Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600   Jeu 30 Nov - 23:04


:alarm: Voici l'historique (certe long mais complet) des seuls SS Fallschirmjagers, célèbre pour leur discipline de fer et l'élitisme de leurs hommes. :alarm:

CONSTITUTION DU SS FALLSCHIRMJAGER BATAILLON 500
Avant le déclenchement des hostilités, en 1937, un premier embryon d'unité parachutiste SS avait été organisé. Un appel au volontariat avait permis de réunir un noyau dur de quelques dizaines d'hommes. Ils étaient majoritairement issus de la SS-Verfügungstruppe. Ce projet fut finalement reporté puis définitivement suspendu par Berlin en 1939... En 1943, le quartier général du Führer, qui a besoin d'une unité de parachutistes pour ses opérations spéciales, ordonne la constitution d'un bataillon SS ad hoc.
La moitié des effectifs du bataillon (1.000 hommes au total) est composée de SS volontaires. Le reste des hommes provient de camps disciplinaires, dont la prison militaire SS de Danzig-Matzkau, où ils purgent des peines de prison pour diverses raisons; parmi les chefs d'inculpation les plus courants, l'on trouve : l'insubordination, la désobéissance au feu, voies de fait envers ses supérieurs, etc. Les hommes coupables de peines mettant en cause le régime nazi lui-même ou ayant été coupables de marché noir sont quant à eux exclus de ce recrutement un peu spécial. En échange de leur incorporation dans le bataillon les détenus sont réintégrés à leur grade et bénéficient d'une annulation totale de leur peine. Contrairement à la légende qui l'entoure, le bataillon n'est donc pas une unité purement disciplinaire, uniquement composée de fortes têtes et de criminels.
C'est en octobre 1943, à Chlum (Tchécoslovaquie), que le SS Fallschirmjäger Bataillon 500 (SS-Fj.Btl.500) est officiellement formé. L'unité est commandée par un ancien de la 10.SS-Panzer-Division "Frundsberg", le SS-Sturmbannführer Herbert Gilhofer. Elle se compose de quatre compagnies de combat et d'une compagnie de commandement. Dès le mois de novembre 1943, les hommes sont transférés en train jusqu'à la Luftwaffe Fallschirm-Schule Nr.3 de Mataruska-Banja, à proximité de Kraljevo en Serbie (Yougoslavie). Sur place, ils s'initient aux techniques du saut en parachute. L'entraînement physique auquel ils sont soumis est particulièrement éprouvant. Ainsi, les officiers multiplient-ils les marches forcées et les opérations en montagne afin de renforcer la cohésion du groupe.
Janvier 1944 marque le départ du SS Fallschirmjäger Bataillon 500 pour la Hongrie où il ne restera que quelques semaines. Dès février, les parachutistes SS sont en effet engagés dans leur premier combat contre les partisans de Tito. Ils mènent une opération de ratissage (Bandenkampf) en Bosnie-Herzégovine en coopération avec d'autres troupes allemandes. De février à avril , les opérations contre les partisans communistes se succèdent à un rythme élevé, aussi bien en Serbie, au Monténégro, qu'en Macédoine ou encore en Bosnie. Néanmoins, dans ces missions, les SS ne sont utilisés que comme des fantassins d'élite et non pas comme des troupes aéroportées. Ils combattent notamment aux côtés des chasseurs de la 7. SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division "Prinz Eugen". Fin avril 1944, le bataillon est retiré des premières lignes et regagne sa base. Herbert Gilhofer cède le commandement du bataillon au SS-Hauptsturmführer Kurt Rybka. Ce dernier reçoit bientôt ses ordres de Berlin. La prochaine mission du bataillon serait non seulement une opération aéroportée mais elle aurait un objectif très particulier : capturer ou bien éliminer un certain Josip Broz mieux connu sous le pseudonyme de "Tito" (1892-1980) !

OBJECTIF : ELIMINER TITO !
Car en ce début d'année 1944, Tito représente bel et bien un objectif prioritaire pour le commandement allemand dans les Balkans. Non seulement, ce leader communiste est parvenu à organiser et à constituer une redoutable armée de plus de 300.000 partisans baptisée NOVJ, mais en plus, il est officiellement reconnu par les nations alliées comme étant leur unique interlocuteur dans cette partie des Balkans. Anglais, Américains et Soviétiques (en 1944 pour ces derniers) ont même constitué des missions de liaisons permanentes auprès de Tito. Retranché de manière inexpugnable dans le coeur des montagnes yougoslaves, Tito mène depuis 1941 des opérations de plus ou moins grande envergure contre les forces d'occupation de l'Axe. Si les Allemands tiennent fermement les noeuds routiers et les agglomérations, il n'en va pas de même dans les zones rurales et les montagnes. Cette situation de lutte permanente, ce "jeu du chat et de la souris", est un réel problème pour la Wehrmacht qui se retrouve engluée dans une forme de lutte qu'elle ne maîtrise presque pas. La guerre contre les partisans draine de nombreuses forces et provoque une attrition rapide des troupes qui se battent contre les Yougoslaves. Les représailles des uns, succèdent aux représailles des autres, ce qui radicalise totalement le combat avec pour conséquence qu'en Yougoslavie, en 1944, personne ne fait plus de prisonniers...
Les communistes entretiennent ainsi une guérilla implacable qui rend la vie des Allemands en Yougoslavie particulièrement difficile ! La topographie du terrain, la présence d'importantes montagnes, de ravins, ces grottes qui forment des abris précieux pour les partisans, ces pistes très étroites qui ralentissent la progression des colonnes motorisées allemandes, rendent la traque de Tito extrêmement délicate, voire presque impossible.
D'autant plus délicate que le IIIe Reich doit faire face à l'Est contre les soviétiques, mais aussi en Italie contre les troupes des alliés occidentaux. La Wehrmacht, exsangue, n'a pas les moyens d'organiser une fois de plus, une vaste opération de nettoyage des Balkans. Seuls les montagnards de la 7. SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division "Prinz Eugen" mise sur pied par Artur Phelps, assistés par quelques unités régulière et des volontaires serbes, albanais et bosniaques, poursuivent la traque de Tito. Malgré tout, vers la fin du mois de février 1944, un commando de Brandebourgeois, commandé par le major Benesch, est enfin parvenu à localiser le Q.G. de Tito à Drvar (Ouest de la Bosnie), petite ville encaissée au fond de la vallée de l'Unac. La nouvelle est de taille ! plusieurs plans pour éliminer Tito sont immédiatement imaginés, mais seule une opération aéroportée semble avoir une chance de réussir. Cette mission d'assaut, ce sont les hommes du SS-Fj.Btl.500 qui la mèneront.
Suite...

_________________
~We will never forget~



Dernière édition par le Jeu 30 Nov - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600   Jeu 30 Nov - 23:04


OPERATION "ROSSELSPRUNG" - LES PREPARATIFS

L'opération, baptisée "Rösselsprung", est prévue pour le 25 mai 1944, jour de la Pentecôte. Pour capturer le chef des partisans, l'état-major allemand imagine une vaste manoeuvre d'encerclement de la ville de Drvar et de ses environs immédiats. Plusieurs colonnes motorisées soutenues par la Luftwaffe devront cheminer depuis les centres urbains de Bihac, Livno, Jajce, Krupa, Bosan et Kulen puis se rabattre afin de converger vers Drvar. Ces troupes proviennent de plusieurs unités : les 7.SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division et 1.Gebirgs-Division auront pour mission d'assiéger Drvar elle-même. Le dispositif prévoit aussi l'intervention de Kampfgruppen de la 373.Infanterie-Division (Kroat.) et de volontaires serbes, albanais et bosniaques. Afin de parer à une éventuelle fuite de Tito et de son état-major, les stratèges allemands décident de faire sauter le SS Fallschirmjäger Bataillon 500 sur le Q.G. des partisans yougoslaves. Cette opération représente donc pour le bataillon le premier assaut aéroporté en opération.
La mission des paras SS est simple mais s'annonce très difficile. Ils devront capturer ou tuer Tito, détruire son Q.G. et éliminer les officiers de liaison britanniques, américains et soviétiques rattachés aux partisans yougoslaves. 654 parachutistes sont mobilisés pour la première vague de cette attaque surprise. Ils sont accompagnés par un commando d'une vingtaine d'hommes baptisé "Abteilung Savadil". Ce détachement, composé de Brandebourgeois, de spécialistes des transmissions et d'interprètes de la divisions SS "Prinz Eugen", aura pour mission de détruire les installations de transmissions ennemies et de s'emparer des codes radios secrets des hommes de Tito. A défaut d'éradiquer les partisans, les Allemands espèrent les décapiter et les priver de leur chef.
Néanmoins la Luftwaffe n'est plus ce qu'elle était en 1940 ou en 1941 aux temps des raids sur Eben-Emael ou sur la Crète. En ce début d'année 1944, les appareils de transport, les fameux trimoteurs Ju-52, font gravement défaut.
314 parachutistes devront sauter depuis les Ju-52, tandis qu'un autre groupe de 340 SS devra se poser en planeurs DFS 230. ces derniers seront fournis par les II/LLG1 et le III/LLG1 et seront tractés par des Ju-87, des Hs 126 et quelques Avia. Le bataillon parachutiste SS est divisé en plusieurs groupes tailles inégales. Les 340 hommes des planeurs sont divisés en six groupes : le plus important, le groupe "Panther", comprend 110 hommes. Ils auront pour mission de s'emparer de la "citadelle", de Tito et de ses officiers d'état-major. Trois groupes ("Greifer", "Sturmer" et "Brecher"), d'une cinquantaine de parachutistes SS devront parvenir à liquider les missions militaires alliées. Les commandos "Daufnanger" et "Beisser", fort de 50 Fallschirmjägers et renforcé par les éléments du "Abteilung Savadil", se voit quant à eux confier la mission de capturer les codes radios yougoslaves et de détruire les installations adverses.
Quant aux 314 Fallschirmjägers qui sauteront, ils sont ventilés dans trois groupes : "bleu" (100 SS), "vert" (95 SS) et "rouge" (85 SS). C'est avec ce dernier groupe que le patron du SS Fallschirmjäger Bataillon 500, le SS-Hauptsturmführer Kurt Rybka, sautera. Quelles sont les consignes de ces Kampfgruppen ? Dans un premier temps, sécuriser les zones d'atterrissage des planeurs, puis dès l'arrivée de ces derniers décrocher pour aller encercler la bourgade de Drvar. L'objectif des parachutistes est de cadenasser la ville, de la couper de tout renfort potentiel en provenance de l'extérieur. Tito ne dois pas sortir vivant de Drvar !
De son côté, comment Tito et ses troupes se sont-ils organisés ? malgré les précautions prises par les Allemands, les partisans Yougoslaves se doutent de l'imminence d'un raid. S'ils ignorent même la présence du SS Fallschirmjäger Bataillon 500 dans le pays, et le risque induit par cette unité d'une attaque aéroportée, ils sont en alerte maximale. Plusieurs bombardements de la Luftwaffe sur Drvar, objectif par ailleurs stratégiquement insignifiant, ont attiré leur attention. Tito a fait renforcer sa garde rapprochée. De jeunes Yougoslaves, hommes et femmes, équipés d'armes automatiques et de grenades, veillent sur leur chef jour et nuit. Un bataillon d'infanterie, un bataillon du génie, un groupe de 150 élèves officiers et diverses troupes sont à Dvrar.
Le leader communiste ne loge plus dans l'une des maisons de la bourgade, mais dans une baraque en bois édifiée à l'intérieur d'une grotte à même le flanc de la montagne. Son état-major et lui y sont à l'abri des appareils allemands. De nombreux postes de garde sont camouflés aux abords de la grotte et tout au long des chemins d'accès. Des mitrailleuses antiaériennes sont disposées dans les alentours. Les titistes ont aussi rameuté trois blindés légers Fiat Ansaldo L6/40 capturés pour prendre position dans Drvar. La cloche de l'église du village est démontée et installée dans la montagne afin de servir de signal d'alarme en cas d'attaque. Même les missions alliées ont été éloigné à Potoci (à l'Est de Drvar) par mesure de précaution. Au soir du 24 mai, seuls quatre correspondants de guerre alliés sont encore avec Tito. Comme l'on peut s'en rendre compte, les Yougoslaves sont prêts à "accueillir" les troupes allemandes.
Du 21 au 24 mai, les parachutistes sont transportés en camions et en trains depuis leurs quartiers de Kraljevo et de Mataruska Banja. Ils partent rejoindre les terrains d'aviation de Zrenjanin, Banja Luka et Zagreb. Depuis plusieurs jours, ils ont reçu de strictes consignes de silence quant à leur future mission. Afin d'éviter toute indiscrétion, les équipements de saut (casques, parachutes, etc.) sont soigneusement camouflés. Toutes les précautions sont prises pour que les espions titistes ne se doutent de rien et ne puissent pas identifier les Fallschirmjägers. Même les insignes de l'unité ont disparu des uniformes !

OPERATION "ROSSELSPRUNG" - JOUR J -
Tandis que les convois routiers allemands s'ébranlent dans la nuit pour converger vers Drvar, les Fallschirmjägers SS embarquent à bord des Ju-52 et des planeurs d'assaut. A 05h00, la luftwaffe lance un raid sur Drvar et ses environs. A 06h50, les premiers parachutistes SS sautent sur l'objectif. Pour réduire les pertes du fait des tirs des défenseurs, les paras sautent à très basse altitude et leur descente vers le sol ne dure qu'une quinzaine de secondes. Le SS-Hauptsturmführer Kurt Rybka fait partie des premiers hommes à se poser. Tout se passe très vite, les SS qui ne rencontrent aucune réelle résistance sécurisent rapidement les zones d'atterrissage des planeurs. Cependant pour ces derniers, les choses se passent nettement moins bien. Si la majorité des planeurs d'assaut se posent dans un champs à proximité de la zone de saut des paras, ils sont aussi nombreux avoir été pris sous le feu des mitrailleuses lourdes des partisans. Plusieurs officiers, sous-officiers et hommes du rang sont tués, d'autres agonisent dans les carcasses des planeurs détruits. L'évacuation des planeurs se fait dans l'ordre, mais sous un feu toujours croissant de la part des partisans. Les Fallschirmjägers ne peuvent que riposter qu'avec leurs armes automatiques, mais manquent cruellement d'armes lourdes pour faire taire les nids de résistance adverse. Rybka organise sa défense comme il le peut. Le PC du bataillon est installé dans l'épave d'un DFS 230. A 09h00, Drvar tombe enfin entre les mains des Allemands. Reste encore à capturer Josip Broz (Tito).
Le SS-Hauptsturmführer décide malgré le feu d'enfer des partisans de prendre la grotte où Tito est en théorie installé. L'assaut tourne immédiatement au carnage... Les partisans bien retranchés bénéficient de lignes de tir idéales et "alignent" les paras qui cherchent en vain à s'approcher de l'entrée de la grotte. Cloués au sol, les SS doivent en plus affronter une contre-attaque menée sur leurs flancs par des élèves officiers titistes. La situation des hommes du SS-Fj.Btl.500 vire au cauchemar. Rybka, relance un second assaut tout aussi infructueux que le premier mais tout aussi sanglant. Les renforts de partisans arrivent de tous les côtés. L'attaque éclaire est un échec ! Pire, en ce début de matinée, personne chez les SS, ne sait si Tito est encore présent dans la grotte ! plusieurs sources se contredisent à ce sujet : pour certains Tito se serait enfuit dès l'arrivée des premiers paras SS, c'est à dire aux alentours de 07h00. D'aucuns affirment qu'il serait parti bien plus tôt, en pleine nuit et d'autres encore qu'il se serait échappé juste après le premier assaut de la grotte mené par les SS. Une chose est sure, Tito venait une fois de plus de s'échapper "au nez et à la barbe" des Allemands. Lui et son staff auraient emprunté un tunnel secret conduisant au sommet de la montagne. De là, il aurait rejoint une ligne de chemin de fer puis l'aérodrome de Kupresko Polje où un appareil soviétique l'aurait conduit à Bari en Italie. A aucun moment les stratèges allemands n'avaient prévu de couvrir tous les éventuels chemins de repli de Tito...
Sur le terrain, la situation des SS apparaît très critique. Les pertes s'accroissent d'heure en heure, des dizaines de blessés attendent d'hypothétiques soins. De toutes les façons, leurs camarades sont dans l'impossibilité de leur prodiguer ces soins sous un feu si nourri. Pis, les partisans de la brigade "Lika" et du "corps dalmate" sont en train de gagner du terrain. Ils libèrent les abords de la grotte de Tito et commencent à repousser en force les Allemands. Le SS-Hauptsturmführer Rybka espère l'arrivée de la seconde vague de paras. Il scrute le ciel avec inquiétude à la recherche des Ju-52. Enfin, à 11h50, 200 nouveaux paras SS, menés par le SS-Hauptsturmführer Obermeier, sautent sur le chaudron de Drvar. Les SS subissent de lourdes pertes au cours de leur descente et surtout dès leur arrivée au sol. Ils sont immédiatement pris à partie par les mitrailleuses adverses. Dans les cieux les Stukas de la Luftwaffe cherchent à appuyer au mieux les Fallschirmjägers et pilonnent les positions yougoslaves de la 1ère brigade prolétarienne... mais rien n'y fait, habilement camouflés dans les roches et les grottes, les partisans resurgissent inlassablement dès que la fumée des explosions des bombes des Ju-87 disparaît. Pour ne rien arranger les munitions des hommes du SS-Fj.Btl.500 commencent à s'épuiser et il leur est impossible de pouvoir repartir vers les épaves des planeurs pour y prendre de nouveaux chargeurs.
Rybka, conscient du drame qui est en train de se jouer pour ses hommes, prend la décision de tenter le tout pour le tout. Il ordonne un nouvel assaut afin de s'emparer de la grotte qui abrite le Q.G. de Tito. Il mène lui-même l'attaque, les paras sortent de leurs abris comme des diables de leurs boites, les hommes courent puis zigzaguent pour éviter les balles yougoslaves. Plusieurs Fallschirmjägers s'effondrent, touchés à mort, tandis que les autres, Rybka en tête, atteignent les premières lignes des partisans. Les combattants se livrent à de sanglants corps à corps. Parmi les partisans de nombreuses jeunes femmes qui se battent avec acharnement et violence pour protéger leurs positions. Au cours de l'un d'eux, Rybka est gravement touché par des éclats de grenade. Les paras entrent enfin dans la grotte de Tito... Elle est vide ! Les "diables verts" ne peuvent que mettre la main sur l'un des uniformes tout neuf du "maréchal" Tito. Avant de quitte les lieux, les officiers d'état-major titistes ont tout emporté avec eux ou presque.
Rybka, blessé, est ramené dans les "positions" allemandes. Les troupes titistes multiplient les contre-attaques et forcent les SS à retraiter vers la vallée, près de Drvar. Le SS-Hauptsturmführer Bentrup prend alors la tête du bataillon, ou du moins de ce qu'il en reste. Les SS décrochent vers la ville qui offrent de nombreux abris. Les blessés sont transportés tant bien que mal. Les restes du bataillon se regroupent au cimetière pour organiser la défense. Après tout le pire est derrière eux, car il est prévu que les grenadiers du Kampfgruppe "Willan" de la 373.Infanterie-Division (Kroat.) les relèvent en fin de journée.
Mais au crépuscule, toujours rien ou presque. A la demande de Bentrup, un appareil léger Fieseler Storch se pose pour embarquer et évacuer Rybka dont l'état de santé se dégrade. Il restera en convalescence à l'hôpital SS de Prague pendant de longues semaines. Mais revenons à Drvar où personne parmi les SS ne sait que les Yougoslaves ont totalement encerclé la région et ralentissent par des embuscades à répétition la progression des colonnes motorisées allemandes. Les partisans lancent assaut sur assaut sur le cimetière. Ils mettent en batterie plusieurs mortiers et harcèlent en permanence les Fallschirmjägers. Même les habitants de Drvar sont mobilisés pour participer à la curée. La position est jugée intenable; les SS parviennent in extremis à briser leur encerclement et à progresser jusqu'à la grande Scierie à la périphérie de la petite bourgade. Une fois de plus, en pleine nuit, ils s'organisent pour tenir. Les blessés en état de se battre prennent position aux côtés des hommes valides. Les armes sont vérifiées, les munitions comptées, les dernière cigarettes fumées. D'ici quelques minutes les Yougoslaves de la 1ère brigade prolétarienne repasseront à l'attaque, encore et encore. La nuit est terrible.
Au petit matin, le 26, les SS sont enfin rejoints par le bataillon de reconnaissance de la 7.SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division "Prinz Eugen". Si le Quartier Général allemand pavoise dans son communiqué de presse, en annonçant la destruction du PC de Tito et des pertes yougoslaves supérieures à 6.000 hommes, il oublie de dire que le SS Fallschirmjäger Bataillon 500 ne compte plus que 200 survivants sur les 1.000 paras engagés. Les SS, délivrés des assauts des Yougoslaves, retournent examiner la grotte de Tito. En plus de l'uniforme trouvé la veille, ils u découvrent une jeep et de nombreux tracts de propagande appelant la population yougoslave à se révolter contre le IIIe Reich...

Suite au prochain post Wink

_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
Carius
Admin-GeneralFeldmarshall
Admin-GeneralFeldmarshall
avatar

Nombre de messages : 1229
Localisation : London
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600   Jeu 30 Nov - 23:09

LES PARAS SS ENGAGES A L'EST
Pour les 200 survivants de l'opération "Rösselsprung", il n'est pas question de permissions et détente. Ils sont presque à nouveau immédiatement engagés dans la traque des partisans de Tito, notamment dans la région de Petrovac pour y la 26e division de la NOVJ. En juin 1944, le SS Fallschirmjäger Bataillon 500 est retiré des premières lignes et rejoint ses quartiers de Ljubljana. En cours de réorganisation et malgré les renforts, il ne compte plus que 292 hommes, officiers compris. Le bataillon est désormais commandé par le SS-Hauptsturmführer Siegfried Milius. Fin juin, les Fallschirmjägers SS traversent l'Europe pour rejoindre les rives de la mer Baltique. Berlin compte confier aux paras une nouvelle mission spéciale : sauter sur l'île d'Aaland afin de la protéger de l'avance soviétique. Mais l'assaut aéroporté est annulé.
Le SS-Fj.Btl.500, qui a reçu quelques volontaires, part alors pour l'Estonie, puis pour Kaunas en Lituanie, où il est mis à la disposition du Groupe d'Armées Centre. L'unité est amalgamée dans un Kampfgruppe avec les restes du I./Panzer-Regiment Grossdeutschland et d'autres troupes. Le Kampfgruppe a pour mission d'assister les troupes allemandes en passe d'être encerclées par l'Armée Rouge dans les ruines de Vilnius. Pendant deux semaines, les paras SS s'opposent aux T-34 russes qui cherchent à conquérir la capitale lituanienne. Un "couloir" est ainsi maintenu ouvert, permettant l'évacuation des blessés et le ravitaillement des défenseurs de la cité.
Après la bataille de Vilnius, le bataillon est chargé de ralentir l'avance des divisions soviétiques des 11ème et 33ème armées de la Garde. Les Fallschirmjägers se battent pendant le mois d'août 1944 aux côtés d'éléments éparses de la 7.Panzer-Division et des restes de plusieurs Infanterie-Divisionen. En octobre le bataillon est rattaché au célèbre Grossdeutschland Panzer Korps. Les paras SS ne sont même plus une centaine ! Pendant le mois de novembre, les survivants sont rappelés dans le Grand Reich, en Autriche, pour devenir le noyau dur d'une nouvelle unité : le SS Fallschirmjäger Bataillon 600. Il s'agit en fait d'amalgamer les survivants du 500 avec de nouveaux volontaires. Parmi ces hommes, on ne compte plus de repris de justice. Le bataillon perd son statut d'unité "disciplinaire". L'entraînement est principalement basé sur la lutte antichars et les opérations commandos. Le nouveau bataillon n'est plus une réelle unité parachutiste. Elle dépend désormais du spécialiste SS des "coups tordus", le SS-Sturmbannführer Otto Skorzeny. C'est lui qui engage deux compagnies du SS Fallschirmjäger Bataillon 600 au sein de la célèbre 150 Panzer-Brigade dans le cadre de l'opération "Greif" pendant la bataille des Ardennes. Les paras SS
En 1945, les 1.000 hommes du SS Fallschirmjäger Bataillon 600 partent vers l'Est. De nouvelles recrues provenant de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine renforcent l'unité. La nouvelle mission confiée aux paras SS tient en quelques mots : ralentir coute que coute l'avance des Sovietiques. Le bataillon se bat sur le front de l'Oder près de Schwedt. Le premier avril 1945, les débris du SS Fallschirmjäger Bataillon 600 retraitent vers le Nord de l'Allemagne, où ils poursuivent le combat contre les alliés occidentaux.
La capitulation du IIIe Reich met fin à leur lutte. Les rares survivants parviennent à se faire capturer par les troupes de l'US Army. @+
Otto
🇲🇬


_________________
~We will never forget~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ostfront.forumpro.fr
guillaumelebrave
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 181
Localisation : ARRAS
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600   Lun 5 Nov - 17:30

merci pour les info effectivement sa fait de la lecture mais super intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600   

Revenir en haut Aller en bas
 
SS Fallschirmjager Bataillon 500 puis 600
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DUT puis fac éco, possible?
» Le bataillon Valaisan
» GÉMEAU Auguste - Chef de bataillon, aide de camp - 6è Léger
» "Problematique" s je puis dire
» Le 1er Chasseur à Pied de la Vieille garde, 2eme bataillon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Forces de l'Axe-
Sauter vers: