Le Forum du Front de l'Est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-31%
Le deal à ne pas rater :
PNY – CS900 – SSD – 1 To – 2,5″
56.99 € 82.05 €
Voir le deal

 

 l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall



Nombre de messages : 840
Age : 58
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeJeu 29 Déc - 3:40

Bonjour à tous et à toutes. Lorsque a son témoignage de Nuremberg l'Ancien General Lahoussen de vivremont, avait énumérer, "je connaissait le nom de l'opération "Himmler"" ici moi je suis d'accord avec ses dires.
Et lorsque une nouvelle fois, il répond à la question du Colonel Amen, "si il connaissait sous quel autorité, était arrivé l'ordre pour les commandes des vêtements Armée Polonaise? et que sa réponse était qu'il ne connaissait pas!" là encore une nouvelle fois je suis d'accord avec ses dires.

Ici la question aurait du être posé au Major Schmalschleger.
En raison, que lui malgré le fait qu'il travaillait pour l'Abwehr. Il avait aussi son poste à la Gestapo du Rsha.
Mais ici on le retrouve avec le grade de Lieutenant colonel Chef de Walli III 1942, et après la guerre, il as été recruté par la CIA et encore par le BND allemand.

Et on connait tous, que les Américains, après la guerre, ont recruté un certain nombre d'ancien de l'Abwehr, en leurs offrants une nouvelle vie, sans être inquiété par Nuremberg. Lui après sa retraite ou ses derniers postes autant à la CIA et au BND, il avait le rang de Colonel, en 1972 il est décédé.

Et à présent en 2022, il y'a eu beaucoup de nouveau documents et des lectures que j'ai faite.
Telle il est énumérer, que à la date du 24 Aout 1939, 30 Camions son sortie de leurs Casernes "SD" et que un camion avait de la place pour 15-16 hommes. Donc petit calcule vite fait, 30x15 =450 hommes.
Et que bien sûr pour la Station de Radio de Gleiwitz, ici uniquement une poignée ou une dizaine d'homme on effectuer leurs show avec le Standarteführer Naujocks.
Mais ici, avec l'opération "Himmler" c'était le nom d'opération générale, soit = faire croire au monde que les polonais avait attaqué l'Allemagne, et ce à plusieurs postes, pas uniquement la Radio de Gleiwitz.

Enfin je vous parlerais plus en détail au fil du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
carbone14
Feldmarshall
Feldmarshall
carbone14


Nombre de messages : 11278
Age : 69
Localisation : Magyarország
Date d'inscription : 04/03/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeJeu 29 Déc - 10:56

Pour en revenir à l'embauche" d'anciens allemands par d'autres pays, des scientifiques beaucoup, et des politiques pas très jolis à voir mais qui ont servi (être utiles à ...) dans différents corps, CIA etc... Et en Allemagne aussi. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall



Nombre de messages : 840
Age : 58
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeJeu 29 Déc - 19:12

Salut mon cher Carbonne14!
Oui bien sûr que ce n'était pas beau à comprendre, et que cela à servit.
Et bien sûr, ici il ne faut non plus confondre le Service SD de Heydrich et le service de l'Abwehr de Canaris!

l'un travaillait avec les outils de torture, pour les interrogatoire, tandis que l'Autre c'est à travers la persuasion et le chantage, et à travers la corruption que il arrivait au résultat. Et ici ses trois derniers, non pas fait parties des crimes de guerre châtier par le tribunal de Nuremberg.

Bien commençons donc doucement, et pour connaître la planification, il me faudra changer sur plusieurs auteurs.
Citation :

UN TOURNANT DANS L'HISTOIRE


Le journal "Pravda «a souligné que la signature du traité germano-soviétique Molotov a qualifié de»tournant dans l'histoire de l'Europe, et pas seulement de l'Europe". Un article publié dans le même numéro du journal intitulé "réunion Historique «se lisait:" Messieurs (c'est-à-dire l'Angleterre et la France. - B. H.) a longtemps et avec insistance essayé d'éliminer deux grands peuples, les deux plus grands États européens – l'URSS et l'Allemagne. Et soudain, tous leurs plans s'effondrent. D'où leur cri à toute l'Europe... Tout le monde s'est souvenu des paroles du camarade Molotov, qui met désormais fin à l'inimitié des deux États, que nous sommes pour le développement et le renforcement de l'amitié entre le peuple soviétique et le peuple allemand... Au nom du peuple soviétique, la quatrième Session extraordinaire du Soviet suprême de l'URSS, sur proposition du député Shcherbakov, qui a approuvé à l'unanimité la politique étrangère du gouvernement soviétique et ratifié le traité de non-agression entre l'Allemagne et l'Union Soviétique.»


Cependant, le plan d'attaque contre la Pologne (le plan Weiss) a été adopté par Hitler bien avant la signature du pacte de non-agression avec l'Union Soviétique. Le 3 avril 1939, ce plan a été envoyé par le haut commandement de la Wehrmacht (OKW) pour approbation par les commandants de l'armée De terre, de l'aviation et de la Marine. Les commandants des forces armées devaient soumettre leurs points de vues et documents pour les tableaux d'interaction à l'OKW avant le 1er mai 1939: «l'Élaboration du plan doit se faire de manière à ce que l'opération soit possible à tout moment, au plus tard à partir du 1er septembre 1939».


Le 11 avril 1939, Hitler signa la directive de l'OKW "Sur la préparation unifiée des forces armées à la guerre". La première partie de la directive définissait les tâches générales des forces armées allemandes pour 1939-1940. La deuxième partie comprenait le plan Weiss. La troisième partie prévoyait la prise de Dantzig.

Le but de l'opération Weiss est de vaincre les forces armées polonaises. "L'État libre de Dantzig sera déclaré partie de l'Empire allemand au plus tard au début du conflit." 57 divisions, 2500 chars, 2000 avions ont été affectés à l'opération. La directive de l'OKW disait: "L'opération Weiss n'est qu'une mesure préliminaire dans le système de préparation d'une guerre future, mais ne doit en aucun cas être considérée comme une raison d'un affrontement armé avec des opposants occidentaux."

Le 28 avril 1939, sous prétexte que la Pologne refusait de donner à l'Allemagne la possibilité de construire une autoroute extraterritoriale vers Koenigsberg (aujourd'hui Kaliningrad) par le couloir dit polonais, Hitler déchire unilatéralement la déclaration sur le non-recours à la force entre Allemagne et Pologne du 26 janvier 1934 (pacte Pilsudski-Hitler). La Pologne a cependant continué à considérer ce pacte comme valable jusqu'à l'attaque allemande contre elle le 1er septembre 1939.

Le rapprochement polono-allemand entamé en 1934 se poursuit jusqu'à l'automne 1938. Après l'accord de Munich, les 29 et 30 septembre 1938, la Pologne a présenté à la Tchécoslovaquie un ultimatum pour lui céder Cieszyn Silesia; Le 2 octobre, la région de Teszyn est occupée par les troupes polonaises.

La politique antisoviétique à courte vue de Varsovie a permis à Berlin de se préparer au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, qui a commencé avec l'attaque allemande contre la Pologne. De plus, un an avant l'invasion de la Pologne, Hitler a assuré qu'« en toutes circonstances, l'Allemagne aura intérêt à maintenir une Pologne nationale forte, indépendamment de la situation en Russie. Que ce soit la Russie bolchevique, tsariste ou toute autre Russie, l'Allemagne traitera toujours ce pays avec la plus grande prudence. Hitler a remercié la Pologne d'avoir maintenu de grandes forces aux frontières avec l'URSS, évitant ainsi à l'Allemagne d'importantes dépenses militaires.


Le verdict du Tribunal militaire international de Nuremberg se lit comme suit : « Le 23 mai 1939, Hitler a tenu une importante conférence militaire... Hitler a annoncé sa décision d'attaquer la Pologne. Il a reconnu que la raison de l'attaque n'était pas des différends avec la Pologne au sujet de Dantzig, mais la nécessité d'élargir «l'espace de vie» de l'Allemagne et de sécuriser l'approvisionnement alimentaire. Il a déclaré : « Il faut du courage pour résoudre ce problème. Le principe d'éviter de résoudre le problème en s'adaptant aux circonstances est inacceptable. Les circonstances doivent être adaptées aux objectifs. Et cela est impossible sans envahir des pays étrangers ou empiéter sur la propriété de quelqu'un d'autre. Plus tard, dans ses allocutions, il ajouta : « Par conséquent, il ne peut être question de pitié pour la Pologne, et nous ne pouvons l'attaquer qu'à la première occasion convenable. Nous ne pouvons pas espérer que les choses se passeront comme en Tchécoslovaquie. Il y aura une guerre. Notre tâche est d'isoler la Pologne. Le succès de l'isolement sera un facteur décisif... L'isolement de la Pologne est une question de politique habile..." Dans le cas où l'isolement de la Pologne ne pourrait être réalisé, l'Allemagne, selon Hitler, devrait attaquer La Grande-Bretagne et la France d'abord... ou du moins détruire leur potentiel militaire."


CASUS BELLI

Le 22 août 1939, Hitler donne les derniers ordres aux plus hauts généraux : « Tout d'abord, la Pologne sera vaincue. L'objectif est la destruction de la main-d'œuvre ... Si la guerre éclate même à l'Ouest, nous traiterons d'abord de la défaite de la Pologne.

Pour déclencher la guerre, l'Allemagne avait besoin d'une raison formelle - casus belli. « Je vais vous donner une raison de propagande pour déclencher une guerre. Peu importe si c'est crédible ou non. On ne demandera pas plus tard au vainqueur s'il disait la vérité », a promis Hitler à ses généraux.


Différentes options de provocation ont été envisagées. Le commandant en chef de la Luftwaffe le reichsmarschall, Hermann Göring, a été déconcerté par la question: les pilotes allemands peuvent-ils abattre un avion Polonais au-dessus du territoire allemand? Et ou sa réponse était "Techniquement, c'est difficile. Et politiquement-peu fiable». Hitler se tourna alors vers le Reichsführer SS Heinrich Himmler. Et qui lui, lui trouva une solution à son problème :La provocation planifiée par ses proches s'appelait «Opération Himmler».


Le service de sécurité (SD) et le renseignement militaire et le contre-espionnage (abwehr) ont préparé un certain nombre d'incidents impliquant des armes à la frontière entre la Pologne et l'Allemagne. L'objectif est de convaincre l'opinion publique mondiale que la Pologne a violé le traité de non-agression avec l'Allemagne. Les agents des forces spéciales SS ont dû simuler des tirs et des tentatives de capture d'installations frontalières allemandes pour accuser la partie polonaise de ces attaques.


Himmler confia la direction de l'opération qui portait son propre nom à l'Obergruppenführer SS Reinhard Heydrich – chef du SD et chef de la police de sécurité allemande («Sipo»), qui combinait la police criminelle («kripo») et la police secrète d'état («Gestapo»). Le 27 septembre 1939, Heydrich dirige la direction Générale de la sécurité du grand empire, où ces départements on été intégré.
Avec l'énumération "par ses proches" ici cela peut suggérer le Stab du Reichführer SS. Soit l'état major de Himmler.
Et dans mes anciennes sources, dans le sujet sur l'Abwehr et la Zbv-800, ici était mentionné à une partie, que Heydrich disposait déjà de ses plans dans un de ses tiroir, qu'il souhaita l'utilisé contre la Tchécoslovaquie. Mais cette version, du moins cette anecdote elle est fausse.

Et au début de l'année 1939, Hitler discuta la première fois sur ses idées d'attaquer la Pologne. Et en Avril 1939, c'était le projet de plan qui était sortie.

Et l'Abwehr ??? oui uniquement intégré dans le plan, pour la logistique.
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 18322
Date d'inscription : 30/07/2008

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeVen 30 Déc - 10:47

Citation :
Le 27 septembre 1939, Heydrich dirige la direction Générale de la sécurité du grand empire, où ces départements on été intégré.
Aie.
Les ennuis vont commencer... scratch
Revenir en haut Aller en bas
carbone14
Feldmarshall
Feldmarshall
carbone14


Nombre de messages : 11278
Age : 69
Localisation : Magyarország
Date d'inscription : 04/03/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeVen 30 Déc - 11:30

On constate que la politique actuelle n'est pas mieux, pire elle n'a pas changé. Rolling Eyes A dégueuler ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall



Nombre de messages : 840
Age : 58
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeVen 30 Déc - 16:18

De toute façon aucun gouvernement ne sait innové avec des projets censé.
Ici en France les politiciens, vont tous dans des écoles, et dans les écoles ont fait quoi?
on lis ce qui est écrit dans des livres. et ils sorte après en étant des énarques! Ecole Nationale de l'Administration.

et une majorité sont des avocats. ou des Banquiers.
Donc pourquoi veut tu que un de cela change quelques chose, en innovant?
Ainsi dans une démocratie = Entré dans un parti politique, avoir une quantité de copains, se faire élire à la tête du parti = se présenter à l’élection présidentielle, en récoltant des fonds auprès des grand riches, pour se montrer au grand publique, et démontrer que la politique que on souhaite pratiquer si on est élu. Et après en étant président, il faut aussi que +50,1% des députés copains, se font aussi élire pour que chaque projet passe à travers la chambre des députés.
Sinon c'est le Putch, et là ses à travers les armes, comme Hitler l'a fait. ou ses hommes de mains, on pourchassé avec des bâtons tous les anti. Et qui eux par la suite, on été interné dans les camps de concentration, et d'autre tués. Mais là, je t'ai juste expliquer les divers possibilité pour faire aboutir des changements.

Telle encore en tant qu'exemple: Tu te fait élire en tant que maire de ta commune.
Chez nous en France il y'a 35 086 maires. Soit ici tu convainc 17044 autre maires des communes, que le projet du président il faut être changé ou annulé.
Ainsi par la suite rassemblé tout ses maires pour contré le projet, et là même si les députés, voterons le projet, le président n'aura pas d'autre choix, que de retirer son projet.

mais là on vient de discuté de la démocratie et de politique, et avec ça, je suis déjà hors sujet.
Revenir en haut Aller en bas
carbone14
Feldmarshall
Feldmarshall
carbone14


Nombre de messages : 11278
Age : 69
Localisation : Magyarország
Date d'inscription : 04/03/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeVen 30 Déc - 16:41

Bien vu sauf que j'ai pas envie de crier sur tous les toits : "votez pour moi car je suis le meilleur". pirat clown Rolling Eyes
Maire ou pas, petit ou grand ça ne me dit rien du tout. No  Qu'ils baignent dans leur monde. geek  Des gamins qui à un moment se font voler leurs pelles, leurs seaux et leurs râteaux et ils sont foutus !  Twisted Evil Ils ont leur bac à sable, qu'ils y restent.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
leclerc1944
Feldmarshall
Feldmarshall



Nombre de messages : 840
Age : 58
Localisation : Wesserling
Date d'inscription : 13/10/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeSam 31 Déc - 12:52

Bien je continue, avec une nouvelle source:

Citation :

ALBERT FORSTER ET ARTHUR GREISER
À la fin de 1938, après l'occupation de la Tchécoslovaquie, il devint clair que la Pologne serait la prochaine cible d'Hitler. De la bouche des dirigeants allemands résonnaient de plus en plus souvent des appels pour résoudre enfin les douloureux problèmes germano-polonais. Le principal, bien sûr, était tout ce qui concernait Gdansk (Dantzig). Les Allemands avaient auparavant tenté par tous les moyens de violer les accords sur la Ville libre, mené avec acharnement son hitlérisation. À Gdansk, les représentants personnels d'Hitler ont activement mené des activités subversives - NSDAP Gauleiter Albert Forster et le président du Sénat de la Ville libre Arthur Greiser (plus tard SS Oberruppenführer). Organisation de manifestations anti-polonaises demandant l'annexion de Gdansk à l'Allemagne. Pendant l'occupation, Forster et Greiser ont commis des crimes sur le territoire du gouvernement général. En conséquence, après la guerre, tous deux ont été remis à la Pologne par les alliés et pendus. De plus, Greiser publiquement dans le Fort Vinyary de la Citadelle de Poznań (la dernière exécution publique en Pologne)…


LA CRISE DE GDANSK DE 1932
Depuis les années 1920, les Allemands ont tenté par tous les moyens de violer les accords sur la Ville libre et de limiter les droits de la Pologne dans la ville. Le résultat de ces tentatives a été la crise de Gdansk. En 1930, le Sénat de la Ville libre a refusé à la Pologne son droit légal d'utiliser le port de Gdansk, citant la décision de la Cour permanente de justice internationale de La Haye. Et bientôt le Sénat a approuvé la création de la police allemande dans le port, ce qui allait également à l'encontre des décisions antérieures. En 1932, trois destroyers britanniques arrivent au port de Gdansk. Le maréchal Jozef Pilsudski a décidé d'utiliser cet événement pour démontrer les droits légaux du 2e Commonwealth polono-lituanien. Le 14 juin, le destroyer polonais "Viher" entre dans le port. Le commandement du destroyer reçut un ordre clair d'ouvrir le feu sur les institutions du port en cas de la moindre insulte au drapeau polonais. Heureusement, il n'y a pas eu de confrontation. Le 15 juin, le "Viher" accueille les navires britanniques avec des salves de canon. Et le 13 août, la décision du Sénat a été annulée.


LA CRISE POLITIQUE DE MARS 1939
Après l'occupation des Sudètes en octobre 1938, les relations germano-polonaises sont passées au premier plan de la politique étrangère allemande. Le 24 octobre, le ministre allemand des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop a eu une conversation à Berlin avec l'ambassadeur du Commonwealth, Jozef Lipsky, où il a avancé les propositions suivantes (jusqu'à la fin mars 1939, elles sont restées secrètes) :


Adhésion à l'Allemagne de la ville libre de Gdansk Pose d'une autoroute et d'une voie ferrée à travers la Poméranie polonaise Adhésion de la Pologne au pacte anti-Komintern (ou, du moins, une déclaration ouverte des dirigeants polonais selon laquelle la Pologne est un partenaire politique de l'Allemagne et un ennemi stratégique de l'URSS
Au lieu de cela, la Pologne s'est vu offrir:


Reconnaissance mutuelle des frontières germano-polonaises existantes
Prolongation du pacte de non-agression pour 25 ans
supplémentaires Approbation par l'Allemagne des revendications territoriales polonaises à l'Est et aide à la résolution des problèmes frontaliers avec la Hongrie
Coopération sur l'émigration des Juifs de Pologne et les problèmes coloniaux
Consultations mutuelles sur toutes les questions de politique étrangère


Le 6 janvier 1939, lors de la visite du ministre polonais des Affaires étrangères Jozef Beck en Allemagne, Ribbentrop à Berchtesgaden exigea de la manière la plus décisive le consentement à l'annexion de Dantzig à l'Allemagne et aux lignes de transport à travers la Poméranie. Étant donné que toutes ces demandes ont été répétées par Hitler lors d'une réunion avec Beck, il est devenu clair pour les dirigeants polonais qu'elles n'étaient pas du tout une initiative personnelle de Ribbentrop, comme on le supposait auparavant. Et ils viennent du chef du Troisième Reich lui-même. À son retour d'Allemagne, Jozef Beck, a eu une réunion s'est tenue au château royal de la capitale avec la participation du président de la République de Pologne, Ignacy Mościcki, et du commandant en chef de l'armée polonaise, Edward Rydz-Smigly. Lors de cette réunion, les propositions allemandes ont été déclarées absolument inacceptables. De plus, ils n'étaient sans doute que la première étape des actions anti-polonaises d'Hitler. Dans la déclaration des participants à la conférence, il a été souligné que l'acceptation des propositions allemandes conduirait inévitablement à la perte de l'indépendance et ferait de la Pologne un vassal de l'Allemagne. Immédiatement après la réunion, l'état-major du VP a commencé à élaborer un plan opérationnel "Ouest" en cas d'agression allemande.


Le 21 mars, Hitler, dans son mémorandum, revient à nouveau sur les exigences de Gdansk. Les appels de la Pologne à se conformer aux garanties mutuelles sur le statut de ville libre conformément aux décisions de la Société des Nations ont été rejetés par la partie allemande.

Le 22 mars, le maréchal Rydz-Smigly approuve le plan opérationnel "Ouest".

Et le lendemain, le 23 mars, le général de brigade Vaclav Stakhevich, chef d'état-major général du VP, a procédé à une rapide mobilisation secrète de quatre divisions du Corps d'intervention stationnées à Pomorie. Le 26 mars, le gouvernement polonais a officiellement rejeté le mémorandum d'Hitler.
Dans le même temps, les dirigeants polonais ont renforcé les contacts avec les puissances européennes.

Le 31 mars 1939, la Grande-Bretagne offre volontairement une assistance militaire à la Pologne en cas d'attaque et se porte garante de son indépendance.

La réponse d'Hitler à cette déclaration fut son ordre, donné dans la nuit du 4 avril, d'achever les préparatifs secrets du plan Weiss d'ici la fin septembre. Prévoir l'invasion du territoire de la Pologne et la prise complète du pays.
Le 6 mai, le ministre polonais des Affaires étrangères Jozef Beck a signé à Londres un accord de garanties mutuelles entre la Grande-Bretagne et la Pologne. Cet accord servit de prétexte à Hitler pour rompre le pacte de non-agression germano-polonais de 1934 le 28 avril.

La France est devenue un autre allié de la Pologne. Le 19 mai, un protocole conjoint franco-polonais est signé à Paris, prévoyant à la fois une assistance militaire et une participation aux hostilités en cas d'attaque allemande contre la Pologne. Cette participation était envisagée : par aviation le premier jour de l'attaque, par des unités terrestres le troisième jour, et par une offensive générale contre l'ennemi le quinzième jour de la guerre. Dans le même temps, les Allemands entament une série de provocations sur tous les tronçons de la frontière polono-allemande.

Déjà le 20 mai, ils ont attaqué le poste douanier polonais de Kaldow.
Dans le même temps, le rapprochement entre l'Allemagne et l'URSS se poursuit.

Le 19 août 1939, Hitler accepta les revendications territoriales de l'Union soviétique. Y compris toute la moitié orientale de la Pologne jusqu'à la ligne des fleuves Narew, Vistule et San. Ainsi que les territoires de la Lettonie, de l'Estonie, de la Finlande et de la Bessarabie roumaine. Le même jour, Staline, avec l'approbation du Politburo, décide de conclure un traité germano-soviétique. Ce qui sera formellement un pacte de non-agression. Et dans les protocoles secrets - en fait, un accord allié entre l'Allemagne et l'URSS sur la répartition des sphères d'intérêt en Europe de l'Est. Joachim von Ribbentrop est arrivé à Moscou dans un avion spécial via Koenigsberg pour conclure un accord.

Dans la nuit du 24 août, le pacte Molotov-Ribbentrop est signé au Kremlin.


La conclusion du pacte signifiait le consentement de l'URSS à l'agression allemande contre la Pologne et sa participation militaire à cette agression. Avec la signature du pacte, les négociations soviéto-britanniques-françaises, toujours formellement en cours, ont finalement perdu tout sens et ont pris fin. Avant même la signature du traité, immédiatement après avoir reçu le consentement de Staline le 19 août, Hitler a nommé une réunion des plus hauts gradés de la Wehrmacht le 22 août à Berchtesgaden. Il y annonça la date de l'attaque contre la Pologne conformément au plan Weiss - 26 août 1939. Cependant, le 25 août, le Führer allemand a reçu des nouvelles de la conclusion de l'alliance polono-britannique et, en même temps, du refus de Benito Mussolini de la participation de l'Italie à la guerre. Après cela, la décision antérieure d'attaquer la Pologne a été annulée. Cependant, Hitler y revint le 30 août, fixant une nouvelle date - le 1er septembre 1939.
Revenir en haut Aller en bas
carbone14
Feldmarshall
Feldmarshall
carbone14


Nombre de messages : 11278
Age : 69
Localisation : Magyarország
Date d'inscription : 04/03/2016

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeSam 31 Déc - 13:03

On a tendance à oublier tout ça, merci de le rappeler. Il y a des reportages télé qui souvent reviennent, sauf qu'ici en Hongrie même s'ils sont fréquents, c'est en hongrois. Beaucoup moins facile à comprendre. pale
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 18322
Date d'inscription : 30/07/2008

l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitimeLun 2 Jan - 11:13

Citation :
e 19 août 1939, Hitler accepta les revendications territoriales de l'Union soviétique. Y compris toute la moitié orientale de la Pologne jusqu'à la ligne des fleuves Narew, Vistule et San. Ainsi que les territoires de la Lettonie, de l'Estonie, de la Finlande et de la Bessarabie roumaine.
Moscou n'avait pas besoin de nouveaux territoires, mais un glacis de protection contre une probable et imminente agression Nazie.
Le film de Eisenstein, "Alexandre Nevski", années 30, en est justement révélateur de l'inquiétude soviétique...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Empty
MessageSujet: Re: l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz   l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
l'opération Himmler de 1939 pas uniquement Gleiwitz
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les V-2 uniquement Allemands.
» Priorité a l'Ouest??
» Bio de Heinrich himmler
» Totenkopf et Himmler
» Assassinat de Himmler par les britanniques ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Batailles-
Sauter vers: