Le Forum du Front de l'Est

Tout savoir sur le Front de l'Est
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Polygone nucléaire de Semipalatinsk

Aller en bas 
AuteurMessage
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeMer 8 Mai - 1:57

Le polygone nucléaire de Semipalatinsk (en russe : Семипала́тинский я́дерный полиго́н) est le premier et l'un des principaux sites d'essais nucléaires soviétiques.
Il est situé au Kazakhstan, à 130 km à l'ouest de la ville de Semeï, anciennement Semipalatinsk, au sud du fleuve Irtych.
Sa superficie est de 18 000 km² et abrite la ville militaire de Kourtchatov.

Carre rouge

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Wfm_st10


Histoire

Le premier essai nucléaire militaire soviétique y fut réalisé le 29 août 1949 avec la RDS-1, une bombe d'une puissance de 22 kilotonnes.
De 1949 à 1989, 456 explosions de bombes atomiques à uranium et à hydrogène ont été effectuées sur le site de Semipalatinsk.
La somme totale des charges atomiques testées de 1943 à 1963 sur le polygone dépassent 2500 fois celle de la bombe d'Hiroshima.

Les radiations libérées à Semipalatinsk depuis 1949 seraient plusieurs centaines de fois supérieures à celles de la catastrophe de Tchernobyl.
Elles auraient causé des problèmes de santé à plus de 1,5 million d'habitants de la région, soit un Kazakh sur 103.


Liste des essais nucléaire à Semipalatinsk
Essais aériens :
29 août 1949 : RDS-1 (Joe-1) 22 kilotonnes de TNT

Un petit air de Fatman!

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Rds-1-10

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Zz86

24 septembre 1951 : RDS-2 (Joe-2)38.3 kilotonnes de TNT

18 octobre 1951 : RDS-3 (Joe-3)41.2 kilotonnes de TNT

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Zzz75

Polygone nucléaire de Semipalatinsk 800wm10

Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeMer 8 Mai - 2:15

12 août 1953 : RDS-6s (Joe-4) 400 kilotonnes of TNT!!!  Premiere bombe Hydrogene sovietique  affraid  affraid

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Zzzzz293

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Maxres11


23 août 1953 : RDS-4 (Joe-5) 28 kilotonnes de TNT

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Zzzzz294


3 septembre 1953 : RDS-5 (Joe-6)  9.2 kilotonnes de TNT

8 septembre 1953 : RDS-5 (Joe-7)  5.8 kilotonnes de TNT

23 octobre 1954 : RDS-3I  62 kilotonnes de TNT

26 octobre 1954 : RDS-5
Cette bombe RDS-5 fut à nouveau testé en octobre 1954 (le 26 ou le 28 octobre selon les sources), à la demande de Iouli Khariton, afin d’obtenir plus d'informations
sur une nouvelle conception de l’initiateur de neutrons.

22 novembre 1955 : RDS-37
Elle fut  la première bombe H soviétique à étages.
Utilisant entre autres de l'hydrure de lithium; elle fut testée le 22 novembre 1955, larguée d'un bombardier et dégagea une puissance de 1,6 mégatonne pour une puissance envisagée de 3 mégatonnes.


Tupolev Tu-16 (NATO codename “Badger”).

Polygone nucléaire de Semipalatinsk 1200px11

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Nxssf10

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Hbomb10
Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeMer 8 Mai - 10:22

En pointe en matière d'écologie... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeJeu 9 Mai - 2:18

Essais souterrains :

Chagan (en russe : Чаган, du mongol Цагаан signifiant blanc) est un essai nucléaire souterrain soviétique mené sur le site d'essai de Semipalatinsk au Kazakhstan le 15 janvier 1965.
L'essai a créé le lac Chagan ou lac Balapan. D'un volume d’environ 10 000 000 m3, il est encore radioactif, et a été surnommé le « lac atomique ».


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Chagan10

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Clake_10


Chagan fut le premier et le plus grand des 124 tirs du programme des explosions nucléaires pour l'économie nationale, conçu pour produire des explosions nucléaires pacifiques
à des fins de terrassement.
Le concept de l'utilisation des explosions nucléaires pacifiques pour créer des lacs artificiels, des ports et des canaux fut calqué sur le programme américain, l'opération Plowshare,
dans le cadre duquel fut réalisée la première explosion nucléaire pacifique (cratère peu profond du tir Sedan de 104 kt) sur le site d'essais du Nevada en juillet 1962.

Décrit comme un « quasi clone » du tir Sedan, Chagan représentait l'équivalent de 140 kilotonnes de TNT et avait pour objet le creusement d'un grand cratère conique
destiné à former un lac.
Le site était un lit asséché de la rivière Chagan au bord du site d'essais de Semipalatinsk, et fut choisi de telle sorte que la lèvre du cratère fasse barrage à la rivière
durant sa crue printanière. Le lac résultant a un diamètre de 408 mètres et une profondeur de 100 mètres.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Articl10


Les explosions souterraines peu profondes, comme Sedan ou Chagan, ouvrirent des cratères et libérèrent dans l'atmosphère beaucoup de vapeur d'eau, de roches pulvérisées,
avec environ 20 % des produits de fission.
La grande majorité de ces retombées se déposa dans le périmètre du site de l'essai, mais elles produisirent également un panache radioactif, faible mais mesurable.
Il fut détecté dans le cas de Chagan au-dessus du Japon ce qui entraîna une réaction diplomatique américaine à l'encontre des Soviétiques, pour violation des dispositions
du traité d'interdiction partielle des essais nucléaires d'octobre 1963, qui interdisait les essais atmosphériques et toute explosion souterraine (ou « ouverte »)
qui disperserait des « débris radioactifs en dehors des limites territoriales de l'État sous lequel la juridiction ou l’autorité l’explosion est menée ».
L'affaire fut finalement abandonnée, et tous les plans soviétiques ultérieurs furent plus limités.




Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeJeu 9 Mai - 12:36

Citation :
Il fut détecté dans le cas de Chagan au-dessus du Japon ce qui entraîna une réaction diplomatique américaine à l'encontre des Soviétiques, pour violation des dispositions
du traité d'interdiction partielle des essais nucléaires d'octobre 1963, qui interdisait les essais atmosphériques et toute explosion souterraine (ou « ouverte »)
qui disperserait des « débris radioactifs en dehors des limites territoriales de l'État sous lequel la juridiction ou l’autorité l’explosion est menée ».
L'affaire fut finalement abandonnée, et tous les plans soviétiques ultérieurs furent plus limités.
S'em....... pas les amerloques, avec leurs précédents dans le genre... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeVen 10 Mai - 3:46

1989 : mouvement antinucléaire

Le groupe antinucléaire Nevada Semipalatinsk est formé en 1989, il s'agit alors de l'un des principaux mouvements antinucléaires de l'union soviétique.
Il est dirigé par le poète kazakh Olzhas Suleimenov et il rassemble des milliers de personnes lors de campagnes de protestation visant à fermer le site de Semipalatinsk.
Le mouvement est nommé "Nevada Semipalatinsk" afin de montrer la solidarité avec les populations aux USA qui luttent pour fermer le site d'essais du Nevada.


Depuis 1991 : démantèlement

Le polygone atomique de Semipalatinsk est fermé depuis 1991 sur décision de Nursultan Nazarbayev, président de la République du Kazakhstan.
Dans les zones irradiées de l'ex-site, la radioactivité atteint à ce jour 10 000 à 20 000 microröntgens par heure.
Semipalatinsk est le site choisi par le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan pour la signature de la Zone exempte d'armes nucléaires
en Asie centrale le 8 septembre 2006, pour célébrer l'anniversaire de la fermeture du site.

En mai 2003, les autorités kazakhes affirment dans un article publié par Science que l'ancien site d'essais nucléaires serait devenu un champ de plutonium,
où des terroristes pourraient extraire une «bombe sale».

Le 15 août 2013, le Centre de Recherche Belfer de Harvard publie le rapport «The Plutonium Report» sur les efforts conjoints des États-Unis et de la Russie
pour sécuriser secrètement le site après la chute de l'U.R.S.S..
Dans ce rapport de 44 pages y est décrite la sécurisation nécessaire du site durant les années 90 contre les radiations, le vol du plutonium laissé par les russes,
ainsi que contre les pilleurs de métal potentiellement radioactif. Les solutions apportées sont notamment la fermeture sécurisée des différents tunnels d'accès,
le coulage de béton spéciaux afin de rendre inutilisable le plutonium, et tout un panel de caméras, barrières et drones de surveillance.

Un bunker du site

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Semipa10


Siegfried S. Hecker , le directeur du laboratoire de Los Alamos de l'époque, explique dans une interview donnée dans le bulletin des scientifiques nucléaires
sa visite sur le site en 1998 et la prise de conscience par les États-Unis et la Russie du risque nucléaire du site qui a amené à sa sécurisation secrète.
Cette opération a été financée par les États-Unis, alors que la Russie à fourni des informations et du personnel scientifique, et que le Kazakhstan a fourni la main d'oeuvre
pour faire le travail sur le terrain.


Un cratere

Polygone nucléaire de Semipalatinsk 1920px26



Santé des populations

L'impact des radiations a été caché par les autorités soviétiques pendant de nombreuses années. Pourtant, les essais nucléaires à Semipaltinsk ont des retombées désastreuses
sur le patrimoine génétique de la population du Kazakhstan.
Dans les alentours du site, la plupart des habitants souffrent de maladies diverses, en majorité de cancers. Puisqu'il est coûteux d'apporter la preuve exigée des services publics
que les essais atomiques se trouvent être à l'origine des maladies, la plupart des victimes ne sont pas reconnues et vivent dans des conditions difficiles.

Les études sanitaires conduites sur le site depuis sa fermeture s'accordent sur le fait que les retombées des essais nucléaires ont actuellement un impact sur la santé
d'environ 3 ou 400 000 habitants aux alentours. Des scientifiques ont établi un lien entre un taux anormalement élevé de différents types de cancers et les effets des radiations.
En particulier, de nombreuses études ont analysé la corrélation entre l'exposition à la radioactivité et les cancers de la thyroïde.
Dans cette région, de nombreuses personnes seraient atteintes de problèmes de santé et des enfants naissent malformés.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Semipa11


Avant chaque test, on recommandait aux gens d'ouvrir les fenêtres et les portes de leur maison, et d'attendre à l'extérieur de leur maison afin de mieux étudier les effets
de la radioactivité sur le corps humains.
Les spermatozoides et les ovules des hommes et femmes ayant reçu des radiations, avaient le double de changements génétiques par rapport à une personnen'ayant pas reçu de radiations. Ces changements pouvant être héréditaires. Un passeport génétique a été proposé pour empêcher les personnes avec un patrimoine génétique endommagé
d'avoir des enfants.


source Wikipedia.fr

Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeVen 10 Mai - 9:55

Evil or Very Mad Rolling Eyes Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeSam 11 Mai - 1:52

Extraits de l'article paru dans la revue Prostor n°11, novembre 1990.
Traduit du russe par Madame Nina Heyssler.

« Le polygone atomique de Semipalatinsk vu par mes propres yeux »
d'après le Professeur Saïm Balmukhanov, membre de l'Académie des Sciences médicales du Kazakstan, Président de IPPNW-Kazakstan


Prémices d'apocalypse ?

« L'âge de pierre peut revenir sur les ailes brillantes de la science » (Wiston Churchill) avec 3 lieux d'irradiations ionisantes:
Hiroshima et Nagasaki, Tchernobyl, et le troisième étant le polygone de Semipalatinsk.
Ce dernier représente une tragédie en quelque sorte unique parce que l'effet nuisible des radiations s'est fait de façon permanente en temps de paix.
Elle l'est également parce qu'elle a été planifiée, prévue à l'avance. Elle a fait partie d'un programme national qui a pris en compte en premier lieu l'existence d'une commodité
de transport : la voie fluviale sur l'Irtych, et par train, avec la proximité d'une industrie atomique dans l'Oural du sud.
Et ce sont surtout les étendues du Kazakhstan avec sa population silencieuse ayant perdu toute foi.

Dans les années d'après guerre, au moment de la construction du polygone, notre gouvernement à la tête duquel étaient Staline et Béria méprisait complètement le destin
des peuples, n'accordait aucun prix à la vie humaine, sacrifiant des centaines de milliers de personnes pour accomplir leur propre but.
Depuis les années trente, les cosaques ainsi que des quantités de peuples avaient vécu la collectivisation forcée, la répression de masse, l'absence de toute loi, l'arbitraire,
la famine et la misère, tout ceci au nom des mirages du socialisme.

Les monts Deguelen, où est situé le polygone, sont le prolongement d'une zone de monts, berceau d'une culture de steppe précédent celle des Kazakhs.
Ces montagnes sont la patrie des Abaï. Les personnes qui habitent ce territoire ont souffert de catastrophes énormes, la perte de la moitié de sa population,
par un génocide prémédité, par la famine organisée artificiellement en 1930-1932, où l'on brisait des formes de vie établies depuis des siècles, au nom d'un avenir radieux.
Les peuples de ces régions avaient gardé la mémoire de « catastrophes » au moment de l'attaque des Djoungers.
Les pertes au moment de cette invasion auraient été 5 fois plus faibles que celles des années 30.
Les gens qui ont passé à travers toutes ces souffrances et ces malheurs ont acquis la capacité de supporter toute catastrophe à condition de pouvoir rester vivant.
C'est pour cela que le peuple a supporté tout cela durant des années.
Après des années de famine ils vécurent une série massive d'expériences nucléaires.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Site_k10


Que se passe-t-il sur notre polygone ?

La première expérience soviétique a eu lieu le 29 Août 1949 près de Semipalatinsk.
A l'heure actuelle, il y a eu 662 explosions dont l'écrasante majorité a été faite sur le polygone de Semipalatinsk et une toute petite partie sur la Nouvelle-Zemble.
Il fut une époque où on faisait en Bachkyrie et en Sibérie des explosions considérées comme pacifiques et dans la région d'Orienbourg des exercices militaires
avec armes atomiques. Le coût de ces expériences menées dans notre pays est secret. Selon les évaluations de spécialistes occidentaux, elles varient dans le Nevada
de 12 à 17 millions de dollars. Le ministère de la Défense de l'URSS fait semblant de prendre en compte la tendance irréversible de désarmement qui a lieu dans le monde entier
et décide également de diminuer en 1990 les dépenses de 900.000 roubles pour le perfectionnement de l'arme nucléaire.

A l'heure actuelle, comme l'affirme la presse, le budget pour la création et le perfectionnement de l'arsenal nucléaire du pays des Soviets est égal à 1 million 970.000 roubles
au lieu des 2 millions 900.000 roubles l'année précédente. Il est possible qu'il s'agisse seulement des salaires des militaires car cette somme, il est facile de la calculer,
est de 5 à 6 fois inférieure au prix de revient d'une seule expérience atomique.

De 1949 à 1963, les expériences au polygone de Semipalatinsk ont été faites à la surface du sol et dans l'atmosphère.
Il y eut des centaines de bombes atomiques thermo-nucléaires et de bombes dite au plutonium.
Dans la seule année1988, on a fait dans le polygone 13 expérimentations et dans 4 cas elles atteignirent 150 kilotonnes.
En 1989, l'Union soviétique n'a fait que 4 expérimentations.


Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeSam 11 Mai - 9:38

Flippant et déprimant... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeSam 11 Mai - 10:41

En 1949, c'était le début de la moisson et aucune mesure de sécurité n'avait été prise.
Plus de dix mille personnes ont été atteintes. Par la suite, ce fut surtout en 1953, les gens se souviennent de fortes explosions.
Il y eut deux explosions près du village de Kaïnar: fort bruit, fentes dans les murs, poteaux télégraphiques renversés, toits soulevés, fuite des animaux.
Pour la deuxième, des voitures militaires ont évacué la population. On a évacué les gens avec deux bouteilles de vodka, une miche de pain et quelques boites de conserves,
à 80 ou 100 kilomètres dans la steppe. On les a laissés sur un terrain découvert.
Par la suite, beaucoup de personnes sont revenues dans leur village et l'ont trouvé couvert d'une sorte de fine poussière blanche douce au toucher.
Les animaux, les vaches avaient des mouvements ralentis, ne mangeaient pas, n'allaient pas dans les champs.
La même année, la population des régions proches du polygone fut témoin d'une expérience de bombe dont la puissance a dépassé de plusieurs fois toutes les précédentes.
Il y eut un nuage en forme de champignon visible à environ 300 kilomètres de là.
La ville de Semipalatinsk a été ébranlée comme par un tremblement de terre, les vitres des fenêtres ont explosé, les meubles avec la vaisselle ont été renversés.
Cette fois ci, un grand nuage radioactif est passé au-dessus du village de Sargal, centre de la région de Karaul.
Dans cette région les agglomérations petites et d'autres plus importantes ont été atteintes par la radioactivité à une distance énorme.
On a appris par la suite que l'effet radioactif a atteint le lac Balkhach. On n'a pas pris de mesures. La population du centre régional de Karaul a été évacuée.
60 personnes sont demeurées sur place. Après l'explosion, on les pris comme groupe-témoin. On a effectué la dosimétrie des vêtements, des parties découvertes du corps,
on a analysé plusieurs fois le sang, à des intervalles de plusieurs heures. Comme on le voit, on a fait une expérience prévue à l'avance sur des personnes.
Les résultats de cette expérience sont encore secrets jusqu'à nos jours. Lorsqu'eu lieu la conférence scientifique en juillet 1989 à Semipalatinsk, la majorité de ces gens
étaient morts. C'était la première bombe à hydrogène que l'on a fait exploser à une petite altitude. La puissance de l'explosion était de 470 kilotonnes.
L'onde d'explosion a soulevé une grande quantité de terre mélangée avec des radionucléides et les a dispersé à des centaines de kilomètres autour.
Une poussière de fines particules s'est élevée dans la stratosphère, ce qui par la suite a contaminé toute la planète (!) d'un substrat radioactif.
La population du village de Sargal [ou Sarzhal], proche du polygone, a été atteinte par de très fortes doses d'irradiation.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Semipa12


Atomgrad

La ville porte le nom de Kurchatov. Avant on l'appelait tout simplement "objectif" ou " terminal" avec le code postal de "Moscou 400".
Atomgrad se trouve sur la rive occidentale de l'Irtych. La population à l'heure actuelle est de 30.000 personnes. La ville est séparée du monde extérieure par deux rangées
de fil de fer barbelé.
Pour y aller, il fallait passer par 3 contrôles. A l'intérieur, la ville est divisée en une série de sections. Un complexe très secret et des usines expérimentales
qui servent aux préparations pour le polygone. Le dernier secteur est à 70-80 kilomètres de là, vers le nord-ouest de la ville.
Auparavant, dans la période des expériences aériennes de l'arme atomique, on a construit sur le polygone d'expérimentation de vraies maisons, placé un appareillage de technique militaire, des tanks, des armes et d'autres objets. On y a gardé des animaux domestiques comme sujets d'expérience, et des chiens pour étudier la force de l'onde de choc
et l'influence des irradiations.

Pendant les expérimentations, l'épicentre des explosions se trouvait à 70-80 kilomètres de la ville. A l'heure actuelle, les expériences souterraines se font à 120/130 kilomètres
de la ville. Nous avons demandé pourquoi on avait transféré les expériences souterraines plus loin de la ville de Kurchatov.
Les dirigeants du polygone se sont contentés de hausser les épaules. Les ouvriers nous ont dit qu'ils en avaient assez de ressentir constamment des tremblements de terre :
"il vaut mieux être un peu plus loin de cette saloperie". Plus loin d'Atomgrad, oui, mais tout près des habitants de la région d'Abaï.
Maintenant, les fermes d'élevage du sovkhoze de Sargal sont situées à 6-10 km de la mine où se produisent les explosions.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk 41517010


On a commencé à construire Atomgrad en 1946, avec des détenus sous la surveillance attentive de Béria. Nous avons pu voir encore en 1957 ce que l'on appellait la maison
de Béria, toute entourée de verdure. Quand aux baraques des détenus, elles ont subsisté jusqu'en 1955, puis on les a rasés.
Cette ville isolée du monde extérieur comme disait Sakharov, " représentait une création assez étonnante de notre époque", une ville où les esprits les plus forts de notre pays : Sakharov, Kharitov, Seldovitch, créaient une arme d'extermination de masse, une ville qui était fière de ses résultats, mais qui oubliait complètement la destinée des gens
qui habitait tout autour du polygone.
Par la suite, Sakharov a écrit dans ses mémoires : " Les paysans des villages misérables tout autour voyaient une barrière de fils de fer barbelés qui embrassait un territoire énorme. On dit qu'ils avaient trouvé à cela une explication tout à fait originale :
" l' on construisait un communisme expérimental ". Ce communisme expérimental présentait la symbiose d'instituts d'avant-garde de polygones d'expérience et
d'un grand camp de concentration. Ce sont les détenus qui ont construit les usines, la base expérimentale, les routes, les maisons d'habitation des futurs usagers de cette ville.
Les détenus eux-mêmes vivaient dans des baraques, allaient travailler en convoi gardés par des chiens policiers.

La ville de Kurchatov est encore appelée maintenant la ville des immortels. Ici il n'y a pas de cimetière et les archéologues dans des centaines d'années ne comprendront pas,
et on ne comprend pas déjà actuellement, où disparaissaient les morts.
Ici dans cette ville, on ne meurt pas et si cela se produit, on conduit le cadavre quelque part plus loin.
Dans cette ville, beaucoup vivent jusqu'à un certain âge, puis devenus retraités, on leur donne un appartement dans une ville plus prestigieuse, par exemple au bord du Dniepr,
dans la région de Dniepropetrosk.
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeDim 12 Mai - 1:09

La bombe à hydrogène

La première expérimentation de bombe thermo-nucléaire ou, comme on l'appelle également, à hydrogène, eut lieu en août 1953.
Malenkov l'annonça à la session du Soviet suprême comme ayant une possibilité d'explosion équivalente à 150.000 tonnes de trinitrotoluène (dynamite).
Le créateur de cette bombe fut Sakharov qui l'évoque dans ses mémoires.

Un journaliste témoin, Swiastoslaw Politin, décrit à quel point ils ont été projetés au loin sur le sol, le dos contre le mur, et que lui-même perdit connaissance.
D'autres journalistes qui ont participé aux photographies et aux enregistrements de cet événement sont morts des suites d'irradiation…



La nourriture empoisonnée

En 1958-1959 les données de l'Académie des sciences de la République Kazakhe dans les lieux soumis à de fortes irradiations montrent que par exemple dans les fermes de produits laitiers de Sargal, il y a 70 fois plus de strontium 90 que dans la moyenne du pays.
Il en est de même quand on analyse de la viande de mouton. Il y avait dans le sol de la région d'Abaïsk, de 25 à 60 fois plus de strontium que, par exemple, en Angleterre.

Le contenu en strontium 90 dans la viande de mouton était 2 fois plus élevé que dans l'intestin, ce qui montre que les substances radioactives s'accumulent dans l'organisme
des animaux. Je me limiterai à dire que le territoire autour du polygone était pollué par des doses très élevées d'irradiations comprenant des radionucléides de longue durée
comme le strontium 90, source d'irradiation béta, ainsi qu'un groupe d'éléments produisant une irradiation alpha.
Depuis, il y a une baisse de la radioactivité du strontium 90 du fait d'une disparition naturelle mais les radionucléides qui restent continuent à accomplir tout un cycle biologique.
Le contenu de strontium 90 dans la viande de mouton de cette région dépasse de 1 million de fois (!) la concentration limite acceptable pour le strontium dans les produits alimentaires. (750 à 1000 becquerels.)

De 1949 à 1963, il eut donc des quantités d'expérimentations. Dans certains cas il y eut une évacuation provisoire de la population mais les militaires n'ont pas tenu compte
de la psychologie du paysan qui ne pouvait pas être tranquille quand les vaches n'avaient pas été traites et le bétail pas nourri.
Donc, la nuit, les gens revenaient très souvent dans leur village, ils se cachaient dans la journée et pendant la nuit s'occupaient de leur élevage.
D'autre part, les militaires, comme on l'a déjà dit, ont laissé à Karaul, Kaïnar, jusqu'à 30, 60 personnes de la population locale, pour garder les biens et le bétail.
Bien entendu, ces personnes n'ont pas été irradiés par 55,7 rads (comme le calcule les collaborateurs du polygone) mais par plus de 200 rads,
ce qui suffit pour développer une maladie des radiations.


Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeDim 12 Mai - 11:17

Citation :
On a commencé à construire Atomgrad en 1946, avec des détenus sous la surveillance attentive de Béria
Je ne sais si ce personnage a des descendants, mais avec ses "exploits", c'est un nom qui doit être difficile à porter...
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeDim 12 Mai - 15:21

Qu'en est-il aujourd'hui ?

Dans l'ensemble, la radioactivité a diminué, mais certains isotopes particulièrement vivaces conservent encore leur activité.
Ils ont pénétré dans le sol, dans les racines des plantes qui vivent quelques années. Je pense à des éléments comme le strontium 90, le zirconium 95, le césium 137,
le carbone 14, le plutonium 239, le polonium 210, et le plomb 210.
On n'a pas du tout étudié le plutonium et le plomb en qualité de métaux lourds s'accumulant dans les tissus osseux et quelques autres tissus de l'organisme.
On ne sait pas non plus comment se passe l'accumulation dans l'organisme de la personne, dans la chaîne biologique végétale, animale, humaine.

Les habitants d'Australie occidentale qui se nourrissent de viande de kangourou et de brebis, et qui mangent les intestins, ont une irradiation interne
dans des doses qui sont 75 fois plus élevées que les populations d'Europe.
En effet, les moutons et les kangourous se nourrissent de végétaux qui accumulent le plomb 210 et le polonium 210.
En plus, l'Australie se trouve à une distance du polygone d'essai des milliers de fois plus loin que les habitants de Sargal par exemple du polygone de Semipalatinsk.

La population de Tchoukotka et de tout le nord de la Russie ont également des irradiations internes par des nucléides radioactifs :
strontium 90, césium 137, zirconium 95, plutonium 239 et la chaîne se fait à partir du lichen au rennes puis à l'homme.
Cela s'accumule en grande quantité dans l'organisme. Un groupe de députés du Soviet suprême a fait une enquête dans la presqu'île de Tchoukotka et a découvert
que la radioactivité de tout ce territoire avait doublée.
On a découvert chez les Tchouks un accroissement du contenu du plomb 210 de 10 à 20 fois dans les os et de césium 137 100 fois supérieur à la moyenne de l'URSS.
Ce qui a amené un accroissement de la morbidité, de tumeurs malignes, quelques formes ont même été augmentées de 10 fois, et un fort accroissement de la mortalité
en particulier infantile, 70 à 100 pour 1000 enfants venus au monde. Au total la durée de vie moyenne de la population de ces lieux est maintenant de 45 ans.

En Suède, compte-tenu du danger de radioactivité après Tchernobyl, on a détruit presque entièrement les troupeaux de rennes, on a payé le prix de revient aux Lapons
et pendant plusieurs années les Lapons ont reçu une nourriture gratuite.
Durant deux ans, il fut interdit en Suède d'utiliser dans la nourriture de la viande de rennes sauvages et il est même interdit de nourrir les chiens avec cette viande.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Semipa13


Les mesures de radionucléides, sources de particules alpha dans les végétaux et les animaux, est un processus difficile et qui nécessite beaucoup d'attention.
Les premiers à découvrir la présence de ces particules alpha dans le polygone, ce fut Stepanienko le 5 juin 1989 du coté de Sargal dans le sol à une profondeur de 20 centimètres.
Le contenu est tel qu'il dépasse de 700 fois le niveau de fond et dans deux directions différentes la concentration limite acceptable.
Il fait noter que, d'après les données radiobiologiques, on estimait que les particules alpha ont une activité biologique relative qui dépasse de 20 fois l'activité des rayons roetgen
et des rayons gamma. Les derniers 10 ans, les nouvelles données expérimentales montrent qu'en réalité un équivalent biologique de l'efficacité de l'irradiation alpha
dépasse de 180 fois l'efficacité des rayons gamma et roetgen.
Aussi la concentration limite acceptable (PDK) de radionucléides irradiant les particules alpha dans les produits alimentaires, l'eau, le lait et d'autres liquides
doit être de 100 fois inférieur à celle d'autres isotopes par exemple le strontium.

En 1963, dans la couche de l'atmosphère proche du sol, le contenu en plutonium pulvérisé a dépassé le PDK de 2 ou 3 fois et selon certaines données 8 fois.
Il s'agit de la concentration de plutonium dans la couche presque terrestre. Et personne n'a étudié comment ce radionucléide des plus nocifs va circuler dans l'air dans l'eau
dans le sol, etc.
Ces dernières années, on a établi une relation directe entre l'importance des irradiations alpha et la fréquence des leucoses.
La deuxième source de pollution de l'atmosphère, peu étudiée jusqu'ici est l'isotope C 14 qui constitue également un des produits les plus importants de l'explosion
thermo-nucléaire. Sa demi-vie est de plusieurs millénaires.

Dans les expériences souterraines sur fond de température élevée, quand toute l'eau se transforme en vapeur sous l'effet d'une pression élevée,
la vapeur radioactive explose, du carbone radioactif et du tritium se forment en quantité énorme particulièrement dans une expérience d'une puissance
pouvant atteindre 150 kilotonnes. C'est un phénomène qui est apparu en 1955 quand le carbone radioactif s'est répandu en direction de Karkaralinsk et Kouvskogo.
Mais on n'a aucune information sur la présence de cet élément au moment de l'explosion, et nous ne savons rien sur les conséquences.

Le polygone ignore ce problème et feint de croire que ni les particules alpha, ni le carbone radioactif ne se forment au cours des expérimentations souterraines ou au cours des expérimentations terrestres des engins nucléaires.
Le polygone refuse également de donner des informations sur l'effet des ogives à base de plutonium plusieurs fois expérimentées dans les montagnes des Deguelen.
Le polygone se tait après que Stepanienko, dont on a déjà parlé, ait découvert sur le secteur de Taïlan dans l'épaisseur du sol ces mêmes particules alpha et il y a beaucoup d'exemples de ce type.
Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeDim 12 Mai - 15:26

La vérité sur la santé

Nous avons découvert peu à peu les énormes menaces que font courir à la santé les essais nucléaires.
Ce fut un cheminement difficile que je connais bien pour l'avoir parcouru moi-même.
Au début des années 50, notre pays a sérieusement préparé la population civile à la guerre atomique. Bien des ministères dont le ministre de la Santé ont pris dans leurs effectifs
un radiologue. Dans les Universités et les Ecoles de médecine les étudiants des cours terminaux ont abordé de nouvelles disciplines:
la radiobiologie, la médecine radiologique, dans des chaires et des services d'enseignement.
En 1952-1953, en qualité de radiologue en chef du ministère de la Santé de la République kazake, j'ai eu à me rendre à plusieurs reprises à Semipalatinsk,
pour prendre part aux expérimentations nucleaires. En fait nous n'avons pas pu dépasser les limites de Semipalatinsk et le vice-ministre de la Santé, Sarinov, et moi,
nous avons passé des journées dans les hôpitaux et dispensaires de la ville.
Le médecin-chef de l'hôpital local dans une de nos conversations nous a justement raconté qu'il avait rencontré quelques maladies inhabituelles qu'il pouvait maintenant observer dans des lieux d'habitation bien précis. A cette époque j'avais des informations assez détaillées sur la tragédie qui avait eu lieu à Hiroshima, sur la maladie des rayons,
aussi ai-je porté une attention particulière aux symptômes que me décrivait ce médecin et j'ai trouvé une parenté avec la pathologie des radiations.
La connaissance des histoires de ces maladies a confirmé les hypothèses. J'ai fait un rapport au ministre de la Santé de la République kazake qui a pris la décision d'organiser
une mission d'étude de la population.

Il existait àl'époque ce que l'on appelait des radiomètres BP pour mesurer l'activité béta. Nous avons donc pris ce type de matériel durant une année nous avons parcouru
tout le territoire de la région de Semipalatinsk et nous avons déterminé certaines zones de radioactivité élevée.
Le polygone refusait de prendre contact avec nous et ne répondait pas aux nombreux coups de téléphone des autorités régionales.
Dans les colloques et rencontres du ministère de la Santé, il fut décidé de vérifier l'état de santé des gens habitants dans les territoires où il y avait une radioactivité élevée.
Dans la composition de notre première expédition, il y avait des collaborateurs de l'Institut médical d'Alma-Ata, c'était surtout des enthousiastes qui avaient décidé de sacrifier
leur congé annuel et de travailler dans des villages éloignés dont les habitants avaient été soumis à l'irradiation.
Deux étés, nous avons travaillé 2-3 mois avec le docteur Pchenitsina qui était un thérapeute important, devenue par la suite titulaire d'une chaire à l'Institut médical
et qui était née dans la région de Semipalatinsk. Sa bonne connaissance de la langue et des moeurs kazakes ont créé une ambiance favorable pour son travail.
La population avait eu également connaissance de son acte désintéressé quand en 1938 elle rejoignit dans un camp de concentration en Sibérie son mari Ourasbaïev,
professeur de l'Institut de médecine, jugé comme ennemi du peuple.

Mia Ricova, nièce de Ricov, ancien président du Sovnarkom de l'URSS, s'occupait des études sur le sang dans les conditions les plus difficiles.
Le médecin chargé de la chaire de neuropathologie, Sophia Priatkina, a collaboré en tant que neuropathologiste.
Nous avons eu 2 saisons avec nous le médecin radiologue Azadan Konovanov, petit fils du militant populiste exilé de Saint-Petersbourg dans nos régions au XIXème siècle.
Ainsi nous sommes arrivés à former une expédition essentiellement composée d'éléments particuliers de l'Intelligentsia.
L'expérience de nos deux années de travail intense a montré la difficulté pour une équipe peu puissante de monter l'existence d'une pathologie des radiations.

Lors de notre première rencontre avec le premier secrétaire du parti de la région de Semipalatinsk M.C.Soujikov, le représentant du polygone a donné lecture
d'une déclaration préparée à l'avance comme quoi tous les symptômes et syndromes que nous avions découvert n'étaient que la manifestation d'une insuffisance
en vitamines, la conséquence d'une brucellose, très répandue dans la population, d'une tuberculose etc.

Nous avons perdu cette première rencontre. Nous n'avions pas de données sur le pourcentage des maladies dans la population, ni sur les vitamines dans l'alimentation etc.

A notre retour à Alma-Ata, nous en avons informé notre direction et à l'initiative du président de l'Académie des Sciences de la République kazake,
l'académicien Satpaïeva, il fut décidé de créer une équipe complète dotée d'un matériel moderne. Il fut créé un secteur de radiobiologie au sein de l'Institut de pathologie
et il fut proposé à cet Institut de mobiliser tout le collectif pour ce travail.
Cette décision permit de compléter réellement l'expédition par des spécialistes, des médecins de presque tous les profils, de créer un laboratoire mobile de radiodosimétrie puissant. Nous n'eûmes pas beaucoup à faire pour convaincre le directeur de l'institut de pathologie Atsabarov.
Ce directeur a laissé de coté une thèse de doctorat qu'il avait presque achevé et il a créé en très peu de temps un collectif avec beaucoup de subdivisions.

De 1954 à 1960, nous avons pu soumettre la population de cinq régions à un examen approfondi.


Une mission

Ainsi dans les deux années 58 et 59, la population eut à son service des spécialistes hautement qualifiés de l'Institut de biophysique du ministère de la Santé de l'URSS
et même un certain nombre de collaborateurs du polygone. Plus de 8.000 personnes furent l'objet de recherches médicales et une partie a été contrôlée deux fois.

Les examens portèrent sur les habitants des 3 régions contigues au polygone: Abaïski, Janasemeïski Beskaraïski et 2 régions témoins, Tchoubartaïski et Baïanaouski.
Ces groupes témoins et les groupes étudiés étaient analogues par leur composition nationale, leur situation socio-économique et d'autres indices.
L'expédition comprenait des radiologues du Kazakstan de l'Institut de biophysique du ministère de la santé de l'URSS.

Les résultats des recherches qu'ont mené ces spécialistes coïncidaient dans une série de cas avec les données du polygone mais assez rapidement les résultats obtenus
montraient des doses supérieures à celles des spécialistes de la direction militaire.


Revenir en haut Aller en bas
naga
Feldmarshall
Feldmarshall
naga

Nombre de messages : 9408
Age : 54
Localisation : Bangkok(Thailande)
Date d'inscription : 02/02/2009

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeMar 14 Mai - 0:23

Une bombe à action lente

Incontestablement, du moment que les expériences sont arrêtées, le danger immédiat de radioactivité, tel qu'il existait auparavant, a disparu. Mais le matériel radioactif,
accumulé pendant les 14 années précédentes, continue d'exister. Maintenant, on voit apparaître les conséquences lointaines, des effets mutagènes, et de cancérogène,
ainsi que l'accélération du vieillissement.
Un exemple de l'action mutagène de la radiation est la multiplication par 2 du rétinoblastome dans toute la région dans les deux décennies de 1960 à 1969 et de 1970 à 1979.
(Données du Pr. Teterina). D'importants spécialistes en psychiatrie de Moscou, Alma-Ata et Semipalatinsk notent un accroissement de maladies psychiques de 1970 à 1988 de 48,4 %, ce qui est deux fois supérieur à la moyenne dans la République.
Dans les régions proches du polygone, le retard intellectuel apparaît de 2 à 5 fois plus souvent que dans la moyenne du pays.

Un des résultats à long terme des radiations est le vieillissement précoce qui se manifeste entre autre par la fréquence des cataractes.
Comme l'ont montré les recherches d'un groupe d'ophtalmologues dans la région témoin de Koklekta, la cataracte s'est rencontrée 5 à 6 fois moins souvent que chez les personnes soumises en leur temps à l'irradiation. A Sargal et à Kaïnar, 1 personne sur 4 est atteinte de cataracte.
Le médecin-chef du dispensaire anti-brucellose, Boris Goussiev, a indiqué à un groupe de députés du Soviet Suprême de l'URSS en janvier 1990 que parmi les personnes irradiées
prises en considération, il y a à coup sûr des manifestations de vieillissement précoce.
Ainsi. l'artériosclérose et d'autres signes accompagnant la vieillesse apparaissent prématurément dans 25 % des cas. Non seulement à Janacemieski
mais dans d'autres régions voisines du polygone nucléaire, il y a un niveau élevé de malformations congénitales.
Ainsi, selon les données d'un des services de préventionde la région de Semipalatinsk, la mortalité des enfants de moins de 15 ans, à la suite de malformations a augmenté de 3 fois
ces dernières années (1985-1988) dans les régions de Abaïsk et de Beskaraïsk.
Ce sont des régions d'élevage, on n'y cultive pas de céréales, par conséquent on n'est pas intoxiqué par des engrais chimiques ou des pesticides.
Dans la région, il n'y a pas d'industrie : l'effet d'un facteur chimique nocif est également à exclure: il n'y a donc qu'une seule cause.

Le polygone garde le silence sur les régions autour de Karaganda. Aucun des membres des nombreuses commissions gouvernementales ne daigne se préoccuper de cette région,
comme si elle n'existait pas, alors qu'on sait que la population de Kouvsk, de la région de Karaganda, a été soumise à une irradiation massive durant toute la période d'expérimentation des missiles nucléaires. Maintenant, nous récoltons une riche moisson de tout ceci. Ainsi à Egindiboulak, dans une population de 19.500 personnes,
il y a 30 enfants et 267 adultes présentant une arriération mentale dont 72 sous une forme grave qui les libère du service militaire.


Le prix du dommage subi

J'affirme qu'à l'heure actuelle chaque habitant de la région de Semipalatinsk perd 3 années de sa vie en raison de l'aggravation des conditions de vie.
Considérant que près de 800.000 personnes l'habitent, les pertes de durée de vie constituent donc 2.400.000 années. Tout ceci à un moment où dans tous les pays civilisés
dans les derniers 15 ans, de 1970 à 1985, il eut un accroissement très net de la durée de vie de la population en moyenne de 10 à 15 ans (Japon, Suède, Etats-Unis etc)
L'analyse des statistiques montre que la durée moyenne de vie de la population dans la République kazake, dans son ensemble, s'accroît dans cette période de 3 ans,
de 66,6 à 69,4. Dans la région de Semipalatinsk au contraire, la vie est devenue plus courte de 2,17 ans par rapport à 1970-1971.
Ces derniers dix ans dans la région de Semipalatinsk, il y eut un ralentissement de l'accroissement naturel de la population. De 1979 à 1989, la population n'a augmenté que
de 8,4 ce qui est 2 fois plus bas que dans les régions de Aktiobinsk et Tchimkenitsk. Selon notre conviction intime, ceci est conditionné par l'influence chronique des rayonnements durant plusieurs années (1949-1953) à grandes doses et ensuite à petites doses.

La mortalité dans la régions de Semipalatinsk de 1981 à 1988 est de 8,1 à 8,6 pour 1000 et en 1989 8,9 pour 1000 et dans la République pour ces années 7,2 et 7,6.
Une mortalité élevée à Semipalatinsk était déjà notée en 1959. Les gens mouraient de maladies cardio-vasculaire -241, des organes digestifs -126,
de maladies infectieuses -67,6, des organes respiratoires -57,7, pour 100.000. En 1987, la mortalité de ces maladies a baissé en moyenne de 2 fois mais continue à rester supérieure
à la moyenne du Kazakstan. Malgré cela, les dernières dix années, dans cette région il y a eu un ralentissement de l'accroissement naturel de la population en 1979 à 1989,
toute la population a augmenté de 8,4 % ce qui est de 1 fois et demi inférieur à ce que cela a été dans l'ensemble de la République.
Le ralentissement de l'accroissement naturel de la population est du à un fort accroissement de la mortalité infantile qui de 1960 à 1988 a cru de 6,1 à 12,5 sur 1000 naissances.
Dans la région d'Abaisk, elle est égale à 15,2 pour 1000 naissances. La mortalité des nourrissons dans la région est de 34 pour 1000 et dans la République de 27 pour mille.


Polygone nucléaire de Semipalatinsk Kazaks10


Une crise de conscience

L'auteur s'en prend à un journal gouvernemental du 27 juillet 1990 qui tente de minimiser la situation sur le pourcentage des maladies.
Il affirme ensuite que dans les archives de l'Institut de biophysique il y a une seule copie des rapports des experts de l'Académie de Médecine du Kazakstan,
cite un auteur selon lequel on a le droit de risquer sa vie mais pas celles des autres, "le commandement militaire n'a jamais demandé l'avis de la population
et ne l'a même pas informée".

L'auteur parle ensuite de la conspiration du silence autour du polygone, de l'inquiétude de la population devant ce silence.
Conspiration du secret plus forte autour de Semipalatinsk qu'autour de Tchernobyl.
Le tragédie de Semipalatinsk est très peu connue aussi bien à l'étranger que dans le pays lui-même.



source
dissident-media.org

Revenir en haut Aller en bas
vania
Modo-Felfgendarme
Modo-Felfgendarme


Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 30/07/2008

Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitimeMar 14 Mai - 9:40

Le Kazakhstan, arrière cours de l' U.R.S.S. pour les fusées et les essais nucléaires.
Je connais deux personnes qui sont nées la bas, apparemment (le territoire est vaste) elles n'ont jamais été dans ces zones contaminées...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Polygone nucléaire de Semipalatinsk Empty
MessageSujet: Re: Polygone nucléaire de Semipalatinsk   Polygone nucléaire de Semipalatinsk Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Polygone nucléaire de Semipalatinsk
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sytéme Astucieux...[systéme linéaire]
» régression linéaire avec variable dépendante retardée
» le musée de la grotte Scladina
» Les toponymes : Bel-Air
» régression linéaire simple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Front de l'Est :: Popote :: Espace membres-
Sauter vers: