Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4917
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 1:54

Un superbe film d apres les critiques!





Candidat danois malheureux à l'Oscar 2017 du Meilleur film étranger, qui sera finalement remporté par le film iranien Le Client, Les Oubliés sort en salle ce mercredi 1er mars. Le film de Martin Zandvliet relate un fait historique méconnu, survenu en 1945 au Danemark. Méconnu, et même tabou, comme le réalisateur a pu le constater : "ce sont des faits historiques qui ne sont pas à la gloire du Danemark. Jusqu'ici, la plupart des historiens ont évité d'aborder le sujet, sans doute de manière bien compréhensible. Pas un livre n'évoque ce sujet".

Ce cruel récit est celui de milliers de soldats allemands, âgés de 13 à 18 ans, parfois même enrôlés de force dans la Volkssturm, la milice populaire allemande levée en 1944, qui furent envoyés sur les côtes danoises pour déminer tout le littoral du pays, sans avoir été formés ni équipés pour cette mission. Après la capitulation de l'Allemagne nazie, les forces de libération britanniques proposèrent au gouvernement danois de recruter des prisonniers de guerre allemands pour désamorcer les 2,2 millions de mines enfouies le long du littoral.

"La proposition des Anglais de recourir à des prisonniers de guerre allemands pour des opérations de déminage a placé le gouvernement danois face à un dilemme politique" explique le réalisateur. "Décliner cette proposition aurait été une décision très impopulaire aux yeux de l'opinion publique danoise et des pays alliés voisins. La réputation du Danemark était encore ternie dans l'immédiate après-guerre. Et les anglais faisaient figures de parfaits héros : ils avaient libéré le Danemark. Néanmoins, en acceptant de contraindre de jeunes prisonniers de guerre allemands à déminer les côtes du pays, on peut considérer que le Danemark a commis un crime de guerre" poursuit-il.


UN DÉTOURNEMENT DE LA CONVENTION DE GENÈVE

Contraindre des prisonniers de guerre allemands à désamorcer des mines était en fait une violation flagrante et manifeste de la Convention de Genève de 1929, qui stipulait qu'il était interdit de contraindre des prisonniers de guerre à effectuer des travaux pénibles. Les gouvernements britanniques et danois eurent alors recours à un tour de passe-passe : en qualifiant les prisonniers de guerre allemands de "soldats ennemis s'étant rendus volontairement", les autorités ont contourné les principes de la Convention...

L'opération de déminage proprement dite débuta le samedi 5 mai 1945, pour s'achever le jeudi 4 octobre 1945. Outre des relations inévitablement tendues entre la population locale, avide de revanche, et les prisonniers, ceux-ci n'avaient pas de logements décents, tandis que la nourriture venait constamment à manquer. Celle-ci était donnée en priorité aux forces alliées et à la population.

Selon les archives militaires, 1.402.000 mines furent désamorcées entre le 11 mai et le 4 octobre 1945, par environ 2600 prisonniers. La moitié d'entre eux furent tués ou blessés, même si l'on ignore le nombre exact de morts, en raison du chaos des premiers mois de l'après-guerre, ainsi que des écarts de chiffres importants existants entre les archives allemandes et danoises. Néanmoins, on admet que cette opération de déminage, étalée sur cinq mois, a fait plus de morts que l'occupation allemande du Danemark.

Les oubliés, "un film qui parle de vengeance et de pardon. L'histoire d'une bande de garçons contraints de se racheter au nom de toute une nation" explique le réalisateur. A vous de découvrir cette terrible et poignante histoire.


source
allocine.fr


Dernière édition par naga le Mar 28 Mar - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 527
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 1:59

Je me réjouis de le voir...Un film dans lequel l'humain reprend le dessus sur le soldat de quel côté qu'il soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4917
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 1:59

Bande annonce

https://www.youtube.com/watch?v=JHQdPf92_PI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4617
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 9:45

[quoteontraindre des prisonniers de guerre allemands à désamorcer des mines était en fait une violation flagrante et manifeste de la Convention de Genève de 1929, qui stipulait qu'il était interdit de contraindre des prisonniers de guerre à effectuer des travaux pénibles.quote]
On a fait pareil en France pour autant que je sache.
Peut-être cependant que les prisonniers étaient volontaires, mais est-ce que ça change qque chose légalement parlant ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 4917
Age : 51
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 12:22

Temoignage

Voici la copie d’une correspondance avec photographies (que je dois scanner), que j’ai eu avec un soldat allemand, prisonnier des américains en 1944 en Bretagne, qui démina en Normandie de 1945 à 1947.
J’ai rencontré cet ancien soldat, alors qu’il recherchait, il y a quelques années, courant 2002, sur Morteaux-Couliboeuf (Calvados – proximité de Falaise), les traces du camp dans lequel il était détenu.
Je me suis permis de remettre ses écrits dans l’ordre chronologique (sans toucher au texte par lui-même, traduits par un linguiste militaire) car il répondait à plusieurs de mes questions, d’ordres militaires, sociales ...

Cher Monsieur,
Avant d’arriver à Morteaux-Couliboeuf, je travaillais au déminage. C’est à dire que les prisonniers allemands devaient, après 1945, enlever toutes les mines que les allemands avaient posées en 1942. Ce travail était encore plus dangereux que celui avec les bombes. Beaucoup de prisonniers y ont trouvé la mort. Ma première affectation comme démineur a été à Belleville-Sur-Mer, à proximité de Dieppe. Il y avait là-bas un grand champ de mines, avec environ 4.500 mines, que nous avons déminé entre octobre 1945 et mars 1946. Deux camarades y ont trouvé la mort. Ensuite, j’ai été affecté à d’autres endroits comme Livarot, Lisieux, Caen et d’autres encore dont j’ai oublié les noms.
Le plus souvent nous étions gardés par des civils, armés d’un fusil. Ils s’en servaient parfois pour chasser. Pratiquement tous civils étaient d’anciens prisonniers de guerre en Allemagne. Ces hommes étaient compatissants avec nous car ils savaient ce que voulait dire être prisonnier. La majorité d’entre eux avait été bien traitée en Allemagne et parlait un peu allemand, et donc, ils nous ont bien traités également.
Je suis arrivé comme jeune soldat à Paimpol, en Bretagne, en 1943, à la 10ème compagnie du 897ème Régiment. J’avais 19 ans.
La Kommandantur était à Guingamp.
Devant Paimpol, à environ 500 mètres, il y a une presqu’île qui s’appelle Guilben. Sur cette presqu’île, les militaires allemands avaient érigé des fortifications pour empêcher le débarquement des forces alliées. Ces fortifications consistaient en des tranchées, des nids de mitrailleuses, une batterie de 75 mm et une batterie anti-aérienne avec un bi-tube de 20 mm. Jusqu’à la fin, nous avons travaillé à améliorer ces fortifications.
Le 17 août 1944, tous les occupants se sont rendus aux soldats américains, après qu’ils nous aient bombardé par air et au moyen de chars toute la journée. Quelques jours auparavant, des parlementaires de la résistance demandaient notre reddition, mais notre commandant a refusé, ne sachant pas ce qu’ils allaient faire de nous.
Lorsque nous fûmes faits prisonniers (environ 50 hommes), on nous a mis dans des camions américains et on nous a emmené. Je suis resté un an prisonnier des américains et en août 1945, à Cherbourg, j’ai été remis, comme tous les autres prisonniers, aux forces françaises. De Cherbourg nous avons été conduits sur Rouen, dans un camp plus grand.
Après quelques jours, on nous a emmené, une centaine de camarades et moi, à Fécamp. Là, on nous a formés au déminage, c’est à dire qu’on nous a montrés comment chercher les mines, sans danger. Un ex-soldat allemand du Génie nous faisait l’instruction.
Après une semaine de formation, trente camarades et moi avons été transférés à Belleville-Sur-Mer, c’était en octobre 1945. Nous logions dans une ancienne étable. De là, nous partions chaque matin au champ de mines qui commençait tout de suite derrière le village et s’étendait jusqu’à la mer. Le recherche des mines était très difficile et dangereuse, car tout le champ de mines était recouvert d’une herbe haute et de buissons. En hiver, lorsque l’herbe était sèche, nous y mettions le feu, ce qui nous facilitait le travail avec les appareils de détection. Malgré cela deux hommes ont été tués par l’explosion d’une mine. Le dimanche on ne travaillait pas et j’en profitais pour travailler chez un paysan du village, chez qui je mangeais bien.
J’ai ensuite été transféré à Morteaux-Couliboeuf, du 10 mai jusqu’à fin novembre 1947.
J’appartenais à un groupe d’une trentaine de détenus qui devaient déterrer les bombes non explosées dans la région. C’était un travail difficile et très dangereux. La majorité des bombes se trouvaient jusqu’à quatre mètres de profondeur. Souvent, il y avait de l’eau à cette profondeur et nous devions utiliser des pompes. A partir de deux mètres de profondeur, nous devions faire un coffrage et un soutènement afin d’éviter tout affaissement. Lorsque la bombe était dégagée, un artificier français arrivait pour la désamorcer. Il devait dévisser les deux détonateurs, un se trouvait à l’avant de la bombe et le second était à l’arrière. C’était le travail le plus dangereux, car la bombe pouvait exploser. Deux d’entre nous devaient toujours l’aider durant cette opération, et les autres reculaient pour se mettre à l’abri. J’ai participé plusieurs fois à ce dangereux travail et mon cœur battait très fort à chaque fois. Lorsque la bombe était désamorcée, elle était sortie du trou au moyen d’un treuil et emportée sur un camion.
Pendant cette année, mon groupe a déterré 56 bombes.
Une baraque en tôles, construite sur une prairie en périphérie du village faisait fonction de camp de prisonniers à Morteaux-Couliboeuf. Juste à côté, il y avait un petit ruisseau et là où il était large et profond, nous nous y baignions le soir. C’était l’été et lorsque nous revenions du travail, en fin de journée, en sueur et sales, c’était le meilleur moment de la journée. Malheureusement, lorsque mon épouse et moi-même avons visité le village, je n’ai pas retrouvé l’endroit où se trouvait la baraque en tôles. Depuis la fin de la guerre, beaucoup de choses ont changé. Pendant ce voyage en Normandie et en Bretagne, nous avons visité beaucoup d’endroits où j’ai vécu et travaillé quelques temps, quand j’étais prisonnier.
En fin d’année 1947, j’ai été transféré dans un camp de libération vers Rennes et de là, en janvier 1948, je suis rentré en Allemagne par le train.
Je suis content d’avoir survécu à cette époque pratiquement en bonne santé.
Souvent, je repense à cette époque difficile avec effroi car, dans les premières années d’après-guerre, la population française avait beaucoup de haine pour nous, allemands, et elle nous l’a fait souvent ressentir. Aujourd’hui, en y repensant, je la comprends. On ne peut qu’espérer et souhaiter que la vieille hostilité entre la France et l’Allemagne appartient pour toujours au passé.
Vive la France ! Vive l’Allemagne !


source
passionmilitaria.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Kruk
Generaloberst
Generaloberst
avatar

Nombre de messages : 527
Age : 53
Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mar 28 Mar - 16:44

Quel témoignage poignant et emprunt d'humilité, Naga, tu as eu de la chance d'avoir pu échanger avec un personnage de cette envergure. king
J'espère que sa vie après sa libération fut heureuse et pleine de rires d'enfants. J'ai une grande admiration et un respect sans borne pour ce genre d'homme de l'ombre.

Merci pour ce témoignage aussi rare que précieux. farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 4617
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Les Oubliés   Mer 29 Mar - 10:52

En fait la guerre était terminée en 1945/47, mais pas pour tout le monde ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Oubliés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Oubliés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un génie oublié: Nikola Tesla
» FR5 ce soir Nubie royaume oublié
» BD : Les oubliés de l'empire tome II
» Petit conte oublié pour Dame
» Le printemps 2011 oublié ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Multimedia :: Films et documentaires-
Sauter vers: