Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Monseigneur Mayol de Lupé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Monseigneur Mayol de Lupé   Ven 11 Jan - 1:40

Né le 21 Janvier 1873





Monarchiste, il est prélat de sa Sainteté Pie XII dont il a été l'ami.
Il a pour vocation d'être aumônier militaire et devient celui de la LVF en 1941 sur le front de l'Est, convaincu par Westrick qui est ami de Otto Abetz.
Puis tout naturellement celui de la division Charlemagne , cette fois-ci sous l'uniforme des waffen SS.
Durant l'Eté 1944, il appuie le Général PUAUD pour fondre tous les Français volontaires dans une seule unité fondue dans la waffen SS.
Il est décoré de la Croix de Fer en 1942, il se réfugie en Bavière dans un monastère, il est dénoncé et arrêté , condamné en 1947 à 15 ans de réclusions, malade il est libéré en 1951 et ce retire chez lui pour y mourir en 1955.

il écrit: "Un enfant d'autrefois" Librairie Académique Perrin 1943.
_il édite un"Bulletin de St Mayol" de 1927 à 1936.

il fait la couverture du N°20 de la revue Signal d'Octobre 1943.

sur lui: "Les Croix de Monseigneur de Mayol de Lupé"Ed Bartillat 1994 par René Bail.
Revenir en haut Aller en bas
laurentlemiltonien
Feldwebel
Feldwebel
avatar

Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Monseigneur Mayol de Lupé   Ven 9 Mai - 12:42

Un peu plus complet mais tout aussi étrange pour un ecclésiastique :
Jean Mayol de Lupé naît le 21 janvier 1873, septième d’une famille de huit enfants du père, vicomte Henri de Lupé, partisan du comte de Chambord, le prétendant au trône de France et de la mère Elisabeth de Caracciolo-Girifalco, issue d’une famille de bonne noblesse napolitaine.
Jean entre à seize ans à l’abbaye bénédictine de Ligugé, en Poitou, Mayol de Lupé est ordonné prêtre le 10 juin 1900 et devient chevalier ecclésiastique d'un ordre autant militaire que religieux : l'Ordre de Saint Georges Constantinien.
Mobilisé en 1914, comme aumônier militaire au sein de la 1ère division de cavalerie. Il est fait prisonnier et, dans le train qui l’emmène, il aide les prisonniers à s’évader. Il retourne au front en 1917 après deux ans de captivité. Grièvement blessé sur la Somme, à la fin de 1918. Il finit la guerre en convalescence dans un hôpital de Rouen. Il a été six cité trois fois à l’ordre de l’armée et reçu seize décorations, pour sa famille c’est un héro.
Mayol de Lupé reste dans l’armée, il rejoint l’armée d’Orient en Liban et en Syrie où il est fait chevalier de légion d’honneur. Gravement malade, il quitte l’armée en 1927.
Au cours de plusieurs voyages en Allemagne, Mayol de Lupé découvre le national-socialisme. Il se rend même au congrès de Nuremberg, c’est le coup de foudre. Il y rencontre Abetz, futur ambassadeur d’Allemagne à Paris et Westrick, son futur conseillé politique.
En septembre 1939, Mayol a soixante-six ans et se porte volontaire pour être aumônier ce qui lui est refusé. En 1941, Abetz lui propose de revêtir l’uniforme allemand dans la LVF, il hésite et demande conseille au cardinal de Suhard qui l’encourage dans cette voie. Il intègre donc la LVF en octobre 1941.
D’abord aumônier du 3e bataillon, Mayol de Lupé devient aumônier général en 1943. Il est sur le front de 1941 à 1944, blessé en 1942, il est décoré de la croix de fer de 2e classe ainsi que la croix des services de guerre.
D’après Christian de la Mazière « il évoquait un moine combattant à la manière des évangélistes ». Sur le front Mayol se veut « témoin spirituel », il enflamme les volontaires, il bénit les soldats montant au front, célébrant la messe n’importe où. Mayol de Lupé se plaît au milieu des combattants de la légion et ils le voient comme un camarade.
Il croit en son idéal anti-bolchévique et veux le partager ardemment avec la LVF, il joue au « commissaire politique » en dénonçant aux allemands ceux qui trahissent cet idéal, il en agace jusque les officiers allemands qui savent qu’il envoie des rapports secrets à l’OKW.
Fou du Christ et de Hitler, il voit dans le combat national-socialiste et le combat chrétien un seul combat, il marie Hitler et le Christ sur un fond d’anticommunisme. Mayol de Lupé se réfère non seulement à la croix chrétienne et à la croix gammée mais aussi à la bannière de blanche de l’ancien régime. Il partage les idées monarchiques de son père, Jean n’accepte pas le drapeau tricolore et il refuse de porter l’écusson tricolore de la LVF. Pour lui « le drapeau français n’a jamais été bleu-blanc-rouge. Il n’y a qu’un seul drapeau : le blanc fleurdelisé. Etant légitimiste, je refuse de combattre derrière un emblème tricolore ».
De retour en France en 1944, il participe à une tournée de propagande dans tout le pays pour recruter des volontaires. En novembre de la même année, la LVF est dissoute, Mayol de Lupé est favorable à l’incorporation des restes de la LVF dans la Waffen SS. Le paganisme de la SS ne dérange pas le moine-soldat tant que c’est pour combattre le mal représenté par le bolchévisme. Mayol devient donc l’aumônier de la division SS Charlemagne. Il ne participe pas aux opérations en Poméranie de mars 1945 parce que malade et trop âgé. Il célèbre néanmoins la messe au camp de Wildflecken lors de la prestation de serment à Hitler. L’ecclésiastique reste en Allemagne, il est arrêté en 1945 dans la zone américaine puis transféré à Paris, à la Santé. Il a 73 ans.
Son procès se déroule en mai 1947, il est accusé de collaboration, d’apologie du national-socialisme et du port d’uniforme et décorations ennemis. Il se défend en déclarant d’avoir agi par peur du communisme. Mayol de Lupé est condamné à 15 ans de réclusion, à la confiscation de ses biens et l’indignité nationale. Il se consacre en prison à des travaux historique et célèbre son jubilé sacerdotal. Il est gracié en 1951 en raison de son âge et de son état de santé. Il s’éteint à son domicile à Paris en 1955, il est inhumé au village de Lupé.
Source : Pierre Giolitto, Volontaires français sous l’uniforme allemand,
Wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php
 
Monseigneur Mayol de Lupé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean de Mayol de Lupé
» DALLEMAGNE (Claude) - Général de division - Nemours (S-et-M)
» Quel pape autre que Jean-Paul II aurait excommunié Monseigneur Gaillot ?
» Monseigneur Aubertin, Archeveque de Tours, s'oppose a la 'femme loire'
» Monseigneur Balducci et la vie extraterrestre en septembre 2000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Multimedia :: Livres et documentation-
Sauter vers: