Le Forum du Front de l'Est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay ...
Voir le deal
10.80 €

 

 La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 19098
Age : 56
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitimeDim 21 Oct - 23:52

Recueil d’histoires de Tsukasa Hojo (City Hunter, Cat’s Eye) ayant pour contexte la Seconde Guerre Mondiale, La Mélodie de Jenny vient d’être réédité chez Ki-oon, au sein d’une nouvelle collection consacrée au célèbre mangaka.
Nous sommes en 1943, au Japon. Junpei Shirakawa a rejoint l’école militaire pour réaliser son rêve : devenir pilote de chasse, comme son frère ainé. Mais alors que la guerre fait rage entre américains et japonais, le jeune homme apprend qu’il va devoir rejoindre une unité kamikaze…
1945. Alors que le japon subit quotidiennement les bombardements américains, les enfants sont envoyés dans des centres loin des grandes villes pour les protéger des bombes. Alors que quatre d’entre eux ont décidé de fuir pour rejoindre leurs parents à Tokyo, leur chemin va croiser celui de Dave, un prisonnier américain en fuite.
Etats-Unis, 1935. Johnny, un ancien joueur de base-ball reconverti en recruteur fait la connaissance de Murakawa, un joueur japonais de talent en tournée sur le continent américain. Décelant tout de suite son fort potentiel, il décide de lui proposer d’entamer une carrière professionnelle aux USA. Acceptera-t-il, alors que la menace d’une guerre entre les Etats-Unis et le Japon se fait de plus en plus proche ?


La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Melodi10



Aux confins du ciel – dans la tourmente de la guerre est la première histoire de ce recueil et débute à l’automne 1943. Le jeune Junpei Shirakawa a rejoint l’école militaire pour suivre les traces de son frère aîné. Il veut devenir un pilote de chasse de premier ordre et se battre pour sa patrie, pour faire du ciel le théâtre de ses glorieux exploits. Mais pendant que Junpei s’entraîne durement et fait ses preuves avec brio, le Japon perd du terrain.
Réputé invincible au début du conflit, l’armée nippone lâche petit à petit sa suprématie sur les mers et dans les airs. En octobre 1944, la nation a perdu presque toutes ses bases avancées mais aussi ses pilotes expérimentés : l’armée met alors en place les fameux bataillons kamikazes, qui se sacrifie en se faisant exploser sur les cibles ennemis, sans espoir de retour. Junpei sort de l’école avec un excellent classement et on l’affecte à une unité opérationnelle. Du haut de ses 17 ans, il se rapproche inexorablement d’un destin funeste.
C’est avec cette histoire que j’ai appris ce qui se cachait derrière les légendaires kamikazes. Voulant garder les rares pilotes chevronnés pour de grandes batailles ou la formation des recrues, ils envoyaient les plus jeunes à l’abattoir. Pour rien la plupart du temps, car le pilotage d’avions chargés de centaines de kilos d’explosif faisait de votre avion un bloc de métal peu manœuvrable et de vous une cible idéale pour l’ennemi.


La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Mzolod10


Dans un entêtement sans égal, le Japon a envoyé ses enfants à la mort. Dans un pays où la fierté et l’honneur sont plus importantes que tout, on ne pouvait pas vraiment dire non, dans un esprit tellement nippon de soumission et d’acceptation de son destin.
Scénarisé par Shingo Nihashi, cette histoire emprunte et narre plusieurs faits réels, distillés durant la trame principale pour nous présenter une tragédie familiale digne d’un film d’époque, très classique dans son schéma narratif mais implacable et révoltante, comme le sont toutes les histoires de guerre vécues de l’intérieur. “Pourquoi ?”, “Tout ça pour rien ?”, “quel incroyable gâchis”… Des mots qui ont longtemps trotté dans ma tête de jeune homme de 20 ans et qui font aussi que je suis toujours avide de cette histoire, où les faits découlent d’un sens de l’honneur excessif et absurde, mais inévitable. D’autant qu’on envoie toujours des enfants et des jeunes hommes se faire sauter pour des raisons absurdes, même 70 ans plus tard.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 19098
Age : 56
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: Re: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitimeDim 21 Oct - 23:54

Cette mélodie qui restera toujours dans mon cœur…

Le 30 juin 1944, le gouvernement japonais décrète l’évacuation générale des écoles primaires face à l’intensification des bombardements américains sur les zones urbaines. Tous les enfants doivent quitter les grandes villes et aussi leurs parents, pour vivre à la campagne. Des médias nippons totalement contrôlés et une correspondance des bambins censurée dressent un tableau positif et quasi-enchanteur de cet “exil nécessaire pour la sauvegarde du peuple nippon“. Les Japonais avaient comme toujours foi en leur gouvernement (ça n’a pas vraiment changé) mais le futur du Japon, encore en culottes courtes, était tout sauf des vacances dorées : maladie, maltraitance, esclavagisme dans les champs… Un véritable enfer. Comme nous le décrira le manga Rainbow situé quelques années plupart, cette guerre d’adultes a quand même fait beaucoup d’enfants comme victimes.
C’est donc ainsi que Takasahi, Udo, Kazu et Shoichi décident de s’enfuir du centre où ils sont placés : ils sont prêt à parcourir les 100 kilomètres qui les séparent de Tokyo pour survivre, retrouver leurs parents et les alerter du traitement que les enfants comme eux subissent !


La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Millus10



Seulement, ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est de tomber nez à nez avec un monstre aux yeux bleus : un américain. Comme eux l’homme se planque mais, contrairement à ce que les enfants craignent, il ne leur veut aucun mal. Dave, c’est son nom, vit depuis 10 ans au Japon où il a déjà une épouse et une fille, Jenny. Le gouvernement lui a conseillé de quitter le pays mais il s’y est refusé. Accusé à tort d’espionnage et enfermé dans un camp, il s’est évadé et il est depuis un fugitif. Il tente lui aussi de retourner à la capitale pour revoir sa famille. Les enfants sont méfiants, mais l’homme va les émouvoir avec une mélodie, une musique à la flute composée pour sa fille, et une amitié nait petit à petit sur le chemin vers Tokyo… Malheureusement, en temps de guerre, rien ne finit jamais bien. Même une belle histoire en musique.

J’écourte là ce résumé pour ne pas vous spoiler la suite du récit. La mélodie de Jenny est la meilleure histoire du recueil, écrite et dessinée par un Hôjô qui, en 1995, commence à vraiment maitriser son art et nous propose des personnages tout de suite attachants et plein de vie. C’est ainsi qu’il confronte l’espoir, l’innocence et la tolérance de 4 enfants et d’un adulte à la réalité de la guerre et surtout à la cruauté du Japon et des Japonais durant ces années sombres. Après le sacrifice des plus jeunes soldats dans le premier récit, on découvre encore pire : la maltraitance et l’abandon des tous jeunes et un oubli complet du respect envers les prisonniers : tout ce qui peut ressembler de prêt ou de loin à un américain est traité moins bien qu’un animal. Il n’y a pas de “grand peuple” ou de “grande nation” quand celui-ci est en guerre, tout ceci n’est qu’une pommade de propagande.
On plonge donc dans une réalité encore plus méconnue pour nous occidentaux : on suit les aventures de jeunes Japonais qui cherchent à survivre et trouver un peu de chaleur humaine. Complétement lobotomisé par leurs dirigeants, la population est encore persuadée que le Japon va remporter le conflit alors que les américains sont arrivés dans leur propre ciel. Les adultes ont alors développé une haine envers l’ennemi – classique – qui fait fi de toute capacité de jugement : comettre les pires atrocités et se voiler la face est une seconde nature, sous la bannière d’une certaine justice. Ces enfants auront beau crier qu’on les maltraite ou que cet homme aux yeux bleus n’est pas un ennemi, qui écoute des enfants en temps de guerre ?

Cette aventure poignante laisse place à un épilogue déchirant, 50 ans plus tard, sous la forme d’un hommage à tous ceux qui ne voulaient que vivre, qui se moquait bien de “gagner” ou de “perdre“. La mélodie de Jenny, je l’entend à chaque fois que je relis ce récit, qui m’arrache toujours quelques larmes, même après des années et des dizaines de lectures plus tard. Je ne suis pas Japonais, je n’ai pas participé à cette guerre mais j’ai à chaque fois envie de retrouver ses enfants et cet homme et de leur demander pardon pour la bêtise du genre humain et pour la folie qui gagne les peuples lorsqu’ils ont les armes à la main.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 19098
Age : 56
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: Re: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitimeLun 22 Oct - 0:07

« American Dream » s’attaque enfin au sort des émigrés nippons vivants aux Etats-Unis et qui furent traités comme du bétail avec le début de la guerre. Ces hommes et femmes, qui pourtant étaient américains, perdirent toute dignité et furent parfois traités pires que leurs frères noirs dans le Sud des Etats-Unis. Là aussi, Tsukasa Hojo ne prend pas de gants pour montrer le visage encore bien réel de cette Amérique prête à toutes les extrémités pour protéger son territoire. Si le personnage d’Hideo Murakawa n’a pas existé, il est loin d’être une pure imagination du mangaka qui utilisa un contexte bien réel et qui aurait très bien pu engendré la tragédie racontée dans cette magnifique histoire.
La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Mimg_610


Pessimistes mais extrêmement émouvantes, les trois histoires de « La Mélodie de Jenny » ne vous laissera pas indifférent. Pour découvre une autre facette du génial Tsukasa Hojo.




La Mélodie de Jenny
Série : Les Trésors de Tsukasa Hojo
Auteur : Tsukasa Hojo
Traducteur  : Ryoko Akiyama
Éditeur français : Ki-oon
Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
Pagination  : 208 pages
Date de parution : 4 juillet 2013
Numéro ISBN  : 978-2-35592-484-2



Prix : 7,90 €
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 14914
Date d'inscription : 30/07/2008

La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: Re: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitimeLun 22 Oct - 6:59

J'achète... Cool
Merci pour l'info.
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 19098
Age : 56
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: Re: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitimeLun 22 Oct - 10:23

Very Happy Wink
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé





La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Empty
MessageSujet: Re: La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô   La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La mélodie de Jenny : un chef d’oeuvre de Tsukasa Hôjô
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 3e Doc : Journal, chef de camp pour prisonniers (à l'est)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Multimedia :: Livres et documentation-
Sauter vers: