Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La résistance de l’artillerie de forteresse 1940

Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Lun 21 Mai - 10:33

Cet article est extrait de l’Histoire de l’artillerie française, sous la direction de Michel de Lombarès.

La résistance de l’artillerie de forteresse

L’artillerie de forteresse montra une remarquable efficacité, même lorsque les ouvrages furent attaqués par l’arrière, après le repli (par ordre) des troupes d’intervalle, le 14 juin 1940. Aucun ouvrage fortifié muni d’artillerie, ou pouvant être couvert par l’artillerie d’un ouvrage voisin, ne céda.


L’ouvrage de Fermont, durement attaqué, en donne un exemple. Depuis que le secteur de Marville et celui de Montmédy situés à sa gauche, avaient été entièrement évacués (ouvrages compris) par la IIè Armée, Fermont (ouvrage du secteur de la Crusnes, voisin de Longuyon), était le plus à l’ouest des ouvrages toujours occupés de la ligne Maginot. Les tirs de son artillerie gênaient considérablement les mouvements allemands dans les secteurs évacués et sur la route de Metz en arrière des ouvrages.

Désirant avoir leur liberté de mouvement vers Metz, le 21 juin les Allemands attaquent l’ouvrage par l’arrière avec un énorme appui d’artillerie : une batterie de 4 mortiers de 305 (tchèques), 3 mortiers de 210, 6 batteries de 105 et 2 batteries de 88 , pendant que des canons antichars de 47 (tchèques) et de 37 prennent sous leur feu les blocs d’entrée au sud de l’ouvrage.




Skoda 30.5cm




Le bombardement commence à l’aube ; les cloches d’observation et les tourelles de mitrailleuses sont touchées par des obus de 88 : un tué, des blessés. Les tourelles sont éclipsées et ne subissent aucun dommage. Lorsque les premiers assaillants approchent du réseau, le tir allemand cesse. Alors les tourelles se lèvent, les casemates ouvrent le feu, la tourelle de 75 tire à mitraille. Les 75 de l’ouvrage de Latiremont, situé à l’est, renforcent par leur feu celui de Fermont, si bien que les assaillants se replient. Au début de l’après-midi, des officiers allemands porteurs de drapeaux blancs viennent solliciter une trêve pour relever les quelque 80 tués ou blessés gisant devant le réseau. Le capitaine Daniel Aubert commandant l’ouvrage accède à leur demande. Le journal de marche de la 161è division allemande constate : « La tentative sur Fermont a échoué et la reprise de l’attaque est interdite... L’artillerie, y compris le 305, n’a pas d’efficacité contre cette fortification. »












A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Lun 21 Mai - 14:20

La Ligne Maginot: technologiquement en pointe, dépassée stratégiquement ...
Toujours impressionnante à visiter, car nombre d'ouvrages ont été récupérés par des associations qui les entretiennent, "devoir de mémoire" oblige ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mar 22 Mai - 2:45

Dans le secteur de Boulay, les ouvrages du Michelsberg et du Mont des Welches sont, le 22 juin, les objectifs d’une division allemande dont l’artillerie et les antichars sont renforcés d’une batterie de 88 antiaérien. Ses reconnaissances sur les arrières ont dû refluer avec des pertes : l’attaque se fera, pour une fois, par l’avant. À l’aube, des troupes d’attaque se mettent en place dans le village de Dalstein. Le capitaine de Saint-Sauveur, commandant l’artillerie du Michelsberg, fait tirer sur le village et ses abords, non seulement par son ouvrage et par le « Welches », mais aussi par l’artillerie des deux ouvrages encadrants, le Hackenberg et Anzeling. Chez les assaillants l’infanterie est dispersée et, dans un groupe d’artillerie, le commandant du groupe, deux commandants de batterie et 2 officiers de l’état-major du groupe sont hors de combat. La mise en place est à reprendre et l’attaque doit être retardée.
A 16 heures, la batterie de 88 tire, de loin, sur les blocs avant du Michelsberg ; une façade bétonnée est légèrement dégradée, des cloches sont touchées mais non percées. À 16 h 30, un officier allemand et un interprète s’avancent sous couvert du drapeau blanc. Ils demandent la reddition, qui leur est refusée.








On leur fait constater, avant qu’ils partent, que l’effet du tir a été insignifiant. Leur général s’obstine, et fait reprendre le tir du 88, mais sans plus de résultat. Les deux ouvrages concentrent alors, à nouveau leurs tirs d’artillerie sur Dalstein.
Le général allemand veut faire reprendre l’attaque par l’arrière en plaçant les 88 à 1 000 mètres derrière l’ouvrage ; on lui objecte que, de ce côté, on ne peut approcher que très difficilement à 3 000 mètres sous le feu de l’artillerie. L’attaque est alors décommandée. Le Groupe d’armées donne même l’ordre « de ne plus lancer d’attaque contre les ouvrages ».


8.8cm FlaK en tir tendu




A suivre..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mar 22 Mai - 9:37

L'ouvrage, comme les autres d'ailleurs, a été consolidé et réparé près l'attaque.
Par qui, et dans quel but ? ... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mar 22 Mai - 12:06

Les allemands s y sont installes d ailleurs en 1944, les americains ont eu du mal a les deloger.

M36 Jackson du 776th Tank batallion pres d un block de la ligne maginot a Hottviller en 1944.




Apres,il se peut que les diverses associations des forts ont renover les bunkers pour faire plus presentable...

d autres ont laissees tel quell











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mar 22 Mai - 12:52

Et peut-être aussi que l'armée, ayant récupéré le tout dans l'immédiat après-guerre, a rénové les plus intéressants, tactiquement parlant, on ne sait jamais de quoi demain sera fait ... scratch Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mer 23 Mai - 2:55

Dans la région fortifiée de la Lauter,le secteur des Basses-Vosges, qui a seulement des casemates et des blockhaus sans artillerie, est attaqué le 19 juin par la 215è division allemande disposant d’un fort appui d’artillerie, notamment d’un mortier de 420 mm de 1914, tiré du musée de la firme Krupp, et d’un mortier de 355 mm, tous deux en position hors de portée du canon des ouvrages. Elle dispose aussi d’avions de bombardement en piqué.

Mortier 35.5 cm




Malgré une violente préparation, l’attaque est bloquée par l’artillerie des ouvrages de l’est d’où le Four à Chaux et le Hohwald-ouest [2] tirent de toutes leurs pièces. Ces ouvrages sont alors soumis au tir, réglé par ballon, des mortiers de 355 et de 420, en vain. L’attaquant fait enfin appel aux Stukas ; des blocs sont touchés, sans dégâts majeurs. Pris à partie par des tirs antiaériens tendus par chaque ouvrage au-dessus de l’autre, les avions ne peuvent descendre bas pour lâcher leurs bombes. Cependant la protection des casemates a cessé ; elles tombent successivement. Les Allemands parviennent, vers Reichshoffen, sur les arrières de la ligne fortifiée. Là, ils sont très gênés, dans leurs mouvements par l’artillerie des ouvrages, qui est intacte et qui tire.





Le 21 juin, les bombardements aériens reprennent sur le Hohwald-est et le Schoenenbourg (son voisin à l’est) avec des bombes de 1 000 kilogrammes qui viennent de sortir d’usine. Malgré des impacts sur la superstructure des ouvrages, les blocs d’artillerie reprennent leur feu. Alors, 420 et 155 essaient à nouveau de les faire taire, mais sans plus de succès. Au contraire, le 22 juin l’artillerie des deux ouvrages détruit des convois, des batteries en marche ou en position, des colonnes d’infanterie. Le 23, continuant à bloquer, sur les arrières, des mouvements vers l’est, elle arrête une attaque d’infanterie venant du sud. Le 24 juin, le Four à Chaux détruit 2 pièces de 150 repérées aux lueurs et met en désordre des colonnes d’infanterie. Les canons du Schoenenbourg tireront le 24 au soir jusqu’à l’heure exacte du cessez-le-feu. Le rapport de la 215è division allemande appréciera ainsi l’artillerie française : « La précision de ses tirs est déconcertante. Les canons à tir rapide des tourelles à éclipse sont particulièrement efficaces et gênants. »


Tir tendu d un canon 15.0 cm






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mer 23 Mai - 3:01

Le block 6 du Schoenenbourg apres combat




Aujourd hui







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mer 23 Mai - 3:05

Dans le secteur de Faulquemont, le Bambesch est attaqué le 20 juin 1940, un canons de 88 mm perce le bloc 2, ce qui entraine la reddition de l'ouvrage.









Tel quel  aujourd hui







A lire:

http://www.kerfent.com/histoire6.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Mer 23 Mai - 10:14

Impressionnant tout ça.
Les allemands qui vont chercher des pièce de la guerre de 14 au musée ... Rolling Eyes
Les impacts sur la cloche montrent bien d'où venaient les tirs... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
avatar

Nombre de messages : 7031
Age : 53
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Ven 25 Mai - 2:19

Shocked Shocked

Les coupoles d observation,une cible privilegiees des assaillants allemands.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   Ven 25 Mai - 9:28

Le métal est peut-être plus aisé à percer que le béton, et les cloches d'observation sont également davantage visibles que le reste.
Forcément, pour observer ...Idea
Ai niveau des impacts, on dirait qu'un gamin a mis ses doigts dans un gâteau au chocolat ... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La résistance de l’artillerie de forteresse 1940   

Revenir en haut Aller en bas
 
La résistance de l’artillerie de forteresse 1940
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reprise des fouilles au château de Caen
» Artillerie Française
» Identification uniforme second empire artillerie?
» artillerie
» HAZEMANN Charles Théodore - Brigadier au Train d’Artillerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Les autres Fronts :: Front de l'Ouest-
Sauter vers: