Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Paras et aéroportés en Hollande 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leclerc1944
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 356
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   Sam 3 Juin - 23:41

Bien, alors comme notre cher membre Naga, avait ouvert un sujet intéressant sur le bombardement de Rotterdam, ainsi, comme il n'en a été jamais discuté, partons voir une fois, le plan aéroportée de la Luftwaffe en 1940, pour la Hollande.
Saviez vous en fait, que ce n'était pas juste à Rotterdam, ou les troupes aéroportés de Student, ont atterris?
Alors voyons un peut ce plan.

Le plan Aéroportée allemand a écrit:


introduction
Afin de créer plus de perception sur les événements suivant, nous allons d'abord préparer la scène avec une brève introduction du plan allemand aéroportée pour l'Ouest de la Hollande et le statut de défense des néerlandais dans la zone d'opérations projetée.

Afin de rendre la vie plus facile, a l'atterrissage des troupes d'aéroportée de la luftwaffe (22ème Luftlande Division- embarquée par les avions de transport) et les troupes parachutistes (7ème Flieger Division – parachutée) seront collectivement désigner en tant que des troupes aéroportées. Uniquement si cela est besoin, les deux unités recevront leurs dénomination qui leurs est dû.

Plans d'atterrissage aérien originaux
Vers l'année 1936, les premiers authentiques développements chez les allemands ont été observés pour la création d'un certain nombre de compagnie aérienne à utiliser en tant que petite unité dans le spectre tactique. La Luftwaffe et la Heer ont développé des plans distincts, qui fusionneront finalement et formeront la base en 1939, de la première division aérienne. Ce n'est que lorsque le Generalmajor Kurt Student a été mis en avant plan pour la direction de la nouvelle arme aérienne, qui elle a également une signification stratégique, ou  cela fut le début réel de la naissance pour l'aéroportée.

Le haut commandement allemand (Usuellement dénommée Oberkommando der Wehrmacht pour l'ensemble des forces armées et l'Oberkommando der Heeres pour uniquement en tant que la branche de l'armée) a vu un peu de charme dans l'arme aéroportée. «Spielerei» ("jouets") qui était le moyen le plus court dont ils ont abordé la question. C'était le Führer lui-même qui a sortie l'aéroportée de son chapeau de magicien. À un certain moment, il a assisté lui-même à un atterrissage tactique aérien (exercice) qui a bouleversé les chefs  du côté opposé. Cela a frappé Hitler - qui a aimé choisir ses combats avec ses généraux des armées – et que l'armée qui était assez présomptueuse à propos de cette nouvelle arme. Quand il a vu un général de l'armée être coincé par une compagnie de troupes aéroportée atterrir derrière le dos du Général, Hitler a eu l'occasion de créer des frictions avec le Generalstab sur la question, ainsi qu'une sincérité tactique de la sévérité dont Hitler avait tendance à l'adopter au préalable. Il a sanctionné certains fonds pour être mis à disposition pour stimuler cet élément aéroporté dans une unité sérieuse. C'était le début d'un vif vivement élevé pour l'arme aérienne allemande. Kurt Student, le père envisagé du corps, utiliserait cela pour se concrétiser rapidement sur l'opportunité. Il était néanmoins très désireux de garder tout cela hautement secret, car il avait des plans très audacieux.

Student n'était pas du tout heureux de voir ses formations mise en réserves lors de la campagne en Pologne. Les troupes aéroportées ont effectué que une petite action sur le sol et limitée, et qui n'était en aucune manière de leurs capacités spéciales. Peu de temps après la chute de la Pologne, Hitler a convoqué Student pour qu'il lui prépare de vastes plans pour les opérations aéroportées dans l'ouest pour le futur Westfeldzug.

Student a été chargé de concevoir des opérations sur le théâtre belge et néerlandais. Des études et des plans ont été élaborés pour larguée à l'ouest des forêts étendue des Ardennes, afin d'aider la force principale dans ses tentatives rapide pour prendre possession des défenses de la Meuse (Maas). En outre, des opérations aéroportés importantes dans l'arrière des défenses belges, entre Anvers et Gent (Reduit Nationale), et une opération spéciale pour prendre la forteresse stratégique à Eben Emael a travers une action aérienne limitée mais audacieuse, qui ont été examinées et élaborées. Cela suffisais, pour que Hitler a décidé que pour tous ses objectifs, ce obligerait devoir que Student éleve un groupe de choc à partir des troupes aéroportée et des sapeurs qualifiés pour exécuter l'opération. Ce groupe de choc  s'entrainera séparément et secrètement du corps principal de la division aérienne.

Dans cette phase initiale de développement des plans pour le Westfeldzug, Hitler et ses généraux se sont toujours concentrés sur une attaque allemande qui avait la signature évidente du plan de la Première Guerre mondiale qui avait été conçu à l'origine par Von Schlieffen. Ou la Hollande devait surtout être épargnée, l'attaque principale traverserait par l'étroite Belgique. Student a déjà commencé à étudier les opérations en y intégrant la Hollande même avant déjà d'y  être officiellement instruit. Quand finalement, à la fin du mois de janvier 1940, Hitler donna l'ordre à Student de laisser tomber le théâtre belge (à l'exception d'Eben-Emael) et de se concentrer sur une opération massive dans les Pays-Bas. Student avait déjà fait une grande partie du travail.

Fin janvier 1940, le contour des plans étaient déjà disponibles. Eben Emael en Belgique serait gardé et devait être entrepris par un bataillon spécial qui était principalement formé à partir des troupes aéroportées les plus chevronnés et de tout un groupe de spécialistes-des Génies, pour être assisté par un groupe de force terrestre pour un lien rapide avec le sol. Cependant, la majeure partie de la petite division aérienne devait être larguée directement dans le cœur des défenses hollandaises, la Forteresse Hollande, bien que des plans aient été brièvement étudiés pour les troupes aéroportées du côté ouest de l'Enclosure (sous Den Helder), à l'ouest de Le Grebbeline, près d'Utrecht, à l'ouest de la Meuse à Roermond et Venlo et même dans la province de Zeeland. Toutes ces options ont été intégrées et l'opération massive dans la Forteresse Hollande est restée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 356
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   Dim 4 Juin - 3:37

La suite,

Citation :
Les premiers plans avaient été limités à une opération à grande échelle, dénommé front Sud de la Forteresse Hollande, entre les grands ponts de Moerdijk et la ville de Rotterdam. Au dernier moment, Hitler veillerait à ce qu'un élément plus audacieux soit ajouté. Un assaut aéroporté par surprise sur le centre administratif et le gouvernemental hollandais de La Haye, où se situent la famille royale, le gouvernement et tous les principaux quartiers généraux (y compris le QG général). Hitler voulait obliger les Hollandais à  capituler rapidement en capturant la famille royale et leur Cabinet, peut-être même en capturant toute la structure du commandement militaire.

Student a embrassé cette opportunité pour prouver la signification stratégique potentielle de son aéroportée. Il s'est rendu compte que l'opération a permis de définir une nouvelle caractéristique sans précédent dans le spectre des opérations stratégiques et tactiques et que le secret absolu était impératif pour sécuriser l'élément surprise essentiel. Il a donc été choqué de constater que dans la campagne scandinave programmé antérieurement, exigerait une part considérable de ses compagnies aéroportées prêtes à l'emploi, et que ces forces seraient en effet jetées dans l'action, dévoilant leur existence et leur potentiel. Student craignait que le voile du secret ne soit levé et que les Alliés soient avertit de cette troisième dimension du potentiel allemand.

En effet, dans l'opération Weserübung - l'invasion de la Norvège et du Danemark – ils ont  considérablement intervenue. Il a non seulement prévenu les Occidentaux de la possession allemande d'intentions importantes sur l'utilisation des Parachutiste et de troupes aéroportée, mais les opérations ont également exigé la perte d'un certain nombre d'homme aéroportées bien entrainés et de nombreux avions de transport qui était autant précieux. Mais néanmoins, en particulier, l'utilisation limitée (et la connaissance) des parachutiste ont amené les Alliés à négliger le potentiel de cet arme. C'était tout à fait différent pour les débarquements des troupes aéroportées en Norvège, qui n'avaient pas été manqués par les renseignements des pays occidentaux. Cela a beaucoup aidé qu'un pilote Hollandais de la firme KLM a été témoin d'une opération aéroportée à grande échelle près d'Oslo. Son rapport au service de renseignement néerlandais entraînerait un paquet étendu de contre-mesures en Hollande, et ce au cours du mois d'avril 1940. Beaucoup de ces précautions seront payante moins d'un mois plus tard, alors que la Hollande serait le théâtre d'une opération aéroportée allemande.

D'une part, les Allemands ont révélé leur nouvelle caractéristique. D'autre part, Student et son personnel ont également acquis des leçons précieuses. Avec les pertes, qu'ils ont subit, c'était la leçon la plus tragique a apprendre, les expériences les plus importantes qu'ils ont du retenir, proviennent des leçons dures qui ont été faites par le mauvais point de débarquement des troupes aéroportée par la Luftwaffe. Cette expérience a amené Student à se rassurer sur l'importance vitale de l'exactitude du point de largage par la flotte de transport de la Luftwaffe, en particulier lors de la première vague de l'opération lorsque les troupes aéroportée ont pu profiter de la plupart des éléments de surprise. Cela a amené la Luftwaffe à décider d'adapter les altitudes et de largué  les unités d'assaut dans le théâtre hollandais avec un plafond minimal d'environ 100 m seulement. Ce risque incorporé à la fois pour les parachutistes et ainsi que pour les avions, devrait être absorbé alors qu'il réduirait le risque opérationnel du débarquement vital des formations de combat. À cet égard - l'élément crucial du succès de la première phase - l'opération néerlandaise diffère peu de l'opération d'Eben-Emael, qui elle était encore plus audacieuse, et qui a incorporé des planeurs (que le théâtre hollandais n'eurent pas!) et qui devait atterrir sur un terrain d'atterrissage de la taille d'un timbre poste, sur le plafond de la forteresse. Et même détenir le meilleur point de fonctionnement de l'opération qui a pu être calculé, et même lancé les éléments avant l'heure Zulu afin d'obtenir une surprise totale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 356
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   Dim 4 Juin - 9:36

Bien terminons à présent, avec l'explication, sur le plan final.

Citation :
Le plan final
Lorsque le plan pour la campagne néerlandaise s'est progressivement développé et a gagné une forme plus ferme, il est devenu une opération aéroportée de grandeur. Ont pouvait voir que les parachutistes ont été largués sur six cibles principales et les troupes aéroportée débarqué à quatre emplacements. Les avions d'assaut suivis par les parachutiste mettraient la balle en mouvements, et balayerai la plupart des défenses hollandaises au sol, après quoi les troupes débarquées par l'air devraient effectuer une pousser. Cette opération a été divisée en deux théâtres opérationnels, Fall Nord (Plan Nord) - une opération principalement aéroportée - et Fall Süd (Plan Sud) - une opération principalement pour les unités parachutiste. Pour commencer les deux opérations seraient exécutées indépendamment, et Kurt Student serait le commandant de toutes ses unités. En outre, une deuxième phase pourrait réunir les deux opérations.

Opération "Nord"

La composante nord a été dirigée par le Generalleutnant Graf von Sponeck, commandant de la 22ème (Luftlande) Infanterie Division. Il représentait deux tiers des troupes aéroportée de la 22ème et de 5 compagnies de para appartenant au 2e régiment parachutiste (FJR.2).

Ces formations devraient saisir trois bases aériennes (AFB) autour de La Haye: Ypenburg AFB (entre La Haye et Delft), Valkenburg AFB (entre Leiden et La Haye) et la base auxiliaire d'Ockenburg (directement à la périphérie de La Haye, près de la côte). Après avoir saisi ces AFB, un groupe de force de combat fort envahira la Haye provenant de trois directions, et un groupe de force spécial rechercherait et capturerait les VIP étant inscrit sur la liste élargie des têtes couronnées (sang bleu), des Ministres et des Généraux. Si l'opération réussissait, cela emmènerai à la capitulation gouvernementale et militaire des Pays-Bas et pourrait probablement être appliquée ou entraînerait au moins a une mise en place majeure dans la structure de commandement militaire néerlandais. Il a été spécifiquement décidé que la Reine des Pays-Bas et sa famille resteraient indemnes et traitées avec la plus haute estime possible. Si le plan échouait, les troupes devraient attacher la majeure partie du 1er Corps néerlandais à proximité de La Haye.
je coupe juste ici, en raison, que l'opération Sud est plus longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 356
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   Dim 4 Juin - 11:11

Donc voici les explications sur l'opération "Sud"

Citation :
Opération 'Sud'

Le deuxième secteur d'opérations était sous le commandement du Generalleutnant Kurt Student lui-même et a été formé par un grand régiment de para et un régiment de troupes aéroportées provenant de la 22e avec un autre régiment aéroporté auxiliaire (IR.72) en tant que réserve.

Cette composante méridionale a dû saisir de multiple tête de pont, avant que la grande opération sur le sol qui et devait être exécutée par le 26ème Corps allemand (XXVI.AK). Le corps d'armée comprenait une petite division de char (9ème), une division motorisée d'infanterie SS (SS-V), deux divisions d'infanterie régulières (254ème, 256ème) et deux autres divisions d'infanterie (208ème, 225ème) en réserve.

Le 26.AK, était commandé par le général de l'Artillerie Albert Wodrig, a dû prendre la Meuse légèrement défendue entre Gennep et Nymegen, et effectuant une brèche par la suite dans les défenses principales néerlandaises dans la région de Peel (Peel-Raamline) et rapidement avancé vers la région de Breda, et d'atteindre ainsi sa première ligne de cible critique. De là le Corps, il fallait qu'il fasse la jonction avec les para à Moerdijk et protéger- le cas échéant la région de Breda des menaces potentielles françaises et / ou britanniques provenant de la région d'Anvers. Si possible, il fallait prendre la péninsule zeeland de Zuid-Beveland et aussi Walcheren. Parmi ses six divisions, seules quelques-unes devaient accéder à la forteresse néerlandaise Holland. À cette fin, l'OKH avait créé un état major du corps mobile additionnel – l'état major du 39ème AK – qui lui était, sous commandement du generalleutnant Rudolf Schmidt.

Le théâtre du sud recevrait la majeure partie de la division para. Outre les unités divisionnaires, elle comptait près de quatre bataillons complet, soit l'ensemble du 1er Régiment de para (y compris une compagnie para de réserve, mais excluant le 1./FJR.1 qui lui a été bloqué en Norvège) et deux compagnies renforcées du 2e Bataillon du 2e régiment de Para (II./FJR.2), dont la 6ème Compagnie a été occupée avec le parachutage à la base aérienne de Valkenburg dans le théâtre Nord. Un bataillon complet (II./FJR.1) devait être largué à Moerdijk, un autre (I./FJR.1 moins la 1ère Compagnie) à Dordrecht et deux (III./FJR.1 et le II./FJR.2 a Elms ) À Waalhaven AFB [dont le II./FJR.2 serait transporté par avion et ne serait pas parachuté]. L'unique compagnie para de réserve disponible pour ce théâtre serait à la disposition de Student (et éventuellement par être larguée pendant la bataille). La 1ère compagnie du FJR.1 a échoué, car elle avait été mise hors service à Dombas (Norvège) en avril. Un régiment de troupes aéroportées de la 22ème I.D. [IR.16] devait débarquer sur Waalhaven AFB. Le I./IR.72 - un bataillon aéroportée de réserve de la 46.ID - serait transporté pendant le deuxième jour avec une autre compagnie du 2ème btl de ce régiment. Les troupes de soutien de la 7ème division para seraient larguées sur Waalhaven AFB dans la deuxième vague, à l'exception de la moitié d'une compagnie de médecins, qui était parachute largué sous Dordrecht le premier jour.

Les Aéroportées ont été programmés pour atterrir sur les deux côtés des ponts de Moerdijk, à trois endroits près de Dordrecht, à l'AFB Waalhaven au sud de Rotterdam et au sud de Rotterdam près du stade de football de Feyenoord. Les troupes aéroportés atterriraient sur l'AFB Waalhaven et une unité spéciale d'environ 90 hommes devait être transportée par avion par des hydravions et volée à droite au cœur de Rotterdam, sur la rivière Nieuwe Maas (nouvelle Meuse). Cette unité aéroporté lui a été affectée pour prendre quatre ponts qui relient le Sud et le Nord de Rotterdam, mais plus important encore, ils ont formé les seuls liens stratégiques entre le sud et le nord du pays dans toute la forteresse Hollande.

Ces quatre principaux sites d'atterrissage dans le sud de la forteresse Hollande ont dû faire gagner aux Allemands une chaîne de ponts qui pourraient faciliter la majeure partie du XXVI.AK pour entrer dans la forteresse Hollande sans grand défi pour traverser de larges rivières et facile à défendre. En fait, l'opération était le plan original parfait pour la future opération des alliée "Market-Garden". Ce plan allié de Montgomery, pour forcer une entrée en Allemagne en prenant le passage du Rhin à Arnhem, n'était qu'une âpre copie carbone du plan aéroportée allemand de 1940 qui devait forcer la Hollande à se mettre a genoux en très peu de temps. Curieusement, le bon vieux Monty allait essayer «son» plan contre le concepteur même du plan d'origine, Kurt Student, a travers le commandant de la 6e division aéroportée contre des Allemands et avec la réception des opérations américaines de Market Garden. Mais c'était en 1940.

L'ensemble du plan allemand était le plus ambitieux. Il s'agissait d'un peu moins de 15 000 hommes, dont près de 4 000 étaient des membres de la 7e Flieger Division, 9 500 hommes des troupes aéroportée provenant de la 22eme Luftlande Division et environ 1 000 hommes provenant des troupes aéroportées du 72eme Régiment d'infanterie. Ces derniers n'avait pas été entrainé pour les opérations aéroportée et constituait l'unité de réserve opérationnelle qui serait transportée lors des dernières étapes de la bataille.

Cette opération exigerait évidemment une flotte massive d'avions de transport. Cette flotte serait le talon d'Achille de l'ensemble du plan. Les Allemands connaissaient bien deux obligations majeures. Le premier et le plus important était la capacité limitée des bases aériennes ciblés. Celles-ci ne pouvaient pas accueillir toute la flotte en même temps. Les champs et les prairies hollandais était très entrelacés ne pouvaient pas fournir d'alternatives. La flotte totale disponible pour le théâtre néerlandais n'était pas supérieure à environ 450 transporteurs, tous du type Ju-52/3, avec seulement une réserve modeste de quelques dizaines d'avions. Ces avions Ju-52 pourraient transporter 12-14 hommes entièrement équipés (para) ou 14-16 hommes aéroportée, mais les vols avec de l'équipement exigeraient également beaucoup de capacité. Cela a signifié – qu'il fallait en plus prendre en compte quelques pertes et en gardant à l'esprit que beaucoup d'équipement plus lourd, les armes et les munitions ont dû être parachuté en continu - au moins trois vagues entières ont dû être exécutées pour amener la masse des hommes avec leur équipement. Les vols de suivi voleraient dans le reste et la rénovation continue et les vols d'approvisionnement devaient également être exécutés. La flotte Ju-52 serait assistée par deux ou trois escadrons de bombardiers He-111 de la KG.4, qui pourraient larguée des «bombes subsidiaire de leurs soute à bombes. Toute l'opération de transport aéroportée demanderait beaucoup du personnel de vol et des avions, ainsi que de la protection de chasse nécessaire. L'opération de transport aérien a donc été répartie sur deux jours complets.

Les Allemands ont commis une erreur classique dans l'évaluation de leur adversaire. Ils ont largement sous-estimé le potentiel des défenses au sol des hollandais. La plupart des planificateurs allemands, y compris les Students, ont trop légèrement apprécié la capacité néerlandaise et étaient tout à fait convaincus que le choc et la crainte des premiers événements les feraient fuir, identiquement comme la plupart des défenseurs norvégiens ont quitté leurs postes sur les aérodromes assaillis un mois plus tôt. Bien que l'évaluation allemande soit exacte dans une certaine mesure - les moyens de défense de Valkenburg AFB et de Waalhaven AFB s'effondreront facilement - il serait évident qu'il y a eu un accrochage à La Haye, ou les allemands ils ont dû conquérir contre une perte massive d'homme impliquées et leurs équipements.

L'arrangement de commandement était tout à fait remarquable. Toute l'opération, y compris même les formations volantes, a été dirigée par le Generalleutnant Kurt Student. Il commandait directement les opérations dans le secteur "sud", mais il était également commandant en chef de l'opération du nord et la logistique des formations volantes qui formaient l'ombilical avec la patrie. Une responsabilité massive qui devrait être facilitée par des installations de haute qualité et substantielles, mais qui ont totalement échoué. Il n'y avait que trois radios à longue portée à bord même de quantité de Ju-52 disponibles. L'un serait perdu au cours de la première vague, les deux autres fourniraient un lien radio à longue distance très entravé entre le commandant en chef de l'opération et son état major en Allemagne.

Les arrangements étant tels qu'ils ont été vus, Student a commandé ses grandes formations, la flotte de transport et, pour rendre les choses encore plus intéressantes, une grande flotte tactique de la Luftwaffe à mis à sa disposition. Cette flotte a été commandée par le Generalmajor der Luftwaffe Putzier placé sous le commandement de la 2ème Luftflotte [Generalleutnant Kesselring]. Il contenait le KG.4 au complet (trois Groupe des bombardiers He-111 et Ju-88), un Groupe de Ju-87 Stuka et un certain nombre de formations Bf-109 et Bf-110.

Dans l'ensemble, il devient clair que les opérations au cœur des défenses hollandaises seraient entièrement une opération de Luftwaffe. Le potentiel aérien de la Luftwaffe qui était disponible pour le premier jour a dépassé le montant de 1 500 avions, plus de la moitié de la flotte disponible pour le Westfeldzug. L'intégralité de la composante terrestre de la Luftwaffe était également impliquée. Ce serait un spectacle de force gigantesque et inoubliable, qui exigeait cependant une portée et une coordination sans précédent. Il va sans dire que le maréchal de l'Air Hermann Göring avait plus qu'un oeil pour se défi de l'opération. Un fait qui se matérialiserait de manière très spectaculaire lorsque, le 14 mai 1940, environ 100 bombardiers allemands apparaîtraient sur le centre de Rotterdam et l'écraseront en morceaux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Generalleutnant
Generalleutnant


Nombre de messages : 356
Age : 53
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   Dim 4 Juin - 11:41

Donc pour que cela soit bien claire, dans ce sujet, je n'aborderais pas l'histoire sur les différents sites.
Mais uniquement la partie général, je vais voir, pour plus tard, pour vous créer un nouveau sujet, sur chaque bataille, suivant la ville ou les ponts qu'ils ont du prendre.


Citation :
Les défenses

Nous aborderons les défenses contre le plan d'attaque allemand en commençant par le secteur nord.

Secteur de Défense "Nord"

Les trois AFB hollandais étaient tous sécurisé par les éléments de l'armée. Les défenses à Ypenburg et Valkenburg comprenaient tous deux un bataillon d'infanterie régulier complet alors que le champ auxiliaire Ockenburg détenait une compagnie d'infanterie modérément formée de jeunes recrues. En ce qui concerne les défenses terre-air, Ypenburg en particulier avait un bouclier AAA adéquat. Il comprenait à la fois des unités AAA lourdes et légères, qui étaient placées autour de l'AFB, la plupart dans la zone de Delft, qui se situait principalement le long de la piste d'atterrissage principale. Valkenburg manquait d'AAA en raison par le fait que le champ n'était pas encore utilisé. Il avait été encore en pleine construction et terminé seulement récemment et ce trouvait encore trop dans un état trop marécageux pour être utilisé par les chasseurs, et encore moins par les bombardiers ou les avions d'attaque. Ockenburg n'était rien d'autre qu'un terrain auxiliaire. Il était principalement utilisé comme base d'essai et de construction où les avions nouvellement achetés et / ou révisés étaient (re) assemblés, armés et testés. Les avions d'Ockenburg étaient en état de maintenance ou d'assemblage, aucun n'était opérationnel comme sur les autres bases ils l'étaient. Ockenburg manquait d'AAA aussi, à l'exception d'un certain nombre de mitrailleuse lourdes. Un certain nombre d'AAA autour de l'AFB, un certain nombre de batteries ont été placées à proximité de La Haye. La plupart d'entre eux auront de nombreuses cibles dans leur viseur avant que le premier jour de la guerre ne soit terminé.

Sur les trois AFB impliqués, seul Ypenburg avait un statut de service actif. C'était l'un des principaux AFB et base pour un escadron de chasseur adéquats Fokker D-XXI, un escadron d'avions de reconnaissance /Attaque Léger de Douglas D8-N et un groupe de reconnaissance contenant des anciens biplans. Les avions d'attaque légers Douglas avaient été affectés à des tâches de chasse aussi en raison de la pénurie de chasseurs. Ils étaient tout à fait inadaptés à ce rôle étrange, ce qui a rendu une décision stupide de sacrifier ces avions modernes à un rôle qu'ils n'étaient pas tout à fait appropriés. Pourtant, cela avait été décidé.

À l'ouest du pays, la majeure partie du 1er Corps de l'Armée de campagne. Lui avait été assigné comme réserve stratégique à la disposition du Quartier général. Cela signifiait que trois régiments d'infanterie et deux régiments d'artillerie étaient situés dans une zone de 15 km de la région de La Haye. De plus, un régiment de hussards à moto a été mis à disposition en le détachant de la Division légère. Il était stationné à Wassenaar (près de Valkenburg AFB). Un certain nombre de dépôt (formation) de bataillons étaient disponibles dans les villes de Leyde, de La Haye et de Delft. Dans l'ensemble, environ 20 000 hommes ont formé des troupes et des milliers de recrues ont été stationnées près de la zone d'opérations allemande. C'était environ le double de la totalité des troupes allemandes envisagées pour ce théâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Paras et aéroportés en Hollande 1940   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Paras et aéroportés en Hollande 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bicentenaire et Bivouac de WALCHEREN à Veere Hollande
» Désinformation...Sa Sainteté le Dalai-Lama en Hollande...
» Hollande veut des enseignants expérimentés en zones difficiles
» Les 60 mesures de Hollande
» Hollande enfariné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: