Le Forum du Front de l'Est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Kingston A400 – SSD interne – 2.5 » – 960 Go
80.90 €
Voir le deal
anipassion.com

 

 Les allies devenus violeurs et assassins?

Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeMer 15 Avr - 2:48

Si vous croyez que les soldats alliés, les soldats américains et britanniques étaient des anges par rapport aux mauvais soldats allemands et russes; vous vous trompez.
La Seconde Guerre mondiale a fait des choses étranges à tous les combattants de toutes les nations. Ils avaient aussi la soif de sang. Même les soldats américains et britanniques.
Vous trouverez ci-dessous des cas où les «bons» soldats alliés ont mal tourné. On en entend à peine parler. Mais pour être un étudiant impartial de l'histoire,
il faut être résolument attaché à la dévotion à l'équité. Sinon, ce ne serait pas de l'histoire, mais de la simple propagande occidentale.

Parmi les dizaines de témoins alliés interrogés pour ce récit, presque tous avaient une connaissance directe ou même une expérience d executions de prisonniers allemands
pendant la campagne ... De nombreuses unités britanniques et américaines abattaient régulièrement des prisonniers SS, ce qui expliquait,
autant que la résistance fanatique que les SS offraient si souvent, pourquoi si peu apparaissaient dans les cages de prisonniers de guerre. "

Patton a écrit dans son journal le 4 janvier 1945:
"Le Onzième Blindé est très vert et a subi des pertes inutiles sans résultat. Il y a eu aussi des incidents malheureux dans la fusillade de prisonniers.
J'espère que nous pourrons cacher cela."

La résistance allemande s'est poursuivie à l'automne et "même la discipline de certaines des meilleures unités américaines craquait", notamment
les célèbres 82e et 101e divisions aéroportées.
Le 5 novembre 1944, le chauffeur d'Eisenhower, Kay Summersby, a enregistré:
"Le général Betts rapporte que les conditions disciplinaires dans l'armée deviennent mauvaises. De nombreux cas de viol, de meurtre et de pillage provoquent des plaintes
de la part des Néerlandais français, etc." Un mois plus tard, le général Leroy Lutes a déclaré:
"Les Français se plaignent maintenant que les Américains sont beaucoup plus ivres et désordonnés que les Allemands et espèrent voir le jour où ils seront libérés des Américains".
Les luths ont découvert que la propagande alliée qui décrivait les Allemands comme des brutes était fausse:
"Je suis informé que les Allemands n'ont pillé ni les résidences, ni les magasins, ni les musées. En fait, les gens ont affirmé qu'ils étaient méticuleusement traités par l'armée d'occupation."
À la fin de la guerre, plus de 450 GI ont été condamnés à mort par des cours martiales, presque tous pour avoir commis des délits non militaires comme le viol et le meurtre.


Liberation

Les allies devenus violeurs et assassins? Zzzzz825


Les allies devenus violeurs et assassins? Americ13


En contraste frappant avec l'image qui nous est restée longtemps des GI s  américains accueillis par une population française reconnaissante,
David Irving ("War Between The Generals") est l'un des nombreux historiens qui jettent un nouvel éclairage sur ces événements.
Il semble que loin de se comporter comme des boy-scouts en mission de miséricorde, les soldats américains ont terrorisé de nombreuses personnes qu'ils étaient censés libérer
des griffes des méchants nazis.
Comme Irving informe ses lecteurs:
"Une épreuve a commencé pour les Français qui sont restés en Normandie pour accueillir leurs libérateurs. Ils étaient susceptibles d'être vandalisés, volés, violés, assassinés.
En effet, le comportement des GI s dans toute l'Europe libérée provoquait une appréhension à Washington Les chefs d'état-major ont également examiné un rapport de Rome
selon lequel les conditions étaient désormais pires que lorsque les Allemands y étaient.
" Après une visite à Caen, B.H. Liddell Hart, le célèbre stratège et historien militaire britannique, a souligné que «la plupart des Français parlent de la justesse du comportement
de l'armée allemande. Ils semblent particulièrement impressionnés que les soldats allemands aient été abattus pour incivilité envers les femmes
et comparent cela avec le mauvais comportement des troupes américaines. envers les femmes. "
Selon un rapport officiel de l'armée américaine, "Malheureusement, la plupart de ces actes indisciplinés ont été causés par des troupes de couleur".
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeMer 15 Avr - 9:47

Sans parler de viols, en Italie, une fois le pays libéré des Nazis, le marché noir, la corruption, la Maffia sont réapparus en peu de temps, plus virulents que jamais...
Les péchés capitaux de l'Oncle Sam en terre étrangère... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeJeu 16 Avr - 1:19

Prisonniers Waffen SS abattus par les americains

Le massacre de Chenogne était un crime de guerre commis par des membres de la 11th Armored Division, une unité de combat américaine, près de Chenogne, en Belgique,
le 1er janvier 1945 (peu après le massacre de Malmedy), pendant la bataille des Ardennes.
Selon des témoignages, environ 80 prisonniers de guerre allemands ont été massacrés par les américains: les prisonniers ont été rassemblés dans un champ
et abattus avec des mitrailleuses. Il s'agit de l'un des nombreux crimes de guerre qui ont été ou qui auraient été commis pendant la bataille des Ardennes
par des membres des forces alliées et de l'Axe.
Les événements étaient dissimulés à l'époque et aucun des auteurs n'a jamais été puni. Les historiens d'après-guerre estiment que les meurtres étaient basés
sur des commandants supérieurs qui avaient ordonné verbalement "qu'aucun prisonnier ne devait être fait.

John Fague, de la compagnie B, 21e bataillon d'infanterie blindée (de la 11e division blindée), en service près de Chenogne, décrit l'exécution de prisonniers allemands
par des troupes americains:

« Certains des gars ont aligné des prisonniers. Je savais qu'ils allaient les tuer, et je détestais cette affaire...
Ils leur ont fait remonter la colline pour les assassiner avec le reste des prisonniers qu'on avait faits le matin...
Comme nous remontions la colline hors de la ville, je sais que certains de nos gars alignaient des soldats allemands dans les champs sur les deux côtés de la route.
Il devait y avoir 25 ou 30 gars allemands dans chaque groupe. Des mitrailleuses étaient montées. Ces gars allaient être descendus à la mitrailleuse et assassinés.
Nous commettions les mêmes crimes dont nous accusions les Japs et les Allemands...
En descendant la route vers la ville j'ai regardé les champs là où les allemands avaient été tués. Des formes sombres et sans vie gisaient dans la neige. »

11e division blindée

Les allies devenus violeurs et assassins? Xx21



Dissimulation

L'histoire officielle de la guerre, publié par le gouvernement des États-Unis indique que, même
« il est probable que les Allemands qui ont tenté de se rendre dans les jours immédiatement après le 17 décembre couraient un plus grand risque » d'être tués
que plus tôt dans l'année, « il n'y a pas de preuve... que les troupes américaines ont profité d'ordres, implicites ou explicites, de tuer leurs prisonniers SS. »
Toutefois, George Henry Bennett dit de la déclaration ci-dessus que « la précaution est un peu hypocrite », et il ajoute qu'il est probable que les ordres de tirer
sur les prisonniers (donnés par le 328e régiment d'Infanterie) ont été suivis, et que les autres régiments américains avaient probablement aussi donné des ordres similaires.
Mais la mise à mort de prisonniers SS était devenue monnaie courante à l'époque pour certaines unités.
La 90e division d'infanterie à la Sarre « a exécuté des prisonniers Waffen-SS d'une façon si systématique fin décembre 1944,
que l'état-major dut émettre des ordres formels de prendre des Waffen-SS soldats en vie afin d'être en mesure de leur soutirer des informations

En juillet 2018, la radio KQED-FM a diffusé un épisode de la série Reveal intitulé "Take No Prisoners: Inside a WWII American War Crime" dans lequel Chris Harland-Dunaway
a enquêté sur le massacre de Chenogne.
Selon ses sources, les soldats américains ont abattu environ 80 soldats allemands après leur reddition (environ un pour chaque mort dans le massacre de Malmedy) .
Harland-Dunaway se réfère au journal du général George S. Patton dans lequel ce dernier confirme que les Américains "... ont également assassiné
une cinquantaine de médecins allemands . J'espère que nous pourrons cacher cela".

Selon un dossier déclassifié auquel Harland-Dunaway a eu accès, un soldat nommé Max Cohen a décrit avoir vu environ 70 prisonniers allemands mitraillés par la 11e division blindée
à Chenogne. Le commandant suprême du Corps expéditionnaire allié, le général Dwight D. Eisenhower, a exigé une enquête complète,
mais le 11e blindé n'a pas coopéré, déclarant "qu'il est trop tard; la guerre est finie, les unités sont dissoutes".
Ben Ferencz, un avocat américain qui a exercé les fonctions de procureur au tribunal de Nuremberg, après avoir pris connaissance du rapport déclassifié, a déclaré:
"Cela me semble comme une dissimulation, bien sûr."
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeJeu 16 Avr - 1:37

Janvier 1945
Deux membres de la Waffen SS ont été retirés de leurs trous de camouflage, leurs deux mains etaient levées .Ils ont ete directement abattus sur place.

Un membre des Waffen SS qui était en convalescence dans un hôpital en raison d'une balle dans les poumons, a été tué par balle par un soldat américain
alors qu'il était transféré dans un autre hôpital en compagnie d'une infirmière de la Croix-Rouge.


Avril 1945
Tortures-Temoignages de soldats americains

Paderborn. Un officier SS reçoit l'ordre de ses interrogateurs d'enlever sa chemise et son maillot de corps. Il est ensuite frappé au visage et au dos avec un fouet.
Un MP éteint sa cigarette allumée sur le dos de l'homme. Il lui est alors ordonné de se tenir le visage contre un mur, tandis que ses interrogateurs pressent la bouche
d'un pistolet contre son cou. Une chaîne est placée autour de son poignet et tordue jusqu'à ce que l'homme s'effondre sous la douleur.

Bavière. Un général de police est fait prisonnier et conduit dans une cellule où un soldat américain tient un pistolet sur la tête, puis urine sur tout le corps.

Dans un camp spécial dirigé par les Américains pour les SS capturés et les membres du parti nazi, un sergent américain sadique, Paul Doyle, tourmente brutalement
les hommes sous sa responsabilité. Chaque jour, il bat les hommes jusqu a  l'inconscience, leur brisant souvent les côtes.
Les hommes sont battus si souvent et si mal qu'ils doivent être hospitalisés.
Une nuit, il entre dans une cellule et bat un homme pendant une période exceptionnellement longue. Lorsque la victime devient inconsciente, de l'eau lui est jetée au visage
pour la ranimer. Il est ensuite à nouveau battu. Enfin, il est traîné hors de sa cellule sans connaissance. L'homme est ensuite hospitalisé pour des blessures graves, internes
et externes. Un autre officier SS est tellement battu par Doyle qu'il meurt plus tard de ses blessures.
Une autre victime a la tête enfoncée sous l'eau pendant de longues périodes et ses fesses si violemment fouettées que la peau est déchirée et pendante.

Un SS est battu à plusieurs reprises sur la plante des pieds nus.

Deux SS sont contraints de se salir le visage de vomi humain.

Deux SS sont tués par balle après avoir rendu leurs armes aux Américains.

Schesslitz. Un député Ortsgruppenleiter est battu jusqu au sang par des Américains avec des matraques en caoutchouc et des poings sur la tête.
Il est alors contraint de manger des cigarettes allumées. Dans un jardin, la forme d'une tombe est mesurée, puis l'homme est pieds et poings liés et est laissé allongé sur le sol
toute la nuit dans une pièce éclairée par des bougies. Le lendemain, l'homme est ordonné de creuser une tombe, puis de s'y tenir debout, tandis qu'un soldat américain
se fait prendre en photo en train de déféquer et d'uriner dans la fosse.

Un sergent americain crache sur 2 soldats SS puis  il les frappe dans les organes génitaux jusqu'à ce qu'ils s'effondrent.



Mai 1945

Un membre SS est brûlé à plusieurs reprises avec des mégots de cigarettes sur tout le corps.

Un SS est enchaîné par les jambes et suspendu au-dessus d'une latrine avec la tête dans les toilettes.

Altenburg. Les membres SS sont obligés de se déshabiller complètement. Les Américains les fouettent alors si fort qu'ils perdent connaissance.
Dans cet état, ils sont laissés allongés sur le sol.

Herford. Un officier SS gravement blessé est contraint par les Américains de porter de lourds rouleaux de fil de fer barbelé sur ses épaules nues, courant à deux reprises.
L'homme s'effondre rapidement lorsque la peau de son dos est arrachée de son corps.


Les allies devenus violeurs et assassins? Allied10



Juin 1945

Un groupe de dirigeants SS sont chargés de pierres lourdes puis commandés de courir pieds nus sur des pierres et du gravier cassés, jusqu'à ce qu'ils s'effondrent.

Deux SS blesses qui ont ete amputes sont attachés ensemble avec des cordes et contraints de rester debout sans aucune nourriture pendant 48 heures.
Sur quoi le sergent «interrogateur» Wertheim ironise: «Maintenant, vous avez deux jambes.

Cage 22: Les prisonniers sont obligés de nettoyer les latrines nuit après nuit - à mains nues.

Cage 23: Le sergent du camp américain passe les heures en enfonçant des aiguilles dans l'estomac des prisonniers sans défense.
Remarque: ce qui précède s'est produit dans des camps en France.


Juillet 1945 Stuttgart.

Un homme a été traîné hors de son lit au milieu de la nuit par des soldats américains parce qu'il était accusé d'être membre des SS Allegemeine.

Il a été traîné dans la rue et battu. Une demi-heure plus tard, il a de nouveau été traîné hors de son lit par 2 Américains et on lui a ordonné de partir.
L'homme a refusé, craignant de se faire tirer dans le dos. Par conséquent, il a été frappé à coups de crosse de fusil et jusqu'à ce qu'il soit inconscient.
De l'eau a été jetée sur son visage et il a repris conscience, ce qui lui a valu d'être battu à nouveau inconscient une deuxième fois.
À la suite de l'attaque, il a souffert de fractures des côtes, de plaies béantes à la tête, de lésions cérébrales et de pertes de dents.


Aux alentours de Munich, les membres des Waffen SS ont été contraints de manger leurs insignes d'uniformes.


Août 1945

Dans le camp de prisonniers de guerre Wolfhagen, un caporal SS grièvement blessé est torturé par des Américains afin de lui extorquer des aveux.
Il reçoit des coups de pied dans les parties génitales et a ete brûle encore et encore avec des cigarettes allumées. Le jeune homme avait 20 ans.


Weiden. Camp de prisonniers de guerre.
Deux SS sont menottés l'un à l'autre tandis que les interrogateurs les battent. Ils sont frappés à plusieurs reprises dans les reins.

Une mention spéciale doit être faite pour le camp de Ziegenhain, où nous avons l'identité des inquisiteurs américains.
Les méthodes de torture utilisées étaient encore pires que les cas susmentionnés. Les principaux interrogateurs de ce camp étaient l'inspecteur Simon, Watson
et le lieutenant Goodman. L'un de leurs jeux préférés était de jouer à "Autobahn", où une victime avait les cheveux et les sourcils coupés ou arrachés.
Plus tard, les cheveux ont été poussés dans la bouche ou les narines de la victime pendant de longues périodes.

Voici quelques exemples supplémentaires de "traitement spécial":

Un technicien de machine s'est cogné la tête contre un mur tant de fois que du sang a jailli de ses narines.

Un homme a été amené pour "interrogatoire". Il a été violemment frappé aux mains, au visage, au cou et aux oreilles avec une matraque en caoutchouc ornée de barbelés.
Par la suite, il a été frappé au visage à plusieurs reprises avec les poings nus. Il a été contraint de regarder des lumières aveuglantes pendant des heures
et a été menacé de pendaison ou de tir. Il avait des croix gammées peintes sur son cou et son front.

Une victime est obligée d'avaler une carte postale avec la photo d'Hitler, ainsi qu'une cigarette allumée.

Un homme est conduit dans l'une des chambres de torture. Là, il est obligé de se déshabiller et de s'allonger dans des vomissures, de l'urine et de la crasse.
Il est alors contraint d'accomplir des actes si dégoûtants qu'ils ne seront pas récités ici.



source
cwporter.com
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeJeu 16 Avr - 10:19

Sympa cette liste... Shocked
D'autant que les S.S. de fin 44/45 n'avaient plus la même morgue que ceux du début de guerre, et que nombre d'entre eux n'étaient pas volontaires...
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeVen 17 Avr - 1:02

Après la capture du pont de Remagen, l'armée américaine a érigé à la hâte environ 19 camps de prisonniers de guerre autour de la tête de pont pour contenir
environ un million de prisonniers. Les camps étaient simplement des champs ouverts entourés de fils en accordéon.
Celles des prairies du Rhin étaient situées à Remagen, Bad Kreuznach, Andernach, Buderich, Rheinbach et Sinzig.


Les allies devenus violeurs et assassins? Remage10


Les prisonniers allemands espéraient un bon traitement de la part des GI, mais ils ont été malheureusement déçus.
Entassés dans les espaces ouverts comme du bétail, certains ont été battus et maltraités. Aucune tente ni toilette n'a été fournie.
Les camps sont devenus d'immenses latrines, une mer d'urine d'un bout à l'autre. Ils ont dû dormir dans des trous dans le sol qu'ils ont creusés à mains nues.
Dans le camp de Bad Kreuznach, 560 000 hommes ont été internés dans une zone qui ne pouvait en contenir confortablement que 45 000.
Privés d'assez de nourriture et d'eau, ils ont été contraints de manger l'herbe sous leurs pieds et les camps sont rapidement devenus une mer de boue.
Après la découverte des camps de concentration, leur traitement s'est aggravé alors que les GI exhalaient leur rage contre les malheureux prisonniers.

Dans les cinq camps autour de Bretzenheim, les prisonniers devaient survivre avec 600 à 850 calories par jour.
Le ventre gonflé et les dents tombant, ils sont morts par milliers. Au cours des deux mois et demi (avril-mai 1945) où les camps étaient sous contrôle américain,
un total de 18 100 prisonniers sont morts de malnutrition, de maladie et d'exposition. Ce traitement extrêmement dur de la part des Américains a entraîné la mort
de plus de 50 000 prisonniers de guerre allemands dans les camps de Meadows dans les seuls mois précédant et suivant la fin de la guerre.



Les troupes alliées, ainsi que les troupes de l'Axe, ont commis de terribles atrocités pendant la guerre.
Quelques années après la guerre, une fosse commune a été découverte juste à l'ouest de la ville de Nuremberg.
On y trouvait les corps de quelque 200 soldats SS. Ce n'est qu'en 1976 que l'un des corps a été identifié avec certitude.
Il s'agissait du corps du SS Hauptsturmfuhrer Kukula, commandant du 1er bataillon du 38e SS Panzer Grenadier Regiment.
Les autopsies sur les autres corps ont montré que la plupart avaient été abattues à bout portant, les autres battus à mort par les crosses de fusil des GIs
de la Septième Armée américaine.
Dans le village d'Eberstetten, 17 soldats allemands de la division «Gotz von Berlichingen» ont été abattus après leur reddition aux troupes américaines.

Le 8 avril 1945, quatorze membres de la 116th Panzer Division ont défilé dans les rues de Budberg jusqu'au poste de commandement de la 95th US Infantry Division.
Là, ils ont été alignés et abattus. Trois ont été blessés mais ont réussi à s'échapper.

Le 13 avril 1945, des chars de la 97e ou 78e division d'infanterie des États-Unis s'approchaient du village de Spitze, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Cologne.
Ils sont tombés sous le feu d'un canon Flak de 8,8 cm qui a détruit l'un des chars. Cette nuit-là, le village a été pilonné par des tirs de chars et d'artillerie et à l'aube,
les forces américaines sont entrées dans le village. Tous les habitants, environ 80, étaient rassemblés devant l'église.
Parmi les 80, vingt soldats allemands, membres d'une unité antiaérienne stationnée dans le village.
Ils ont été séparés des civils et ont marché plusieurs centaines de mètres vers un champ juste à l'extérieur du village.
Là, ils ont été alignés et fauchés par des tirs de mitrailleuses. Le lendemain, l'armée américaine a ordonné aux civils de creuser des tombes et d'enterrer les morts.
Le 14 avril 1995, un mémorial pour les vingt victimes a été construit près de l'endroit.


Lors de l'assaut allié sur la Sicile, la plus grande des îles méditerranéennes (juillet 1943), une dizaine de civils non armés, dont certains enfants, ont été appréhendés
par les troupes américaines après la capitulation de la ville de Canicatti.
Les civils auraient pillé après être entrés dans une usine de savon et de nourriture bombardée et remplis des seaux de savon liquide qui s'était répandu sur le sol.
Vers 18 heures, lorsqu'un officier américain, un lieutenant-colonel et un groupe de la police militaire, accompagnés de trois interprètes, sont entrés dans l'usine,
l'officier a tiré une série de coups de feu à bout portant avec son Colt-45 dans la foule. Il a rechargé et tiré à nouveau.
Huit des civils, dont une fillette de onze ans, sont morts. L'officier et les soldats sont ensuite partis.
Craignant des représailles de la part des habitants de la ville, l'incident a été étouffé pendant plus de soixante ans.
Grâce aux efforts du Dr Joseph S. Salemi de l'Université de New York, cette atrocité a été révélée.
L'auteur de ce crime, le lieutenant-colonel McCaffery, est décédé en 1954 sans etre decouvert et inquiete.
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeVen 17 Avr - 10:18

Un passif lourd, et bien sûr méconnu... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeSam 18 Avr - 1:16

MASSACRES DES SOLDATS BRITANNIQUES

NAHRENDORF (près de Hambourg, 1945)

Une semaine après la découverte du camp de concentration de Belsen, une rumeur parvint aux `` rats du désert '' de l'armée britannique selon laquelle
le 18e régiment d'entraînement SS de la division Hitler Jugend avait tiré sur leurs prisonniers dans le village voisin de Rather.
Les «rats» ont été engagés dans une bataille acharnée avec les défenseurs SS dans le village de Nahrendorf.
Lentement et en groupe, les SS ont commencé à se rendre. Alors que le bruit de la bataille disparaissait, les villageois sont sortis de leurs caves
et ont trouvé les corps de 42 soldats SS gisant dans une tombe peu profonde. Les corps ont ensuite été emenés dans un cimetière perché près du village.
Chaque année, des centaines de vétérans SS visitent le cimetière pour rendre hommage à leurs camarades tombés au combat qui, selon eux, ont été abattus de sang-froid
sur les ordres d'un «sous-officier britannique assoiffé de sang fou». (Les auteurs sont honorés, les victimes sont oubliées)

La "London Cage", un établissement de prisonniers de guerre du MI19 au Royaume-Uni pendant et immédiatement après la guerre, a fait l'objet d'allégations de torture.



LES CANADIENS

Pendant les combats à Leonforte en juillet 1943, selon Mitcham et von Stauffenberg dans le livre La bataille de Sicile, le Loyal Edmonton Regiment
a tué des prisonniers allemands capturés.

Kurt Meyer, de la 12e division panzer SS Hitlerjugend, a accusé les forces canadiennes de la 3e division d'infanterie canadienne pendant la campagne de Normandie de 1944
d'avoir enfreint les conventions de La Haye.Aucun prisonnier ne devait etre fait en operation.(comfirme par des soldats canadiens eux-meme)
Hubert Meyer confirme également cette histoire; il déclare que le 8 juin un cahier canadien contenant des ordres de ne pas faire de prisonniers s'ils entravent la force d'attaque
a été trouvé. Kurt Meyer invoque également des éléments de preuve tirés du procès de Bernhard Siebken pour crimes de guerre au cours duquel il a été allégué que
l'infanterie canadienne avait tiré, au moins une fois, sur des soldats allemands qui s'étaient rendus pendant la campagne.

C.P. Stacey, l'historien officiel de la campagne canadienne, rapporte que le 14 avril 1945, des rumeurs s'étaient répandues selon lesquelles le commandant
des Argyll and Sutherland Highlanders of Canada avait été tué par un tireur d'élite civil; cela a eu pour conséquence que les montagnards ont incendié des biens civils
dans la ville de Friesoythe en  représailles. Stacey a écrit plus tard que les montagnards avaient d'abord enlevé  leurs biens aux civils allemands
avant de mettre le feu aux maisons, il a déclaré qu'il était "heureux de dire [qu'il] n'avait jamais entendu parler d'un autre cas de ce type".



LES FRANCAIS

Le Monte Cassino tomba aux mains des Alliés le 18 mai 1944. Après une lutte de quatre mois et l'abbaye bombardée par l'US Air Force, les troupes polonaises du 12th Lancers,
3rd Carpathian Division, levèrent leur drapeau régimentaire au-dessus des ruines du monastère bénédictin situé haut dans les Apennins du centre de l'Italie.
La nuit suivante, des milliers de soldats français marocains, algériens, tunisiens et sénégalais, attachés au Corps expéditionnaire français, ont envahi les pentes des collines
entourant le Monte Cassino et dans les villages de Ciociaria et Esperia, qui se trouve dans la région du Latium.
Ils ont violés chaque femme et chaque fille qui etaient  à leur vue. Plus de 2 000 femmes, âgées de 11 à 86 ans, ont souffert aux mains de ces gangs de soldats violeurs ,
village après village. Des hommes qui tentaient de protéger leurs femmes et leurs filles ont été assassinés sans merci, environ 800 d'entre eux sont morts.
Deux sœurs âgées de 15 et 18 ans ont été violées par des dizaines de soldats l une apres l autre.
L'une est décédée des suites de ces outrages, l'autre était toujours dans un hôpital psychiatrique en 1997, 53 ans après l'événement.
La plupart des habitations des villages ont été détruites et tout ce qui a de la valeur a été volé.

Plus tard dans la guerre, ces mêmes troupes ont violé environ 500 femmes dans la ville Freudenstadt en Foret Noire, le 17 avril 1945, après sa capture.
À Stuttgart, les troupes coloniales françaises, principalement africaines, mais sous le commandement du général Eisenhower, ont rassemblé environ 2 000 femmes
dans le métro pour être violées.
En une semaine, plus de femmes ont été violées à Stuttgart que dans toute la France au cours des quatre années d'occupation allemande.
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeSam 18 Avr - 10:09

Pour les "Français" ( Rolling Eyes ), on savait...
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeDim 19 Avr - 1:46

Les Americains

Le massacre de Biscari

Le 14 juillet 1943, des soldats du 180th Infantry Regiment des États-Unis étaient confrontés à une forte résistance ennemie près de l'aérodrome de Santo Pietro
et, à 10 heures, avaient fait un certain nombre de prisonniers, dont 45 Italiens et 3 Allemands.
Le commandant du 1er Bataillon du 180e Régiment d'infanterie, le major Roger Denman, a ordonné à un sous-officier , le sergent Horace T. West, 33 ans,
de conduire ce groupe de prisonniers "à l'arrière, hors de la route, où ils ne seraient pas visibles et les retiendraient pour un interrogatoire.
" Les prisonniers de guerre étaient sans chaussures ni chemises, ce qui était une pratique courante pour décourager les tentatives d'évasion.

Sicile,redition soldats italiens 1943

Les allies devenus violeurs et assassins? Bundes14


Après que le sergent West, avec plusieurs autres soldats américains l'aidant, eut fait marché les prisonniers de guerre à environ un km et demi, il arrêta le groupe
et ordonna que huit ou neuf d'entre eux soient séparés des autres et emmenés à l'officier du renseignement régimentaire (le S-2) pour interrogatoire.
West a ensuite retiré les prisonniers de guerre "de la route, les a alignés et a emprunté une mitraillette Thompson" au premier sergent de la compagnie
(le sous-officier supérieur de la compagnie). Lorsque le premier sergent a demandé à West ce qu'il voulait, West a répondu qu'il allait "tuer ces fils de putes".
West a ensuite dit aux soldats gardant les prisonniers de guerre de "faire demi-tour si ils ne voulaient rien voir".
Il a ensuite tué les prisonniers en leur tirant dessus avec la Thompson. Lorsque les corps ont été découverts une trentaine de minutes plus tard,
il a été noté que chaque prisonnier avait été touché par dans cœur, ce qui indiquait un tir à bout portant.
Les enquêteurs ont appris plus tard qu'après que West eut vidé un chargeur de la Thompson sur le groupe de prisonniers , il "s'arrêta pour recharger,
puis marcha parmi les hommes dans leur sang de mise en commun et tira un seul coup dans le cœur de ceux qui bougeaient toujours."

Le lendemain, les 37 corps ont attiré l'attention d'un aumônier, le lieutenant-colonel William E. King, qui a signalé l'incident à ses officiers supérieurs,
qui l'ont d'abord rejeté à cause de la mauvaise presse s'il devait être rendu public, mais après avoir été convaincus, ils ont accepté d'aller en justice pour meurtre.



Incident de Compton

En tant que commandant de la compagnie C, 1er bataillon, 180e régiment d'infanterie, le capitaine John T. Compton a atterri au sud de la rivière Acate
au milieu de tirs de mortiers sporadiques et de tirs d'armes légères. Poursuivant son premier objectif, il pousse sa compagnie vers la route 115,
rejoint des parachutistes de la 82nd Airborne Division et attaque plusieurs positions allemandes.
Compton n'a pas dormi pendant les trois premiers jours de l'invasion. Il était simplement «trop excité pour dormir». Le quatrième jour, il a réussi à prendre environ
une heure et demie de sommeil avant l'attaque de l'aérodrome de Biscari.
Vers 23 h, la compagnie C partit et atteignit l'aérodrome vers 11 h le 14 juillet 1943. Immédiatement, ils commencèrent à recevoir des tirs d'artillerie, de mortier
et de tireurs d'élite enemis. Le tir des tireurs d'élite était particulièrement mortel. À partir d'une position cachée  à proximité, les tireurs d'élite ont ciblé les G.I.s  blessés
ainsi que les médecins qui tentaient de les aider.
Sur 34 hommes du 2e peloton de Compton, 12 ont été blessés au combat (WIA) ou tués au combat (KIA).

Pour tenter de localiser la position de tir des tireurs d'élite enemis, le soldat Raymond C. Marlow s'est glissé dans un cachette à proximité.
Il n'avait parcouru que 25 mètres pres d un mur avant de repérer un soldat italien avec un fusil. Marlow leva son fusil et cria vers l'italien.
L'Italien s'est enfui et est entré dans une tranchee qui était située plus loin de la zone. Après une minute ou deux, le soldat italien est sorti avec trente-cinq autres personnes,
dont plusieurs en civil. Marlow les a fait monter sur la colline jusqu'à son avant-poste et a fait rapport à son chef d'escouade, le sergent Hair.
"Je lui ai dit que j'avais attrapé ces hommes qui tiraient sur nous pendant que nous sortions de sous ce feu d'artillerie", a rapporté Marlow.
Agissant en tant qu'interprète, le soldat John Gazzetti a demandé aux prisonniers s'ils avaient agi comme tireurs d'élite. Il n'a reçu aucune réponse.
Ils ont ont rassemblé de la tranchee et il a ete demandé au premier lieutenant Blanks ce qu' on devait faire avec eux.
Celui-ci a demandé des instructions à Compton. Compton a demandé à Blanks s'il était sûr qu'il s'agissait des mêmes tireurs d'élite qui leur avaient tiré dessus toute la journée. Lorsque Blanks a répondu par l'affirmative, Compton a dit sans ambages:
«Faites-les abattre».
Sans hésitation, Blanks a ordonné à Hair de rassembler un peloton d'exécution et de tirer sur les prisonniers.
Compton a accompagné le peloton d'exécution d'environ 11 hommes jusqu'à la crête surplombant la tranchee
Il a dit aux G.I.s  de s'aligner et ils se sont placés à environ quelques metres des prisonniers. Les prisonniers ont commencé à les supplier de ne pas tirer.
L'interprète Gazzetti a demandé à Compton s'il avait quelque chose à dire aux prisonniers. Compton n'avait rien à leur dire.
Compton a dit a ses hommes de commencer à tirer sur son ordre et qu'il "ne voulait pas qu'un prisonnier reste debout quand le tir aura été fini".
Voyant que leur sort était scellé, quelques prisonniers ont commencé à courir. Le peloton d'exécution a ouvert le feu et tué tous les prisonniers.
Parmi les morts figurait Luz Long, un ancien coureur olympien.


Lorsqu'il a été informé des massacres, le général Omar Bradley a déclaré au général George S. Patton que les troupes américaines avaient assassiné de 50 à 70 prisonniers
de sang-froid. Patton a noté sa réponse dans son journal:

J'ai dit à Bradley que c'était probablement une exagération, mais en tout cas dire à l'officier de certifier que les morts étaient des tireurs d'élite ou avaient tenté de s'échapper
ou autre chose, car cela ferait une puanteur dans la presse et rendrait également les civils fous . De toute façon, ils sont morts, donc rien ne peut être fait à ce sujet.


Patton en Italie

Les allies devenus violeurs et assassins? 5b48d910


Bradley a refusé les suggestions de Patton. Plus tard, Patton a changé d'avis. Après avoir appris que l'inspecteur général de la 45e division n'avait trouvé "aucune provocation
de la part des prisonniers ... Ils avaient été massacrés", Patton aurait déclaré: "Ah les salauds".



Premier massacre-proces

L'armée américaine a accusé le sergent Horace T. West d'avoir "délibérément et illégalement" tué trente-sept prisonniers de guerre lors du premier incident.
Lors de son procès, qui débuta le 2 septembre 1943, West plaida non coupable. Bien qu'il ait reconnu les meurtres, son avocat,a soulevé deux questions à sa décharge.
La première était qu'il était «fatigué et sous une détresse émotionnelle extrême» au moment des tueries et était essentiellement temporairement fou
au moment de la commission des faits.
Cependant, le premier sergent Haskell Y. Brown a témoigné que West avait emprunté la mitaillette Thompson plus un chargeur supplémentaire de 30 balles
et avait semblé agir de sang froid.

Le deuxième moyen de défense soulevé par l avocat de West était qu'il suivait simplement les ordres de son général commandant qui, selon son témoignage,
avait annoncé avant l'invasion de la Sicile que les prisonniers ne devraient être faits que dans des circonstances limitées.
Le commandant du régiment de West, le colonel Forrest E. Cookson, a déclaré que le général avait déclaré que si l'ennemi continuait de résister après que les troupes américaines
se soient approchées à moins de 200 mètres de leur position défensive, la reddition de ces soldats ennemis ne devait pas être acceptée.
Le problème de cette défense était que les prisonniers de guerre dans cette affaire s'étaient déjà rendus et que la redition avait été acceptée.

Le panel de la cour martiale a reconnu West coupable de meurtre avec préméditation, l'a privé de son grade et l'a condamné à la prison à vie.
Il a été détenu en Afrique du Nord par crainte que sa présence dans un pénitencier fédéral ne lui apporte probablement une publicité indésirable a son crime.
Après avoir examiné le dossier du procès de West, Eisenhower a décidé de "donner à l'homme une chance" après avoir "purgé suffisamment de sa peine d'emprisonnement
à perpétuité pour démontrer qu'il pouvait être renvoyé en service actif".
Après que le frère de West a écrit à l'armée et à son membre local du Congrès, il a été décidé de "résoudre la question préoccupante" et, sur recommandation du Bureau
des relations publiques du Département de la guerre, le 24 novembre 1944, le commandant adjoint du quartier général allié en Italie, a signé une ordonnance
annulant la peine de West. Il a été rétabli en service actif et a continué à servir pendant la guerre, à la fin de laquelle il a reçu une décharge honorable.
West est décédé dans l'Oklahoma en janvier 1974.




Le cas Compton

En ce qui concerne le deuxième incident, le capitaine John T. Compton a également été traduit en cour martiale, accusé de meurtre avec préméditation
de 36 prisonniers de guerre sous sa responsabilité. Il a également plaidé non coupable et, se fondant sur la doctrine juridique supérieure de l'intimé,
a également défendu ses actions en affirmant qu'il ne faisait que suivre les ordres de son général commandant donnés dans un discours aux officiers de sa division.
Le 23 octobre 1943, le tribunal martial l'acquitta; cependant, le juge-avocat dans son examen du procès a déclaré qu'à son avis les actions de Compton étaient illégales .
Le capitaine Compton a ete transféré au 179th Infantry Regiment puis tué au combat le 8 novembre 1943 en Italie.

Le général commandant nommé par West et Compton était Patton.
Le bureau de l'inspecteur général du Département de la guerre a mené une enquête sur les meurtres et, au cours de l'enquête, le général Patton a été interrogé
sur le discours présumé. Patton a déclaré que ses commentaires dans le discours avaient été mal interprétés et que rien de ce qu'il avait dit "par la plus folle imagination"
n'aurait pu être considéré comme un ordre de tuer des prisonniers de guerre.
L'enquête a finalement effacé Patton de tout acte répréhensible.




Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeDim 19 Avr - 10:19

Cours martiales "par principe", 1943, qui n'ont pas servi d'exemple pour empêcher d'autres exactions par la suite... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeLun 20 Avr - 1:01

Près du village français d'Audouville-la-Hubert, 30 prisonniers allemands de la Wehrmacht ont été massacrés par des parachutistes américains.

L'historien Peter Lieb a découvert que de nombreuses unités américaines et canadiennes avaient reçu l'ordre de ne pas faire de prisonniers lors du débarquement en Normandie.
Si ce point de vue est correct, cela peut expliquer le sort de 64 prisonniers allemands (sur 130 capturés) qui ne se sont pas rendus au point de collecte POW sur Omaha Beach le jour J.


Les allies devenus violeurs et assassins? German23


Selon un article dans Der Spiegel de Klaus Wiegrefe, de nombreux mémoires personnels de soldats alliés ont été délibérément ignorés par les historiens
jusqu'à présent parce qu'ils étaient en contradiction avec la mythologie de la "plus grande génération" entourant la Seconde Guerre mondiale,
mais cela a récemment commencé à changer avec des livres tels comme "The Day of Battle" par Rick Atkinson où il décrit les crimes de guerre alliés en Italie,
et "D-Day: The Battle for Normandy", par Anthony Beevor.
Les derniers travaux de Beevor sont actuellement discutés par des universitaires, et si certains d'entre eux ont raison, cela signifie que les crimes de guerre alliés en Normandie
étaient beaucoup plus étendus "que ce qui avait été dit auparavant".


La liberation du Camp de Dachau

Le camp de concentration de Dachau, près de Munich, a été libéré par les forces américaines le 29. d'avril 1945.
Le premier soldat de première classe John Degro, premier éclaireur à entrer dans le camp et à affronter l'horreur, était le chef éclaireur de la compagnie 1, 3e bataillon,
157e Régiment d'infanterie, 45e division de la 7e armée américaine.
Avant d'entrer dans le camp, les troupes étaient tombées sur un train de trente-neuf wagons à bestiaux stationnés juste à l'extérieur du camp.
Le train était venu d'Auschwitz en Pologne après un voyage de trente jours. Les wagons étaient remplis des cadavres de 2 310 Juifs hongrois et polonais morts de faim et de soif. Enragés, les Américains ont rassemblé la plupart des gardes SS soit 560 hommes, dont des centaines avaient déjà déserté.


Les allies devenus violeurs et assassins? Zzzz100


Le rassemblement comprenait un détachement de la 5e division SS Panzer «Viking» envoyée à Dachau plus tôt pour maintenir la sécurité et remplacer ceux qui avaient déserté.
Gardé par des GI s en colère, un groupe de gardes était aligné contre un mur pour attendre l'apparition de leur commandant, le SS Obersturmfüher Heindrich Skodzensky.
Quand il est apparu, vêtu d'une manière impeccable avec des bottes cirées, et donnant le salut militaire, qui a été ignoré par le commandant de la compagnie américaine,
le lieutenant William Jackson, qui a ordonné de "tapisser ce morceau de merde avec le reste d'entre eux là-bas".

Les GI s ont perdu le contrôle et ont commencé à crier 'Kill em, kill em'. Rempli de rage meurtrière et de larmes coulant sur son visage, un GI du 15e Régiment d'infanterie
a ouvert le feu avec sa mitrailleuse. Après trois rafales longues un total de 122 hommes SS gisaient morts ou mourants le long de la base du mur.


Les allies devenus violeurs et assassins? Ww2-us10


Quelques-uns des détenus du camp, vêtus de vêtements rayés et armés de pistolets de calibre .45, ont ensuite marché le long de la ligne des gardes morts et mourants
et ont administré le coup de grâce à ceux qui étaient encore en vie.
Quarante autres gardes ont été tués par des détenus vengeurs, certains ayant les bras et les jambes déchirés.

Les allies devenus violeurs et assassins? Dachau13

Sur un autre site près de l'hôpital SS, des centaines de gardes allemands ont été abattus à la mitrailleuse sur les ordres de l'officier exécutif de la compagnie 1, 3e bataillon.
Au total, 520 personnes , faisant office de gardes de camp , dont de nombreux Hongrois en uniforme allemand et récemment rentrés du front de l'Est, ont été tuées ce jour-là.
Le triste fait est que beaucoup de ces gardiens étaient de nouveaux arrivants au camp et n'étaient pas les vrais coupables,
les véritables coupables avaient déjà fui. (La controverse fait rage à ce jour sur le nombre de gardes de camp qui ont été tués à Dachau
et différentes unités de l'armée américaine réclament toujours le titre de «premiers libérateurs»).


Les allies devenus violeurs et assassins? Dachau14



UN SURVIVANT DU DACHAU MASSACRE

L un des survivant du massacre de Dachau était Hans Linberger, qui était l'un des soldats allemands qui ont été forcés de sortir de l'hôpital SS et alignés contre un mur
pour être abattus.

L'article suivant sur Hans Linberger a été écrit par T. Pauli pour Berkenkruis en octobre 1988.
Berkenkruis est le magazine des vétérans des volontaires SS flamands de la Seconde Guerre mondiale; T. Pauli était le président du groupe en 1988
lorsque cet article a été publié. Pauli a cité le témoignage rendu à la Croix-Rouge allemande par Hans Linberger.

Hans LINBERGER a été blessé à l'est de Kiev lorsqu'un canon anti-char a tire sur lui touchant son bras gauche et a couvert son corps avec des éclats d'obus.
C'était sa quatrième blessure. Après un long séjour à l'hôpital, il est muté à la Réserve-Kompanie de Dachau, le 9 mars 1945.

Le 9 avril 1945, les blessés graves ont déposé leurs armes; ils n'étaient plus aptes à être mis en action. Ils se sont présentés au chef de l'hôpital, le Dr SCHRÖDER,
qui les a envoyés à la caserne. Des femmes et des enfants évacués étaient présents dans la caserne juste à côté. Les préparatifs pour évacuer ont été faits,
les médecins et le personnel soignant portaient tous des blouses blanches et le brassard de la Croix-Rouge allemande.

Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeLun 20 Avr - 1:33

SCHLEISSHEIM entendit occasionnellement du bruit au cours de la bataille ce jour-là (29 avril 1945), mais vers 16 h 30, les choses redevinrent silencieuses.
Quand soudain des coups de feu retentirent, LINBERGER se rendit, tenant un petit drapeau de la Croix-Rouge, à l'entrée (de l'hôpital). (Cela s'est produit vers midi.)
Comme le montre sa manche gauche vide, il a été gravement blessé. Aux Américains, qui avançaient dans un style de combat, il a déclaré qu'il s'agissait d'un hôpital non armé.

Un Americain a placé son canon contre sa poitrine et l'a frappé au visage. Un autre a dit: "Tu combats les Ruski, tu n'es pas bon".
L' americain qui a placé le MP (Pistolet-mitrailleur) contre sa poitrine est allé à l'hôpital et a immédiatement tiré sur un blessé, qui est tombé au sol, immobile.
Lorsque SCHRÖDER a voulu se rendre, il a été battu si fort qu'il a subi une fracture du crâne.
Les Américains ont conduit tout le monde à la place principale et trié tous ceux qui ressemblaient à des SS.
Tous les SS ont ensuite été emmenés à l'arrière du bâtiment de chauffage central et placés contre le mur. Une MG (mitrailleuse) a été postée et des correspondants de guerre
sont venus filmer et photographier les hommes alignés.
Ici commence le témoignage du SS-Oberscharführer Hans Linberger, sous serment à la DRK (Croix-Rouge allemande), sur les événements suivants:

Le camarade qui se tenait juste à côté de moi est tombé sur moi avec un dernier cri - "Aww, les cochons me tirent sur le ventre" - alors que je me laissais tomber immédiatement.
Pour moi, peu importait qu'ils me frappent debout ou couché. En tant que tel, je n'ai eu que le sang du défunt camarade, qui saignait gravement de  son estomac,son sang qui coulait
sur ma tête et mon visage, j'avais l'air gravement blessé.
Pendant la pause dans la fusillade, qui ne peut s'expliquer que par l'arrivée de prisonniers KZ ivres, qui, armés de pelles, sont venus à la recherche
d'un homme nommé WEISS. Plusieurs d'entre eux (les soldats blessés) ont rampé vers les Américains et ont essayé de leur dire qu'ils étaient étrangers,
d'autres ont essayé de dire qu'ils n'avaient jamais rien à voir avec les camps.
Pourtant, cet homme WEISS a dit: "Restez calme, nous mourons pour l'Allemagne".
Oscha. (Oberscharführer) JÄGER m'a demandé, en me couchant, si j'avais été frappé, ce que j'ai dû nier.
Il a reçu une balle dans le bras inférieur droit. Je lui ai rapidement donné un morceau de chocolat, alors que nous attendions le coup de grace.
Un homme portant un brassard de la Croix-Rouge est venu vers nous, nous a jeté des lames de rasoir et a dit "Voilà, finissez-vous vous-même".
JÄGER a coupé le poignet de son bras droit, j'ai coupé celui de gauche, et quand il a voulu utiliser la lame sur moi, un officier américain est arrivé avec le Dr SCHRÖDER,
qui pouvait à peine se tenir debout, et le tir a été arrêté. Cela nous a permis de traîner les blesses plus loin du mur.
Au cours de cette action, 12 morts sont restés sans nom. Comme je l'ai découvert plus tard, des documents et des plaques d'identité avaient été retirés sur ordre américain,
et un commando (groupe de travail) de soldats allemands était censé avoir enterré ces morts dans un lieu inconnu.
Au cours de la fusillade, l'épouse d'un docteur MÜLLER, avec qui j'avais été en correspondance des années auparavant, s'était empoisonnée elle-même et ses deux enfants.
J'ai pu retrouver la tombe de ces personnes. Dans cette tombe, sont censés être enterrés 8 autres membres SS, dont un Oscha. MAIER.
MAIER a eu une jambe amputée et a été blessé par balle dans une autre zone du terrain de l'hôpital adjacente au mur.
Il était allongé là avec une balle dans le ventre et a demandé à Mlle STEINMANN de le tuer, car il ne pouvait plus supporter la douleur.
À proximité de l'hôpital / de la morgue, d'autres camarades ont probablement été exécutés contre les murs, car j'y ai trouvé plus tard des traces de coups de feu.
Plus tard, en tant que prisonnier de guerre, la femme d'un ancien prisonnier du KZ m'a signalé une tombe sur le même terrain hospitalier qui, le jour de la Toussaint en 1946
(1er novembre),elle s'est approchée de la clôture et, tout en pleurant, se souvenait de quelques enfants enterrés dans la tombe.
Les enfants doivent être morts après lorsque les Américains ont pris le contrôle du camp. En outre, des camarades de la Waffen-SS sont enterrés dans la même tombe,
comme pourrait le conclure un message du Suchdienst (le service de recherche allemand MIA).



L'ATROCITÉ DU WEBLING (avril 1945)

Le jour même de la découverte du camp de concentration de Dachau, un massacre a eu lieu dans le petit hameau de Webling à une dizaine de kilomètres du camp.
Une unité Waffen-SS était arrivée au hameau, qui comprenait environ une demi-douzaine de fermes, granges et chapelle Saint-Léonard, pour prendre des positions défensives
dans des tranchées creusées autour des fermes par les français P.O.W. ouvriers. Leurs ordres étaient de retarder l'avance des chars américains de la 20e division blindée
et des unités d'infanterie de la 7e armée américaine qui approchait de Dachau.

Les fermes, majoritairement gérées par des femmes (dont les maris étaient morts, prisonniers de guerre ou encore en train de se battre)
avec l'aide de prisonniers de guerre français, ont essuyé des tirs le matin du 29 avril, provoquant la précipitation de tous les habitants vers les caves.
Un soldat de la compagnie F du US 222nd Infantry Regiment of the 42nd Rainbow Division, a été tué alors qu'ils entraient dans le hameau sous le feu de l'unité Waffen-SS.
Le premier Allemand à sortir de la cave fut le propriétaire de la ferme, Herr Furtmayer. Informés par les prisonniers de guerre français que seuls des civils, et non des SS,
se cachaient dans les celliers, les GI s ont procédé à la collecte des hommes de l'unité SS.

Le premier à se rendre fut un officier, Freiherr von Truchsess, à la tête d'un détachement de dix-sept hommes.
L'officier a été immédiatement frappé avec un outil de creusement de tranchées lui ouvrant la tête. Les dix-sept autres ont été alignés dans la cour de la ferme et abattus.
En légère remontée derrière le hameau, un autre groupe de huit SS a été abattu. Leurs corps ont été retrouvés allongés en ligne droite avec leurs armes et leurs ceintures
de munitions soigneusement posées sur le sol. Cela donnerait à penser que les hommes ont été abattus après leur reddition.
Au total, un officier SS et 41 hommes gisaient morts tandis que le régiment d'infanterie se dirigeait vers Dachau.
Le lendemain, la population locale, avec l'aide des prisonniers de guerre français, ont enterré les corps dans un champ pour être ensuite exhumé par la Commission allemande
des sépultures de guerre et rendu à leurs familles.


Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 10915
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeMar 21 Avr - 1:00

Le massacre de prisonniers de guerre de l'Utah (titré par Time as Midnight Massacre a eu lieu après la fin de la Seconde Guerre mondiale  à minuit le 8 juillet 1945
dans un camp de prisonniers de guerre allemand et italien à Salina, Utah.
Neuf prisonniers de guerre allemands ont été assassinés et dix-neuf prisonniers ont été blessés par le soldat américain Clarence V. Bertucci, qui était en service actif
dans le camp.


Les allies devenus violeurs et assassins? 18033410



Dans la nuit du 7 juillet 1945, Bertucci était sorti boire; il a bu plusieurs verres de bière.
Il s'est arrêté dans un café de la rue Main pour prendre un café et parler à une serveuse, lui disant que "quelque chose d'excitant va se passer ce soir",
avant de se présenter au poste de garde au camp.
Après le changement de garde à minuit, Bertucci a attendu que la garde précédente se couche, puis il a grimpé dans la tour de garde la plus proche des quartiers des officiers,
a chargé la mitrailleuse Browning M1917 de calibre .30 qui était montée à la position, et puis a ouvert le feu sur les tentes des Allemands endormis.
Déplaçant la mitrailleuse de gauche a droite, Bertucci a ballayé trente des quarante-trois tentes avant d'être pris a partie par un autre soldat.
Bertucci aurait dit "Obtenez plus de munitions! Je n'ai pas encore fini!"

Avec trois coups sur la détente, le tir a duré une quinzaine de seconds chacune, assez long pour tirer 250 balles de munitions.
Le lieutenant Albert I Cornell a demandé à Bertucci de descendre de la tour. Il a refusé parce que "certains d'entre eux [les Allemands] sont toujours en vie".
Après qu'un autre garde ait été envoyé pour le faire descendre, Bertucci aurait été arrêté sans aucune résistance.
Malgré sa consommation d'alcool avant l'incident, il n'a pas été jugé intoxiqué lors de son arrestation .
Les gardiens ont surveillé de près les représailles des prisonniers, mais il n'y en a pas eu.
Six des Allemands ont été tués sur le coup, deux sont décédés plus tard à l'hôpital de Salina, un est décédé dans un hôpital militaire et dix-neuf autres ont été blessés.
L'un des prisonniers a été "presque coupé en deux" par les tirs de mitrailleuses, bien qu'il ait réussi à survivre pendant six heures.
Il a été dit que "du sang a coulé par la porte d'entrée" de l'hôpital.


Tirs du mirador sur les tentes

Les allies devenus violeurs et assassins? Dfbf8310


Le journal Piqua Daily Call a rapporté, "Clarence V Bertucci était sous observation mentale aujourd'hui [10 juillet] après avoir admis qu'il avait mitraillé un groupe de prisonniers
de guerre pendant leur sommeil, tuant huit personnes et en blessant 19 parce qu'il" n'aimait tout simplement pas les Allemands " .
Un article du Chillicothe Constitution-Tribune a rapporté que Bertucci ne montrait aucun remords à propos de la fusillade lors d'une audience tenue peu de temps après le massacre.

Un article du Time du 23 juillet 1945 a déclaré:
Les officiers du Ninth Service Command ont admis que le dossier de Bertucci montrait déjà deux cours martiales,dont une en Angleterre.
Il detestait les Allemands, alors il avait tué des Allemands.
Bien qu'il y ait eu des rumeurs selon lesquelles Bertucci aurait commis les meurtres afin de venger la mort d'un être cher en Europe, sa mère a confirmé que c'était faux.
Elle a toutefois déclaré aux journalistes qu'elle pensait que ses actes étaient dus à une appendicectomie qu'il avait reçue cinq ans avant le massacre.
Elle a déclaré au New York Times, "quelque chose doit lui être arrivé à la suite de l'injection vertébrale, sinon il n'aurait jamais tiré sur ces hommes."

Immédiatement après l'attaque, Bertucci a été placé sous garde au quartier général du Ninth Service Command à Fort Douglas.
Son dossier militaire a révélé qu'il avait été puni de trois infractions: une fois pour s'être absenté de son poste, une fois pour avoir refusé de se mettre au garde a vous
et une fois pour avoir raté un train. Il a en outre été hospitalisé 12 fois pendant son service, dont plusieurs étaient des examens mentaux.
Les officiers de l'armée ont initialement cité la raison de l'attaque comme une folie. Le capitaine Wayne Owens d'un camp de prisonniers de guerre d'Ogden a été chargé d'enquêter
sur l'incident. Contrairement à la conclusion initiale des officiers de l'armée, Owens a conclu que Bertucci était sain d'esprit et devait être traduit en cour martiale.
Les supérieurs d'Owens, cependant, ont affirmé qu'Owens n'avait aucune autorité pour juger de la santé mentale d'un homme.
Owens a répondu qu'un homme est sain d'esprit jusqu'à ce qu'il soit déclaré fou.
Owens a annulé son rapport initial, mais a tout de même recommandé que Bertucci soit traduit en cour martiale. Owens a affirmé qu'il n'y avait aucune preuve que
Bertucci avait bu ou n'était pas apte au travail et que, par conséquent, l'acte a été calculé et d'intention meurtrière :
Certains n'étaient pas d'accord avec la revendication d'Owens; certains télégrammes montraient de la sympathie pour Bertucci et le massacre.
Le major Stanley L. Richter du Prisoner of War Operations in United States Army Provost Marshal General's bureau a indiqué que, après avoir reçu un rapport initial de l'enquête,
il y avait une possibilité de la cour martiale de Bertucci. Cependant, Bertucci avait été évalué pendant plusieurs semaines à l'hôpital militaire de Bushnell à Brigham City, Utah.
Les médecins ont conclu qu'il était "mentalement déséquilibré".
Renonçant à une cour martiale, Bertucci a été déclaré fou par un panel d'officiers militaires et hospitalisé au Mason General Hospital de Brentwood, New York
pour une durée non divulguée. Il est décédé le 2 décembre 1969.


Les victimes ont été enterrées avec tous les honneurs militaires au cimetière de Fort Douglas le 12 juillet.
Elles étaient vêtues d'uniformes américains kaki, mais il n'y avait aucun drapeau sur les cercueils parce que le drapeau nazi avait été interdit,
et il n'y avait pas de nouveau drapeau allemand disponible à ce moment-là.
Chaque cercueil était orné de deux couronnes faites de roses, de gardénias et d'œillets.
Quinze prisonniers de Salina assistaient au mémorial. Un chœur de dix-sept membres du camp d'Ogden a chanté "Song from the Monks", "Good Camrade"
et "Down in the Valley".
Un deuxième service a eu lieu pour Friedrich Ritter décédé à l'hôpital le 14 juillet. Il y a eu des retards importants dans la notification aux membres de la famille
des prisonniers décédés et légaux. des échappatoires empêchaient les membres de la famille de recevoir une compensation financière pour les décès.
Les soldats blessés ont été renvoyés en Allemagne lorsqu'ils ont été jugés en assez bonne santé pour le voyage.
Un accord allemand avec le gouvernement américain a empêché les prisonniers blessés d'obtenir une indemnisation américaine pour leurs blessures,
et ils n'avaient droit qu'aux mêmes avantages offerts aux vétérans allemands.
Une statue appelée "le monument aux morts allemand" a été placée au cimetière .
En 1988, l'armée de l'air allemande a financé la rénovation de la statue. Une cérémonie a eu lieu le Volkstrauertag, le jour du deuil national allemand,
et deux des prisonniers qui ont été blessés en 1945 y ont assisté.

Le 12 novembre 2016, un musée sur le site du Camp Salina a été ouvert au public.
On se souvient du massacre de minuit comme étant "le pire massacre dans un camp de prisonniers de guerre de l'histoire des États-Unis".
Le massacre de prisonniers de guerre de l'Utah est connu comme le plus grand meurtre de prisonniers ennemis aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.


Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 9101
Date d'inscription : 30/07/2008

Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitimeMar 21 Avr - 10:29

Etre prisonnier de guerre, c'est aussi être à la merci du premier psychopathe venu... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les allies devenus violeurs et assassins? Empty
MessageSujet: Re: Les allies devenus violeurs et assassins?   Les allies devenus violeurs et assassins? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les allies devenus violeurs et assassins?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: