Le Forum du Front de l'Est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €

 

 Les derniers MiG-3 livrés en 1942

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeLun 27 Mai 2024, 00:17

Ces trois MiG-3 sont parmi les plus connus et les plus emblématiques ; ils pourraient être les derniers MiG-3 construits.
La photo a été prise le 23 février 1942 dans les installations de réparation de Factory 1, lorsqu’ils ont été livrés au 172 IAP.

Photo colorisee

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Le-23-f-vrier-1942-dans-les-ateliers-de-r-paration-de-l-usine-1-lorsqu-ils-ont-t-livr-s-au-172-IA

Les 3 avions portent des slogans:

« Za rodinu » (Pour la patrie), pilote D. Latyshev
« Za Stalina » (Pour Staline), pilote A.K. Popov
« Za Partii Bolshevikov » (Pour le Parti bolchevique), pilote V.V. Rybalko.

Les pilotes etaient designes comme cela au depart mais on va voir plus tard que par exemple que le pilote V-V Rybalko a vole sur l avion "Pour la patrie".

On pense que les flèches sont rouges, même si elles semblent plus sombres que les étoiles et les slogans ;
les pointes des spinners du premier et du troisième plan semble sombre aussi.
Les objets au sol sont des bouteilles d’air comprimé pour charger le pneumatique système des aéronefs ; Les sondes de Pitot sont protégées par un cache.


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Les caractéristiques visuelles des avions étaient les suivantes :

Type récent à lattes, probablement armé de 2 canons ShVAK de 20 mm (dur pour voir les différences de côté) ;
surfaces supérieures d’un blanc uniforme, avec des surfaces inférieures bleu clair ;
roue de queue fixe ;
pales d’hélice blanches ;
rails de fusée sous les ailes, sans roquettes ;
des slogans rouges et des flèches (rouge foncé ?) des deux côtés ;
avant de la toupie rouge foncé ( ?) pour le premier et le troisième plan, rouge pour le second ;
les étoiles sur les côtés du fuselage sont légèrement tournées ;
le tuyau de gaz inerte sur le côté gauche des nez.


« Za rodinu » (Pour la patrie) a été piloté par le pilote D. Latyshev

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Le deuxième avion de la rangée avait le « Za Stalina » (« pour Staline ») slogan sur ses côtés ; il diffère du premier par le flèche,
et la toupie avec le même rouge que les étoiles.

Le troisième avion porte le « Za partii bolshevikov » (« pour bolchevik Party") sur ses côtés ; Il est équipé d’un mât radio (mais pas de radio est visible) ;
La flèche est à peu près aussi longue que sur le premier avion.


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzz


Dernière édition par naga le Lun 27 Mai 2024, 00:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeLun 27 Mai 2024, 00:27

« Za Stalina » (Pour Staline), pilote A.K. Popov

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzz


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzz



« Za Partii Bolshevikov » (Pour le Parti bolchevique), pilote
C’est le seul avion du groupe doté d’un mât radio, mais sans visibles à l’arrière de la canopée, suggérant une l’installation de l’équipement radio.

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzz



Interview de V.V.Rybalko (accredite de 14 victoires) :

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzz


En août 1941, j’ai obtenu mon diplôme de l’école de Borisoglebsk.
Avant la guerre, un groupe expérimental y a été créé, dont je faisais partie, moi qui étudiais le MiG-3. C’est mon chasseur préféré.
Tous mes malheurs et mes ennuis sont liés à lui. J’ai passé ma jeunesse au combat, et je peux dire que j’ai passé ma jeunesse là-dessus,
et quand je suis devenu plus fort en tant que pilote, je suis passé à un Yak en 1943.
Peut-être était-il meilleur, mais c’était déjà plus facile de se battre, et il avait de l’expérience et des conditions différentes.

Le MiG-3 est une machine particulière, mais je pense qu’un pilote avec une formation moyenne pourrait le piloter avec succès.
C’était un avion normal avec un puissant moteur M-35A efficace à haute altitude, qui était préparé comme intercepteur à haute altitude pour la défense aérienne,
mais à basse altitude, c’était comme un fer à repasser - la vitesse était faible, difficile à contrôler.

L’avion a causé beaucoup de problèmes au décollage,derivant vers la gauche. Si vous ne le tenez pas, vous pouvez voler dans la direction opposée.
Sur les avions de la première série, il y avait des lattes - c’est un terrible désastre, une petite traction - ça saute avec un grand bang.
C’est désagréable quand pendant la bataille, ces pops sont entendus tout le temps, comme si vous étiez touché, alors nous les avons simplement collés.
Mais en altitude, il était courageux.
Un tel épisode m’est arrivé. Au printemps 1942, nous avons décollé de l’aérodrome boueux de Ramenskoye pour escorter des Pe-2.
Dans notre 122e régiment, il restait cinq pilotes, et il y avait environ 80 machines differentes .
À ce moment-là, le réarmement avait lieu, et on nous amenait des avions de tous les régiments.
Il y avait « Pour la patrie », « Pour Staline » et « Pour le parti bolchevique ».
Il s’agissait de trois MiG-3, remis le 23 février 1942 aux pilotes du 172e IAP par le personnel de l’usine de réparation d’avions n° 1 de Moscou.

Cependant, il n’y avait aucun pilote pilotant le MiG-3 dans ce régiment, et moins d’un mois plus tard, les machines ont été transférées à une autre unité,
apparemment au 122e IAP (qui faisait également partie de l’armée de l’air du front occidental et pilotait des MiG) - le 31 mars 1942, le MiG-3, selon les documents,
n’était plus répertorié dans le 172e IAP.
J’ai volé dans l’avion « Pour Staline », mais à ce moment-là, il était hors service, et on m’a proposé le choix entre les deux autres avions personnalisés.
Je me souviens avoir répondu que je volerais avec  le « pour la patrie », mais que je ne volerais pas pour l avion« pour le parti bolchevique », parce que c’était très difficile
pour moi.
L’avion portant l’inscription « Pour le Parti bolchevique » était plus lourd que les deux autres MiG « personnalisés », apparemment parce que c’était le seul des trois
à avoir une station de radio qui pesait beaucoup. C’est bien que l’officier du NKVD n’était pas là à ce moment-là.
Ainsi, neuf « pions » étaient censés nous accompagner. Le commandant d’escadron Romanenko[ n’a pas pu décoller.
Pendant que nous roulions, Misha Korobkov a surchauffé son moteur puis a décollé - l’huile fuyait sur le côté, il s’est finalement arrete, je suis resté seul pour voler.
Les « pions » (Pe-2) se sont approchés de moi et sont allés, à la périphérie de Ramenskoye ou nous avons rencontré quatre Heinkel-113
(apparemment, ils veulent dire le Me-109F, qui en apparence était très différent du Me-109E habituel. ), qui, à mon avis, était le meilleur chasseur allemand,
son problème était que son moteur était refroidi à l’eau et que tous les radiateurs de refroidissement étaient dans les avions.
Et c’était suffisant pour que la tête de l’allumette frappe - le radiateur était crevé. Mais en termes de voltige, c’était un avion brillant.


Petlyakov Pe-2

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzz



Je suis seul avec les neuf Pe-2. La hauteur était d’environ mille mètres.
La hauteur était d’environ mille mètres. Nous avons volé sans équipement d’oxygène, qui a été retiré car inutile.
Il n’y avait pas d’émetteur dans cet avion, il n’y avait qu’un récepteur. Je ne pouvais donc pas signaler que j’étais attaqué.
Eh bien, ils ne m’ont pas tué la première fois, mais ils m’ont forcé à m’impliquer dans une bataille verticale.
Les « pions » ont disparu. Je ne peux pas dire que je étais un champion, mais j’ai réussi à les rejoindre à 7000 mètres sans oxygène.
J’étais un gars fort, et je n’avais que 19 ans...
Et à cette altitude, le MiG-3 était déjà un avion performant, et je n’avais plus peur de ces Heinkel.
Apparemment, ils étaient à court de carburant et ils se sont enfuis. Je n’ai abattu personne, mais s’ils étaient restés,
peut-être que l’issue de la bataille aurait été différente....

.........
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 25850
Date d'inscription : 30/07/2008

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeLun 27 Mai 2024, 08:17

Citation :
C’est bien que l’officier du NKVD n’était pas là à ce moment-là.
C'est toujours bien à priori d'éviter ce genre de personnage, quoique les témoignages de nombre de vétérans s'accordent sur le fait qu'il faisait un peu office d'aumônier, très à l'écoute des problèmes persos des soldats... scratch
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeLun 27 Mai 2024, 12:15

Suite

Quelles armes y avait-il sur le MiG-3 ?

"Il y avait pas mal d’options, mais je ne me souviens pas des suspensions avec des mitrailleuses lourdes Berezin.
Ils ont accroché le RS-82 pour nous.
J’ai sauvé une fois mon commandant. C’était en février 1942 près de Maloyaroslavets. On etait de reconnaissance, on volait :
Misha Korobkov, moi à gauche, Bazhnov à droite.J’ai tourné la tête, et un Messerschmitt Bf 110 était à 15 mètres derrière ! Ils étaient deux, et nous étions trois,
ils étaient sûrs qu’ils allaient nous abattre.
Misha était un pilote expérimenté mais ils ont abattu Sergey Bazhnov, en mouvement.
Je me suis retourné et j’ai vu qu’ils poursuivaient le chef et étaient sur le point d’ouvrir le feu.
Je les poursuivis et tire. Il y avait, bien sûr, une chance d’abattre le chef, mais encore un instant, et il aurait été tué par les allemands.
J’ai vu qu’ils se sont immédiatement détournés, mais nous ne les avons pas poursuivis - nous n’avions plus de carburant pour atteindre la maison.

Plusieurs fois, nous avons volé à couvert, mais ces sorties ne sont pas restées gravées dans ma mémoire. En même temps, l’attaque et la reconnaissance
n’étaient pas pour nous, car ce n’était pas, pourrait-on dire, notre travail principal.
En termes de nombre de sorties effectuées pour attaquer les troupes, de nombreux chasseurs, s’il s’agissait d’avions d’attaque, auraient dû recevoir
un ou même deux Zvezda. C’est lors d’une telle attaque que j’ai été abattu pour la première fois.
C’était le 23 novembre 1941. Nous avons pris d’assaut la colonne quand sans aucune raison, le moteur s’est bloqué - il a été touché par un obus antiaérien.
J’ai essayé d aller le plus possible jusqu’à la ligne de front, mais la hauteur était faible et j’ai posé l avion sur le fuselage.
Après cela, pendant près de deux semaines, j ai erré sans nourriture dans le gel des forêts, guidé par le bruit des tirs d’artillerie, se heurtant aux Allemands.
Ce n’est que le 5 décembre, à peine vivant avec des pieds gelés, que j’ai été récupéré par des éclaireurs d’une unité de fusiliers.
Je me souviens que lorsque j’ai entendu le discours russe, j’ai pleuré... Mes pieds étaient tellement gelés qu’il a été question d’amputation,
mais le corps était jeune - je m en suis sorti.
La deuxième et dernière fois, j’ai également été abattu par des canons antiaériens en 1943 près de Mojaïsk.
Je ne sais pas comment j’ai pilote l’avion pour rentrer a la maison. Il s’est avéré que je n’avais plus d empenange et il y avait un trou de 30 centimètres
dans le fuselage.

En 1943, notre régiment a fait partie du 5e ShAK, commandé par le héros de l’Union soviétique Kamanin.
Mais même avant cela, tout au long de 1942, j’ai surtout dû accompagner des avions d’attaque et des bombardiers.
Je peux dire qu’après la guerre, nous nous sommes rencontrés, et personne ne m’a reproché de me battre ou d’abandonner quelqu’un.
Je n’ai eu aucune perte pendant les escortes !
C’est pourquoi nous avons maintenu de bonnes relations avec les avions d’attaque.
Nous étions dans la même formation, sur le même aérodrome. Ils partent en mission, et nous les suivons.
Ils rentraient à la maison, sortaient, fumaient, se disputaient ou se vantaient. Mais ils ont bombardé, et nous semblons n’avoir rien à voir avec cela.
Si des chasseurs allemans arrivaient, je devais les attaquer.
Nous avons dû utiliser la manœuvre des « ciseaux » - c’est à ce moment-là que nous passons au-dessus du groupe d’un côté à l’autre.
Le groupe de bombardier allait en ligne droite et nous augmentons la vitesse en raison de la longueur du chemin. Mais cette tactique n’a été atteinte qu’en 1943,
et un an et demi de guerre avant on traînait à la queue des avions d’attaque à leur vitesse.

C’est bien quand il y a une opportunité pour au moins une telle manœuvre, et parfois, quand vous êtes loin, vous suivez et vous vous accrochez juste pour voler.
Nos bombardiers n’aimaient vraiment que l on soit loin à l’arrière. Si nous voyions des avions ennemis sur l arriere, nous rêvions qu’ils ne s’approcheraient pas de nous.
Eh bien, au diable  ! Quand je couvrais mes troupes, je devais m’y précipiter, si j’étais un pilote courageux, je devais les poursuivre, je devais tuer,
et quand j’escortais, je n’avais qu’à être prêt à repousser une attaque sur nos bombardiers
C’est le genre de psychologie qui a été développé ! Je ne pouvais pas abandonner le groupe, même repousser l’attaque d’un avion allemand sur mon groupe,
même sur moi-même, je ne pouvais que revenir, et de telle sorte qu’il ne pouvait pas continuer l’attaque sur le groupe,


Avez-vous dû escorter le Su-2 ?
— Non, je ne le sais pas. Je ne les ai jamais vus. Seulement Il-2 et Pe-2.


Combien d’avions ont été affectés à l’escorte ?

"Tout dépendait de la situation, du groupe et de la direction qu’il prenait.
S’il y avait un grand groupe, il y avait beaucoup de soutien.
En règle générale, au moins quatre chasseurs. Les chasseurs sont chargés de couvrir le groupe, s’ils étaient stationnés sur le même aérodrome,
pourraient se rencontrer et participer à un entraînement conjoint pour le vol.
Cela nous arrivait souvent - nous faisions partie d’un corps aérien mixte.

En règle générale, si des avions d’attaque ou des bombardiers décollaient d’un autre aérodrome, ils venaient chercher des chasseurs d’escorte.
Je me souviens d’un cas, nous étions assis, attendant le groupe, mais le Yak-1 avait une queue légère, et en roulant, vous pouviez toucher le sol avec l’hélice.
En règle générale, les mécaniciens s’asseyaient sur le stabilisateur. Soudain, un groupe est apparu, j’étais assis prêt au départ, et deux avions n’avaient pas encore roulé
vers moi pour decoler par anticipation. Je donne l’ordre de décoller, et ils décollent presque du parking.
Dès qu’ils m’ont rattrapé, j’ai vu un mécanicien voler sur le stabilisateur. Il a essayé de grimper pour s’asseoir à cheval, mais est tombé de cinquante mètres!!

J’ai participé plusieurs fois à des coups très graves et importants.
En 1943, pendant plusieurs jours - les 5, 6 et 7 juillet, à la veille de la bataille de Koursk, notre front occidental a frappé les aérodromes allemands.
Ainsi, Misha Bondarenko, deux fois héros de l’Union soviétique, a dirigé 24 « ils »(Iloucchine), un grand groupe.
Et nous, les chasseurs du 122e régiment, avons couvert son attaque sur l’aérodrome de Seshcha avec trois escadrons.
C’était le 5, et le 6, nous avons volé sur Borovskaya. C’était un vol fondamental.
Le groupe était si important, de deux régiments. L’équipe nationale était un groupe de 24 avions.
À ce moment-là, nous nous sommes rassemblés. Ici, nous avons déjà distingué un groupe de chasseurs à chevauchement direct et un groupe d’attaque.
Le commandant de l’escadron, le major Tsagaiko, était donc à l’avant avec deux ailiers, et j’étais dans la section arrière de cette formation de combat.
Il faut dire que les tâches du groupe d’escorte comprenaient la suppression des armes antiaériennes, à moins, bien sûr, qu’il n’y ait des chasseurs ennemis.
Et quand Misha Bondarenko a transféré le groupe à l’attaque, ils ont attaqué en mouvement, notre camarade Tsagaiko et son ailier sont allés aux canons antiaériens,
et ils ont été immédiatement abattus. Tsagaiko est revenu un an plus tard de ses blessures mais son ailier avait disparut.

Voici un autre exemple. Il y a une vingtaine d’années, j’ai reçu une lettre de Kazan, je ne me souviens même pas de ce type, Kazakov.
Il écrit ici : « Camarade lieutenant général, je me souviens d’une sortie en mars 1944 sur la ville de Proskurov. J’ai reçu la tâche de proteger six avions Il-2
qui prenaient d’assaut le côté ouest de la ville, je devais être accompagné de quatre Yaks, un seul de vos avions m’a rejoint, et trois Yaks sont partis
avec un autre groupe, dirigé par le héros de l’Union soviétique du 809e régiment Gerasimov.
J’ai dirigé le groupe et j’ai pensé : « Où allez-vous,mon gars, allez-vous être mangé, eh bien, d’accord, nous sommes des kamikazes, et vous ? »

En approchant de la partie ouest de la ville, j’ai vu un aérodrome où les Ju-87 atterrissaient sous le couvert des Focke-Wulf, il y en avait environ 20,
j’ai décidé d’aller à l’aérodrome et je suis entré dans cet enfer, je me suis battu, la situation était difficile, spéciale pour vous.
Je me suis dirigé vers mon aérodrome, et puis le cataclysme a commencé, je viens de t’entendre à la radio :
« Kazakov, ne descends pas en dessous de 300 », et puis tu as fait preuve d’un vrai courage, en attaquant les Focke-Wulf, tu as fait un virage brusque,
tu es passé sous le groupe sous les mitrailleuses des fusiliers et tu as de nouveau attaqué les chasseurs.
Nous sommes rentrés chez nous sans pertes.

Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 25850
Date d'inscription : 30/07/2008

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeMar 28 Mai 2024, 08:00

Témoignage de premier ordre, mais la traduction est un peu aléatoire:
Citation :
quand sans aucune raison, le moteur s’est bloqué - il a été touché par un obus antiaérien
Ben si il y a une raison, et qui plus est très valable... scratch
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeMar 28 Mai 2024, 11:59

La traduction russe n est pas tres correct a cause qu il n y a pas d alphabet,un peu comme le thai.Rolling Eyes Rolling Eyes
Bien que pour les articles ca va mais les interviews c est pas ca. Shocked scratch
Par contre ,les traductions japonaise et chinoise sont plutot bonne... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeJeu 30 Mai 2024, 01:18

MiG-3 du 120 IAP PVO à l’aérodrome de Vnoukovo, le 7 mars 1942.

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Mi-G-3-du-120-IAP-PVO-l-a-rodrome-de-Vnoukovo-le-7-mars-1942


Suite de l interview


L’opposition de l’artillerie antiaérienne allemande était-elle forte ?
"Cela dépend de l’endroit et du moment, mais les Allemands ont bien assuré la couverture de leurs troupes avec de l’artillerie antiaérienne.
Sur la tête de pont de Sandomierz, trois commandants d’un escadron d’avions d’attaque ont été abattus un jour sous mes yeux.
C’était inattendu, il semblait que les Allemands avaient utilisé quelque chose de nouveau, que nous n’avons pas compris.
Vous arrivez - « tata-tata » et c est fini.
Puis GSS Vasya Gamayun est décédé, il avait déjà été nominé deux fois pour Hero.
Les Allemands tiraient toujours sur nous quand on survolai la ligne de front, quel que soit le stade de l’opération.
Ils avaient beaucoup d’armes antiaériennes. J’avais tous mes problèmes uniquement à cause d’eux.


Lorsque les bombardiers se tiennent en cercle au-dessus de la cible, où se trouvent les chasseurs ?

"À ce moment-là, les chasseurs peuvent également former un cercle avec la rotation opposée pour attaquer les avions ou, s’il y a des chasseurs ennemis,
s’engager dans un combat manœuvrable. Les Allemands ne sont pas montés dans le cercle - il y avait peu de chances.


Qui est le plus difficile à accompagner - les « ils » ou les « pions » ?
Les « pions » sont plus calmes, car ils ont une vitesse plus élevée, une manœuvre aussi intensive n’était pas nécessaire.
De plus, il n’était pas nécessaire de s’engager dans une attaque s’il n’y avait pas de chasseurs enemis.


Quelle était la situation de la communication radio ?
En 1941, il n’y avait pas de radio dans le 42e. Même s’il y en avait, il n’était pas très utilisé.
Le commandement a même introduit les grades : « Master of Radio Communications » classe I, II.
Nous devions connaître le code Morse, réussir l’examen. Ils l’ont mis en œuvre de cette façon, ils ont payé de l’argent pour cela.


Quel est l’avion allemand le plus dangereux,les chasseurs ?
"Ils sont tous les mêmes.

Comment est le MiG-3 en termes d’entretien ?
"Je ne sais pas. Je sais que nos mécaniciens étaient des virtuoses, à tout moment mon avion préféré était prêt.
Si seulement il y avait une panne grave, alors je changeais d avion, et si tout allait bien, ils réparaient rapidement.
J’ai dit qu’en 1942, j’avais trois avions.

Que pouvez-vous dire sur la formation des pilotes d’avant-guerre ?
« Pour nous, et surtout pour ceux qui ont obtenu leur diplôme des écoles de pilotage pendant la guerre, c’était caractéristique d’un désir passionné
d’être dans l’unité de combat le plus tôt possible et de se battre.
Moralement, nous étions beaucoup mieux préparés au combat que les pilotes allemands.
Psychologiquement, nous étions plus stables, nous n’évitions pas les attaques frontales, comme eux.
Lorsque les Allemands avaient un avantage numérique dans les airs, ils étaient audacieux, mais dans d’autres cas, ils étaient assez passifs,
peut-être seulement à l’exception des « chasseurs », qui remportaient souvent le succès en raison de la soudaineté de l’attaque.
Certes, tous les pilotes allemands ont bien tiré.

Combien de victoires avez-vous ?
« Quatorze en tout. Pour ceux qui ont travaillé sur escorte de bombardiers, c’est beaucoup.



source
statehistory.ru
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga


Nombre de messages : 34696
Age : 58
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeVen 31 Mai 2024, 00:52

Suite de l histoire de trois Migs 3

Après la cérémonie de remise au 172 IAP et le passage successif à 122 IAP, l’avion 'Za Rodinu' a été piloté par V.V. Rybalko, le même pilote qui pilotait auparavant
l’avion blanc avec une flèche rouge ; le slogan « Za Partii Bolshevikov ».

L’avion apparaît dans un film lors de l’opération Rzhev-Sychevsk, en août 1942; il semble repeint en camouflage d’été et apparemment sans les flèches rouges
et les lance-roquettes, mais le slogan semble préservé, même si le détail n’est pas clair : il ressemble à la première partie retouché à la peinture blanche.


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Les cadres de la verrière semblent encore blancs, probablement en raison d’une peinture flaitrie.
La partie avant du spinner semble avoir conservé la couleur rouge, tandis que La partie arrière avec le spinner a été repeinte en noir.
Le camouflage lui-même n’est pas tout à fait clair, il a probablement été réalisé avec le AMT-4 vert et AMT-6 noir, mais avec quelques repeints
qui pourraient donner l’idée de plus de couleurs.
L’étoile rouge sur le fuselage n’est pas claire sur ces photos, mais elle apparaît distinguable sur un film.

La roue de queue est toujours fixée en position ouverte, sans portes et apparemment sans aucune couverture flexible.

La peinture que devrait avoir le Mig

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz




Cette photo du printemps ou de l’été 1942 montre l’avion avec le slogan « Za Partii Bolchevik » (Pour le Parti bolchevique) en service avec 122 le PEI ;
C’était le même avion livré lors de la cérémonie au pilote V.V. Rybalko du 172 IAP, mais le pilote qui l’a piloté plus tard, apparaissant sur l’image, était Nikolai Sheyenko.


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzupload photo


L’avion semble être grossièrement camouflé, probablement avec les habituels vert et noir, mais on ne sait pas pourquoi les bandes sont si bien visibles sur la queue
tandis que les côtés du fuselage semblent plus sombres et à peine contrastés.

Le plus intéressant est que non seulement le slogan, mais aussi le fin de la flèche rouge sont toujours visibles sur la photo.
Il est probable que l’avant rouge de la toupie a également été conservée, tandis que la partie arrière et les pales de l’hélice ont été repeintes en noir.
D’autres caractéristiques visibles sont les rails de fusée et la peinture blanche encore visible sur les cadres de la verrière.
La roulette de queue, bloquée en position ouverte, avait une couverture en caoutchouc ou en toile ; on peut voir le mât radio mais pas les boîtiers derrière l’auvent,
suggérant une installation partielle.


Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz



source
massimotessitori.altervista.org
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme



Nombre de messages : 25850
Date d'inscription : 30/07/2008

Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitimeLun 03 Juin 2024, 13:08

Cet avion en particulier a eu une longévité étonnante, à une période où "l'espérance de vie" de chaque zinc ou blindé était limitée... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Empty
MessageSujet: Re: Les derniers MiG-3 livrés en 1942    Les derniers MiG-3 livrés en 1942  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les derniers MiG-3 livrés en 1942
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les derniers ...
» Un naissance bien difficile
» Les derniers défenseurs du Reich
» les derniers dérivés du panzer faust
» Les derniers grognards Jacques Auvray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Ostfront :: Armée Rouge-
Sauter vers: