Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Op. Ambassador des Commando juillet 1940

Aller en bas 
AuteurMessage
leclerc1944
General der infanterie
General der infanterie


Nombre de messages : 479
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Op. Ambassador des Commando juillet 1940    Jeu 15 Fév - 4:56

Bien, comme je vous l'avais promis, les opérations des commandos, je les mets dans un sujet à part, en raison,
des différents fronts, ou ils ont mener leurs opérations.
Et ici l'opération Ambassador, a été effectuer sur l'île de Guernesey et c'était bien la toute première opération, que les commandos avait à effectuer.
Ici, je ne les dénomme pas encore SAS, puisque cette dénomination, apparaîtra uniquement ultérieurement.

Citation :
Le Commando n°3 a été formé à Plymouth le 23 juin 1940 sous le commandement du lieutenant-colonel J.F. Durnford -Slater.
 
Beaucoup des membres originaux de ce Commando avaient servi avec le corps expéditionnaire britannique en France et avaient été évacués de Dunkerque.

Le n ° 3 fut la première unité de commando à voir le jour de combat avec le raid sur Guernesey, opération Ambassador, 14/15 juillet 1940 avec 11 compagnies indépendantes.
Ainsi juste deux jours après l'armistice de la France.

Bien la seconde source me donne ces informations.
Citation :
La réaction immédiate au mémos du Premier ministre fut que le sous-lieutenant Hubert Nicolle, l'un des dernier de la milice de Guernesey et a présent dans le Hampshire Regiment, débarqua à la baie du Jaonnet sur la côte sud de Guernesey le 5 juillet. Malgré le début presque farfelu de son opération (il était réputé qu'il avait acheter son propre canoë pliant d'un store, avant de se rendre à Plymouth pour monter à bord d'un sous-marin.) C'était remarquablement réussi. Il a rencontré deux vieux amis qui ont accepté de l'aider. L'un était son oncle, qui était l'assistant du capitaine de port à St Peter Port, et pouvait ainsi lui donner des informations fiables sur la situation navale; tandis que l'autre, un boulanger local qui fournissait du pain aux Allemands lui donnait la force de rationnement exacte (469 soldats de tous les rangs) plus leurs emplacements - corps principal à St Peter Port avec le reste des postes de mitrailleuse autour de l'île. Il s'agissait seulement d'une mission de reconnaissance qui comprenait la vérification de l'adéquation du site de débarquement pour l'opération principale (nom de code: AMBASSADOR). Il serait remplacé par deux autres ex-Guernesey Militia qui resteraient alors sur l'île et seraient prêts à guider une grande escouade composée du Commando n ° 3 sous le Lieutenant Colonel John Durnford-Slater. Cet officier (plus tard Brigadier, DSO et Bar) fut en fait le tout premier soldat commando de la guerre, ayant été promu du grade de Capitaine a Lieutenant Colonel et il a été choisi pour commander le Commando No 3 (les n°1 et n°2 n'existaient pas à ce moment-là ). Comme il l'explique dans son autobiographie:

J'avais envie d'action: j'allais l'obtenir. J'aurais été ravi de me joindre à n'importe quel rang a eux, mais j'étais naturellement heureux d'obtenir le commandement. J'étais confiant de pouvoir faire le travail et j'ai pris la décision de produire une très bonne unité.

Bien alors ceci est juste une fois le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 5662
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: Op. Ambassador des Commando juillet 1940    Jeu 15 Fév - 10:56

Les angliches n'ont pas perdu de temps, 2 jours après la capitulation française... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
General der infanterie
General der infanterie


Nombre de messages : 479
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

MessageSujet: Re: Op. Ambassador des Commando juillet 1940    Jeu 15 Fév - 15:33

Citation :
De retour à Guernesey tout allait bien, les deux nouveaux hommes (sous-lieutenant Philip Martel et sous-lieutenant Desmond Mulholland) arrivèrent en toute sécurité dans la nuit du 9 au 10 juillet de la même manière que Nicolle par sous-marin et bateau pliable. Qu'il, a ramé au sous-marin et qui les avait amenés à Guernesey, les laissant sur le rivage. Malheureusement, à partir de ce moment, tout a commencé à mal tourner. Les raiders devaient arriver dans la nuit du 12 juillet, rencontrer leurs guides, attaquer l'avion en feu, détruire les stocks de carburant, etc. Cependant, les intempéries ont retardé l'opération pendant 48 heures et il a été impossible de contacter les deux guides. . Après qu'ils se soient cachés pendant deux jours, ils sont retournés à la plage, ils n'ont trouvé personne et rien ne s'est passé comme c'était prévu. Ils ont réalisé que quelque chose avait mal tourné et ont décidé de voler un bateau et d'essayer de s'enfuir, plutôt que de mettre en danger leurs familles innocentes, qui vivaient encore à Guernesey. Ainsi, pendant qu'ils se cachaient - d'abord dans une grange puis dans une maison - près de Vazon Bay, la parole fut donnée à Dame Sibyl Hathaway à Sark, dont le gendre et sa fille possédaient la maison dans laquelle ils se cachaient pour demander son aide. Elle raconte dans ses mémoires comment elle a pris des provisions en conserve à Guernesey, prétextant être responsable des biens de sa fille. Elle rencontra les deux hommes qui lui demandèrent si elle pouvait trouver un bateau de pêche à Sark pour les emmener, et elle eut le travail peu enviable de leur dire que c'était impossible car les Allemands gardaient très soigneusement tous les bateaux de pêche. En outre, il était impossible d'obtenir suffisamment d'essence. Malgré ce revers, Martel et Mullholland ont réussi à voler un bateau à Perelle Bay - juste à l'ouest de Vazon Bay - mais ils ont été jeté contre les rochers et le bateau c'est brisés en morceaux et ils sont restés bloqués. Ils seraient forcés de se rendre avant qu'ils puissent être sauvés.

Alors que ce drame se déroulait, l'opération principale, AMBASSADOR, subissait ses propres revers. Compte tenu du délai de 48 heures, le plan a dû être modifié. L'idée initiale était qu'une force de quarante hommes du Commando 3, sous le commandement du capitaine de Crespigny, atterrisse d'abord et crée une diversion, tandis que la 11e Compagnie indépendante attaquait l'aérodrome. Cette compagnie serait divisée en deux groupes, le plus grand groupe de soixante-huit hommes, sous le Major Todd, débarquerait à Moye Point directement au sud de l'aérodrome, tandis que le reste de la compagnie (une vingtaine d'hommes sous le capitaine Goodwin) débarquerait. 1.8 km plus à l'ouest. Deux destroyers, le HMS Scimitar et Saladin, les transporteraient et  sept vedettes de sauvetage en mer de la  RAF (connues sous le nom de «bateaux de crash») qui emmèneraient les hommes du navire jusqu'à la côte.

Le matin du 14 juillet, le jour prévu pour le départ, un officier de l'état-major des opérations combinées à Londres intercepta Durnford-Slater et lui dit que tout avait changé, parce qu'ils avaient découvert que la garnison allemande venait d'être renforcée, et ce juste à l'emplacement où ses commandos devait débarquer. Rien ne les découragea, un nouveau plan fut mis au point sur place, la force débarquait maintenant dans le Petit Port du côté sud de l'île dans la baie du Moulin Huet, et le départ fut fixé pour 1800 heures le soir-même. Après avoir terminé toutes leurs préparatifs - aidés par des cadets du Royal Naval College de Dartmouth, ils ont entamé une belle soirée d'été. «Le détachement du lieutenant Joe Smale devait établir un barrage routier sur la route reliant la péninsule de Jerbourg au reste de l'île»,  Durnford-Slater écrivit dans son autobiographie, «afin que nous ne soyons pas interrompus par des renforts allemands. Mon propre groupe devait attaquer une mitrailleuse et mettre hors service le câble télégraphique. Le capitaine de Crespigny devait attaquer les casernes situées sur la péninsule et le sous-lieutenant Peter Young devait garder la plage. Peter n'a pas apprécié ce travail car il voulait plus d'action. «D'accord, lui dis-je, si c'est calme, avance et vois ce qui se passe.

Lorsque le groupe a quitté le port, les problèmes ont commencé à persévérer. Deux des bateaux de crash ont été jugés inaptes et ont dû être laissés à l'arrière, ce qui impliquait de réorganiser les détails de chargement, de transférer les provisions entre les bateaux et de décider que certains des bateaux de crash devaient effectuer au moins deux voyages côtiers. Le baleinier du HMS Scimitar devrait également être utilisé pour transporter les commandos à terre. Le convoi avait environ quinze minutes de retard pour son départ, puis a été retardé davantage, l'un des bateaux de crash ayant dû attendre pour trouver des provisions et ne les ayant pas rattrapés avant la dernière lumière du jour. C'était une nuit sans lune, donc ils n'ont pas vu l'île jusqu'à ce qu'ils soient seulement à 4km de là quand la côte sud est soudainement sortie de l'obscurité en regardant: "... sombre et un pressentiment". Vers 00h45, Durnford-Slater a heureusement reconnu l'écart dans les falaises et a réussi à fixer l'endroit dans la paroi qu'ils devaient escalader. Ils escaladèrent le filet de leur destroyer et embarquèrent dans une mer calme. Il commente: "C'était une mort facile".

Donc ici, si ont analyse cette première opération, ont remarque bien les lacunes, le commandement n'avait pas vérifier au préalable, l'état des bateaux, du moins, ont se trouve juste un mois et demi après Dunkerque, ainsi pendant cette période,  identiquement que pour Dunkerque, les Britaniques, ont utiliser tout les moyens qu'ils avaient pour transporter les hommes pour leurs débarquements, et identiquement, même pour d'autre missions commando, telle contre Nantes, je me rapelle bien, que ici les navires qu'ils ont utiliser, comme les britanniques était au courant, que les navires, avaient peu de chance de revenir indemne; ils ont préférer choisir de vieux bateau en bois. Et pour qu'elle autre raison, les commandos auraient t'ils dû être transporter dans ses vieux bateaux, que pour rester inaperçus. Ou du moins, pour que les Allemands ne pense pas, que ses bateaux, pourraient être une menace pour leurs île.

Mais ont remarque aussi, que le commandant du n°3 des commandos, il a de suite réagit pour trouver des solutions aux problème existant.
Mais contre la météo, personne n'y pouvait rien, même pour l'opération Market garden, avec les polonais, qui ont été cloué sur le sol, en raison du brouillard.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Op. Ambassador des Commando juillet 1940    

Revenir en haut Aller en bas
 
Op. Ambassador des Commando juillet 1940
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DÉFILÉ DU CNEC 14 JUILLET
» Commando DELAYEN
» Soirée observation au Champ du Feu samedi 10 juillet 2010
» Juillet : Mois du Très Précieux Sang de Jésus
» En 1992, le 26 juillet aux alentours de 22:40 à Chênée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: