 avions et l'Ise encaissant quatre bombes qui l'endommagèrent gravement.


L Ise sous les bombes




Le 28 juillet 1945, il fût victime d'une nouvelle attaque : cinq bombes de 454kg furent lancés par les Corsair du USS Hancock. Onze autres bombes furent lancés par les avions de la TF58 et le cuirassé coula en eaux peu profonde.

Rayé des registres le 20 novembre 1945, l''épave étant démantelée entre le 9 octobre 1946 et le 4 juillet 1947.

Le 28 juillet 1945, il fût victime d'une nouvelle attaque : cinq bombes de 454kg furent lancés par les Corsair du USS Hancock. Onze autres bombes furent lancés par les avions de la TF58 et le cuirassé coula en eaux peu profonde.

Rayé des registres le 20 novembre 1945, l''épave étant démantelée entre le 9 octobre 1946 et le 4 juillet 1947.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5186
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Cuirasses japonais hybride   Mar 12 Juil - 1:26

Cuirasse Hyuga

Le Hyuga à été mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 6 mai 1915, lancé le 27 janvier 1917 et admis au service actif le 30 avril 1918 étant basé à Sasebo (1ère division de cuirassés).

Le 24 octobre 1919 alors qu'il effectuait une campagne de feu au large de la péninsule de Boso (qui est la côte fermant à l'est la baie de Tokyo), une explosion dans la tourelle n°3 tue 11 marins et en blesse 25 l'obligeant à regagner l'Arsenal de Yokosuka pour réparations. Au mois d'août 1920, il participa aux opérations japonaises au large de la Sibérie.

Une première refonte eut lieu en 1927-28 à l'Arsenal de Kure avec le remplacement des superstructures avant par la tour-pagode, marque distinctive des cuirassés japonais, un échappement incurvé équipa la cheminée avant, une plate-forme aviation installée sur la tourelle double n°5 ainsi qu'une grue.



Une refonte plus complète eut lieu de 1928 à 1931 toujours à l'Arsenal de Kure. Les travaux consistèrent en un raccoursissement du mat principal, le remplacement des canons de 76mm antiaériens par huit canons de 127mm type 89, l'installation de deux affûts doubles de 40mm, le débarquement des canons de 140mm sous bouclier tandis que la plate-forme aviation était remplacée par une catapulte qui fût suivit d'une deuxième le 14 mai 1933 avec trois hydravions.

Une véritable reconstruction immobilisa l'Hyuga du 24 octobre 1934 au 7 septembre 1936 toujours à l'Arsenal de Kure. L'appareil propulsif est entièrement remplacé par de nouvelles turbines et les 24 chaudières mixtes charbon/mazout remplacées par 8 chaudières à mazout.
La cheminée arrière fût ainsi débarquées et la coque allongée de 7.62m, des bulges anti-torpilles sont installés et les tubes lance-torpilles sous marins sont débarqués.

Au niveau de l'artillerie principale, l'élevation maximale passe pour toutes les tourelles (sauf la n°6) à 43° et l'élévation de l'artillerie secondaire passe de 20 à 30° augmentant la portée maximale de 15800 à 19100m. Les quatre canons de 40mm Vickers sont remplacés par dix affûts doubles de 25mm type 96. Les catapultes installées en 1931 et 1933 sont remplacés par une catapulte plus moderne.

Remis en service le 1er décembre 1936, le Hyuga participa l'année suivante aux opérations de la deuxième guerre sino-japonaise (1937-45). Le 21 août 1937, il débarqua à Port Arthur les soldats de la 3ème force spéciale de débarquement de Sasebo soit 2000 hommes avant de gagner en septembre le sud de la Chine pour une mission de blocus des côtes chinoises. Cette mission se poursuivit l'année suivante dans le sud de la Chine.

Le 30 juin 1940, le Hyuga arriva à Yokohama venant de Dairen, transportant l'empereur fantôche Pu-Yi durant une visite d'état au Japon avant de servir de navire d'entrainement du 16 juillet 1940 au 23 février 1941.

Le 24 février 1941, l'Ise accompagné par le croiseur de bataille Hiei appareilla de Sasebo pour participer à des opérations au large de la Chine jusqu'à la fin du mois de mars.





Une guerre peu active (1941-1943)

Le 26 novembre 1941, le Hyuga gagna Hashirajima pour préparer l'opération Z, l'attaque de Pearl Harbor. Le Hyuga et le Ise n'étaient pas destinés à participer au raid mais devait servir de flotte de réserve, peut être pour soutenir Nagumo si la flotte américaine avait repéré les porte-avions américains.

Les Ise n'étaient pas les seuls navires concentrés en baie d'Hiroshima puis dans les îles Bonin avec les cuirassés Nagato et Mutsu, le porte-avions léger Hosho et 10 destroyers.

De retour à Hashirajima le 13 décembre, la 2ème division de cuirassés (Ise et Hyuga) reprit sa mission d'alerte entrecoupée d'entrainements en mer Intérieure.

Le 4 mars 1942, la TF16 de l'amiral Halsey organisée autour de l'Enterprise bombarda les îles Marcus à 2000 km de Tokyo. Les porte-avions Shokaku et Zuikaku reçurent l'ordre le 6 mars d'intercepter les forces de «Bill» Halsey en cas de menace contre le Japon. Le 11 mars, le Ise et le Hyuga se joignirent à la traque en compagnie de deux croiseurs légers et de destroyers mais les forces japonais ne trouvèrent rien et regagnèrent leurs ports le 15 mars 1942.

Le 18 avril 1942, les B25 du lieutenant colonel Doolitle bombardèrent le Japon après avoir décollé du porte-avions Hornet. Les 16 bombardiers américains provoquèrent des dégâts insignifiants sur Tokyo Yokohama, Osaka, Nagoya et Kobe, les dégâts les plus graves concernant le porte-avions Ryuho, endommagé à Yokohama. Comme au mois de mars, la 2ème division de cuirassés tentant de retrouver les navires américains mais échoua à nouveau. Le Hyuga était de retour à Hashirajima le 22 avril 1942.

le 5 mai 1942, les deux Ise appareillèrent pour un exercice de tir en compagnie de la 1ère division de cuirassés (Nagato et Mutsu) mais au cours de cette école de feu, un obus explosa dans le canon gauche de la tourelle n°5 provoquant la mort de 51 morts, les deux soutes arrière furent inondés pour sauver le navire.

Le Hyuga regagna Kure pour réparations alors que l'Ise regagnait Hashirajima. Les réparations immobilisèrent le cuirassé du 6 au 25 mai 1942 mais la tourelle n°5 ne fût pas réparée, elle fût débarquée et à la place furent installés trois affûts triples de 25mm.

Du 29 au 14 juin 1942, le Hyuga et son sister-ship participèrent à l'opération MI, plus précisément aux Aléoutiennes en diversion de l'attaque principale sur Midway en compagnie des croiseurs légers Kitakami et Oi, 12 destroyers et des pétroliers.


......Avant une nouvelle reconstruction

A la bataille de Midway, la marine japonaise perdit quatre porte-avions avec leurs groupes aériens les plus entrainés. Pour compenser cette perte, la marine japonaise décida de transformer les Ise en porte-avions pour pouvoir embarquer 54 avions.

Devant le manque de temps et de ressources, la marine japonaise décida de se limiter à la transformation des Ise en hybrides de cuirassés et de porte-avions.

A l'origine, il était prévu de débarquer les tourelles n°3 à 6 et de les remplacer par un hangar et un pont d'envol de 110m mais pour ne pas perdre trop de puissance offensive, on ne débarqua que les tourelles n°5 et 6 qui furent remplacées par un hangar et un pont d'envol de 70m, suffisant pour lancer des appareils terrestres mais insuffisant pour l'appontage des 22 appareils embarqués. Deux catapultes model 11 de 25m furent installés à l'avant du pont d'envol pour l'envoi d'hydravions.



La DCA fût renforcée : les 8 canons de 127mm d'origine furent remplacés par 16 canons de 127mm en affûts doubles, le nombre de canons de 25mm fût porté de 20 à 57 en 19 affûts triples. L'Ise fût également équipé d'un radar type 21 de veille aérienne et deux radars type 22 de veille surface

Deux types d'appareils furent embarqués sur ces drôles de navires : 11 bombardiers en piqué Yokosuka D4Y2 Suisei («Judy») et 11 hydravions Aichi E16A Zuiun («Paul»), les premiers devant une fois la mission accomplie se poser sur un porte-avions classique tandis que les seconds étaient récupérés par la grue du bord. Au final, les Ise embarquèrent 14 Zuiun et 8 Judy.

La reconstruction commença officiellement le 1er mai 1943 et s'acheva le 18 novembre 1943. Les tests et l'entrainement durèrent jusqu'à l'automne 1944, entrainement inutile car le Hyuga ne participa à aucune opération dans sa configuration prouvant l'inanité du concept. Les avions prévus pour les hybrides furent utilisés depuis la terre et les Ise utilisés comme cuirassés classiques.

Mis au bassin le 24 mai 1944, il reçut 24 canons de 25mm en huit affûts doubles portant le total des canons de ce calibre à 104. Il reçut également deux radars de veille surface type 22, deux radars de veille air type 13 et un détecteur d'alerte radar E27. Au mois de septembre 1944, six lance-roquettes à 30 tubes de 127mm furent installés pour renforcer la DCA mais on peut se douter de l'efficacité de cet armement pour la DCA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 5186
Age : 52
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Cuirasses japonais hybride   Mar 12 Juil - 1:37

Fin de carrière (1944-1945)

Les 24 et 25 octobre, les deux hybrides participèrent à la bataille de Leyte comme cuirassés, les avions qu'ils devaient embarqués étant basés à Formose mais avaient été décimés par la TF38. Le 24 octobre 1944 en début d'après midi, les deux hybrides furent repérés par des avions de la TF38 mais le temps que l'information soit répercuté, il était trop tard.

Le lendemain, 25 octobre, les Ise et Hyuga furent engagés dans la bataille du Cap Engano, étant attaqués toute la joutnée par les avions de l'Enterprise, de l'Essex, de l'Intrepid, du Franklin, du Lexington, de l'Independence, du Belleau Wood, du Langley, du Cabot et du San Jacinto qui lancèrent 527 sorties en cinq vagues. Le Hyuga fût légèrement endommagé par les «coups à toucher» affichant une gite de 5°. Son sort fût plus enviable que les porte-avions Zuiho, Chitose et du destroyer Akizuki qui fût coulé.

De retour au Japon le 27 octobre 1944, le Hyuga perdit ses deux catapultes pour augmenter le champ de tir des tourelles n°3 et 4. Le 11 novembre 1944, les deux Ise appareillèrent pour Manille en compagnie de trois destroyers, transportant 1000 mètres cubes de munitions mais aussi des éléments du 3110th Naval Construction Battalion (Setsueitai). A l'annonce d'importants raids aériens sur Manille, les deux hybrides se replièrent sur les Spratley où il arrivèrent le 16 novembre.

Quittant les îles le 20 novembre 1944 en compagnie de l'Haruna et des croiseurs Ashigara, Haguro et Oyodo plus des destroyers, il arriva à Lingga à proximité de Singapour le 22 novembre, restant jusqu'au 10 décembre 1944. le 12 décembre, il quitta Lingga pour Cam Ranh où il arriva le 14 décembre 1944. Il gagna ensuite Singapour où il arriva le 1er janvier 1945.

Du 7 au 11 février 1945, le Hyuga et le Ise participèrent à l'opération Kita («North»), le transport de matériaux stratégique entre Singapour et le Japon mais le 7 février, il fût légèrement endommagé quand une mine magnétique détona. Echappant à plusieurs attaques de sous marins, les Ise et Hyuga arrivèrent à Kure le 20 février 1945.

La 4ème division de porte-avions est dissoute le 1er mars 1945 et le Hyuga comme son sister-ship est placé en réserve. Le 19 mars 1945, la TF58 de l'amiral Mitscher attaqua l'Arsenal de Kure où se trouvaient les Hyuga, Ise, Yamato, Haruna et les porte-avions Amagi, Katsuragi, Ryuho et Kaiyo.

Le Hyuga reçut trois bombes provoquant la mort de 37 membres d'équipage (52 sont blessés) ainsi que de nombreux dégâts matériels, dégâts aggravés par les nombreux coups à toucher. Les canonniers japonais revendiquèrent la destruction d'un Helldiver. Une autre attaque menée le 28 mars échoua.

Le 1er juin 1945, le Hyuga, le Ise, le Nagato et le Haruna furent affectés à la flotte spéciale de défense côtière. Le 24 juillet, plus de 200 avions de la TF38 attaquèrent la région de Kure.

Le cuirasse Hyuga sous les bombes




De 9h15 à 16h30, le Hyuga fût attaqué à six reprises, encaissant 10 bombes tandis que 30 autres étaient à toucher. Le mitraillage causa des pertes sévères à l'équipage. Durant l'avant-dernière attaque, trois bombes provoquèrent une série d'incendies, le cuirassé finissant par couler le 26 juillet par la poupe. 200 marins furent tués et 600 blessés et évacués.





Le 29 juillet 1945, 24 Consolidated B24 Liberator de la 7th Air Force attaquèrent à nouveau le Hyuga et l'épave fût définitivement abandonné par son équipage le 1er août 1945.



Rayé des registes le 20 novembre 1945, l'épave fût inspectée par les américains le 30 novembre. L'épave fût relevée et démantelée entre le 2 juillet 1946 et le 4 juillet 1947.


source
forummarine.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cuirasses japonais hybride   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cuirasses japonais hybride
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» thé vert japonais
» haiku japonais
» haïku japonais (traduit)
» Elfen Lied ou quand les Japonais font parfois très fort
» une ecole de japonais sur casa?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Pacifique-
Sauter vers: