Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 5:27

Bonjours,  je ne sais même pas encore par quoi je vais commencer, en raison, que cela na jamais encore été évoquer  dans certains sujet qui ont énumérer  certains navire russe.
Mais je suppose, qu'il faut en premier commencer par vous indiquer juste la base pour la hiérarchie des unités dans la Marine Rouge.

En Premier ont trouvera l'unité Flotte. Elle est égale à un Front dans l'unité terrestre.
Et entre 1941-1945 il existait ces différentes flottes:
ChF = Flotte de la mer Noir et la Base du commandement de la Flotte se trouvait à Sebastopole.( Ont peut énumérer, que l'unité = à l'unité Francaise de commandement d'une zone Maritime).

TOF = Flotte de la mer du Pacifique et la Base du commandement de la Flotte se trouvait à Poliyarni
SF = Flotte du Nord et la base du Commandement de la flotte se trouvait à Severnomorsk
KBF = Flotte Rouge de la mer Baltique et la base du Commandement de la flotte se trouvait à Kronstadt (région de Kaliningrad).

Donc chaque Flotte disposait des unités d'Escadre navale.
Est chaque Escadre navale disposait soit des unités de Brigade ou de Division. (C'est là que cela se corse un peu). L'unité Brigade = était commandé entre un Capitaine de 2ème Rang = Capitaine de Frégate ou un Capitaine de 1er Rang = Cpt. de Vaisseau jusqu'à un Contre Amiral.

Ainsi ont peut dire, que une unité de Brigade navale de l'armée Rouge = à un Régiment de l'armée Rouge Terrestre.
Et sous les unités de Brigades, subalterner à leurs commandement ont trouvera l'unité Division. = à l'unité Flotille.
Puisque chez les russes, ont trouvera la dénomination Division (Divizion) pour une unité Terrestre = Bataillon d'artillerie ou dans la marine.

Et ainsi ici, identiquement, les Grades seront Entre Capitaine de 2ème Rang (Cpt. De Frégate jusqu'à Cpt. De 1er Rang = Cpt. De Vaisseau)

Et chaque Division, disposait comme chez nous, un nombre équivalent de navires ou de sous marins.
Mais chez eux, la différence résidait, que dans une division, se trouvait toujours la série identique qui a été fabriquer.
Ainsi une unité Escadre navale disposait de 2 Brigades navale  + 1 Brigade Ecole + 1 Flottille autonome Ecole.
Et une Brigade Navale était composé en moyenne entre 3-4 Flottilles. (2 dans la Brigade Ecoles, qui elle disposait de plusieurs type de sous marins)
Et le nombre de navire ou de sous marins, composant une flottille cela différait suivant la force du sous marin, ou de son poids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 13:55

Bien encore les dernières informations supplémentaires, pour que vous arriviez a suivre.
Comme dans tous les pays qui ont construit des sous marins. Les sous marins, construit était de différentes classe.
Du temps de Staline, puisque ont ne vas tout de même pas remonter au temps de Lenine. Les différentes Classes construite étaient:

La plus ancienne classe était ce de la classe "Decabrist" = "D" mais il ne disposait plus beaucoup de ses sous marins de l'ancienne classe d'attaque.
Et il y avait encore ce des Rares, que ont pouvait trouvé dans les divisions école de formations. La classe Pravda "P" = Verité.
Les sous marins de la Classe "V" qui ont été loué par la Grande Bretagne (Vikers Armstrong) en tant qu'aide.

Et enfin arrive la première classe intéressante c'est la classe Malyuka "M" = Bébé, dénomination donné en raison qu'il était le plus petit des sous marins. 205/260 Tonnes de déplacement.

Puis arrive la classe "Shhuka" Shh ou Sch, = "Le Brochet" 650/750 Tonnes de déplacement.

Et de la classe suivante, dont je vais vous en parler c'est la Classe Stalinist ou moyen mais je pense en premier pour "Stalinist". "S" et qui cette classe a été développé ayant des caractéristique similaire avec le Type VII Allemand. 780/1050 Tonnes de déplacement.

La classe supérieure, ou plus grosse au dessus du Stalinist, était le "L" et quel nom commence par la lettre L? Lenine bien sûr, donc ici c'était le "Leninist" cette classe était plutôt réservé pour les tâches de mouillage de mine. 1100/1312 Tonne de déplacement.

Et la dernière classe était aussi la plus lourde des classes, la classe "K" la lettre K = "croiseur" et avait un tonnage de déplacement de 1390/2600 Tonne.

Et pour la production entre le Type "K" qui était 11 sous marins de cette classe construite, jusqu'à la classe "M" ou 110 de cette classe ont été construit. La différence, est simple, la taille des engins.
Les sous marins de la classe "M" avait une autonomie jusqu'à 10 jours.
Et ce de la Classe "K" = 50 jours.

Ainsi dans les future sujets, je vais aborder classe par classe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 16:07

Et juste encore mon petit oublie.
Comme mon sujet détient la dénomination Série "S", ici la classe elle a été construite en 2 série de production. La série IX et IX bis, dons identiquement comme aux chars, ici il y aura des modificiations.
En tout, les Russes avait construit XIV séries, de sous marins contenant les différentes classes.
Mais en comptabilisant les séries "bis" avec, ont arrive ainsi a 18 séries construite, dont la classe Shhuka, elle a été construite sous 6 séries, et la classe Leninist,  sous 4 séries.
Bien commençons donc.

Citation :
La Position des sous-marins de tonnage de déplacement moyen, ou simplement des sous marins de la classe moyenne - étaient les bateaux  les plus gros de cette classe construit dans les années de la Seconde Guerre mondiale. Typiquement ont pourrait les dénommés le jumeaux allemand du type VII et qui a été dénommé "S" série IX  dans la production soviétique. Cependant, il est peu surprenant, car ils sont réellement - jumeaux.

L'histoire de la création de la série la plus imposante des sous-marins de la Seconde Guerre mondiale se réfère à 1932. Quand un groupe d'experts sous-marins russes a voyagé à La Haye pour visiter le Bureau de Design (Ingénieur Kontor vor Shiffbau) Néerlandais (IVS en abrégée). Le Directeur du Bureau était l'ancien commandant de la flotte sous-marine du Kaiser Blum et le directeur technique – était un concepteur bien connu des sous-marins de la flotte Dr. Hans Tehel. Le bureau appartenait à la société allemande "Deschimag Weser" qui eux était spécialisée dans la conception et la supervision de la construction de sous-marins pour les différents pays. IVS étaient complété avec des spécialistes allemands hautement qualifiés détenant une richesse d'expérience dans la construction de sous-marins de la dernière guerre mondiale, et leurs principal objectif était de sauver l'honneur de l'époque des "boites à conserve", alors que a l'Allemagne selon les termes du Traité de Versailles leurs était interdit de créer leur propre force sous-marine. Le Bureau a déjà signé des contrats pour  la conception d'un certain nombre de sous-marins, notamment destiné à la Finlande, pour le Japon et pour l'Espagne. Ce dernier, avait la désignation E-1, a attiré l'attention de la délégation soviétique. L'intérêt était réciproque - les Allemands avaient besoin de la réalisation de leurs produits pour financer le développement, et les russes avait un besoin d'une bonne expérience dans la création de sous-marins et de la technologie de pointe. Après l'étude faite par IVS, les russes ont préparé un accord en vertu duquel la société "Deschimag" doit concevoir en fonction des données tactiques et technique un projet de sous marin moyen, ainsi que pour aider à placer un certain nombre de contrat aux entreprises allemandes, mais d'abord les Soviétiques voulaient avoir une garantie de fabrication des futures éléments que devait contenir le navire. À cette fin, le comité a proposé une visite à Cartagena, où ont été effectués les tests de l'E-1.

Bien alors ici, je vais de suite changer de source, en raison, que ici, ont arrive sur un de mes anciens sujets, parce que cela ma tout de suite fait tilt en lisant la dénomination " Ingénieur Kontor vor Shiffbau) Néerlandais (IVS en abrégée)" et "E-1".
Et voici ce que j'avais déjà traduit précédemment sur un autre forum.
Comme cela au moins, vous pourrez plus sagement en discuté, en ayant toutes les informations. Et non simplement en ayant eu la moitié des informations.
Donc pour la préhistoire de la construction des sous marins russe de la Série IX.


Citation :
le projet "arc en ciel" nous ramène suivant l'auteur qui a dénommé ainsi son chapitre "Frank W. Die Wölfe und der Admiral. — Oldenburg: Stalling, 1953." (Les loups et l'Amiral) plein dans les années dites "années d'entre les deux guerres".
soit entre les années 1920 et 1930. donc bien avant l'arrivé au pouvoir d'Hitler.

Ainsi ici, ont vas une fois commencer à discuté sur ce sujet...
projet Allemand \"arc en ciel" construction de u-boot a écrit:
2. Perspective Arc en ciel (1920-1935). (*)

Au fil des ans, tachetés de la mémoire des horreurs de la guerre sous-marine. Des milliers de nouveaux navires sillonnaient a nouveau la mer pacifiquement, la guerre a été bannis, ou du moins ce n'était plus un sujet de discussion. Mais les Anglais ne l'eurent pas oublié sa "plus grande heure du jugement», comme l'avait dénommé l'amiral jellicoe "la menace sous-marine". Lors de la conférence navale britannique, il fut utiliser toutes sortes d'arguments pour convaincre les autres puissances maritimes d'adopter le système de convoi, et qui allait rendre les sous-marins une armes obsolètes, et qu'ils ne peuvent pas continuer à résister au moyens 'anti-sous-marin qui serons développé dans les guerres futures et qui seront destinés à ne jouer qu'un rôle de soutien.

Lors de ses négociations sur les questions, l'Allemagne n'a pas participé, comme elle a cessé d'être une puissance navale. Sa petite marine - Reichsmarine - se composait de plusieurs navires de surface obsolètes. L'expérience accumulée par les chantiers navals allemands pour la construction de sous-marins, la plus vaste expérience dans le monde - est resté non sollicité.

Cependant, dans ces années, un petit groupe d'Allemands travaillant dans le bureau d'études d'une entreprise de construction navale néerlandaise. (**)
(*) Pour quelle raison cette dénomination?
Tout simplement dénomination "Camouflage" pour les travaux.
(**) et là ont parle de l'année 1922, de "La société néerlandaise – de Bureau d'ingénierie de la construction navale"

Et pour continuer, en raison, que mon premier auteur, ne divulgue pas l'information, donc j'ai sous ma main, un second auteur, qui décrit beaucoup mieux l'histoire. Et ici le second auteur est Rafael Halhatov. (son premier livre apparemment et qui a été publier en 2010).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 16:22

Citation :
Ainsi lui il écrit cela:
Citation :

Chapitre 2

La renaissance des forces sous-marines de la Kriegsmarine

Selon les termes du traité de Versailles en 1919 l'Allemagne vaincue lors de la Première Guerre mondiale, a elle fut interdit d'avoir des sous-marins. Cependant, malgré les limites du traité de Versailles, les Allemands ont compris la puissance qu'avait ce types d'armements navales, ou ils ont accumulé une vaste expérience de leur utilisation de combat et dans la construction, ils ne cessèrent de se livrer à la conception de sous-marins.

Au début des années 1920, afin de contourner les interdictions, l'entreprise de construction navale allemande "Germania-Werft» et «Vulkan-Werft" ont vendus au Japon la documentation du projet sous-marin U-142 et U-117. Au Japon, sous la direction des ingénieurs allemands, ils ont construit deux nouveaux sous-marins japonais, et lors des tests auxquelles ont assisté des anciens officiers de la flotte de sous-marins du kaiser.

Pendant l'été 1922 à La Haye, dans le pays neutre des Pays-Bas, les entreprises de construction navale "Vulkan werf" de Stettin, "Germania Werf" de Kiel et «Weser» de Brême ont créé un bureau de design. Il a été enregistré sous le nom "La société néerlandaise - Bureau d'ingénierie de la construction navale". La direction du bureau composé de 30-40 employés, a été donné au professeur Hans Techel - le concepteur en chef du sous-marin allemand pendant la Première Guerre mondiale. Pour financer le «bureau», cela provenait du fonds secret de la Reichswehr, et aussi des fonds privée du connu comme "le roi du canon" Gustav Krupp von Bohlen et Goldbach.

Et toc, encore une nouvelle source, qui raconte cette fois ci cela:
Dan van der Vat et dans son livre "Stealth at sea" publier en 1995, énumère ainsi cela:
Citation :

Après la Première Guerre mondiale, l'Allemagne était concepteur suprême de sous-marin et expert dans le monde. La Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France, l'Italie et le Japon ont été autorisés à acquérir des navires allemands pour les étudier, et ceux-ci devraient être supprimés en 1922. Les petits pays voulaient aussi obtenir des informations mais ils n'ont pas obtenu de navire. Le Japon, L'Union soviétique, et l'Argentine ont été les premiers pays qui ont communiqué avec l'Allemagne pour l'achat des dessins de sous-marins et l'embauche d'anciens experts de sous-marins. En 1920 Germaniawerft et Vulkan-Werft ont vendus les plans d'un croiseur sous-marin au Japon. Huit navires ont été construits. À partir de 1924, le Japon a construit trois sous marins démineurs en coopération avec Blohm & Voss et Kobe. En 1921, l'Argentine a invité les Allemands pour superviser la construction de dix sous-marins lourds dans les chantiers d'argentine par un consortium dirigé par Krupp . En 1922, l'Italie et la Suède ont demandé eux aussi l'expertise des concepteurs de sous-marins allemands. L'Espagne était intéressée. Entre les deux guerres l'entreprise de construction de sous-marin allemand semblait être sur le point d'en plein essor. Mais l'article 191 du traité de Versailles énumérait: «La construction et l'acquisition de tout type de sous-marin, même à des fins commerciales est interdite à l'Allemagne." Comment donc l'Allemagne pourrait coordonner l'exploitation de sa suprématie technique où il était illégal pour redémarrer la construction de sous-marins à l'intérieur du pays?.

La réponse a été de se déplacer aux Pays-Bas voisins. En Juillet 1922, innocemment a été nommé Ingenieurskantoor voor Scheepsbouw (IVS ou InKaVos, Bureau d'ingénierie pour la construction navale) a été créer avec un capital nominal de 12 000 florins, mis en place à parts égales par l'AG Vulkan à Hambourg et de Stettin et de Krupp propriétaire de deux chantier navale, Germaniawerft, Kiel, et AG Weser, Brême. Un des importants constructeurs de sous-marins, fut le chantier navale Blohm & Voss, qui ne se trouvait pas dans les IVS et en fait il a rivalisé avec IVS en Espagne de 1924 à 1925.

L'objectif de IVS était la conception et la construction des navires de guerre pour l'exportation afin de maintenir le savoir-faire allemand. Le directeur technique est le DR. Techel et le directeur commercial était l'ex-commandant Ulrich Blum, à la fin au service des U-boat. Alors qu'ils attendaient l'enregistrement de la société néerlandaise pour passer les obstacles bureaucratiques et politiques, les ingénieurs ont travaillé tranquillement dans les bureaux temporaire a Germaniawerft, la constitution d'une équipe technique.

Mais l'Argentine a changé d'avis en 1924 en raison qu'il n'y avait pas de financement, l'Italie a perdu son intérêt et la concurrence féroce se développe en Espagne ou dans tous le pays fut mené un grand plan pour acquérir quarante sous-marins. La relation intime entre la marine allemande et l'IVS "Néerlandais" est démontrée par le fait que la marine allemande a elle-même persuadé Blohm und Voss, les chantiers navales de Hambourg, d'également se lancé dans le marché des sous-marins, et la compagnie MAN a travers leurs licence, ont eut le droit pour installer les moteurs MAN diesels, dont les Espagnols ont favorisés, aux IVS 'Hollandais'. Mais l'Espagne a aussi changé d'avis en 1925, ou le bureau IVS 'hollandais' a finalement mis en place à 'Gravenhage, après avoir échoué à remporter une seule commande ferme de 53 offres. Le meilleur espoir était maintenant sur deux petits navires pour la Turquie, qui seront construits au chantier Fijenoord à Rotterdam.

En 2006 jan Arvo Vercamer a écrit: "...... Le 14 Avril 1924, IVS a fait une proposition à l'Estonie pour la construction d'un sous-marin côtier de 245 tonnes - il a été donné le code Pu-22 Un projet de proposition de contrat était. aussi fait à la Finlande dans le même temps - je pense que le code du projet était soit Pu-24 ou Pu-26 - pour un sous-marin côtier de taille similaire l'Estonie a décliné l'offre d'IVS (Source: Eberhard R ssler - The Submarine; Arms and Armor Press; London; UK; 1981; ISBN 0-85368-115-5; la page 93) ..... ".

Les trois chantiers allemands se trouvant derrière l'IVS "Dutch" n'étaient pas en mesure d'augmenter les chances de l'entreprise en fournissant les importantes subventions clairement besoin pour une percée. La seule autre source probable était la marine allemande, qui était très désireux de maintenir les compétences de construction allemandes vivant. Comme il ne pouvait pas pour des raisons politiques se permettre d'être vu soutenir l'IVS "Dutch", une partie des fonds secrets disponibles à la «section des transports maritime» de la marine allemande, dirigée par le capitaine Walter Lohmann, qui ont été acheminés dans l'IVS "Dutch" à travers une société fictive allemande qui a été mis en place par le bureau de la Marine allemande: Mentor Bilanz, prétendant être un cabinet de comptable. Il est maintenant devenu le quatrième actionnaire de l'IVS 'Dutch'. Son directeur, il va sans dire, est un autre ancien capitaine de sous-marin, mais le véritable mentor a été récemment pris sa retraite le lieutenant Hans Schottky, qui devait assurer la liaison entre Mentor, l'IVS "Dutch" et de la marine allemande. Dans le même temps Lohmann a mis en place une société de façade appelé TeBeG-mbH, dont le vrai but était de permettre à l'Allemagne de construire des sous-marins en cas de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 16:36

Citation :
Ah la cela vas plus loin.
Bien continuons !
Citation :
Il a été dirigé par un jeune capitaine à la retraite. Les deux compagnies en avant impudemment eurent conservés leur siège social dans le même bâtiment de la Marine allemande à Berlin. Dans le même temps, le capitaine Arno Spindler, un ancien commandant encore en service dans la U-boot Flottille, fut chargé d'une nouvelle section «de défense anti sous-marine» dans le bureau de la Marine allemande, afin de construire les bases pour une nouvelle arme sous-marine. Indépendamment de l'IVS 'Dutch', Mentor Bilanz en 1927 a mis en place un «service technique» - ou réellement le bureau de la marine allemande resta en attente de la construction des U-boot.

Ainsi encouragés par la marine allemande et de son réseau secret de sous-marin, l’IVS 'Dutch' a obtenu une commande ferme de la Turquie pour deux sous-marins moyens, dérivé du type du plus grand bateau côtier UB III, déplaçant 505/620 tonnes. Les deux ont été achevés dans les chantiers néerlandais de Fijenoord, mais qui ont été payé à Krupp pour construire ces bateaux dans les chantiers, en Mars 1927 ils furent exhaustivement testé en mer par les sous-mariniers allemands qui ont été retraités »avant de poursuivre leur chemin indépendamment vers la Turquie un an plus tard. Les ex-officiers allemands qui les délivrèrent, sont restés sur place pour fonder une école de sous-marinier. Outre les ex-officiers allemands plusieurs hommes hollandais du chantier Fijenoord faisaient également partie de l'équipage qui a navigué les sous-marins vers la Turquie.

En 1926, la Finlande a commandé trois bateaux, des versions avancées de la conception UC III (un mouilleur de mines 493/715 tonnes), pour effectuer la construction dans un chantier finlandais sous la supervision allemande, incluant Schottky. La classe a été dénommé la "classe Vetehinen". Le contrat a pris plus de trois ans pour le terminer en raison des hivers rigoureux et l'inexpérience locale. En 1929 les Finlandais ont arrangé une autre commande avec les IVS 'Dutch' pour un mouilleur de mines de 99 tonnes, qui fut achevé l'année suivante sous la supervision de Schottky. Cette classe a été dénommé Saukko

Après de longues négociations avec l'Espagne entre 1926 et 1929, celle-ci ont conduit à la construction (dans les chantiers espagnole Horacio Echevarrieta), sous le patronage de Rotterdam des 'Dutch' IVS (avec des moteurs et pièces provenant directs de l'Allemagne) pour l'assemblage final cela c'était effectuer à Cadix, E1, pour un bateau + / - de 650 t sur la base de la conception de l'UG version expérimentale de l'année 1918. la mise en place de la République espagnole en 1932 signifiait que Madrid n'a jamais acheté le bateau, qui fut financé par la marine allemande à partir des fonds de réarmement secrets. Mais l'expérience a eu lieu à une valeur de cinq millions de marks qui ont été dépensés. A L'origine, les composants, qui ont été construits dans les Pays-Bas, devaient être assemblés dans les chantiers espagnols Echevarrietta et Larrinaga à Cadix. Finalement, le sous-marin a été achevé dans le Pays-Bas. Le bateau a été acheté en 1934 par la marine turque. Le sous-marin, a été rebaptisé "Gür", et qui a été livré en Janvier 1935. Cette conception a également été utilisé pour le premier bateau d'après guerre l'U 25 et l'U 26 de la Reichsmarine allemande

Cependant, dans l'intervalle, ont tente de renforcer les fonds secrets militaires a travers des spéculations qui ont conduit à ce qu'elles furent mis a jours par la presse, ou les réponses aux questions dans le Reichstag ont mené à la démission du ministre de la Défense allemand, Otto Gessler, au début de 1928. L'objectif de ce scandale a été le capitaine Lohmann du Transport maritime, mais la fureur était sur le détournement des fonds publics, et non des programmes secrets de sous-marins. TeBeG et Mentor Bilanz ont été liquidées, Lohmann a démissionné et son ministère a été aboli. Lorsque la poussière est retombée, une nouvelle société fictive, Igewit GmbH (acronyme allemand pour ("Bureau d'ingénieur pour l'économie et la technologie") qui a été créé discrètement et tardivement dans l'année par l'état-major navale allemand, dirigé par l'ex-lieutenant. Schottky, qui a également réussi proprement de promouvoir Spindler en tant que chef de la section «anti» sous-marin en 1929

Les Finlandais, satisfaits de leurs quatre premiers bateaux allemands construit, en 1930, a ordonné la construction d'un 250 tonnes, sous-marin côtier à simple coque à l'IVS 'Dutch'. (Vaguement basé sur le type expérimental "UF" de 1917). Mais en fait l'IVS a ordonné en Octobre 1930, la construction de ce bateau de 250 tonnes auprès des chantiers de Crichton-Vulcan. Les précédents bateaux avaient été commandés par le gouvernement finlandais, mais celui-ci ne l'était pas et il a été officiellement décrit comme un prototype commercial des chantiers navals de Crichton-Vulcan. Ce bateau devait être le prototype de la construction rapide des sous-marins de la marine allemande: Type IIa, le "Einbäume" (Pyrogue). Il a été convenu en Mars 1931, entre le ministère de la Défense et Crichton-Vulcan que la Finlande avait l'option d'acheter le bateau jusqu'à la fin de l'année 1937. Le bateau a été construit à Crichton-Vulcan à Turku (prévue le 1 août 1931, lancé le 1 mai 1933) et était connu depuis plusieurs années que par son numéro de construction CV 707. De son achèvement en 1933, il a été largement utilisé et testé par les Allemands. Le gouvernement finlandais a acheté le bateau en 1936 et enfin il a été nommé Vesikko. Il était le meilleur bateau de la flotte sous-marine finlandaise.

En 1930, la Suède a commandé trois sous-marin déposeurs de mines de 540 tonnes, de Kockums Mekaniska Verkstad. Ces bateaux, Delfinen, Nordkaparen et Springaren, ont été conçus par IVS, mais ont été construits en utilisant des normes et des méthodes suédoises.

Après les essais de l'E1 à Cadix en 1931, l'IVS a offerts le même bateau à l'Union soviétique. Les experts soviétiques voulaient des changements, étant des moteurs plus puissants et un canon de pont plus importants de conception russe. Primairement cela exigeait une augmentation de la taille des espaces de l'emplacement moteur. Les Ingénieurs russes ont été envoyés au bureau d'IVS de Deschimag à Brême pour participer au travail de conception. Le projet E II (également nommé 224 II) était un bateau de 828/1080 tonnes. Les dessins modifiés ont été achevés en Mars 1934 et la construction des bateaux N 1 à N 3 a commencé en 1934 dans les chantiers navals d'Ordzhonikidze de Leningrad. Ces bateaux ont été rebaptisés en 1936 à S 1 - S 3 et la classe était connue comme Srednaja, taille moyenne. Ainsi, le "S" n'était pas pour "Stalinetz". Mais plutôt dans la Flotte Rouge les bateaux ont été dénommé nemka, "fille allemande" en raison de leur origine allemande. La construction de ces trois sous-marins de la série IX a été immédiatement suivie par le grand nombre de Série IX-bis.
Ainsi ici ont peut uniquement utiliser cela en terme de base, puisqu'il manque pas mal d'informations.

Alors toujours le même auteur, nous donne.

Sous-marin IvS pour la turquie et l'Espagne:
http://www.navypedia.org/ships/turkey/tu..._inonu.htm
Construit dans les chantiers navals n°304
http://warshipsresearch.blogspot.fr/2011...noord.html
construit dans les chantiers navals n°305

et l'Ex E1, qui n'avait pas été racheté par les espagnols en 1932 et qui donna le "Gür" Turque.
http://www.navypedia.org/ships/turkey/tu_ss_gur.htm
Construit dans les chantiers navals en hollande (n°315) et en Espagne (ECH n°21)

Pour la Finlande 5 sous marins:
http://www.navypedia.org/ships/finland/f...ehinen.htm
Construit dans le chantier naval CV-702
Vesihiisi dans le chantier naval CV-703 et le
Iku-Turso dans le chantier naval CV-704 et qui avait tout les trois les caractéristique identique au premier.
Puis le sous marin a simple coque.
http://www.navypedia.org/ships/finland/fi_ss_saukko.htm
qui a été construit dans le chantier naval Sa n°241.
Et puis le Vesikko sous-marin côtier construit dans le CV-707
http://travel-tips.s3-website-eu-west-1....-Uboat.htm

Pour les Russes, il y'en a eu 3.
Mais ici, je vous donne plus d'information.

puis encore les 3 pour la Suede:
Delfinen; Nordkaparen et Springaren

et encore pour la Roumanie:
Marsouinul et le Rechinul.
Ainsi nous avons là, 16 sous marins qu'ils eurent construit, tout en violant l'article du traité de Versailles.

Ainsi en effectuant le commerce, ils eurent un gain subsidiaire dans la technique de construction de sous marin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Ven 16 Déc - 16:47

http://www.fotos-hochladen.net/view/uboote14izy5kevb2.png

Ainsi ici pour que vous ayez une vision, de la conception du E1 et pour que vous pouvez voir les différences primaires, du moins si il en existe, avec les Versions "S" Soviétique.
Les S-1 à S-3 eux devraient être des jumeaux, puisque ils ont été construit, par IVS, tandis que les S-4 à.... là il faudra jouer au jeu des 7 différences. du moins encore une fois si visuellement il en existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Sam 17 Déc - 5:40

Citation :
Ce cher E1 Germano-Hispanique. En pleine construction.
De quel chantier il s'agit???

Ainsi les Roumains, et d'autres pays, eurent eut des sous marins basé sur ce modèle.
Les russes, comme ont a pu le lire, souhaitèrent des améliorations…
Citation :

Les sous-marins de type S-1, "Srednyaya"(Moyen) "Stalinec" (Nom de Stalin + suffixe Parole-formation publié dans les noms, qui est le nom de la personne qui représente l'action appelé à motiver)- un nom commun pour une série de sous-marins soviétiques de la série IX.

Histoire du Design

Après la construction de la première série de sous-marins soviétiques, le bureau des forces navales de l'Armée Rouge a commencé à chercher des moyens pour éliminer son retard dans la construction navale des sous-marins par rapport a des pays avancés. La situation politique après la guerre civile et l'intervention n'a pas eu un dialogue avec les pays de l'Entente, et il y avait une plus réel collaboration possible avec l'Allemagne de la république de Weimar.

Envoyé en Allemagne au printemps de 1930, les spécialistes soviétiques ont pas été en mesure de réaliser des progrès significatifs en vue du fait que les conditions du Traité de Versailles, l'Allemagne n'avaient pas le droit de construire une flotte de sous-marins. Cependant, leurs intérêt de vouloir travailler, ils ont monté ensemble une entreprise "Deschimag" Dutch Design Bureau NV Ingenieurskantoor voor Scheepsbouw («IVS»), qui était engagé dans des projets d'amélioration pour réaliser les meilleurs sous-marins allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et de la construction de sous-marins pour l'exportation.

En Novembre 1932, un groupe de spécialistes soviétiques du département de la marine AK Sivkov, P. Yu Juras, VN Peregudova et VA Nikitin ont été envoyé en mission étrangère pour explorer les possibilités à travers la société «IVS» et de se familiariser avec des entreprises allemandes , produit des moteurs diesel à haute puissance.
Pour aujourd'hui je m'arrête là!!
Bien continuons avec le S-1 ;S-2 et S-3 Russe étant la série IX russe.
Citation :

A la date du 22 novembre le côté soviétique, eurent remis aux représentants de «IVS», les spécifications techniques et tactiques pour deux types de sous-marins: le premier devait avoir un déplacement de 700 tonnes et le second de 1200 tonnes, ou ses spécifications techniques ont été conçues par AK Sivkov sur son chemin vers l'Allemagne. L'objectif de la mission était pour concevoir un sous marins détenant une vitesse maximale de croisière, pouvant plongé suffisamment profond et en possédant une vitesse de descente suffisante.
Le 7 décembre 1932, fut conclus le projet qui était délivrés à l'étude par la délégation soviétique, et comme preuve de la qualité de leurs travails, «IVS» avait offerts aux envoyés russes une visite du sous-marin «E-1", construit en Espagne pour le projet semblable de la Version de 700 tonnes. Les Tests du «E-1» ont confirmé la haute performance du projet et des avantages significatifs par rapport aux sous-marins soviétiques: Le Bateau différait amélioration sur le design des cabines et des réservoirs, et des mécanismes plus rationnelles telle les ballasts système de vidage de l’air en utilisant les moteurs diesel, ainsi que d'une grande autonomie et une profondeur accrue de la plongée.

En conséquence, la délégation a recommandé l'ajustement du projet du sous-marin avec un déplacement de 700 tonnes sur la base "E-1" Espagnol, en le convertissant avec des armes et des équipements soviétiques. Cette décision donna à des gains de temps significatifs: A la société «IVS» il leurs a juste fallu que quatre semaines pour développer une conception et un 15 autre jour pour délivré des plans de construction.

En Avril 1933, "Soyuz Werf" et "Deschimag» (environ le même temps, la société "IVS" a été dissoute et a rejoint "Deschimag") signèrent un accord pour développer le projet. La signature du contrat est entrée en vigueur le 12 Août 1933, après avoir terminé une série de tests qui ont montré la réalité des garanties fournies par le côté allemand. Les dessins de conception du projet «E-2" fut a présent désigné en tant que type "H" (du côté allemand), ou la série IX, qui a été complété par des experts au SKB ( Bureau pour la construction des séries) début 1935. Au 20 Octobre, 1937 le Type "H" a été rebaptisé type «S» - srednyaya. (Moyens).

M.A. Rudnicki proposa sur la base du «H» de redessiné un bateau avec un seul moteur, et qui sera désignés comme «MT»: la centrale électrique à turbine à vapeur consumera en tant que carburant de la poudre d'aluminium brûlé dans un flux d'oxygène pur. Un tel moteur serait sans danger pour l'équipage, et est très efficace, mais à cause d'une pénurie d'aluminium, ainsi que la complexité des systèmes de livraison de poudre d'aluminium dans le four et pour les retirer. Cette vision du projet de combustion n'a pas pu être élaborée.

Après le début de la construction de série de la série IX, le projet a été entièrement repensé pour la transition complète de l'équipement soviétique et en tenant compte des dénominations utilisées sur le pont des bateaux. Le projet finalisé a été désigné IX-bis (version suivantes russes). Les principales modifications concernent le système de propulsion: moteurs diesel allemand MAN M6 V49 / 48 ont été remplacés par les moteurs diesel soviétique modèle 1D (les modernisations approfondies sur le bateau n'a pas suffit pour y insérer une série du moteurs diesel) 47LN8 de la production de l'usine Kolomna. Cela a nécessité des systèmes de lubrification accrue, d'alimentation et le refroidissement. En outre, une cabine redessinée: des panneaux protégeant le canon de 100 mm, empêcha d'y intégré un calculateur, de sorte que cela ont été rejetés. Sur les trois bateaux de la Series IX, les panneaux de protection des armes ont été démantelés.

Hummmmmmm cela ne me suffit pas encore, en termes d'historique.

Alors voyons un peu, ce l'histoire d'une autre source.
Alors passons de suite à une nouvelle source, et cette fois ci, cela provient d’un magazine Russe (spécialisé dans la Marine) Parution en 2000.
Citation :

Les sous-marins de type "S"

Projet "International"

Les sous-marins dans le cadre des programmes de construction navale soviétique des années 30, eurent occupé une position privilégiée. Le projet fut approuvé par le chef de la marine (dans la terminologie d'aujourd'hui - Commandant de la Marine) V.M.Orlovym " Le deuxième plan quinquennal (1933-1937) fut considéré comme clés, pour le développement de la marine de l'Armée rouge". Et déclarait que "la base du programme de construction de la flotte de la Marine (c’est en premier et avant tout – les sous-marins) et des gros avions ayant des propriétés excellente de manœuvrabilité ... La base du programme de construction de la flotte de sous-marins doit être des sous-marins de moyen tonnage ". Selon le décret du Conseil du Travail et de la Défense daté du 11 Juillet, 1933 pour une seconde période de cinq ans, il a été prévu de construire 369 sous-marins - qui fera , que l'Union soviétique deviendra le propriétaire de la plus grande flotte de sous-marins dans le monde.

Toutefois, il était nécessaire non seulement d'augmenter le nombre de sous-marins, mais aussi augmenter leurs qualités de combat. Cette dernière tâche est devenue particulièrement urgente après l'échec de la série des bateaux IV et VI - Des tests ont révélé leurs nombreuses lacunes. Pas tout à fait satisfaisant par nos marins était le projet du type de sous-marin moyen «SHH» (série III et V), conçu spécifiquement pour être mis en service dans la mer Baltique. Commandement de la Marine avec l'approbation de la haute direction du parti a décidé d'utiliser l'expérience étrangère et de recours à l'aide de grandes firmes étrangères. Bien sûr, en premier les yeux des spécialistes soviétiques ont été sur leurs partenaires Allemands les plus importants dans le commerce extérieur de l'URSS et qui furent à la tête dans le domaine des sous-marins au cours de la Première Guerre mondiale.

Comme vous le savez, le Traité de Versailles en 1919 à l’Allemagne a été interdit d'avoir des sous-marins et de construire dans leurs chantiers navals des commandes pour d'autres pays. Afin de ne pas perdre l'expérience et pour conserver du personnel qualifié, les Allemands sont allés créé une filiale dans la Hollande neutre, connu sous le nom «Ingenierskantoorvoor Scheepsbouw», IVS abrégés. Situé à La Haye le Bureau de Design a continué d'améliorer les projets des meilleurs sous-marins de la flotte du Kaiser à la fin de la Première Guerre mondiale. IVS premiers clients étaient la Turquie et la Finlande, et en 1927, a été signé un contrat avec l'Espagne pour la conception d'un sous-marin à long terme, Les Allemands lui donnèrent la dénomination Projet 51, le sous marins a été développé en 1918, mais jamais été mis en construction en raison de la guerre.

Le sous-marin espagnol, fut désigné E-1, a été mis en cale sèche dans le chantier naval "Echivarrieta et Larringa" dans la ville de Cadix. La documentation de conception a été faite à la Haye en 1930. Cependant, en Avril l'année d’après en Espagne il y avait une révolution bourgeoise-démocratique. Le nouveau gouvernement n'a pas souhaité jusque là un sous-marin: il s’installa une crise profonde dans le pays, et qui eurent besoin d'une solution beaucoup plus pressant pour résoudre les problèmes économiques et politiques du pays. Il est devenu évident que le chantier devra chercher à pour finir la construction du sous-marin un nouvelle acheteur. Dans les invitations, ils ont fait connaissance avec les spécialistes de la marine soviétiques.

En Novembre 1932, le Chef de la construction navale de la Marine AK Sivkov, est allé en Espagne, accompagné du président du comité scientifique et technique de la Marine (NTKM) P.Yu.Oras et de son assistant V.N.Peregudov. Le Bateau E-1 a fait une bonne impression. En surface il avait un déplacement de 755 tonnes (submergées - 960 tonnes).Il avait une longueur de 72,42 m, largeur de 6,19 m et un tirant d’eau de 4,11 m Vitesse à la surface lorsque les moteurs diesel ont été à 100% de la société MAN (2800 ch) Il a atteint 19,7 noeuds et en plongé - 9.4 noeuds. La vitesse la plus lente en immersion ("mode silencieux") - 1.5 à 1.7 noeuds. La profondeur d'immersion de 100 m, l'autonomie - de 30 jours. Armement inclus quatre tubes à la proue et deux à la poupe pour des torpilles de 533 mm de calibre avec une réserve totale de 12 torpilles, et un canon de pont de 100 mm et un canon anti-aérien de 20 mm. En plus des éléments techniques et tactiques tout à fait modernes, le sous-marin E-1 a attiré l'attention des soviétiques par la conception originale navale du mécanisme et du système. Ils se sont aussi renseignés pour l'achat des dessins du sous-marin espagnols pour la construction ultérieure de sous-marins similaires dans leurs propres chantiers.

En mai 1933, pour une étude détaillée du projet du bateaux E-1 a été envoyé à l'étranger un groupe d'éminents experts dans le domaine de la plongée - A.I.Zeltinga, V.N.Peregudova, S.G.Turkova, V.I.Govoruhina, VF .Kritskogo, Z.A.Deribina, A.A.Tolchinskogo et A.G.Sokolova. Tout d'abord, la délégation soviétique a visité l'entreprise "Deschimag" à Brême (qui était effectivement le propriétaire de l’entreprise Néerlandaise IVS), puis ils sont allés à Carthagène, où le test a eu lieu avec le E-1 inachevée. Malgré deux incidents qui ont eu lieu lors de l'essai - le feu à l'avant de l’accumulateur et de l'échec des barres électriques – de plongé mais en général, la conception du sous-marin a mérité une évaluation positive. Par conséquent, peu de temps après le retour de la délégation à Moscou et suivant le rapport, et à la suite du Voyage gouvernementale a été conclu entre "Soyuzverf» et «Deschimag" Il a été envisagé que le côté allemand va reprendre le projet basé sur les notes technique du bateau E-1 et de donner à l'Union soviétique un ensemble complet des plans. En outre, "Deschimag" s’engage à aider à la mise en place des commandes dans les entreprises allemandes pour fabriquer les batteries, les appareils électriques et la radio, échosondeurs, compas gyroscopiques et autres équipements rares, qui furent désespérément manquant dans la construction navale soviétique.

Les principales note techniques sur les éléments tactiques et techniques des bateaux serais faits par des spécialistes soviétiques pour la composition des armes d'artillerie, la vitesse et l’autonomie de croisière et ainsi que son autonomie globale. En particulier, il fut exigé aux concepteurs d’augmenter la puissance des moteurs diesel et des moteurs, et d'augmenter la capacité des citernes de carburant. Tout cela, bien sûr, a conduit à une augmentation de la charges de son déplacements et de changer un certain nombre d'éléments de construction navale. En fait, c’était basé sur le projet E-1, mais avec toutes ses nouvelles améliorations, cela donna une nouvelle version, a qui lui fut attribuée une toute nouvelle désignation E-2.
Et pour aujourd'hui cela sera tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Dim 18 Déc - 22:20



Alors je vous présente ici, le chantier navale n°189 (chantier navale de la Baltique) et qui a été renommé en 1936 en l'honneur de S. Ordzhonikidze. qui se trouve à Leningrad.
Ce chantier à construit les 3 bateaux ou 3 sous marins S-1 sous l'ordre n° 266; S-2 sous l'ordre n°267 et le S-3 sous l'ordre n° 268. Soit la Série complète "IX" tandis que les Future "IX bis" eux, seront construit dans divers autres chantiers navale.
Suivant les commandes de l'état.
Rien que à Leningrad il y avait 5 Grands chantier navale.

Dans ma version primaire, que j'avais publier sur un autre forum, j'étais tombé dans le panneau, ou j'avais mentionné ses numéros avec une fausse dénominations "Cale", or ses numéros qui était interne au chantier navale qui les construisait, ont ne peut vraiment pas les dénommés que c'était les numéros de cale sèche. en raison, que rien que pour certains sous-marins, ses numéros grimpes jusqu'au n°500, donc ce n'était que des numéros interne pour la construction.
les numéros précédents, étais attribuer pour des navires, et identiquement le numéro après c'est encore une fois pour un navire. Donc il n'existait pas de chantier navale, qui a construit uniquement des sous-marins, même chez les Allemands, chez eux, non plus il n'existais pas de chantier propres, qui a uniquement construit des sous-marins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4721
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Lun 19 Déc - 11:12

Sujet rare.
Autant on connait les sous-marins allemands, et pour cause vu leur épopée en Atlantique, qu'on a peu d'infos sur leurs homologues soviets ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Oberst
Oberst


Nombre de messages : 279
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   Lun 19 Déc - 15:23

Salutation mon cher Vania!
Oui, certes, beaucoup de forum et site internet, écrivent, que sur les sous marins Allemands, Oui Günther Prien et les autres As ayant coulé temps de tonnage etc...  et ici l'As des AS Soviétique des sous marinier et Nikolai Lunin.
malgré qu'il n'a pas commandé un "S" mais c'était l'un de ses sous marin qu'il a commander, qui a attaquer l'escadre du "Tirpitz" accompagné de 12 navire de guerre. ou il avait réussis a endommagé le "tirpitz", c'est aussi grâce à son endommagement sur le "Tirpitz", que ce dernier a du retourner en Norvège, pour effectuer les réparations.
C'est l'un des rare sous marinier, qui a commencer la guerre en juin 1941, et qui a survécus.

Donc les Allemands eux ils donnent une liste de tonnage, mais les Russes eux donnent identiquement comme dans l'armée de l'air, avec les nombres de navire coulé et touché et aussi d'après si il y avait un autre navire ou bateau ou tous simplement a travers son second, qui peut en témoigné. (mais certains site, eux donnent par exemple l'information, que son titre de héros soviétique, il l'a obtenu, en rapport, qu'il a coulé 7 navires de transport ennemi, faisant un total de 49000 tonnes de coulé).
Ainsi lui il avait a son actif 24 coulé + 1 touché, et en 1942 par décret il a été nommé héros de l'union soviétique.

Au mois de juin 1941, il était lieutenant, et au mois de Mars 1942, date du décret, il était déjà Capitaine de 3ème rang soit l'équivalent français d'un Capitaine de corvette.
et en 1944 son dernier rang d'officier allant en mission en sous marin, était capitaine de 2ème Rang soit un Capitaine de Frégate.

Et en 1962 il a été nommé contre-amiral.


Il a reçu deux Ordres de Lénine, trois Ordres de la bannière rouge, l'Ordre de Ouchakov 2 ème degré, l'ordre de la guerre mondiale 1-er degré, l'étoile rouge et médailles, l'Ordre des Britanniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les sous marins de la marine Rouge Serie "S"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de femme à bord des sous-marins français
» Les geysers sous-marins les plus profonds grouillent de vie
» Objets sous-marins non identifiés, les OSNIS
» Collision sous les mers
» sous-marin géant japonais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Matériels utilisés :: Armes-
Sauter vers: