Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 l'unternehmen Cerberus

Aller en bas 
AuteurMessage
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeDim 7 Avr - 20:04

Bien le bonjours. Ah là j'ai du visiter des pages et des pages qui en discute tous de la même histoire, mais je vient de trouver l’exception à la règle.
Parce que bien sûr, le redéploiement de la flotte se trouvant à Brest, elle n'a pas été ordonné par n'importe qui,la raison étant. Si le grand Amiral Raeder l'aurais ordonné sans avoir eut l'aval du führer, cela lui aurait valu la dégradation et même pire.
Donc oui, Raeder à bien eut l'aval du führerhauptquartier soit l'état major du Grand quartier général du Führer, pour redéployer la flotte en passant par le canal.
Donc voici les premiers éléments du dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeDim 7 Avr - 22:43

Bien commençons le dossier!
le mieux c'est de commencer avec la chronologie des événements, pour que vous compreniez mieux, les raisons:

Contribution de Richard Hawes, Richard Worth, et John Elrod a écrit:
Chronologie

Le Scharnhorst

a) Arrivé à Brest le 23 mars 1941, il est mis hors service en raison des réparations qui sont à effectuées sur ses chaudières.

b) Réparations terminées mi-juillet, nécessitant des essais en mer.

c) Navigation jusqu'à La Pallice, 250 milles Nautiques au SE, le 24 juillet. Son emplacement a été noté par un navire marchand ou le scharnhorst  était recouvert d'un filet de camouflage et des nappes de pétrole se sont répandues jusqu'au nord de Brest.

d) Attaques Diurne simultanées sur La Pallice et Brest à 14h00 / le 25 juillet. le Scharnhorst a été touché cinq fois, ou les attaques ont endommager les systèmes électriques et provoquant des inondations.

e) Très vite rammené à Brest le 26 juillet pour réparation, et mise en cale sèche . Réaménagé et équipé de tubes lance-torpilles provenant du KM Nuremberg.

f) Prêt pour le service au mois de décembre 1941, mais les portes des cales sèches ont été endommagées par les bombardements des 17 et 18 décembre et le navire n'a été désamarré qu'en janvier 1942, un mois avant son départ.


Dernière édition par leclerc1944 le Lun 8 Avr - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeLun 8 Avr - 9:49

Les épiques et dramatiques aventures de la flotte allemande en Atlantique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeLun 8 Avr - 23:38

Je continue donc!

Citation :
Gneisenau
A) Arrivé à Brest le 23 mars avec le Scharnhorst.

B) Au cours d'un raid effectué par le Bomber Command dans la nuit du 4 avril, une bombe est tombée sur le quai numéro 8 où le Gneisenau se trouvait.
La bombe n'a pas explosé et le Gneisenau a été transféré à un poste d'amarrage dans le port.

C) Le Gneisenau a été torpillé tôt le matin du 6 avril par le sous-lieutenant d'aviation Kenneth Campbell RAFVR (VC à titre posthume), le Sgt. J.P. Scott (DFM posthume), les Sgts W. Mallis et R.W. Hillman, Commandement côtier du 22e Escadron de la RAF, pilotant un Bristol Beaufort en provenance de North Coates.

aa) L'avion a été abattu dans le port alors qu'il sortait et tout l'équipage a été tué.

bb) L’Amirauté n’a appris ce succès que plus tard, en raison que l’appareil n’est pas revenu à la base.

cc) À la suite de l'attaque de P.O. Campell et son équipage, le Gneisenau était hors service pendant 6 mois avec un arbre d'hélice brisé.

D) Le 24 mars, une photo aérienne de reconnaissance a démontré que le Gneisenau avait été transféré en cale sèche.

E) Dans la nuit du 10 au 11 avril, le Gneisenau a été touché à 4 reprises par le Bomber Command.

F) Non endommagé par les raids aériens du 24 juillet. Equipé de tubes lance-torpilles provenant du KM Leipzig.

G) Prêt pour le service en novembre 1941, 3 mois avant le départ.

H) Légèrement avarié lors d'un raid aérien le 6 janvier 1942.

Le Prinz Eugen

A) Détaché du Bismarck à 1800 le 24 Mai à 56°30'N 36°15'O.

B) Ravitaillé en carburant par Esso Hambourg le 28 mai, lorsque le Prinz Eugen découvrit de graves avaries dans ses trois moteurs, ainsi qu'une pale d'hélice ébréchée par la glace dans le détroit du Danemark.

C) De retour à Brest le 1er juin, après avoir parcouru 7 000 milles nautiques à une vitesse moyenne de 24 nœuds depuis son départ de Gotenhafen (Dantzig / Gdansk).

D) Bombardé les 1er et 2 juillet; touché sur le pont, avec plus de 50 tués; estimation des réparation à 6 mois.

E) Non endommagé par les raids aériens du 24 juillet.

F) Prêt pour le service en décembre 1941 et désamarré le 15 décembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMar 9 Avr - 1:13

Bien passons à la planification.

Citation :
Planification de l'opération Cerberus

Lors d’une réunion avec l’amiral Raeder à Rastenburg, Hitler a demandé que le Scharnhorst, Gneisenau et le Prinz Eugen soient retirés de Brest pour contrer une invasion prévue de la Norvège, la fameuse "Zone de destin" d'après Hitler(*).
Le 29 décembre 1941, Hitler insistait pour que les navires soient ramenés dans la mer du Nord ou les navires seraient démantelé , et que leurs armements principaux soient retirés pour la défense côtière en Norvège et que les coques soient mise à la ferraille.

Le 12 janvier, le Vice amiral Ciliax a accepté l'idée d'envoyer les navires à travers la Manche, à condition que la Luftwaffe leur garantisse une couverture aérienne. Le lieutenant général Jeschonnek a accepté de fournir 250 chasseurs entre Brest et Hambourg. Hitler a souligné l'importance de la surprise: "Si un navire n'est pas prêt, les deux autres doivent partir." La seule disposition était que le Prinz Eugen ne devait pas naviguer seul.
Hitler a également suggéré d'informer Mussolini que les KM Scharnhorst, Gneisenau et Prinz Eugen se dirigeaient vers le Pacifique pour assister la marine impériale japonaise.
La date optimale était le 12 février, lorsque la marée sera haute à Dover et la date optimale coïnciderait à 9h30 de lueur diurne jusqu'à la période d'obscurité maximale.

Étant donné que les navires ne pouvaient atteindre la vitesse maximale que dans les eaux les plus profondes, les balises de marquage indiquaient des chenaux d'une profondeur supérieure à 15 mètres. 119 mines ont été préalablement déminées de ces canaux par 80 dragueurs de mines.
Les prévisions météorologiques étaient "mer légère à modérée, avec des vents ne dépassant pas 20 km/h, une visibilité maximale de 16 km, et des nuages ​​de 10/10".
Prévisions météorologiques à long terme par FW 20 à aussi confirmées la date du 12 février.

Oh pétard que j'adore les récits des historiens du dimanche, qui rapetisse l'histoire, à croire, qu'ils son entrain d'écrire des sms à leurs copines sur un téléphone portable.

Enfin l'astérix. Alors en réalité la Norvège en tant que "zone Destin" de Hitler, il vaut mieux remettre sa phrase dans son chapitre authentique.

Donc voici la version exacte.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMar 9 Avr - 2:13

Henrik-Lunde (La guerre préventive d'Hitler: La bataille pour la Norvège 1940) a écrit:
L'effet à Long termes

Il ne fait aucun doute que l'occupation de la Norvège canalisait de façon constante les ressources allemandes. Parfois, près d'un demi-million d'hommes des forces armées Allemandes étaient stationné en Norvège. Néanmoins, il est hautement improbable que les ressources immobilisées en Norvège aient pu avoir une influence majeure sur les événements survenus sur d'autres théâtres de guerre.

Hitler, comme Churchill, avait ce qui peut être qualifié de préoccupation malsaine vis-à-vis de la Scandinavie, en particulier de la Norvège. Hitler était extrêmement fier d’avoir mené à bien l’opération militaire la plus «Saucisse» de la guerre, contre pratiquement tous les principes militaires sauf la surprise et contre les vues presque unanimes du célèbre état-major allemand. Il considérait sans aucun doute la Norvège comme un trophée attestant de son génie militaire et souhaitait le protéger à tout prix. «La Norvège est la zone du destin dans cette guerre», a-t-il poursuivi. Il a demandé l'obéissance inconditionnelle à tous les édits relatifs à sa défense.

L'inquiétude suscitée par la Norvège après le raid commando britannique / norvégien sur Vagso en décembre 1941 les cuirassés Scharnhorst, Gneisenau et le croiseur lourd Prinz Eugen créeront le célèbre "Channel Dash (Opération Cerberus)" en forçant la traversé à travers la Manche en février 1942 et, par la suite, stationneront l'essentiel de la flotte allemande en Norvège.

Cette dépense de ressources était-elle justifiée par les avantages obtenus? Voyons d’abord ce qui est considéré comme l’un des principaux motifs de l’action de Hitler contre la Norvège, le minerai de fer. Alors que les installations portuaires de Narvik étaient tellement endommagées que les premières expéditions de minerai de fer en provenance de ce port n’ont pu durer plus de sept mois, les Allemands ont acheminé plus de 600 000 tonnes via Narvik en 1941. Cela ne représentait pas plus de 25% que a traversé ce port en 1939 mais en 1943, il avait retrouvé 1,8 million de tonnes. Les expéditions en provenance de ports suédois ont plus que compensé la réduction du volume transitant par Narvik. Alors que l'offensive allemande réussie dans l'ouest garantissait un approvisionnement annuel de 14 millions de tonnes de minerai de fer provenant des mines française et luxembourgeoise, Hubatsch affirme que le flux de minerai suédois a rendu possibles les grandes batailles de 1942-1944 pour les Allemands.
Alors que la marine allemande obtenait les bases d’une ligne de départ plus large contre les Britanniques, le problème était que les pertes navales subies lors de l’invasion et l’annulation de la majeure partie du programme de construction du célèbre plan "Z" rendaient l’obtention de ces bases peu utile. En outre, la marine allemande a acquis d’excellents ports sur l’Atlantique après la chute de la France, mais cela n’était pas prévisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMar 9 Avr - 9:46

Citation :
Néanmoins, il est hautement improbable que les ressources immobilisées en Norvège aient pu avoir une influence majeure sur les événements survenus sur d'autres théâtres de guerre.
S'il est question d'effectifs allant jusqu'à plusieurs centaines de milliers de bonhommes, ça fait quand même beaucoup.
Fin 44 et début 45, nombres d'unités stationnées en Norvège ont été transférées sur les frontières Ouest du Reich, preuve que ces troupes avaient une utilité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMer 10 Avr - 1:08

Ah ben c'est bien de connaître l'histoire Vania, mais comme tu peux le lire, ta vision n'est pas égale à tous les historiens, ou du moins, des auteurs qui publies des livres.
Mais il ne faut pas oublier aussi, que ici il ne mentionne que les nombres d'homme, mais en 1944, les Finlandais ont retourné leurs vestes, et ont combattu les allemands, donc encore un front subsidiaire, et le grand état major se trouvait bien en Norvège.

Bien donc nouvelle source pour retrouvé des informations autre que la version banale de l'histoire!


Ken_Ford (Affrontement: l'opération Cerberus) 1942 a écrit:
Introduction. (ou l'avant les premiers entrer dans le port de Brest.)
Le 22 janvier 1941, deux croiseurs de bataille allemands, le Scharnhorst et le Gneisenau, quittent le port de Kiel et se dirigent vers les eaux septentrionales autour de l'Islande. Sur le Scharnhorst avait hissé le pavillon de l'amiral Lutjens, qui devenu ultérieurement Flottenchef (chef de la flotte) de la Kriegsmarine (marine allemande), et qui a ordonné à ses capitaines de faire la guerre à la marine marchande dans l'Atlantique Nord lors d'une croisière sans précédent. Pour la première fois, l’Allemagne utilisera ses principaux navires pour attaquer les couloirs de navigation tout en cherchant à éviter le contact avec de lourds navires de guerre britanniques.

Une fois au large, les deux navires de guerre ont rôdé dans les décombres désolés, cherchant des convois non protégés et des marchands isolés. À chaque fois qu’un navire de guerre britannique était en train de protéger un convoi, les croiseurs de bataille de Lutjens se retiraient pour trouver des cibles plus faciles. Ils ont voyagé vers le sud sur les voies de navigation au large de l’Afrique, puis vers le nord sur les routes maritimes de l’Atlantique, coulant des navires et semant l’alarme parmi les Britanniques. Ils ont été ravitaillés en carburant par des pétroliers et aidés par la présence dans l’Atlantique d’autres navires de guerre allemands, car le cuirassé de poche Admiral Scheer et le croiseur lourd Admiral Hipper étaient également en mer. En deux mois à peine, les deux navires sœurs ont pu couler 22 navires représentant près de 116 000 tonnes de navires. Après des semaines de déchaînement, des défauts mécaniques ont commencé à apparaître, dont le plus grave se trouvait dans les chaudières du Scharnhorst. Le 22 mars, les deux navires de guerre ont pénétré dans le port de Brest, dans le nord-ouest de la France, après une longue et une sortie très réussie.

La base navale française de Brest était à cette époque un port allemand. Presque tout son personnel y avait été transféré de Wilhelmshaven, avec son matériel lourd. Brest était devenu un refuge établi au nord pour les navires nazis opérant dans l'Atlantique. Ses installations étaient désormais destinées à préparer les deux navires principaux à un raid encore plus important dans les eaux septentrionales, car il était prévu qu'ils seraient rejoints par le navire le plus puissant de la flotte allemande, le cuirassé Bismarck, récemment commandé.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la puissance d’une nation était mesurée par le nombre de navires capitaux dans sa marine. Ces gros navires - cuirassés, croiseurs de bataille et porte-avions - étaient extrêmement coûteux à construire et à maintenir opérationnels, mais la puissance qu’ils pouvaient utiliser avec leurs canons énormes signifiait qu’en réalité, ils ne pourraient être contrés que par d’autres navires tout aussi redoutables. La Royal Navy britannique dirigeait les flottes de surface mondiales avec ses 15 cuirassés et ses croiseurs de bataille en service en 1939. La plupart d’entre eux étaient âgées, car deux seulement avaient été construits après la Grande Guerre. Au cours des cinq années qui ont suivi le conflit, cinq nouveaux du types du King George V ont été construits afin de suivre le rythme des nouveaux navires capitaux construits par la Kriegsmarine (KM) Allemande.

L’Allemagne a démarré tardivement dans ce domaine particulier de la course aux armements, car après la Grande Guerre, un accord international l’a limitée à la construction de navires de guerre de moins de 10 000 tonnes. Il produisit ce que l’on appelle des «panzerschiffe» (cuirassés de poche), comme le Graf Spee, mais c’était en réalité un peu plus que des croiseurs lourds. Au début de la guerre, l'Allemagne n'avait en service que deux navires à capitaux modernes: le Scharnhorst et le Gneisenau; deux autres navires encore plus puissants, le Bismarck et le Tirpitz, étaient en construction.

Le Scharnhorst et le Gneisenau ont été construits avec le blindage d'un cuirassé et sont capables de résister à de nombreuses attaques. Ils étaient armés de canons de 11 pouces (28 cm) au lieu des armes plus classiques que l'on trouve sur les cuirassés. Le poids économisé par l’utilisation de canons plus légers a permis une vitesse de pointe beaucoup plus rapide, permettant aux navires d’être plus puissants que tout autre navire de guerre avec un armement moindre, et pourtant, et pourtant, ils seraient assez rapides pour s’échapper de tout navire ennemi doté de canons plus gros. Ils étaient tous deux d'environ 32 000 tonnes avec une vitesse maximale de 32 nœuds (Ce type de navire capital a été qualifié de croiseur de bataille par les Britanniques, bien que les Allemands aient insisté pour les considérer comme de purs cuirassés (Schlachtschiffe.). Ils ont été construits principalement comme des raiders commerciaux, par exemple. ils seraient très désavantagés s’ils étaient obligés de mener une action de flotte contre les géants de la Royal Navy, comme l’a démontré la disparition du Scharnhorst plus tard dans la guerre.

La seule présence des deux croiseurs de bataille à Brest a constitué une menace constante pour les voies de de navigation britanniques dans l’Atlantique, sans que les navires de guerre n’aient à quitter le port. Le danger de leur départ soudain et de leur disparition dans l'Atlantique mettait chaque convoi en danger et obligeait inévitablement des navires de transport qui pourraient être utilisés à meilleur escient. La chance qu’ils pourraient faire une apparition inattendue parmi les marchands lents d’un convoi, protégé uniquement par des destroyers et un croiseur occasionnel mitraillé, emplissait l’Amirauté avec une vive inquiétude. C’était une chose de garder les convois des sous-marins munis de frégates et de destroyers anti-sous-marins, mais c’était une autre chose de devoir affecter un précieux cuirassé à leur surveillance. Il n'y avait tout simplement pas assez de ces grands léviathans pour faire le tour. Il était clair qu'il fallait faire quelque chose pour éliminer le plus rapidement possible les croiseurs de bataille ennemis à leurs postes d'amarrage à Brest. L'Amirauté a maintenant fait appel à la Royal Air Force (RAF) pour l'aider.

tu arrive maintenant mieux à comprendre, les raisons que les Anglais ont de suite rechercher à anéantir ses monstres des mers?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMer 10 Avr - 9:36

C'est juste logique... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMer 10 Avr - 11:19

bien continuons!
Mais avant tout, je vous met en avant les première photo de Brest.
Donc ici, c'est la photo de la reconnaissance faite par l'avion anglais au mois de Mars.


l'unternehmen Cerberus Brest-10


Citation :
LES NAVIRES de GUERRES DE BREST

Six jours après que le Scharnhorst et le Gneisenau étaient entrés dans Brest, leur présence avait été découverte le 28 mars par un avion de reconnaissance-photo de la RAF. Le Scharnhorst était amarré à la station de torpilles le long du quai à ciel ouvert de la Rade Abri, le Gneisenau se trouvant à quelques centaines de mètres de la cale sèche de l'ouest. Des mesures ont immédiatement été prises pour effectuer des raids de bombardement sur les navires avant que les défenses anti-aériennes ne deviennent trop redoutables.

Les 30 et 31 mars, le Bomber Command a envoyé 109 avions à Brest, dont 101 ont réussi à attaquer. Ils ont largué 132 tonnes de bombes sur le port, ce qui a eu peu d’effet sensible sur les croiseurs de bataille, bien que plusieurs membres d'équipage des navires aient été tuées dans leurs quartiers sur les navires. Les équipages de retour des bombardements ont indiqué qu’ils avaient rencontré une lourde flak d’environ 40 armes légères le long du front de mer. Les armes de DCA situées sur les promontoires au nord, au sud et à l'ouest de Brest étaient également plus nombreuses, ainsi que de grandes concentrations de projecteurs. Cette puissance de feu n’était cependant que le début des préparatifs allemands en vue de la défense des navires, car le 24 août, le système de défense antiaérien de Brest était passé à 333 armes, comprenant 100 canons antiaériens lourds, 84 moyens et 149 légers.

Le tout premier bombardement de la RAF a démontré aux Allemands que les navires avaient été découverts. Des échantillons de shrapnel trouvés après le raid ont montré que les bombes utilisées n'étaient pas simplement explosives, mais contenaient aussi un grand nombre d'explosif de types de blindage perforant. Il était clair que les bombardiers ne procédaient pas à un raid direct sur les quais, mais visaient précisément les navires de guerre. Le lendemain, les avions du Bomber Command étaient de retour. Quatre autres raids ont suivi au cours des cinq jours qui ont suivi.

Les deux croiseurs de bataille étaient en mer depuis huit semaines consécutives et chacun avait besoin d'une révision et d'une remise en état. L'inspection du Scharnhorst a montré que le voyage prolongé avait entraîné des défauts assez graves dans ses chaudières. Les ingénieurs du navire ont estimé qu’il faudrait au moins dix semaines pour redresser la situation. Le Gneisenau s’était un peu mieux comporté et n’avait besoin que de réparations mineures pour le rendre prêt à reprendre la mer. Tous les travaux devaient être effectués par des ouvriers allemands des chantiers navals, car les équivalents français locaux étaient interdits aux navires et à leur environnement immédiat. Les Allemands savaient que la Résistance française avait des agents dans le port et ont pris de grandes mesures pour garder toutes les informations utiles aux Britanniques à l'écart de ceux-ci.

Le 5 avril, le Gneisenau a été sorti de la cale sèche et amarré à une bouée de la Rade Abri, près de La Mole. Le lendemain, comme par hasard, des avions du Coastal Command ont organisé un raid. Quatre bombardier torpilleurs Beaufort ont été envoyés de leur base à St Eval pour attaquer les navires ennemis. Trois n'ont pas réussi à entrer en contact, mais le quatrième, piloté par le lieutenant d'aviation Kenneth Campbell, a lancé une attaque déterminée. Campbell a amené son avion à basse altitude au-dessus de l'eau à travers un barrage de tirs antiaériens pour libérer sa torpille à courte portée. Son projectile a fonctionné droit et a explosé contre l'arrière du Gneisenau, détruisant l'hélice tribord et son arbre. Le bruit de l’explosion a été noyé par une détonation simultanée. Un avion de Campbell, touché par une flak, s’est enflammé et s’est écrasé dans l’eau. Les trois membres de son équipage ont été tués sur le coup.

Le croiseur de bataille avait été frappé par ce qui aurait pu être un coup de grâce et a immédiatement commencé à prendre l'eau. Il a bientôt commencé à virer lourdement. Heureusement pour l'équipage, le navire était dans des eaux abritées et un bateau de sauvetage s'est rapidement approché et a commencé à pomper de l'eau du navire de guerre en détresse, pendant que les hommes à bord s'efforçaient de le stabiliser. Le lendemain, il est retourné à la cale sèche pour y être réparé. Une inspection minutieuse a montré que le Gneisenau serait inactif pendant six mois. L’action héroïque de Campbell a permis à l’Amirauté de prendre le temps de respirer. Au moins un des navires ne prendrait pas la mer dans un proche avenir. Pour sa valeur en réprimant l'attaque, Campbell reçut une Croix de Victoria à titre posthume.

Nuit après nuit, la RAF continuait de monter des raids sur les croiseurs de bataille. Le 10 avril, le Gneisenau a de nouveau été touché. Trois bombes ont frappé le navire, tuant plus de 50 marins et incendiant sa superstructure et d'autres parties du navire. Un de ses magasins a dû être inondé pour empêcher la propagation des flammes. Il était clair que ces attaques de nuit se poursuivraient tant que les navires seraient à quai, mais ils ne risquaient pas de reprendre la mer tant que les réparations n'auraient pas été effectuées. Les Allemands ont décidé de faire de Brest une forteresse, augmentant le nombre de défenses anti-aériennes, déplaçant des avions de combat sur des aérodromes voisins et installant des générateurs de fumée pour protéger le port lorsqu’un raid de bombardement était détecté.

Au même moment, au nord, dans le mouillage abrité de Bergen, en Norvège, le Bismarck, récemment identifié, se préparait à passer à l'action. Un plan avait été initialement prévu pour une sortie combinée dans l'Atlantique Nord avec les deux croiseurs de bataille. Ce plan était maintenant impossible. Les dommages causés aux navires Brest ont entraîné leur confinement dans le chantier naval pendant trois à six mois, le temps des réparations. Même dans ce cas, leur navigabilité dépendrait de l'absence de dommages supplémentaires de la part de la RAF. Les dirigeants de la Kriegsmarine étaient cependant toujours soucieux que le Bismarck soit utilisé dès que possible contre la flotte marchande britannique. Le plan initial devrait maintenant être changé. Il a été décidé que le Bismarck ferait toujours sa sortie dans l'Atlantique, mais serait escorté par le croiseur lourd, le Prinz Eugen.

Les deux navires de guerre embarquèrent le 20 mai 1941. Leur départ fut rapidement détecté par les Britanniques. L'Amirauté envoya des navires de la Home Fleet de Scapa Flow les intercepter près dans le détroit du Danemark, au large de l'Islande. Le 24 mai, le cuirassé Prince de Galles et le croiseur de bataille Hood engagèrent le Bismarck et son escorte dans une action qui démontrait la grande puissance du navire de guerre allemand. Le HMS Hood a été coulé et le prince de Galles gravement endommagé. Le Bismarck a ensuite tenté de s'échapper dans les eaux libres de l'Atlantique, mais il a été continuellement traqué par des croiseurs et des destroyers britanniques.

Malgré leurs efforts, les deux navires de guerre allemands ne pourraient se débarrasser de la force d'observation. Les radars britanniques étaient si efficaces que chaque fois qu'ils disparaissaient dans la brume et la pluie, ils restaient visibles sur les écrans radar. La position exacte des navires allemands dans l’Atlantique étant connue, d’autres navires de capitale de la Royal Navy ont été envoyés de Gibraltar pour une interception. Dans l'intervalle, le Victorious a été détourné pour attaquer le Bismarck. Un avion espadon du 825e Escadron, dirigé par le capitaine de corvette Eugene Esmonde, effectua une attaque nocturne. Ils sont venus au niveau du cuirassé à basse altitude, volant juste au-dessus du sommet des vagues et ont été capables de lancer leurs torpilles à une portée inférieure à 1 100 yards. Bismarck a été touché au milieu du navire. L'explosion n'a pas suffi à la couler, mais elle a été suffisamment sévère pour la ralentir considérablement.

Au cours des trois jours qui ont suivi, le cuirassé allemand a été attaqué par des destroyers à torpilles et des avions du nouvellement arrivé, Ark Royal, qui ont encore ralenti le navire. Finalement, les cuirassés King George V et Rodney atteignirent la position du Bismarck et l’engagèrent. La lutte était un long combat de slogging unilatéral. Hors de nombre, manœuvré et dépassé, le cuirassé allemand endommagé succombe finalement aux coups qu'il reçoit des obus de tous calibres. Les gros canons des navires capitaux britanniques et les armes plus petites, mais néanmoins efficaces, des croiseurs la réduisirent en épave. Le coup de grâce final a été frappé par des torpilles du croiseur Dorsetshire. Le 27 mai, à 10 h 39, le Bismarck, fierté de la Kriegsmarine allemande, s’enfonce dans l’océan Atlantique gris.

Avant cette dernière action, le croiseur lourd Prinz Eugen s'était échappé du filet qui se refermait autour des navires allemands et avait disparu dans le vaste océan Atlantique. Le destin du Bismarck avait alors été scellé et la présence du croiseur lourd ne pouvait guère empêcher l’inévitable. On n'a plus entendu parler du Prinz Eugen pendant plusieurs jours, car il a maintenu le silence radio pour éviter toute détection par les Britanniques. Le navire de croiseur a été fouillé par des navires et des avions de reconnaissance, mais celui-ci est introuvable. Puis, le 1 er juin, le Prinz Eugen est apparu à l’entrée du port de Brest dans la brume matinale. Il s’était échappé et avait retrouvé la sécurité d’un port tenu par les Allemands. Le Prinz Eugen fut rapidement amené sur le chantier naval et sécurisé à côté d'un des quais bordant la Rade Abri, rejoignant les croiseurs de bataille. L’Allemagne a maintenant une flotte de bataille complet à Brest.


Dernière édition par leclerc1944 le Mer 10 Avr - 11:40, édité 1 fois (Raison : zut, j'ai oublier de rectifier ma trad!!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 7734
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeMer 10 Avr - 11:58

Le KMS Gneisenau en cale seche janvier 1941avec d impressionnants filets de camouflage...

l'unternehmen Cerberus Kriegs11


En mars sans filet car les travaux ont largement commences

l'unternehmen Cerberus 0312



Reco RAF du 28 mars 1941

l'unternehmen Cerberus Scharn10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeJeu 11 Avr - 2:01

Oui salut et Merci Naga!
La photo démontrant le Gneisenau sans filet = Cale sèche n°9 et la date pourrait être le 23 Mars où du moins avant le premier bombardement . et c'est bien à Brest.
Euhhhhhh Janvier 1941?
Tu t'est sûrement trompé d'année. Pour Janvier 1942 ok!
Parce que de Janvier 1941 au 16 Mars Gneisenau et Scharnhorst ont effectuer Operation "Berlin" dans l'atlantique,
ou Lutjens le 16 Mars, ayant détecté sur son radar un navire, alors que les deux navires étaient entraient de coulé un navire marchand, il a donné l'ordre de mettre le cap sur Brest à pleine vitesse (en raison que l'amirauté de la Kriegsmarine ne souhaita pas un second Admiral Graf spee). En raison que le HMS Rodney et le HMS King Georges V et le HMS Ark royal était sur leurs traces, et ont entendu le SOS émis en Clair par le "SS Chilean Reefer", et qui son capitaine lors de son repêchage après que son navire était entrain de sombré, à Bien signaler au Capitaine du Rodney, que c'était le Gneisenau qui a coulé son navire.

Le 20 Mars les deux navires se trouvait à 700 Milles nautique de Brest, ou un Hydravion de reconnaissance de l'Ark Royal, les avaient retrouvé. ou Lutjens à ordonnée de mettre le cap au nord, et ils ont gardé ce cap, jusqu'à ce que l'hydravion avait disparu, puis ils ont repris le cap sur Brest.
à cette période, l'Ark Royal se trouvait à 160 Milles nautique de Lutjens, mais le mauvais temps n'avait pas permis de faire re-décollée une nouvelle fois dans la soirée l'avion de reconnaissance.
Et le lendemain c'était le Coastal command qui venait de retrouvé Le Gneisenau et le Scharnhorst à 200 Milles nautique de Brest.
Et à cette Distance, c'était beaucoup trop dangereux de tenté de les rattrapé, en raison de l'aide aérienne que les Allemands aurait pu avoir provenant de la terre, avec les bases de chasse et d'attaque proche de Brest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeJeu 11 Avr - 9:57

Citation :
Ils ont largué 132 tonnes de bombes sur le port, ce qui a eu peu d’effet sensible sur les croiseurs de bataille, bien que plusieurs membres d'équipage des navires aient été tuées dans leurs quartiers sur les navires.
Sans compter les victimes dans la population civile ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeJeu 11 Avr - 19:29

l'unternehmen Cerberus Gneise10
Donc ici j'ai traduit la partie qui était d'origine en langue russe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeVen 12 Avr - 9:55

Donc la taille et le blindage d'un cuirassé, mais avec "juste" l'armement d'un croiseur pour aller plus vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeVen 12 Avr - 14:23

l'unternehmen Cerberus G_bres10
Ici la photo montrant le Gneisenau entrant dans sa cale sèche n°9 à Brest le même jour du 22 Mars 1941.
On ne peut pas confondre ici le Gneisenau avec le Scharnhorst en raison que le Gneisenau disposait d'une Grande Croix gammé sur sa poupe taille grande, tandis que le Scharnhorst lui sa croix gammé peinte était de taille inférieur, uniquement au centre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeVen 12 Avr - 15:41

Bien ont était donc avec le récit à Brest.

Citation :
Le groupe de Brest.
Le reste de l'année, le " Scharnhorst " et le " Gneisenau " ont passé leurs temps au chantier navale militaire de Brest, que les Allemands ont partiellement restaurés après leur capture, ainsi que des ouvriers du chantier naval militaire de Wilhelmshaven ont effectuer les réparations.

Après l’arrivée des croiseurs de bataille allemands à Brest, les Britanniques, craignant leur nouvel accès à l’océan, ont commencé des raids réguliers sur cette base, en utilisant des bombes spéciales de 227 kg capables de percer les blindages. Il suffit de citer des chiffres: du 27 mars au 7 mai, les avions du Bomber Aviation Command et du Coastal Command de la Grande-Bretagne ont largué 1013 tonnes de bombes sur Brest et placé 201 mines magnétiques. Les raids ont été particulièrement massifs dans la nuit du 31 mars au 5 avril. Au cours de cette dernière, une bombe de 227 kg a été à atterris dans l'eau à 4 mètres du Gneisenau , qui se trouvait dans une cale sèche, sans exploser. Immédiatement, le navire a été sorti du quai et mis sur le tonneau d'amarrage du port de Brest.

Pendant le raid, le " Scharnhorst " a constamment eu des difficultés avec les tubes des surchauffeurs de ses chaudières, et seul le travail désintéressé de l'équipage a permis d'éviter des dommages importants. À Brest, les experts ont déterminé qu’il faudrait au moins 10 semaines pour remplacer les tubes. La cause du dommage s’est révélée être purement technologique: le métal appliqué ne correspond pas aux températures de travail. Les réparations requises par les deux navires ont exclu leur participation à l'opération avec le Bismarck ", qui devait avoir lieu en avril 1941 et qui devait avoir lieu en avril 1941. Mais les Britanniques l'ignoraient et Brest devint longtemps la principale cible des raids de leurs avions. Ils devaient fermer les navires à l'aide de filets de camouflage, protéger les postes de tir antiaériens et monter le rideau de fumée. un très grand nombre de générateurs de fumée ont été installés autour de la base et à ses abords. Et ils ont dû prendre des mesures contre des agents anglais parmi les ouvriers des chantiers navals.Toutefois, pendant qu'ils étaient stationnés à Brest, les deux navires ont été sérieusement endommagés.

Dommages causés à l'aviation du "Gneisenau" le 6 avril .

Entourés de filets anti-torpilles de la jetée du Gneisenau le 6 avril, quatre bombardiers torpille type Beaufort ont attaqués, dont un seul a découvert le croiseur de combat et a tiré, après quoi il a été immédiatement abattu. Une torpille avec une charge militaire de 204 kg de trinitrotoluène a heurté l’avant tribord devant la tourelle arrière du canon principal (compartiments IV et V). À la suite de l’explosion, le navire a reçu 3 050 tonnes d’eau et c'est inclinée de 2 degrés et à la poupe de 1,2 m, le blindage externe a été endommagée sur une surface de 210 m², le premier plates-formes inférieure, supérieure et moyenne.La zone touchée se trouvait dans un endroit particulièrement vulnérable, où un arbre d’aviron extérieur traversait la partie inférieure de la défense anti-torpille à côté de la tour arrière. Le couloir de l’arbre droit a été détruit sur une longueur de 36 m.Tous les glandes de bourrage des cloisons arrière intactes ont été affaiblies, ce qui a provoqué une inondation importante des compartiments adjacents au couloir, entraînant la défaillance de l’arbre à hélice moyen. Gravement endommagé les roulements de l'arbre droit. L’inondation a détruit certains mécanismes auxiliaires, ainsi que les turbines principales des salles des machines n° 1 et 3. L’eau de mer a endommagé la plupart des équipements électriques de la zone endommagée, qu’il a fallu remplacer complètement.

Au moment de l'attaque, les réservoirs d'eau et de carburant étaient remplis à 80%. Dans la zone d’explosion, les réservoirs de carburant ont été détruits et le mélange d’huile avec de l’eau salée a pénétré dans le poste de contrôle central, le poste arrière du gyrocompas et le poste arrière de la direction de tir; une partie de l'équipement en eux était hors d'usage. Les caves de la tour arrière n'étaient inondées avec de l'eau, ce qui simplifiait grandement son pompage. Certains transformateurs, téléphones d’artillerie, instruments optiques, gyrocompas et autres petits équipements électriques ont subi un choc. Au fur et à mesure que l'eau s'infiltrait dans les boîtes à garniture, l'équipe a utilisé divers matériaux non poreux pour maintenir sa résistance à l'eau. L'eau fournie par les joints d'arbre à la salle des machines n ° 3 a été pompée avec deux pompes.Après avoir rétabli partiellement la résistance à l'eau, un remorqueur de sauvetage s'est approché du navire. Grâce à de puissantes pompes, il a permis de maîtriser les inondations. Le "Gneisenau "entra à nouveau dans la cale sèche n ° 9 pour des réparations qui durèrent plusieurs mois.

Dommages causés au "Gneisenau" par des bombes le 10 avril .

Dans la nuit du 10 avril, 47 bombardiers britanniques ont largué environ 46 tonnes de bombes perforantes de 227 kg sur le chantier naval de Brest. Le Scharnhorst a échappé aux dommages, mais quatre bombes ont touché le Gneisenau du côté tribord de la superstructure au nez. Des coups dans le talus ont bombardé le navire avec une masse de fragments. Une bombe a explosé sur le pont blindé inférieur, une autre sans explosion a frappé la tour de contrôle, une troisième a percé la superstructure, le pont supérieur et le pont de batterie et a explosé sur le blindage inférieur, et la quatrième a percé le pont supérieur .

Au total, 72 personnes sont mortes à bord du navire et sur les 90 blessés, 16 sont décédés par la suite. Les tirs anti-aériens ont réussi à abattre un seul "Wellington".

Le blindage principale était légèrement endommagée. La cloison longitudinale externe du côté tribord près de la tour Bruno (dénomination alphabétique pour la tourelle "B")s'est renflée avec la rupture d'un certain nombre de soudures, résultat d'une qualité de soudage médiocre. Des éclats de verre ont endommagé des plaques de blindage de barbet, d’autres secouées. Le poste de contrôle de tir anti-aérien et le poste de contrôle central automatique ont été partiellement inondés, mais les mécanismes et l'armement de destruction ont été évités.

L’explosion de la bombe dans la superstructure a fait un grand nombre de morts et de blessés et a également entraîné la destruction de nombreux circuits électriques à l’avant du navire. Les gyrocompas, les transformateurs de soudage, les cockpits et les hôpitaux situés au nez ont été laissés sans alimentation électrique, ce qui a sérieusement endommagé les systèmes de contrôle des incendies et de communication interne. Les compartiments nasaux étaient remplis d'un gaz épais et toxique qui entravait la lutte contre l'incendie. Par précaution, les caves de la tour Bruno ont été inondées, mais dès que les incendies ont été éteints, l'eau a été pompée.

Lorsque l'amiral Lyutens est arrivé à bord du navire amiral le 14 avril, les spécialistes ont estimé la réparation à 4 mois. La principale difficulté a été le remplacement de l’arbre de transmission droit. Parallèlement à la réparation des dommages causés au " Gneisenau " et à la réparation des chaudières du " Scharnhorst ", il a été décidé de moderniser les deux navires, y compris le remplacement des systèmes de la direction de tir et l'installation de radars, de tubes de torpilles et de mitrailleuses supplémentaires de 20 mm (14 avec " Gneisenau " et 18 avec " Scharnhorst " ). Lors du combat avec le " Chilean Reefer" l'amiral Lyutyens était convaincu de la nécessité de couler les navires marchands avec des torpilles, et les navires reçurent deux à trois tubes de 533 mm - sur les côtés, et à l'avant les canons de 150 mm du groupe de poupe. pour participer à l'opération d'avril avec le " Bismarck " et le " Prinz Eugen ".

Le "Scharnhorst" à La Pallis .

Dès le début du mois de juin, les raids ont repris et le plus important d’entre eux a eu lieu le 24 juillet 1941. Le " Gneisenau ", dissimulé de manière fiable par les fillets, n'a pas subi plus de dégâts. Le " Scharnhorst " lui ne se trouvait pas à Brest. À ce moment-là, il avait fini de réparer la superstructure (le 9 juin), l'artillerie (le 13, y compris l'installation de tubes lances -torpilles) et les mécanismes (le 18). Les essais en mer prévus le lendemain ont dû être reportés en raison d'une couverture aérienne insuffisante. Ce n'est que le 21 juillet que le " Scharnhorst ", accompagné de la 5ème flottille de destroyers, s'est rendu à La Pallis pour des tests au cours desquels il a librement naviguer à 30 nœuds. Puis vint le tour des éssais à la torpille et autres exercices nécessaires à l’équipage debout dans la souricière de Brest.

Avant de rentrer à Brest, le navire a jeté l'ancre à La Pallis. Les Britanniques, qui réalisaient presque quotidiennement des photographies aériennes de Brest, ont vite découvert que le lieu habituel ou le " Scharnhorst"se trouvait amarré était à présent occupée par un pétrolier et deux autres navires amarrés l'un à l'autre pour créer l'effet d'un grand navire. Toutes les forces de l'aviation de reconnaissance ont lancé une recherche et déjà le 23 juillet, l'un des Spitfires avait découvert la fuite de fioul. Et ils ont préparé pour le prochain raid Les six premiers Stirling n’ont pas réussi à frapper, de même que dans la nuit les 30 Whitley obsolète. La tentative des sept Beaufort pour vaincre le cuirassé avec des mines magnétiques a échoué. Seulement le succès du 24 juillet à partir de 3000 - L'attaque de 15 Halifax à 3700 m d'altitude, armée de 227 kg d'explosifs puissants et de 454 kg de bombes perforantes (selon d'autres sources, le premier était semi-blindé et le second pesait 908 kg), a donné le résultat.

Dommages causés au "Scharnhorst" par les bombes du 24 juillet 1941 .

Les appareils ont a été détecté à une distance de 200 à 250 km et les premiers d’entre eux sont apparu au-dessus de la cible au bout de 28 minutes - à 14h13. Sur les 15 avions qui ont largués par neuf avions et 53 bombes hautement explosives, cinq (3 et 2 respectivement) à 14h16 ont simultanément ils ont frappé le navire du côté droit - presque en ligne droite parallèle au plan central. Au-dessus du navire, il y avait des éclats de flammes et des colonnes d'eau mélangées à de l'huile. Cinq Allemands ont abattu des avions et un autre s'est écrasé en atterrissant.

La première bombe de 227 kg a touché le côté de la tourelle de contrôle, légèrement devant la tourelle de 150 mm. Elle traversa les ponts supérieur et central et explosa sur le blindage qui resta intacte. L'explosion a créé une fissure dans le pont de la première plate-forme qui, à la place de l'explosion, s'est fortement étendue. Une plaque de blindage latérale dans laquelle un petit trou a été percé a été comprimée sur 200 mm. À la jonction de la cloison anti-torpille du pont principal blindé, les rivets se sont desserrés, à travers lesquels l'eau a commencé à couler. Les munitions des canons de 150 mm, situées à seulement trois mètres du lieu de l'explosion, n'ont pas été inquiétés. Les dommages fragmentaires étaient mineurs.

Une bombe pesant 454 kg, atteignant des installations de 105 mm à 150 mm à 3,5 m du bord du pont, a percé les ponts supérieur et inférieur blindés et la première plate-forme, mais, déviée par la cloison anti-torpille, a percé le fond et est entrée dans l’eau sans se rompre. . À travers le trou, le navire a pris une petite quantité d’eau. Des éclats ont heurté des réservoirs latéraux. Le compartiment des génératrices n ° 4 était rempli d'eau, plusieurs installations électriques étaient en panne, ainsi que des fragments et des câbles endommagés par de l'eau douce alimentant le poste de contrôle du combat, des postes de contrôle pour le tir de batteries anti-aériennes et la tour Anton.

La seconde bombe de 454 kg a touché le milieu entre les canons de 150 mm et de 105 mm à 2,6 m du bord du pont et a également percé tous les ponts avant de tomber dans l'eau à travers la bordure latérale située sous la ceinture de blindage depuis le tribord, sans également exploser. Cinq compartiments ont été inondés sur 10 m. Dans certaines salles, les lumières se sont éteintes, des fuites ont commencé dans les caves de munition de 150 mm, des éclats de logements ont été endommagés.

La troisième bombe de 454 kg, touchée juste derrière la tour arrière et à trois mètres du bord du flanc, a percé le pont supérieur et le bordé de flanc. Comme il s'est avéré plus tard, elle est allée dans l'eau sans briser. Les plaques latérales sont très endommagées et 10 compartiments étanches, y compris une partie du couloir de l’arbre de transmission droit, sont remplis d’eau. La cave de la tour César a également été inondée et son treuil à munitions a été détruit.

Une autre bombe de 227 kg est tombée devant la tour du nez, à trois mètres du bord du plateau. Elle a percé deux ponts et explosé sur l'armure principale, y faisant un petit trou et endommageant le point de fixation de la cloison anti-torpille. Les éclats ont brisé plusieurs cadres. Les ponts autour des trous, gonflés et fortement couverts d'éclats, inondaient plusieurs compartiments sur le côté, endommageaient les tuyaux de chauffage, l'eau potable et les eaux usées sous la batterie et les ponts centraux. La levée des munitions de 37 mm a échoué, même si les munitions elles-mêmes n'ont pas été endommagées. Selon d'autres données, les bombes auraient touché les zones des cadres 133, 52 (explosif), 120, 87 et 40.

Le navire a reçu un roulis de 8 degrés sur tribord, la plupart des compartiments du système anti-inondation ayant été inondés. La quantité d'eau reçue a atteint 3 000 tonnes (dont 1 200 par suite d'une contre-inondation), et le tirant d'eau arrière a augmenté de 3 mètres. Quelques petits incendies ont commencé qui ont été rapidement éteints. Deux membres de l'équipage ont été tués et 15 blessés. Des dégâts plus graves ont évité le fait que des bombes de 454 kg n’aient pas explosé.

Grâce à la lutte organisée pour la surviabilité, le roulis et le tangage ont été corrigés assez rapidement. Les chaudières à vapeur ont été entièrement levées en un temps record. Le tirant d'eau est resté à un mètre de plus, mais à 19 h 30, le navire pouvait atteindre Brest après avoir atteint une vitesse de 25 nœuds. À l'aube, un destroyer d'escorte a découvert et abattu un avion de reconnaissance britannique. Lorsque le Scharnhorst est arrivé à Brest le 25 juillet , la seule preuve visible des dégâts était un courant d'air accru, ce qui a provoqué une quasi-perte des fenêtres à l'arrière du bateau. Mais les dommages invisibles à l'œil étaient très graves. En plus des travaux sur la coque, il a fallu remplacer environ 50 km de câbles de conduite de tir et 150 km de câbles électriques. Pour l'amiral Raeder, le coup est dur: les trois gros navires de Brest sont hors d'usage, " Lützow " et "L'amiral Scheer "a été réparé dans la métropole et le Tirpitz n'avait pas encore passé le test. La réparation du Scharnhorst a pris 4 mois. Pendant ce temps, le navire a installé un nouveau radar à l'arrière et la puissance de sortie du radar de nez a été portée à 10 kW.

Les Britanniques ont connu une nouvelle vague d’activités en décembre: blessés par le succès japonais à Pearl Harbor, ils ont de nouveau été envoyés à Brest cent avions à la fois et ont consciencieusement déversé 100 à 150 tonnes de métal et d’explosifs. Mais le résultat est resté le même.

Donc par la suite je vous mettrais des photos du Scharnhorst après l'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeSam 13 Avr - 9:40

"Surtout, ne pas les lâcher" devait être la réflexion la plus couramment entendue dans l'amirauté britannique concernant ces navires.
L'angoisse des gars à bord, dans l'attente de l'inévitable prochaine attaque aérienne... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 7734
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeSam 13 Avr - 13:51

Avril 1941,on y voit le Gneisenau vue de la poupe en hauteur avec les filets de camouflage et les batteries Flak 10.5 cm SK C/33 sont operationnelles,
les canons etant partiellement leves.

l'unternehmen Cerberus Kriegs12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeLun 15 Avr - 9:57

Un bitube de 10,5 cm est impressionnant, mais dans la masse du navire ils se font presque discrets... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall


Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeHier à 0:06

non naga, regarde le sol sur la terre ferme, c'est blanc, et même sur la flak, il y'a de la neige, pour cette même photo j'ai la date de Janvier 1942.
Mais oui bien sûr, le gneisenau a été recouvert de fillet. après le 6 Avril 1941.

Donc voici quelques photos après l'attaque du 6 avril1941


l'unternehmen Cerberus Gneise12
donc sur celle ci, ont peut aisément apercevoir ou remarquer, que si il n'y aurais pas eut de remorqueur à ses côté, le gneisenau aurait gît de côté.
l'unternehmen Cerberus Gneise11
sur celle ci, la photo montrant, que le petit remorqueur n'était que le premier navire à c'être positionné, pour maintenir l'assiette du Gneisenau droit, et pour le ramener à sa cale sèche n°9
l'unternehmen Cerberus G_bres11
Ben oui, une torpille, cela fait des dégâts!
l'unternehmen Cerberus G_bres12

Donc après l'avoir ramener à la cale sèche n°9, il a été camouflé.



l'unternehmen Cerberus Schbre10
pour cette dernière montrant le scharnhorst, ici je n'ai pas de date pour confirmer, si c'était identiquement après le 06 Avril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6740
Date d'inscription : 30/07/2008

l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitimeHier à 9:42

Tout le temps avec des avaries et en réparations.
Rien d'étonnant à ce qu'à force, Hitler ait voulu démanteler tout ça pour en faire des batteries côtières... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




l'unternehmen Cerberus Empty
MessageSujet: Re: l'unternehmen Cerberus   l'unternehmen Cerberus Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
l'unternehmen Cerberus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [info]Cerbère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: